Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 6, n°2Analyse de livresAnalyse de Multimédias, dispositi...

Analyse de livres

Analyse de Multimédias, dispositifs d'apprentissage et acquisition des langues

Agnes Kukulska-Hulme
p. 127 - 132
Référence(s) :

Maguy Pothier, Multimédias, dispositifs d'apprentissage et acquisition des langues, Autoformation et Enseignement Multimédia Paris : Ophrys, 2003, ISBN 2-7080-1040-9, 140 pages, 15 Euros

Résumés

Cet article analyse un livre ou un document.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de livre

Keywords:

book review

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Ce livre invite le lecteur à repenser l'enseignement et l'apprentissage des langues dans le cadre d'une perspective historique ainsi que par rapport aux nouveaux modes de travail rendus possibles par les technologies de l'information et de la communication. Ce qui caractérise cet ouvrage, c'est avant tout son esprit de réflexion et de questionnement face aux développements didactiques et technologiques couvrant plusieurs décennies. On remarque aussi une compréhension remarquable de la psychologie de l'apprentissage et des émotions complexes des apprenants et des enseignants. L'auteure examine l'emploi des multimédias dans le sens le plus large ; elle ne fournit pas de conseils ni d'analyses qui soient spécifiques à l'utilisation de médias particuliers. En fait, il s'agit de trouver la place des multimédias parmi les nouvelles Technologies de l'Information et de la Communication (TIC), qui ne sont "ni miraculeuses, ni diaboliques" (p. 4) : l'essentiel est de viser leur intégration dans la formation en langues. Par la suite, nous sommes témoins d'un voyage personnel à travers la didactique du Français Langue Étrangère (FLE) ainsi que la création et l'évaluation de logiciels multimédias, ce qui entraîne toute une série de prises de conscience et de découvertes.

2L'ouvrage se divise en trois chapitres dans lesquels l'auteure propose : (1) une analyse du "champ de recherche" ; (2) une réflexion sur plusieurs applications technologiques ; (3) des idées pour la mise en place de dispositifs d'apprentissage dans des contextes divers. Nous avons repris ici les titres des chapitres qui composent l'ouvrage.

2. L'extension du domaine de recherche

3La didactique du FLE est la seule didactique des langues à s'être développée dans un cadre non scolaire, ce qui lui confère "une certaine originalité et une indépendance qui ne sont pas sans intérêt" (p. 4). Afin d'éclaircir ce développement, le premier chapitre fait l'historique de la didactique des langues, en soulignant ses liens avec la recherche en linguistique et tout en mettant en relief les différentes motivations des chercheurs français et américains au cours du vingtième siècle. Ainsi le point de départ de l'ouvrage est la recherche, bien que cela semble contredire la logique du titre "Multimédias, dispositifs d'apprentissage et acquisition des langues" qui suggère une optique plutôt technologique. Comme l'indique l'auteure, pour faire des recherches, il est important de comprendre ce qu'est la didactique des langues (ses origines, son caractère) puis de cerner le domaine, c'est-à-dire déterminer son étendue, ses limites et chercher à comprendre ses relations avec des domaines connexes : linguistique, pédagogie, psychologie, anthropologie et communication. Par la suite, on découvre des synergies et la place de projets et logiciels par rapport à ces autres domaines. Ainsi le projet européen CAMILLE (Computer Assisted Multimedia Interactive Language Learning Environment) fait appel à des notions de psychologie cognitive telles que connaissances antérieures et conditionnelles [Camille96], tandis que le projet franco-américain Cultura ([FurstenbergEtAl01], [Cultura99]) concerne la compétence interculturelle qui dérive des idées de l'anthropologie. Nombreuses sont les disciplines qui ont un impact sur le champ de la didactique ; certaines d'entre elles, comme la kinésique ou la docimologie, sont citées en passant mais leur pertinence n'est pas élucidée dans cet ouvrage. Il manque aussi d'indications méthodologiques qui puissent encourager le lecteur à se livrer à la recherche et à collaborer avec des spécialistes de domaines complémentaires. Néanmoins, il ne manque pas de questions ni de possibilités à explorer.

3. ALAO, multimédia et FLE

4Le deuxième chapitre relie la didactique à la technologie, d'abord par le biais de la terminologie. L'ELAO (Enseignement des Langues Assisté par Ordinateur) est figé dans l'enseignement programmé d'antan qui était basé sur les théories béhavioristes. Par contraste, l'ALAO (Apprentissage des Langues Assisté par Ordinateur) met l'accent sur l'autonomie et les besoins variés des apprenants. Bien que cette distinction soit très utile, le progrès technologique, ainsi que l'usage courant, imposent d'autres termes (TIC, "multimédia") et d'autres concepts ("technologie éducative"). "Et la recherche dans tout ça ?" (p. 46) : en répondant à cette question, l'auteure fait preuve d'une connaissance intime du paysage de la recherche en France. Trois types de recherche sont identifiés : la recherche théorique, la recherche-développement et la recherche-action. Ensuite, au cœur de ce chapitre, on trouve une analyse des "splendeurs et misères du multimédia" (p. 51), multimédia au sens d'une œuvre qui comporte des textes, sons, images et programmes et qui permet l'interactivité. La création d'une telle œuvre entraîne une incursion dans un terrain de possibilités nouvelles, telles que l'emploi de matériel authentique, l'immersion, la variété pour l'apprenant. Un examen du projet CAMILLE, une simulation d'interviews avec dialogues presque authentiques, éclaircit la relation entre acquisition et apprentissage : les deux sont inextricablement liés, mais la distinction permet de prendre en compte des processus intuitifs (acquisition) ainsi que des processus conscients de raisonnement (apprentissage). Le projet CAMILLE a mis en valeur des possibilités de développer l'autonomie et la métacognition des apprenants, mais aussi des difficultés : par exemple, on comptait sur la curiosité des apprenants, mais en réalité les "ressources" mises à leur disposition n'ont pratiquement jamais été utilisées ([Camille96], [Camille98]).

5Le projet AMAL (Aide Multimédia à l'Apprentissage des Langues) a pris la suite comme "une véritable aide à l'apprentissage, consciente, construite, mais non contraignante" (p. 64) ; c'est beaucoup demander, mais le projet se limite à la compréhension orale, accompagnée de l'acquisition de vocabulaire. Les logiciels multimédias didactiques, tels que le logiciel envisagé par le projet AMAL, sont censés correspondre aux besoins de ceux qui ne sont pas nécessairement de "bons apprenants" et ils se prêtent à un travail individualisé. Dans l'enseignement du FLE, qui préconise et favorise le travail en groupe-classe, les logiciels multimédias sont toujours peu usités. L'auteure analyse les réticences des enseignants et propose des éléments de solution pour tenter de changer cette situation, à savoir les dispositifs d'apprentissage.

4. Dispositifs d'apprentissage, mode d'emploi

6Dans la dernière partie du livre, on revient plusieurs fois sur la notion de l'autonomie de l'apprenant. Le contexte est fourni par la restructuration des modes de travail et l'attrait de la formation ouverte et à distance. Selon l'auteure, un danger de l'autonomie est que l'on met trop l'accent sur le processus d'"apprendre à apprendre" au détriment d'un apprentissage focalisé sur la langue. De plus, un apprenant autonome n'est pas forcément autosuffisant : il a besoin d'autres personnes. L'auteure s'appuie sur le modèle conversationnel de Laurillard [Laurillard02] pour montrer l'importance de la relation enseignant-apprenant par rapport à la conception d'un outil multimédia, tout en notant que le modèle ne prend guère en compte l'interaction entre les apprenants eux-mêmes. Finalement, elle constate que "ce qui fait la vraie différence entre les individus, c'est l'efficacité du processus interne" (p. 93, en gras) – autrement dit, l'acquisition – mais des conditions externes peuvent favoriser les processus internes. Un dispositif d'apprentissage, c'est-à-dire "un ensemble de procédures diverses...incluant moyens et supports, construit en fonction d'un public, (et éventuellement d'une institution), d'objectifs et de conditions de travail particuliers" (p. 81) peut créer des conditions favorables. L'auteure présente et analyse trois dispositifs qui concernent soit l'apprentissage des langues, soit la construction d'une compétence interculturelle chez les apprenants : on y trouve des informations sur les publics visés, les objectifs, les modalités de travail, la structuration, les ressources et l'évaluation ainsi que les rôles assumés par les enseignants.

7L'emploi de différents médias – l'auteure parle du téléphone, d'Internet, du courrier électronique, de la visiophonie, etc. – est donc situé dans le contexte des diverses formes de travail, des ressources disponibles et des préférences des enseignants et des apprenants. Dans les pays anglophones le terme "multimédia" n'est plus tellement en vogue, mais le concept subit des évolutions et demeure toujours important. Sur Internet, il désigne souvent des clips vidéo, et il peut signaler un tournant comme par exemple, l'apparition du téléphone portable "multimédia" doté d'un appareil photo digital intégré.

5. Conclusion

8Pour maint lecteur, suivre le fil de la pensée et de l'expérience de l'auteure sera un moyen excellent de se pencher sur sa propre expérience et sa pratique en didactique des langues. Les analyses et les remarques de l'auteure sont perspicaces et son approche historique aide à comprendre le contexte et l'évolution de l'apprentissage des langues assisté par ordinateur en France. On peut supposer qu'un récit en grande partie historique et linéaire ne sera pas utile à tout le monde. On n'y trouvera pas de caractéristiques des médias ni de conseils pratiques se rapportant au design des logiciels. En outre, comme on l'a remarqué déjà, il n'y a pas d'indications méthodologiques pour encourager la recherche : on aurait aimé y trouver des pistes de recherche, des suggestions quant aux questions et aux méthodes de recherche et d'analyse (comment observer l'usage du multimédia ? Comment repérer et analyser les activités des apprenants ? Quelles aides développer ? Comment les valider ? Quelles méthodologies adopter pour l'évaluation des dispositifs d'apprentissage dans des cadres divers ?). Par ailleurs, les contributions des spécialistes des sciences connexes mentionnées ne sont pas développées. De même, les modalités d'échange et de collaboration avec les chercheurs de ces domaines connexes ne sont pas abordées. Mais ces défauts sont rachetés par les hautes qualités analytiques, synthétiques et engageantes de la narration. L'ouvrage est riche en observations et en réflexions ; il éclaire la notion d'acquisition en tant que processus interne, et il réaffirme le côté affectif de l'apprentissage et de l'enseignement des langues. On peut constater qu'il a de fortes chances de pouvoir influencer la pratique et la réflexion sur la didactique des langues en FLE et au-delà du FLE.

Haut de page

Bibliographie

[FurstenbergEtAl01]
Furstenberg, G., Levet, S., English, K. & Maillet, K. (2001). "Giving a Virtual Voice to the Silent Language of Culture: The Cultura Project". Language Learning & Technology Journal, vol. 5, n° 1, January, pp. 55-102.

[Laurillard02]

Laurillard, D. (2002). Rethinking University Teaching: a Framework for the Effective Use of Educational Technology. 2ème édition. London and New York : Routledge.

Bibliographie non citée dans l'analyse

Duverger, J. (2003). "Analyse de l'ouvrage Multimédias, dispositifs d'apprentissage et acquisition des langues de Maguy Pothier". Le français dans le monde, n° 328, juillet-août. p. 76.

Sites Internet

[Camille96]
Camille (1996). Travailler en France. Consulté en novembre 2003 : http://lifc.univ- fcomte.fr/RECHERCHE/P7/Camille/CAMILLE.html

[Camille98]
Camille+ (1998). Projet franco-canadien en apprentissage des langues et systèmes d'information et de communication. Consulté en novembre 2003 : http://lifc.univ- fcomte.fr/RECHERCHE/P7/

[Cultura99]
Cultura (1999). Consulté en novembre 2003 : http://web.mit.edu/french/culturaNEH/

Sites Internet non cités dans l'article

The Open University (nd). Language CD-ROMs – Interactive Demonstrations. Consulté en novembre 2003 : http://www.open.ac.uk/education-and-languages/courses/cdroms/index.htm#

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Agnes Kukulska-Hulme, « Analyse de Multimédias, dispositifs d'apprentissage et acquisition des langues »Alsic, Vol. 6, n°2 | -1, 127 - 132.

Référence électronique

Agnes Kukulska-Hulme, « Analyse de Multimédias, dispositifs d'apprentissage et acquisition des langues »Alsic [En ligne], Vol. 6, n°2 | 2003, mis en ligne le 15 décembre 2003, consulté le 29 novembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsic/2253 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.2253

Haut de page

Auteur

Agnes Kukulska-Hulme

The Open University, Royaume Uni
Agnes Kukulska-Hulme est maître de conférences en technologie éducative et responsable d'un cours en ligne de troisième cycle qui vise un public global. Elle poursuit des recherches dans le domaine des TIC appliquées à la formation à distance, en se concentrant sur l'évaluation et le design des interfaces utilisateur du point de vue pédagogique.

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search