Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 1, n° 2Analyse de livresAnalyse de Le multimédia

Analyse de livres
alsic_n02-liv2

Analyse de Le multimédia

Maguy Pothier
p. 161-165
Référence(s) :

Thierry Lancien
Le multimédia
Paris : CLÉ International, Collection
Didactique des langues étrangères, 1998
ISBN 209 033 329-4
127 pages
10 Euros, 67 FF
Glossaire, liste de cédéroms

Résumés

Cet article analyse un livre ou un document.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de livre

Keywords:

book review

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Texte intégral

1Ce petit livre fait le point sur le multimédia dans une perspective d'enseignement des langues et s'adresse prioritairement aux enseignants qu'il cherche à sensibiliser à la problématique des technologies de l'information et de la communication. Il part d'une conviction de l'auteur au sujet du multimédia dans lequel il voit, non une "mode passagère liée à une avancée technologique", mais un outil qui va bouleverser nos rapports aux savoirs et aux autres.

1. Évolution technologique et multimédia

2Thierry Lancien part de la définition du multimédia donnée par le GAME (Groupe audiovisuel et multimédia de l'édition) : "œuvre qui comporte sur un même support un ou plusieurs des éléments suivants : texte, son, images fixes, images animées, programmes informatiques et dont la structure et l'accès sont régis par un logiciel permettant l'interactivité". L'auteur juge important de relier la technologie actuelle à celles qui l'ont précédée et notamment à celles qui avaient recours à l'image, qu'il s'agisse d'audiovisuel au sens le plus didactique, d'émissions télévisées ou de vidéo. S'il prend ce parti, ce n'est pas par nostalgie pour un domaine qu'il a longuement exploré, mais pour mettre en lumière ce qui diffère radicalement avec le multimédia.

3Certes, le multimédia propose, à l'instar des méthodes structuro-globales, des images fixes ou comme les méthodes vidéo, des images animées et du son alliés à de l'écrit ; ce n'est donc pas cette multicanalité qui fait l'originalité du multimédia même si l'accès à ces différents canaux est plus rapide et sur le même support. La caractéristique forte du multimédia et son plus grand intérêt tient à son interactivité dont on n'avait qu'une fort pâle esquisse dans la possibilité d'aller et venir (avec quelles approximations ! -note de l'analyste-) sur la bande vidéo.

2. Les attributs du multimédia

4L'auteur a choisi d'employer le terme multimédia plutôt que celui d'hypermédia - que l'on pourrait juger moins polysémique et plus exact, eu égard à l'utilisation de l'hypertexte- au bénéfice du terme le plus fréquemment utilisé : multimédia.

5L'hypertexte est en effet la première caractéristique du multimédia ; comme chacun le sait aujourd'hui, cela permet de passer, grâce à un simple clic sur une zone sensible, d'un texte à un autre (ou à des images, du son ou de la vidéo). Les deux usages de l'hypertexte sont la simple consultation ou la création de nouveaux hypertextes. L'auteur renvoie à Laufer et Scavetta (1992) mais aurait pu également renvoyer à Nanard (1995) qui reprend, après Bernstein, une métaphore industrielle et agreste sur les usages de l'hypertexte (l'extraction, la transformation et le jardinage).

Cette potentialité est très utilisée par les dictionnaires et les revues électroniques en ligne et on peut sans peine imaginer que l'éducation à distance y trouve et trouvera beaucoup d'usages.

6La multicanalité ou coexistence de divers canaux de communication sur un même support a ceci de nouveau qu'elle est pilotée par ordinateur et ainsi d'accès facile. L'intérêt de cette multicanalité réside dans la pertinence et la richesse des liens créés entre les médias.

7La multiréférencialité directement liée aux deux dernières potentialités permet de relier un document avec beaucoup d'autres en fonction de diverses logiques. Lancien distingue la multiréférencialité intra ou intertextuelle (sources, versions différentes, etc.), contextuelle (état du monde parallèle au sujet traité) et créative.

8L'interactivité enfin, mot magique qui s'entend ici comme "réactions différenciées d'une machine par rapport à une intervention humaine" et qui constitue la richesse essentielle du multimédia. Cependant Lancien, après d'autres, apporte un bémol à l'enthousiasme en signalant les problèmes de navigation, de surcharge cognitive et de superficialité de l'apprentissage (si tant est qu'il y ait apprentissage).

3. Le multimédia hors ligne

9L'auteur oppose le multimédia hors ligne, comme les cédéroms qui sont autonomes, au multimédia en ligne, accessible sur le réseau, comme Internet, tout en signalant que le hors ligne peut fort bien être accessible sur le réseau. Cela constitue une nouvelle illustration du brouillage des frontières entre les genres que signale François Mariet qui n'en reconnaît aujourd'hui qu'une seule : celle de la langue (communication faite à Paris 3, mai 1998). Pour Lancien, la vraie différence entre le hors ligne et le en ligne, c'est l'accessibilité immédiate du premier et le fait qu'il semble plus intéressant de posséder sous forme de cédérom, un ouvrage de référence, type dictionnaire ou encyclopédie, auquel on se réfère régulièrement, et de consulter sur Internet un document à lire une seule fois. De plus, l'existence et le développement continu des espaces multimédia et des médiathèques ainsi que leurs capacités importantes de stockage d'images, de texte et de vidéo renforce l'intérêt des cédéroms et explique leur multiplication.

3.1. Cédéroms de langue

10Un long chapitre est consacré aux cédéroms de langues qui sont analysés sous l'angle des potentialités d'apprentissage et d'autonomisation. Pour permettre aux enseignants de choisir des cédéroms en fonction de leurs besoins, Lancien propose des paramètres assez larges mais en même temps très synthétiques touchant à l'apprentissage et aux constituants des cédéroms (p. 36-39). Pour le premier point, il tient compte des aspects suivants : méthode ou complément, théories sous-jacentes, développement des aspects linguistiques ou communicationnels, aptitudes développées, évaluation de l'apprenant ou non, possibilité d'utilisation en autonomie et lien avec un programme scolaire ou autre. Pour les contenus, il s'intéresse aux supports et à leur variété, aux aides et données, aux documents, aux tâches ou exercices et aux fonctionnalités (navigation notamment).

11Il distingue deux types de cédéroms : les langages et systèmes-auteurs et les cédéroms "clés-en-main". Les premiers, sortes de générateurs d'exercices apparaissent intéressants à l'auteur car ils remettent l'enseignant au cœur du processus pédagogique et ne le dépossèdent pas de ses fonctions. C'est sans doute vrai pour les quelques passionnés qui le font mais c'est, d'après moi, faire l'impasse sur le temps qu'il faut investir pour mener à bien ce type de travail, temps que fort peu d'enseignants peuvent ou veulent y consacrer, s'ils ne sont pas explicitement chargés de cette tâche.

12Je vous ai compris 1, 2, 3, en est un exemple développé sous le langage-auteur Speaker par Chevalier, Derville et Perrin à l'université de Lille 3. Il propose un travail axé essentiellement sur la compréhension et l'expression orales, utilisable en semi-autonomie (du fait de l'insuffisance des analyses de réponses) et se présente sous la forme de vidéos fabriquées suivies d'exercices et d'activités.

13Lancien signale deux autres programmes (pour l'instant expérimentaux cad non disponibles) axés sur la compréhension des médias : Faits divers de Paul Mairesse et Polygraphe de Guy Arquembourg. Le premier propose l'étude de faits divers sous trois formes : la presse écrite, la radio et la télévision, le second un travail sur le journal télévisé. Lancien fait une remarque intéressante à leur sujet : ces programmes qui partent de documents absolument authentiques font une place quasi exclusive au linguistique (grammaire et lexique) sans intégrer des aspects plus communicatifs. Est-ce lié au type d'exercices proposés (QCM notamment) ou à une conception de l'apprentissage faisant une plus grande place aux aspects formels ? Ni les auteurs des logiciels ni Lancien ne répondent à cette question.

14Dans les cédéroms "prêts-à-porter", Lancien distingue ceux qui sont distribués assez généreusement par les grandes surfaces notamment et qui présentent des contenus pauvres et traditionnels et ceux qui, plus intéressants, visent généralement des compétences particulières. Dans cette série, il cite 2 logiciels de français des affaires : LTV dont l'objectif est de développer la compréhension et l'expression orales à l'aide de mots-clefs, reformulations et traductions et CAMILLE qui travaille les quatre aptitudes à travers des résolutions de problèmes en utilisant, notamment, la simulation.

15D'autres cédéroms de langue sont entièrement centrés sur la simulation comme Oskar Lake, Une journée bien remplie et À la rencontre de Philippe qui, pour ce dernier, constitue une utilisation optimale du multimédia interactif (mais qui, malheureusement, n'existe qu'en vidéodisque).

16Dans deux encadrés (p. 60 et 62), l'auteur propose des paramètres d'appréciation concernant la simulation et l'interactivité. Pour cette dernière, par exemple, il suggère d'analyser le contexte de la simulation, le degré d'implication de l'utilisateur, la quantité d'interventions qu'il est susceptible d'effectuer, etc.

3.2. Cédéroms grand public

17Lancien s'intéresse aux cédéroms grand public ou authentiques c'est-à-dire n'ayant pas été conçus pour l'apprentissage des langues ; la différence tient au fait que la langue n'y est pas une fin mais un moyen, qu'elle est plus naturelle et plus variée et que, selon l'auteur, le multimédia est intrinsèquement didactique. Il suggère non de didactiser ces supports mais d'en proposer des stratégies d'utilisation et donne des paramètres "pour une fiche descriptive de cédérom" (page 72-73) en fonction des caractéristiques du multimédia précisées en deuxième partie. Il en analyse succinctement les interfaces et les aides et s'arrête plus précisément sur les encyclopédies dont l'intérêt essentiel réside dans la richesse des liens de recherche, la multicanalité étant encore réduite dans les versions actuelles. Il cite les travaux faisant apparaître la faible efficacité de l'hypertexte par rapport au support papier traditionnel sauf dans les cas de lecture fonctionnelle et de familiarisation avec l'outil hypertexte. Les cédéroms ludo-éducatifs présentent un intérêt dans la mesure où beaucoup de jeux font intervenir directement l'utilisateur que ce soit dans des simulations ou des tâches motivantes. Lancien propose à la fin de cette partie quelques activités à mener avec des cédéroms grand public.

4. Le multimédia en ligne

18Il s'agit évidemment d'Internet, le réseau des réseaux que l'auteur analyse d'abord en fonction de l'usage que peuvent en faire des enseignants : il y voit un outil d'information et de formation continue et un pourvoyeur de documents pédagogiques pour la classe ne même temps qu'un moyen d'exposition à la langue (au même titre que les autres médias audio-visuels). Ces avantages l'emportent sur les inconvénients qui sont d'abord les problèmes d'équipement des pays pauvres, la richesse très inégale des sites Internet et le fait que l'information n'induit pas automatiquement le savoir. C'est au niveau de l'échange de savoirs et du travail coopératif vus comme une formation partagée que l'auteur voit les potentialités les plus riches de cet outil.

19En ce qui concerne les apprenants, la consultation autonome en centre de ressources ou à domicile de sites grand public (notamment ceux de la presse) ne va pas, selon l'auteur, sans poser de problèmes comme celui de la décontextualisation des documents. Les ressources pédagogisées (si elles ne le sont pas trop) et les jeux peuvent être de bons compléments d'un apprentissage. Certains sites proposent des activités d'apprentissage mais le font souvent dans une optique très traditionnelle ; l'idée de développer sur Internet des cours permettant l'apprentissage autonome appelle certaines restrictions chez l'auteur qui y voit plus, pour l'instant, un effet de mode qu'une réflexion approfondie sur les liens entre Internet et l'autoapprentissage. L'apprentissage partagé lui semble en revanche plus prometteur.

20Dans sa conclusion, l'auteur analyse les apports du multimédia à la construction d'une compétence de communication et s'interroge sur ce que pourraient être dans l'avenir, la liaison entre travail en présentiel et travail autonome. C'est dans l'articulation de ces modalités qu'on pourra induire de nouvelles pratiques innovantes et stimulantes pour tous.

  • 1 le fait qu'un document multimédia ne soit pas conçu pour l'enseignement ne saurait être confondu av (...)

21Ce livre devrait être fort utile aux enseignants qu'ils soient ou non familiarisés avec le domaine du multimédia car il leur fournit beaucoup d'informations et leur propose, sous forme d'encadrés, de nombreuses grilles d'analyse utilisables à divers niveaux (pour les enseignants comme pour les apprenants). La bibliographie concerne uniquement les articles et livres en français incluant quelques auteurs québécois. Lancien n'arrive pas à cacher sa préférence personnelle pour tout ce qui est multimédia authentique1 -pour lequel il propose des démarches d'approche- au détriment des multimédias plus ou moins fabriqués et didactisés mais il analyse ces derniers avec objectivité et non en fonction de ses réactions personnelles.

Haut de page

Bibliographie

Laufer & Scavetta (1992). Texte, hypertexte, hypermédia. Paris : PUF, Que sais-je ?

Nanard (1995). "Les hypertextes : au-delà des liens, la connaissance". Sciences et Techniques éducatives, vol. 2,1. pp. 31-59.

Haut de page

Notes

1 le fait qu'un document multimédia ne soit pas conçu pour l'enseignement ne saurait être confondu avec le fait qu'il soit intéressant (pour qui ?), bien construit, enrichissant et encore moins source automatique d'apprentissage. L'authentique peut être aussi ennuyeux que le B.O. et aussi tendancieux que les propagandes des sectes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maguy Pothier, « Analyse de Le multimédia »Alsic, Vol. 1, n° 2 | -1, 161-165.

Référence électronique

Maguy Pothier, « Analyse de Le multimédia »Alsic [En ligne], Vol. 1, n° 2 | 1998, document alsic_n02-liv2, mis en ligne le 15 décembre 1998, consulté le 09 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsic/1549 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.1549

Haut de page

Auteur

Maguy Pothier

Université Blaise Pascal, Clermont 2, France. Maître de conférences à l'université Blaise Pascal de Clermont 2 et responsable de la filière FLE (Français Langue Étrangère). Elle poursuit des recherches dans le domaine de l'aide multimédia à l'apprentissage des langues.
Courriel : pothier[at]lrl.univ-bpclermont.fr
Adresse : Laboratoire de Recherche sur le Langage, Université Blaise Pascal, Clermont 2, 34 avenue Carnot, 63000 Clermont- Ferrand, France

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search