Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 3, n° 2Analyse de livresAnalyse de CD-ROM: A Teacher’s Ha...

Analyse de livres

Analyse de CD-ROM: A Teacher’s Handbook

Glyn Jones
p. 231-235
Référence(s) :

Pete Sharma
CD-ROM: A Teacher’s Handbook (Les Cédéroms : mode d’emploi pour l’enseignant)
Oxford, Royaume-Uni: Summertown Publishing, 1998
ISBN 1-902741-00-5
170 pages
21.00 £, 230 FF

Résumés

Cet article analyse un livre ou un document.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de livre

Keywords:

book review

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Texte intégral

1Comme l’indique déjà son titre, ce livre de Pete Sharma est un manuel pratique consacré à l’exploitation des cédéroms pour l’enseignement. Il s’adresse explicitement aux professeurs de langues, et implicitement à ceux d’anglais langue étrangère. Il ne contient ni indications ni exemples concernant d’autres langues.

2Le livre comporte trois sections principales dont les deux premières traitent respectivement de la théorie puis de la pratique, la troisième étant un répertoire d’informations utiles.

1. Multimédia = cédérom ?

3La première section est intitulée Multimedia. De nos jours, les éléments multimédias – le son numérique, la vidéo, les animations – ne sont plus l’apanage exclusif des didacticiels livrés sur cédérom. De plus en plus, les sites Internet incorporent ces éléments. Du point de vue pédagogique, ce qui compte c’est le contenu des sons et des images, et la manière dont ils sont exploités. Que ces sons et ces images nous parviennent sous forme de disque argenté ou par un réseau téléphonique est peu intéressant ! Mais Sharma utilise les termes multimédia et cédérom comme s’ils étaient synonymes, ce qui est peut-être raisonnable dans la mesure où le cédérom est pour le moment le support préféré pour la commercialisation des didacticiels multimédias.

4Le premier chapitre, Multimedia and language learning (Multimédia et apprentissage des langues), propose une brève définition du multimédia que Sharma tente de mettre en rapport avec quatre aspects de l’apprentissage des langues : l’ALAO (Apprentissage des Langues Assisté par Ordinateur), l’autonomie (learner independence), les stratégies d’apprentissage et les théories d’acquisition d’une langue seconde. Ce désir de fonder l’utilisation du multimédia sur des bases théoriques est louable, mais, dans la réalisation de cet objectif, l’auteur a tracé une trop rapide esquisse des développements propres à ces quatre domaines, ce qui ne permet pas vraiment de comprendre le rapport qu’elles entretiennent avec le multimédia. En ce qui concerne l’ALAO, pour ne citer que lui, Sharma se contente de fournir un exemple d’exercice dialogué qu’un apprenant pourrait, nous dit-il, faire avec l’ordinateur, sans prendre en compte ce qu’un support multimédia pourrait apporter à l’expérience.

5Sont ensuite considérés plusieurs facteurs susceptibles d’influencer l’utilisation des cédéroms, par exemple l’attitude des professeurs, le niveau de compétence des apprenants, etc. On y trouve nombre d’observations bien fondées, mais il manque toujours une analyse approfondie de ce qu’est le multimédia et des potentialités pédagogiques qu’il apporte.

6Dans le second chapitre, Setting up a multimedia environment (Montez votre centre multimédia), l’auteur est en terrain plus sûr. Les indications pratiques qu’il donne sur la meilleure disposition des postes de travail dans une salle (accompagnées d’illustrations très parlantes), les consignes à dispenser aux apprenants, la gestion de l’accès au matériel au sein d’un établissement important, sont à l’évidence autant de produits d’une véritable expérience.

7Le chapitre 3, Designing multimedia courses (Faites vos cours multimédias), aborde la question : comment intégrer le multimédia dans les modules d’enseignement ? Sharma considère trois catégories d’enseignement : un cours de langue sur objectifs spécifiques organisé en entreprise, le même cours individualisé et un cours de langue générale. On sent que Sharma est à l’aise dans le domaine de l’anglais des affaires, car les deux premières catégories, présentées sous forme d’études de cas, donnent l’impression de solidité que l’on peut tirer de l’expérience vécue. Par contre, sa manière de traiter l’enseignement de la langue générale est plutôt superficielle.

8Dans le Chapitre 4, Technical issues (Le côté technique), Sharma donne des explications sur les questions et les problèmes techniques qui se posent le plus fréquemment. Comment interpréter les spécifications techniques exigées ? Comment installer les cédéroms ? Quels sont les facteurs qui déterminent la qualité de l’image, du son et de la vidéo ? Ses explications sont simples, claires et permettent au lecteur de se faire une opinion générale sur les aspects techniques du multimédia, même si elles n’entrent pas suffisamment dans les détails pour permettre au professeur inexpérimenté de résoudre des problèmes réels tout seul. Il est toutefois à regretter que l’aspect sécurité ne soit pas abordé (nous entendons par ce terme la protection des systèmes multimédias contre les dégâts dus aux actions, conscientes ou non, des utilisateurs : introduction de virus, piratage ou effacement de fichiers, etc.).

9Le dernier chapitre dans cette première section du livre, CD-ROMs, contient une taxonomie des cédéroms selon plusieurs critères. En premier lieu, Sharma fait une distinction entre les logiciels pédagogiques (conçus pour l’enseignement des langues) et les produits dits authentiques (non destinés à un public apprenant de langue). Ensuite, il présente un sous-classement selon les buts pédagogiques visés par ces logiciels. Enfin, il passe en revue les éléments caractéristiques des cédéroms de langue : les structures hiérarchiques, les liens hypertexte, les façons de commenter une production d’apprenant. Il indique aussi le type de questions à se poser lorsqu’on évalue un cédérom pédagogique pour savoir, par exemple, s’il permet d’enregistrer les traces du parcours de l’apprenant.

2. Démarches pédagogiques

10Beaucoup de lecteurs commenceront vraisemblablement la lecture de ce livre par la deuxième section, Practical ideas (Conseils pratiques). Et peut-être auront-ils raison car c’est surtout dans cette partie que le livre satisfait les attentes suscitées par son sous-titre : A Teacher’s Handbook. Voici enfin des suggestions concernant ce qu’on peut faire avec le multimédia. Le premier chapitre de cette section propose des démarches d’initiation à la manipulation des programmes et au travail en autonomie (Learner training activities). Le suivant (Learner activities) présente une typologie des activités, classifiées selon leur but pédagogique. Dans la plupart des cas, il s’agit de descriptions de tâches intégrées dans les didacticiels eux-mêmes, tels les textes à trous, les exercices de compréhension orale, les jeux et les tests, et non pas de leur exploitation en classe (à quelques exceptions près). Pour cela, il faudra attendre le chapitre suivant.

11Celui-ci porte le même titre que la section dont il fait partie, Practical ideas. Ce fait résulte, sans doute, d’un simple lapsus rédactionnel, mais il semble signaler quand-même que voici, enfin, les vraies idées pratiques et le véritable cœur de l’ouvrage. Et c’est le cas. Ce chapitre comprend une vingtaine de canevas de leçons tout faits. Chaque leçon occupe une page entière avec, en chapeau, une indication du niveau, les objectifs pédagogiques, les éléments fournis par le cédérom et un minutage. Ces données sont suivies de consignes qui sont en fait des recettes prêtes à être utilisées en classe. Pour certaines d’entre elles, l’auteur se contente de recommander des activités ou des séquences d’activités intégrées à tel ou tel cédérom, comme par exemple le Language Spiral dans Business Territory (1998), où le didacticiel lui-même présente une séquence de tâches à compléter : lecture, travail en petits groupes, auto-évaluation, etc. Mais, dans la plupart des cas, Sharma propose des démarches d’exploitation qui vont au-delà de la simple utilisation d’un didacticiel. L’idée-force est celle de la recherche : recherche linguistique (trouver des explications de grammaire ou des collocations fréquentes) ou recherche factuelle. Mais en général, cette recherche n’est que la préparation à une autre tâche (ou son prétexte) : un compte-rendu à l’écrit, un échange d’informations ou une présentation en classe. Parmi ces idées, le lecteur en trouvera qui viennent de l’approche communicative, par exemple faire rédiger une nouvelle bande sonore sur une séquence vidéo existante, ou encore faire faire une dictée roulante (rolling dictation), où l’élève, au lieu d’écrire le contenu d’un texte sonore, doit le répéter à un autre élève qui l’écrit à son tour. Le lecteur trouvera aussi des détournements astucieux par rapport aux buts originaux de tel ou tel produit : l’idée, par exemple, de chercher des statistiques démographiques dans une encyclopédie pour construire ensuite des phrases au comparatif.

12Le chapitre suivant, CD-ROM task sheets (Fiches de travail) consiste en une série de feuilles destinées à être photocopiées et dont certaines sont des aides à la gestion de l’apprentissage (notamment, des listes de tâches à accomplir avec des cases pour commentaires) et d’autres sont des grilles où l’apprenant est invité à noter des exemples de structure grammaticale, de nouveaux éléments de vocabulaire ou des questions à poser plus tard au professeur. Ces feuilles, qu’on peut qualifier d’universelles, peuvent s’appliquer, en principe, à n’importe quel cédérom (ou, d’ailleurs, à n’importe quelle autre ressource : roman, journal, vidéo, émission de radio, etc.).

13Toujours dans la section des conseils pratiques, le chapitre 10 introduit des activités de formation de professeurs (Teacher-training tasks), en insistant sur l’importance de la familiarisation avec les matériaux. Selon Sharma, non seulement un professeur devrait expérimenter un cédérom pour bien le connaître avant de l’utiliser en cours, mais il devrait aussi travailler avec un didacticiel d’une autre langue cible (le russe, par exemple, pour un professeur d’anglais) afin de se livrer à l’expérience en tant qu’apprenant. On se demande combien de concepteurs de cédérom ont fait cette expérience.

3. Informations actualisées

14La troisième section du livre s’intitule Data Bank (Base de données) et comprend deux parties. Dans la première, on trouve une liste de cédéroms commercialisés pour l’anglais, divisés en catégories (anglais général, anglais des affaires, dictionnaires électroniques, encyclopédies, préparation d’examens, prononciation et anglais niveau primaire), en tout 90 titres assortis de très brefs commentaires. Dans la deuxième partie, Sharma présente des comptes-rendus plus détaillés pour une vingtaine de titres dont il fait une description systématique, sous forme de paragraphes numérotés, suivie d’une évaluation, de conseils d’utilisation et d’avertissements sur les problèmes éventuels.

15La liste des cédéroms n’est peut-être pas exhaustive (il manque par exemple la série Speaker (1990), très connue en France), mais elle est très importante. Les évaluations qui suivent sont d’un caractère rigoureusement pratique et répondent à des questions du genre : quel est le contenu de ce cédérom ? Qu’est-ce que je peux en faire ? Quels en sont les points forts et les points faibles ?

16Comme on a pu s’en apercevoir, les points forts de ce volume sont ses côtés pratiques. Les points faibles concernent la théorie pédagogique et l’organisation conceptuelle du livre même. On pourrait, en fait, proposer de le lire en commençant par la fin, par les données sur les matériaux disponibles, puis de continuer par les recettes très riches et variées d’exploitation en classe pour finir, si on a encore le temps, par la théorie. C’est l’inverse de l’approche idéale, où la théorie guide la pratique, mais ainsi, le livre répondrait certainement mieux aux besoins d’un professeur expérimenté voulant s’informer sur les technologies et les ressources les plus récentes tout en gardant un œil critique sur les aspects théoriques tels qu’ils sont développés ici.

17On peut aussi profiter de ce livre en le feuilletant, ou du moins en le lisant d’une façon très sélective, tel un document hypertexte. J’ai déjà mentionné les canevas de leçon et la généreuse invitation à photocopier un grand nombre de pages à utiliser telles quelles. En outre, le texte est truffé de petits conseils et d’astuces qui sont signalés en marge par une icône représentant un pouce levé et le mot Tip (Astuce). La qualité visuelle de l’ouvrage est excellente, avec une mise en page à la fois simple et attrayante.

18Puisqu’il s’agit d’un livre dont le mérite principal réside dans les informations actualisées qu’il rassemble, on pourrait craindre qu’il ne vieillisse prématurément. Heureusement, Pete Sharma, ou peut-être son éditeur, a prévu cet écueil. À la fin de l’ouvrage, on trouvera une fiche à détacher et à envoyer à l’éditeur pour s’abonner à un service de mise à jour. Il y a même, à l’intérieur de la couverture, une pochette destinée à recevoir les bulletins semestriels qu’on promet de vous faire parvenir par la suite.

Haut de page

Bibliographie

Logiciels

Business Territory (1998). Série de cédéroms. Lingonet Oy : Turku, Finlande.

Speaker (depuis 1990). Série de cédéroms. Neuro Concept/Groupe FITEC : Saint Ouen, France.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Glyn Jones, « Analyse de CD-ROM: A Teacher’s Handbook »Alsic, Vol. 3, n° 2 | -1, 231-235.

Référence électronique

Glyn Jones, « Analyse de CD-ROM: A Teacher’s Handbook »Alsic [En ligne], Vol. 3, n° 2 | 2000, mis en ligne le 15 décembre 2000, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsic/1866 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.1866

Haut de page

Auteur

Glyn Jones

Eurocentres, Royaume-Uni. Glyn Jones est conseiller pédagogique à Eurocentres (Londres). Ses activités professionnelles concernent principalement l’exploitation des supports électroniques dans l’apprentissage de l’anglais langue étrangère. Il a collaboré à l’élaboration de plusieurs didacticiels d’ALAO, notamment la série Eurocentres CALL Library (Eurocentres, 1998). Il est l’auteur, avec Chris Tribble, de Concordances in the Classroom (Athelstan, 1997) (Analysé dans ALSIC Vol 2, 2, pp 33-40).

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search