Navigation – Plan du site
Les sociétés des années 80 à nos jours

1980 : Société d’Histoire de la Hochkirch

Paul-Bernard Munch
p. 305-308

Texte intégral

1La Société d’histoire de la Hochkirch, regroupe les quatre localités formant autrefois le secteur pastoral de l’église-mère de la Hochkirch, à savoir Sierentz, Uffheim, Waltenheim et Geispitzen.

La fondation

2Membre du comité de la société d’histoire du Sundgau, Claude Munch, historien de Sierentz, réunit au soir du 17 décembre 1980 les sept personnes que la législation impose pour porter toute association sur les fonts baptismaux. Ainsi, dans la Stube de Joseph Muller le maire dUffheim est née la Société d’Histoire de la Hochkirch : Joseph Muller en est aussi le premier président.

3La société se donne pour buts :

« d’étudier le passé des anciennes communautés formant la paroisse de la Hochkirch, de réunir tous les éléments se rapportant à l’art, au folklore, à la littérature, à l’archéologie et l’histoire de cette région » non sans « favoriser la création, le développement des musées locaux, de créer une bibliothèque réunissant des ouvrages, des manuscrits, archives ou tout autre documentation intéressant ». La Hochkirch se propose également de « participer à la conservation des sites et monuments historiques ».

4Le premier comité se composait comme suit : Président : Joseph Muller, maire d’Uffheim ; vice-président : Claude Munch (Sierentz, membre du comité de la Société d’Histoire du Sundgau) ; secrétaire général : Dr Pierre Enderlin, maire-adjoint de Waltenheim ; secrétaire général adjoint : Jean-Paul Golly (Uffheim) ; Trésorier : Gérard Rapp (Geispitzen) ; assesseur-archiviste : Jean-Jacques Haaby (Uffheim), assesseur : François Kwast (Sierentz).

Yves Bisch dans la classe à l’ancienne

Yves Bisch dans la classe à l’ancienne

photo, P.-B. Munch

De Zumstein à Ellerbach : publications sundgauviennes

5Un premier annuaire de 65 pages sort des presses en 1982, suivi d’un second fort d’une centaine de pages en 1983. L’aventure de l’édition se poursuit avec la publication de nombreux ouvrages. La Société se donne pour mission d’illustrer par la documentation, monuments et gens du pays. Au printemps 1984, elle a fait poser, au monument aux morts de Waltenheim, une plaque à la mémoire de Georges Kemler, résistant de la première heure, à côté de celle commémorative des autres enfants du village tombés pour la France. Pierre Enderlin signe un ouvrage sur ce véritable héros de la Résistance, torturé par Klaus Barbie à Lyon. En 1986, ce sont pas moins de trois ouvrages qui sont publiés : « Bachludis Marianle », édition d’un roman inédit en dialecte du poète sundgauvien Charles Zumstein, « Une nécropole du Bas Empire à Sierentz » par André Heidinger et Jean-Jacques Viroulet et « Hochkirch - Sierentz, depuis mille ans dans le sillage de Saint-Martin » édité en novembre à l’occasion des 150 ans de la construction de l’église de Sierentz. En avril 1987, Walter Eichin signe une étude sur le « Système des ballons », basée sur l’étude de l’observation calendaires astronomiques.

6Le 12 juin 1987, l’ouvrage consacré à l’instruction des campagnes de Haute-Alsace au XIXe siècle, « Les Pontonniers de l’Instruction du Peuple » sous la plume d’Yves Bisch, est présenté à l’Ecomusée. Yves Bisch s’était lancé quelque deux ans auparavant dans l’aventure de l’écriture avec « Les Temples du Savoir ». Au cœur de l’été, dans le cadre de la fête des moissons à Kappelen, Pierre Specker présente son recueil de poésies dialectales. Le mois suivant, c’est au tour d’Amélie Lieby (Magstatt-le-Bas) de publier, toujours grâce au concours de la Hochkirch, ses plus belles poésies dialectales. Enfin, Gérard Rapp (Geispitzen) signe un ouvrage biographique consacré à Jean-Baptiste Ellerbach, curé, fondateur de l’Institut Sonnenberg de Carspach et auteur du livre de référence sur la « Guerre de Trente Ans en Alsace ».

Classe à l’ancienne : souvenirs d’enfances

Classe à l’ancienne : souvenirs d’enfances

Une lettre trimestrielle

7En 1998, la Société lance la publication trimestrielle de « La Lettre de la Hochkirch » Elle entend (re)nouer un contact plus privilégié avec les sympathisants du passé local, soucieux de la mise en valeur du patrimoine. Désormais, sur une douzaine de pages (ou plus), la publication apporte un éclairage nouveau sur les pages de l’histoire des communes de Sierentz, Uffheim, Waltenheim et Geispitzen.

De la ligne Maginot à l’hôpital de Sierentz

8La Hochkirch s’est consacrée à la remise en valeur de son patrimoine. Elle a procédé à la réhabilitation de la casemate d’infanterie Aschenbach Nr. 86. Cet ancien ouvrage militaire, déclassé en 1972, a été pris en charge en 1991 et est inauguré le 20 novembre 1994 : il s’agit de la seule casemate rénovée en Haute-Alsace, embryon d’un futur musée mémorial de la Ligne Maginot en Alsace du Sud. Elle participe, en 1994, à la mise en place d’un circuit de découverte baptisé « Hochkirch », balisé au départ de Sierentz et passant par Uffheim, Waltenheim et Geispitzen. En 1998, elle entreprend la rénovation de la Bascule. Avec le concours de Christian Fuchs, le plus grand spécialiste de bâti ancien en Alsace du Sud, la commune de Sierentz a enrichi son patrimoine « d’un élément dont elle peut faire sa fierté ».

En 2002 : donner vie à une ancienne salle d’école

9A l’origine, il y a une idée chère à Yves Bisch, l’ancien directeur de l’école Jacques Schmidt : reconstituer enfin à Sierentz pour le compte de la Société d’Histoire de la Hochkirch une salle de classe d’antan, comme celles déjà présentées lors d’une fête de rues à Magstatt-le-Bas, à la Bibliothèque municipale de Mulhouse, à l’Ecomusée… A la rentrée 2002, une opportunité se présente : il s’agit d’une vraie salle de classe, encore opérationnelle jusque-là, et qui a servi pendant environ 140 ans, « donc un cadre authentique » à mettre en valeur pour Yves Bisch. Située au nord-ouest du bâtiment de la mairie (1865), elle possède sa propre entrée, donc indépendance par rapport aux espaces occupés par la mairie. Une convention est signée avec la municipalité de Sierentz. Ses buts ? « La sauvegarde et mise en valeur du patrimoine historique ». Mais cela passe aussi par des animations. Les élèves du secteur par classes et dans le cadre scolaire sont accueillis pour des « leçons » d’histoire de l’école, de calligraphie et diverses séquences concernant l’école autrefois, la vie des écoliers… D’ « anciens », maîtres ou élèves viennent parler de leur vécu lors de ces ouvertures ponctuelles au public. Des animations destinées aux adultes par groupes constitués (associations, élus…) sont possibles : certificats d’étude, dictées, calligraphie, conférences, débats… Les anciens y retrouvent des sensations de leur jeunesse : odeur de la craie, du parquet et des bancs frottés à la cire, les anciens manuels scolaires que l’on peut feuilleter…

Les Bretzel d’or de la Hochkirch

10La Société d’Histoire de la Hochkirch a le privilège de compter dans ses rangs deux Bretzel d’or, décerné par l’Institut des Arts et Traditions Populaires d’Alsace. En 2005, Christian Fuchs, tout d’abord, qui a participé activement, aux côtés de Marc Grodwohl, à la construction de l’Ecomusée, dont il assurera la direction technique jusqu’en 1993. Sollicité pour ses compétences, il exercera jusqu’en 2004, la mission de technicien conseil, dans le cadre de la politique d’aide à la restauration des maisons anciennes, mise en place par le Conseil Général du Haut-Rhin. Il est coauteur avec Thierry Fischer du livre « Les Maisons d’Alsace » (1997), chargé plus particulièrement de la partie technique de cet ouvrage, destiné à offrir à ses lecteurs un ensemble de conseils utiles pour réussir leur projet de restauration. En 2006, c’est au tour d’Yves Bisch de se voir décerner le Bretzel d’or. Ce grand historien de l’école primaire en Alsace, est également indéfectiblement attaché à la langue alsacienne. Cela remonte à une pièce de théâtre mise en scène par le curé de Habsheim sur les planches du « Bangala ». Yves Bisch a continué à jouer des morceaux de théâtre alsacien au fil de sa jeunesse. Jeune instituteur à Sierentz lors des événements de mai 68, « renouveau de la conscience régionale », il applique timidement le dialecte dans sa classe, en employant quelques mots et expressions du quotidien et en organisant des spectacles (tels les Sürlawerlafascht) trilingues, soit français, allemand, alsacien.

11A l’heure où la retraite a sonné en 2000, Yves Bisch s’est totalement investi dans ce domaine notamment au niveau des traductions, rédactions d’articles, participation à une harmonisation de la graphie, et à multiplier les interventions au collège Dolto à Sierentz.

Pierre Enderlin remettant un ouvrage à Christian Fuchs

Pierre Enderlin remettant un ouvrage à Christian Fuchs

photo, P.-B. Munch

Le Comité de la Hochkirch

12Jean-Jacques Haaby avait succédé à Joseph Muller en 1992. Puis en 1995, c’est le Dr Pierre Enderlin, de Sierentz, et membre fondateur, qui assure désormais, avec une équipe renouvelée, l’animation de l’association. Le comité est alors le suivant : président d’honneur : Joseph Muller ; président : Dr Pierre Enderlin, vice-président : Jean-Jacques Haaby ; secrétaire général : Paul-Bemard Munch ; trésorier : Raymond Pflimlin (Sierentz) ; trésorier adjoint : Gérard Rapp ; assesseurs : Henri Berger (Uffheim), responsable de la casemate, François Kwast, Sierentz, conseiller technique, André Ribstein (Uffheim), Lucien Masson (Sierentz) et Christian Fuchs (Stetten). Ils seront rejoints par Bertrand Pfaff lors de l’assemblée générale en 1999.

13Comité actuel. Président : Pierre Enderlin ; vice-président pour Sierentz : Paul Munch ; vice-président pour Geispitzen : Gérard Rapp ; secrétaire : Annie Runser ; trésorier : Jean-Claude Runser ; responsable de la salle d’école d’antan : Yves Bisch, secondé par Richard Runzer ; conseiller « patrimoine » : Christian Fuchs ; responsable des publications : Jean-Pierre Gschwind ; assesseurs : Célestin Koerper, François Kwast et Claude Munch.

Contact

14Société d’Histoire de la Hochkirch

1517, rue de la République
68510 Sierentz

Haut de page

Table des illustrations

Titre Yves Bisch dans la classe à l’ancienne
Crédits photo, P.-B. Munch
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/872/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Classe à l’ancienne : souvenirs d’enfances
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/872/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Pierre Enderlin remettant un ouvrage à Christian Fuchs
Crédits photo, P.-B. Munch
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/872/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paul-Bernard Munch, « 1980 : Société d’Histoire de la Hochkirch », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 305-308.

Référence électronique

Paul-Bernard Munch, « 1980 : Société d’Histoire de la Hochkirch », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/872 ; DOI : 10.4000/alsace.872

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page