Navigation – Plan du site
Les sociétés des Trente Glorieuses

1968 : Société d’Histoire et d’Archéologie de Brumath et Environs

Charles Muller
p. 238-242

Texte intégral

Brumath aujourd’hui

1Brumath est chef-lieu de canton du Bas-Rhin et aujourd’hui, bourg centre de la Communauté de Communes.

2Brumath comptait en 1970, 7 000 habitants. A la suite d’un audacieux plan d’urbanisme la cité compte aujourd’hui 10 000 habitants. Parmi ces nouveaux citoyens, la grande majorité n’est point de souche brumathoise. Elle est composée en général de cadres moyens, d’enseignants et de quelques 300 cadres supérieurs. Par ailleurs, depuis les années 1950, Brumath a connu différentes mutations. Le centre rural est devenu une banlieue qui a su se transformer en bourg centre.

3Le rôle de la SHABE devient prépondérant dans l’apport, pour cette nouvelle composante citoyenne, de la mise en valeur du riche passé historique de la cité.

La Société d’Histoire et d’Archéologie de Brumath et Environs

4Le long et riche passé historique de la ville, les vestiges qui s’y sont entassés, ont été des éléments déterminants pour la création d’une société d’histoire.

5C’était en 1964, lors de travaux d’excavation sur un terrain situé au 30 rue des Romains, que Jean-Jacques Kientz a découvert les premières poteries romaines mises à jour par les pelles mécaniques.

6Par la suite, intéressé par ces découvertes, un groupe d’amateurs d’archéologie s’est formé avec l’objectif commun : sauver ces témoins du passé et les faire connaître au grand public.

7Avec la poursuite des grands travaux d’aménagement, comme le lotissement « Le Tilleul », le collège, l’assainissement, la Direction des Antiquités Historiques, sous l’impulsion du professeur Jean-Jacques Hatt, détacha sur place M. Ervin Kern. Il avait pour mission de surveiller les travaux de terrassement et commencer à mettre en place des structures devant permettre de sauver les vestiges mis à jour.

8Le contact entre le groupe brumathois et l’archéologue Kern se fit aisément. Grâce à ses qualités techniques et pédagogiques, ce dernier les initia à la science de l’archéologie sur le terrain.

9La Société d’Histoire et d’Archéologie de Brumath deviendra rapidement une réalité. L’association fut créée en 1968. Elle avait obtenu son affiliation à la fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace.

10Le comité fondateur se composait alors de Messieurs :

11V. Fischer, maire, président d’honneur ; J.-J. Kientz, président ; J. Barthel, secrétaire ; Cl. Staadt, trésorier ; et comme asseseurs : Ch. Gerling, E. Kem, J. Klein, R. Kittel. Il y eut également des membres actifs de la première heure tels que : Mme D. Ebener, MM. L. Ganter, J.-C. Werle, A. Henni, Chr. Jung, A. Hummel, A. Lorentz, A. Ebener.

La mission de la SHABE

12Gestion et conservation du musée archéologique de Brumath. Surveillance des travaux de fouille.

13Recherches historiques (mémoire de pierre et mémoire de papier). Edition d’un annuaire. Sorties culturelles et pédagogiques pour faire connaître le patrimoine historique, cultuel, artistique de la région. Mise en valeur du patrimoine historique local. Organisation de conférences.

Les étapes de notre histoire

14En 1968, furent découvertes des fondations de thermes romains au lotissement « Le Tilleul », près de l’actuelle rue des Thermes. Vu l’ampleur des vestiges, les Antiquités Historiques, avec le consentement de la municipalité et des propriétaires de terrains, décidèrent d’entreprendre une fouille archéologique du site.

15De nombreux membres de la SHABE, des élèves et d’autres amateurs d’archéologie des environs participèrent à cette campagne qu’on surnomma : « Opération taupe ». Les travaux de fouilles qui s’étendirent sur plusieurs semaines furent dirigés par M. Kern. L’opération taupe, avait permis de dégager une partie des fondations d’un ensemble de bains publics du IIe siècle, chauffés selon le principe de l’hypocauste.

16L’ampleur des vestiges, il s’agissait d’une installation exceptionnelle, unique à l’époque en Alsace.

17La mise en place du réseau d’assainissement (tout-à-l’égout) dans les quartiers du centre de Brumath (1968-1971), a permis une abondante moisson d’objets d’art de la période romaine : céramiques, sculptures, éléments lapidaires, bronzes…

18A partir de 1970, l’extension du lotissement « Le Tilleul » vers la rue des Romains, avait permis de découvrir le quartier des potiers romains. Ces derniers, toujours obligés de s’installer en dehors des sites urbains avaient cantonné leurs officines et échoppes de vente en bordure de la route romaine.

19La présence de chantiers de fouilles était devenu une réalité dans le paysage local.

20Il coule de source que pour la SHABE trouver un local pour y aménager un musée afin d’y exposer le matériel archéologique, était devenu une obsession.

21Le sous-sol de l’église du château pouvait offrir un espace adapté à ce projet.

22La paroisse, ainsi que les autorités de tutelle, furent favorables au projet. Elles proposèrent de donner à bail à la SHABE, un espace délimité du sous-sol. Dans le même temps, M. E. Kern obtint l’autorisation de la DRAC de créer un dépôt de fouille avec salle d’exposition à Brumath.

Le dépôt de fouille et son développement

23En décembre 1979, la paroisse protestante prit la décision d’aménager un foyer paroissial au sous-sol de l’église.

24À cette occasion, avec l’accord du Conseil Presbytéral de l’église du Château et l’attention manifestée par la municipalité sous le mandat du maire Bernard Schreiner, la salle d’exposition fut incluse dans les travaux, en vue de l’agrandir, de la rendre conforme pour l’accueil du public. Malheureusement en cette époque il n’était pas encore de coutume de prendre en compte les accès pour personnes à mobilité réduite. Cette lacune représente aujourd’hui un important obstacle pour une transformation définitive de la salle d’exposition en musée à part entière.

25Il est bien dommage que cette métamorphose ne puisse se réaliser. Les objets que nous présentons aujourd’hui au public sont souvent inédits et d’une grande valeur. Pour preuve, nous citons la grande importance que nous avaient accordée les organisateurs de l’exposition au musée d’Unterlinden de Colmar : Florilège de céramiques gallo-romaines en Alsace. Brumath a contribué à la réussite de cet évènement par le prêt d’un important matériel.

26En 1983, une nouvelle convention établie entre la paroisse, la ville de Brumath et la SHABE avait déjà permis de redonner à la salle d’exposition une allure de musée.

27En 2005, le « musée » a subi une profonde restructuration ; avec une muséographie plus contemporaine les collections sont présentées à partir de données prenant en compte la démarche pédagogique. Cette nouveauté nous permettra pour la rentrée 2009/2010, d’établir des relations privilégiées avec les écoles élémentaires de la communauté de communes de la Région de Brumath. Dès septembre 2009, un travail en partenariat avec des classes de CM1 et CM2 a fait découvrir aux élèves le musée et la vie de tous les jours des Gallo-Romains de Brocomagus.

28Un avenant à la convention de 1983 avait pour but d’épurer le musée des objets datant de l’époque postérieure à l’antiquité romaine. Ce matériel est maintenant présenté dans le couloir qui longe le musée.

Le grand deuil de 2005

29En 2003, Jean-Jacques Kientz a volontairement quitté la présidence de la SHABE pour aller savourer une retraite bien méritée

30Hélas elle fut de courte durée.

31Dans la nuit du 3 au 4 janvier 2005, Jean-Jacques Kientz nous a quittés. Les Brumathois gardent le souvenir d’un historien attaché à sa ville natale. Il a d’ailleurs servi la commune comme conseiller municipal de 1971 à 1995. Mais il a également longtemps, avec zèle et fidélité, œuvré au sein de la paroisse en tant que conseiller presbytéral.

32Il a été en 1968 le fondateur de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Brumath. Il en fut le président pendant 35 ans.

Jean-Jacques Kientz, fondateur de la SHAB

Jean-Jacques Kientz, fondateur de la SHAB

33Trente cinq années d’un travail rigoureux et passionné qui ont permis à notre ville de devenir propriétaire des nombreuses trouvailles archéologiques enfouies dans le sol et occasionnellement mises à jour.

34C’est ce que les archéologues appellent les fouilles de sauvegarde.

35En effet, d’intéressantes trouvailles avaient été faites à Brumath depuis la fin du XIXe siècle. Mais tout ce patrimoine est parti alimenter les grands musées régionaux. Même s’il est profitable pour notre ville que son nom soit évoqué à Strasbourg, Saverne, Haguenau et ailleurs… il est tout aussi important que notre patrimoine archéologique reste chez nous.

36Ce fut chose faite et ceci grâce à J.-J. Kientz.

37C’est enfin en 1971, soutenu par la municipalité, par la Direction des Antiquités Historiques, la paroisse protestante et quelques entreprises brumathoises (menuiserie Schwartz, entreprise de construction Kratzeisen, ferronnerie Ch. Richert, électricité Claus) que Jean-Jacques a pu concrétiser un rêve de longue date : ouvrir à Brumath un musée. Ce dernier fut agrandi en 1979. Depuis il ne cesse d’attirer un nombreux public, des néophytes mais aussi des spécialistes. Le verdict est toujours le même : le musée ne reflète pas seulement le riche passé brumathois, il est également, pour nos écoles et pour des passionnés d’archéologie, un outil pédagogique très apprécié.

38En 1983 Jean-Jacques Kientz, encore lui, réussit à attirer au sein de l’association Charles Muller. Avec lui Jean-Jacques fonda la revue d’Histoire locale. Cette revue dont le n° 30, celui de décembre 2002, nous présente d’une façon remarquable, sous la forme d’un catalogue, l’inépuisable et très riche passé archéologique de notre ville. Un passé présenté sous la forme d’un testament qui reflète d’une façon plus que pertinente la rigueur du travail d’archéologue et d’historien que Jean-Jacques a accompli sa vie entière.

La revue SHABE

39La première édition a paru en février 1983. Depuis elle n’a cessé d’évoluer. La revue SHABE est distribuée à 300 abonnés. Une centaine de revues sont envoyées aux centres de documentation des collèges du Bas-Rhin. Elles sont subventionnées par le Conseil Général. Un échange de publications se fait, entres autres, avec les associations suivantes : Maison du Kochersberg, Société d’Histoire de Reichshoffen et Environs, Vivre en Rouergue (Cahiers d’archéologie aveyronnaise), Pays d’Alsace (revue de la Société d’Histoire et d’Archéologie de Saverne), Institut für Ur und Frühgeschichte der Universität Freiburg i. Breisgau.

La SHABE aujourd’hui

40La SHABE forte de ses 300 adhérents poursuit ses travaux. Elle s’est donnée pour mission de préserver et mettre en valeur toutes découvertes archéologiques et historiques locales et de veiller à la sauvegarde du patrimoine culturel, historique et archéologique local.

41Tout un programme, auquel s’ajoute la conservation et la gestion du musée ainsi que l’organisation d’expositions temporaires et permanentes.

42La SHABE diffuse un bulletin annuel, résultats de la part de certains adhérents, de recherches archéologiques et de faits historiques. Ce document d’une bonne cinquantaine de pages est distribué aux adhérents ainsi qu’à un certain nombre d’écoles (via le Conseil Général et la Ville de Brumath).

43Elle organise également des sorties culturelles (visites de villes, musées, etc.), des réunions-débats, des exposés et présentations divers.

44Par sa présence et la tenue de stands, elle participe activement aux manifestations et expositions locales et régionales.

45La SHABE n’a pas de salarié, tout est basé sur le bénévolat.

46Composition du comité au 23 janvier 2009 :

47Président : Charles Muller, vice-président : Michel Knittel, vice-président et trésorier : Louis Ganter, secrétaire : Danièle Faerber, asseseurs : Daniel Benoist, Damien Bresse, Jean-Claude Goepp, Thierry Hahn, Nadine Kientz, Michel Orth, Eric Vial, Robert Wendling.

Un exemple parmi d’autres

48Nous pourrions donner de nombreux exemples de nos activités portant sur la sauvegarde du patrimoine, la veille archéologique lors de chantiers de construction. Nous participons à de nombreuses opérations collectives, comme la Nuit des Musées. Nous organisons des conférences qui trouvent leur public.

49Choisissons un exemple, celui de la participation à la mise en place d’un sentier à thèmes dans la forêt de Brumath. Thèmes : Découverte de « tumuli », d’une très ancienne voie de communication… Le sentier à thèmes doit emprunter une partie d’une vieille route : « Mittelhausersträssel », longeant également une ancienne voie romaine. La SHABE a effectué les recherches nécessaires à la reconstitution de cet ancien tracé, qui comportait un pont permettant au « Mittelhausersträssel » de franchir le canal de la Marne au Rhin. Il est dynamité en 1940 et n’a jamais été reconstruit.

Pont du Mittelhausersträssel

Pont du Mittelhausersträssel

Pont du Mittelhausersträssel. Dessin non daté de Georges Krebs, exécuté certainement aux environs des années 1930.

Contact

50Société d’Histoire et d’Archéologie de Brumath et environs

5172, rue du Général Duport
67170 Brumath
Tél. : 03 88 51 07 61

52Mail : echmuller@wanadoo.fr

Haut de page

Table des illustrations

Titre Jean-Jacques Kientz, fondateur de la SHAB
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/847/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Pont du Mittelhausersträssel
Légende Pont du Mittelhausersträssel. Dessin non daté de Georges Krebs, exécuté certainement aux environs des années 1930.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/847/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charles Muller, « 1968 : Société d’Histoire et d’Archéologie de Brumath et Environs », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 238-242.

Référence électronique

Charles Muller, « 1968 : Société d’Histoire et d’Archéologie de Brumath et Environs », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/847 ; DOI : 10.4000/alsace.847

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page