Navigation – Plan du site
Les sociétés des années 80 à nos jours

2000 : Association des Amis du Château d’Andlau

Guillaume d’Andlau et Raoul Bock
p. 433-436

Texte intégral

L’art des vieilles pierres

1L’association des Amis du château d’Andlau se mobilise depuis 2000 pour restaurer l’édifice, le faire revivre et développer son attrait aux yeux des promeneurs. Pour cela, elle a fait, entre autre, le pari risqué et audacieux d’associer patrimoine et art contemporain et de faire du château un lieu d’apprentissage pour les nombreuses institutions qui ont accepté de rêver à l’écoute de ces vieilles pierres.

2Situé à 450 mètres d’altitude, dominant les vallées d’Andlau et de la Kirneck, le château d’Andlau est l’objet de toutes les attentions depuis huit ans. Les projets de rénovation et d’animation du lieu sont nés en 1998, alors que le mur d’enceinte du château venait de s’écrouler. S’inspirant de l’association de Spesbourg qui s’est mobilisée pour sauver son château, Guillaume d’Andlau a décidé de fonder « l’association des amis du château d’Andlau », en novembre 2000 :

3« Il ne s’agissait pas seulement de consolider le château. Je voulais également l’animer et réfléchir sur son avenir. Le but est de transmettre aux jeunes générations l’amour du patrimoine. Je rêve que ce lieu devienne un espace de liberté et de créativité. »

Vue aérienne des travaux du château d’Andlau, 2006

Vue aérienne des travaux du château d’Andlau, 2006

Grande ourse et flûte solaire

4Pour aiguiser cette créativité, l’association a misé sur l’art contemporain. Les projets les plus étonnants et spectaculaires ont pris place au cœur des vieilles pierres. Pendant l’été 2003 par exemple, Frank Morzuch a suspendu la constellation de la grande ourse entre les deux tours du château. L’année suivante, ce sont les flûtes solaires d’Erick Samakh que les promeneurs ont admiré.

« Je suis particulièrement sensible à l’art contemporain et aux rencontres décalées, confie Guillaume d’Andlau. Pour moi, le château est une abstraction, tout comme l’art contemporain. J’ai donc trouvé intéressant d’associer les deux. »

5Populariser l’art tout en mettant en valeur le patrimoine : le projet était ambitieux. Dans cette optique, l’association a aussi fait appel à des étudiants en architecture de l’école de Strasbourg pour un exercice tout particulier : le land-art, c’est-à-dire l’art éphémère. Ainsi, chaque année, en associant geste artistique et geste architectural, une dizaine d’étudiants s’approprient les lieux pour créer une œuvre, uniquement réalisée avec des matériaux trouvés sur place.

6Tout comme l’art contemporain, le théâtre a également eu son heure de gloire aux abords des châteaux d’Andlau et de Spesbourg. En juin 2006, les élèves de l’école du TNS, accompagnés de trois musiciens du conservatoire de Strasbourg, ont donné aux spectateurs une représentation hors du commun : comédienne et musicienne ont promené le public à travers bois, entre les deux sites.

« Nous avons tenu à ce que le thème et la réalisation de chaque animation soit proposée par des professionnels. Je pense que c’est la meilleure manière de mettre en valeur le site », explique Guillaume d’Andlau.

Une œuvre de land art de 2006, la « Grande ourse » au-dessus du château

Une œuvre de land art de 2006, la « Grande ourse » au-dessus du château

Consolidation acquise

7D’autres professionnels, en herbe cette fois, ont contribué à la consolidation du château : l’association a créé un partenariat avec le lycée Le Corbusier d’Illkirch. Fort du succès rencontré auprès des élèves maçons, topographes ou de la section métallerie, le projet s’est ensuite élargi à un chantier-école, fruit d’un partenariat entre le lycée et l’UFCV de Mutzig. Une occasion pour les élèves de mettre en œuvre ce qu’ils ont appris et de s’initier à la vie professionnelle tout en participant à un projet de sauvetage d’un château ancestral.

« Aujourd’hui, la consolidation du site est acquise. Même s’il n’est pas totalement abouti, le projet est lancé », se réjouit Guillaume d’Andlau.

8La consolidation a été accélérée en 2006, année à laquelle le château a connu son plus grand chantier de rénovation : face aux chutes de pierre de grès rose des deux grandes tours, qui constituent l’un des fleurons du patrimoine historique du pays de Barr, l’association a engagé un chantier de consolidation des deux tours.

9Le bilan de ces huit dernières années est donc plutôt positif : le château est connu du public et des collectivités locales, à tel point que l’association a été primée en 2007 par la Fédération des Sociétés d’Histoire et d’Archéologie d’Alsace pour le travail accompli sur le site. Et que Guillaume d’Andlau et Bernard Enaux, président de l’association du château de Spesbourg, se sont vus remettre, en janvier 2007, les insignes de chevaliers des arts et des lettres par le ministre de la culture.

« Cette association est exemplaire car elle propose des activités qui ne se limitent pas à la consolidation des vieilles pierres. Elle va bien au-delà en proposant une confrontation entre patrimoine et art. L’association est novatrice et imaginative. Cette autre manière de penser le patrimoine est un atout pour la région », commente Mathias Heissler, architecte au Conseil général.

10C’est donc avec satisfaction que Guillaume d’Andlau s’apprête à passer la main de la présidence de l’association.

« Je m’étais fixé 10 ans pour redonner des nouvelles couleurs au château. Même si je reste membre, il faut maintenant du sang neuf pour continuer l’aventure », explique-t-il.

11Pour l’heure, de grands projets sont en cours comme la collecte de données topographiques réalisée dans le cadre d’un autre programme de formation par l’INSA qui a pour but d’aboutir à une modélisation 3D du château. Sans oublier 1, 2, 3, soleil, une initiative de grande envergure : pour le bonheur des yeux, une œuvre artistique toute en lumière de Samuel Rousseau sera présentée, avec la particularité d’utiliser l’énergie solaire. Une occasion de renforcer le rôle emblématique du château dans le paysage.

Tour reconsolidée (2007)

Tour reconsolidée (2007)

Un monument du XIIIe siècle

12Construit sur une étroite barre granitique à 451 mètres d’altitude, le château d’Andlau domine la crête du Silberberg. Cette ruine bien conservée, classée monument historique en 1926, est constituée de deux hautes tours de grès rose et d’un bâtiment de deux étages et se trouve dans une zone très touristique d’Alsace.

13L’édifice a été construit en 1246 et 1264 par la famille d’Andlau. Au moment de la Révolution française, le château a été confisqué comme bien national et vendu à un marchand qui l’a démantelé et vendu morceaux par morceaux à partir de 1806. En 1818, l’édifice est racheté par la famille d’Andlau. Le propriétaire actuel, Guillaume d’Andlau, s’interroge aujourd’hui sur l’avenir du château : « Je ne veux pas laisser à mes enfants une telle charge financière et émotionnelle. »

« Que du bonheur ! »

14A 49 ans, Raoul Bock s’apprête à prendre la présidence de l’association des amis du château d’Andlau, dont il est membre depuis 2001.

Il m’a fasciné depuis mon plus jeune âge. Enfant, j’habitais dans un quartier sensible de Strasbourg et je profitais du week-end pour aller à Andlau. J’ai toujours adoré ce lieu et petit à petit, je me suis passionné pour les vieilles pierres.

En 2001, à la suite d’un projet à l’initiative du Conseil général, je suis devenu veilleur de château. Ma mission consistait à surveiller l’état architectural du château et à signaler toutes les dégradations liées au vandalisme ou à la végétation afin que des travaux puissent être engagés.

Préoccupé par l’avenir du château, je suis donc devenu membre de l’association. J’ai pris en charge les journées d’entretien du site (deux week-ends par an, en mai et septembre) et je m’intéresse à sa consolidation. Mon investissement a été crescendo : je suis un peu le trait d’union entre Guillaume d’Andlau et certaines institutions locales, avec lesquelles nous travaillons en partenariat.

Au cours de ces huit dernières années, nous avons fait avancer beaucoup de choses et énormément investi dans le patrimoine, tout en redonnant vie au château à travers diverses animations artistiques. Nous avons misé sur une rencontre insolite entre l’art contemporain et le patrimoine. C’est une manière originale de découvrir les vieilles pierres sous un autre angle. En stimulant la curiosité et la créativité des promeneurs, nous espérons éveiller leur esprit.

Je resterai dans la continuité de ce qui a été fait : consolidation et animation du château. Pour 2008, le projet le plus important est celui d’1, 2, 3, soleil, qui nous demande beaucoup de temps et d’investissement.

La complémentarité avec Guillaume d’Andlau, qui reste vice-président, est bénéfique pour l’association et nous permet d’avancer plus rapidement : il propose des idées et se trouve plus dans la réflexion alors que je suis davantage sur le terrain.

Mon rêve est de transmettre aux générations futures un patrimoine en bon état et sécurisé.

Contact

15Association des Amis du Château d’Andlau

16Site : http://www.chateaudandlau.com

Haut de page

Table des illustrations

Titre Vue aérienne des travaux du château d’Andlau, 2006
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/948/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 620k
Titre Une œuvre de land art de 2006, la « Grande ourse » au-dessus du château
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/948/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tour reconsolidée (2007)
URL http://journals.openedition.org/alsace/docannexe/image/948/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume d’Andlau et Raoul Bock, « 2000 : Association des Amis du Château d’Andlau », Revue d’Alsace, 135 | 2009, 433-436.

Référence électronique

Guillaume d’Andlau et Raoul Bock, « 2000 : Association des Amis du Château d’Andlau », Revue d’Alsace [En ligne], 135 | 2009, mis en ligne le 01 octobre 2012, consulté le 26 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/alsace/948 ; DOI : 10.4000/alsace.948

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page