Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 2, n° 2Analyse de sites et logicielsAnalyse de English +

Analyse de sites et logiciels
alsic_n04-log1

Analyse de English +

Claude Springer
p. 63-75
Référence(s) :

Titre : English+
Auteur réalisateur : non spécifié.
Type et langue : didacticiel d'anglais général comprenant douze cédéroms pour 6 niveaux ("Débutant", "Moyen", "Avancé", "Confirmé", "Expert", "Business").
Éditeur-diffuseur : Emme interactive
Date : version 2, 1999 (première version 1995).
Configuration matérielle : PC multimédia 486 SX 33 (Pentium recommandé) ; 16 Mo de RAM (24 Mo de préférence) ; 11 Mo disponible sur le disque dur (par niveau installé) ; lecteur cédérom double vitesse (x4 conseillé) ; carte sonore (Sound Blaster ou compatible) ; écran SVGA 640x480 - 256 couleurs ; micro et haut-parleur ou casque ; Windows version 3.1, 3.11 (95 conseillée) ; installation et lancement automatiques sous Windows 95 ; modem 14 4000 ou plus (pour la connexion Internet).
Documentation : manuel d'utilisation de 40 pages.
Prix : 68,60 ou 450FF par coffret de deux cédéroms

Résumés

Cet article analyse un logiciel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de logiciel

Keywords:

software review
Haut de page

Notes de la rédaction

Certaines captures d'écran sont absentes de cette version web.

Texte intégral

1. TIC, éthique : mondialisation, marketing et défense du consommateur

1Emme produit plusieurs dizaines de cédéroms par an dans les domaines culturels et éducatifs avec pour concept "La culture et la connaissance pour la famille". Il diffuse également un catalogue important de titres, trois produits phare : Le Grand Louvre, Le Centre Georges Pompidou, Léonard de Vinci. Dans le domaine des langues, English + s'inscrit parfaitement dans cette dynamique de développement commercial qu'Emme le Conquérant (qualificatif donné par la presse spécialisée) poursuit.

Figure 1.

Figure 1.

English +

2Le logiciel English + est-il une production originale ou un produit de diffusion ? Rien ne transparaît dans les brochures et autres documents. Le logo d'Edustar figure en bonne place sur chaque cédérom. Cet éditeur-diffuseur américain propose ce produit dans son catalogue, il est propriétaire du copyright. Edustar est lié à Edusoft, leader mondial du multimédia éducatif (création en 1992) avant d'être intégré par Cinar, en 1999, autre poids lourd mondial du multimédia (siège social au Canada). Le site Internet est sous la responsabilité d'Edusoft, l'entrée dans le cédérom nous conduit aussi à Edusoft. English + est donc un concept mondialisé avec des déclinaisons localisées (plus de 25 pays dont la France). Fermons la page mondialisation.

3Le marketing du produit diffère selon les trois éditeurs-diffuseurs. L'Américain vise la famille et présente English + comme une espèce de professeur / répétiteur de langues familial : "Your private English Teacher". L'objectif est d'offrir à toute la famille la possibilité d'apprendre l'anglais à son rythme grâce au multimédia. L'aspect découverte culturelle d'une ville est un élément important de cet apprentissage individuel et familial. La présentation internationale d'Edusoft conserve cet aspect... "soft" : on insiste sur le fait que le programme d'apprentissage respecte les contenus classiques de l'apprentissage des langues et permet de réviser toute la grammaire et les 3500 mots les plus fréquents de la langue.

4La présentation française ne s'embarrasse pas de ces précautions. Voici quelques exemples : "La méthode révolutionnaire pour apprendre l'anglais" ; "La seule méthode COMPLETE" ; "La seule méthode équipée d'une DOUBLE RECONNAISSANCE VOCALE" ; "La seule méthode intégrant un GESTIONNAIRE DE LACUNES". Est-il nécessaire d'en rajouter ?

5La perspective change nécessairement : on propose un cours interactif qui rend "l'apprentissage de l'anglais simple, drôle et rapide". Bref, on dispose enfin de la méthode d'apprentissage "révolutionnaire" tant attendue et à laquelle on ne croyait plus. Sans commentaires.

6Dernier point : la cible marketing. La version Edusoft reste prudente : on propose 5 niveaux généraux ("Let's Start" ; "Basic" ; "Intermediate" ; "Advanced" ; "Business English"), qui permettent tout de même de toucher un vaste public. La version française élargit cette cible : 6 niveaux sont proposés (débutant - primaire ; anglais scolaire - collège ; perfectionnement 1 - lycée ; perfectionnement 2 - études supérieures courtes ; anglais courant - études supérieures longues ; anglais des affaires - prépa HEC, écoles de commerce, BTS commerce). On a changé la cible familiale et générale au profit de l'immense public scolaire (de l'élémentaire aux classes préparatoires). Cette réorientation laisserait supposer quelques adaptations aux programmes en vigueur dans l'Education Nationale. Du moins il faut l'espérer.

7Face à tant de qualités, le consommateur ne peut que succomber aux charmes de ce produit multimédia. L'efficacité du marketing est indéniable. La revue L'essentiel du management d'avril 99 attribue trois étoiles avec comme commentaire : "Un CD-Rom très complet : dialogues avec de solides exercices de grammaire et de compréhension (reconnaissance vocale). A noter : on peut s'exercer à rédiger des lettres et des mémos". La revue 60 millions de consommateurs ne contredit pas cet avis, mais relève la faiblesse de la conception multimédia, argument majeur de vente d'Emme :

Notre avis : méthode facile à utiliser. Grande souplesse pédagogique et contenu riche et varié. Seul point faible, les possibilités du multimédia sont peu exploitées. Excellente méthode pour progresser tous azimuts ou pour préparer un voyage. (60 millions de consommateurs).

Enfin, la FNAC propose un autre point de vue et regrette le classicisme de la conception pédagogique :

Cette méthode propose des mises en situation de la vie courante pour aider l'étudiant à assimiler les thèmes travaillés. Son approche assez scolaire peut sembler lourde, mais convient tout à fait à ceux ayant besoin d'être particulièrement encadrés. (FNAC).

8Nous sommes bien en présence d'un produit de grande consommation, vendu en grande surface. Le moins que l'on puisse faire c'est de se demander comment aider le consommateur à s'y retrouver. On est encore loin de critères simples permettant de porter un jugement valable sur le potentiel d'utilisation et la qualité d'un produit multimédia d'apprentissage. La présentation et l'analyse d'English + permettront d'apporter quelques éléments d'appréciation.

2. Principe de navigation : un fonctionnement simple mais sans imagination

English + propose la même interface et la même approche sur l'ensemble des cédéroms. L'architecture est relativement simple.

9Le menu principal (l'écran d'accueil) comporte 14 objets activables (en surbrillance) : "What's new" (version 2.1), "Language", "Vocabulary", "Routes", "Adventure", "WWW", "Speaking", "Writing", "Listening", "Reading", "Student Records", "Tour", "Help", "Quit".

10Ces objets sont placés sur le bureau sans ordre apparent. L'objet "Tour" (visite guidée) devrait être privilégié à ce niveau, puisqu'il permet d'avoir une vision globale de la méthode. Il n'est pourtant pas mis en valeur. L'objet "What's new", quant à lui, est mis en valeur : les nouveautés concernent la reconnaissance vocale, la liaison Internet et les leçons guidées. Pour sortir de chaque page écran il suffit de cliquer sur l'objet "Quit".

11On comprend difficilement au premier coup d'œil que le programme permet 4 approches de travail : ouverte, structurée, ludique et évolutive. Il faudra également distinguer ce qui relève du travail sur la langue (grammaire et vocabulaire) de ce qui relève de l'entraînement aux 4 savoir- faire (lire, écrire, comprendre, parler).

En haut à droite, cinq objets outils sont proposés (ils ne sont pas toujours actifs) : "Student Records", "Dictionary", "Tour", "Help" et un dernier inactif et illisible.

12Après avoir sélectionné une approche, l'utilisateur se trouve devant un deuxième écran qui propose des thèmes de travail. La sélection faite, on voit apparaître un nouvel écran comportant, sous un panneau d'intersection, quatre objets qui constituent en fait la démarche pédagogique préconisée : "Explore", "Practice", "Game", "Test". L'ordre se veut pédagogiquement logique, chacune de ces activités ouvre sur une page écran spécifique. Les outils "Student Records", "Dictionary" et "Tour" sont chaque fois disponibles. Il n'y a cependant pas de possibilité directe d'imprimer ou d'enregistrer son travail. Le programme garde automatiquement la mémoire du travail réalisé par l'utilisateur.

13Détaillons la logique des approches. Elles sont au nombre de 4 et offrent à l'utilisateur le choix d'une méthode d'apprentissage :

  1. L'approche ouverte ("democratic / open approach"). L'utilisateur choisit l'activité qu'il souhaite travailler. Six activités sont proposées : "Language" (grammaire) ; "Vocabulary" (vocabulaire) ; "Speaking" (parler) ; "Writing" (écrire) ; "Reading" (lire) ; "Listening" (écouter).

  2. L'approche structurée ("Routes"). Cette approche n'existait pas dans la première version. L'utilisateur se laisse guider par le programme qui lui propose des leçons préprogrammées et progressives. C'est une approche plus scolaire que la précédente.

  3. L'approche ludique ("Adventure"). Cette approche est totalement différente puisqu'elle s'appuie sur un jeu d'aventure, qui consiste à trouver un objet caché dans une ville anglophone à partir d'énigmes. Chaque coffret présente une ville différente (New York, Miami, Londres, Edimbourg, etc.).

  4. L'approche évolutive (WWW). C'est également une des nouveautés de la version 99. Le site Edusoft propose trois activités :

  • "City links" qui permet de poursuivre le travail engagé dans l'approche ludique sous forme de liens permettant de mieux connaître la ville ;

  • "Quizzes and Games" permet de poursuivre le travail sur la langue ; "Web Pals Club" offre la possibilité de rencontres et de dialogue avec un enseignant.

14Cette simplicité apparente et la possibilité de choix de l'approche de travail sont sans doute une des clés de l'attractivité du produit. On regrette le manque d'imagination de ces pages écrans qui accompagnent l'utilisateur tout au long de son parcours.

3. Contenus, activités et aides : un programme minimal et insipide

3.1. Les contenus

15Dans l'ensemble, les documents proposés par English + manquent d'authenticité. Si l'on fait abstraction de l'effort honorable d'offrir à l'apprenant une palette relativement riche d'accents régionaux (avec une dominance pour la variété américaine), on ne peut que déplorer l'excès de didactisation des enregistrements (débit soigné et épuré de tout bruit de fond) et l'inauthenticité flagrante dans la présentation des supports écrits (tous présentés selon une même configuration, avec une même police de caractères, les mêmes couleurs, aucune illustration, et, bien sûr, aucune source n'est citée).

16On regrettera aussi la pauvreté intellectuelle des thèmes proposés et l'on s'ennuiera d'autant plus que le niveau linguistique des documents (syntaxe, vocabulaire, longueur) reste singulièrement rudimentaire même et surtout aux niveaux supérieurs. Ce choix est d'autant plus étonnant que l'on fait semblant d'exploiter les médias : journaux, radio, télévision. Rien de tel, les sources sont fabriquées. Un contenu donc très peu motivant.

17On s'étonnera également de l'absence de conformité avec les programmes de l'Education Nationale, alors que le public visé est avant tout scolaire. Les contenus du niveau avancé (le lycée) sont nettement en deçà des propositions officielles et des manuels scolaires en usage. On ne voit pas très bien comment un lycéen pourrait trouver matière à révision. Les contenus proposés aux étudiants sont encore plus affligeants.

3.2. Les activités

"Language" et "Vocabulary"

18English + propose un travail systématique sur la langue. "Language" offre un inventaire de points de grammaire on ne peut plus traditionnels. Cédérom 2 : be, présent progressif, articles, this/that/these/those, there is/are, pronoms. Cédérom 3 (moyen) : présent simple, be passé, passé simple, impératif, adjectifs, noms et quantifiables, auxiliaires modaux, verbes irréguliers. Cédérom 5 (avancé) : pronoms réfléchis, voix passive, present perfect, propositions relatives... Il s'agit là d'une présentation qu'on croyait d'un autre âge, il faut attendre par exemple le cédérom 5 (avancé) pour travailler le present perfect. L'utilisateur ne peut que réviser ou travailler les points de grammaire prévus au niveau donné. Les explications grammaticales, on peut s'en douter, sont classiques et normatives. Pour chaque point de grammaire, "Explore" donne accès à une règle et à un exemple d'utilisation de la structure étudiée. Il n'y a ici aucune mise en discours. Il ne faut pas non plus s'attendre à une quelconque prise de conscience métalinguistique.

19Le lexique se présente sous forme de listes finies de vocabulaire présentées par thèmes. Chaque cédérom propose 300 mots fréquents. La seule possibilité donnée à l'apprenant est de lire la traduction et donc d'apprendre par association. Le travail proposé à l'apprenant sur la grammaire et le lexique dans "Practice", "Game" et "Test", se réduit à des exercices structuraux du type QCM et phrases à trous.

Au total, une vision de la langue et de l'acquisition des savoirs dépassée.

"Listening"

20Chaque cédérom a la même page de menu d'écoute contenant une radio, une télévision et un répondeur téléphonique. Chaque support d'écoute réunit plusieurs thèmes (12 à 18 thèmes selon les niveaux). Les documents proposés ne sont pas authentiques. Les lecteurs sont natifs de la langue (majoritairement américains). De plus, les informations données dans les documents radio et TV sont fictives, même aux niveaux supérieurs.

21Trois actions sont proposées à l'utilisateur : il peut écouter le document, il peut conjointement écouter et lire le texte, et il peut s'enregistrer (sans reconnaissance vocale). La seule aide donnée à l'utilisateur est la traduction du texte, toujours disponible. Il n'y a donc, pour l'apprenant, aucun obstacle à la compréhension. La méthode ne propose pas d'objectifs spécifiques d'entraînement. En exploitant le multimédia, on aurait pu aider l'apprenant à comprendre un document grâce à l'image, or même pour le document TV, la vidéo n'illustre pas le contenu du document. On prendra comme exemple un documentaire sur l'Australie (cédérom 1, confirmé) : une voix off explique un mythe aborigène, des paysages du pays défilent à l'écran. L'image est purement décorative.

22Le travail sur le document : les exercices demandent plus un effort de mémorisation du document que de compréhension. C'est seulement dans l'évaluation que l'apprenant peut s'entraîner sur des questions de compréhension globale et détaillée du document. Quant à la correction des exercices et des tests, la réponse est juste ou fausse sans aucun renvoi ou explication en cas de mauvaise réponse. (Ceci est valable pour toutes les activités.)

"Speaking"

23La page de menu propose plusieurs dialogues dans plusieurs situations (cédérom confirmé 1 : boutique, office, hospital, etc.). L'apprenant peut écouter l'ensemble du dialogue ou parcourir le dialogue par section, il peut voir et lire la traduction et enfin il peut s'enregistrer et se réécouter. Les exercices consistent à enregistrer les mots manquants du même dialogue. Là encore on déplore que le multimédia ne soit pas plus exploité ; sans reconnaissance vocale, le cédérom ne fait qu'office de laboratoire de langue où la seule possibilité offerte à l'apprenant est de réécouter son enregistrement et celui d'un natif. La double reconnaissance vocale n'est pas possible pour cette activité.

"Reading"

24La page menu de "Reading" présente différents supports de lecture suivant les niveaux (histoires, petites annonces, cartes postales, lettres ou articles) et plusieurs thèmes. Les documents ne sont pas authentiques. De plus, aucun effort n'a été fait pour les rendre naturels au niveau du graphisme (la même police d'écriture est utilisée pour les lettres, les cartes ou les articles). Enfin, le contenu des documents n'est pas réaliste ; alors que la difficulté majeure dans la lecture de petites annonces réside dans le déchiffrage des abréviations aucun mot n'est ici abrégé ! On se demande quels savoir-faire sont mis en œuvre. Pas plus que pour l'oral, la méthode ne propose de réels objectifs d'apprentissage. Les aides : par un simple clic, l'utilisateur a accès aux idées générales du texte, aux mots clés, aux référents et aux connecteurs. L'utilité de ces aides n'est pas évidente. Comme pour l'écoute, tout est donné à l'apprenant, il n'y a pour lui ni découverte, ni obstacle. Il peut écouter le texte, mais la vocalisation de l'écrit peut-elle vraiment aider à déchiffrer des mots pour apprendre à lire en anglais ? L'entraînement à la compréhension ne se fait qu'au moment de l'évaluation.

"Writing"

25Selon les niveaux, on propose à l'apprenant de remplir un chèque, des formulaires, rédiger un mémo ou une lettre officielle. On donne des réponses à l'apprenant (opening, purpose, action, subject, key words et closing) sans qu'on lui ait posé aucune question ! Les exercices des cédéroms "Débutant" et "Moyen" consistent à compléter des documents en choisissant parmi des réponses données. Dans les cédéroms "Avancé" et "Confirmé", il s'agit de les compléter en rédigeant soi-même la réponse sur traitement de texte. Pour ces derniers exercices, se pose la question de la correction. Le manuel suggère d'imprimer son texte pour le faire évaluer par un professeur ; les apprenants en auto-apprentissage n'ont, par contre, aucune manière d'évaluer leur production écrite. Les documents sont du même type que pour "Reading". On notera aussi le manque de réalisme de certains documents. Le texte de la carte postale est bien trop long et ne correspond pas à un message du type carte postale. Aux niveaux supérieurs les documents proposés sont totalement inadaptés.

Les outils : "Bilingual speaking dictionary" et "Student records"

26Le "Bilingual speaking dictionary" se limite aux mots présentés dans chaque niveau. Il est toujours actif excepté lors des tests. Pour cette nouvelle version, il est possible d'avoir pour certains mots une représentation graphique de sa prononciation (système de double reconnaissance vocale). On notera un manque de cohérence au niveau de la prononciation. Les mots sont prononcés tantôt à l'américaine, tantôt à l'anglaise, sans qu'on fasse prendre conscience à l'apprenant des différences.

27Il existe pour certains mots la possibilité d'une double reconnaissance graphique. Cette technique est supposée aider l'utilisateur à mieux prononcer des mots. On sait qu'il y a un effet de mode, il faut avoir un système de "reconnaissance vocale" pour vendre, il s'agit plutôt de représentation phonologique approximative. Le premier graphique donne un pourcentage pour la qualité de la "prononciation" du mot. On ne dit pas ce qui doit être compris par "prononciation" : est-ce une appréciation de l'accent de mot, de la qualité des voyelles et des consonnes... ? Le deuxième graphique analyse "l'intonation", le graphe bleu représente le modèle à imiter. Comme pour la plupart des spectrogrammes, il n'est pas non plus facile de comprendre pourquoi le spectre diffère du modèle et donc comment s'améliorer. On ne précise pas non plus ce qui est entendu par "intonation".

Figure 3 : premier graphique.

Figure 3 : premier graphique.

English +

Figure 4 : deuxième graphique.

Figure 4 : deuxième graphique.

English +

28Le "Student records" constitue le carnet d'évaluation, la publicité parle de gestionnaire de lacunes. En fait, il donne la possibilité à l'apprenant de visualiser le nombre d'exercices qu'il a effectués et dans quelle proportion il a réussi ou échoué (graphique à bâtons). Pour la grammaire et le vocabulaire, celui-ci a la possibilité d'obtenir des rapports par points de grammaire ou par thème. Ce carnet n'a en fait pour ambition que de sauvegarder les résultats (l'utilisateur ne va pas tout faire d'un coup) et de permettre de refaire les exercices erronés. On ne peut pas parler de carnet d'évaluation, il n'y a ni commentaires, ni conseils, ni véritable suivi.

29Pour conclure, nous avons relevé la faiblesse d'exploitation du multimédia, le manque de réalisme et d'authenticité des documents, le classicisme des contenus, l'absence d'objectifs d'apprentissage pour l'entraînement aux 4 savoir-faire. Il est abusif d'affirmer que cette méthode propose des contenus et des documents adaptés aux niveaux avancé, confirmé et expert. Le programme proposé est minimal et insipide, nous sommes en présence d'un répétiteur plutôt que d'un formateur.

4. Conception du curriculum : un classicisme affirmé

30Cette partie de notre analyse s'intéresse essentiellement aux approches ouvertes et structurées et à la structuration générale de la méthode en niveaux. Nous traiterons de manière spécifique l'approche ludique et évolutive.

31English + se présente comme étant une méthode intégrale d'apprentissage multimédia. Il propose ainsi un curriculum complet qui embrasse l'élémentaire et le supérieur. Il s'oppose aux manuels scolaires, qui offrent aujourd'hui des documents et activités de qualité. Nous avons déjà présenté les arguments marketing. Ils sont intéressants car ils laissent entendre que ce MIAM (abréviation non encore brevetée !) est en mesure de réussir là où les manuels traditionnels ont échoué. L'apprentissage multimédia interactif offrirait des garanties de simplicité, de facilité et de rapidité.

32En se situant sur le terrain éducatif, English + s'expose à certaines obligations, pour ne pas dire à une certaine éthique. Le minimum requis est une mise en conformité minimale avec le curriculum officiel, bref, ici, une tentative d'adaptation au contexte scolaire français. Nous avons vu dans notre introduction qu'Edusoft a réalisé un produit moyen susceptible de s'adapter à tout curriculum national. Edusoft cite d'ailleurs le Conseil de l'Europe. Force est de constater qu'English + ne s'inscrit pas dans la didactique européenne contemporaine, qui accorde une attention particulière aux processus d'apprentissage et aux implications d'une approche favorisant l'interaction communicative. Les trois mots clés du cadre de référence didactique (compétence langagière, stratégies de communication, apprendre à apprendre) sont étrangers à la méthode English +. Les niveaux proposés sont purement indicatifs, ils ne renvoient pas à une définition en termes de compétences langagières et ne s'inscrivent pas dans l'échelle des niveaux de compétence du Conseil de l'Europe.

33Certes, l'apprenant a le choix d'aborder dans l'ordre qui lui plaît les modules et thèmes proposés, ce qui implique un minimum d'auto planification. L'idée d'offrir différentes approches pédagogiques est donc, en soi, louable car elle va dans le sens d'une centration sur l'apprenant. Or, on reste globalement centré sur la transmission des contenus linguistiques. Les principes didactiques contemporains qui invitent à favoriser la construction et l'acquisition de savoirs et savoir-faire ne sont pas pris en considération. Il y a bien un carnet d'évaluation dit "gestionnaire de lacunes", mais nous avons vu qu'il ne permet pas un réel suivi puisque le programme ne permet pas un véritable traitement des erreurs. Il faut donc, si l'on veut utiliser ce produit en toute connaissance de cause, lui rendre sa véritable finalité : c'est un tutoriel fermé et classique, d'inspiration béhavioriste, offrant des possibilités de répétition et de manipulation d'un certain nombre de contenus linguistiques. English + n'est pas un outil d'accompagnement scolaire, il n'a d'ailleurs pas été conçu pour cela.

34L'approche "ouverte et structurée" doit donc être nettement limitée dans son potentiel d'utilisation. On est bien loin de la "méthode révolutionnaire pour apprendre l'anglais". On pourra l'utiliser comme répétiteur de grammaire et de vocabulaire.

5. L'approche ludique et évolutive : une entrée intéressante

35Une question s'impose d'emblée : qu'entend-on par "jeu de rôle multimédia d'apprentissage des langues" ? On connaît le jeu de rôle classique utilisé en classe de langue et consistant en une activité pédagogique d'entraînement à un fait de langue particulier ; on peut très bien envisager une telle activité reproduite sur ordinateur : le logiciel Speak to me exploite d'ailleurs assez bien cette possibilité. Néanmoins, le jeu de rôle, tel qu'on le conçoit dans le cas présent, se veut d'une dimension supérieure. Ainsi, "Adventure", calqué sur un jeu d'aventure multimédia typique, ne s'insère pas dans une progression didactique donnée : il se veut davantage comme une activité de résolution de problème.

36Le grand avantage de ce type de jeu de rôle est de plonger l'apprenant dans un monde virtuel où l'apprentissage de la langue n'apparaît plus comme une priorité en soi. L'objectif premier est de résoudre l'énigme et l'utilisation de la langue n'est qu'un moyen de parvenir à cet objectif. D'un point de vue psychologique, on détourne la conscience de l'apprenant des difficultés, angoisses et inhibitions inhérentes aux exigences de l'apprentissage de la langue en remplaçant celles-ci par un cadre rassurant. Nous avons donc ici une approche diamétralement opposée à l'approche scolaire. Le jeu de rôle semble véritablement offrir un potentiel didactique des plus intéressant, pour autant qu'il soit exploité en ce sens et que les moyens technologiques suivent. Voyons donc en quoi "Adventure" exploite ce potentiel.

37On peut dire que "Adventure" est un jeu de rôle en immersion culturelle. Il présente effectivement le profil type du jeu de rôle (objectif, sous-objectifs, pièges à déjouer, contraintes de temps et de moyens, assistance, progression par résolution de problèmes, cadre fictionnel ludique) tout en adoptant une dimension culturelle de par la toile de fond qu'il propose pour chaque énigme : l'action se déroule dans une grande ville anglophone (par exemple, Edimbourg et Londres). Le site Internet, et son approche évolutive, permet d'offrir une ouverture sur des sites et des informations authentiques. Nous avons vu à quel point cet aspect est absent de l'approche scolaire.

38Le but du jeu est de retrouver un objet particulier à valeur culturelle quelque part dans la ville en résolvant une énigme décomposée en trois questions. Afin de trouver les réponses à ces questions, l'enquêteur récoltera auprès de personnages lui téléphonant des informations diverses et triera celles-ci, gardant celles qui lui semblent pertinentes et écartant les fausses pistes, en les vérifiant dans des "guides touristiques" à sa disposition. Il s'assurera également de la relation entre elles des réponses données aux trois grandes questions de l'énigme. Il n'a, pour atteindre son but, qu'un temps et des moyens financiers limités, qu'il lui appartiendra de gérer judicieusement (informations payantes, prix et temps des trajets en taxi).

39L'ergonomie ne pose pas de problème en soi pour la bonne et simple raison que l'espace navigable du jeu est plutôt limité. On n'est pas en présence d'un vrai jeu de rôle, que les jeunes apprécient, la jouabilité est faible. En effet, la résolution de l'énigme exige un dépouillement méthodique, rigoureux et approfondi de la pléthore de réponses possibles à chaque question et les "guides touristiques" ne sont guère secourables en vérité. De plus, les interactions téléphoniques sont excessivement cadrées, limitées et répétitives, voire même lassantes si l'on considère l'ensemble des conversations à mener. Elles sont d'autant plus démotivantes que la reconnaissance vocale est absente : on se retrouve alors dans une situation peu crédible où l'on répond au téléphone en cliquant sur des réponses écrites prédéterminées. A quelques exceptions près, on ne voit pas les personnages en interaction.

40La compréhension (orale et écrite) est motivée par la recherche d'informations à même de permettre la résolution de l'énigme ; elle est donc animée par un but et permet à l'apprenant de mettre en œuvre des techniques de lecture et d'écoute sélectives. On se félicitera également, tout comme pour l'approche scolaire, de la variété de voix (féminines et masculines) et de l'authenticité des accents régionaux.

41L'un des attraits de cette approche est la possibilité d'entrer en conversation / interaction avec différents personnages. Il ne faut pas se méprendre. Le joueur n'est pas libre de poser les questions qu'il veut (c'est normal). La conversation se déroule donc à partir d'un dialogue préconstruit. Il s'agit de cliquer sur une question écrite (donc la sélectionner) et ensuite choisir un modèle homme ou femme pour la poser. Il est possible d'enregistrer sa voix en imitant le modèle. Etant donné qu'il n'y a pas de reconnaissance vocale, la qualité de cette (re)production (de l'enregistrement) n'a pas d'importance. La réponse sera donnée par le personnage dans tous les cas, même si l'on ne s'enregistre pas. Notons que les personnages répondent avec l'accent local, ce qui permet de faire un travail intéressant de compréhension orale. C'est donc surtout la compréhension qui est favorisée (avec toujours la possibilité d'avoir le script des réponses), au détriment de la production.

42Cela dit, il convient encore de caractériser le type de discours traités. Il s'agit majoritairement du récit plutôt que du discours. Les fonctions langagières proposées sont nécessairement limitées et peuvent paraître trop simples aux niveaux supérieurs. Il en va d'ailleurs de même pour le lexique et les structures rencontrées.

43"Adventure" vise aussi l'acquisition d'une compétence culturelle. Les contenus culturels tiennent plus du "culturel savant" que du "culturel courant", si l'on reprend la terminologie de R. Galisson (1998). En effet, on trouve plus de données d'ordre historique et littéraire, non nécessaires à la communication interculturelle, que de faits culturels propres à la vie quotidienne d'un autochtone. Ce "cultivé" peut prêter à confusion puisque les faits et personnages ayant véritablement existé sont mélangés à d'autres personnages inventés de toutes pièces.

44Pour nous résumer : l'approche ouverte et évolutive offre des perspectives intéressantes. Elle permet un travail réel de compréhension orale et écrite complexe exigeant de l'apprenant une recherche personnelle intuitive et une sélection d'informations pertinentes lui permettant de résoudre l'énigme. Cependant, le joueur est assez contraint dans ses choix, le trajet à suivre est fermé : si un choix s'avère infructueux, il faut revenir à l'étape précédente. Or la finalité des jeux de rôles, que les jeunes pratiquent, est de favoriser l'autonomie et la créativité du joueur. En d'autres termes, pour une même énigme-quête, plusieurs trajets devraient être envisageables en fonction de choix réels plausibles. Même si l'utilisateur peut choisir le personnage qu'il veut "interroger" (dans la limite des questions fournies), c'est-à-dire choisir un "embranchement", il n'y pas de récits secondaires explorables que l'apprenant pourrait créer et expérimenter parallèlement au récit principal. Ces récits secondaires permettraient une interactivité cognitive : grâce à eux, l'utilisateur pourrait cerner les caractéristiques des éléments du récit (psychologie de personnages rencontrés...) pour résoudre le(s) problème(s). On peut s'accorder pour dire que participer à un jeu de rôle c'est écrire un récit nouveau. Cela dit, on ne va pas bouder son plaisir, cette approche permet et favorise une ouverture culturelle. L'apprenant peut découvrir une ville, ses monuments, un peu de son histoire. Le défaut majeur de ce jeu est sa limitation technique. L'absence de véritable reconnaissance vocale (cela existe et ce n'est plus révolutionnaire) réduit l'intérêt du jeu.

Le site Internet se veut un complément aux différentes activités du logiciel. Il ne faut pas s'attendre à un soutien scolaire plus développé que dans le logiciel.

6. Points faibles et points forts : quelles possibilités d'intégration ?

45English + est un tutoriel fermé facile à utiliser. On regrette :

  • sa publicité mensongère ; sa lourdeur scolaire ;

  • son programme minimal (grammaire traditionnelle et lexique de base) ; ses contenus pauvres et peu motivants ;

  • sa conception de l'entraînement aux 4 savoir-faire ;

  • sa conception dépassée de la langue et de l'apprentissage ;

  • son inadaptation par rapport aux programmes scolaires pourtant référencés ; son manque de créativité et d'innovation ;

  • la faiblesse de la conception multimédia, en particulier le traitement de l'oral ; les limites du jeu de rôle.

46Il semble que ce produit puisse être utilisé individuellement :

  • comme répétiteur de grammaire et lexique, avec les réserves présentées ;

  • pour une mise en autonomie au niveau de la compréhension orale et écrite (jeu et Internet) ;

  • pour son approche culturelle des villes (jeu et Internet).

47Les centres de langues ou centres en autoformation multimédia auront intérêt (s'ils souhaitent optimiser les possibilités offertes par cet ensemble) à préparer une fiche pédagogique clarifiant les pistes de travail.

Haut de page

Bibliographie

Conseil de l'Europe. (1998). Cadre européen de référence. Strasbourg : Conseil de l'Europe.

Demaizière, F. & Dubuisson, C. (1992). De l'EAO aux NTF - Utiliser l'ordinateur pour la formation. Paris : Ophrys.

Galisson, R. (1998). "Le "Français langue étrangère" montera-t-il dans le train en marche de la "Didactique scolaire" ? ". Études de Linguistique Appliquée, no 111, juillet-septembre, p 265.

Linard, M. (1996). Des machines et des hommes - Apprendre avec les nouvelles technologies. Paris : L'Harmattan. Naymark, J. (dir.) (1999). Guide du multimédia en formation. Paris : Retz.

Springer, C. (1996). La didactique des langues face aux défis de la formation des adultes. Paris : Ophrys.

Springer, C. (1999). "La didactique des langues mise au net : quelles évolutions curriculaires pour le début du XXIe siècle ?". De la didactique des langues à la didactique du plurilinguisme : Hommage à Louise Dabène. Grenoble : CDL-Lidilem.

Sites Internet

Emme Interactive (nd). Consulté en novembre 1999 : http://www.emme.com Edusoft Ltd (nd). Consulté en novembre 1999 : http://www.edusoft.co.il

Edustar (nd) . Consulté en novembre 1999 : http://edustaramerica.com

Conseil de l'Europe, programmes langues (nd). Consulté en novembre 1999 : http://culture.coe.fr/lang

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1.
Crédits English +
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/1650/img-1.png
Fichier image/png, 132k
Titre Figure 3 : premier graphique.
Crédits English +
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/1650/img-2.png
Fichier image/png, 74k
Titre Figure 4 : deuxième graphique.
Crédits English +
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/1650/img-3.png
Fichier image/png, 46k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Springer, « Analyse de English + »Alsic, Vol. 2, n° 2 | -1, 63-75.

Référence électronique

Claude Springer, « Analyse de English + »Alsic [En ligne], Vol. 2, n° 2 | 1999, document alsic_n04-log1, mis en ligne le 15 janvier 2000, consulté le 24 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/alsic/1650 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.1650

Haut de page

Auteur

Claude Springer

Université Marc Bloch, France. Maître de conférences au département de linguistique appliquée et de didactique des langues de l'Université Marc Bloch, Strasbourg.
Courriel : springer[at]umb.u-strasbg.fr
Toile : http://dladl.u-strasbg.fr
Adresse : département de linguistique appliquée et de didactique des langues, université Marc Bloch, 22 rue Descartes, 67084 Strasbourg, France.

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search