Navigation – Plan du site
Les sociétés des années 80 à nos jours

1984 : Société d’Histoire de Rixheim

Benoît Meyer
p. 352-355

Texte intégral

  • 1  Trait d’Union, bulletin d’information municipal, n° 13, 1984, p. 30.

1Au début des années 80, sous l’impulsion de Paul Tritz, adjoint au maire chargé de la culture, la politique de la ville dans ce domaine fait l’objet d’une réflexion globale formalisée en 1983 dans une charte culturelle pour Rixheim. La municipalité affiche alors l’ambition de dynamiser tous les champs de la création et de la diffusion culturelles. Parmi les objectifs fixés, figure notamment la volonté de : « recenser, étudier et conserver les éléments spécifiques à notre patrimoine »1. Dans le prolongement des choix définis par ce document, une première réunion, rassemblant une vingtaine de personnes, aboutit le 28 février 1984 à la décision de créer une société d’histoire à Rixheim.

Juin 2005, démontage d’une maison de 1797 en vue d’un transfert à l’Ecomusée de Haute Alsace

Juin 2005, démontage d’une maison de 1797 en vue d’un transfert à l’Ecomusée de Haute Alsace

Recenser, étudier, conserver

  • 2  La Commanderie, construite par l’Ordre teutonique entre 1735 et 1745, devenue en 1797 la Manufactu (...)

2Le 23 mars suivant, à la Commanderie2, se tient l’assemblée générale constitutive. 32 personnes assistent à cette réunion. Le premier comité comprend 10 personnes, parmi lesquelles, Roger Schweitzer, archéologue et conservateur adjoint du Musée Historique de Mulhouse, Bernard Jacqué, historien de l’art, professeur d’université et conservateur du musée du papier peint fondé à Rixheim en 1983, et un enseignant d’histoire-géographie, Francis Ullmann. 4 commissions sont créées ayant pour mission de s’occuper respectivement de la collecte des sources orales, de celle des sources écrites, de la gestion de ce fonds et de l’inventaire (patrimoine bâti, toponymie, archéologie, documents graphiques, objets). Une dernière commission est instituée en vue d’étudier l’histoire de l’église Saint Léger dont le bicentenaire doit être fêté en 1986.

De gauche à droite : Roger Schweitzer, vice-président et François Imbert, président

De gauche à droite : Roger Schweitzer, vice-président et François Imbert, président

Vague du changement et mémoire du passé

  • 3  La ville de Rixheim passe de 5 821 à 10 712 habitants de 1968 à 1982. Cette explosion démographiqu (...)

3François Imbert est élu à la tête de l’association, fonction qu’il occupe pendant 17 ans. Né à Rixheim en 1921 il est actif dès le début des années 30 dans diverses associations (théâtre, musique, football). Il préside notamment de 1956 à 1986 la chorale Orphéon (la plus ancienne société locale, fondée en 1859). Conseiller municipal de 1953 à 1971 puis 1er adjoint au maire jusqu’en 1995, il mesure avec une grande acuité les changements survenus à Rixheim en particulier dans les années 1970 à 19803. Les nombreux écrits qu’il publie dans le bulletin de l’association se basent essentiellement sur ses souvenirs et la mémoire très précise qu’il garde de la vie du Rixheim d’antan, celui de son enfance et des générations précédentes au travers des témoignages racontés par les plus anciens Rixheimois.

  • 4  Le poste d’archiviste est créé en 1986 par le maire Pierre Braun, au moment du déménagement de l’a (...)
  • 5  1525, le grand printemps des rustauds, en 1991, coécrit avec l’auteur et homme de théâtre Louis Pe (...)

4À la veille de ses 80 ans, pour des raisons de santé, François Imbert décide de quitter la présidence. Afin d’assurer la relève, la majorité des membres du comité de la Société d’Histoire demande alors à Benoît Meyer, 40 ans, archiviste4 de la ville depuis 1988 d’en prendre la responsabilité. Il est élu le 20 avril 2001. Dans le cadre de ses fonctions professionnelles, il avait été amené à entreprendre des recherches historiques, notamment sur l’Ordre Teutonique et sur la période révolutionnaire, qui avaient fait l’objet de publications, d’expositions ou de conférences. Il est également l’auteur des textes de trois spectacles historiques5 qui furent présentés dans le parc de la Commanderie qui jouxte l’Hôtel de Ville. Sa fonction et le travail accompli au sein de la collectivité le désignaient naturellement pour poursuivre l’œuvre entreprise depuis 1983.

Le succès des publications

5Dès 1985 paraît le premier numéro du Bulletin de la Société d’Histoire de Rixheim, publication dont la périodicité est annuelle. Plusieurs auteurs tels Jean-Paul Blatz, docteur en histoire et natif de Rixheim, les archéologues Roger et Joël Schweitzer, Louis Abel, spécialiste du bâti ancien, Denis Ingold et Gunter Boll spécialistes de l’histoire du judaïsme en Alsace, ou Yves Bisch historien de l’enseignement en Alsace apportent leur contribution. Citons également, depuis 2001, Simone Meyder, étudiante en histoire de l’art de l’Université de Tubingen auteur d’un article sur la commanderie de Rixheim œuvre originale de l’architecte Bagnato et deux articles de Bernard Jacqué conservateur du musée du papier peint. De nombreuses illustrations, reproductions de documents anciens ou photos actuelles, complètent le bulletin dont le tirage est actuellement de 400 exemplaires. Ce fonds, essentiellement composé de documents iconographiques, a servi également au montage des 18 expositions réalisées à ce jour. Il est le fruit de l’immense travail du photographe Léon Litzler membre du comité de 1986 à 2003.

Le comité de la SHR en 1994

Le comité de la SHR en 1994

De gauche à droite au premier rang : Denise Spaeth, Fernande Scheuer, Christian Geiger et Simone Haegy. Au second plan : Léon Litzler, Jean Paul Isselin, Eugène Firstoss, François Imbert et Roger Fischesser. A l’arrière René Reymann.

Commémorations

6Deux publications connurent en particulier un grand succès depuis 2001. Benoît Meyer et Christian Thoma, professeur d’histoire et vice-président de la Société d’histoire depuis 2003 ont publié deux bulletins spéciaux, l’un consacré à la Libération de Rixheim et aux combats de la Hardt en 1944 dans le cadre du 60e anniversaire de cet évènement et un ouvrage de plus de 220 pages traitant de l’évacuation de la population de Rixheim en 1940. Ces publications s’appuient sur un important travail de recherches dans divers fonds d’archives. L’ouvrage sur l’évacuation, pour lequel les auteurs ont consulté notamment les archives départementales du Gers, est publié avec le soutien de ce département et des communes du canton de Valence-sur-Baïse. Il est présenté sur place le 25 août 2007. La Société d’Histoire de Rixheim a obtenu en 2008 le 3e prix de la Fédération des Société d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace pour cette publication. Signalons que la Société d’Histoire a également collaboré activement en 2005 au démontage d’une maison alsacienne datée de 1797 et transféré à l’Ecomusée d’Ungersheim en vue de son remontage.

7Débutant modestement avec 32 membres fondateurs en 1984, l’association a connu une progression régulière de ses membres, passant de 85 l’année suivante à 275 une décennie plus tard. Ses effectifs qui se stabilisent actuellement à 290 adhérents dont 20 % n’habitant pas la commune, en font une des premières associations rixheimoises.

Contact

8La Société d’Histoire de Rixheim

961, avenue du Général de Gaulle
68170 Rixheim

Visite guidée de Rixheim par le président Benoît Meyer

Visite guidée de Rixheim par le président Benoît Meyer
Haut de page

Notes

1  Trait d’Union, bulletin d’information municipal, n° 13, 1984, p. 30.

2  La Commanderie, construite par l’Ordre teutonique entre 1735 et 1745, devenue en 1797 la Manufacture de Papiers peints Zuber et Cie, connue dans le monde entier, est acquise par la ville le 24 janvier 1984 pour devenir l’Hôtel de Ville. Le bâtiment abrite aussi la Manufacture Zuber et Cie et le musée du papier peint.

3  La ville de Rixheim passe de 5 821 à 10 712 habitants de 1968 à 1982. Cette explosion démographique, due à l’arrivée massive d’une population extérieure, entraîne une importante densification urbaine, la création de deux nouveaux quartiers et la construction de nombreuses infrastructures : écoles, salles de sports, centres socioculturels, … une véritable « révolution » notamment aux yeux des anciens rixheimois nés avant-guerre.

4  Le poste d’archiviste est créé en 1986 par le maire Pierre Braun, au moment du déménagement de l’ancienne mairie vers l’actuel Hôtel de Ville inauguré officiellement en septembre 1986 après deux années de travaux.

5  1525, le grand printemps des rustauds, en 1991, coécrit avec l’auteur et homme de théâtre Louis Perin de Saint Louis, Markwald le chevalier teutonique en 1993 et Miranda et Lienard en 1995.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Juin 2005, démontage d’une maison de 1797 en vue d’un transfert à l’Ecomusée de Haute Alsace
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/897/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre De gauche à droite : Roger Schweitzer, vice-président et François Imbert, président
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/897/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Titre Le comité de la SHR en 1994
Légende De gauche à droite au premier rang : Denise Spaeth, Fernande Scheuer, Christian Geiger et Simone Haegy. Au second plan : Léon Litzler, Jean Paul Isselin, Eugène Firstoss, François Imbert et Roger Fischesser. A l’arrière René Reymann.
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/897/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 516k
Titre Visite guidée de Rixheim par le président Benoît Meyer
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/897/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Benoît Meyer, « 1984 : Société d’Histoire de Rixheim », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 352-355.

Référence électronique

Benoît Meyer, « 1984 : Société d’Histoire de Rixheim », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 18 juin 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/897 ; DOI : 10.4000/alsace.897

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page