Navigation – Plan du site
Les sociétés fondées dans l'immédiat après-guerre

1948 : Société d’Histoire de la Vallée de Masevaux (SHVM)

Denis Fluhr
p. 176-179

Texte intégral

1Dès 1939, le professeur Paul Stintzi lance à Masevaux le projet de constituer une association s’intéressant à l’histoire locale. Abandonnée durant la guerre, l’idée resurgit dans l’esprit de quelques notables et aboutit à la fondation de la « Société d’Histoire Locale de Masevaux », dont les statuts sont adoptés le 2 mai 1948. Le notaire Joseph Breitschmitt en est le premier président.

2Mais cette association tombe rapidement en sommeil et il faut attendre le début des années 1990 pour assister à sa renaissance, sous l’impulsion de Jean-Marie Ehret, enseignant à Oberbruck, et de l’ancien professeur d’histoire Louis Uhlrich, alors conseiller général et président du SIVOM de la vallée de la Doller. Ils parviennent à rassembler autour d’eux une trentaine de passionnés qui, au fil des années, par leurs travaux et actions diverses, vont contribuer à donner à cette société une place de première importance dans la vie associative locale.

Cadre juridique et objet de l’association

3Le renouveau de la société d’histoire débute par l’assemblée constitutive du 14 juin 1990, où l’on nomme un comité directeur de 11 membres, avec Louis Uhlrich à sa tête. L’un des premiers projets évoqués est la publication d’un bulletin rassemblant des articles relatifs à la petite et grande histoire de la vingtaine de communes de la vallée de Masevaux – la plus méridionale des vallées alsaciennes – et des vallons adjacents du Soultzbach et du Bourbach. Fruit du travail de treize auteurs, le premier volume de Patrimoine Doller est ainsi présenté au public au mois d’octobre 1991. Le succès est immédiat.

4Les historiens locaux s’occupent également de redéfinir le cadre de leur jeune association : le 10 novembre 1992 sont adoptés les nouveaux statuts de la « Société d’Histoire de la Vallée de Masevaux », qui sont déposés au tribunal d’instance de Thann conformément au droit local. L’article 2 de ces statuts précise l’objet de la société : « L’association a pour but d’étudier l’histoire et l’archéologie de la vallée de Masevaux, de sauvegarder les traces du passé et de manière plus générale, de défendre le patrimoine de la vallée de la Doller ».

5La SHVM est affiliée à la Fédération des Sociétés d’Histoire d’Alsace, ainsi qu’à la Fédération des Sociétés d’Histoire des Régions de Thann-Guebwiller.

6En l’an 2000 Louis Uhlrich annonce son intention de quitter la présidence de l’association en raison de son âge. L’assemblée générale du 31 mars 2001 lui décerne sous les acclamations le titre de président d’honneur, et nomme un nouveau bureau dont les membres sont toujours en place en 2008 :

7Président : Gérard Zimmermann ; Vice-présidents : Joseph Scheubel et René Limacher ; Secrétaire-correspondant : Jean-Marie Ehret ; Secrétaire adjoint : Denis Fluhr ; Trésorier : Ralph Graff ; Trésorière adjointe : Martine Bissler.

8Depuis sa réactivation, la Société d’Histoire de la Vallée de Masevaux n’a cessé d’œuvrer pour faire connaître les événements du passé à un public qui dépasse largement le niveau local. Les réunions et activités des membres sont nombreuses dans ce domaine et les projets, en cours ou déjà réalisés, méritent d’être détaillés.

Le bulletin Patrimoine Doller

9La réalisation la plus marquante de la SHVM est la publication, chaque année jusqu’à présent, du bulletin Patrimoine Doller. L’année 2008 verra donc naître le 18e exemplaire de cette revue dont le tirage est fixé en moyenne à 900 exemplaires et qui a l’avantage de bénéficier d’un lectorat particulièrement fidèle. La plupart des éditions effectuées à ce jour sont d’ailleurs épuisées.

10L’ouvrage se présente sous la forme d’un recueil dépassant, d’habitude, largement 100 pages, et comprenant une quinzaine d’articles abordant divers aspects et épisodes de l’histoire locale. Le bulletin est toutefois composé chaque année dans le souci d’y voir représentées la plupart des communes du secteur. Certains numéros de Patrimoine Doller traitent d’un thème précis. C’est le cas par exemple des livraisons des années 1994 (cinquantième anniversaire de la libération de la vallée), 1995 (la vallée pendant la guerre de 1914-1918), 2000 et 2001 (les mutations du XXe siècle).

11Chaque numéro comprend également une éphéméride des événements marquants de l’année dans la vallée de la Doller, rédigée par le vice-président René Limacher, par ailleurs grand pourvoyeur d’articles relatifs à l’histoire de la ville de Masevaux.

12Au fil des années la présentation du bulletin a connu de belles améliorations. Le format a été doublé, passant de 15x21 cm pour les premiers numéros à 21x29 cm à partir de l’année 2000. L’importance accordée à l’iconographie dès les premiers bulletins s’est accrue au fil des ans par une augmentation régulière du nombre d’illustrations, en particulier celles en couleur.

13Les textes proposés par les auteurs, membres ou non de la société, sont relus et amendés par le vice-président Joseph Scheubel et le secrétaire Jean-Marie Ehret, qui souhaitent que dorénavant, les auteurs se fassent également relire, au préalable, par des tierces personnes. À ce jour, ce sont 66 auteurs différents qui, en rédigeant 282 articles traitant des thèmes les plus variés, ont permis à la SHVM d’apporter sa contribution à une meilleure connaissance de l’histoire de l’Alsace.

La Maison du Patrimoine

14La vallée de Masevaux n’a jamais eu de musée pérenne et de nombreuses richesses patrimoniales ont de ce fait été conservées dans les familles. Il est malheureusement fort probable que beaucoup ont été dispersées au gré des ventes aux enchères et autres vide-greniers. La nécessité de disposer d’un musée s’est donc imposée rapidement au sein de la SHVM, d’autant que de nombreux objets, vêtements ou ouvrages anciens, ont été collectés par ses membres au fil des années.

15Un premier projet, porté par Joseph Scheubel, voit le jour à Oberbruck au printemps 1999 grâce à l’aide d’un particulier, M. Raymond Scheubel, qui met un local à la disposition de la SHVM. La première ouverture du musée a lieu le 13 juin suivant, à l’occasion de la fête patronale de Saint Antoine. Mais ce local s’avère rapidement trop petit et inadapté aux ambitions de la SHVM. Dès 2002, le président Gérard Zimmermann expose le projet d’une « Maison du Patrimoine » qui regrouperait dans un même bâtiment un espace muséographique et un centre de documentation consacré à l’histoire de la vallée de la Doller. Les collectivités locales sont sollicitées, mais aucune proposition concrète ne voit le jour jusqu’à l’assemblée générale du 31 mars 2007, où le maire de Masevaux annonce la mise à la disposition de la SHVM du bâtiment des anciens bains municipaux. Une petite partie de cette maison sert depuis 1990 de lieu de conservation des archives de la ville, qui peuvent être consultées tous les premiers jeudis du mois grâce aux permanences qui y sont tenues bénévolement par deux membres de la société, Marie-Thérèse Kachler et René Limacher.

16La mise à disposition de l’ensemble du bâtiment, situé dans la rue du Moulin à Masevaux, ouvre ainsi de belles perspectives à la SHVM qui pourra y installer la Maison du Patrimoine qui faisait si cruellement défaut jusqu’à présent dans la vallée. L’aménagement de ce bâtiment est en cours et nécessite encore des travaux, mais à terme seront regroupés sous un même toit un musée, les archives du chef-lieu de canton et un centre de ressources historiques multimédia. Une première exposition d’objets remarquables, documents précieux et outils anciens s’est tenue les 15 et 16 septembre 2007, drainant un public venu nombreux s’enquérir du patrimoine local.

Une réalisation conjointe : le Sentier des bunkers

17C’est en 1994, à l’occasion du 80e anniversaire du déclenchement de la Première Guerre mondiale, que le président de la SHVM Louis Uhlrich exprime le souhait de voir mis en valeur les vestiges des hostilités encore bien visibles sur le ban de la commune de Burnhaupt-le-Bas. Ce secteur était en effet traversé par la ligne de front qui s’était stabilisée après les premières offensives de l’été 1914, lesquelles avaient permis la « reconquête » de la vallée de Masevaux par l’armée française, tandis que les communes de Burnhaupt-le-Haut et Burnhaupt-le-Bas demeuraient du côté allemand. Ces deux villages furent évacués le 1er janvier 1915 et détruits par les bombardements une semaine plus tard.

18Le projet d’un sentier de découverte des nombreuses fortifications allemandes encore en place en cet endroit sommeille pendant quelques années, puis refait surface en 2002. La section du Club Vosgien de Guewenheim procède au balisage du parcours, tandis que la SHVM se charge de la rédaction des différents panneaux explicatifs jalonnant l’itinéraire. Les vestiges militaires sont dégagés des broussailles par des membres du Club Vosgien et les participants d’un chantier de jeunes initié par la commune de Burnhaupt-le-Bas et la communauté de communes de la vallée de la Doller et du Soultzbach.

19Le 5 juin 2005 a lieu l’inauguration du « Sentier des bunkers », un parcours d’une longueur de 8,6 km démarrant au centre du village de Burnhaupt-le-Bas et qui permet à tout un chacun de découvrir, au gré d’une agréable promenade, les restes d’abris, d’observatoires et de positions d’artillerie, postes de tir et de secours, etc. La SHVM organise régulièrement des visites guidées du sentier à l’intention des groupes, sous la conduite du président Gérard Zimmermann.

Visites guidées, expositions, conférences

20Depuis 1997, la SHVM participe chaque année à la manifestation nationale des Journées du Patrimoine, en organisant notamment des visites guidées du vieux Masevaux et d’autres lieux évocateurs de l’histoire de la vallée : Oberbruck et ses vestiges industriels, Sewen et son passé religieux, le barrage du lac d’Alfeld, etc.

21La société organise également une exposition annuelle au mois de novembre, à l’occasion de la présentation officielle du bulletin Patrimoine Doller. Le temps d’un week-end, la population est invitée à découvrir un pan de l’histoire locale au travers de photos et documents anciens. Chaque fois est abordé un thème différent ; ainsi ces dernières années ont-elles été consacrées aux anciennes photos scolaires (2005), aux conscrits (2006) et aux lacs de la vallée (2007). La SHVM se fait un devoir d’ouvrir l’exposition aux groupes scolaires le vendredi précédant la manifestation, afin de transmettre la mémoire des événements passés aux jeunes générations.

22Une autre activité de vulgarisation consiste pour la SHVM à organiser des conférences publiques, données en soirée soit par des membres de l’association soit par des personnalités extérieures. Ces manifestations attirent en général un bel auditoire, selon le thème retenu. Citons à titre d’exemple : « L’histoire minière de la vallée de Masevaux », par M. Roger Petit en 1995, « Les Habsbourg en Haute-Alsace au Moyen Âge », par M. Jean-Marie Nick en 1996, « L’immigration suisse après la Guerre de Trente ans » par M. André Ganter en 2002, etc.

23Enfin, tous les deux ans, la SHVM invite membres et sympathisants à une excursion culturelle, à la découverte des richesses patrimoniales de la région : Éguisheim, Saint-Amarin, Fribourg, etc.

Les actions de communication

24À côté des activités qu’elle organise pour faire découvrir le patrimoine local, la SHVM met encore en place des actions de communication en vue de faire connaître l’association elle-même et d’attirer de nouveaux adhérents.

25Soucieuse de son image, la société se dote ainsi dès 1994 d’un logo créé par l’artiste local Bernard Latuner, qui représente l’ancienne église abbatiale de Masevaux surmontée d’une forme stylisée symbolisant l’union de la vallée de la Doller et des vallons du Soultzbach et du Bourbach.

26La SHVM participe également de temps à autre à des manifestations telles que le Salon du Livre de Colmar ou la Journée des Associations à Masevaux, où les membres présentent au public les derniers bulletins ainsi que les diverses activités de la société.

27Les possibilités offertes par le multimédia sont également exploitées depuis quelques années, notamment à travers un partenariat avec la chaîne de télévision locale Télé Doller qui diffuse régulièrement des séquences consacrées à l’histoire animées par des membres de la société. Un site internet a également vu le jour en 2005 grâce à la collaboration du webmestre Hervé Oberrieder. Grâce à lui la Société d’Histoire de la Vallée de Masevaux dispose à présent d’un moyen de communication ouvert sur le monde entier.

Contact

28Société d’Histoire de la Vallée de Masevaux (SHVM)

2929, rue G. Pompidou
68290 Wegscheid

30Site : http://masevauxhistoire.free.fr

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Denis Fluhr, « 1948 : Société d’Histoire de la Vallée de Masevaux (SHVM) », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 176-179.

Référence électronique

Denis Fluhr, « 1948 : Société d’Histoire de la Vallée de Masevaux (SHVM) », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/775 ; DOI : 10.4000/alsace.775

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page