Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 2, n° 1Analyse de livresAnalyse de Texte et ordinateur. L...

Analyse de livres
alsic_n03-liv3

Analyse de Texte et ordinateur. L'écriture réinventée ?

Guy Achard-Bayle
p. 75-79
Référence(s) :

Jacques Anis
Texte et ordinateur, l'écriture réinventée ?
Paris, Bruxelles, De Boeck Université, 1998
Coll. Méthodes en sciences humaines
ISBN 2-8041-2923-3
290 pages
30 , 195 FF

Résumés

Cet article analyse un livre ou un document.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de livre

Keywords:

book review

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Texte intégral

1Jacques Anis, Maître de conférences en Sciences du Langage à l'Université Paris X-Nanterre, est d'abord un spécialiste de l'écrit. Sur ce sujet, il a entre autres édité le no 59 de Langue française "Le signifiant graphique" en 1983, le no 31 deLINX "Ecritures" en 1995, et publié, avec Chiss et Puec, L'écriture : théorie et descriptions (de Boeck-Wesmael, Bruxelles, 1988). Il s'intéresse également aux SIC, et s'est penché à plusieurs reprises sur les rapports qu'entretiennent l'écrit et l'écran, et particulièrement sur la pratique de l'écrit par le traitement de texte : "Les scripteurs universitaires et le traitement de texte" (Anis & Lebrave, 1991 : pp. 153-170) et "Traitement de texte et méta- écriture" (Repères, 11, 1995 : pp. 15-27).

2Texte et ordinateur qu'il vient de faire paraître relève de la même veine : le chapitre 2 reprend cette question d'une "informatique au service du papier". Mais l'ouvrage va au- delà : d'abord, parce que sont prises en compte les avancées technologiques du multimédia : cédéroms, web, auxquelles un bon tiers des pages est dédié (chapitres 4 et 5); ensuite, parce que le problème de l'écrit n'est pas, ou plus seulement, celui de l'écriture, mais aussi celui de la lecture, à laquelle sont consacrés les chapitres 3 "Le vidéotex : un nouvel espace- temps pour la communication écrite" et 6 "Du livre électronique à la bibliothèque universelle". On peut donc remercier d'emblée l'auteur d'ouvrir une perspective aussi large.

1. Un guide pratique, un ouvrage de réflexion

3Le programme de l'ouvrage est divers, comme le sera le profit qu'on en tirera. Il est d'un côté d'informer sur les utilisations et l'utilité du multimédia, comme Electre, les sites de presse sur le web, ou encore les dictionnaires et encyclopédies électroniques ; il est aussi de le faire pratiquement, en expliquant par exemple le fonctionnement de l'Annuaire du Minitel, et de le faire simplement ou modestement, comme lorsque sont abordées les fonctions du traitement de texte ou TTX (p. 40) : "Nous avons choisi comme référence privilégiée un logiciel extrêmement complet et très utilisé, Word de Microsoft, dans sa version 6. Le logiciel comporte cinq à six cents commandes. Ce foisonnement est difficile à rationaliser et à rendre ergonomique [...]. Pour l'instant nous proposons une typologie simplifiée des fonctions."

4D'un autre côté, et là le propos est tout autre, l'auteur poursuit une ambitieuse réflexion, celle qu'implique la question du sous-titre "L'écriture réinventée ?". Il y revient à plusieurs reprises et sous divers angles : "Le TTX et les modifications des processus scripturaux" "Le vidéotex : un écrit dynamique", "Internet, un espace d'écriture sans frontières"... C'est sur ce sujet que nous nous attarderons, tant il traverse l'ouvrage, mais aussi les études antérieures de l'auteur.

2. Quel écrit ?

5La question des "modifications des processus scripturaux" surgit dès le chapitre 2, consacré au TTX. La principale de ces modifications est pour J. Anis que le TTX "a vocation à délinéariser la production écrite" notamment en ce qu'il entraîne la disparition de l'avant-texte ; l'attrait du TTX n'est-il pas en effet que "la surface textuelle est sans pli et toujours propre" ?

6Mais la pratique de cet utilitaire conduit à d'autres constats, partagés. On remarquera ainsi avec l'auteur que, si le TTX donne au scripteur "l'impression d'agir sur son texte, de le modifier concrètement", il donne seulement un texte propre en surface, superficiellement, dans son dernier état, et par là même appauvri, privé de son épaisseur génétique ; le prix que le scripteur doit donc payer est d'être "dépossédé" de l'histoire de sa production... Si par ailleurs, comme J. Anis, on est diversement préoccupé, en tant qu'enseignant-chercheur ou utilisateur du TTX, par la composition, par la cohésion des textes, on fera aisément l'expérience et le constat des "risques du couper-copier-coller : ressassement d'un texte à l'autre, incohérences ou relâchement des articulations".

3. Le TTX : grammaire du texte et didactique de l'écriture

7Dans le prolongement de cette réflexion, on retiendra la sixième partie du même chapitre 2, consacrée aux "applications pédagogiques du TTX". En tant, maintenant, que grammairien ou didacticien du texte, nous retenons volontiers l'intérêt que présente le TTX pour des exercices de production écrite relatifs à la cohérence, à la cohésion, à la configuration : séquences à assembler, absence et rétablissement des connecteurs, mise en forme des paragraphes... Mais ce n'est véritablement que dans la mise en place ou mise en ordre des séquences, connecteurs, paragraphes... que le couper- copier-coller peut se révéler utile, ou pratique ; il lui manque cette dimension d'interaction qui permet à l'apprenant de faire des choix guidés et commentés, ou évalués.

8D'un point de vue plus proche des intérêts graphémiques de l'auteur, nous retenons néanmoins que "le TTX est un outil indispensable [...] pour l'élève qui peut à travers lui développer sa perception du système graphique et se construire en construisant son écrit". Dès lors, avance J. Anis, "il est hautement souhaitable que cette nouvelle technologie soit mieux intégrée qu'elle ne l'est actuellement dans la formation des enseignants". À ce propos, on pourra se reporter au chapitre 3 de Baron & Bruillard (1996), et, dans une approche plus large de la formation, à Annoot (1996).

4. Le système de la référence dans l'espace-temps du vidéotex

9Ce point relève de la philosophie du langage et montre encore combien le propos de l'auteur est divers et ambitieux. Mais, abordée sous un angle essentiellement matériel ou technique et descriptif, la réflexion est peu développée à notre gré (un peu plus d'une page). L'auteur se contente en fait de recenser les types d'espaces-temps qui "coexistent et interfèrent" dans cette forme de communication. Ainsi, dans les échanges de messagerie, le lieu où se trouve le destinataire est-il une "abstraction" pour celui qui écrit. Le temps, lui, est "désocialisé" dans la mesure où un service Minitel est accessible vingt-quatre heures sur vingt-quatre...

10On pourrait poursuivre la réflexion et, par exemple, s'attarder sur le fait que la situation de communication par vidéotex instaure un système de référence qui tient, selon J. Anis, de la "fiction". Il nous semble pour notre part que si la virtualité de ce type de communication bouleverse quelque peu le repérage spatio-temporel, donc les marques de l'ancrage énonciatif, comme dans ces "espaces métaphoriques" du type : "Eh toi là-haut, ta g." (p. 104, nous soulignons), l'échange, dans la majorité des cas, a lieu en vérité, c'est-à-dire qu'il est censé, d'un point de vue logico-sémantique, faire référence à l'actualité du monde, et, d'un point de vue pragmatique, respecter les mêmes règles, de sincérité notamment, que les échanges ordinaires - ce qui n'est bien sûr pas le cas de la fiction dont les principes sont la contrefactualité et la feintise.

5. L'hypertexte : un nouvel environnement pour l'écrit et l'écriture

11Le chapitre 4 est une réflexion plus étoffée, et bienvenue, sur la notion d'hypertexte. Il permet en effet de (re) donner à ce terme un sens rigoureux, historique pour commencer. L'hypertexte a été défini comme "une métaphore de l'écriture et de l'esprit" (Bus, 1945, Bolter, 1991), en ce qu'il simule ou reproduit une forme de pensée associative ; c'est en quoi l'on peut dire que "nous pensons en hypertexte" (Nelson, in Nyce & Kahn, 1991 : p. 254). Le problème, néanmoins, est que la conception des auteurs cités par J. Anis est précisément... métaphorique, et que l'on est passé sans grande rigueur d'une image épistémique à la désignation indifférenciée d'un processus, d'un parcours et d'un outil de lecture. Il convient donc, aux linguistes entre autres, de se pencher sur une notion, qui, comme la virtualité, et toute nouvelle technologie mise à part, ne leur est pas étrangère.

12Il nous semble ainsi que les travaux de Bakhtine, Kristeva, Barthes, Genette sur l'hyper-, la para- ou l'intertextualité, tels que les expose et les exploite par exemple Adam (1991), trouvent une nouvelle actualité lorsqu'on se penche et sur la configuration d'une page web, et sur la multiplication des arborescences, des liens, donc sur la fonctionnalité, l'utilité, et finalement la lisibilité du point de vue de la cohérence textuelle, du navigationnel - quand bien même l'on recourt encore aux écrans empilés.

13Par ailleurs, si, comme le note J. Anis, "l'hypertexte est aujourd'hui au centre de recherches pédagogiques", les (rares) résultats obtenus sont là aussi nuancés, les (bonnes) intentions vagues, et nous restons un peu sur notre faim avec des propositions telles que : "les pratiques de lecture-écriture peuvent s'organiser autrement que de façon linéaire" (Hustache-Godinet, 1993 : p. 27), "lire un hypertexte implique des stratégies différentes" (Rouet, 1993 : p. 36). Le lecteur pourra aussi (re)lire avec profit la quinzaine de pages que Demaizière et Dubuisson (1992 : pp. 72-87) ont consacrées à l'approche navigationnelle et le multimédia.

6. Une nouvelle invention de l'écriture ?

14Dans sa conclusion, J. Anis fait de la prospective, avance hypothèses et propositions sur "L'écriture réinventée". Bien entendu on manque là encore de recul, mais il n'est pas interdit de relever avec l'auteur que les nouvelles technologies sinon bouleversent les normes, du moins dérangent les habitudes de la lecture-écriture : entre autres, elles "inventent" le dialogue écrit en direct, elles permettent la lecture de Baudelaire sur un écran, elles intègrent les composantes alphabétique, pictographique, graphique, picturale...

15Elles bouleversent peut-être même les enjeux sociaux de la lecture- écriture : "La séparation entre l'écriture envisagée comme purement intellectuelle, domaine mystérieux du génie solitaire, et la fabrication des documents, apanage des professionnels veillant jalousement sur des savoirs séculaires, participait d'une sacralisation de l'écriture contradictoire à sa fonction sociale. On peut parler aujourd'hui d'une désacralisation de l'écriture, manifeste dans les deux situations polaires que nous avons étudiées : l'écrit improvisé, sitôt lu, sitôt détruit, des messageries télématiques ; l'écrit modifiable jusqu'à son état final, objet d'un travail artisanal hautement technologique, du traitement de texte et de la micro-édition."

16Finalement, au-delà de la prospective et des hypothèses à vérifier, l'ouvrage de J. Anis est un engagement, à prévoir, à prévenir. C'est que cette révolution supposée ou attendue de l'écrit engage dès aujourd'hui des politiques éducative et culturelle : "L'école doit intégrer au plus vite ces techniques", car, nous en convenons, "il serait catastrophique [...] que des outils qui permettent la diffusion massive du savoir et ouvrent de nouveaux espaces de liberté soient au contraire générateurs d'exclusion et de marginalisation d'une partie de la population."

17Cette ouverture sur le futur (proche) de l'école et de la cité rend plus nécessaire encore la lecture de l'ouvrage de J. Anis, dont on a souligné la variété et l'ambition. C'est d'une part un manuel, qui permet donc de prendre en main les outils d'écriture et de lecture d'aujourd'hui, et de se les approprier commodément ; c'est d'autre part une invitation à le faire dans l'intelligence des capacités et des limites de l'innovation. Destiné à un public divers, il profitera particulièrement à ceux qui, enseignants, combinent les pratiques personnelle et professionnelle de ces outils.

18Il incitera aussi les chercheurs travaillant sur l'écrit et le texte à poursuivre une réflexion, parfois seulement esquissée. À leur intention, J. Anis propose une bibliographie et un index fournis. Pour une édition ultérieure, on suggérera à l'auteur deux errata : la référence de la note 1 p. 92 (Reboul 1992) ne figure pas dans la bibliographie ; et p. 275 deux coquilles (hispanisantes) dans le titre en italien de Besio et al. (1994), "lenguaggio" et "lengua".

Haut de page

Bibliographie

Adam, J.M. (1991). Langue et littérature. Analyses pragmatiques et textuelles, Paris : Hachette, coll. Références (voir particulièrement II, 2 : "Textualité et intertextualité").

Anis, J. & Lebrave, J.L. (éds.) (1991-1993). Texte et ordinateur : les mutations du lire-écrire, publication du CRL, Paris X- Nanterre.

Annoot, E. (1996). Les formateurs face aux nouvelles technologies : le sens du changement, Gap-Paris : Ophrys, coll. AEM.

Baron, G.L., & Bruillard, E. (1996). L'informatique et ses usagers, Paris : PUF, coll. L'éducateur.

Bolter, J. (1991). Writing Space. The Computer, Hypertext and the History of Writing, Hillsdale, New Jersey : Lawrence Elbaum.

Bus, V. (1945). "As We May Think", in Nyce & Kahn (eds.) (1991).

Demaiziere, F., & Dubuisson, C. (1992). De l'EAO aux NTF. Utiliser l'ordinateur pour la formation, Gap-Paris : Ophrys, coll. AEM.

Hustache-Godinet, H. (1993). "L'hypertexte au lycée", Cahiers Pédagogiques, 311, pp. 26-27. Lancien, T. (1998). Le multimédia, Paris : Clé International, coll. DLLE

Nelson, T. (1972). "As we will think", in Nyce & Kahn, eds., 1991, pp. 245-260.

Nyce, J. & Kahn, P. (eds.) (1991). From Memex to Hypertext : Vannevar Bush and the Mind's Machine, Academic Press.

Pouts-Lajus, S. & Riche-Magnier, M. (1998). L'école à l'heure d'Internet. Les enjeux du multimédia dans l'éducation, Paris : Nathan-Pédagogie.

Rouet, J.F. (1993). "Hypertextes et activités de compréhension : quels bénéfices pour quels lecteurs ?", Cahiers Pédagogiques, 311, pp. 34-36.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guy Achard-Bayle, « Analyse de Texte et ordinateur. L'écriture réinventée ? »Alsic, Vol. 2, n° 1 | -1, 75-79.

Référence électronique

Guy Achard-Bayle, « Analyse de Texte et ordinateur. L'écriture réinventée ? »Alsic [En ligne], Vol. 2, n° 1 | 1999, document alsic_n03-liv3, mis en ligne le 15 juin 1999, consulté le 12 août 2022. URL : http://journals.openedition.org/alsic/1608 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.1608

Haut de page

Auteur

Guy Achard-Bayle

Université Paris 6, France. Professeur agrégé de lettres modernes, docteur en sciences du langage et chercheur en sémantique référentielle et linguistique du texte (anaphores, désignations). Après diverses formations FLE, il a travaillé douze ans à l'étranger comme enseignant, formateur, attaché linguistique. En poste dans le supérieur depuis 1989 (Toulouse 2, Paris X, Paris VI). Auteur d'une vingtaine de publications linguistiques et didactiques et, en collaboration, de manuels et de logiciels pour l'enseignement du français langue étrangère et maternelle.
Courriel : Guy.AchardBayle[at]admp6.jussieu.fr
Adresse : Université Paris 6, Formation Permanente, Cellule Ingénierie et Multimédia, Tour Centrale 13o étage porte 4 bis, 4 place Jussieu, 75252 Paris cedex 05.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC BY-NC-ND 4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search