Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 6, n°2Logiciels et sitesAnalyse de Tell Me More - Français

Logiciels et sites

Analyse de Tell Me More - Français

Laurence Hamon
p. 141-155
Référence(s) :

Titre : Tell Me More – Français, 2002

Type : didacticiel de langue.

Langue : français langue étrangère.

Auteurs et réalisateurs : non mentionnés.

Édition et diffusion : Auralog S.A., 6 rue Jean-Pierre Timbaud, 78180 Montigny-le-Bretonneux, France. Tél. +33 (0)130071212 . Fax +33(0)130071201. http://www.auralog.com

Version : 6.0

Configuration recommandée : PC ou compatible : Pentium® III 650 MHz, Windows ® 95* / 98 / NT4* / Millennium / 2000 / XP (* Windows ® 95 et NT4 nécessitent Microsoft ® Internet Explorer 4 ou plus), 128 Mo de RAM (256 Mo pour NT4 / Millennium / 2000 / XP), 100 Mo disponibles sur le disque dur, lecteur de CD-Rom 24X, carte son 16 bits compatible Windows ®, carte graphique 1024 x 768 en 16 millions de couleurs (24 bits), microphone et haut-parleurs ou micro-casque, connexion Internet (pour les services en ligne et le tutorat).

Documentation : manuel d'accompagnement de 28 pages.

Prix : 75 € TTC.

Résumés

Cet article analyse un logiciel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de logiciel

Keywords:

software review
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction : pourquoi analyser Tell Me More - Français ?

1Tout d’abord, les produits Tell Me More (déclinés en plusieurs langues et en plusieurs niveaux) sont apparemment très présents sur le marché français des logiciels d'apprentissage des langues. Certains analystes vont même jusqu'à avancer (sans en apporter la moindre preuve cependant) que Tell Me More serait le logiciel de sa catégorie le plus vendu (utilisé ?) dans les établissements scolaires. Nous n'avons bien sûr pas pu vérifier cette information.

2Autres indices de l'utilisation répandue des logiciels Tell Me More, les fiches d'analyses de précédentes versions que l'on peut trouver sur Internet ([Paquier03] ; [Vimare99]) : beaucoup sont consacrées à la version "Anglais" mais également aux versions "Allemand" et "Italien" [MarchandBroise02].
En outre, la référence Tell Me More est souvent citée dans des articles ayant trait à la didactique des langues liée aux TIC ([Cazade99]  ; [Mangenot02]).
Bref, quelles que soient les raisons pour lesquelles on le mentionne, le produit ne laisse pas indifférent.

3Enfin, le dernier point qui nous a incitée à analyser ce produit part du constat que les logiciels d'apprentissage du Français Langue Étrangère (FLE pour la suite) ne sont pas légion sur le marché du didacticiel (en comparaison avec les nombreuses références qui concernent l'apprentissage de l'anglais) et que quand ils existent, il est important qu'ils passent au crible de l'analyse. Ceci afin d'apporter un point de vue qui puisse éclairer éventuellement le concepteur, le chercheur, le praticien, l'utilisateur, le consommateur dans leurs domaines respectifs.

4Toutes ces raisons concourent au fait que nous nous soyons intéressée à la plus récente version de Tell Me More - Français (c'est-à-dire FLE), au niveau débutant.

2. Présentation générale et caractéristiques annoncées

  • 1 En didactique des langues on peut dire qu'une méthode est un ensemble de démarches raisonnées fondé (...)

5Tell Me More - Français fait partie d'une collection de logiciels destinés à l'apprentissage de huit langues (anglais, allemand, espagnol, italien, français, néerlandais, chinois et japonais). Chacune de ces "méthodes"1 (désignation du produit employée par Auralog) de langue comporte trois niveaux. D'après les informations qui figurent sur l'emballage du cédérom, le niveau débutant (équivalence scolaire : collège) s'adresse "aux vrais débutants et aux faux débutants, pour acquérir ou revoir les bases et se faire comprendre dans des situations élémentaires". Le niveau intermédiaire (équivalence scolaire : lycée) permet de "se remettre à niveau et [de] communiquer facilement dans un pays étranger". Le niveau confirmé (équivalence universitaire : bac à bac + 2) est destiné au perfectionnement de la maîtrise d'une langue et à une communication plus aisée "dans toutes les situations courantes".

6Sur la pochette d'emballage du logiciel mais également sur le site d'Auralog, on trouve beaucoup de chiffres : "250 heures d'apprentissage", "6 ateliers (thématique, culture, grammaire, vocabulaire, oral, écrit)", "1200 exercices", "35 types d'activités (dont 2 heures d'activités vidéo)", "3 approches pédagogiques (mode guidé, mode libre, mode dynamique)" et quelques images, extraites du logiciel, illustrant des termes "accrocheurs" comme "le meilleur de la technologie", "reconnaissance vocale", "animations phonétiques en 3D", "service Internet (médiathèque en ligne et forums de discussion)", "service de tutorat personnalisé".
Nous reviendrons bien sûr sur ces différents points dans la suite de notre analyse.

3. Interface : ergonomie et navigation

7L'interface de la dernière version de Tell Me More - Français présente un fond d'écran de couleur ardoise qui a la double qualité de limiter la fatigue oculaire souvent due aux interfaces trop claires et de focaliser l'attention de l'apprenant sur la fenêtre de travail principale qui est, elle, de couleur gris clair. Par ailleurs, l'interface est très sobre, le nombre d'icônes et de couleurs est réduit au strict nécessaire. Bref, l'interface présente un design moderne, recherché, fonctionnel et agréable à l'œil.

8Outre la fenêtre support d'activité, sur cette interface, l'apprenant dispose en permanence de certains outils d'aide et d’outils pédagogiques. La navigation, qui est conditionnée par les modes de travail, se fait aisément. Elle peut d'ailleurs être assistée d'une animation, à laquelle nous réservons un développement dans la section consacrée aux aides. Le premier choix qui se présente donc à l'apprenant sur l'interface concerne le mode de travail.

4. Trois modes de travail

9Avant d'aborder une quelconque session d'activités, l'apprenant doit choisir l'un des trois modes de travail proposés (chacun de ces modes correspondant à une présentation et à une progression propres). L'apprenant a bien sûr la possibilité de changer de mode à tout moment. Mais chacun d'eux possède sa logique et sa cohérence.

4.1. Le mode libre

10Comme son nom l'indique, ce mode permet à l'apprenant de naviguer à son gré dans l'ensemble des ateliers, des thèmes et des activités proposés. Le mode libre privilégie les entrées par atelier. Ils sont au nombre de six :

  • atelier "Thématique" : activités organisées autour de thèmes (douze thèmes : "Parler de sa famille" ; "Parler de soi" ; "Épeler et compter" ; "Heures et dates" ; "Objets et animaux" ; "Adjectifs" ; "Arrivée en France" ; "Lier connaissance" ; "Dans Paris" ; "Chercher sa route" ; "Parler à son PC" ; "Travailler sur PC") ;

  • atelier "Culture" : activités autour de la culture des pays francophones (dix rubriques : la géographie ; l'histoire ; les traditions ; la cuisine ; la littérature ; l'art et l'architecture ; et enfin les divertissements) ; une dizaine de sujets se rapporte à chacune de ces rubriques ;

  • atelier "Vocabulaire" ;

  • atelier "Grammaire" ;

  • atelier "Oral" ;

  • atelier "Écrit".

11Dans le manuel d'accompagnement, ce mode de travail est recommandé "aux utilisateurs ayant déjà une bonne connaissance de la langue". Le logiciel analysé concerne, rappelons-le, le niveau débutant. On peut donc penser que l'usage de ce mode sera plus bénéfique à l'apprenant qui aura une bonne maîtrise des bases linguistiques (acquises d'une autre façon, au moyen d'un autre mode...). Avant de passer au niveau supérieur, il peut ainsi se perfectionner en revoyant des points précis, en se polarisant sur certains aspects de la langue (écrit, oral...). Mais, d'un autre point de vue, on peut considérer que ce mode constitue une bonne entrée en matière pour un apprenant débutant qui découvre la langue en "butinant" au gré de ses intérêts et curiosités.
Ce mode semble donc tout indiqué pour une introduction à la langue étrangère et / ou son perfectionnement.

12On peut imaginer que ce mode libre soit pratiqué en autonomie complète ou qu'il soit intégré à un dispositif d'apprentissage comme l'auto-apprentissage guidé "destiné aux personnes désirant être suivies et guidées par un tuteur qui leur propose un parcours de travail" ([DejeanTea02]  : 144) et l'auto-apprentissage intégré "organisé et proposé par certains enseignants (...) dans le cadre de leur cours, en remplacement d'un de leurs cours ou en complément de celui-ci" (ibid.).

13Mais pour l'apprenant qui ne bénéficierait pas des conseils et du suivi d'un enseignant ou d'un tuteur, le logiciel prévoit deux autres modes de travail censés favoriser l'autonomie en guidant sa progression : le mode guidé et le mode dynamique.

4.2. Le mode guidé

14En faisant le choix de ce mode, l'apprenant se voit suggérer par le logiciel un parcours pédagogique correspondant à ses priorités d'apprentissage. Un parcours pédagogique est défini par le manuel d'accompagnement de Tell Me More

15- Français comme étant "un ensemble de leçons et d'activités proposées dans un ordre croissant de difficulté". À l'intérieur de ce mode guidé, l'apprenant peut choisir un parcours d'apprentissage précis et même le personnaliser selon sa disponibilité quotidienne, la durée de son apprentissage et les compétences qu'il souhaite travailler plus particulièrement. Un écran de "synthèse" permet à l'apprenant de visualiser ses résultats (avec distinction des exercices effectués et des exercices corrects) par activité, toutes leçons confondues.

16Ce mode de travail permet un apprentissage progressif et structuré de la langue. Il est préconisé pour une utilisation en autonomie (dans le sens d’un auto-apprentissage guidé ou intégré).

4.3. Le mode dynamique

17À la différence du mode guidé, qui est une sorte de parcours "prêt-à-porter" (avec plusieurs choix de parcours cependant), le mode dynamique ajuste le contenu de l'apprentissage en fonction de l'objectif de départ et des résultats obtenus par l'apprenant à chaque activité. Dans ce sens, le mode dynamique apparaît comme plus "intelligent" que le mode guidé, car capable d'analyser les réponses de l'utilisateur et censé lui fournir les activités adaptées à ses besoins.

18Le mode dynamique propose à l'apprenant trois types d'objectifs :

  • objectif prédéfini, qui rassemble des activités portant sur l'ensemble des compétences - compréhension écrite et orale, expression écrite et orale - et "connaissances" (terminologie utilisée par Auralog) - vocabulaire, grammaire - ou sur une compétence ou une "connaissance" en particulier ;

  • objectif par compétence (porte sur des activités qui ne concernent qu'une seule des compétences évoquées ci- dessus) ;

  • objectif par connaissance (ne concerne que les activités portant sur l'une des connaissances citées ci-dessus).

19De plus, ce mode de travail présente une double synthèse sous forme de deux représentations visuelles : le profil et la progression. Le profil est une représentation de la maîtrise par l'apprenant des compétences linguistiques par rapport à son objectif. La progression dans chaque compétence est représentée sous forme de courbes, chaque point de la courbe correspondant à une évolution du profil.

5. Types d'activités

20On retrouve les mêmes types d'activités dans les trois modes. Cependant, le mode libre apparaît comme le plus complet puisqu'il offre cinq entrées supplémentaires ("Fiches culturelles" ; "Cartes géographiques" ; "Énigme" ; "Cartomania" ; "Mosaïque") regroupées dans l'atelier "Culture". Ces cinq activités ont un caractère moins classique et plus ludique que les autres.

21Comme nous l'avons déjà évoqué dans la section de présentation, le logiciel propose une trentaine de types d'activités. Nous en avons fait l'inventaire dans un tableau récapitulatif établi à partir de l'organisation du mode libre.

22Mis à part les activités à caractère culturel, les autres types d'activités exclusivement linguistiques ne sont guère plus originaux que ceux qui figurent dans les manuels. Mais l'interactivité et la multimodalité (coexistence de plusieurs médias sur un même support) apportent sans doute un peu de nouveauté (et peut-être une certaine motivation auprès de l'utilisateur) dans la pratique des exercices.

23On remarquera que certaines activités sont traitées aussi bien dans l'atelier écrit que dans l'atelier oral car dans ce dernier la reconnaissance vocale est utilisée.

Tableau 1 - Récapitulatif des types d'activités et de leur répartition dans les ateliers du mode libre.

Type d'atelier

Type d'activité

Thématique

Culture

Vocabulaire

Grammaire

Oral

Ecrit

Dialogue

*

*

*

Prononciation de phrases

*

*

Prononciation de mots

*

*

Exercice de phonétique

*

*

Association image / mot

*

*

*

Mots mêlés

*

*

*

Association de mots

*

*

Mot juste

*

*

*

Texte à trous

*

*

*

Mots et thèmes

*

*

Mots et fonctions

*

*

Boîte à mots

*

*

*

Mot mystérieux

*

*

Mots croisés

*

*

*

Remise dans l'ordre

*

*

*

Exercice de grammaire

*

*

*

Dictée

*

*

*

*

Rédaction

*

*

Vidéo et QCM

*

*

Lexique

*

*

Explication(s) de grammaire

*

*

Fiches culturelles

*

Cartes géographiques

*

Enigme

*

Cartomania

*

Mosaïque

*

 

6. Outils pédagogiques et outils de communication

6.1. Outils pédagogiques

24Ils sont disponibles en permanence sur l'interface. L'apprenant peut donc les consulter au gré de ses besoins pendant n'importe quelle activité. Ainsi, quel que soit le mode choisi, l'apprenant a accès, à partir d'icônes, au lexique global, à l'ensemble des explications de grammaire (un bouton "Explication(s) de grammaire" depuis les exercices permet d’accéder à l’explication de grammaire qui est directement liée à l’exercice), à l'outil de conjugaison, aux options (réglages des différents signaux sonores, traduction, affichages et activation / désactivation divers...). Et en plus, mais dans le mode guidé uniquement, on peut accéder aux fiches culturelles et aux cartes géographiques.

25En cliquant sur le bouton "En savoir plus sur un mot", l'apprenant peut obtenir la traduction du mot en question (si cette option est activée et en sachant que la traduction n'est possible que dans un nombre restreint d'activités), la prononciation du mot, l'outil de conjugaison (si le mot sélectionné est un verbe) et la prononciation de la phrase contenant le mot (seulement si l'apprenant est dans l'activité "Dialogue").

6.2. Outils de communication

26Il s'agit en fait des services en ligne. Ils sont accessibles à partir d'un bouton qui ouvre sur la page d'accueil du club Auralog. Le site donne la possibilité de trouver une "Foire Aux Questions", un correspondant dans un pays, de dialoguer avec d'autres apprenants sur des sujets précis (actualité, culture, mode de vie, travail...) dans des forums de discussion, de consulter la médiathèque en ligne ainsi que la rubrique "Horizons". Cette rubrique présente différentes entrées ("partir à l'étranger", "travailler", "voyager, "s'établir", "étudier") qui ouvrent sur des conseils (pour la rédaction d'un CV, par exemple) ou sur une sélection de liens (concernant les services administratifs, entre autres).

27Enfin Auralog propose un service de tutorat qui se présente sous la forme de rendez-vous personnalisés avec un tuteur pour poser des questions et avoir une réponse en temps réel. Ces rendez-vous sont d'une durée de trente minutes tous les quinze jours, soit en ligne (par le biais de courriels) soit par téléphone. Contrairement aux autres services, le service de tutorat n'est pas gratuit : l'abonnement est de 100 euros par mois avec un engagement minimum de trois mois.

  • 2 Si des lecteurs connaissent ou ont eu recours à ce service, qu’ils n’hésitent pas à nous en faire p (...)

28Nous n'avons pas testé ce service, nous ne pouvons donc rendre compte de la qualité de l'aide proposée2. À notre avis, ce service ne vaut que si l'apprenant-utilisateur travaille en complète autonomie (c'est-à-dire seul, en dehors de tout dispositif d’apprentissage : en autodidaxie, en somme) sans autre recours d'assistance pédagogique.

7. Aides

29Le menu "Aides et Infos" propose trois types d'aide quel que soit le mode de travail choisi par l'apprenant.

7.1. Sur la navigation

30L'aide à la navigation donne des informations sur les boutons et icônes qui sont en permanence à l'écran. Elle se présente sous la forme d'une animation. Lorsque cette aide est lancée (automatiquement lors de la première utilisation mais cette option peut être désactivée lors des utilisations suivantes), l'écran se voile puis des cadres apparaissent autour des différents boutons de navigation, le pointeur de la souris se déplace alors d'un bouton à l'autre faisant apparaître un champ indiquant par écrit la fonction de chaque bouton.

7.2. Sur l'écran en cours

31L'aide sur l'écran en cours renseigne l'utilisateur sur les icônes et boutons disponibles pendant une activité mais surtout indique ce que l'on pourrait appeler "l'objectif opérationnel", en utilisant une terminologie béhavioriste liée à la PPO (pédagogie par objectifs, voir [ChampyEteve94] : 695-698). Cet objectif opérationnel décrit le contenu de l'intention pédagogique et l'activité de l'apprenant identifiable par un comportement observable, et mentionne les conditions dans lesquelles le comportement souhaité doit se manifester, c'est-à-dire la procédure à suivre pour réaliser l'exercice d'après la consigne. Lorsque cette aide est lancée, on assiste aux mêmes étapes que pour l'animation concernant l'aide sur la navigation, avec en plus la possibilité de pointer sur le numéro de l'étape dont on souhaite relire l'explication.

Figure 2 - Aide animée sur l'écran en cours.

Figure 2 - Aide animée sur l'écran en cours.

7.3. Sur la reconnaissance vocale

32Cette aide n'est accessible qu'à partir des activités utilisant la reconnaissance vocale. Elle n'est pas animée mais se présente sous la forme d'un cadre qui donne par écrit des conseils pour effectuer les exercices avec reconnaissance vocale.

8. Apports technologiques = apports pédagogiques ?

33Bon nombre d'éditeurs de didacticiels fondent leur publicité sur l'argument des technologies mais c'est oublier que ces dernières ne sont pas les seules conditions, ni les conditions suffisantes à un bon apprentissage. Nous présentons ici, celles que comporte Tell Me More.

8.1. La reconnaissance vocale

34La reconnaissance vocale (on peut également parler d'interactivité vocale) qui n'est plus à proprement parler nouvelle dans les didacticiels de langue (mais toujours un argument commercial), permet à l'apprenant de s'entraîner à la prononciation et à la lecture à haute voix. C'est le cas dans Tell Me More - Français puisque, après l'enregistrement de sa production orale, l'apprenant est censé pouvoir évaluer sa prononciation et corriger celle-ci au moyen d'un système de détection d'erreur de prononciation et d'un graphe vocal.

35Plus précisément, les phrases et mots proposés dans l'exercice de prononciation sont représentés par un graphe vocal (qui trace l'amplitude de la voix en fonction du temps) et / ou une courbe de fréquence fondamentale (qui, elle, reproduit les variations de fréquence de la voix). Cette double représentation visuelle de la prononciation et de l'intonation doit permettre à l'apprenant de comparer sa propre production avec le modèle proposé. De plus, le logiciel évalue la prononciation de l'apprenant sous forme de score (sur une échelle comprise entre 1 et 7) en fonction de l'écart entre celle-ci et le modèle fourni. L'apprenant peut également procéder à une écoute comparative de ses différents essais pour repérer ses défauts de prononciation et les corriger.

36Nous ne sommes pas convaincue de l'aide apportée par ce type de représentation en matière d'apprentissage. Mais nous conseillons la lecture d'articles très intéressants consacrés à cette technologie de la reconnaissance vocale ([Cazade99]  ; [Chun98]  ; [GermainMartin00]  ; [LhoteAbeAmr98]  ; [Mangenot02]).

Figure 3 – Reconnaissance vocale avec graphe vocal (en vert), courbe de la fréquence fondamentale (en bleu) et score.

Figure 3 – Reconnaissance vocale avec graphe vocal (en vert), courbe de la fréquence fondamentale (en bleu) et score.

8.2. L'animation en 3D

37L'animation en 3D est en fait une aide à la prononciation puisqu'elle permet de visualiser l'articulation phonétique. Elle est constituée d'images de synthèse montrant à la fois l'articulation d'un son vue de l'extérieur (visage de face et profil, mouvement des lèvres) et vue de l'intérieur (mouvements des différents organes de l'appareil phonatoire). Ce type de représentation (très réussi) nous semble être susceptible d'aider l'apprenant. À noter cependant que l’apprenant n’a pas de retour sur sa propre articulation faciale ou phonatoire (le logiciel n’étant pas doté de capteurs et ne fournissant pas de miroir !).

Figure 4 - L'animation en 3D.

Figure 4 - L'animation en 3D.

 

8.3. La vidéo

38Les vidéos accompagnées de pseudo dialogues (plutôt des diaporamas doublés d'une voix off qui oralise de l'écrit avec une intonation plus ou moins adaptée) apparaissent comme les parents pauvres du logiciel. Dans le domaine des didacticiels, il a été fait beaucoup mieux. On trouve dans certains cas, des séquences vidéo, tournées comme des feuilletons (par de vrais acteurs parfois) avec des personnages identifiés, récurrents qui dialoguent dans une situation de communication précise comme dans le logiciel LTV Français [MuhlsteinGuyot96].

39Dans Tell Me More - Français rien de tout cela. Il semble que les auteurs aient simplement collecté des photos ou des extraits de vidéo. À part quelques exceptions, ces images représentent des décors, des habitudes, des personnes d'Amérique du Nord. Par conséquent, à part illustrer vaguement le texte qui apparaît à côté de l'image (littéralement, "contextualiser"), les vidéos de ce logiciel ne reflètent en rien les aspects culturels de la langue enseignée. Il est d'ailleurs dommage que ce type d'image se cantonne aux seules fiches culturelles (qui, elles, ne bénéficient pas de la vidéo). Elles ne comportent que des images fixes : photos ou aquarelles.
À ce propos, pourquoi cloisonner à ce point l'apprentissage de la langue et ses aspects culturels ?

40En outre, il n'est pas inintéressant d'avoir des images d'animaux dans des vidéos consacrées à l'apprentissage d'une langue étrangère mais des expressions comme la surprise ou le bâillement peuvent être montrées autrement que par des sortes de ratons laveurs, comme, par exemple, dans la vidéo "Quelle journée !". Un peu d'humour ne fait jamais de mal notamment dans le domaine de l'apprentissage, mais tout de même... À ce sujet on se rapportera au travail intéressant qui a été effectué sur les expressions humaines dans le module 2 du logiciel CAMILLE [ChanierPothierLotin96].
Par ailleurs, il semble que la collecte des images ait précédé l'écriture "pédagogique" du texte correspondant. C'est en tout cas ce que laisse penser l'incohérence entre les images et la pauvreté de certains textes.
Tout cela fait que l'apprenant se retrouve au milieu d'images qui tiennent plus de la série de télévision américaine des années 90 et du documentaire animalier que d'une situation réelle de communication en France.

9. Conclusion

41Nous nous proposons maintenant de récapituler les points forts et points faibles de Tell Me More - Français mis en relief dans notre analyse afin d'essayer de savoir si le succès prétendu de cette marque de logiciel est justifié. Puis nous proposerons quelques pistes de réflexion.

42Au vu de notre analyse, il apparaît que le logiciel Tell Me More est plus orienté vers des activités linguistiques que vers des activités communicatives. De fait, il n'entraîne pas l'apprenant débutant à la communication.
La production / expression orale se résume le plus souvent à de la répétition ou à de la prononciation et non à de la simulation de dialogue (au téléphone, par exemple), quant à la production / expression écrite, elle s'exerce dans le cadre d'une rédaction de type : description d'une image. Il s'agit donc plutôt d'activités langagières que d'activités communicatives.

43Nous voudrions ici insister sur la nuance sémantique qui existe entre production (orale ou écrite) et expression (orale ou écrite), notions qui, par ailleurs, sont souvent considérées comme synonymes. Or, selon nous, la distinction mérite d’être faite car ces notions ne recouvrent pas exactement la même réalité. Produire relève plutôt de la prononciation (pour l’oral) et de la répétition (dans le genre des exercices structuraux, par exemple) ce qui s’avère assez artificiel par rapport à la réalité de la langue envisagée du point de vue de la communication. Tandis qu'exprimer consiste en la manifestation, l'extériorisation de quelque chose de ressenti ou de réfléchi (la pensée) dans une situation précise. On peut parler dans ce cas de compétence communicative. Pour aller plus loin, nous dirions même que si la production est un constituant de l'expression, l'inverse est loin d'être vrai. Cette distinction serait à notre avis légitime dans la constitution d'une grille d'analyse de logiciels. Dans le cas de Tell Me More - Français, nous estimons que l'apprenant est entraîné (au moyen de la reconnaissance vocale notamment) à la production orale et non à l'expression orale.

44Si l'on considère les entrées de l'atelier "Thématique", les thèmes proposés sont plutôt classiques pour un début d'apprentissage. On notera pourtant deux thèmes originaux et intéressants ("Parler à son PC" et "Travailler sur PC"). Malheureusement, ces deux titres ne tiennent pas leurs promesses. En effet, les deux thèmes annoncés ne sont absolument pas traités dans les activités qu'ils sont censés recouvrir, ce qui est fort regrettable si l'on considère l'importance grandissante des termes liés à l'usage même d'un ordinateur et d'un logiciel par un apprenant de langue étrangère.

45Par ailleurs, nous regrettons une intégration de l'image (ou de la représentation visuelle au sens large) très inégale. Les vidéos censées illustrer les dialogues dans Tell Me More -Français présentent selon nous dans leur forme actuelle un intérêt pédagogique limité.
En revanche, l'animation en 3D est une réussite au niveau de la représentation et sans doute très utile comme aide à l'articulation phonétique. Quant à la représentation graphique de la prononciation et de l'intonation, nous doutons de son efficacité.

46En outre, nous saluons la présence d'un atelier visant une approche culturelle de la langue étrangère. Il est d'autant plus intéressant que, comme nous l'avons vu, les aspects culturels français ou francophones sont totalement absents des autres activités du logiciel. Cet atelier est constitué d'une partie "Encyclopédie" comprenant des fiches culturelles et des cartes géographiques à consulter et une partie "Activités". Ajoutons à cela que le choix des sujets est intéressant et qu'il offre une découverte et un survol de la culture française et francophone.

47Il est temps de revenir à la question de la renommée de la gamme de logiciels Tell Me More que nous avons abordée dans l'introduction de cette analyse. S'agit-il d'un succès commercial ou pédagogique ? Le plus intéressant encore, étant de chercher à savoir lequel de ces succès gouverne l'autre... Dans ce genre de débat, il ne faut pas oublier de prendre également en compte l'offre des produits sur le marché des logiciels d'apprentissage des langues.

48Pour nous, le logiciel Tell Me More - Français est un produit intéressant parce qu'il offre un condensé des technologies (plus ou moins récentes) pressenties actuellement comme facilitatrices de l'apprentissage. Le danger serait de confondre innovations et variété technologiques avec qualité pédagogique et richesse des contenus. Et il faut bien l'avouer, Tell Me More - Français joue sur cet amalgame pour attirer le client. Il se présente également comme une "méthode complète". On peut là aussi interroger les termes employés. Que signifie au juste méthode "complète" ? Qu'elle recouvre tous les niveaux, tous les profils d'apprenants, toutes les approches pédagogiques, toutes les technologies disponibles, toutes les compétences langagières et communicatives ?...

49De plus cette idée de complétude est sans doute un bon argument de vente mais pas forcément un bon argument pédagogique si l’on considère que les logiciels s'avèrent intéressants pour les activités réflexives et de compréhension ([Mangenot02]  : 139).

  • 3 La marque "Reconnu d'intérêt pédagogique par le Ministère de l'Éducation Nationale" (RIP) est desti (...)

Il est à noter que Tell Me More - Anglais et Tell Me more - Allemand (uniquement ceux-là à ce jour) ont été inventoriés dans la liste des produits "ripés", c'est-à-dire qui portent la mention RIP3 (Reconnu d'Intérêt Pédagogique par le Ministère français de l'Éducation Nationale). Une très brève présentation qualifie les logiciels Tell Me More de "méthode de langue modulaire".

50En résumé, Tell Me More - Français est un logiciel qui certes compte dans le domaine de l'apprentissage des langues mais n'est forcément pas complet et par conséquent ne peut être une solution ou plutôt un moyen unique d'apprentissage. De plus, comme nous l'avons vu, il reste des points à améliorer.

51Pour clore cette analyse, nous voudrions, à travers deux remarques spécifiques, participer aux nombreuses réflexions qui concernent la conception et l'intégration des TIC dans l'apprentissage des langues.
Nous estimons qu'il est dommage que dans les didacticiels actuels, l'on n'utilise pas plus la vidéo. Il serait intéressant d'étudier son intégration dans des rubriques culturelles ou grammaticales. Les ressources grammaticales présentées dans les logiciels multimédias sont encore beaucoup trop livresques (pas très innovantes, pédagogiquement parlant, par rapport aux manuels) voire "indigestes" (gare à la surcharge cognitive !).
Enfin, il nous semble que le travail sur les aides s'avère important à l'heure où l'on parle de plus en plus de travail en autonomie.

52Il y aurait encore bien des remarques à faire au sujet des didacticiels de langue... Nous conclurons sur l'idée que les logiciels d'apprentissage des langues sont encore loin d'avoir exploité les potentialités que leur offre le multimédia. Sur certains points, ils ne parviennent pas (encore) à se démarquer de la structure traditionnelle des manuels. Dans le domaine des TIC, la didactique des langues a encore de beaux jours devant elle.

Haut de page

Bibliographie

[Cazade99]
Cazade, A. (1999). "De l'usage des courbes sonores et autres supports graphiques pour aider l'apprenant en langues". Apprentissage des Langues et Systèmes d'Information et de Communication (ALSIC), vol. 2, n° 2. pp. 3- 32. Consulté en mai 2003 : http://alsic.revues.org/Num4/cazade/alsic_n04-rec1.htm.

[ChampyEteve94]
Champy, P. & Étévé, C. (1994). Dictionnaire encyclopédique de l'éducation et de la formation. Paris: Nathan.

[Chun98]
Chun, D.M. (1998). "Signal Analysis Software for Teaching Discourse Intonation". Language Learning & Technology (LLTJ), vol. 2, n° 1. pp. 61-77. Consulté en mai 2003: http://polyglot.cal.msu.edu/llt/vol2num1/article4/index.html.

[DejeanTea02]
Dejean, C. & Tea, E. (2002). "Types d'auto-apprentissage, modes d'accompagnements et usages des TICE". In Barbot, M.-J. & Pugibet, V. (dir.). Apprentissage des langues et technologies : usages en émergence. Collection "Le français dans le monde - Recherches et applications", numéro spécial. Paris : CLE International. pp. 144-152.

[GermainMartin00]
Germain, A. & Martin, P. (2000). "Présentation d'un logiciel de visualisation pour l'apprentissage de l'oral en langue seconde". Apprentissage des Langues et Systèmes d'Information et de Communication (ALSIC), vol. 3, n° 1. pp. 61-76. Consulté en mai 2003 : http://alsic.revues.org/Num5/germain/alsic_n05-rec7.htm.

[LhoteAbeAmr98]
Lhote, E., Abecassis, L. & Amrani, A. (1998). "Apprentissage de l'oral et environnements informatiques". In Chanier, T. & Pothier, M. (dir.). Hypermédias et apprentissage des langues. Études de Linguistique Appliquée (ÉLA), n° 110. pp. 183-192.

[Mangenot02]
Mangenot, F. (2002). "L'apprentissage des langues". In Legros, D. & Crinon, J. (dir.). Psychologie des apprentissages et multimédia. Paris : Armand Colin. pp. 128-153.

[MarchandBroise02]
Marchand, S. & Broise, C. (2002). "Tell Me more niveau débutant". Site de l'académie de Grenoble - Espace pédagogique - Sites disciplinaires - Allemand. Consulté en mai 2003 : http://www.ac- grenoble.fr/allemand/text/33be5105-7.html.

[Paquier03]
Pâquier, E. (2003). "Tell me more 6.0 français". Le français dans le monde, n° 330. CLE International / FIPF. pp. 74-75.

[Vimare99]
Vimare, I. (1999). "Fiche d'expertise Tell Me More (version 4.01, 1998)". Site de l'équipe TEChnologies de Formation et Apprentissage (TECFA). Consulté en mai 2003 : http://tecfa.unige.ch/staf/staf- e/vimare/staf11/fiche/tmm.html.

Sites
[EducNet03]
EducNet (2003). Site des Technologies de l’Information et de la Communication pour l’Éducation. Ministère de la Jeunesse, de l’Éducation Nationale et de la Recherche. Consulté en novembre 2003 : http://www.educnet.education.fr/res/logorip.htm.

Logiciels
[ChanierPothierLotin96]
Chanier, T., Pothier, M. & Lotin, P. (1996). "À la recherche d'un emploi", module 1, et "L'acte de vente", module 2, de CAMILLE Travailler en France, Paris : CLE International / Nathan.

[MuhlsteinGuyot96]
Muhlstein-Joliette, C. & Guyot-Clément, C. (1996). LTV Français, Paris : Jériko.

Haut de page

Notes

1 En didactique des langues on peut dire qu'une méthode est un ensemble de démarches raisonnées fondées sur un ensemble cohérent de principes et d'hypothèses. On constate, par ailleurs que le terme est souvent utilisé comme synonyme de "manuel". Signe d’évolution ou démarche de légitimation, il semble que les concepteurs de logiciels se soient accaparé le terme.

2 Si des lecteurs connaissent ou ont eu recours à ce service, qu’ils n’hésitent pas à nous en faire part par courriel.

3 La marque "Reconnu d'intérêt pédagogique par le Ministère de l'Éducation Nationale" (RIP) est destinée à guider les enseignants dans le monde du multimédia pédagogique. Un logo permet d'identifier les logiciels et les créations multimédias qui, après expertise par un public d'enseignants et de spécialistes du domaine et par décision de la commission multimédia, répondent aux besoins et aux attentes du système éducatif. Ce logo signale aux enseignants et aux usagers les produits multimédias qui répondent à des critères de qualité pédagogique des contenus, de pertinence d'usage des technologies de l'information et de la communication dans la démarche pédagogique et de simplicité d'utilisation. Il s'agit d'un conseil, en aucun cas d'une prescription, les équipes pédagogiques étant maîtres du choix de leurs outils ([Educnet03]).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2255/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 78k
Titre Figure 2 - Aide animée sur l'écran en cours.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2255/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Figure 3 – Reconnaissance vocale avec graphe vocal (en vert), courbe de la fréquence fondamentale (en bleu) et score.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2255/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Titre Figure 4 - L'animation en 3D.
Légende  
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2255/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 61k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Hamon, « Analyse de Tell Me More - Français »Alsic, Vol. 6, n°2 | -1, 141-155.

Référence électronique

Laurence Hamon, « Analyse de Tell Me More - Français »Alsic [En ligne], Vol. 6, n°2 | 2003, mis en ligne le 15 décembre 2003, consulté le 20 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsic/2255 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.2255

Haut de page

Auteur

Laurence Hamon

Université Blaise Pascal, Clermont 2, France
Laurence HAMON est doctorante au laboratoire de recherche sur le langage (LRL) de l'université Blaise Pascal, Clermont 2. Elle prépare une thèse sur les apports des aides multimodales à la compréhension, dans les logiciels multimédias d'apprentissage du français langue étrangère (FLE).

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search