Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 1, n° 1Analyse de livresAnalyse de L'Autoformation

Analyse de livres
alsic_n01-liv2

Analyse de L'Autoformation

Françoise Demaizière et Jean Uebersfeld
p. 59-62
Référence(s) :

Philippe Carré, André Moisan & Daniel Poisson
L'Autoformation
Paris : PUF - Pédagogie d'aujourd'hui, 1997
ISBN 2 13 048743 9
276 pages
21 EURO, 138 FF

Résumés

Cet article analyse un livre ou un document.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de livre

Keywords:

book review

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Texte intégral

1. D'un ouvrage à l'autre, de 1992 à 1997

1On retrouve comme premier auteur de cet ouvrage Philippe Carré dont la synthèse parue en 1992 était jusqu'ici le livre de référence sur le sujet. Il est à noter pour les lecteurs d'Alsic que P. Carré est, par ailleurs, spécialiste de la formation en langues (Carré, 1991).

2. Polysémie et ouverture des perspectives

2Pour certains membres de la communauté "multimédia et formation" l'équation"autoformation = temps de travail d'un apprenant avec un outil informatique" est encore bien présente. La simple lecture des 4 pages de sommaire du début du livre donne d'emblée une bonne idée de la variété et de la complexité réelle des points à aborder.

  • 1 Le lecteur intéressé par une introduction facile à ces points de vue consultera la revue Educations (...)

3Il sera utile à beaucoup de spécialistes de la didactique des langues de sentir l'importance du "halo polysémique" (p 26) qui entoure le terme et son importance dans le "paradigme éducatif nouveau des sociétés post-modernes" (Gaston Pineau cité p 26). L'élargissement vers les perspectives sociologiques et celles de l'ingénierie de formation sont importantes sinon incontournables pour réfléchir aujourd'hui à l'ensemble des problèmes relevant d'une action d'utilisation du multimédia ou des SIC. On est au niveau des disciplines ou perspectives contributoires ou en tout cas évidemment complémentaires de la didactique de la discipline1.

3. Un ouvrage en 5 parties

4L'ouvrage présente trois parties principales associées à ce que les auteurs appellent les trois niveaux de l'autoformation. "L'autodirection en formation" à laquelle est consacré le chapitre II de l'ouvrage constitue le "micro-niveau" psychopédagogique de l'autoformation ; il est, comme le dit son auteur Philippe Carré, le pôle "auto" par excellence et concerne à la fois les aspects motivationnels (ou conatifs) et les aspects cognitifs de l'autoformation.

5Le chapitre III écrit par Daniel Poisson et intitulé "Ingénierie et autoformation éducative" constitue le "méso-niveau" technicopédagogique ; il est consacré aux dispositifs de formation liés à l'autoformation et à l'intervention des formateurs. Il peut apparaître selon Philippe Carré comme le pôle "hétéro", la formation "reçue des autres".

6Le troisième niveau "macro-niveau", est le niveau sociopédagogique ; il fait l'objet du chapitre IV intitulé "Sociologie de l'autoformation" et écrit par André Moisan. Il concerne l'environnement de l'apprenant notamment l'environnement social et professionnel ; il apparaît, toujours selon Philippe Carré, comme le pôle "éco" de l'autoformation.

7Ces trois parties principales de l'ouvrage sont précédées d'un premier chapitre écrit par Philippe Carré et intitulé "Trois approches de l'autoformation". Ce chapitre constitue à la fois une excellente mise au point sur le concept d'autoformation, sa polysémie et son développement historique en Europe et Amérique du Nord et une présentation des trois chapitres dont nous venons de décrire l'objet.

8L'ouvrage se termine par un cinquième chapitre intitulé "Les défis de l'autoformation" dans lequel les trois auteurs formulent certaines hypothèses sur le rôle de l'autoformation dans la société d'aujourd'hui et de demain et sur certains risques éthiques associés à l'usage ou au "mésusage" de l'autoformation.

4. Une lecture croisée de l'ouvrage

9Les passages sur l'autoformation dite éducative seront ceux qui retiendront le plus l'attention du lectorat d'Alsic. Nous insisterons toutefois, par exemple, sur l'énoncé des différents pièges à éviter (psychologisme, sociologisme, pédagogisme ou technicisme, p 38) et la proposition d'une analyse ternaire pour éviter "une pensée tétanisée sur un niveau unique, sans ouverture sur les deux autres".

10Dans la lecture croisée que nous vous avons faite, les aspects les plus proches du psychopédagogique et du technicopédagogique ont bien évidemment été perçus comme les plus proches par l'analyste ayant monté des dispositifs dits d'autoformation alors que le spécialiste de formation continue a été séduit par l'analyse sociologique.

5. Pré-requis de lecture et perspectives panoramiques

L'ouvrage - au moins en partie - s'inscrit dans la filiation de l'ouvrage de P. Carré de 1992 mais il en diffère par plusieurs aspects.

11Il est moins élémentaire et nécessite sans doute une bonne connaissance des problèmes de la formation en général. On peut dire que, de ce point de vue, c'est un ouvrage "scientifique" dans le champ de la formation, alors que l'ouvrage de 1992 était plus informatif et descriptif. Le présent livre couvre également un domaine beaucoup plus étendu que celui de 1992. Aux aspects psychologiques de l'autoformation, à l'aspect ingénierie de l'autoformation, déjà largement développés, s'ajoute l'aspect sociologique.

12L'ouvrage passe assez systématiquement en revue différentes écoles de pensée (et donc de terminologie). Ceci est à la fois très utile à celui qui veut découvrir le domaine et situer les différents auteurs et chercheurs de référence et un peu lassant pour le novice qui souhaiterait un peu plus de matière explicative concernant les problématiques en jeu par rapport au panorama terminologique érudit.

6. D'une galaxie de l'autoformation à une autre

13On remarque également certaines évolutions par rapport à l'ouvrage de 1992, la "galaxie" de l'autoformation ne s'accompagne plus de l'énoncé des "7 piliers de l'autoformation" mais présente le schéma d'une "nouvelle galaxie" (p. 19) allégée et présentant moins pompeusement cinq courants majeurs (autoformation intégrale, existentielle, éducative, sociale, cognitive). Pour avoir constaté le poids des "piliers" antérieurs sur des étudiants ayant étudié le premier ouvrage, nous ne pouvons qu'apprécier cette évolution.

7. Une contribution majeure, quelques problèmes de détail

14L'ouvrage de 1997 reste rédigé de manière aussi claire, fluide et alerte et avec une habileté synthétique aussi grande, ce qui en facilite grandement la lecture. Il apporte une contribution majeure à la compréhension des enjeux de l'autoformation dans nos sociétés qui à défaut d'être encore cognitives ou pédagogiques sont sûrement post-industrielles en ce sens que les conditions de travail y subissent un profond changement. On peut, bien sûr, relever quelques effets gênants de l'écriture à plusieurs ou de la reprise d'éléments antérieurs (on retrouve page 4 un paragraphe entier repris de l'ouvrage de 92 à quelques minimes détails près, les "gens" de 92 sont devenus des "sujets" en 97). Nous avons relevé des définitions de "technologie" aux pages 39 puis 250-251 pour lesquelles des renvois entre chapitres auraient été utiles. De même, Jacques Delors est cité en pages 3-4 et 265, c'est-à-dire en introduction et en conclusion, de manière disjointe et sans rappel. Le plus important reste, bien sûr, surtout dans la perspective d'Alsic, de s'attacher au rappel utile du sens premier et large du terme technologie ("théorisation et formulation spécifique des façons de faire en matière éducative" : p. 39), ou de l'action pionnière de la loi de 1971 sur la formation continue.

8. La bibliographie

15La bibliographie est abondante et récente (quasi-totalité de références postérieures à 1990), toutefois il est parfois un peu difficile de trouver la référence de textes évoqués dans le corps de l'ouvrage et non repris dans la bibliographie finale (ainsi la référence J. Besançon, P. Maubant, C. Ouzilou , 1995, apparaît pages 104 et 124 sans détails complets ni renvois).

9. Le volet sociologique

16Le volet sociologique de l'ouvrage est passionnant dans sa manière d'interroger le présent et d'interpeller l'avenir. L'analyse de l'opposition dialectique entre l'autoformation acte individuel et l'autoformation "fait social" et de la complémentarité des deux constitue un axe de réflexion qui permet de balayer une série de situations sociales variées dans lesquelles intervient l'autoformation. L'analyse de l'autoformation en milieu professionnel permet de dégager deux grands modes d'autoformation, l'autoformation relationnelle (les autres), l'autoformation expérientielle (les choses). L'étude des relations entre l'organisation (du travail) dans l'entreprise et l'autoformation des individus permet de comprendre et d'expliciter ce qu'il y a derrière l'expression - qui est devenue une tarte à la crème - "d'organisation apprenante ".

10. Les défis de l'autoformation

17Ces "défis", mentionnés dans le chapitre de conclusion, nous paraissent moins les défis de l'autoformation que les défis des conditions de travail dans les sociétés post-industrielles. Le rôle de l'individu y est renforcé (la démarche "qualité" en est un exemple), c'est l'individu qui est jugé, promu, licencié. Ce sont ses performances que les responsables vont analyser, c'est-à-dire ses savoirs, ses savoir-faire et ses compétences et, plus que tout, son autonomie. Cette injonction à l'autonomie devient omniprésente. C'est en ce sens que l'aptitude à l'autoformation va renforcer les différences entre ceux qui savent au mieux se former et s'insérer et ceux qui ne savent pas le faire ou le font mal. D'où les risques accrus d'aliénation et d'exclusion pour les plus faibles, de formation continue duale dans la société et les entreprises. Ces risques sont-ils réellement uniquement les risques de l'autoformation ?

11. Pour conclure, notre conseil

18Qu'il s'agisse des rappels historiques (les prestigieux ancêtres de Platon à Montaigne, Rousseau, Condorcet), des évolutions plus récentes (travaux pionniers en France de B. Schwartz, J. Dumazedier ou G. Pineau, société cognitive de la communauté européenne), de la mise en avant des perspectives et des initiatives de la formation continue et de l'ingénierie de formation, si importantes et si souvent ignorées de l'académisme "classique", cet ouvrage apportera des éclairages pertinents à tous ceux qui s'intéressent à l'utilisation des SIC en formation. Il montrera au lecteur attentif la multiplicité des recherches et réflexions existantes et en corollaire celle des points de vue à prendre en compte. Même si certains spécialistes des langues, didacticiens ou formateurs, pourront se sentir entraînés vers un point d'entrée qui ne leur est pas habituel (par rapport à une entrée par l'auto-apprentissage ou l'autonomie dans des cadres de formation initiale, par exemple, voir (André, 1989), ou (Uplegess, 1994 et 1996)), nous ne saurions trop leur conseiller d'aller chercher matière à réflexion et à information dans cet ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

André, B. (sélection et présentation de) (1989). Autonomie et enseignement/apprentissage des langues étrangères. Paris : Didier.

Carré, P. (1991). Organiser l'apprentissage des langues étrangères-La formation linguistique professionnelle. Paris : Editions d'Organisation.

Carré, P. (1992). L'Autoformation dans la formation professionnelle. Paris : La documentation française.

Education permanente (1985). L'autoformation, no 78-79.

Education Permanente (1995). L'autoformation en chantiers, no 122.

Educations (1995). Autoformations, no 2.

Les sciences de l'éducation pour l'ère nouvelle (1996). Médiations éducatives et aides à l'autoformation, vol. 29, 1-2.

Uplegess (Union des professeurs de langues étrangères des grandes écoles) (1994). Actes du colloque sur l'autonomie dans l'apprentissage des langues.

Uplegess (1996). Responsabilité et apprentissage.

Haut de page

Notes

1 Le lecteur intéressé par une introduction facile à ces points de vue consultera la revue Educations (1995) sur le thème, les personnalités phares du domaine s'y retrouvent ; l'aspect formation permanente est abordé de manière plus fouillée par deux numéros de la revue Education Permanente (1985 ; 1995) ; à signaler aussi un numéro de la revue Les sciences de l'éducation (1996) avec un article sur un dispositif de langue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Demaizière et Jean Uebersfeld, « Analyse de L'Autoformation »Alsic, Vol. 1, n° 1 | -1, 59-62.

Référence électronique

Françoise Demaizière et Jean Uebersfeld, « Analyse de L'Autoformation »Alsic [En ligne], Vol. 1, n° 1 | 1998, document alsic_n01-liv2, mis en ligne le 15 juin 1998, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/alsic/1471 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.1471

Haut de page

Auteurs

Françoise Demaizière

Université Paris 7, France. Françoise Demaizière et Jean Uebersfeld ont ensemble dirigé le Centre National EAO de 1985 à 1997. F. Demaizière est spécialisée en didactique des langues et utilisation des SIC en formation. Elle a conçu et animé des dispositifs d'autoformation en anglais sur le campus Jussieu depuis 1993.
Mél/courriel : demaizie[at]ccr.jussieu.fr
Adresse : Université Denis Diderot - Paris 7, 2 Place Jussieu Case 7023, 75251 Paris Cedex 05.

Articles du même auteur

Jean Uebersfeld

Université Paris 6, France. Françoise Demaizière et Jean Uebersfeld ont ensemble dirigé le Centre National EAO de 1985 à 1997. J. Uebersfeld a été directeur de la Formation Permanente de l'université Paris 6 pendant 16 ans. Il a été chargé de créer et animer le réseau des centres universitaires d'autoformation (actuellement Ruca) en 1986.
Adresse : Université Pierre et Marie Curie - Paris 6, Tour Centrale 13ème étage, 4 Place Jussieu, 75252 Paris Cedex 05.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search