Navigation – Plan du site
Les sociétés fondées entre 1818 et 1940

1933 : Société d’histoire et du Musée du Florival

Philippe Legin
p. 142-143

Texte intégral

1L’idée de créer un musée à Guebwiller remonte à l’année 1864, mais ne put déboucher sur une réalisation concrète. Dans les années 1920, Charles Wetterwald, passionné d’histoire locale, commença à rassembler divers objets pour constituer l’embryon d’un musée de la guerre, enrichis par d’autres témoins du patrimoine local.

Charles Wetterwald (1872-1972), fondateur du musée et de la Société

Charles Wetterwald (1872-1972), fondateur du musée et de la Société

2Au début de 1933, le Musée du Florival était installé dans un local de l’école de la ville haute de Guebwiller. La Société du Musée du Florival fut officiellement créée le 15 mai 1933 pour gérer les collections de ce musée inauguré le 2 décembre de cette année. De nombreux dons et dépôts enrichirent rapidement le fonds. Ces collections furent mises à l’abri en décembre 1939 au château de Hautefort, en Dordogne. Rapatriées à Guebwiller en 1941, elles furent présentées au château de la Neuenbourg. La Société fut intégrée le 1er mars 1942 au Geschichts –und Altertumsverein für die Südvogesen – Dreitälerverein, regroupant les sociétés locales entre Rouffach et Masevaux.

3Au cours de l’été 1946, le conservateur Charles Wetterwald put faire renaître la Société d’Histoire qui rouvrit son musée en avril 1950. Les collections furent transférées dans la salle haute du chœur de l’ancienne église des Dominicains de Guebwiller. En 1947, la société avait adhéré à la Société d’Histoire des régions de Thann-Guebwiller, qui devait publier 21 annuaires jusqu’en 2006. Sous l’impulsion de Wetterwald, conservateur du musée jusqu’en 1957, une petite équipe d’érudits locaux fit paraître de nombreux articles d’histoire locale. Antoine Gardner, conservateur depuis 1957, apporta une solide contribution aux travaux de la Commission régionale d’inventaire qui publia en 1972 les deux volumes de l’Inventaire du canton de Guebwiller (la première publication de ce genre en Alsace).

4À partir des années 1970, la Société participa activement au montage d’une série d’expositions consacrées à l’histoire et au patrimoine local. Elle proposa également à ses membres quatre excursions annuelles de découverte du patrimoine régional. En 1975, Julien Schweizer fut désigné comme conservateur du Musée. C’est lui qui devait assurer, en lien avec la ville de Guebwiller, le transfert et l’installation du Musée dans son nouveau local. En effet, la ville avait acquis en 1980 la résidence du doyen de Murbach, près de l’église Notre-Dame, afin d’offrir au Musée un cadre prestigieux, inauguré le 19 mai 1984.

5En 1981, Jean-Marie Schmitt, alors archiviste de la ville de Colmar, devint président en raison du décès d’Antoine Gardner. La gestion du Musée continua à occuper largement le comité. Plusieurs membres participèrent activement aux fouilles archéologiques dans l’ancienne église des Dominicains, après celles réalisées dans l’église Saint-Léger. La Société joua également un rôle actif dans la formation de guides chargés d’assurer les visites de la ville et de sa région pour le compte de l’Office de Tourisme. En 1988, Jean-Marie Schmitt laissa la présidence à Philippe Legin.

6Aujourd’hui, forte d’une centaine de membres, la Société d’Histoire et du Musée du Florival est dirigée par le comité suivant :

7Philippe Legin, président ; Francis Gueth et Ève Gissinger, vice-présidents ; Bernard Hosenlopp, trésorier ; Mireille Sittler, secrétaire. Julien Schweizer continue à assumer la charge de conservateur des collections, aujourd’hui centrées sur les œuvres du céramiste guebwillerois Théodore Deck (500 pièces, soit le plus important ensemble présenté en Europe).

8Elle poursuit son activité dans deux directions :

  • la gestion scientifique des collections du Musée (qui s’intitule maintenant « Musée Théodore Deck et des pays du Florival », de façon à mieux marquer sa spécificité) ;

  • la recherche historique et la mise en valeur du patrimoine local (publications de brochures pour faire connaître certains monuments de Guebwiller).

9Soutenue matériellement et financièrement par la ville de Guebwiller, elle participe à l’enrichissement des collections du musée par l’acquisition d’œuvres. Elle continue à animer le musée en montant une exposition annuelle d’histoire locale. Elle propose également à ses membres des sorties de découverte du patrimoine.

10Elle est enfin représentée ès qualité au Conseil d’administration de l’Office intercommunal de Tourisme et au comité du Pays d’Art et d’Histoire de Guebwiller. C’est dans ce cadre qu’elle collabore à la formation des guides conférenciers et à la rédaction des documents de communication touristique. Elle a participé activement en 2007 à la fondation de l’association Pro Hugstein, destinée à aider les collectivités locales à entretenir la ruine médiévale du château des princes abbés de Murbach.

11En raison des difficultés liées à la diffusion de l’Annuaire de la Société d’Histoire des régions de Thann-Guebwiller, la Société s’est lancé dans l’édition de sa propre revue, Mémoires du Florival. Elle vient aussi de lancer la rédaction d’un ouvrage sur l’histoire de Guebwiller. Elle a commencé une action de mise en valeur du cimetière et de la chapelle Notre-Dame du Saering de Guebwiller.

Contact

12Société d’Histoire et du Musée du Florival

131, rue du 4-Février
68500 GUEBWILLER

14musee-florival-guebwiller@wanadoo.fr
http://www.ville-guebwiller.fr/​musee-florival

Haut de page

Table des illustrations

Titre Charles Wetterwald (1872-1972), fondateur du musée et de la Société
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/764/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 731k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Legin, « 1933 : Société d’histoire et du Musée du Florival », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 142-143.

Référence électronique

Philippe Legin, « 1933 : Société d’histoire et du Musée du Florival », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 21 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/764 ; DOI : 10.4000/alsace.764

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page