Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 6, n°2Analyse de livresAnalyse de Psychologie des appren...

Analyse de livres

Analyse de Psychologie des apprentissages et multimédia

Véronique Quanquin
p. 133 - 140
Référence(s) :

Denis LEGROS, Jacques CRINON (dir.), Psychologie des apprentissages et multimédia, Paris : Armand Colin, Collection U, 2002, ISBN 2-200-26248-5, 228 pages, 23 €

Résumés

Cet article analyse un livre ou un document.

Haut de page

Entrées d’index

Keywords:

book review

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif, préfacé par Jean-François Richard et présenté par Denis Legros et Jacques Crinon, propose une analyse d'un très grand nombre de recherches qui ont été effectuées sur la question des effets des nouvelles technologies sur l'enseignement et l'apprentissage. L'objectif de l'ouvrage est double. Il s'agit d'une part, de comprendre ce que les Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), qui modifient "probablement les manières de lire, d'écrire, de communiquer, d'apprendre et peut-être même de penser" (p. 10) impliquent comme changements dans le traitement de l'information, activité présente dans les différentes tâches d'apprentissage et, d'autre part, d'analyser les effets d'"outils particuliers avec des fonctionnalités précises, employés dans des contextes définis" (p. 10).

2Notre compte-rendu suit le plan de l'ouvrage. Celui-ci étant collectif, nous mentionnons les noms des auteurs de chaque chapitre. De plus, parce que cet ouvrage est particulièrement riche, nous ne pouvons rendre compte de toutes les informations qu'il contient ; nous essaierons donc, pour chaque chapitre, d'évoquer les problématiques soulevées, de présenter les résultats qui nous paraissent intéressants, puis nous indiquerons les perspectives de recherche possibles.

1. Introduction par Jacques Crinon, Patrice Georget, Denis Legros et François Mangenot

3Avant de présenter, dans chaque chapitre, les effets des outils informatiques dans différents domaines, les auteurs soulignent l'hétérogénéité des méthodologies utilisées dans ces recherches, en insistant sur leur complémentarité du fait qu'elles ne se centrent pas sur les mêmes particularités. Ainsi, les expérimentations permettent de tester des modèles de fonctionnement cognitif ; l'observation qualitative permet de comprendre la complexité de fonctionnement d'une classe ou d'un groupe, les enquêtes et les entretiens donnent des informations sur les représentations que se font les sujets de leur activité. La deuxième mise au point concerne les types d'outils multimédias actuellement utilisés dans les situations d'apprentissage et qui peuvent être regroupés en cinq familles : l'ordinateur enseignant ou le tutoriel ; les outils comme les logiciels de traitement de texte ou de courrier électronique ; les micromondes (par exemple, la tortue Logo) ; les semi-tutoriels qui, à la différence des tutoriels, n'analysent pas les réponses de l'apprenant ; les produits grand public. Enfin, le problème principal qui se pose par rapport à tous ces résultats de recherche est leur généralisation. En effet, ce sont des résultats qui sont contextualisés et, par conséquent, les conseils tirés de ces résultats peuvent être "contredits par d'autres observations, d'autres recherches" (p. 21).

2. Les théories de l'apprentissage et les systèmes multimédias (Denis Legros, Emmanuelle Maître de Pembroke et Assia Talbi)

4Les auteurs, dans ce chapitre, montrent que si les théories sur l'apprentissage ont eu des conséquences sur la conception des outils informatiques, ces derniers ont fait émerger de nouveaux modèles théoriques. Ils montrent également que de nouvelles perspectives de recherche se dessinent.

5Les très nombreux travaux américains centrés sur les effets des outils multimédias sur l'apprentissage ont été analysés afin de mettre en évidence les théories de l'apprentissage qui sous-tendent (le plus souvent implicitement) ces outils et d'analyser les effets de ces théories. Le béhaviorisme, qui s'intéresse plus à l'information à transmettre qu'au système cognitif de l'apprenant, est à la base de systèmes présentant des objectifs et des progressions prédéterminés, établis à partir d'un strict découpage du savoir. Le cognitivisme, quant à lui, se centre sur le rôle de la mémoire, l'organisation des connaissances en mémoire et le traitement de l'information. Par conséquent, l'apprentissage n'est plus acquisition mais construction de connaissances ; l'enseignement, de transmission de connaissances, devient aide à la construction des connaissances. Le savoir expert est formalisé et la distinction est faite entre le savoir sur la discipline et sur l'acquisition de cette discipline. Les outils informatiques construits dans cette perspective permettent un enseignement individualisé, une plus grande interactivité et offrent des activités plus complexes. Enfin, les outils favorisant l'apprentissage collaboratif, qui implique une interaction verbale entre les apprenants, ainsi que ceux qui favorisent l'interaction apprenant / objet du monde sont basés sur le constructivisme.

6Si les théories de l'apprentissage ont influencé la conception des outils informatiques, les "recherches concernant l'apprentissage multimédia" ont, quant à elles, eu un rôle dans "la conception des modèles d'enseignement" (p. 32). Ainsi, les logiciels s'inspirant des modèles centrés sur l'enseignant proposent des contenus "découpés, décomposés, isolés, simplifiés en unités de plus en plus petites et décontextualisées" (p. 33) ; ceux qui s'inspirent des modèles centrés sur l'apprenant proposent des environnements d'apprentissage ouverts, des micromondes ou encore des apprentissages basés sur la résolution de problèmes. Les environnements construits à partir des modèles centrés sur les interactions conçoivent "des configurations d'apprentissage qui puissent rendre les individus capables de s'engager dans le travail coopératif en vue de (co)construire, d'organiser et de structurer les connaissances" (p . 35). Enfin, par rapport au constructionnisme, les outils informatiques constituent des environnements d'apprentissage "à la fois partenaires cognitifs et moyens de travailler avec une communauté de partenaires" (p. 37).

7A ces axes de recherche que sont les théories de l'apprentissage, les modèles d'enseignement, et les environnements informatiques constructionnistes, s'ajoutent de nouvelles perspectives de recherche liées à "la conception de l'interactivité et du travail coopératif, dans le domaine de la sémantique cognitive interculturelle, et dans le domaine de l'apprentissage coopératif à distance" (p. 39).

3. Les TIC et la construction des connaissances (Béatrice Pudelko, Denis Legros et Patrice Georget)

8La présentation multimodale de l'information implique un traitement cognitif plus complexe de cette information. La recherche est donc orientée vers l'identification des combinaisons de formats qui favoriseraient au mieux l'apprentissage ; mais, à l'heure actuelle, une grande partie de ces travaux n'est pas exploitable dans la conception des outils informatiques. La combinaison texte - image statique semble avoir des effets bénéfiques, mais il faut s'interroger sur l'information transmise par l'image et le lien avec l'information transmise par le texte. Le texte peut être présenté avec une image ou une carte graphique, les résultats concernant l'efficacité de cette combinaison sont assez contradictoires. Pour l'utilisation de l'image animée, une hypothèse est émise : il faut utiliser l'animation pour évoquer un mouvement, et une image statique dans le cas contraire. Le son, quant à lui, a un effet facilitateur lorsque le domaine est complexe, il produit un effet contraire lorsque le domaine est simple. Enfin la recherche sur l'utilisation de la réalité virtuelle n'en est qu'à ses débuts, aucun résultat n'est donc exploitable actuellement.

9Dans le cas de la construction des connaissances avec les hypertextes, les auteurs signalent le fait que les études ne sont pas véritablement fiables, en particulier parce qu'elles se fondent sur des notions qu'il faut rediscuter. Par exemple, c'est parce que "le texte imprimé est linéaire" qu'il "constitue un médium contraignant" (p. 52) alors que les recherches montrent que la non- linéarité de ces environnements ne facilite pas l'apprentissage.

10Au-delà des hypermédias, ce sont plutôt des environnements d'apprentissage ouverts qui sont utilisés, "axés sur les possibilités de communication et d'exploration des réseaux de données offertes par la technologie Internet" (p. 54). Cependant, les médias ouverts donnent accès à l'information mais ne garantissent pas la construction des connaissances. De plus, de nouveaux problèmes se posent comme, entre autres, les capacités des sujets à rechercher l'information, la localisation du sujet dans le réseau ou encore le traitement de l'information recueillie. Enfin, puisque le problème avec Internet, n'est plus de trouver de l'information, mais de trouver de l'information pertinente, le pédagogue doit changer de rôle et devenir guide.

11La dernière problématique évoquée est celle de la construction collective des connaissances, dans l'apprentissage collaboratif. L'outil informatique se révèle efficace dans ce type de travail, que les groupes soient homogènes ou hétérogènes, et il l'est particulièrement dans les situations complexes d'apprentissage. Enfin, il ne permet pas uniquement d'augmenter la motivation des apprenants, il donne la possibilité à chacun, en provoquant des interactions, des échanges, de profiter de l'expérience et du savoir des autres pour construire ses propres connaissances.

4. Communication écrite, collaboration et apprentissage (Jacques Crinon, François Mangenot et Patrice Georget)

12Les premiers chapitres ont traité de problèmes généraux, quel que soit le domaine d'apprentissage. Dans ce chapitre, ainsi que dans les quatre suivants, les auteurs analysent les effets des outils informatiques dans des domaines précis comme la communication, la lecture et compréhension des textes, la production de textes, l'apprentissage d'une langue seconde, et la construction de connaissances du monde. Leur démarche s'appuie sur un inventaire des différents outils ainsi qu'un bilan des travaux d'évaluation de ces outils. Ils proposent aussi une analyse de ces résultats.

13L'outil informatique peut être utilisé pour une communication écrite entre apprenants. Les chercheurs distinguent la CMO (Communication Médiée par Ordinateur), c'est-à-dire l'"échange écrit entre deux ou plusieurs humains travaillant sur des ordinateurs différents" (p. 64), de l'ACAO (Apprentissage Collaboratif Assisté par Ordinateur). Dans ce deuxième type de pratique, il s'agit d'un travail collectif soit pour la résolution d'un problème soit pour l'élaboration d'un projet. Pour illustrer le premier type de communication, on peut citer l'expérience qui a été faite avec des élèves de primaire : ils devaient écrire des histoires qu'ils envoyaient aux élèves de maternelle, lesquels "réagissaient par courrier électronique" (p. 72). Dans le cadre de l'ACAO, la collaboration va de celle des étudiants discutant des productions écrites d'un pair devant l'ordinateur jusqu'à la résolution, par des interactions, de problèmes de physique (système CONNECT, p. 82).

14L'analyse des recherches concernant ces types d'utilisation de l'outil informatique met en évidence le rôle du langage dans l'apprentissage. Le langage écrit, parce qu'il est le moyen de la négociation entre les apprenants mais aussi l'objet de cette négociation, constitue donc un outil essentiel pour la construction des connaissances. Parce qu'il est l'objet de la négociation, il favorise les interactions entre les étudiants et aide aussi à développer les capacités "méta" des apprenants : "métalinguistique, métacognitive, métastratégique" (p. 83). Il faut souligner enfin que l'utilisation de ces outils conduit à reconsidérer le rôle de l'enseignant qui, plutôt que de transmettre le savoir, se centre sur la structuration des échanges entre les étudiants.

5. Lecture et compréhension de textes (Béatrice Pudelko, Jacques Crinon et Denis Legros)

15Les auteurs de ce chapitre présentent et analysent les résultats des recherches centrées d'une part, sur les outils d'aide à l'apprentissage de la lecture, et d'autre part, sur la compréhension des textes électroniques ; ils étudient tout particulièrement les travaux concernant les systèmes hypertextes, étant donné que les documents électroniques sont de plus en plus fondés sur ces techniques.

16Concernant tout d'abord l'apprentissage de la lecture, les études effectuées sur les "logiciels d'aide à la maîtrise du code" (p. 85) et sur les livres animés montrent que, au-delà des résultats positifs ou non, et avant de critiquer les outils, il est indispensable de s'interroger sur les théories de l'apprentissage de la lecture qui sous-tendent ces outils. En effet, les outils actuels sont efficaces pour les compétences locales (travail sur la rime par exemple) ou lorsque les difficultés sont ponctuelles ; ils sont moins performants, pour les élèves qui ont des difficultés à comprendre les textes ou qui n'assignent pas "au langage écrit ses fonctions de communication et d'outil cognitif pour penser et pour apprendre" (p. 87). L'un des intérêts de l'utilisation des nouvelles technologies en classe est qu'elles permettent de travailler en collaboration sachant que "l'échange, le partage de la lecture, le travail coopératif" sont des "pratiques pédagogiques de lecture [...] plus favorables que d'autres pour activer et élargir le champ de connaissances" (p. 89). De plus, utilisées à la maison, elles entraînent une meilleure implication des parents par rapport à cet apprentissage.

17L'hypertexte, quant à lui, était initialement distingué du texte écrit par sa non-linéarité. Pour certains, cette non-linéarité était synonyme de liberté. En fait, les hypertextes posent des difficultés pour le lecteur, en particulier dans le contrôle de l'accès à l'information. C'est pourquoi le lecteur doit "acquérir de nouvelles habiletés stratégiques de traitement qui peuvent éventuellement se combiner avec les capacités existantes" (p. 95). Les recherches sur ce domaine montrent "qu'il existe une interaction complexe entre les caractéristiques des systèmes, les caractéristiques des lecteurs et les caractéristiques des tâches" (p. 105) et qu'il faut que le lecteur quel qu'il soit, apprenant ou non, développe de nouvelles compétences de lecture.

6. Apprendre à écrire (Jacques Crinon)

18Les outils informatiques qui peuvent aider à apprendre à écrire sont de deux natures : le traitement de texte et les environnements d'écriture. Concernant le traitement de texte, les effets observés sur les apprenants ne correspondent pas exactement aux attentes qu'ont les enseignants de ces outils. En effet, le traitement de texte pourrait permettre de mettre en forme, mettre au propre un écrit, aider à écrire sans avoir de difficultés grapho-motrices, ou encore aider à organiser les idées dans un texte car il donne la possibilité entre autres, de bouger des parties de texte, et plus largement, il permet de modifier facilement un texte écrit.

19Les études, dont il est rendu compte dans ce chapitre, montrent que certaines attentes ne sont pas comblées (les textes écrits avec traitement de texte ne sont pas de meilleure qualité, par exemple), que d'autres, comme l'amélioration des stratégies de planification, ne sont atteintes que pour des scripteurs déjà expérimentés. Mais les résultats sans doute les plus intéressants sont ceux qui soulignent l'importance de la démarche pédagogique dans laquelle est intégré l'outil informatique. L'idée est que, dans les expériences évoquées par S. Plane par exemple, "l'ordinateur a servi de "médiateur" dans l'apprentissage, mais que les effets constatés sont à mettre au compte de la démarche proposée autant qu'aux potentialités de l'outil" (p. 112). D'autres effets positifs sont évoqués comme l'augmentation de la motivation des apprenants ou le rôle du traitement de texte dans la modification des interactions en classe, plus en termes de coopération et discussion entre élèves que centrées sur l'enseignant lui-même.

20D'autres outils informatiques d'aide à l'écriture existent, comme les logiciels proposant des correcteurs d'orthographe ou grammaticaux, des jeux d'écriture, des bibliothèques de textes ou encore des aides à l'écriture au moyen de listes de questions, d'assistance informatisée, entre autres. Enfin, l'utilisation d'autres outils comme les didacticiels de génération de textes, n'ont pas fait l'objet d'évaluations.

21Ainsi, les études montrant que le traitement de texte est efficace dans une situation pédagogique cohérente, les recherches effectuées depuis plus d'une dizaine d'années sont orientées dans deux directions : d'une part, concevoir et évaluer des outils informatiques d'aides à l'écriture, d'autre part, réfléchir aux "contextes pédagogiques dans lesquels l'écriture sur ordinateur est plus efficace que l'écriture manuelle" (p. 127).

7. L'apprentissage des langues (François Mangenot)

22Dans cette étude sur l'ordinateur et les langues vivantes, l'auteur montre que l'utilisation des produits informatiques seuls, pour apprendre une langue, est impossible car le système informatique simule relativement mal la communication, or apprendre une langue, selon lui, c'est apprendre à communiquer. Leur utilisation nécessite donc un encadrement humain fortement compétent. Même si le multimédia hors ligne et les réseaux offrent des possibilités intéressantes, les lacunes essentielles de l'outil informatique quel qu'il soit se situent au niveau de la production et des interactions orales.

23Avant d'analyser les outils par rapport aux différentes compétences à acquérir dans l'apprentissage d'une langue, il faut remarquer que l'outil informatique est très utilisé dans l'apprentissage des langues. L'apprentissage des langues assisté par ordinateur (ALAO) constitue un champ de recherche à part entière, qui existe depuis une trentaine d'années et a la particularité d'être pluridisciplinaire. En effet, des disciplines comme l'apprentissage des langues, les sciences du langage, l'anglais, l'informatique, les sciences de l'éducation, la psychologie ou encore les sciences de l'information et de la communication sont toutes constitutives de ce domaine.

24Concernant la compréhension écrite, des expérimentations ont été faites qui montrent une progression en acquisition lexicale, en particulier lorsque les définitions sont présentées de manière multimodale. La compréhension orale pourrait, elle aussi, être favorisée par la présentation multimodale, mais le fait que l'outil testé soit un jeu peut fausser les résultats. La production écrite semble, elle aussi, s'améliorer par l'utilisation d'outils informatiques. Les résultats montrent, en effet, que l'utilisation du traitement de texte permet une production écrite plus importante et de meilleure qualité, en facilitant la collaboration entre les apprenants. Enfin, les activités réflexives profitent des nouvelles technologies en particulier par l'utilisation des liens hypertextes, pour aller chercher une définition par exemple.

25Concernant la production orale et plus largement la communication orale, l'efficacité des outils informatiques est mise en doute, par la difficulté qu'il y a à analyser un énoncé oral, mais aussi parce que la communication avec un personnage virtuel ne permet pas des dialogues très ouverts. Par la pauvreté de son contenu sémantique, elle est très loin d'une communication réelle. Ainsi, les capacités orales ne peuvent être acquises que dans des interactions humaines.

8. La construction des représentations des connaissances scientifiques (Franck Jamet)

26L'auteur analyse dans ce chapitre les recherches qui s'intéressent au multimédia dans l'apprentissage des sciences telles que la physique, la chimie, les mathématiques, la géométrie, la biologie ou encore l'écologie. Les outils multimédias sont particulièrement intéressants dans ces domaines car, par l'utilisation de la vidéo, par exemple, avec arrêt sur image ou accélération, ils permettent à l'apprenant "d'appréhender la dimension dynamique des phénomènes scientifiques" (p. 167). De plus, ils rendent possible la présentation d'une même information "sous différents formats (visuel, texte, narration, animation)" (p. 167), ce qui permet à l'apprenant de généraliser plus facilement les concepts, mais aussi d'utiliser le format qui lui conviendra au mieux. Enfin, il a été noté que le temps d'apprentissage peut être réduit sur certains points. Quelques inconvénients inhérents aux outils informatiques sont à souligner, comme le coût cognitif important que nécessite la représentation multimodale des informations ou la nécessité, pour l'utilisateur des outils multimédias, d'acquérir des "comportements spécifiques" pour en profiter pleinement.

27L'efficacité des outils multimédias dans les domaines scientifiques pourrait, dans de futurs travaux, être mesurée chez des utilisateurs jeunes ou en difficulté, en liaison avec les spécificités de chaque outil, et enfin en tenant compte de l'aspect dynamique de l'acquisition des connaissances. La deuxième perspective de travail est plutôt liée à la conception des outils et évoque l'aspect pluridisciplinaire qu'elle pourrait avoir, en faisant collaborer les spécialistes du domaine, mais aussi "les psychologues du développement, les psychologues de la compréhension, les linguistes, les chercheurs en intelligence artificielle et les didacticiens des sciences" (p. 168).

28Enfin, les auteurs soulignent les améliorations apportées par les outils informatiques, à l'efficacité de l'apprentissage, mais aussi à l'enseignement.

9. L'intégration pédagogique et institutionnelle des TIC (François Mangenot)

29Après avoir analysé les apports des différents outils informatiques par rapport à différentes capacités à acquérir, les auteurs se posent la question de l'intégration de ces outils dans l'enseignement. Il semble que les obstacles à cette intégration pédagogique viennent d'au moins trois raisons : soit aucune relation n'est faite entre le travail effectué en classe et celui qui est effectué avec un ordinateur, soit l'outil informatique n'est pas intégré aux autres activités, ou bien encore, mais c'est un cas un peu extrême, les enseignants ont été remplacés par les ordinateurs. Pour réfléchir à une intégration positive des TIC, les auteurs proposent le modèle théorique de l'approche systémique, car il permet de considérer davantage les relations entre les composants que les composants eux-mêmes et il souligne que la variation d'un élément entraîne la variation des autres éléments.

30Aux trois éléments traditionnellement considérés dans une situation pédagogique, l'enseignant, l'apprenant et le savoir, ils proposent d'ajouter le contexte, les ressources numériques et le dispositif. L'accès aux ressources est ainsi distinct de l'apprenant qui peut alors être considéré en tant qu'individu social. Pour qu'il y ait une intégration positive des TIC, il faut que, par rapport au contexte institutionnel, le temps et l'espace dans les lieux d'enseignement soient reconsidérés, il faut aussi que le personnel enseignant ainsi que les responsables ou directeurs soient convaincus de leur utilité, il faut enfin que soit réellement pris en compte le temps passé pour cette intégration. Concernant les enseignants, ce qui pose principalement problème, c'est leur formation qui est soit inexistante, soit inadaptée aux outils. Leur place dans la transmission du savoir, et par rapport à l'ordinateur doit aussi être reconsidérée. Les apprenants, quant à eux, semblent avoir une attitude différente en fonction de leur âge, face aux machines. Jeunes, ils s'y intéressent facilement, adultes, leur intérêt dépend de paramètres comme leurs objectifs professionnels ou personnels, leur motivation ou encore leur niveau dans la discipline. Se pose aussi la question de leur autonomie. En termes de savoir, il faut souligner que, si les contenus disciplinaires sont trop rigides, l'intégration des TIC qui ont des utilisations plutôt inter ou transdisciplinaires, est difficile.

31Comment ces différentes composantes interagissent-elles les unes par rapport aux autres ? Les ressources, si elles sont abondantes, obligent les pédagogues à avoir un rôle nouveau : celui de passeur. L'accès aux ressources dans des dispositifs comme les salles multimédias, demande aux apprenants d'avoir une réelle autonomie par rapport à l'information. Autre interaction encore, l'utilisation des TIC demande aux enseignants et aux institutions d'établir une relation de confiance avec les apprenants.

10. Bilans et perspectives (Denis Legros et Emmanuelle Maître de Pembroke)

32Cet ouvrage foisonnant propose un "état des lieux" concernant les nombreux travaux sur l'efficacité des nouvelles technologies dans l'apprentissage, il constitue un excellent "point de départ pour de nouvelles recherches – tout à la fois contextualisées et dépassant le simple compte-rendu de pratiques – et pour la définition, sans doute, de nouveaux champs de recherche" (p. 185). En effet, s'il existe actuellement une vraie pression pour utiliser les multimédias à l'école, il est nécessaire de mettre en place des moyens pour mesurer vraiment ce qu'apportent ces outils. Les recherches à effectuer, offrent l'opportunité de travailler en équipe pluridisciplinaire ; elles permettent d'élargir les recherches à de nouveaux aspects des domaines d'apprentissage ; elles conduisent à penser l'évolution de la formation des enseignants, au "renouvellement de certaines thématiques, comme celle de la métacognition" (p. 186), ou encore le travail coopératif.

11. Notre conclusion

33C'est un livre bilan, à partir duquel peuvent se situer les recherches futures, d'autant plus que les auteurs ont, dans chaque chapitre, sur chaque sous-question, dégagé des perspectives de recherche. Les résultats présentés sont intéressants, même s'ils sont quelquefois contradictoires, de toute façon, ils sont prometteurs. L'intérêt de cet ouvrage est aussi de montrer l'interaction qui existe entre les outils informatiques et la recherche, ceux-là impliquant une évolution de celle-ci dans des domaines comme les sciences de l'éducation ou les sciences cognitives par exemple. Il donne aussi des réponses pour les enseignants qui utilisent ou souhaitent utiliser les nouvelles technologies et il permet de recadrer très clairement la recherche future, en démontrant la nécessité de travailler en collaboration ou en interaction : concepteurs, chercheurs, enseignants. Cet ouvrage constitue donc un "outil de travail privilégié" (4ème de couverture).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Véronique Quanquin, « Analyse de Psychologie des apprentissages et multimédia »Alsic, Vol. 6, n°2 | -1, 133 - 140.

Référence électronique

Véronique Quanquin, « Analyse de Psychologie des apprentissages et multimédia »Alsic [En ligne], Vol. 6, n°2 | 2003, mis en ligne le 15 décembre 2003, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsic/2251 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.2251

Haut de page

Auteur

Véronique Quanquin

Laboratoire de recherche sur le langage, Clermont 2, France
Véronique QUANQUIN est chercheure au laboratoire de recherche sur le langage à Clermont-Ferrand, dans une équipe qui travaille sur l'utilisation de l'informatique pour l'aide à l'apprentissage de la lecture en cours préparatoire (projet AMICAL). Elle s'intéresse plus particulièrement aux connaissances linguistiques qu'il faut spécifier dans cette perspective. Elle est par ailleurs maître de conférences au département SRC (Services et Réseaux de Communication) de l'IUT (Institut Universitaire de Technologie) de Montluçon.

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search