Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 1, n° 1Analyse de sites et logicielsAnalyse de Opération Teddy Bear

Analyse de sites et logiciels
alsic_n01-log1

Analyse de Opération Teddy Bear

Françoise Demaizière
p. 63-68
Référence(s) :

Titre : Opération Teddy Bear (la couverture ajoute "une BD interactive", "au cœur de la seconde guerre mondiale", "une intrigue dans la France de 44").
Auteur-réalisateur : Edouard Lussan.
Type et langue : logiciel ludo-éducatif, français

Éditeurs : Index+ (47 rue de Charonne, 75011 Paris) et Flammarion.
Date : 1996.
Configuration matérielle : PC 486SX33, 8 Mo de mémoire vive, écran 256 couleurs, carte son. Lecteur de cédérom double vitesse. Windows 95 ou Windows 3.1. Pour Macintosh, processeur 68040 ou Power PC, 5 Mo de mémoire vive disponible pour l'application. Système 7. Optimisé PowerMac.
Documentation : 6 pages consacrées au produit dans le catalogue Flammarion inclus dans la boîte.
Prix : 43 EURO, 279 FF.

Résumés

Cet article analyse un logiciel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de logiciel

Keywords:

software review
Haut de page

Texte intégral

1. Caractéristiques générales annoncées

1Le produit s'inscrit dans une collection intitulée "Une histoire d'auteurs". La documentation indique "Une nouvelle forme d'écriture. La traditionnelle planche de bande dessinée prend vie à l'écran. Notre intervention permet de faire évoluer les images et de progresser dans le récit. A partir de la bande dessinée, vous pouvez ensuite choisir d'entrer dans l'histoire de la Seconde Guerre mondiale."

2Deux axes sont proposés, "Une intrigue dans la France de 44" (la BD, constituée de 73 planches) et "Une initiation à l'histoire" (200 écrans de fiches ou cartes historiques auxquelles on peut accéder directement ou à partir de la BD).

2. Caractérisation du produit

3Ce produit est un produit "grand public" dont on a beaucoup parlé depuis sa sortie. Il est régulièrement mis en vedette (Fnac, Milia d'or à Cannes, Mim au Canada, par exemple). On a insisté, à juste titre, sur son aspect original. Son auteur, Edouard Lussan, a rapidement accédé à la notoriété dans les cercles du multimédia. Opération Teddy Bear présente donc une lecture dynamique d'une bande dessinée dont l'action se déroule au moment du débarquement allié en Normandie en juin 1944. En arrière-plan est proposée une base de données historiques sur les événements de la seconde guerre mondiale. On peut donc caractériser ce produit comme ludo-éducatif, en ajoutant qu'il y a également un aspect encyclopédique. On a affaire à un produit professionnel ayant bénéficié d'importants moyens pour sa réalisation. On le considérera ici dans la perspective d'un logiciel pouvant être "détourné" (voir Demaizière & Dubuisson, 1992 : pp 56-57) pour des situations d'apprentissage du français langue étrangère (FLE). Il se présentera alors aux apprenants avec les atouts et les faiblesses d'un produit de sa catégorie (non scolaire).

3. Le fil conducteur : la BD "interactive"

3.1 Les 73 planches de la bande dessinée

4On consulte une planche (environ 6 ou 7 images) par écran, le plus souvent. Quelques images plein écran s'intercalent agréablement ; par exemple, une au tout début qui situe le cadre, la bataille de Caen (52), la construction d'une piste d'atterrissage (59), l'image finale (73) qui s'embrase pour la dernière étape des tribulations de l'ours en peluche cachant les plans subtilisés par la Résistance.

3.2 Le principe : interface intuitive et interactivité

5L'interactivité annoncée est mise en œuvre par le biais d'une interface intuitive : c'est à l'utilisateur de se promener sur l'image pour découvrir ce qui s'y cache en termes d'animation, de renseignements complémentaires, et il lui faut débusquer le moyen de passer à l'image suivante. On retrouve un principe bien illustré également par la série des Living Books de Broderbund où différents éléments de l'image s'animent et où des messages divers peuvent être déclenchés par une exploration à l'aide de la souris. Il y a toutefois ici un élément de "difficulté" supplémentaire (de "non-interactivité" ? voir ci-dessous) en ce sens qu'il est obligatoire de trouver l'élément pertinent pour pouvoir passer à la suite. On notera également que la composante hypermédia est plus forte que dans les Living Books en ce sens que l'on peut sortir de la bande dessinée pour aller naviguer dans les fiches historiques.

6On a une image fixe qui s'anime, qui est sonorisée (bruitages, exclamations de personnages en arrière-plan) mais la BD ne devient jamais un dessin animé. Les dialogues restent dans les bulles. On garde l'esprit BD, avec son cachet particulier.

7Au premier affichage d'une planche, seule la première image est clairement visible, apparaissant comme "active", les autres images sont grisées comme des commandes non activables. On a ainsi une transposition très agréable d'une procédure habituelle d'utilisation de logiciels. On aperçoit les images suivantes auxquelles on souhaite accéder sans pouvoir distinguer clairement ce qu'elles renferment, ce qui renforce le désir de trouver l'élément déclencheur qui permettra l'enchaînement. Cette procédure de recherche un peu à l'aveugle ne posera pas de problèmes majeurs à des enfants. Par contre, des adultes peuvent être déroutés et rester plus facilement bloqués sur une image, ce qui est à prendre en compte pour un détournement pédagogique pour le FLE.

8Nous avons proposé le logiciel à un groupe d'étudiants de maîtrise et DEA de linguistique et didactique. Quelques-uns ont eu des difficultés. Dans la planche 3, donc au tout début, quand on n'est pas encore bien habitué aux modes d'interactivité, le réalisateur a eu une très jolie idée : on est à l'intérieur d'une pièce derrière la fenêtre couverte de buée, il faut enlever la buée, "nettoyer" la vitre à l'aide de la souris pour apercevoir l'extérieur, on trouve alors le ballon de l'enfant qui est dans la cour et ce ballon va jaillir de l'image et rebondir deux images plus loin éclairant la suite sur sa trajectoire. Certains n'ont pas réussi à passer de l'autre côté de la vitre sans aide.

9Une autre image a posé un problème d'enchaînement à plusieurs et suscité des remarques de fond. La planche 31 propose une vue aérienne plein écran d'un paysage avec bunker, chars et camions allemands. Le héros, Paul, est aussi là, dans une prairie. Le point de vue est celui de l'aviateur qui bombarde. Il faut chercher les cibles, cliquer sur elles. Ceci déclenche une animation, le char explose, la bombe arrive non loin de Paul. L'animation, excellente ici comme ailleurs, fait tout à coup apparaître en premier plan des impacts de balle sur la vitre du cockpit de l'avion. Pour beaucoup, il faut un temps excessif pour dénicher toutes les cibles et donc pour pouvoir enchaîner. De plus, certains ont réagi au fait que l'on ne pouvait progresser sans tuer un certain nombre d'Allemands, tous les Allemands à tuer en ce point. Les réactions ont été parfois violentes et on peut, en effet, sans doute déplorer qu'en ce point le produit devienne un "jeu à tuer", ce qu'il n'est pas dans son essence.

10Les modes d'activation de passage d'une image à une autre sont agréablement variés, avec parfois des chevauchements dynamiques comme pour le ballon évoqué ci-dessus. Ailleurs un rai de lumière va s'illuminer et descendre jusqu'à l'image suivante (6), par exemple. Il faut parfois déplacer un personnage d'une image à une autre. On voit ainsi le jeune héros qui veut se faufiler à l'arrière d'une voiture et on l'aide à rejoindre sa cachette. La plupart des images plein écran sont "spectaculaires". On regarde le paysage à travers des jumelles que l'on déplace (39), on fait défiler la plage d'Omaha Beach sur une largeur supérieure à celle de l'écran (57), par exemple. L'utilisateur se trouve ainsi investi dans l'histoire de Paul et l'Histoire (du débarquement) dans une superposition très motivante.

11On peut dire que la situation et la métaphore proposées à l'utilisateur combinent harmonieusement les habitudes du lecteur de BD et celles de l'explorateur d'images hypermédia dans divers types de logiciels. Ce choix est bien adapté au jeune public à qui le produit veut s'adresser en priorité. Il peut demander quelques efforts à certains adultes, encore que les cultures de référence évoquées ici soient de mieux en mieux répandues. On retrouve tout à fait ici un esprit "pour tous de 7 à 77 ans" qui explique certainement en partie le succès du produit.

12Pour ce qui est de l'interactivité annoncée nous ne relancerons pas le débat sur la ou les acceptions à donner à ce terme si courant et tellement flou dans ses usages. Disons seulement qu'il y a interactivité au sens d'une réactivité, d'une docilité du logiciel aux actions et demandes de l'utilisateur (avec les limitations évoquées en 3.2). L'interactivité machinique, fonctionnelle (Jacquinot, 1997 : p 160) est nettement présente. Par contre, il n'y a pas vraiment d'interactivité intentionnelle ou d'élément de bi-directionnalité. La chaîne fonctionnelle n'est pas doublée par une chaîne inverse qui permet au récepteur d'être également émetteur (Marot & Darnige, 1996 : p 8).

3.3 De la fiction à la réalité historique

13Lorsque l'on se déplace dans l'image de la BD on déclenche l'apparition de diverses indications complémentaires. La plupart relèvent de la réalité historique et sont habilement intégrées. Des effets de loupe sont utilisés. On agrandit une affiche placardée au mur dans une pièce et l'on obtient des renseignements sur le rationnement ou la propagande. On apprend que des soldats allemands présents en Normandie au moment du débarquement pouvaient revenir du front russe, ou avoir combattu à El Alamein et que leur insigne l'indiquait. La personnalité du soldat allemand, qui emmènera plus tard Paul avec lui, apparaît d'emblée d'après ses lectures peu orthodoxes de Ernst Jünger, etc. De courts textes s'affichent en marge et donnent les indications pertinentes en combinaison avec des surimpressions sur la planche elle-même. Même si l'on ne désire pas partir à un deuxième niveau d'approfondissement vers les fiches historiques, on peut déjà apprendre beaucoup en restant dans la bande dessinée elle-même. L'aspect ludo-éducatif est habilement mis en valeur par le fait que les indications supplémentaires que l'on peut faire surgir relèvent aussi parfois de la fiction. Elles peuvent la compléter, ainsi les panneaux indicateurs permettent de bien savoir où se trouve le jeune Paul si on les agrandit, avec possibilité de partir vers les cartes où apparaît son parcours, autre parallèle entre fiction et réalité puisque d'autres cartes avec itinéraires "réels" montrent le parcours des différents corps d'armée pendant cette bataille de Normandie. Une petite anecdote peut aussi faire sourire le lecteur joueur. A la planche 27 un clic sur le chat indique ainsi qu'il s'agit de Gustav, mascotte du colonel allemand alors à l'image. Ailleurs on nous indique que le morceau de tissu accroché à un barbelé est un morceau de l'uniforme du compagnon de Paul dans cet épisode alors que l'image est plutôt historique que fictionnelle à ce point. A la planche 11 quand Paul ébahi voit des parachutistes descendre du ciel, on est surpris avec lui par les explosions qu'il entend et l'on découvre l'existence des poupées Rupert avec intérêt (grand succès pour cette image en tout cas dans notre groupe de test). Détails anecdotiques et aperçus de problèmes plus fondamentaux coexistent ainsi, tout comme se mêlent la petite histoire fictive de Paul et la grande Histoire.

4. Les fiches historiques

14Nous ne nous permettrons pas de jugement définitif sur leur validité scientifique ou didactique dans une discipline qui n'est pas la nôtre. Elles nous ont semblé dans l'ensemble pertinentes, suffisamment détaillées pour être instructives sans être trop lourdes par rapport à l'esprit du produit. Il est clair, en effet, qu'elles sont conçues pour fonctionner en complément de la BD, plutôt que pour être un point d'entrée primaire.

15On imagine qu'elles seront utilisées plus systématiquement lors d'un nouveau parcours. Le dénouement de la fiction connu, il pourra être plus spontané d'aller chercher des indications historiques complémentaires. Ce point est à garder à l'esprit dans l'optique d'un détournement pédagogique pour l'apprentissage du FLE. Dans cette partie du logiciel, plus que dans la BD, on ressent parfois des contraintes ou des limitations. Certains écrans n'ont ni zones sensibles ni "suite" (la chute de Varsovie, par exemple). On se heurte à des "culs de sac" obligeant à un retour arrière ou a un appel au sommaire pour pouvoir poursuivre un parcours documentaire. L'absence d'un historique permettant de visualiser en surimpression tout le cheminement que l'on vient d'avoir peut aussi gêner (en particulier ceux qui sont familiers des hypertextes). Il faut aller à l'écran de synthèse "Quickmove" pour voir son parcours.

16Les messages textuels sonores ont dans cette partie un côté plus central que dans la BD. On peut parfois relever quelques problèmes de synchronisation ou d'enchaînement entre lecture et écoute, animation des cartes et commentaire, par exemple. Dans "Les cartes historiques", à la partie sur "Le châtiment", il faut attendre la fin du commentaire pour voir la visualisation des zones d'occupation des Alliés, ce qui peut déclencher un désir de réentendre le commentaire oral, manœuvre qui ne s'effectue pas facilement. L'aspect éventuellement un peu succinct de certains de ces écrans (siège de Stalingrad, par exemple) n'est pas forcément un désavantage majeur dans la perspective pédagogique envisagée ici.

5. L'écran de navigation synthétique

17Cet écran "Quickmove" permet de visualiser avec des jeux de couleurs les différentes parties du logiciel, qu'il s'agisse de la BD ou des fiches historiques, classées par thèmes. On peut faire apparaître ce que l'on a vu ou non (icones "J'ai vu" et "Je n'ai pas vu"), faire un tri par temps passé ou ordre de consultation, faire apparaître les écrans que l'on a marqués. Cet écran permet également de faire une recherche par éléments-clés. En entrant un mot on voit apparaître les écrans le concernant ; un simple clic permet alors de se rendre directement à l'écran souhaité. Les écrans désignés sur la grille apparaissent en réduction ce qui permet de les visualiser et est utile si on cherche à retrouver un passage déjà vu (dans la BD ou les fiches) ou à vérifier que l'on ne pointe pas sur quelque chose que l'on a déjà consulté. Il est intéressant de retrouver ici un moyen de mêler fiction et réalité, histoire et Histoire. Une recherche à partir d'un endroit où est passé Paul permettra ainsi de se voir offrir aussi bien le traitement historique "réel" du lieu (bataille de Caen, par exemple) qu'un passage de la BD.

6. Environnement linguistique

18Nous envisageons ce point dans notre perspective de détournement pédagogique pour l'apprentissage du FLE. La langue est surtout présente ici à l'écrit. Forme d'écrit d'une bande dessinée et de fiches historiques. On passe donc d'une langue présentant des formes de transcription de l'oral, avec exclamations, interrogations, mots d'argot à une langue descriptive plus soutenue. Dans les deux cas (mais surtout pour la BD évidemment) le texte écrit est lié à des éléments visuels qui peuvent en faciliter la compréhension. Les passages oralisés sont dits de façon assez lente et néanmoins tout à fait naturelle (un point à souligner si l'on songe au peu de professionnalisme des voix qui jouent les personnages dans bon nombre de logiciels pédagogiques et à certains ânonnements scolaires éminemment déplaisants). Il est évident qu'un niveau moyen est nécessaire pour pouvoir utiliser ce produit sans blocage majeur.

19Pour une utilisation pédagogique, il faudra également se poser le problème des termes techniques ou argotiques qui relèvent de l'environnement culturel et historique du contenu et/ou du genre BD. On trouve ainsi toute une variété de qualificatifs pour parler des Allemands : doryphores, fridolins, boches, fritz... Une ou des fiches de vocabulaire pourront être nécessaires. La langue est exempte de fautes d'orthographe ou de français à de très rares exceptions près (planche 60 : "ce genre de graffiti fleuris sur les murs" ; 61 : "ce château habrite...", quelques rares problèmes aussi dans les fiches historiques).

7. Ergonomie

20Nous l'avons largement évoquée ci-dessus. Les aides à la navigation, rappels de titres, de parties (à l'aide de dessins ou de courts textes), etc. sont d'excellente qualité et faciles à utiliser. On remarque aussi que le type d'image choisie, une BD partiellement animée, est à la fois agréablement dynamique et jamais fatigante à regarder (ce qui n'est pas le cas d'une vidéo plein écran regardée à la distance où l'on utilise un écran d'ordinateur). L'excellente adéquation au support informatique est à souligner.

8. Utilisations envisageables

21Ce sont celles d'un logiciel détourné, à composante ludique et historique. On pourra se contenter de le proposer en visionnement annexe non accompagné, en forme de bain de langue lors d'une consultation libre en médiathèque. On pourra le compléter par des fiches de vocabulaire (cf. 6 ci-dessus) et/ou en proposer l'utilisation avec une tâche à accomplir : chercher les renseignements sur tel point, tel lieu, en consultant BD et/ou fiches, etc. On peut imaginer de fixer un point à étudier ou à élucider, quel est le rôle de la mère de Paul, par exemple (il n'est pas évident de repérer qu'elle est en fait un agent de la Résistance qui fait mine de pactiser avec les Allemands à Paris). On tiendra compte du sujet particulier, qui peut être un atout ou un handicap selon les populations d'apprenants, plus ou moins au fait des événements évoqués. Sur le site du CNDP (1998), on trouvera une suggestion de séquence pédagogique qui pourra être adaptée.

9. Conclusion

22Un beau produit, original et séduisant, qui sait captiver son utilisateur, à retenir si l'on s'intéresse à l'utilisation de logiciels grand public.

Haut de page

Bibliographie

Demaizière, F. & Dubuisson, C. (1992). De l'EAO aux NTF - Utiliser l'ordinateur pour la formation. Paris : Ophrys.

Jacquinot, G. (1997). "Nouveaux écrans du savoir ou nouveaux écrans au savoir ? ". Apprendre avec le multimédia - Où en est-on ?. Paris : Retz.

Marot, J.C.& Darnige, A. (1996). La téléformation. Paris : PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Demaizière, « Analyse de Opération Teddy Bear »Alsic, Vol. 1, n° 1 | -1, 63-68.

Référence électronique

Françoise Demaizière, « Analyse de Opération Teddy Bear »Alsic [En ligne], Vol. 1, n° 1 | 1998, document alsic_n01-log1, mis en ligne le 15 juin 1998, consulté le 06 juillet 2022. URL : http://journals.openedition.org/alsic/1477 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.1477

Haut de page

Auteur

Françoise Demaizière

Université Paris 7, France. L'analyse a été réalisée par Françoise Demaizière, avec la collaboration de Michel Arnaud, Tifenn Guiffant, Nathalie Lafon, Emmanuelle Missios, étudiants à Paris 7, et de tous les étudiants du groupe LG049, 1997-1998. Françoise Demaizière est concepteur de didacticiels de langues, responsable de diverses formations incluant des analyses de logiciels (actuellement DESS de Chef de projet multimédia de Paris 6). Elle expertise des logiciels pour diverses institutions ou entreprises.
Mél/courriel : demaizie[at]ccr.jussieu.fr
Adresse : Université Denis Diderot Paris 7, case 7023, 2 Place Jussieu, 75251 Paris Cedex 05.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search