Navigation – Plan du site
Les sociétés des Trente Glorieuses

1955 : Les Amis du Vieux Strasbourg

Marie-Thérèse Ludwig et Bernard Vogler
p. 199-204

Texte intégral

Protéger le « Vieux-Strasbourg »

1Assainir et embellir Strasbourg est le mot d’ordre du XIXe siècle. C’est à ce mot d’ordre que répond la fondation, par un groupe de notables strasbourgeois et immigrés, de la Strassburger Verschönerungs Gesellschaft en 1880. La première assemblée générale du 17 mars 1881 comptait 329 membres. La Société s’était partagée en trois sous-comités, chargés l’un : de l’embellissement de la vieille ville, un autre de la partie hors-les-murs, et le troisième de la restauration des bâtiments jugés dignes d’être conservés. Elle encourage la recherche que mène Seyboth sur les rues et maisons de Strasbourg. Cette société, qui peut être considérée comme l’ancêtre des « Amis du Vieux Strasbourg », se maintient pendant une dizaine d’années seulement.

2En 1908, à la veille de la grande percée, est refondée une Société pour la conservation du Vieux-Strasbourg, par des architectes, des artistes, des médecins. Ils entreprennent de conserver les traces des vieilles maisons qui disparaissent, en constituant un fichier photographique et s’efforcent d’imposer à la ville, une unité de style dans la nouvelle rue qui s’édifie : la Neue Strasse. Mais elle disparait à son tour avec la guerre.

Origine de la Société actuelle des Amis du Vieux Strasbourg

3L’archiviste adjoint de la ville de Strasbourg, Charles Wittmer a projeté dès la fin des années 20 la refondation d’une société qui avait laissé des souvenirs à Strasbourg, d’autant que le travail d’extension de la ville ne chômait pas : rue de la Division Leclerc, nombreuses cités dans la ville et la proche banlieue. C’est pourquoi en 1938, la parution d’une plaquette de l’architecte et concessionnaire automobile Georges Frankhauser « Alt-Strassburg. Für seine Erhaltung und Verschönerung » provoque l’intérêt et la sympathie. C’est à cette occasion que Charles Wittmer entra en contact avec Georges Frankhauser et tous deux décidèrent de montrer, aux premiers sympathisants et à des journalistes, le panorama unique de la vieille ville du haut de l’ancien tronçon de rempart légué par Vauban. Mais bientôt, la deuxième guerre mondiale mit fin au projet.

4Charles Wittmer reprend son poste aux archives de la ville de Strasbourg à la Libération le 1er mai 1945. Pendant une dizaine d’années, il se dépense en conférences sur les quartiers ou maisons remarquables de Strasbourg. Georges Frankhauser et lui vont relancer leur projet en 1955.

Création de la Société des Amis du vieux Strasbourg

5Une trentaine d’amis et de sympathisants de la future Société se réunirent le 2 juillet 1955 dans une des tours des Ponts Couverts, dite « Hans von Altheims Turm », Charles Wittmer avait toujours conservé l’espoir d’y installer le siège de notre Société. Georges Frankhauser, très attaché à ce quartier du Finkwiller qui était le sien, exposa brièvement ses idées et Charles Wittmer donna un aperçu historique de ce quartier. Afin de susciter l’intérêt de la municipalité, Georges Frankhauser eut l’idée d’inviter le Maire, le Conseil Municipal et des chefs de services, à monter sur le rempart (barrage Vauban) pour bénéficier de la vue unique sur la vieille ville. Cette visite commentée par Charles Wittmer eut lieu le 1er juin 1957, le commandant Schmitt (des pompiers) mit une échelle à la disposition des visiteurs.

6Huit jours plus tard, le 8 juin 1957, a lieu à la Mauresse, l’assemblée constitutive, en présence de M. Roche, secrétaire général de la préfecture du Bas-Rhin et de Joseph Zell, adjoint au Maire. Les statuts, rédigés et proposés par Charles Wittmer, furent votés à l’unanimité et un Comité provisoire fut constitué par quelques volontaires : Président : Georges Frankhauser, Vice-Présidents : Charles Wittmer, archiviste et le Dr Théo Kammerer, Secrétaire : Charles Dirrheimer, pharmacien ; Trésorier : André Horny, directeur des Editions F.-X. Le Roux ; Assesseurs : Emile Burger et Alfred Schwing. Le 20 août 1958, la Société a été enregistrée au Tribunal, avec pour objet moral « L’association a pour but la conservation et la mise en valeur des constructions et sites qui constituent des témoins de l’histoire de Strasbourg et de sa banlieue, de même que l’étude de cette histoire elle-même et la publication de documents s’y rapportant ». (art. 2 des statuts).

Organisation de la Société

7A l’origine, la société a pour siège, les Archives Municipales, 8 Place de l’Hôpital. En novembre 1970, les Amis des Arts mettent à notre disposition un petit local au 1er étage du 20, rue des Serruriers. Grâce au Général Hirt, la Municipalité nous attribue un local de trois pièces avec entrée séparée, au rez-de-chaussée, 6 rue du Maroquin, où nous nous installons le 1er juillet 1982 et qui reste le siège actuel des Amis du Vieux Strasbourg. Le Président Pflimlin nous a fait l’honneur d’inaugurer officiellement ces locaux le 10 septembre 1982. Les premières assemblées générales se tenaient le plus souvent au Poêle des Tanneurs. En 1966, notre Société désormais forte de 171 membres, se réunit Au Canon à la demande du Président Jérôme Hatt qui termina la séance par un exposé sur le passé de cette maison, ancienne propriété de sa famille où furent tentés les premiers essais de brassage sur place. Puis, elles se tiennent dans diverses localités de la ville : la Fondation Goethe, le Cabinet des Estampes, les Salons Ricard (à l’Aubette). Les assemblées étaient suivies traditionnellement par un exposé historique sur Strasbourg. Quant au comité, il se réunissait dans différents cafés de la ville, le plus fréquemment : Au Franciscain, Faubourg-de-Pierre.

Le comité directeur

8Georges Frankhauser décide de se retirer en 1963. Il est remplacé par Jérôme Hatt et le comité est renouvelé. Président : Jérôme Hatt ; Vice-Président : Charles Wittmer ; Secrétaire : Joseph Zell ; Trésorier : Claude Levy. Soutenu par son secrétaire, adjoint au Maire et conseiller général de Strasbourg, ce comité est à l’origine de la conservation du barrage Vauban et de la création du « Prix de la Maison strasbourgeoise ». En 1970, Robert Weiss succède à Jérome Hatt, et le Général Hirt devient vice-président. Entrent au comité, l’adjoint au maire de Rendinger, puis Bilger, directeur de la Police du Bâtiment. Robert Weiss exercera son mandat pendant 26 années. Lui succède, le Dr Hutt (1996-1998), puis Charles Zaegel (1998-2005). A l’heure actuelle, c’est le professeur émérite d’histoire de l’Alsace, Bernard Vogler qui exerce la présidence de la Société.

Robert Weiss, président de la Société des Amis du Vieux Strasbourg (1970-1996)

Robert Weiss, président de la Société des Amis du Vieux Strasbourg (1970-1996)

Les commissions

9A partir de 1970, sous la présidence de Robert Weiss, la Société répartit ses tâches en plusieurs commissions : la commission de l’annuaire, celle de la presse et de la propagande, celle des prix, la commission de liaison.

Commission de l’annuaire

10La Société publie un Annuaire des Amis du Vieux-Strasbourg, à partir de 1970. Charles Wittmer en assume la rédaction, secondé à partir de 1974 par Georges Foessel et Jean-Pierre Klein, ainsi que par R. Ahnne et C. Wolff. En 1994, P. Durand de Bousingen puis en 2005, Jean-Marie Minor se chargent de cette tâche.

La commission de presse et propagande

11La commission a pour but à la fois de faire connaitre la Société et de populariser les campagnes qu’elle mène en faveur de la conservation de son patrimoine. Elle agit en liaison avec l’Office du Tourisme, les archives et musées ainsi que les média : presse, radio, télévision.

La Commission des Prix

12Présidée depuis 1974 par le Doyen Livet, puis à partir de l’an 2000 par le Professeur Rapp, elle sélectionne et distingue les auteurs qui par leurs travaux de recherches font avancer nos connaissances sur le passé strasbourgeois et sur les trésors artistiques de notre province, but essentiel de notre Société. La remise des prix a longtemps été une manifestation de prestige organisée chaque année dans le cadre somptueux de la Salle du Synode du Château des Rohan, sous la présidence du Maire de Strasbourg et de personnalités de la Ville et du Département. Un éclat particulier a été donné aux prix décernés pour l’année du bimillénaire de Strasbourg de 1988, qui a donné lieu à un concours en direction des collèges de la Communauté Urbaine de Strasbourg sur le thème « Mieux connaître sa ville pour mieux la vivre » et a vu de nombreuses classes et élèves concourir et être distingués.

La commission de liaison

13La commission de liaison, créée par le général Hirt et animée par lui de 1970 à 1995, a pour but de sensibiliser les propriétaires des immeubles remarquables, notamment dans le secteur sauvegardé, afin de les inciter à les restaurer. Elle a obtenu la création par la municipalité du prix de la « maison strasbourgeoise » assorti de la remise d’un Thaler d’argent. Ce prix est actuellement en veilleuse. Mais la commission de liaison a pour rôle de mettre sur pied le programme des conférences et des visites organisées à l’intention des sociétaires, mais ouvertes au public. La Société a également organisé des voyages, en Alsace, en Allemagne.

14C’est à elle qu’incombe aussi le travail de liaison avec les pouvoirs publics. La Municipalité, le Conseil Général, la Préfecture, les Affaires Culturelles, les Bâtiments de France, de même qu’avec les architectes, les promoteurs et même les particuliers. Le général Hirt avait acquis une très large audience auprès des autorités qui nous apportèrent constamment un appui bienveillant.

Jean-Pierre Hutt, président de la Société des Amis du Vieux Strasbourg (1996-1998)

Jean-Pierre Hutt, président de la Société des Amis du Vieux Strasbourg (1996-1998)

L’oeuvre de la Société : le secteur sauvegardé

15Plusieurs étapes précèdent tout au long des années 1960, la détermination du « secteur sauvegardé de Strasbourg », confiée à F. Guri et Bertrand Monnet (nouveau règlement d’urbanisme de 1966, délibération du Conseil municipal de 1972 sur le périmètre du secteur, arrêté interministériel du 17 janvier 1974). Le maire Pierre Pflimlin a tenu à associer la Société des Amis du Vieux Strasbourg à cette réalisation. Elle a été représentée dans la commission municipale de l’environnement. Ces démarches et délibérations ont abouti, en 1977, à la rédaction par notre Société, d’un important Document de Synthèse des diverses possibilités de financement et conseils en matière de rénovation envoyé à plus de 140 propriétaires, renouvelé à plusieurs reprises et largement diffusé grâce à la collaboration de la  Chambre Syndicale des Propriétaires. F. Guri, membre de la Société, ancien architecte des bâtiments de France, secondé par M. Guiochet également averti de tous ces problèmes, a bien voulu accepter de rédiger une notice technique donnant des conseils en matière de rénovation et mettant en garde contre les erreurs à éviter. Cette notice accompagna en 1985 la sixième édition de notre synthèse.

16Quant au règlement de construction de la ville de Strasbourg, issu du droit local de 1966, il avait besoin d’être conservé quant au fond, mais exigeait d’être complété sur certains points, tel que l’ensemble du volume bâti y compris les combles, l’aspect extérieur des toitures, aménagement de niveaux supplémentaires dans les combles, la forme de leurs ouvertures, le suivi des travaux sur le terrain par la Ville ou les Monuments historiques. Nous avons donné nos vues sur le développement de notre ville et sur le plan d’occupation des sols. Tel qu’il a été élaboré, il a été présenté dans ses grandes lignes, au cours de l’exposition qui s’est tenue à l’Hôtel de ville en janvier 1982.

Les monuments historiques

17La société siège dans toutes les commissions départementales et régionales pour la protection des monuments historiques et des sites, ainsi qu’au Comité Départemental chargé de préparer L’Inventaire Général des Monuments et Richesses artistiques du département du Bas-Rhin. Elle a ainsi provoqué en 1976 l’inscription à l’Inventaire des Immeubles Protégés d’un certain nombre de maisons et ensembles à conserver, ainsi que de six immeubles de style 1900 « jugendstil » et en 1977, plusieurs maisons dans le quartier de la Krutenau. En 1978, nous avons aussi entrepris une action énergique pour lutter contre tout ce qui peut enlaidir notre vieille ville et gâcher ses sites, tel que : graffitis, publicité, affichages abusifs, câbles téléphoniques encombrant certaines façades, maintien d’une polychromie raisonnable.

L’Association nationale des villes d’art

18Sur le plan national, notre délégué, le général Hirt a été élu au comité directeur de l’Association Nationale pour la Protection des Villes d’Art de France dans laquelle nous siégeons avec voix délibérative et sommes régulièrement représentés aux réunions à Paris. La Société a reçu en Alsace, le XIIe congrès de cette association qui eut lieu à Strasbourg du 7 au 10 octobre 1976. Différentes commissions ont étudié la protection des villes, villages et ensembles ruraux, la constitution des syndicats de propriétaires, l’aménagement et la restauration des immeubles anciens. Le tout avec visites sur le terrain : du secteur sauvegardé de Strasbourg, de l’exposition qui se tenait au musée historique et à l’ancienne Douane, à une séance de spectacle « Son et Lumières » à la Cathédrale et à une excursion avec nos membres dans le nord de l’Alsace, à Hunsbach, Oberseebach, Wissembourg, Barr, Obernai, Dambach, sous la direction de Jean-Laurent Vonau, président de la Société-Sœur de Wissembourg. Ils furent reçus par le Maire d’Obernai et par Monsieur Pflimlin au château des Rohan à Strasbourg.

Bernard Vogler, président actuel de la Société des Amis du Vieux Strasbourg

Bernard Vogler, président actuel de la Société des Amis du Vieux Strasbourg

Un rayonnement national

19Notre Société a assisté le 8 décembre 1980 à la cérémonie organisée à l’occasion de la clôture de l’Année du Patrimoine dans la Salle médiévale de la Conciergerie à Paris. Elle reçut à cette occasion des mains du ministre de la Culture et de la Communication la médaille de bronze décernée en témoignage de notre action en faveur du patrimoine. Notre société a fait connaître ses objectifs par la rédaction du « Livre Blanc Régional », demandé en 1982 par le Ministre de l’Environnement, Michel Crepeau, à toutes les associations touchant à l’environnement, en vue de soumettre au Parlement, après avis des Conseils régionaux et départementaux, une Charte de l’Environnement. Dans ce travail, particulièrement important, nous exprimions nos préoccupations à ce sujet, les villes continuant à se développer à un rythme galopant, sans espaces verts, à la prolifération de la publicité et enseignes, aux ventes sauvages, les éventaires des commerçants empiétant toujours davantage sur le domaine public. Nous avons donné à notre dossier la plus large diffusion possible en adressant une copie aux Présidents des Conseils Général et Régional et à l’Association Nationale pour la protection des villes d’art. Toutes nos suggestions ont été retenues et la « Charte de l’Environnement » a été agréée par le Parlement. Le 11 mai 1998, la Commission de l’Environnement a présenté une évaluation des actions de cette charte.

Et européen

20Le Conseil de l’Europe avait créé en 1963 l’association « Europa Nostra » destinée à sensibiliser l’opinion sur la défense du patrimoine culturel et naturel de l’Europe, et Pierre Pflimlin avait tenu à se réclamer de cette initiative. La Société a été invitée en 1984 à faire partie de cette association, dont le siège est à Londres.

Et régional

21Enfin, la Société est adhérente de la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace.

Contact

22Les Amis du Vieux Strasbourg

236 rue du Maroquin
BP 31
67060 Strasbourg Cedex

24Site : amisvieuxstrasbourg.free.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Robert Weiss, président de la Société des Amis du Vieux Strasbourg (1970-1996)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/830/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Jean-Pierre Hutt, président de la Société des Amis du Vieux Strasbourg (1996-1998)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/830/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Bernard Vogler, président actuel de la Société des Amis du Vieux Strasbourg
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/830/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 983k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Thérèse Ludwig et Bernard Vogler, « 1955 : Les Amis du Vieux Strasbourg », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 199-204.

Référence électronique

Marie-Thérèse Ludwig et Bernard Vogler, « 1955 : Les Amis du Vieux Strasbourg », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 20 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/830 ; DOI : 10.4000/alsace.830

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page