Navigation – Plan du site

1977 : La Fédération de 1977 à nos jours

Gabrielle Claerr-Stamm
p. 265-291

Plan

Haut de page

Texte intégral

1Après la « révolution de Wissembourg » lors de la 25e assemblée générale, il fallait donner une nouvelle structure à la Fédération, composer un comité, renouer le dialogue avec les sociétés, se lancer dans de nouveaux travaux d’envergure. C’est une poignée d’hommes qui va assurer la renaissance.

1977-1978 : une année de reconstruction sous la présidence intérimaire de François Joseph Fuchs

2Le 4 octobre 1977, les membres élus se réunissent à Strasbourg pour se répartir les tâches. Lucien Sittler est fait président d’honneur, Victor Beyer est élu président (mais préfèrera se retirer), Louis Uhlrich et François Joseph Fuchs, vice-présidents, Louis Ludes et Georges Bischoff secrétaire et secrétaire adjoint, Henri Gruninger et Dominique Lerch, trésorier et trésorier-adjoint. Le 5 novembre 1977, une réunion à Colmar rassemble des membres élus, G. Bischoff, F. J. Fuchs, D. Lerch et L. Ludes auxquels se joignent Gabriel Braeuner, Georges Foessel, Jean-Pierre Klein et Bernard Vogler. Le compte rendu de la réunion est en partie manuscrit, en partie dactylographié. G. Braeuner propose une maquette pour le bulletin de liaison trimestriel, qui doit fournir des informations régulières, permettre aux sociétés de se présenter, publier les sommaires des annuaires… La première page est adoptée. C’est l’outil essentiel pour dialoguer avec les sociétés d’histoire. Le siège de la fédération est fixé aux Archives municipales 8 Place de l’Hôpital à Strasbourg. Le comité prévoit l’organisation d’une assemblée générale extraordinaire et une ordinaire. Le premier bulletin de liaison paraît dès novembre 1977.

Les relations avec les Sociétés : le Bulletin de liaison (BL)

3Il soumet aux sociétés les statuts actuels de la Fédération afin que les sociétés proposent les modifications nécessaires. La rubrique « Les sociétés ont la parole » publie la lettre de la Société d’histoire de Kientzheim proposant d’accueillir la Fédération en septembre 1978. Le BL présente également les nouvelles commissions. Le dernier point s’intitule « La parole est aux chercheurs » et Dominique Lerch y expose ses difficultés de savoir comment les gens conservaient chez eux les images religieuses et autres images populaires. Le Bulletin de liaison s’achève par une « Fiche signalétique » à remplir par les sociétés et à renvoyer aux Archives municipales de Strasbourg, siège provisoire de la nouvelle fédération.

La relance de la Revue d’Alsace

4La commission des Publications qui sera confiée à B. Vogler est mise provisoirement en veilleuse pour se consacrer d’abord à la sortie de la Revue d’Alsace, confiée à D. Lerch. Celui-ci propose la création de deux comités : un comité de patronage, caution intellectuelle et ambassadeur de la revue, et un comité de rédaction chargé des aspects plus techniques. Sont pressentis le Doyen Livet comme président, Raymond Oberlé comme vice-président, ainsi que le secrétaire de la RA, D. Lerch et quatre présidents de sociétés. Sont membres du comité : MM. Pierre Schmitt (ancien directeur de la RA), Marcel Thomann (Université des Sciences juridiques), professeur Marcou (Faculté de médecine), Freddy Raphaël (Institut de Sociologie), Francis Rapp (Hautes Etudes alsaciennes), Christian Gras (Institut d’histoire Economique et sociale), Dreyfus (Institut des Etudes Politiques), Martin Allheilig (ORTF), Octave Landwerlin (libraire), Francis Gueth (Bibliothèque municipale de Colmar), Henri Nonn (Université Louis Pasteur). La liste n’est pas limitative. Les membres pressentis sont invités à une réunion au Palais universitaire le 14 janvier 1978.

5Sont invités à former le comité de rédaction M. François Pétry (Achéologie et antiquités), MM. Christian Wilsdorf et Georges Bischoff (Histoire médiévale), MM. Vogler, Chatellier et Fuchs (ou Rott) (Histoire moderne), MM. Foessel, Lerch et Léon Strauss (Histoire contemporaire), Roland Recht (Histoire de l’art), M. Schwab (Géographie) et M. Littler (Bibliothèque). Une réunion du comité de rédaction est programmée le 21 janvier 1978. Outre les articles de fond, la RA comprendra des comptes-rendus des dernières parutions et le sommaire des différentes revues locales parues dans l’année. L’échéancier prévoit une parution en décembre 1978.

6Le bulletin de liaison N° 1 a été bien accueilli par les sociétés qui ont envoyé leur fiche signalétique. Le comité fédéral a poursuivi ses travaux et s’est réuni le 20 janvier à Strasbourg au sujet de la Revue d’Alsace. Le bulletin N° 2 paraît en février 1978 et retrace l’avancement des travaux pour la publication de la RA. Dans « La parole est aux chercheurs » Lucien Sittler souhaite lancer un travail d’inventaires des croix et crucifix ainsi que des Bildstoeckle d’avant la Guerre de Trente Ans. De nombreuses sociétés ont envoyé leur programme d’activités et leur sommaire des publications. « L’Outre-Forêt » présidé par J.-L. Vonau se présente. « Nous avons lu pour vous » rappelle les publications de « Paroisses et communes de France : le Bas-Rhin » de J.-P. Kintz, « Histoire de Mulhouse des origines à nos jours » sous la direction de G. Livet et R. Oberlé, « Georges Humann 1780-1842 » par Félix Ponteil et « En Alsace du berceau à la tombe » de Freddy Sarg.

7Le comité fédéral provisoire se réunit à nouveau le 13 mars sous la présidence intérimaire de F. J. Fuchs. La discussion se porte sur les statuts en vue de leur transformation. Le comité nomme MM. Paul Stintzi et Ch.-M. Heyl, membres d’honneur.

8Le comité fédéral se réunit le 12 avril. Le Conseil général du Haut-Rhin, soutenant la nouvelle fédération, lui verse 3 000 F. Une somme importante est entre les mains de M. Himly pour la RA qu’il convient de récupérer. Nouvelle réunion le 8 mai pour discuter du déroulement de l’AG extraordinaire et des contacts avec M. Pierre Schmitt au sujet du titre de la RA. Le 4 août est mis au point l’ordre du jour de l’AG et la liste des candidats à élire au comité.

L’assemblée extraordinaire de Colmar et les nouveaux statuts de la Fédération

9Le bulletin de liaison N° 3 convoque les sociétés adhérentes à l’assemblée générale extraordinaire pour l’adoption de nouveaux statuts, à Colmar, le 17 juin 1978 et expose le programme de la 136e session des Congrès archéologiques de France qui se tiendra à Colmar du 28 mai au 3 juin 1978. 29 sociétés sur 37 sont présentes lors de l’assemblée générale extraordinaire. Elles adoptent à l’unanimité les statuts après échanges de vues.

10L’objet social de la fédération, à l’article 4, est défini ainsi : « La Fédération a pour objectif, en dehors de toute préoccupation politique et confessionnelle :

  • de créer d’abord et avant tout, un lien de solidarité entre les associations adhérentes.

  • d’encourager par tous les moyens dont elle dispose la publication de travaux scientifiques en aidant ainsi les chercheurs membres des associations fédérées, par l’édition d’une revue d’histoire régionale.

  • sur la demande expresse de ses membres, de représenter ceux-ci éventuellement auprès des autorités constituées ; d’appuyer de son autorité les démarches effectuées par les sociétés affiliées en vue de la conservation du patrimoine historique, artistique, architectural et naturel de l’Alsace.

  • de régler par voie d’arbitrage les différends qui pourraient naître entre les membres, sur le recours exprès de l’un ou l’autre d’entre eux.

  • et d’une manière générale, d’aider, de soutenir, d’encourager, de conseiller chacune des associations adhérentes ».

11Le 24 septembre 1978, F. J. Fuchs ouvre l’assemblée générale ordinaire à Kientzheim par des mots de bienvenue, les excuses de MM. Ludes, Thomann et Mieg. Il signale le 80e anniversaire de Paul Stintzi, fondateur de la Société d’histoire Sundgovienne. Il donne lecture du PV de l’AG de Wissembourg ainsi que de l’AG extraordinaire qui s’est tenue à Colmar pour l’adoption des nouveaux statuts.

12Les commissions prennent ensuite la parole, G. Breunner (relations avec les sociétés) rappelle la parution déjà de quatre bulletins de liaison. D. Lerch (commission RA) fait part de l’action qu’il a menée pour que la Revue d’Alsace puisse reparaître, évoque le problème du titre toujours propriété de P. Schmitt, qui ne répond pas aux courriers (on envisage même d’adopter le titre « Nouvelle Revue d’Alsace »), et dont la rédaction était confiée jusqu’à présent à François J. Himly, ainsi que l’état d’avancement des articles. La première RA pourrait paraître en mars 1979.

13Son compte rendu est accueilli par des applaudissements.

14A la suite de cette réunion, Pierre Schmitt prend acte du silence de Fr. J. Himly et remet le titre à la disposition de la Fédération, comme cela avait été le cas depuis 1952.

15B. Vogler (commission des publications) évoque des projets de prix que pourrait décerner la Fédération, la réalisation d’un lexique des institutions alsaciennes en deux volumes et la mise en route de la lettre A d’un dictionnaire de biographies alsaciennes.

16Il est procédé ensuite aux votes à bulletin secret des membres du comité. Sont élus : Mme Baradel, MM. Bischoff, Braeuner, Foessel, Fuchs, Gruninger, Kubler, Lerch, Ludes, Oberlé, Thomann et Vogler.

17Après une réunion extraordinaire des élus, le comité est formé comme suit :

18Président d’honneur : Lucien Sittler

19Président : Marcel Thomann (non présent)

201er vice-président : Raymond Oberlé

212e vice-président : F. Joseph Fuchs

22MM. Gruninger et Ludes (absent) sont reconduits dans leurs fonctions de trésorier et secrétaire.

23Assesseurs : Mme Yvette Baradel, Gabriel Braeuner, Georges Foessel, Maurice Kubler et Bernard Vogler.

24L’assemblée s’achève par les allocutions des officiels, le vin d’honneur, le repas et des visites guidées.

Premier mandat de Marcel Thomann, une période de consolidation

25Le nouveau comité prend ses fonctions le 6 octobre, à Strasbourg. Le président Thomann rend hommage à F. J. Fuchs pour avoir assuré l’intérim depuis l’AG de Wissembourg et lors de celle de Kientzheim. Les réunions fédérales se tiendront mensuellement encore en 1978, puis toutes les six semaines, en alternance dans le Haut-Rhin et le Bas-Rhin. La recherche de subventions est primordiale de même que l’inventaire des stocks et leur récupération.

Marcel Thomann au Congrès des historiens à Haguenau (1985)

Marcel Thomann au Congrès des historiens à Haguenau (1985)

Photo J.-M. Holderbach

26Lors de la réunion fédérale du 26 janvier 1979, Georges Bischoff est élu secrétaire adjoint et Dominique Lerch, trésorier adjoint. Outre la RA, la Fédération réfléchit à la publication de mémoires de maîtrise de qualité, de la mise en chantier d’un lexique des institutions alsaciennes et à la suite de son projet de Dictionnaire de Biographie Alsacienne, les lettres A et B sont mises en chantier.

27Une commission d’inventaire des bornes a reçu un accueil favorable auprès du Club Vosgien, les sociétés d’histoire de Saverne, Colmar et Ammerschwihr. Le Conseil général du Bas-Rhin verse 1 500 F de subvention de fonctionnement, celui du Haut-Rhin, 3 500 F. M. Dreyfus, adjoint au maire de Strasbourg assure à la Fédération de « larges facilités » aux archives municipales. Elle adopte un intitulé nouveau : « Commission Inventaire et Sauvegarde » (CIS) avec comme secrétaire Charles Weick. Une fiche type pour l’inventaire des bornes est mise au point. Un an plus tard, Arnold Kientzler est coopté au titre de la commission. Lors de l’assemblée générale de 1979 à Saverne MM. Weick et Engel présentent une exposition sur la nécessité de l’inventaire et de la sauvegarde des bornes.

La « Réunion des présidents »

28A partir de cette année, le comité décide de fractionner la partie « délibération interne » et « congrès scientifique », jusqu’alors réunies en une seule journée, ce qui avait l’inconvénient de réduire les délibérations sur le travail et la vie de la Fédération au strict minimum. Il y a désormais deux réunions, « une Réunion des présidents » au printemps et l’assemblée générale à l’automne.

29Une première réunion des présidents a lieu à Thanvillé le 21 mars 1981 avec une séance d’étude sur le terrain organisée par A. Kientzler, au sujet de l’inventaire des bornes, du col d’Urbeis au Climont, suivie de discussions, en présence d’une centaine de personnes. L. Sittler transmet à la fédération son inventaire des croix, le chanoine Burg apporte également son concours, tandis que Joseph Baumann offre son fichier des bornes. Des nouvelles rencontres ont lieu à Urmatt et Birkenwald. Elles vont se poursuivre régulièrement sur plusieurs années et les dossiers d’inventaire vont affluer rapidement, par centaines.

30La Fédération s’occupe à nouveau du « patrimoine monumental » comme on le voit lors de la séance du 18 mai 1979. Suite à l’intervention de M.-J. Braun, Président du Club Vosgien, M. Thomann a écrit au directeur départemental de l’Equipement du Bas-Rhin pour lui demander des précisions au sujet de la destruction d’une portion du mur païen du Mont Sainte-Odile lors de l’aménagement d’un parc à voitures. La lettre étant restée sans réponse, le comité propose d’alerter l’opinion publique avec conférence de presse et télévision régionale.

Le Numéro 0 du (N)DBA

31Début 1980, Bernard Vogler annonce que les notices de la lettre A du Dictionnaire de Biographie Alsacienne (DBA) sont déjà au nombre de 210. M. Thomann envisage la parution d’un numéro expérimental de la lettre A. Tiré à une centaine d’exemplaires, il serait distribué en échange d’une collaboration critique des lecteurs. Les associations adhérentes pourraient être associées pour faire du dictionnaire une œuvre fédérale.

32Les subventions entrant régulièrement, la Fédération embauche à mi-temps, une employée pour des travaux de dactylographie, installée dans le local mis à disposition par les Archives municipales de Strasbourg. La Fédération achète une machine à écrire électrique pour 275 F.

33Début 1981, M. Thomann brosse un large tableau de la mise en chantier du Dictionnaire des Institutions, travail qui nécessitera beaucoup de temps. Une dactylo du service des Archives municipales est mise à la disposition de la Fédération deux jours par semaine. En janvier, Jean-Marie Schmitt est coopté au comité.

34Mme Krieg propose son aide à la commission du DBA. Des vacataires sont également rémunérés pour les notices. Les gérants de lettre sont mis en place. M. Thomann espère voir aboutir le DBA en une décennie. Dans un compte-rendu du comité fédéral du 19 juin 1981, le secrétaire note pour la première fois le sigle NDBA, Nouveau Dictionnaire de Biographie Alsacienne.

35La Revue d’Alsace connaît un bon succès depuis 1979 date de parution du N° 105. Le tome 106 paraît en 1980, le 107 en 1981 reprenant un rythme annuel depuis longtemps oublié.

36L’assemblée générale, le 4 octobre 1981, se tient à Strasbourg en collaboration avec les Amis de la Cathédrale, les Amis du Vieux Strasbourg, la Société des Amis des Arts et des Musées et la société pour la Conservation des monuments historiques. Elle marque la fin du premier mandat de M. Thomann et est l’occasion de nouvelles élections. Mme Baradel, MM. Ludes et Kubler ne souhaitent plus se représenter, pour convenances personnelles. J.-M. Schmitt a été coopté au cours de l’année. S’ajoutent aux sortants qui sont candidats, le Dr Robert Beck, MM. Yves Bonnel, Eugène Kurtz, le Dr Krieg et Michel Rilliot. En raison de l’heure tardive, L. Sittler propose le vote à main levée et le comité est élu.

1981-1984: un second mandat plus difficile pour Marcel Thomann

37Lors de la réunion du comité fédéral qui suit l’AG, M. Thomann est réélu président, MM. Fuchs et Oberlé vices-présidents, MM. Bonnel et Bischoff secrétaire et secrétaire-adjoint. Mais une partie du comité soulève le problème des élections qui ne se sont pas déroulées de manière réglementaire (pas à bulletin secret) lors de l’AG à Strasbourg, faute de temps. Le lendemain de cette réunion, M. Thomann envoie un courrier aux membres du comité : « … Le ton agressif et le contenu de certaines déclarations ont été inadmissibles… Le président que vous avez proposé vous dit tout net qu’il n’entend assumer ses fonctions que s’il est assuré de pouvoir compter sur le minimum de compréhension, de courtoisie, et même de droit à l’erreur indispensable à tout travail collectif… » Une mise au point est faite lors de la réunion suivante et la confiance est votée au président. Ce n’est qu’à la réunion du 29 janvier 1982 que le problème de l’élection d’un nouveau trésorier se règle par la cooptation de M. Bucher, D. Lerch étant reconduit dans sa fonction de trésorier-adjoint.

Vitesse de croisière pour les travaux de la Fédération

38La commission « Inventaire et Sauvegarde » poursuit ses réunions sur le terrain tandis que A. Kientzler dépouille les archives. 2 500 fiches d’inventaire sont déjà parvenues à la fédération (5 000 fiches en mai 1982). Du 2 au 13 septembre 1982, la Fédération tient son premier stand à la Foire européenne de Strasbourg, hall 14. Le stand présente la Fédération ; sur les tables, les sociétés déposent des prospectus et vendent leurs publications. Le week-end est réservé à la Fédération.

René Clementz et Jean-Paul Diebolt devant une borne aux armes de Saint-Quirin

René Clementz et Jean-Paul Diebolt devant une borne aux armes de Saint-Quirin

Photo J.-M. Holderbach

39L’avancement du Dictionnaire historique des Institutions d’Alsace permet d’envisager, selon M. Thomann, un achèvement dans les deux ans qui viennent. L’année 1982 voit la démission de Bernard Vogler en tant que responsable du NDBA et l’arrivée de Jean-Pierre Kintz qui prend en charge l’achèvement du fascicule A qui paraît en septembre 1982. J.-P. Kintz acceptant la responsabilité du NDBA est coopté comme membre du comité en octobre 1982. Il commence un travail de longue haleine qu’il mènera jusqu’à son terme en 2007.

40La RA progresse régulièrement et atteint 760 exemplaires vendus (janvier 1983). Une discussion s’engage au comité la question est de savoir si la revue est une publication scientifique « greffée » sur la Fédération ou si elle est l’émanation des sociétés locales. La délibération du comité précise « Par ses origines, la RA a une vocation de recherches et de synthèses à l’échelle régionale… Le domaine dévolu à la RA n’est pas celui des annuaires publiés par les membres de la Fédération, il n’y a pas de concurrence, mais une sorte de complémentarité ». Des tensions se font jour au niveau du comité, notamment au sujet de certains comptes-rendus de la RA, le président insiste sur « l’impérieuse nécessité de maintenir l’unité et la cohésion du comité malgré des opinions parfois divergentes » (mars 1983).

41Le NDBA fascicule A s’est vendu à 500 exemplaires par le biais des sociétés d’histoire, la Fédération prend contact avec le Syndicat des libraires pour augmenter sa diffusion.

La relève à la RA

42D. Lerch nommé Inspecteur d’Académie chargé du CRDP d’Amiens assure tout de même la sortie de la RA 1983. Le NDBA fascicule 2 est paru (mai 1983) le fascicule 3 est prévu pour fin d’année. Le NDBA a atteint rapidement sa vitesse de croisière avec deux numéros par an. Inventaire et Sauvegarde poursuit ses réunions sur le terrain grâce à l’action de A. Kientzler qui assure également l’organisation du stand de la Foire européenne de Strasbourg. La réunion du comité du 4 septembre a lieu sur place, dans une salle du bâtiment administratif, tradition qui se maintiendra de longues années. Georges Bischoff accepte par intérim de prendre en charge la Revue d’Alsace et de préparer la RA 1984.

Une vive activité et des moyens adéquats

43Le travail de secrétariat et de comptabilité est assuré par deux demi-postes avec des subventions du Ministère de la Culture. Eugène Kurtz est coopté comme trésorier-adjoint en remplacement de D. Lerch. Plusieurs points délicats se posent au niveau du NDBA, le président Thomann rappelle que le « président de la Fédération est président de toutes les commissions ». Le comité coopte M. Marbach en octobre 1983 pour le CIS. Par arrêté du 21 décembre 1983, le recteur de l’Académie a détaché à mi-temps A. Kientzler au profit de la Fédération, le CRDP lui offre un lieu de travail à la bibliothèque du premier étage. En liaison avec la secrétaire à mi-temps, une permanence y est assurée. La BNUS a mis à la disposition de la Fédération deux cabines de travail pour le NDBA ainsi qu’un bureau (section des alsatiques) pour la commission « Inventaire et Sauvegarde ». Les Archives municipales lui assurent des moyens de stockage.

44En 1984, M. Weick en raison de problèmes familiaux démissionne du secrétariat de la commission « Inventaire et sauvegarde ». Le bureau est remanié comme suit : A. Kientzler secrétaire, Y. Bonnel responsable des dossiers, E. Kurtz, trésorier, M. Engel secondé par MM. Schall et Marbach secrétaires du Bas-Rhin, MM. Starke et Jean-Marie Holderbach sont cooptés pour la commission. 6000 dossiers sont rentrés. La Fédération fête le 150e anniversaire de la Revue d’Alsace par une exposition présentée à Colmar et Strasbourg.

45En 1984, la Fédération embauche une secrétaire à mi-temps, le second demi-poste étant maintenu. Deux vacataires sur bourses d’études sont employés au NDBA. A. Kientzler dispose d’un mi-temps payé par le recteur. Les Archives municipales de Strasbourg mettent à disposition une sténodactylo deux jours par semaine. Une personne s’occupe du stand de la Foire européenne.

Un comité plus fourni

46L’assemblée générale du 30 septembre 1984, à Guebwiller, est précédée d’une assemblée générale extraordinaire portant sur la modification de l’article 10 des statuts qui devient : « La Fédération est administrée par un comité comprenant 7 membres au minimum et 24 personnes au plus, dont 19 élues par l’assemblée générale pour trois ans. Les membres éventuellement cooptés par le comité en cours d’année, seront à confirmer à la majorité des suffrages lors de l’assemblée générale la plus proche. L’assemblée générale peut élire un président d’honneur. Ce dernier peut, s’il le désire, assister avec voix délibérative aux travaux du comité ».

Séance de travail autour d’une croix rurale à Waldolwisheim

Séance de travail autour d’une croix rurale à Waldolwisheim

Photo J.-M. Holderbach

Mais un projet en sommeil : le DHIA

47Lors de l’AG ordinaire, M. Thomann fait le bilan de ses trois ans de présidence : la RA et le NDBA bien lancés, les travaux d’inventaire et sauvegarde dans un effort soutenu, le BL qui joue pleinement son rôle. En ce qui concerne le DHIA il regrette « qu’il n’a pas bénéficié de la collaboration scientifique escomptée par la diffusion de la maquette au plan fédéral. En conséquence, il se réserve de poursuivre ce titre à titre individuel comme il avait été commencé ». Les 51 sociétés présentes passent ensuite à l’élection du comité. Il y a 22 candidats pour 19 postes. Sont élus par ordre alphabétique : MM. Bischoff, Bonnel, Bucher, Mme Gabrielle Claerr-Stamm (nouvelle), MM. Foessel, Fuchs, Gruninger, Holderbach, Kientzler, Kintz, Krieg, Kubler, Kurtz, Gérard Leser (nouveau), Oberlé, Daniel Peter (nouveau), Michel Rilliot (nouveau), Schmitt et Sittler.

1984 : le retour de Marcel Thomann

48Le 3 octobre 1984, à l’Hôtel des Vosges à Strasbourg le nouveau comité élu se retrouve sous la présidence du doyen d’âge Lucien Sittler. En l’absence de déclaration de candidature pour la présidence, L. Sittler suggère de faire appel à M. Thomann. Une discussion s’engage sur l’aspect statutaire de cette proposition, M. Thomann ayant été élu président d’honneur de la fédération lors de l’assemblée générale du 30 septembre. M. Sittler procède à un nouvel appel de candidatures. Seul J.-P Kintz se déclare candidat au cas où M. Thomann ne le serait pas. L. Sittler propose alors de procéder à un vote, à bulletin secret, sur la question suivante : « Le comité est-il d’accord pour que l’on demande, par téléphone, à M. Thomann, s’il est candidat au poste de président et si, en ce cas, il accepte de rejoindre les membres du comité en réunion ? » Sur les 19 votants, 14 sont d’accord. M. Thomann contacté par téléphone accepte d’être candidat à condition que le comité le coopte. M. Thomann est coopté par 17 voix pour, un non et un bulletin blanc. Il arrive peu de temps après sur les lieux. M. Sittler lance un nouvel appel à candidature, seul M. Thomann est candidat, il est élu par 17 voix pour, deux bulletins blancs et un nul. M. Thomann déclare : « Depuis quelques jours, je me suis rendu compte que la volonté de me consacrer à autre chose ne pouvait se réaliser, du fait de la nécessité de trouver un président offrant toutes les garanties pour la poursuite sereine et efficace des activités de la Fédération. Président élu, je serai le président de tous. Il convient que le comité agisse pour le bien de tous et pour celui des sociétés d’histoire, ce qui suppose un consensus et l’absence de volonté de nuire ou de contrecarrer ; le cas contraire serait un grand malheur pour la Fédération. Je m’engage à faire confiance à tous et demande à tous leur aide fraternelle et leurs conseils. Il ne doit faire aucun doute, pour qui que ce soit, que le Président élu est le Président de la Fédération, du Comité, des commissions, sous-commissions et le directeur des publications ».

49MM. Oberlé et Fuchs sont réélus comme vice-présidents, A. Kientzler est élu secrétaire général, Y. Bonnel, secrétaire de comité et G. Bischoff secrétaire-adjoint. M. Bucher est élu trésorier et E. Kurtz trésorier-adjoint, les deux à main levée. Sont élus de la même manière comme secrétaires de commission, J.-P. Kintz pour le NDBA, G. Bischoff pour la RA, A. Kientzler pour Inventaire et sauvegarde et G. Claerr-Stamm pour le Bulletin de liaison.

La pratique est réglementée : deux réunions statutaires

50Après l’élection, le comité se dit satisfait du déroulement de l’AG de Guebwiller mais se demande s’il ne vaudrait pas mieux mettre la partie administrative lors de la journée des présidents qui pourrait ainsi devenir l’AG, tandis que cette journée pourrait s’appeler « Congrès de la Fédération ». La proposition est adoptée.

Clarification à la RA et nouveau Bulletin Fédéral

51Lors de la réunion du comité du 15 novembre 1984, G. Bischoff propose pour le comité de rédaction de la RA, MM. Kleinschmager, Schmitt, Baechler et Igersheim, M. Thomann proposant MM. Rapp, Boehler, Fuchs et Kintz. Une longue discussion s’engage sur le rôle respectif du comité de rédaction et de son secrétaire d’une part, et du comité fédéral d’autre part en matière de désignation des membres de la commission de rédaction. A ces noms seront encore ajoutés le professeur Wahl au titre du comité de rédaction et le professeur Dollinger au titre du comité scientifique. La nouvelle forme du Bulletin de liaison est présentée par G. Claerr-Stamm et acceptée.

Nouveaux moyens pour la Fédération

52En 1985, les démarches du président et du trésorier aboutissent : les caisses d’épargne souscrivent à 1 130 abonnements du NDBA destinés aux bibliothèques des écoles primaires à partir du 6e fascicule, la Région ayant accepté de faire la même chose pour les 5 premiers fascicules. Sept TUC sont embauchés pour « Inventaire et Sauvegarde » (CIS). Les archives de la Fédération sont déménagées aux Archives départementales du Bas-Rhin. Une nouvelle secrétaire est embauchée à mi-temps pour compléter l’équipe du NDBA.

Le secrétariat de la Fédération dans les locaux du CRDP dans les années 1980

Le secrétariat de la Fédération dans les locaux du CRDP dans les années 1980

Photo Jean-Marie Holderbach

Un rythme soutenu de création de sociétés

53La journée des présidents devenue assemblée générale se tient à Sélestat à la Bibliothèque humaniste, le 20 avril 1985. 50 sociétés sur les 68 fédérées sont présentes. Devant le nombre grandissant des demandes d’affiliation, il est décidé d’un examen préalable des candidatures par une sous-commission. Le Congrès des Historiens (tel sera désormais le nom de cette journée) à Haguenau le 29 septembre 1985 tient lieu cette année-là d’« Assises régionales des Associations s’occupant du Patrimoine ». Un rapport de 50 pages est établi par le président.

Une commission clé : la CIS

54La commission « Inventaire et Sauvegarde » a embauché quelques TUC supplémentaires. Par courrier M. Vonau s’inquiète des suppressions de tombes prévues au cimetière de Soultz-sous-Forêt demandant que des critères de protection soient définis. Le comité décide la création d’une commission fédérale chargées des problèmes de protection des cimetières et sépultures, indépendante du CIS chargés des petits monuments et bornes. MM. Bonnel, Foessel, Gruninger, Oberlé et Peter en font partie. J.-M. Holderbach poursuit activement la restructuration de l’inventaire en mettant en place une nouvelle fiche plus complète, encore en usage de nos jours, et en informatisant le suivi de l’inventaire basé notamment sur un répertoire des limites communales d’Alsace. Mme Lyautey passe à un emploi à plein-temps comme secrétaire de la fédération.

55E. Kurtz dresse le bilan du CIS au 1er décembre 1985: 3 recenseurs (MM. Engel, Starke, Joseph et deux TUC sous sa direction) ont réalisé 58 % des dossiers. Le Haut-Rhin est nettement en retard avec seulement 1 070 dossiers contre 8 935 pour le Bas-Rhin. M. Kientzler craint qu’en lançant l’inventaire des tombes, on trouve moins de volontaires pour celui des bornes, beaucoup plus physique. M. Thoman tient à ce nouveau projet, plusieurs sociétés ayant déjà fait ce travail spontanément.

La Fédération reconnue d’utilité publique

56Le président engage le dossier de reconnaissance d’utilité publique pour la Fédération et informe les présidents de la marche à suivre. Cette reconnaissance permet aux donateurs de bénéficier de la déduction de leurs dons de leur revenu imposable dans la limite de 5 %. Le 17 juillet 1986, la Fédération est reconnue de mission d’utilité publique par décision préfectorale.

Et le plein appui des collectivités territoriales

57Le président a obtenu l’achat pour les écoles des publications des sociétés d’histoire par les Conseils généraux. Le comité fédéral lorsqu’il acceptera la candidature d’une nouvelle société se laisse le droit de retarder celui du « label » fédéral pour l’achat de sa publication. Une commission des produits confiée à G. Bischoff est chargée de l’examen des publications des sociétés proposés aux écoles.

58L’AG du 26 avril 1986 se déroule à la satisfaction générale. Le stand de la Foire européenne est à un emplacement plus favorable mais toujours dans le même hall. Le NDBA grâce au travail de J.-P. Kintz bouclera la lettre E en fin d’année et l’écrin II début 1987. Les notices de F à Z rentrent progressivement. La situation financière de la Fédération est saine, mais elle arrive à un moment où ses activités ne peuvent plus se développer dans des domaines nouveaux. Une pause doit être mise à profit pour approfondir et fortifier ce qui existe. On envisage la location d’un appartement dans le quartier de l’Esplanade. La comptabilité est saisie par minitel.

59La Fédération siège à la COREPHAE. M. Thomann est élu au Conseil d’administration de l’ACTA. Une convention est passée avec l’Université III pour une mise à disposition d’un ordinateur, d’une imprimante et d’un local moyennant 500 F par mois. Mme Lyautey suit une formation et saisira dorénavant la RA, le NDBA et le bulletin de liaison. J.-M. Holderbach est remercié pour son investissement dans cette innovation informatique, qu’il a fallu expliquer aux membres du comité et en rassurer quelques-uns ! Cette saisie informatique devrait permettre, à moyen terme, de réduire les coûts de production des publications de la Fédération.

L’exposition de la Commission « Inventaire et Sauvegarde » à la BNUS (nov. 1986)

60Le Congrès des Historiens d’Alsace a lieu le 12 octobre 1986 à Munster. L’exposition CIS est mise en place à la BNUS du 6 au 27 novembre. Elle comprend 33 panneaux, de nombreuses photographies, des cartes anciennes en couleur. Elle présente la borne milliaire romaine de Strasbourg-Hautepierre qui venait d’être découverte, un banc napoléonien de 1811, des bornes et des croix diverses. Joseph Baumann est remercié pour sa collaboration et son travail, ainsi que MM. Kientzler, Holderbach et Kurtz. L’exposition est complétée par un catalogue rédigé par Arnold Kientzler et Jean-Marie Holderbach.

61Le fascicule 9 du NDBA paraît en octobre mais J.-P. Kintz souhaite avoir la maîtrise totale de la préparation et de la parution des fascicules, à défaut, sa tâche s’avérerait trop délicate dans l’avenir. Le président l’assure de son soutien total et propose une réunion technique avec tous les intéressés. La réunion du 7 septembre 1986 a lieu comme traditionnellement à la Foire européenne et à son issue, M. Jean-Claude Hahn, directeur de la foire rejoint le comité pour le verre de l’amitié.

62La fédération assure la gestion des produits des sociétés d’histoire destinés à être remis aux collèges et lycées soit 132 exemplaires pour le Bas-Rhin et 82 pour le Haut-Rhin. Des cérémonies de remise sont organisées par la Caisse d’Epargne puis elles seront assurées par l’intermédiaire du Rectorat et des deux Inspections académiques. La Fédération se chargera pendant des années de préparer les paquets destinés aux différents groupes scolaires et répartira la subvention des deux départements pour l’achat de ces ouvrages.

63La 35e assemblée générale se tient le 28 mars 1987 à Sélestat. 63 sociétés sont présentes sur les 75 fédérées. Une minute de silence est observée à la mémoire de Joseph Baumann (Thann) et de Pierre Burger (Colmar). Le tome 113 de la Revue d’Alsace est paru avec 433 pages, le NDBA regroupe une centaine de rédacteurs, le président salue le travail de J.-P. Kintz et de Mme Krieg qui dirige l’équipe technique. Le BL paraît régulièrement riche d’informations. « Inventaire et sauvegarde » totalise 13500 dossiers et l’on envisage à nouveau l’inventaire des sépultures.

64Henri Gruninger, le plus ancien membre est élu trésorier d’honneur. On passe ensuite aux élections, les 19 candidats sortants sont réélus à une large majorité.

9 avril 1987 : élection du président sans candidature

65Le nouveau comité élu n’a guère changé. Il se compose de MM. Bischoff, Bonnel, Bucher, Mme Claerr-Stamm, MM. Roger Ehrsam (nouveau), Foessel, Fuchs, Holderbach, Kintz, Kientzler, Krieg, Kubler, Kurtz, Leser, Francis Lichtlé (nouveau), Oberlé, Rilliot, Schmitt et Thomann.

66Raymond Oberlé, doyen d’âge, fait appel à candidature, mais sans succès. Il est procédé au vote et M. Thomann est élu par 17 voix et un bulletin blanc. Le président « souhaite que chacun prenne sa part de travail au sein de la Fédération. Il estime, de plus, important qu’en Alsace la vie associative soit maintenue en dehors des querelles politiques ou de clan, la liberté de chacun étant cependant respectée. Les mêmes personnes sont reconduites aux différents postes. M. Thomann souhaitant la désignation d’un secrétaire général adjoint à la Fédération, J.-M. Holderbach est élu.

Mutations !

67En septembre 1987, le président fait part du départ de Mlle Hager (poste à temps complet) et de Mlle Blondé (mi-temps au NDBA). En remplacement Mlle Graff est affectée auprès de Mme Krieg (puis Mlle Schoenfelder) et Mlle Stephan est embauchée au secrétariat. M. Fournier remplace Mme Buchi en congé de maternité.

68M. Kientzler étant absent pour raisons de santé depuis le printemps 1988, une réorganisation des tâches s’impose. Mme Crenner (anciennement Lyautey) prend en charge les affaires administratives et l’enregistrement des fiches de l’opération « Inventaire et Sauvegarde ». Un nouveau local est mis à la disposition de la fédération au CRDP. M. Kurtz quitte son poste de trésorier-adjoint pour raisons de santé mais reste au comité (janvier 1989).

69De cette époque, datent aussi des rencontres régulières et des échanges plus étroits avec le « Geschichtsverein für Mittelbaden » sur le plan archéologique et des petits monuments ruraux (MM. Kurtz et Holderbach). M. Thomann associe J.-M. Holderbach au développement et au suivi régulier de ces relations transfrontalières.

Un nouveau chantier

70Le recensement des monuments funéraires est lancé fin 1987. Mme Guthmann responsable du recensement des bornes dans le Haut-Rhin donne sa démission pour raisons de santé, M. Engel quitte également pour raisons personnelles.

71Lors de la réunion fédérale de janvier 1988, M. Thomann évoque la mémoire de Lucien Sittler (décédé le 17 décembre 1987), président d’honneur. Lucien Sittler reste dans les souvenirs des membres du comité comme un homme d’une extrême modestie qui n’empêchait pas l’efficacité et dont la douceur, la modération avaient aplani bien des écueils.

72En 1988, la Fédération participe au Congrès National des Sociétés Savantes qui se tient à Strasbourg du 5 au 9 avril. Elle présente l’exposition « Inventaire et Sauvegarde ». Le président y rappelle le rôle de la Fédération.

Réunion de travail, prélude à l’inventaire des monuments funéraires au cimetière de Colmar (Ladhof) vers 1985

Réunion de travail, prélude à l’inventaire des monuments funéraires au cimetière de Colmar (Ladhof) vers 1985

Photo Jean-Marie Holderbach

Divergences et arbitrages au NDBA

73Le passage à l’informatique a suscité des inquiétudes. En 1986 déjà, J.-P. Kintz qui n’a pas été invité à une réunion technique fait part de son intention de démissionner de la Fédération et de ne plus assurer la direction du NDBA. Le comité décide d’intervenir et de demander à M. Kintz de revenir sur cette décision. Lors de la réunion suivante, il est décidé que M. Kintz prendrait le titre de Rédacteur en chef du NDBA et le président celui de Directeur de la publication. Le président souhaite que l’ensemble du travail soit réalisé en collaboration et sans exclusion.

74Le 2 mars 1989 le comité fédéral est à nouveau chargé d’arbitrer un débat entre MM. Thomann et Kintz, qui souhaiterait une plus grande liberté dans les choix techniques du NDBA. R. Oberlé tranche le débat par un vote de confiance en la faveur de M. Thomann.

75Le bicentenaire de la Révolution et la défense des ruines de châteaux forts alsaciens voient la préparation de deux RA en 1989, un numéro Varia et une deuxième consacrée à la Révolution (qui ne paraîtra finalement qu’en février 1990).

76« Inventaire et sauvegarde » connaît un net ralentissement depuis deux ans. M. Ehrsam s’occupe de redynamiser le Haut-Rhin. Y. Bonnel se retire de la commission après dix ans de participation aux travaux. Le comité coopte Gérard Ulrich pour faire partie de cette commission (29 juin 1989).

77Les châteaux vosgiens de l’Ortenberg, du Spesbourg et de Birkenfels, trois ruines classées, sont concernés par un projet de la société « Art et Finances ». Ils seraient transformés en « Relais Médicis » assurant hébergement et restauration. Le but annoncé est de sauver ces ruines par leur utilisation rationnelle. Une longue discussion s’engage lors de la réunion du comité fédéral du 29 juin 1989. Elle fait apparaître la nécessité pour la Fédération de se faire reconnaître comme interlocuteur privilégié et de rester vigilante sur l’exécution du projet et de la tenue des « Assises régionales du patrimoine ». Un courrier est adressé aux sociétés fédérées pour connaître leur position : 21 sociétés sont absolument défavorables au projet, 19 acceptent un examen au « cas par cas » avec un préjugé plutôt défavorable, 1 société est favorable sans restriction et 1 société est favorable nuancée. En mars 1990 « Art et finances » tient une réunion privée, organisée par la maire d’Andlau, au sujet de l’opération « Château du Spesbourg ». Il aurait été question d’y réaliser un hôtel avec salle de lecture par une société franco-allemande. Les avis exprimés au comité fédéral estiment qu’il conviendrait mieux de consolider les ruines de nos châteaux plutôt que d’en faire un « jouet » coûteux au bénéfice de quelques-uns. En ce qui concerne le Birkenfels et le Spesbourg, certains estiment qu’il convient de ne pas toucher au massif du Mont Sainte-Odile. Quant à l’Ortenberg, il se trouve dans un site faisant l’objet d’un arrêté préfectoral de protection de biotope.

A la pointe de la modernité

78Sous la direction technique de J.-M. Holderbach, en octobre 1989 la Fédération complète son équipement informatique par l’acquisition de matériel en vue de la PAO (Publication assistée par ordinateur) : micro-ordinateur, imprimante laser et logiciel Ventura 2. Une formation du personnel a lieu. En décembre 1989 : une demande de subvention est faite pour la saisie du manuscrit du DHIA.

79Après de longues négociations, le CRDP accepte de louer un deuxième bureau à la Fédération, à côté du premier. L’absence de M. Kientzler se prolongeant, le comité vote à bulletin secret sur le texte suivant « Compte tenu de l’impossibilité pratique d’assurer à la fois une activité professionnelle et deux responsabilités importantes au comité fédéral, le comité fédéral décide de décharger Arnold Kientzler des fonctions de secrétaire général, de déclarer le poste vacant et de charger la commission désignée le 20 avril dernier de proposer une solution éventuelle au Comité ». 11 oui sur 15 votants. Jean-Paul Bailliard est coopté comme membre du comité fédéral.

Congrès des historiens à Schirmeck en 1989

Congrès des historiens à Schirmeck en 1989

80Lors de la réunion fédérale du 29 mars 1990, le comité est informé du départ de Mme Crenner après 6 ans de présence, d’où la nécessité d’embaucher une nouvelle secrétaire de direction, ainsi que du départ de Mme Buchi. Le comité, à la demande du président, décide à l’unanimité du recrutement d’une dactylographe, pour saisir au domicile du président, le manuscrit du DHIA.

Le quatrième mandat de M. Thomann

81Lors de l’AG de Sélestat du 28 avril 1990 (68 sociétés réunies), M. Thomann présente un bilan plus que positif, 13 ans après Wissembourg. Elle rassemble en tout 36 sociétés du Bas-Rhin, 45 du Haut-Rhin, 1 du Territoire de Belfort et 1 de Lorraine.

8225 candidats briguent un siège au comité fédéral, dont six nouveaux, un seul arrivera à se faire élire. Le comité se compose alors de MM. Bailliard, Bischoff, Bucher, Mme Claerr-Stamm, MM. Ehrsam, Foessel, Fuchs, Mme Madeleine Hartmann (nouvelle), MM. Holderbach, Kientzler, Kintz, Krieg, Kubler, Leser, Lichtlé, Oberlé, Rilliot, Schmitt et Thomann.

83Lors de la réunion du 14 mai 1990, Marcel Thomann est élu président à l’unanimité. Il rappelle que J.-P. Bailliard a accepté de prendre à son compte une bonne partie des responsabilités assumées jusqu’ici par lui seul. MM. Fuchs et Oberlé sont reconduits dans leur poste de vices-présidents, J.-P. Bailliard est élu secrétaire général et J.-M. Holderbach secrétaire adjoint. G. Bischoff devient secrétaire du comité et Madeleine Hartmann secrétaire adjointe. Henri Gruninger est nommé trésorier d’honneur, Francis Bucher étant trésorier et Michel Rilliot trésorier adjoint. Les commissions de travail reviennent à G. Bischoff (RA), J.-P. Kintz (NDBA), G. Claerr-Stamm (BL), G. Leser prend la tête de la nouvelle commission « Archéologie et patrimoine », « Inventaire et sauvegarde » reste en suspens (J.-M. Holderbach assurera l’intérim en l’absence de A. Kientzler). En juin 1990, Henri Heitz, candidat malheureux aux élections, entre au comité par cooptation.

Toujours la défense du patrimoine

84En mai 1990, Henri Furstenberger, président de la société d’histoire d’Ensisheim, a informé la Fédération lors de l’Assemblée générale du projet de démolition de deux immeubles près de l’hôtel de la Régence, dont l’ancienne école des filles. La Fédération organise sur place une conférence de presse à laquelle assistent 32 sociétés haut-rhinoises. Le comité donne mandat à M. Thomann d’engager l’action par-devant le tribunal administratif. Le 2 août le tribunal administratif, saisi par la Fédération, ordonne un sursis à exécution à propos de la démolition de l’ancienne école des filles d’Ensisheim. La commission des Sites du Haut-Rhin est réunie à ce sujet ; le préfet introduit une procédure de protection. Une expertise historique du bâtiment conclut que la municipalité d’Ensisheim a commis une erreur manifeste d’appréciation quant à l’historicité du bâtiment voué à la démolition. Plusieurs réunions ont lieu (avec la municipalité et avec la DRAC), il en ressort que le maintien en l’état de l’actuelle mairie paraît acquis, que le bâtiment de l’ancienne école des filles sera rénové en conservant les éléments signalés par les historiens, une procédure de classement sera engagée par la COREPHAE. La défense de ce patrimoine se poursuit encore sur plusieurs années en raison du non-respect du cahier des charges lors de la rénovation.

85La commission « Inventaire et Sauvegarde » déplore le décès de Jean Joseph, grand militant de la cause associative ainsi que du décès de Marcel Starke. Eugène Kurtz quitte la Commission « Inventaire et sauvegarde ». J.-P. Bailliard s’occupe des stands des salons du livre et de la communication (prospectus).

De nouveaux locaux, un nouveau secrétariat

86La Fédération est présente pour la première fois avec un stand à la Foire du Livre de Saint-Louis en 1990, et à Marlenheim en 1991.

87Le secrétariat connaît beaucoup de changements : Mme Hantz est en congé de maladie et de maternité, Mme Miler est partie, Mme Lise Erhard a remplacé Mme Crenner et pris en charge le secrétariat (elle restera en poste jusqu’à sa retraite en 2008), Mlle Régine Finger (épouse Fischer) a été engagée, Mlle Fischbach est sur un contrat « emploi-solidarité ».

88En 1992, le CRDP retire les deux bureaux mis à la disposition de la Fédération, celle-ci emménage en location dans un appartement situé 15 rue de Bruxelles, en juillet avec trois postes de secrétaire à plein temps. Francis Rapp est coopté au comité fédéral et Théodore Rieger au comité de lecture du NDBA. La Fédération tient son premier stand au Salon du livre à Colmar.

89L’assemblée générale se tient à Sélestat au Foyer Saint-Georges le 24 avril 1993 en présence de 68 sociétés sur les 88 fédérées. Les élections voient 26 candidats dont seulement 14 membres sortants. Sont élus, par ordre alphabétique, Baillard, Bischoff, Jean-Michel Boehler (nouveau), Bucher, Claerr-Stamm, Foessel, Jean-Claude Hahn (nouveau), Hartmann, Heitz, Holderbach, Benoît Jordan (nouveau), Kintz, Michel Knittel (nouveau), Krieg, Lichtlé, Grégory Oswald (nouveau), Rapp, Rilliot et Schmitt. Théodore Rieger arrivé ex-aequo avec le Dr Marcel Krieg (élu au bénéfice de l’âge) est coopté immédiatement.

Un nouveau président à la Fédération : Jean‑Claude Hahn

90En l’absence de candidature déclarée pour la présidence, Jean-Claude Hahn est proposé au titre de ses riches expériences antérieures. Il est élu à l’unanimité. Comme vice-présidents, sont élus, MM. Holderbach et Schmitt. Madeleine Hartmann est élue secrétaire générale et G. Oswald secrétaire-adjoint. F. Bucher conserve son poste de trésorier et M. Knittel est élu trésorier-adjoint. Les commissions sont reconduites sans grand changement : B. Jordan seconde G. Bischoff à la RA. Les relations transfrontalières sont confiées à J.-M. Holderbach.

91Le tome 119 de la RA est un « Mélanges offerts à M. Thomann » sa remise au président d’honneur de la Fédération fait l’objet d’une cérémonie à Marmoutier. Le NDBA prépare la lettre M et connaît quelques problèmes d’essoufflements des auteurs, de notices trop longues, d’un trop grand nombre de notices retenues… J.-P. Kintz propose d’augmenter le nombre de pages par fascicule et d’être plus vigilant. M. Bucher fait remarquer que les partenaires financiers s’impatientent et qu’il faut simplifier la procédure de corrections trop coûteuse.

92En 1994, la Fédération contribue à l’achat de l’épée d’académicien du professeur Francis Rapp. Le président Hahn rend compte au comité que la Fédération rentre dans une période de gestion difficile accusant un sérieux déficit depuis deux ans, dû à un accroissement de la masse salariale consécutive à des embauches pour réaliser en interne le montage de la RA et du NDBA avec une technique et une gestion des corrections et multiples maquettages mal maîtrisés. Le comité charge le président de procéder à la restructuration du secrétariat avec une réduction de personnel, de veiller à l’application de la doctrine d’origine du NDBA et d’étudier un plan de développement pour la diffusion des produits de la fédération.

93M. Mengus est embauché pour s’occuper à mi-temps du NDBA. La Fédération intervient pour la sauvegarde des tumuli d’Ensisheim, menacés par l’agriculture. Un rachat de leurs parcelles par le Conservatoire des Sites alsaciens où la Fédération siège au conseil d’administration (J.-M. Holderbach) est proposé.

94A la demande de la DRAC, J.-M. Holderbach présente un rapport sur les activités et les résultats de la commission « Inventaire et Sauvegarde », le 31 mars 1995.

95La Fédération est aussi présente dans les instances de protection du patrimoine. Elle siège en tant que représentante des associations à la Commission Régionale pour la Protection Régionale du Patrimoine Historique, Archéologique et Ethnologique (COREPHAE), devenue Commission Régionale du Patrimoine et des Sites (CRPS) en 1997. Ont représenté la Fédération comme membres titulaires de ces commissions, dans l’ordre G. Bischoff, J.-M. Holderbach et G. Claerr-Stamm.

Congrès des historiens à Biesheim en 1996

Congrès des historiens à Biesheim en 1996

96En 1995, le stand de la foire européenne quitte le hall 14 pour le hall 5. Le Salon du livre de Colmar accorde un hall entier aux sociétés d’histoire, 32 seront présentes. Il est remis pour la première fois trois prix destinés à récompenser des sociétés d’histoire. Le jury est composé de membres du comité de la Fédération. 22 sociétés dont 18 affiliées posent leur candidature.

97Francis Bucher ne souhaitant plus être trésorier, ses nouvelles fonctions professionnelles lui laissant très peu de temps, le comité, sur sa proposition, coopte Raymond Lutz. Alphonse Irjud rejoint le comité de lecture du NDBA. La Fédération a réduit son personnel du secrétariat à trois postes à temps partiel plus un demi-poste au NDBA où Mme Krieg œuvre bénévolement depuis de longues années. Les dossiers d’inventaire et sauvegarde sont déménagés au sein de la BNUS mais dans des locaux nettement moins bien accessibles.

98L’AG de 1996 est précédée d’une AG extraordinaire pour la modification de l’article 10 des statuts qui devient : « La Fédération est administrée par un comité élu pour trois ans comprenant 7 personnes au moins et 25 personnes au plus dont 21 élues (au lieu de 19 précédemment) par l’assemblée générale, les membres restants pouvant être cooptés… ». L’Association pour la mise en valeur du patrimoine historique de Marmoutier, SOS Schwartzenbourg et le Cercle d’histoire de Wasselonne n’ont plus donné signe de vie depuis des années aussi sont-elles rayées des listes fédérales. La Fédération compte 90 sociétés. Au renouvellement de son comité, seule Madeleine Hartmann ne se présente plus, les 20 autres membres souhaitent renouveler leur mandat, il n’y a donc qu’une place disponible. Les membres sortants sont réélus ainsi que Marc Glotz.

Reconduction du président sortant

99A la suite de l’assemblée générale, Jean-Claude Hahn accepte d’être candidat à sa succession et est élu, tout comme J.-M. Holderbach et J.-M. Schmitt comme vices-présidents. R. Lutz est élu trésorier, G. Oswald secrétaire. J.-P. Kintz conserve le NDBA, G. Bischoff la RA et la commission des produits, G. Claerr-Stamm le bulletin de liaison. Pas de volontaire pour la Communication. J.-M. Holderbach propose une réforme de la commission « Inventaire et sauvegarde » et en garde la responsabilité.

100Le tome 122 de la RA est un « Mélanges offerts au professeur Francis Rapp » qui invite les membres du comité à une fort sympathique soirée au Biblenhof, un lieu qui lui tient particulièrement à cœur.

101La distribution des produits des sociétés grâce aux subventions des départements connaît un profond changement. Jusqu’à présent la Fédération réceptionnait les ouvrages, faisait la demande de subventions, assurait la préparation des colis et leur acheminement via les caisses d’épargne. A partir de 1997, le conseil général du Bas-Rhin décide de ne plus distribuer aux lycées (du ressort de la région) et de s’occuper seul de l’entreprise. Le Conseil général du Haut-Rhin s’oriente en 1998 vers la reconduction des subventions aux sociétés par le biais des Archives départementales, en achetant des annuaires pour les collèges. Lors de la réunion du comité d’avril 1998, le président évoque la mémoire de Pierre Schmitt et rappelle que ses héritiers sont propriétaires du titre de la Revue d’Alsace. La Société d’Histoire du Protestantisme du Ban de la Roche a cessé d’exister. L’ancien trésorier de la fédération Henri Gruninger est décédé. La participation à l’AG 1998 est faible, seulement 38,54 % des sociétés. Michel Knittel démissionne du comité fin 1998. La fédération adopte le principe de la création d’un site internet dont se charge Jean-Marie Holderbach et adopte le nom de domaine « Alsace-histoire ».

102L’AG 1999 est précédée d’une AG extraordinaire pour modifier l’adresse du siège social qui passe ainsi du « 8 place de l’Hôpital » adresse des Archives Municipales de Strasbourg, au « 15 rue de Bruxelles » adresse du secrétariat. 70 sociétés sont présentes ou représentées soit 74 % des sociétés affiliées. La Revue d’Alsace N° 125 rend hommage à Jean Rott et à Robert Will. Les textes sur l’orfèvrerie de Pierre Schmitt seront regroupés dans un hors-série. Le président a le plaisir d’annoncer que le site internet de la Fédération est en ligne et ouvert aux sociétés d’histoire. L’AG s’achève sur l’élection des 21 candidats au comité à savoir par ordre alphabétique : MM. Bailliard, Bischoff, Boehler, Mme Claerr-Stamm, Mme Marie-Hélène David (nouvelle), MM. Glotz, Hahn, Heitz, Holderbach, Gérard Imbs (nouveau), Kintz, Krieg, Philippe Legin (nouveau), Jean-Marie Le Minor (nouveau), Lichtlé, Lutz, Jean A. Meyer (nouveau), Oswald, Rilliot, Schmitt et Jean-Philippe Strauel (nouveau).

Pour un dernier demi-mandat

103Jean-Claude Hahn, accepte, en l’absence d’autres candidats, d’assurer un demi-mandat avec la promesse de J.-P. Kintz de prendre la relève après le congrès des historiens de 2000. Les vices-présidents sont Jean-Marie Holderbach et Gabrielle Claerr-Stamm, Raymond Lutz reste trésorier et Grégory Oswald devient secrétaire général et Marc Glotz secrétaire-adjoint. Les responsables de commissions se répartissent comme suit : NDBA J.-P. Kintz, RA (pas de responsable), Patrimoine (J.-M. Holderbach), Communications et foires Henri Heitz, Bulletin de liaison G. Oswald et Internet J.-M. Holderbach.

104La Fédération devant libérer à terme les caves de stockage dans le bâtiment des Archives du Bas-Rhin, le problème des locaux se pose à nouveau. L’idée d’acquérir un appartement dans l’agglomération strasbourgeoise est évoquée. Jean-Pierre Kintz engage les recherches et trouve un appartement en rez-de-chaussée surélevé au 9 rue de Londres qui semble convenir et permettrait le stockage. La décision de l’acheter est prise le 4 juillet 2000.

105Jean-Marie Le Minor démissionne début 2000 du comité pour surcharges d’obligations professionnelles. La commission « Inventaire et Sauvegarde » tente de dresser un bilan des dégâts occasionnés sur les petits monuments et bornes par le passage de la tempête Lothar du 26 décembre 1999.

106Des démarches sont entreprises par la Fédération pour savoir si elle entre dans le cadre de la nouvelle loi concernant la TVA. La réponse des services fiscaux est positive : « la Fédération est imposable au titre de son activité de publications d’ouvrages. Elle est réputée entrer en concurrence avec l’édition d’ouvrages historiques de même catégorie et viser un public plus large, les livres étant vendus en librairie et non réservés aux seuls membres de l’association ».

107Comme prévu lors de son élection, J.-Cl. Hahn démissionne en cours de mandat, une élection a lieu le 1er octobre 2000, juste avant la tenue du Congrès des historiens à Strasbourg. J.-P. Kintz se porte candidat et est élu.

La présidence de Jean-Pierre Kintz

108Lors de son élection, J.-P. Kintz déclare s’être porté candidat par amitié pour Jean-Claude Hahn, pour tenir ses engagements et parce qu’il se sent entouré de la sympathie et de la solidarité des membres du comité. Il souhaite que la totalité des activités soit initiée par le comité et que toute dépense soit ordonnée par ce dernier. En tant que directeur des publications, il souhaite signer l’ensemble des « bons à tirer ». Enfin, il désire préciser les attributions du personnel du secrétariat, en tenant compte de l’état de santé de Mme Krieg, engager les premiers travaux dans les nouveaux bureaux et profiter de la sortie de la RA pour en restructurer le comité de rédaction et revoir le système de travail actuel.

Passation de pouvoir entre J.-Cl. Hahn et J.-P. Kintz en 2000

Passation de pouvoir entre J.-Cl. Hahn et J.-P. Kintz en 2000

109Le personnel de la fédération qui a emménagé dans les nouveaux locaux est composé de Lise Erhard secondée par Régine Fischer. Nicolas Mengus est chargé de la saisie et du toilettage des notices NDBA. La Revue d’Alsace connaît quelques turbulences, G. Bischoff posant même sa démission. La propriété du titre n’est toujours pas réglée et les textes de Pierre Schmitt « L’or et le papier » n’ont pas paru.

110Le NDBA a atteint la fin de la lettre S en vingt ans et peut espérer être achevé en trois ans grâce au travail de J.-P. Kintz.

111En 2001, le président rend hommage à Mme Krieg décédée le 10 mars et à Marcel Krieg décédé peu après. Suite à des incidents sur la RA de 2001, G. Bischoff rédacteur en chef donne sa démission.

112Une cérémonie conjointe avec l’Académie d’Alsace, la Société Schongauer et la Fédération est organisée pour la remise à Mme Pierre Schmitt et sa famille, de la Revue d’Alsace et le texte d’hommage sous forme de livre en tirage spécial. Par cette remise est rendue tangible la dévolution de la Revue d’Alsace à la Fédération. Le comité fédéral coopte François Igersheim comme rédacteur en chef de la RA, G. Oswald devenant son rédacteur-adjoint et F. Uberfill entrant dans le conseil éditorial. La RA doit se lancer dans des projets de « rajeunissement » pour attirer de nouveaux abonnés.

113Lors de l’assemblée extraordinaire du 19 mai 2001, le siège de la Fédération est transféré officiellement au 9 rue de Londres à Strasbourg. L’élection renouvelle partiellement le comité. Sont élus : Mme Claude Avry (nouvelle), M. Boehler, Mmes Claerr-Stamm et David, MM. Glotz, Holderbach, Igersheim, Imbs, Kintz, Legin, Roger Lehni (nouveau), Lichtlé, Lutz, Mayer‑Schaller (nouveau), J. Meyer, Raymond Muller (nouveau), Oswald, Rilliot, Albert Rosenstiehl (nouveau), Schmitt et Charles Zaegel (nouveau). La réunion fédérale qui suit élit J.-P. Kintz pour un nouveau mandat, le reste du bureau est inchangé. Sur proposition du président, J.-Cl. Hahn est nommé président honoraire et MM. Bailliard et Heitz sont cooptés. Mme Claude Avry qui avait été élue au comité en 2001 n’est finalement jamais venue et démissionne fin 2002.

114En 2003 le comité prend acte de la fin de l’Association des Paysages, des Hommes, des Traditions de Sainte-Marie-aux-Mines. La Fédération déplore les décès de Maurice Kubler (13.07.03), Yves Bonnel (31.08.03) et Théodore Rieger (14.01.04) et évoque également la mémoire du Doyen Georges Livet.

Une nouvelle collection : Alsace-Histoire

115Dès 2001, devant l’engouement croissant des historiens locaux pour les sciences auxiliaires de l’histoire, G. Oswald propose de lancer une nouvelle collection de guides sur l’histoire de l’Alsace qui constitueraient « autant d’instruments de recherches dont nous avons tous rêvé de pouvoir disposer un jour ». Il est nommé responsable de la commission « Alsace-Histoire » chargée de mettre en route le projet, en 2002. Le projet de nouvelle collection « Alsace-Histoire » est adopté par le comité en 2003. G. Oswald a cédé la responsabilité de la commission à J.-M. Boehler, en raison d’un surcroît de travail.

116En janvier 2004, la Fédération s’affilie à l’Association des Editeurs d’Alsace. Mme Marie-Hélène David démissionne du comité. On reparle également du Dictionnaire des Institutions d’Alsace à partir des documents de Marcel Thomann. François Uberfill est nommé rédacteur adjoint de la Revue d’Alsace, Elisabeth Clementz et Jean-Luc Eichenlaub acceptent d’étoffer la commission « Revue d’Alsace ». Le bureau fédéral est complété par Marc Glotz, secrétaire-adjoint et Raymond Muller, trésorier-adjoint.

117L’AG de 2005 reconduit le comité sortant ; 5 nouveaux membres sont élus et deux cooptés. Le comité se compose comme suit : MM. Bailliard (coopté), Boehler, Mme Claerr-Stamm, MM. Glotz, Jean-Georges Guth (nouveau), Heitz (coopté), Holderbach, Igersheim, Imbs, Kintz, Jean-Claude Kuhn (nouveau), Legin, Lichtlé, Lutz, Meyer, Muller, Jean-Marie Nick (nouveau), Oswald, Rosenstiehl, Louis Schlaefli (nouveau), Schmitt, Jean-Philippe Strauel (nouveau) et Uberfill. Francis Lorentz et Jean-Sébastien Priot sont cooptés fin 2005.

La RA et son avenir

118La 128e Revue d’Alsace (2002) a été composée en hommage à Christian Wilsdorf. Sur les sept derniers volumes de la RA publiés, trois ont été des numéros « spéciaux » : L’Alsace second XXe siècle (2004), Les Monuments historiques entre France et Allemagne (2005), Historiographie régionale/Landesgeschichte en France et en Allemagne (2007). Le prestige scientifique de la revue peut en être relevé, mais elle n’échappe pas à l’érosion qui frappe toute le secteur de l’édition scientifique, qui migre de plus en plus massivement sur internet.

La difficile succession du NDBA

119Les derniers fascicules du NDBA lettres U à Z paraissent en 2007 ainsi qu’un index des notices clôturant la collection avec 49 fascicules répartis en 10 écrins.

120Avec la fin du NDBA, le DHIA est à nouveau évoqué comme projet scientifique majeur au comité fédéral ; M. Igersheim en est nommé rédacteur en chef, sur proposition de M. Kintz. Mais M. Thomann n’envisage la poursuite du projet qu’avec l’embauche d’une personne à plein temps, ce que refuse M. Kintz. Aucune solution n’est trouvée et le projet est abandonné par J.-P. Kintz, alors que le comité fédéral ne parvient pas à imposer une issue au débat. La rédaction des notices de la lettre A du DHIA se poursuit néanmoins et les auteurs dont un certain nombre de membres du comité fédéral se réunissent à l’Institut d’histoire d’Alsace et mèneront à bien un premier fascicule lettre A pour décembre 2008.

121Le comité déplore le décès de Roger Ehrsam après une longue maladie. Raymond Oberlé, ancien vice-président décède le 5 juin 2007. M. Lutz, trésorier, partant à la retraite et quittant la région propose André Sauter pour lui succéder. Il est coopté par le comité.

122J.-P. Kintz a regroupé un choix de ses articles rédigés pour de nombreuses revues et ouvrages pour une publication dans le cadre d’un livre financé par la Fédération. Le comité décide que l’ouvrage « Regards sur l’histoire de l’Alsace » portera la mention « Hommage de la Fédération des Sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace à Monsieur le professeur Jean-Pierre Kintz ».

123Les relations transfrontalières se poursuivent. Rien qu’en 2008 J.-M. Holderbach réalise quatre campagnes de recherches pour répondre à des demandes allemandes : sur l’histoire d’Orschweier (les Bock von Boeklinsau), sur les mines anciennes en Bade-Wurtemberg, sur Oppermann (Directeur de l’école de pharmacie), sur l’histoire d’Altenheim et de Hundsfelden, en plus des rencontres traditionnelles aux AG.

Une assemblée avec exposition

124Dès mars 2006, reprenant une proposition émise antérieurement de colloque sur Histoire régionale/Histoire locale, le président met sur pied le projet d’une présentation des activités des sociétés d’histoire affiliées. L’idée d’une exposition à Colmar ou à Sélestat est retenue ainsi que celle d’une monographie présentant les différentes sociétés. Ce sera finalement une manifestation aux Tanzmatten à Sélestat les 5 et 6 avril 2008. 56 sociétés y présentent un stand avec leurs publications et des objets qui caractérisent leurs activités. Les contributions des sociétés paraîtront finalement dans le cadre de la Revue d’Alsace 2009.

125L’assemblée générale se tient au même endroit. Le premier fascicule de la collection Alsace-Histoire « Guide de l’histoire locale en Alsace » rédigé par Grégory Oswald est présenté officiellement ce jour-là. Lors de l’élection pour le renouvellement du comité, 25 candidats se présentent pour les 21 postes disponibles. Sont élus par ordre alphabétique : MM. Boehler, Edmond Buhler (nouveau), Mme Claerr-Stamm, MM. Glotz, Guth, Holderbach, Imbs, Daniel Jeannette (nouveau), Kuhn, Legin, Lichtlé, Meyer, Muller, Nick, Oswald, Priot, Sauter, Schmitt, Strauel, Troestler (nouveau) et Uberfill.

Une présidente pour la Fédération

126Il incombe donc au nouveau comité d’élire en son sein un président. Daniel Jeannette, doyen d’âge préside la réunion du 23 avril à Strasbourg. Il propose un tour de table pour apprendre à mieux se connaître puis demande à chacun s’il est candidat. Seule Gabrielle Claerr-Stamm est candidate. Elle est élue dès le premier tour, première femme à accéder à cette présidence et à être issue d’un comité de société d’histoire. Elle remercie le comité fédéral pour la confiance qu’il lui témoigne. Sont élus vice-présidents MM. J.-M. Holderbach et F. Lichtlé. Grégory Oswald ayant assuré pendant 15 ans le secrétariat et le bulletin de liaison ne souhaite pas se représenter, M. Glotz accepte le poste de secrétaire et G. Oswald d’être secrétaire-adjoint. L’élection du trésorier, sur la demande d’André Sauter est ajournée. André Sauter sera élu trésorier lors de la réunion du 4 juin et R. Muller trésorier adjoint. J.-M. Boehler est reconduit comme responsable de la commission « Alsace-Histoire », M. Igersheim bien que n’étant plus membre du comité accepte de continuer la rédaction de la Revue d’Alsace, J.-M. Holderbach reprend du service à la commission Patrimoine (remplacé plus tard par Jean-Sébastien Priot), à celle d’Internet et aux relations transfrontalières ; le bulletin de liaison revient à la présidente faute de candidat. J.-M. Nick démissionne fin 2008 en raison de ses nouvelles obligations municipales. Stephan Choquet est coopté début 2009 pour la commission Internet.

Congrès des historiens à Munster en 2008

Congrès des historiens à Munster en 2008

De gauche à droite : Fr. Lichtlé, vice-président, J.-M. Holderbach, vice-président, G. Claerr-Stamm, présidente, G. Leser, président de la Société d’histoire du Val et de la Ville de Munster, Pierre Dischinger, maire de Munster, Pierre Gsell, conseiller général du canton de Munster.

127Une nouvelle page s’est tournée dans l’histoire de la Fédération. Il appartiendra au nouveau comité et à sa présidente de continuer les actions engagées par ses prédécesseurs, de trouver un juste équilibre pour les finances de la fédération, d’encourager la rénovation complète du site Internet, d’être attentif à répondre aux souhaits des sociétés d’histoire quant au contenu de la Revue d’Alsace, d’initier de nouveaux projets en associant davantage les sociétés fédérées et de permettre au Dictionnaire Historique des Institutions d’Alsace de voir enfin le jour.

Haut de page

Annexe

Liste des assemblées générales devenues ensuite Congrès des historiens

1978 Kientzheim

1979 Saverne

1980 Soultz

1981 Strasbourg

1982 Ferrette

1983 Albé

1984 Guebwiller

A partir de 1985, les AG se tiennent régulièrement à la Bibliothèque Humaniste de Sélestat en avril/mai au plus tard juin. A l’ancienne journée de l’AG, traditionnellement le dernier dimanche de septembre, se substitue le Congrès des historiens, accueilli chaque année par une autre société d’histoire fédérée.

1985 1er Congrès des Historiens à Haguenau

1986 Munster

1987 Drusenheim

1988 Wittelsheim

1989 Schirmeck

1990 Katzenthal

1991 La Petite Pierre et Petersbach

1992 Ensisheim

1993 Brumath

1994 Belfort

1995 Reichshoffen

1996 Biesheim

1997 Mutzig

1998 Riquewihr

1999 Rosheim

2000 Strasbourg organisé par la Fédération

2001 l’Ecomusée à Ungersheim

2002 Molsheim

2003 Thann

2004 Soultz

2005 Schirmeck

2006 Obernai

2007 Kaysersberg

2008 Munster

2009 Benfeld

2010 Rixheim

Sociétés qui ont rejoint la fédération depuis 1977

1981

Les Amis de l’Histoire des PTT.

Les Amis de l’ancienne seigneurie de Landser.

1983

La Société d’histoire des Quatre cantons.

La Société pour la Conservation des monuments napoléoniens.

Le Portrait ancien d’Alsace.

La Société des Amis de l’histoire du Vieux Mulhouse.

La Société d’histoire de Cernay.

La Société d’histoire d’Eguisheim.

1985

La Société du Ried Nord.

Les Amis du Wineck.

La Société de la Maison du Mineur et de la potasse.

La Société d’histoire de la Hochkirch.

La Société d’histoire d’Ensisheim.

1986

La Société d’histoire et de Culture d’Ingersheim.

La Société d’histoire de la Hardt et du Ried.

1989

Le Cercle de Recherche historique de Ribeauvillé.

1990

L’Association d’histoire et d’Archéologie d’Oermingen.

La Société d’histoire de Sarre-Union.

La Fédération du Patrimoine minier.

L’Association pour la promotion de la recherche archéologique en Alsace.

La Délégation générale du Souvenir français du département du Bas Rhin.

1991

La Société des Amis du Musée de l’Imagerie populaire de Pfaffenhoffen

L’Association du Musée régional du Rhin et de la Navigation.

1993

L’Association pour la revalorisation du Patrimoine Vosges/Alsace.

1994

La Société d’histoire de Horbourg-Wihr.

1995

La Société d’histoire de Bergheim.

La Société d’histoire de l’Alsace bossue (issue de l’Ass. d’histoire de Dehlingen).

L’Association de recherches archéologique d’Alsace bossue (anciennement Asso-ciation d’histoire et d’archéologie d’Oermingen).

La Société d’émulation de Montbéliard.

Les Amis du Vieil Ungersheim.

La Société d’histoire de Kingersheim.

La Société d’histoire de Bergheim (il s’agit d’une réadmission, l’ancienne société était déjà membre).

1996

La Société d’histoire d’Eschentzwiller (devenue Eschentzwiller-Zimmersheim).

Le Cercle d’histoire de Lutterbach.

La Société du Haut-Florival.

1997

La Société d’Histoire des Hôpitaux civils de Colmar.

1998

La Société d’histoire de Wintzenheim.

1999

La Fédération généalogique de Haute-Alsace.

2000

La Société d’histoire et de traditions de Habsheim.

2001

La Société philomatique vosgienne.

2002

La Fédération de l’Association Patrimoine Historique - Vieilles maisons.

2003

Les Amis du Hartmannswillerkopf- Vieil Armand.

L’Association Vieilles maisons françaises délégation du Haut-Rhin.

La Société d’histoire et de généalogie de Bennwihr.

Les Amis du Patrimoine - Société d’histoire de Saint Louis.

Le Cercle d’histoire de Hégenheim.

L’Association le parc de la Maison Alsacienne à Reichstett.

L’association Mémoire de la médecine à Mulhouse.

La Société d’histoire Thann-Guebwiller.

2004

L’association Mémoire mulhousienne.

2005

La Société des Amis du Château d’Andlau.

L’Association d’histoire de Neuf Brisach.

Les Amis des hôpitaux universitaires de Strasbourg.

2006

Pro Landskron.

La société d’histoire de Boersch-Klingenthal.

La société d’histoire de Bruebach.

Alsace Mémoire du mouvement social (ALMEMOS).

2007

Société d’histoire de Westhoffen.

2008

L’Association pour la conservation du patrimoine religieux en Alsace.

2009

Les Amis du retable de Buhl.

Association Pro Hugstein.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Marcel Thomann au Congrès des historiens à Haguenau (1985)
Crédits Photo J.-M. Holderbach
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Titre René Clementz et Jean-Paul Diebolt devant une borne aux armes de Saint-Quirin
Crédits Photo J.-M. Holderbach
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Titre Séance de travail autour d’une croix rurale à Waldolwisheim
Crédits Photo J.-M. Holderbach
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 512k
Titre Le secrétariat de la Fédération dans les locaux du CRDP dans les années 1980
Crédits Photo Jean-Marie Holderbach
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Réunion de travail, prélude à l’inventaire des monuments funéraires au cimetière de Colmar (Ladhof) vers 1985
Crédits Photo Jean-Marie Holderbach
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre Congrès des historiens à Schirmeck en 1989
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 480k
Titre Congrès des historiens à Biesheim en 1996
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 636k
Titre Passation de pouvoir entre J.-Cl. Hahn et J.-P. Kintz en 2000
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Congrès des historiens à Munster en 2008
Légende De gauche à droite : Fr. Lichtlé, vice-président, J.-M. Holderbach, vice-président, G. Claerr-Stamm, présidente, G. Leser, président de la Société d’histoire du Val et de la Ville de Munster, Pierre Dischinger, maire de Munster, Pierre Gsell, conseiller général du canton de Munster.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/862/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 411k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gabrielle Claerr-Stamm, « 1977 : La Fédération de 1977 à nos jours », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 265-291.

Référence électronique

Gabrielle Claerr-Stamm, « 1977 : La Fédération de 1977 à nos jours », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/862 ; DOI : 10.4000/alsace.862

Haut de page

Auteur

Gabrielle Claerr-Stamm

Présidente de la fédération des sociétés d’histoire et d’archéologie d’Alsace

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page