Navigation – Plan du site
Les premières sociétés d'histoire et d'archéologie en Alsace de 1799 à 1914

1907 : Société d’Histoire de Saverne

Henri Heitz, Francis Kuchly, Pierre Vonau et Gérard Imbs
p. 80-90

Texte intégral

1En 2007, la Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs peut fêter ses cent ans d’existence. C’est sans doute l’occasion de faire un rappel de l’histoire et un bilan des activités de la SHASE, abréviation de l’intitulé de cette association bien connue de ses familiers.

2Pour établir l’historique de la SHASE et tirer un tableau succinct de ses réalisations dans le domaine de la connaissance du passé local, nous disposons des statuts administratifs déposés par l’association auprès des tribunaux, des registres où ont été portés les comptes rendus des assemblées générales et des réunions du Conseil d’administration ou Comité qui assiste le brain trust directeur de la société, c’est-à-dire le président, les vice-présidents, secrétaires, trésoriers et responsables des commissions. On peut aussi consulter les divers rapports édités dans nos revues.

Fondation du Verein für Geschichte und Altertumskunde des Kreises Zabern e. V.

3Le 17 décembre 1907, à l’invitation du « Kreisdirektor » de Zabern, le Freiherr von der Goltz, et sous son autorité, également à l’initiative du Denkmalpfleger (architecte des Monuments historiques de Saverne et Marmoutier) P. E. Zigan, comme à celle du Staatsanwalt (procureur impérial) W. Beemelmans, s’est tenue au Rathaus de Zabern une réunion de notables en vue de la fondation d’une association dont les buts et les activités restaient à préciser. D’emblée, l’idée d’une extension de ce Verein à tout l’arrondissement a été proposée. Parmi les notables, notons la présence de l’inspecteur des écoles de l’arrondissement Buzon, l’industriel Christmann, le libraire et archéologue Fuchs, le conservateur du musée de Saverne Gillet, le maire de la ville Heiligenstein, le directeur du Gymnasium Wesener, le professeur Soltan, le « Major » von Erach... soit en tout treize personnalités, le curé Huber et le pasteur Dahlet s’étant excusés. Beemelmans a été chargé d’élaborer des statuts.

4Une seconde réunion préliminaire s’est tenue le 11 janvier 1908. En plus des notables déjà cités, on note la présence du docteur Crombach de Saverne, du maire de Bouxwiller Jean Hoeffel et du directeur du collège de cette ville, Grupe, Jacoby, pasteur à Weiterswiller, Menges, inspecteur primaire de Sarre-Usnion, Merckling, conseiller municipal à Saverne, du notaire Stenger de Marmoutier... au total vingt-six personnes. Suit un appel rédigé par Beemelmans sur le but de la société : la connaissance du passé, la protection des châteaux – Burgen und Schlössern – des églises, des couvents et de tous les autres monuments importants – wertvollen.

L’assemblée constitutive de 1908

5Enfin, le 26 février 1908 s’est tenue « Zum Salmen » – « Au Saumon » – l’assemblée constitutive précédée par l’élection par quinze des membres fondateurs des responsables : le Kreisdirektor von der Goltz comme président (Vorsitzender), le chanoine Huber comme vice-président, comme secrétaires Beemelmans et Zigan et comme trésorier Fuchs. L’assistance a écouté un exposé du professeur Soltan sur le rôle des sociétés savantes. Un responsable par canton a été désigné. A suivi la lecture des statuts qui seront inscrits le 6 mai 1908 sur les registres des associations au tribunal de Saverne.

6Ainsi a été fixée dès sa fondation l’extension de cette association à tout l’arrondissement, de même que ses buts de recherche historique et de protection du patrimoine. Ce Verein a fonctionné jusqu’en octobre 1915. L’assemblée générale – Hauptversammlung – annuelle a été encadrée par des réunions de comité – Vorstandssitzungen – qui regroupaient les responsables élus et où étaient prises les décisions administratives et fixés les programmes des activités.

7La composition du comité a peu varié. Le président von der Goltz est resté à la tête de l’association jusqu’au 30 septembre 1912, date à laquelle il a été remplacé par le nouveau Kreisdirektor Mahl. Comme vice-président, on relève le nom du chanoine Huber, curé de Saverne. Beemelmans s’est montré actif comme secrétaire et Fuchs comme trésorier. D’autres noms reviennent régulièrement, Buzon, Gillet, Grupe, Jacoby, Soltan, Wendling, Wesener, Zigan, etc. En janvier 1914, la direction connaît des changements peut-être liés à l’Affaire du 99e RI. Mahl renonce à la présidence mais reste vice-président. Il est remplacé par le directeur du Gymnasium, le Dr Grimme. De même, Beemelmans est remplacé au poste de secrétaire par le Dr Wendling mais reste au comité.

Albert Fuchs dans la forêt du Wasserwald, devant un ensemble de stèles-maisons (type particulier de monuments funéraires gallo-romains)

Albert Fuchs dans la forêt du Wasserwald, devant un ensemble de stèles-maisons (type particulier de monuments funéraires gallo-romains)

Des activités diversifiées

8Cette société s’est montrée active dans trois domaines principaux. Tout d’abord, les visites de sites et de monuments, au rythme de trois à cinq par an, dans et hors de l’arrondissement, de Fénétrange à Strasbourg, de Niederbronn à Rosheim, en n’oubliant aucun des édifices de la région, principalement les châteaux et les églises. On peut noter, entre autres, la visite des « Gobelins » de Saint-Jean et des ruines romaines de Mackwiller. Les guides compétents assuraient des exposés sur place. Pour se rendre sur les lieux : chemin de fer et marche.

9La seconde activité consistait à organiser des conférences, certaines « mit zahlreichen Lichtbilder », tenues à Saverne mais aussi dans d’autres villes des cantons de l’arrondissement. Les thèmes en étaient variés, le César Julien, Geiler de Kaysersberg, le passage des Armagnacs, la guerre des Rustauds, etc.

10Enfin, des chantiers de fouilles et de restauration d’édifices ont été ouverts. Fuchs s’est montré particulièrement actif au Wasserwald et sur la Côte de Saverne où il reconnaît le site gallo-romain de l’Usspann. La découverte d’une villa romaine à Lupstein suscite aussi les soins du Dr Wendling qui fait reproduire une partie des fresques (Musée de Saverne). Enfin, la découverte de la nécropole gallo-romaine de la maison des Missions à Saverne a retenu l’attention.

11Les dirigeants avaient envisagé des publications, notamment un Jahrbuch qui aurait reflété tous les aspects de l’activité de l’association. Pour ce faire, on souhaitait trouver des « reiche Gönner » car les aides officielles – 1 000 marks en 1912 – se trouvaient vite épuisées. Il est toujours noté que la situation financière est bonne mais sans donner de chiffres. En 1912, les membres étaient au nombre de 302 et de 290 en 1914. Le montant de la cotisation – si une cotisation était demandée aux membres ? – n’est pas donné. Le siège de l’association et de sa bibliothèque a été, en 1912, placé dans le nouveau local des archives municipales au Rathaus, archives réorganisées par le juge Beemelmans.

12La presse locale (Zaberner Wochenblatt) et régionale (Strassburger Post) rendait compte des actions menées par le Verein. Des échos aussi dans les Mitteilungen der Gesellschaft für Erhaltung der Geschichtlichen Denkmäler im Elsass (Communications de la Société pour la conservation des monuments historiques d’Alsace) et dans les Elsässische Monatsschrifte publiées par A. Fuchs de 1910 à 1913.

Joseph Heyl, avocat au barreau de Saverne, refondateur de la SHASE

Joseph Heyl, avocat au barreau de Saverne, refondateur de la SHASE

La renaissance de la société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs (1937)

13Après une longue interruption, c’est en 1937 que le défunt Verein für Geschichte... reprend vie sous le nom de Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne et environs que l’on traduit par Gesellschaft für Geschichte und Altertumskunde von Zabern und Umgebung. Le 7 juillet est publié dans la presse locale un compte rendu d’une réunion tenue au restaurant Burger. C’est Maître Joseph Heyl, avocat au barreau de Saverne, qui, au nom d’un comité provisoire, accueille 30 personnes pour faire renaître une société d’histoire. Il annonce 87 déclarations d’adhésion de Savernois et d’habitants des environs.

14Le professeur Léon Bachmeyer, conservateur du musée et archiviste, donne un aperçu de l’activité passée du Verein..., activité interrompue par la guerre. L’orateur souhaite la fusion de ce qui subsiste de la bibliothèque de cette association avec celle du musée. L’histoire de la région a déjà donné lieu à pas moins de 500 contributions dont les pionniers ont été le professeur Ohleyer, le maire Dagobert Fischer et le chanoine Adam.

15Les nouveaux statuts sont en voie d’élaboration et le comité est élu. Il comprend Me Joseph Heyl comme président, E. Hoffmann, ingénieur, comme vice-président et comme secrétaire Octave Meyer, rédacteur à la sous-préfecture ; Alphonse Wollbrett, professeur au collège, est secrétaire adjoint, Me Friedel trésorier ; les assesseurs sont : MM. Gilliot, Graff, pasteur à Dettwiller, le recteur Jungbluth, curé de Saverne, le curé Klein de Saint-Jean, le Dr Schoepfer de Marmoutier et le professeur du collège Zuber ; le conservateur du musée est membre de droit. La cotisation de membre est fixée à 15 F et l’adhésion à la Fédération des Sociétés d’histoire d’Alsace est acquise.

16Le comité se réunit pour la première fois peu après (la date n’est pas précisée) A la Carpe d’or. On y discute des statuts, du transfert de la caisse du Verein... à la Société, de l’impression de cartes de membres. Est évoqué l’état préoccupant de l’ossuaire de Lupstein. Deux visites sont programmées : l’église de Saint-Jean et le musée local. La publication d’un annuaire est en préparation.

17Le 6 décembre 1937, nouvelle réunion du comité à l’hôtel Fischer. Le 18 décembre, M. l’abbé Walter présentera une conférence sur « Les premières influences françaises sur l’art en Alsace au XIIIe siècle, spécialement sur la sculpture de la cathédrale de Strasbourg ». L’assemblée générale est fixée au 30 janvier 1938. M. Bachmeyer y fera une conférence : « Promenade archéologique dans les rues de Saverne ». Des articles sont réunis pour le premier Annuaire de la Société.

18La première assemblée générale de la nouvelle association s’est tenue à l’hôtel Fischer le 20 février 1938. Le président fait le bilan de la première année de fonctionnement et présente les projets dont celui de faire paraître l’Annuaire. L’ouvrage est prêt mais le problème de son financement est posé ; il faudrait doubler le nombre de membres qui dépasse à peine la centaine.

19Effectivement, l’année 1938 voit la parution du premier Annuaire de la Société, fort de 72 pages au format 15 x 24 cm, sous une couverture due au peintre René Kuder et imprimé par M. Gilliot. Léon Bachmeyer et Joseph Heyl signent des études sur les armes de la ville de Saverne. Les autres articles sont consacrés à Richard Stieve, à une étude sur le Saut du Prince Charles, Saverne après la chute de Napoléon, la liste des monuments historiques classés. La chronique de la Société donne la composition du comité (voir plus haut), le montant de la cotisation, 15 F, un extrait des statuts et la liste des 122 membres dont 88 à Saverne même.

20Dans la suite, le registre ne contient que les comptes rendus de deux réunions de comité – 2 avril 1938 et 27 février 1939. Un article de presse nous rapporte la tenue de l’assemblée générale de 1939, le 26 mars à la brasserie Keller devant 30 membres. Le président déplore la mort du trésorier Me Friedel. Les activités sont rapportées, sorties et conférences. Quant aux élections, elles renouvellent le comité en portant au secrétariat le professeur A. Wollbrett et à la trésorerie Octave Meyer. L. Bachmeyer clôt la réunion par une conférence sur la santé à Saverne dans les anciens temps.

21Cette première renaissance de la SHASE est brutalement interrompue par la déclaration de guerre (sept. 1939).

La seconde renaissance de la SHASE (1948)

22Le 3 octobre 1948, au restaurant Keller, un comité « élargi » regroupe autour du président Heyl, MM. Huck, Bachmeyer, Breckheimer, Octave Meyer, T. Moser, A. Mosbach, F. Zuber et A. Wollbrett. Selon le compte rendu rédigé par A. Wollbrett : « La Société, ayant interrompu ses manifestations pendant l’occupation allemande, ne se ranime que lentement et difficilement. Depuis plus d’une année, on ne s’est plus réuni. Me Heyl traduit la volonté de quelques membres de rendre une plus grande vitalité à la Société ». Celle-ci a cependant fait paraître en 1947 le second bulletin annuaire de la SHASE. Dans un « Avant-propos », le président expose les persécutions subies par la Société sous l’occupation nazie. L’imprimeur Mosbach signale que cet annuaire a été imprimé à 300 exemplaires « dont il reste à placer à peu près les deux tiers ». L’Annuaire n° 3 est en cours de rédaction. On souhaite étendre les activités à tout l’arrondissement.

23La SHASE reprend vie avec le concours d’Albert Thomas, artiste peintre, du recteur Jungbluth, de P. Gilliot, A. Hamm, trésorier, J.-P. Wiedenhoff, Paul Wierel, architecte, L. Charles Will, bibliothécaire à Strasbourg. L’exposition sur « Saverne à travers les âges », des conférences dont celle de M. Dollinger sur les traités de Westphalie font connaître la SHASE. Le « Bulletin de liaison » réservé aux membres (janvier 1952) est considéré comme le n° 1 des cahiers trimestriels. Le premier cahier est manuscrit, les suivants jusqu’au n° 6 sont reprographiés. Le n° 7, consacré à Paul Acker, sort des presses de l’Imprimerie savernoise Sohn. Le style de la revue est donné : alternent d’une part des cahiers « Varia » qui présentent des articles d’histoire et d’archéologie variés dans le temps – des origines à nos jours – et dans l’espace – l’arrondissement de Saverne et cantons limitrophes ; d’autre part, des monographies consacrées à des villages, bourgs et villes ou à des thèmes comme les Villages disparus ou la Maison rurale. La politique d’organisation de sorties, de conférences (sculpture et architecture gallo-romaine, le style gothique) et d’expositions est activement poursuivie.

24La SHASE s’intéresse au sort du musée municipal en cours de transfert dans des salles du château et dont l’agencement a été supervisé par MM. J.-J. Hatt et Hans Haug des musées de Strasbourg. Le décès de L. Bachmeyer en 1955 affecte profondément la société et la direction du musée. Un nouveau conservateur sera nommé en la personne de M. A. Thomas.

25En 1953, le nombre des membres cotisants (cotisation de 300 F par an) atteint 275 et ne cesse de croître grâce aux activités en partie décentralisées aux cantons voisins de Saverne.

La présidence d’Alphonse Wollbrett (1954-1979)

26À l’assemblée générale du 14 novembre 1954, à l’Hôtel National, en présence de 80 personnes environ, l’élection des membres du comité, sous la présidence de l’ancien député Camille Dahlet, réserve la surprise de voir la présidence échoir au secrétaire A. Wollbrett par un scrutin secret à deux tours qui donnait 14 voix au président Heyl et 20 au secrétaire. Après l’assemblée générale du 8 janvier 1956, le nouveau comité comprend : A. Wollbrett, président, J.-P. Wiedenhoff, secrétaire, Gilbert Schatz, trésorier, et, comme assesseurs, MM. Beer-Gehler, professeur à Saverne, le pasteur W. Guggenbuhl, le Dr Alfred Kassel, G. Klein, futur conservateur du Musée alsacien, O. Meyer, magistrat, Tim Moser, E. Rihn, commerçant, l’abbé A. Ruscher, G. Thieling, professeur, M. Thomann, professeur, R. Toraille, inspecteur primaire, L. Ch. Will, bibliothécaire, Th. Wolber, directeur d’école, F. Zuber, professeur.

27Après le décès de Léon Bachmeyer et le dramatique accident qui, en 1958, enlève la vie au jeune secrétaire et archéologue Jean-Pierre Wiedenhoff, c’est Henri Heitz, professeur au collège de Saverne, qui assurera cette fonction. En 1962, au trésorier Spitz succédera Fernand Diss. Des changements surviennent dans la composition du comité... MM. Muller, Engel, Mlle Leyenberger, MM. Lévy-Mertz, Rexer, Gerber, Gerst, Bouillet, Matt, Vonau, Eyer, Bintz, Gachot, Wilbert, Lutz, Haegel, Kill, Wiedenhoff Claude puis Philippe…

28Au cours de la présidence d’A. Wollbrett, les activités de la SHASE se poursuivent et s’amplifient. La publication des cahiers trimestriels est régulière sous la dénomination de « Pays d’Alsace » à partir du numéro 61/62, I-II/1968. Des ouvrages hors abonnement sont consacrés au Château de Saverne, à des « Pages d’histoire de Saverne », extraits d’une histoire préparée par L. Bachmeyer. Des visites et des expositions sont organisées.

29En 1979, le président Wollbrett demande à être déchargé de la rédaction des cahiers trimestriels. Le secrétaire Henri Heitz accepte cette tâche. Il est aussi élu président lors de l’AG du 6 mai 1979. Pierre Vonau assure le secrétariat.

30M. Wollbrett se retire après avoir publié 106 cahiers, soit 4 600 pages. Il a porté le nombre des membres à 1 120 en 1961, dont 320 Savernois, à 1 492 en 1970, à 1 524 en 1973, à 1 606 en 1976. Son action a été déterminante et exemplaire dans l’essor de la SHASE.

Alphonse Wollbrett, président de la SHASE, de 1954 à 1979

Alphonse Wollbrett, président de la SHASE, de 1954 à 1979

La présidence de Henri Heitz (1979-2001)

31Pendant 23 ans Henri Heitz s’implique très activement dans la SHASE. Sans à-coups, il fait évoluer la société. Dès 1977 sont créés deux types de commissions de travail : par secteur géographique et par spécialités.

32L’activité éditoriale connaît une remarquable progression avec H. Heitz. Outre « Pays d’Alsace » (quelque 5 800 pages à l’heure actuelle !), de nouvelles collections ont vu le jour (voir paragraphe « Les publications de la SHASE ») et donné lieu à la publication d’un millier de pages supplémentaires. Le CRAMS fait paraître « Études médiévales » jusqu’en 1992, puis la série « Châteaux forts d’Alsace » prend le relais. Pour exploiter ce gigantesque réservoir documentaire, quatre « Répertoires et Index des publications » ont été imprimés (1980, 1991, 1995, 1999), le cinquième est consultable sur notre site internet.

Henri Heitz accueille le ministre de la Francophonie Alain Decaux du gouvernement Rocard à Saverne (1989). à gauche, le député-maire de Saverne Adrien Zeller

Henri Heitz accueille le ministre de la Francophonie Alain Decaux du gouvernement Rocard à Saverne (1989). à gauche, le député-maire de Saverne Adrien Zeller

33D’autres domaines témoignent du dynamisme de la SHASE. Il y eut un grand nombre de sorties et visites, toutes couronnées de succès : villages proches de Saverne, Col de Saverne, le Plattenweg, Nancy, Sarreguemines, Lixheim, abbayes du pays de Salm ; sorties en Allemagne (Ettenheim, Bergzabern et Rheinzabern, les voies romaines dans le Palatinat…).

34Un public intéressé a assisté à de nombreuses conférences : le château de Lichtenberg par J.-M. Rudrauf (1981), l’Affaire de Saverne par P. Vonau (1981), la Révolution et l’Anti-Révolution à Saverne par H. Heitz et D. Peter (1989), le Plattenweg par J.-J. Ring) (1990), … H. Heitz a donné diverses conférences sur l’Art. Des séances d’initiation à l’épigraphie, la généalogie, l’alphabet gothique, la numismatique et au latin médiéval ont été organisées.

35Le Centre de recherches archéologiques médiévales (CRAMS) a entrepris des fouilles sur de nombreux sites (voir plus loin).

36La commission diffusion, sous la responsabilité de J.-P. Dubourg, a assuré des milliers d’heures de présence en tenant des stands lors de manifestations locales ou régionales : Pfaffenhoffen-Uberach (Salon de la carte postale), Foire Européenne de Strasbourg, Neuwiller-lès-Saverne, Marlenheim (Salon de l’Alsatique), Colmar (Salon du Livre)… En 1994, la SHASE a tenu 17 stands !

37Quatre fois par an, à l’initiative de R. Engel (depuis un demi-siècle !), secondé aujourd’hui par J.-P. Spengler, un groupe de bénévoles met sous enveloppe les cahiers trimestriels. Avant la révolution informatique il fallait écrire à la main jusqu’à 1 600 adresses… O tempora !

38Pendant cette même période les effectifs des membres de notre société ont également évolué. En 1981, le trésorier F. Diss en relève 1 687. À partir de cette date, une lente érosion s’amorce : 1 637 en 1987, 1 428 en 1994 ; suivent quelques années de reprise : 1 448 en 1994, 1 478 en 1995 et 1996 ; puis le reflux reprend : 1 410 au 1/1/1997, 1 308 en décembre 1999. L’année 2001 est marquée par une progression : 1 362 membres. Ce phénomène n’est pas spécifique à notre société ; beaucoup de sociétés d’histoire ont connu la même tendance. Sans le dynamisme d’une équipe restreinte unie autour de H. Heitz, la décélération eût été plus forte.

39Une agréable évolution est apparue au C.A. : en 1986, sur trente membres, il y avait trois femmes. Quinze ans plus tard, elles sont au nombre de six et représentent 40 % des membres associés.

40Avec le développement des activités se pose la question d’un local. En 1987, la ville de Saverne accorde à la SHASE une salle dans le château des Rohan. Les réunions du conseil d’administration, itinérantes – Sarre-Union (1982), Musée de Saverne (1984), Bouxwiller (1985), se tiennent à partir d’avril 1989 dans la salle du Chapitre de Neuwiller-lès-Saverne, qui abritera également le stock jusqu’en 2000. En 1991, la SHASE déménage dans les locaux de l’ancienne Banque de France.

La rédaction de Pays d’Alsace (1979). De gauche à droite : Henri Heitz, Pierre Vonau

La rédaction de Pays d’Alsace (1979). De gauche à droite : Henri Heitz, Pierre Vonau

41Lors du C.A. du 4 avril 1998, Ph. Wiedenhoff propose une restructuration. Les raisons sont multiples : charges reposant essentiellement sur le président et le trésorier, absence de lieu de réunion et de permanence fonctionnel… L’absence de secrétariat administratif incite à embaucher un emploi-jeune. Le 26 juin 1999, lors d’un C.A. extraordinaire, est adoptée, à l’unanimité des votants, la création du Centre Wollbrett. Ph. Wiedenhoff, cheville ouvrière du projet, mènera celui-ci à son terme. Le Centre Wollbrett sera officiellement inauguré le 16 septembre 2000. Une nouvelle comptabilité est mise en place. La SHASE, tout en restant une association d’intérêt public à but non lucratif, devient imposable sur le résultat. L’investissement important a inévitablement entamé les réserves financières.

De Marie-Hélène David à Francis Kuchly

42Une Société d’histoire et d’archéologie se doit d’avoir le sens des traditions et de la continuité. De fait, les changements intervenus ces dernières années dans notre Société résultent davantage d’évolutions que de ruptures. L’activité éditoriale en témoigne. Ce sont toujours Henri Heitz et Gérard Imbs qui en assurent la responsabilité en liaison avec un réseau d’auteurs bénévoles. Les membres de la Société se voient proposer régulièrement des parutions hors abonnement réputées pour leur rigueur scientifique et la qualité de la présentation.

43Chaque premier vendredi du mois se réunissent autour du président, de façon informelle et ouverte, des membres du conseil d’administration. Celui-ci se réunit deux fois par an. L’assemblée générale annuelle est un moment fort et convivial de la vie de la Société où sont développés bilan d’activité et perspectives.

44En 2002, Henri Heitz décide de trans-mettre le flambeau de la présidence en même temps que son ami Fernand Diss laissait la charge de trésorier. Marie-Hélène David est seule à proposer sa candidature à la présidence et est élue par le conseil d’administration en mars 2002. Forte de son expérience associative, elle souhaite exercer sa mission dans sa plénitude et contribue à faire fonctionner le nouveau Centre Wollbrett par l’organisation d’expositions, de conférences et de cycles de formation en paléographie. Elle s’attache aussi à bien représenter la société dans les manifestations extérieures. Mais fin 2004, elle annonce sa démission.

Henri Heitz avec Roger Engel et Marie-Hélène David (de gauche à droite)

Henri Heitz avec Roger Engel et Marie-Hélène David (de gauche à droite)

45Francis Kuchly, authentique Savernois, ancien élève de A. Wollbrett et H. Heitz, lui-même professeur au Lycée du Haut-Barr, cède à l’amicale pression de la quasi-unanimité des membres du C.A. et accepte la présidence en mars 2004. Lors de l’AG de Landersheim qui rendit hommage au trésorier d’honneur F. Diss, les membres de la Société découvrent le discours et le style du nouveau président. Gageons qu’avec lui débute une autre riche et longue présidence, et que la Société d’histoire et d’archéologie de Saverne et environs, tel un grand paquebot, continue sereinement sa croisière au long cours…

Les publications de la SHASE

46Monographies thématiques : Croix rurales du Kochersberg, Pèlerinages ruraux du Kochersberg, Patrimoine funéraire, Zornhoff (Goldenberg), Le comté de Hanau-Lichtenberg, Les comtes de Rosen, La guerre des Paysans, Herrenstein, Immigration suisse, Villages disparus d’Alsace, Les De Pange à Saverne, Lettres de baptême au musée de Saverne, L’étudiant et l’assassin (E. Chatrian), L’orgue Baldner de Bouxwiller, Procès de Truchtersheim, Emblèmes de métier à Wasselonne, Saverne dans l’Antiquité, Saverne au siècle des Rohan.

47Petits cahiers d’histoire locale : La fin tragique du dirigeable Pilâtre de Rozier, La gare de Saverne au passé, L’affaire de Saverne (1913), Le général Robert Muller, Le film de la libération de Saverne, Virgile Schneider.

48Guides de visite-Promenades historiques et archéologiques : Le château de Saverne, L’église paroissiale de Saverne, Les églises de Neuwiller-lès-Saverne, Les tapisseries de saint Adelphe à Neuwiller, L’église d’Obersteigen, L’abbatiale de Marmoutier, Les graduels de Neuwiller, Les vitraux de l’église Notre-Dame à Saverne, Itinéraires d’histoire dans le vieux Saverne, La côte et le col de Saverne, Les hauteurs du Mont Saint-Michel, Griffon et grotte Saint-Vit, Du Haut-Barr à l’Ochsenstein, Itinéraires d’art roman (4 guides), Crucifix et calvaires autour de Saverne.

49La SHASE offre à ses membres abonnés, tous les ans, plus de 200 pages de recherches historiques présentées sous la forme d’un cahier Varia trimestriel. À ce jour, 141 communes ont fait l’objet d’un article. Elle leur propose également, hors abonnement, plusieurs collections d’ouvrages : Les petits cahiers d’histoire locale, Promenades historiques et archéologiques autour de Saverne, Guides de visite, Lexique d’histoire savernoise, Pour une histoire de Saverne, Outils et instruments de travail, monographies thématiques, …

50Les auteurs, spécialistes reconnus issus des rangs de la SHASE ou universitaires et conservateurs d’archives et de musées, tous bénévoles, proposent leurs études au comité de rédaction qui prend en charge leur publication en veillant, tant que faire se peut, à couvrir l’aire géographique des abonnés à « Pays d’Alsace ».

Le Centre de recherches archéologiques médiévales

51En 1976, se créé au sein de la SHASE, autour de B. Haegel et R. Kill, un Groupe d’archéologie médiévale (GAM) fédérant les énergies des amateurs pour répondre au besoin d’étude et de sauvegarde du patrimoine régional. Depuis, de nombreux sites ont fait l’objet de fouilles programmées ou de sauvetage et de suivis archéologiques à la demande du Service régional de l’archéologie. Restauration du mobilier, exploitation des fouilles, publication des recherches sont les autres activités de l’équipe du Centre de recherches archéologiques médiévales de Saverne (CRAMS), installé dans l’Oberschloss depuis 1991, et qui a succédé au GAM.

52Quelques sites étudiés : Haut-Barr (1979-1980), Daubenschlagfelsen (1981-1993), Wangenbourg (1991-2002), Obersteigen, Grand Geroldseck, Westhoffen, Balbronn, Wasselonne, Lichtenberg, La Petite-Pierre, Hunebourg, Fleckenstein… Au total, plus de soixante-dix !

53Les thèmes de recherches développés sont très variés : approvisionnement en eau des châteaux forts (R. Kill), techniques de construction (R. Kill, B. Haegel, J.-M. Rudrauf), aspects de la vie (B. Haegel, R. Kill, B. Schnitzler), enceintes de siège (B. Haegel, S. Helbourg, H. Schoen)… Les châteaux et sites peu connus font l’objet des recherches de J.-M. Rudrauf. Ce dernier participe également à la rédaction du Pfälzisches Burgenlexikon.

54Le CRAMS participe à des expositions en Alsace et dans le Palatinat. Il publie Châteaux forts d’Alsace qui a succédé à Éudes Médiévales, né en 1983. Ses membres ont à leur disposition un impressionnant fonds documentaire (3 000 ouvrages spécialisés) et une photothèque.

Le Centre Alphonse Wollbrett

55Depuis 2000, la SHASE dispose d’un bel outil de travail avec le Centre Wollbrett. Situé dans le parc du château des Rohan, il est accessible gratuitement à tous les membres abonnés à « Pays d’Alsace ». Lecteurs et chercheurs non membres peuvent y accéder avec une carte de lecteur (valable 1 an, au prix de 7,50 €).

56Le Centre met à leur disposition une importante bibliothèque d’alsatiques (près de 4 000 livres et revues) à consulter sur place, ainsi qu’une bibliothèque de périodiques édités par des sociétés d’histoire d’Alsace, de Lorraine et d’autres régions françaises, allemandes et suisse. Un fonds documentaire exceptionnel, classé par thèmes et villages, est également consultable.

57Les chercheurs en généalogie peuvent interroger les microfilms disponibles grâce à deux appareils de lecture (sur réservation, 3 € la demi-journée - copie d’un acte 0,20 € - copie d’un acte daté 1,50 €, copie d’un acte non daté 4,50 €, copie et analyse d’un acte 9 €, copie de documentation diverse 0,15 €).

Le président de la SHASE Francis Kuchly rend hommage à Frédéric Rexer, artiste peintre alsacien

Le président de la SHASE Francis Kuchly rend hommage à Frédéric Rexer, artiste peintre alsacien

Microfilms disponibles

58Registres paroissiaux et d’état civil (jusqu’en 1882) des communes de la Communauté de communes de Saverne, de la Communauté de communes de Marmoutier, des communes d’Allenwiller, Birkenwald, Salenthal, Wangenbourg, Knoersheim et Jetterswiller et de la Communauté de communes du Pays de Hanau.

Contact

59Société d’Histoire de Saverne

60Parc du Château
BP 90042
67701 Saverne Cedex

61Tél./Fax : 03 88 71 06 01

62Mail : shase@wanadoo.fr
Site : www.shase.org

Haut de page

Table des illustrations

Titre Albert Fuchs dans la forêt du Wasserwald, devant un ensemble de stèles-maisons (type particulier de monuments funéraires gallo-romains)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 432k
Titre Joseph Heyl, avocat au barreau de Saverne, refondateur de la SHASE
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Alphonse Wollbrett, président de la SHASE, de 1954 à 1979
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Henri Heitz accueille le ministre de la Francophonie Alain Decaux du gouvernement Rocard à Saverne (1989). à gauche, le député-maire de Saverne Adrien Zeller
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 460k
Titre La rédaction de Pays d’Alsace (1979). De gauche à droite : Henri Heitz, Pierre Vonau
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Titre Henri Heitz avec Roger Engel et Marie-Hélène David (de gauche à droite)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 220k
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Le président de la SHASE Francis Kuchly rend hommage à Frédéric Rexer, artiste peintre alsacien
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/706/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 447k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Heitz, Francis Kuchly, Pierre Vonau et Gérard Imbs, « 1907 : Société d’Histoire de Saverne », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 80-90.

Référence électronique

Henri Heitz, Francis Kuchly, Pierre Vonau et Gérard Imbs, « 1907 : Société d’Histoire de Saverne », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/706 ; DOI : 10.4000/alsace.706

Haut de page

Auteurs

Henri Heitz

Articles du même auteur

Francis Kuchly

Pierre Vonau

Articles du même auteur

Gérard Imbs

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page