Navigation – Plan du site
Les sociétés des années 80 à nos jours

1981 : Châteaux forts et villes fortifiées d’Alsace

Jean-Sébastien Priot
p. 317-321

Texte intégral

1Association régionale fondée en 1981, membre de la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, l’ACF s’efforce de médiatiser au mieux les trouvailles divulguées par les chercheurs. Elle regroupe, dans un esprit convivial, environ 250 membres qui souhaitent apprendre à connaître ou mieux appréhender ce patrimoine si riche, témoin des grandes heures de l’Alsace du Moyen Age.

2L’association est inscrite au registre des associations du Tribunal d’Instance de Mulhouse Vol. XXXVIII folio 38.

Le comité, en 1984, à Lutterbach

Le comité, en 1984, à Lutterbach

Assis de gauche à droite : Marie-Louise Itty, Jean-Marc Lutz, la présidente Monique Jost, Irène Metz, Ronan Lebris. Debout de gauche à droite : Jean-Marie Nick, Raoul Schultz, Marie-France Nick, Francine Pfeffer, Michel Jost et André Richert.

Du cercle « Châteaux-forts » à l’ACF

3La genèse de l’association « Châteaux forts et Villes fortifiées d’Alsace » (ACF) a pour cadre Lutterbach. En 1977, lors de la création d’une section lutterbachoise de l’Université populaire du Rhin (UP), Jean-Marie Nick, demeurant dans la commune depuis un an et défenseur du patrimoine bâti régional, initie un cercle « Châteaux forts d’Alsace ». Sur une forte dizaine de participants, la majorité est lutterbachoise. Certains auditeurs viennent de Reiningue, Mulhouse ou Pfastatt. Les années suivantes, le cercle se renforce. Un autre cercle UP voit le jour à Mulhouse, puis à Thann. Au bout de trois ans, l’ensemble des participants aux trois cercles souhaitent être plus présents sur le terrain.

4C’est ainsi que l’association « Châteaux forts et villes fortifiées d’Alsace » voit le jour le 9 octobre 1981, dans l’arrière-salle du restaurant Welterlin à Lutterbach, en présence de 22 participants. 21 sont partie prenante dans la fondation dès la première heure, dont Marc Greder (premier président) de Reiningue, Monique Jost (vice-présidente) de Lutterbach et Jean-Marie Nick (secrétaire), également de Lutterbach.

5Les membres, tous anciens participants de l’UP, souhaitent aller plus en avant dans la connaissance du patrimoine médiéval alsacien et partager leur savoir et leur intérêt avec davantage de monde. Des 21 membres fondateurs, l’ACF (dont le siège est actuellement à Illzach, à « l’Espace 110 ») est passée à plus de 250 membres actifs. Elle est essentiellement implantée dans le Haut-Rhin, mais compte également des membres en Basse-Alsace, en Lorraine, ailleurs en France, ainsi qu’en Suisse et en Allemagne et aux USA…

6Plusieurs présidents se sont succédés à la tête de la société : Marc Greder (Reiningue) de 1981 à 1982, Monique Jost (Lutterbach) de 1982 à 1986, Jean-Marc Lutz (Riedisheim) de 1986 à 1989, Gérard Willig (Pfastatt) en 1989-1990, Raoul Schultz (Mulhouse) de 1990 à 1991 et Jean-Marie Nick (Lutterbach) de 1991 à 2005, année d’accession à la présidence de Jean-Sébastien Priot.

Notre vocation

7La vocation de l’association « Châteaux Forts et Villes Fortifiées d’Alsace » réside dans la diffusion de connaissances auprès de ses membres et du grand public relatives au patrimoine bâti médiéval de notre région.

8Cette fonction de médiation s’exerce au moyen de sorties sur le terrain, de conférences gratuites et publiques, et de l’édition d’un bulletin annuel thématique. En outre, l’ACF propose un site internet fournit et actualisé en permanence : http://www.chateauxforts-alsace.org.

Les activités

9Durant ses années d’activités, l’association a fait son chemin. Tout d’abord, très rapidement après sa création, elle est accueillie au sein de la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace. Parmi la forte centaine de membres que compte la Fédération, l’ACF occupe aujourd’hui une place particulière grâce à son travail de vulgarisation. Celui-ci a été reconnu nécessaire et des chercheurs, dont Georges Bischoff et Francis Rapp, n’ont pas hésité, lors de leurs interventions publiques à l’école des Frères, à saluer cette œuvre, qui met la leur en valeur.

10En près de trente années d’existence, l’association totalise à son actif près de 300 sorties sur le terrain, dont plus d’une vingtaine de voyages culturels à thème de trois jours, voire d’une semaine. Environ 200 conférences ont été organisées pour ses membres, la plupart ouvertes au public. A cette occasion, l’ACF a accueilli de très nombreux intervenants dont des historiens et des archéologues connus et reconnus. En outre, deux importantes expositions sur les châteaux forts d’Alsace et le Moyen Age ont été mises sur pied : la première à la société de gymnastique de Lutterbach le week-end des 13 et 14 février 1988 a rencontré un large succès. La seconde, à l’Espace 110 à Illzach, a lieu en octobre 2001.

11A ces réalisations à vocation didactique s’ajoutent quelque 400 conférences UP ou autres, dispensées en direction du grand public à travers l’Alsace ou dans le Territoire de Belfort, voire à Paris, en Allemagne et en Suisse. Suite à ces interventions, les rangs se sont étoffés et l’association a rencontré une estime publique pour son action.

12Soulignons aussi la diffusion, depuis quinze ans maintenant, de bulletins à thème qui constituent un excellent support auprès du public lors des conférences. Certains de ces bulletins ont connu plus qu’un simple succès d’estime. Ainsi, le bulletin consacré aux châteaux forts, édité en 1992, a séduit le grand public au point qu’il a fallu le réactualiser en 2001 et le publier en trois tomes. Par ailleurs, celui de 1996 sur les Habsbourg peut être considéré comme un succès d’édition en Alsace.

En 1991, au château d’Anthès, à Soultz 10e anniversaire de l’ACF

En 1991, au château d’Anthès, à Soultz 10e anniversaire de l’ACF

Assis de gauche à droite : Irène Metz, Jean-Marie Nick, élu président, Michel Jost, Raoul Schultz et Lucienne Schultz. Debout, de gauche à droite : André Richert, le conseiller régional Etienne Bannwarth, Dominique Tomasini, le sénateur Henri Goetschy, le maire de Soultz Thomas Birgaentzlé, Francine Pfeffer, le sous-préfet de Guebwiller Jean-Louis Fargeas, Anne-Marie Faller, Monique Jost, Ronan Lebris, Georgette Schaetzel, Jean-Paul Spannagel, Mireille Zimmermann et Jean-Paul Vargenau.

Photo « L’Alsace », Jean-Louis Neubert

L’Affaire des Châteaux-hôtels et Cie

13Durant ces vingt-cinq années, l’association a également connu ses heures de militantisme, notamment lors de l’affaire des châteaux-hôtels, durant la dernière année de la présidence de Jean-Marc Lutz (1989). La position de l’ACF dans cette affaire et la solidarité que l’association a réussi à susciter du nord au sud de l’Alsace, ont empêché que les ruines convoitées par « Art et Finance » ne soient dénaturées. Il s’agit là de l’une des plus belles réussites à mettre à l’actif de l’ACF. Quant à la position de l’ACF face aux chantiers de la Hohlandsbourg (Haut-Rhin) et du Lichtenberg (Bas-Rhin), elle n’a jamais varié. L’association a toujours préconisé la sauvegarde prioritaire des sites par la seule consolidation des murs et ce dans le strict respect du cadre légal et réglementaire, et a toujours espéré une véritable concertation quant aux différents projets.

14Afin d’inciter le Département à la préservation du patrimoine, l’association a effectué deux démarches en direction des instances départementales : une première fois, sous la présidence de Jean-Marc Lutz (rencontre avec Jean-Jacques Weber) et une seconde fois, en 2001, sous la présidence de Jean-Marie Nick (rencontre avec Charles Wilhelm, président de la commission culture et patrimoine du Conseil général du Haut-Rhin). Une nouvelle rencontre avec les responsables départementaux (notamment les conseillers généraux Charles Wilhelm et Daniel Weber) a eu lieu quelques mois avant que Jean-Marie Nick ne passe la main à Jean-Sébastien Priot. Un troisième entretien nous a été accordé début été 2007.

Nos bulletins annuels

15Chaque année, l’association « Châteaux forts » axe ses activités sur un thème précis de l’histoire de l’Alsace médiévale.

16Ce thème est développé par les membres de l’association dans un bulletin annuel qui a ainsi déjàprésenté : en 1993 et 1994 : Les évêques de Strasbourg au Moyen Age ; en 1995 : Les puissances abbatiales constructrices de châteaux forts et de villes ; en 1996 : Les Habsbourg en Alsace ; en 1997 : Les Mérovingiens et les Carolingiens en Alsace ; en 1998 : L’Alsace et la Guerre de Trente Ans ; en 1999 : Femmes et hommes illustres en Alsace au Moyen Age ; en 2000 : L’Alsace en l’an Mil ; en 2001 : Au temps des châteaux forts en Alsace - tome 1 ; en 2002 : Au temps des châteaux forts en Alsace - tome 2 ; en 2003 : Paysans, artisans et marchands en Alsace au Moyen Age.

17Hors-série : Waltharius au Wasigenstein (par le professeur François Hoff, Strasbourg) ; en 2004 : La Décapole, une originalité alsacienne ; en 2005 : Les villes de l’Alsace médiévale - tome 1 ; en 2006 : Les villes de l’Alsace médiévale - tome 2 ; en 2007 : La Renaissance en Alsace - tome 1 ; en 2008 : La Renaissance en Alsace - tome 2 ; en 2009 : Les Hohenstaufen alsaciens de cœur et Empereurs germaniques.

Nécessaires relèves

18Appréciée du public qui la sollicite et par ses membres pour la qualité de ses prestations, l’ACF a aussi conscience qu’elle ne doit pas se scléroser. Elle doit s’ouvrir aux jeunes générations. Ainsi est né un groupe de travail intitulé EFFORT (Entretien, Fouilles, Formation, Réhabilitation et Travaux). Des projets de chantier ont été élaborés sous la direction des vice-présidents actuels André Richert et Ronan Le Bris et de l’animateur Edgar Wermuth. Malheureusement, l’idée a dû être abandonnée en 1999 en raison des difficultés rencontrées.

19En octobre 2001, à l’occasion de son 20e anniversaire, l’ACF a organisé à l’Espace 110, à Illzach, et en partenariat avec lui une importante exposition sur le Moyen Âge, ainsi qu’un salon du livre.

Les relations associatives

20L’ACF entretient des relations suivies : en Alsace, avec la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace, l’association Pro Hugstein, présidée par notre président honoraire, Jean-Marie Nick, la Société d’histoire du Sundgau, l’association Pro Landskron, l’association d’histoire de Lutterbach, l’association des Amis du Moulin à Lutterbach, la société d’histoire d’Eschentzwiller, l’AREM (association de recherches médiévales) à Strasbourg (qui a cessé ses activités en 2001), S’Lindeblätt à Linthal, l’association du Club Vosgien de Guebwiller, la Fédération du Club Vosgien et la Maison du Kochersberg à Truchtersheim, la toute jeune société d’histoire de Hésingue, née en 2001, Pro Daubenschlagfelsen, l’association du Château de Haut-Andlau, le CRAMS (Centre de Recherches en Archéologie Médiévale de Saverne), SNP (Scoutisme, Nature et Patrimoine) ; en Allemagne, avec le Rottelnbund (Lörrach), l’association pour la sauvegarde du château de Wieladingen (Bad Sackingen), la société pour la sauvegarde de la Hochburg (Sexau), la Burgenvereinigung de Bade-Wurtemberg ; en Suisse, avec les Burgenfreunde beider Basel… Par ailleurs, plusieurs membres de l’ACF appartiennent au réseau « Veilleurs de Châteaux Forts », animé par Mathias Heissler et soutenu par la Conseil Général du Bas-Rhin.

Les raisons d’un succès : être bien ensemble !

21Si l’association châteaux forts fonctionne bien, c’est parce que l’ensemble de ses membres se retrouvent régulièrement pour le plaisir de partager la découverte du patrimoine bâti médiéval ; pour le plaisir, aussi, de participer à sa sauvegarde en le faisant connaître de mieux en mieux et de plus en plus ; pour le plaisir, enfin, de se retrouver dans la convivialité et de cultiver un humanisme de bon aloi, loin du tohu-bohu qui régit le monde actuel.

22C’est dans ce sens que l’association a été créée. L’héritage légué par les membres des premières heures, l’ACF veut le transmettre aux générations futures avec une plus-value et dans l’esprit d’Erckmann-Chatrian qui écrivait dans l’un de ses romans :

« Quand on a eu le bonheur de naître dans les Vosges (nous ajouterons « et en Alsace ») entre le Greifenstein, le Haut-Barr et le Nideck (nous dirions « entre Fleckenstein, Hugstein et Landskron ») on ne devrait jamais songer aux voyages. Où trouver de plus belles forêts, des hêtres et des sapins plus vieux, des vallées plus riantes, des rochers plus sauvages, un pays plus pittoresque et plus riche en souvenirs mémorables ? »

Contact

23Châteaux forts et villes fortifiées d’Alsace (ACF)

24Siège : ESPACE 110
1, avenue des Rives de l’III
68110 ILLZACH

25Mail : acf-alsace@hotmail.fr
Site : http://www.chateauxforts-alsace.org

26Président : Jean-Sébastien Priot
4, rue Reiss
67000 Strasbourg
Tél : 03 88 35 71 81 / 06 22 65 82 60

Haut de page

Table des illustrations

Titre Le comité, en 1984, à Lutterbach
Légende Assis de gauche à droite : Marie-Louise Itty, Jean-Marc Lutz, la présidente Monique Jost, Irène Metz, Ronan Lebris. Debout de gauche à droite : Jean-Marie Nick, Raoul Schultz, Marie-France Nick, Francine Pfeffer, Michel Jost et André Richert.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/881/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
Titre En 1991, au château d’Anthès, à Soultz 10e anniversaire de l’ACF
Légende Assis de gauche à droite : Irène Metz, Jean-Marie Nick, élu président, Michel Jost, Raoul Schultz et Lucienne Schultz. Debout, de gauche à droite : André Richert, le conseiller régional Etienne Bannwarth, Dominique Tomasini, le sénateur Henri Goetschy, le maire de Soultz Thomas Birgaentzlé, Francine Pfeffer, le sous-préfet de Guebwiller Jean-Louis Fargeas, Anne-Marie Faller, Monique Jost, Ronan Lebris, Georgette Schaetzel, Jean-Paul Spannagel, Mireille Zimmermann et Jean-Paul Vargenau.
Crédits Photo « L’Alsace », Jean-Louis Neubert
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/881/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Sébastien Priot, « 1981 : Châteaux forts et villes fortifiées d’Alsace », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 317-321.

Référence électronique

Jean-Sébastien Priot, « 1981 : Châteaux forts et villes fortifiées d’Alsace », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 22 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/881 ; DOI : 10.4000/alsace.881

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page