Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 6, n°2Logiciels et sitesAnalyse de Teentalk Canada

Logiciels et sites

Analyse de Teentalk Canada

Emmanuelle Duchiron
p. 157-168
Référence(s) :

Titre : Lingonet Teentalk Canada.

Type et langue : didacticiel d'anglais. Auteur : non mentionné.

Éditeur : Lingonet Oy, Linnankatu 11 A 20, 20100 Turku, Finlande. http://www.linetti.com.

Diffuseur : Edulang, 10, rue de la Tannerie, 29600 Plourin-lès-Morlaix – France. http://www.edulang.com.

Configuration matérielle : PC multimédia 486/66 (Pentium recommandé) ; 16 Mo de RAM (32 Mo de préférence) ; 35 Mo disponible sur le disque dur ; lecteur cédérom x 4 (x 8 conseillé) ; carte son Sound Blaster ou compatible ; écran SVGA 256 couleurs ; micro et haut-parleur ou casque ; Windows 3.1 ou Windows 95/98/2000/NT4.

Documentation : livret d'instructions de 25 pages en anglais.

Prix : 80,13 € TTC.

Résumés

Cet article analyse un logiciel.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse de logiciel

Keywords:

software review
Haut de page

Texte intégral

1. Présentation du didacticiel

1Lingonet Teentalk Canada est un didacticiel qui vise à développer la compréhension de l'oral et la compétence conversationnelle par le biais d'interviews d'élèves canadiens de l'école McMath Secondary School, comme l'explique le livret d'instructions : "via Teentalk Canada, the students of McMath Secondary School offer learners of English the opportunity to have virtual contact with authentic English speaking Canadian students !".

2En effet, l'aspect authentique semble intéressant à souligner dans la mesure où l'apprenant est confronté à de vraies interviews de vrais élèves qui ont entre 12 et 15 ans. Les thèmes abordés sont tous en rapport avec leur vie quotidienne à l'école et les réponses données aux questions semblent être authentiques, les élèves étant responsables de leurs propres réponses. Ce didacticiel présente donc un atout civilisationnel certain, tout en éveillant la curiosité et la motivation du public visé.

3Teentalk est présenté comme un didacticiel pouvant s'adresser à tout public, à partir du collège ("grade 5 and up"). On peut l'utiliser en autonomie totale, chez soi, devant son écran, en choisissant son cheminement propre.

4On peut également utiliser Teentalk en classe et c'est surtout dans cet esprit-là qu'il a été conçu. D'une part, on fournit des outils à l'enseignant : un guide du professeur, la transcription des interviews, la correction des exercices, un suivi personnalisé des apprenants, des matériaux additionnels utilisables en prolongement du didacticiel et des éléments d'exploitation plus approfondie des interviews (résumé de chaque élève interviewé, jeux de rôle, "memory cards", etc.). L'enseignant peut également agir sur quelques options du didacticiel. D'autre part, Teentalk prend en compte les contraintes matérielles réelles, permettant à peu près toutes les configurations possibles : travail individuel, par paires, en groupes, sur ordinateur ou sur papier (la plupart des activités sont imprimables), travail à la maison, etc.

2. Organisation des contenus

5Teentalk propose deux modes de navigation : par élève ou par thème abordé.

2.1. Navigation par thème

6Chaque élève est interviewé à propos de divers sujets concernant la vie scolaire. Ces thèmes sont listés sur l'écran de départ (voir figure 1) : "Intro", "School day", "Getting to school", "Favourite subjects", "Electives", "Teachers", "School lunch", "Dress code", "School activities", "Sports", "Hobbies", "Grades", "Future", "Bullying", "Roots", "Second language", "Cafeteria food" et "Spirit week". L'apprenant choisit un des thèmes et obtient donc une série de témoignages s'y rapportant.

Figure 1 - La navigation par thème dans Teentalk.

Figure 1 - La navigation par thème dans Teentalk.

7Suite à chaque série d'interviews, l'apprenant se voit proposer une tâche - "Task" dans le didacticiel - qui se présente comme une grille de compréhension de l'oral. Nous en détaillerons le contenu plus tard dans l'analyse.

8Dans une perspective d'utilisation en classe, Teentalk peut s'avérer être un outil très intéressant. Il peut en effet faire partie intégrante d'une séquence pédagogique traitant du système éducatif anglo-saxon. Dans ce mode de navigation, l'élève peut comparer divers points de vue - y compris le sien - sur un même sujet et par là même étayer son sens critique. Teentalk donne matière à réagir et donc à faire s'exprimer l'apprenant par rapport au système éducatif qui est le sien.

2.2. Navigation par élève

Figure 2 - La navigation par élève dans Teentalk.

Figure 2 - La navigation par élève dans Teentalk.

9Dans le cas de la navigation par personnage du didacticiel, l'apprenant choisit un élève particulier, comme s'il s'agissait d'un correspondant, parmi les 19 proposés. Il a ainsi accès aux différentes questions qui lui ont été posées, regroupées sous forme de rubriques. Ce mode de navigation propose également une grille de compréhension de l'oral sous le titre de "Task".

10Précisons que nous appellerons grilles de compréhension de l'oral ces "Tasks" et exercices le contenu de la rubrique "Exercises" qui vient compléter le travail de compréhension de l'apprenant en lui proposant des exercices d'application en rapport avec les faits de langue ou le lexique abordés dans les interviews.

3. Analyse des supports

11Comme nous l'avons déjà vu, le support global du didacticiel est une série d'interviews d'adolescents d'une même école, abordant des sujets divers et variés mais toujours en relation avec le système éducatif canadien. Les élèves sont des locuteurs natifs et les réponses semblent être naturelles et spontanées. Si les documents sont courts, il semble tout de même que l'anglais authentique soit d'un niveau un peu élevé pour un apprenant de collège ; et cela en particulier compte tenu de l'exploitation qui en est faite par ailleurs.

12La variété d'anglais est nord-américaine et on peut regretter qu'il ne soit jamais fait mention de l'accent ni des différences d'accents entre les élèves. Le cadre de Teentalk aurait pourtant permis de sensibiliser les apprenants à cela, d'autant que la phonétique est partie prenante dans le développement de la compréhension de l'oral.

13Le didacticiel est doté d'une logique interne en termes de trame, de personnages, de type de supports, etc. ; ce qui fait de Teentalk un didacticiel homogène. L'apprenant s'en trouve sécurisé et l'acquisition en est d'autant plus efficace dans la mesure où les éléments à apprendre sont envisagés dans leur dimension communicationnelle.

14Notons maintenant l'importance du choix du support dans une séquence pédagogique, en particulier pour un public de collège. Bien souvent, on peut remarquer un décalage certain entre les supports choisis et le public visé. Ce n'est pas le cas dans Teentalk. Les élèves présentés dans le didacticiel ont à peu près le même âge et les mêmes préoccupations que le public qu'il vise. Or on sait la place de choix que la motivation occupe dans le processus d'apprentissage ([Narcy90] : 43). L'apprentissage d'une langue passe inévitablement par le biais d'un support motivant. C'est quand l'apprenant n'a pas l'impression d'apprendre qu'il apprend le plus efficacement.

15Les supports de chaque activité se présentent sous forme de documents vidéo. Il est important de noter la place de l'image dans ce cadre précis. Il ne s'agit pas d'un reportage où l'image aide l'apprenant à accéder au sens. Ici on ne voit à l'image que l'élève qui est en train d'être interviewé. L'image en elle-même n'est donc pas porteuse de sens pour l'apprenant. On pourrait presque dire que l'on se contente de travailler la compréhension de l'oral. Cela dit, on voit l'élève parler ; ce qui peut s'avérer être une aide précieuse. Comme l'a largement montré Kerbrat- Orecchioni ([KerbratOrecchioni90] : 43), le non-verbal joue un rôle crucial dans l'interaction et inclut autant de signes qui aident à décoder le message transmis. Le travail proposé dans Teentalk aurait pu permettre de sensibiliser l'apprenant à la possibilité de développer des stratégies d'anticipation et de compensation par le biais de la kinesthésique (mouvement des lèvres, grimaces, sourires, etc.).

4. Analyse des tâches proposées

4.1. Les grilles de compréhension de l'oral ("Task")

16Chaque séquence vidéo comprend la question de l'interviewer (orale puis écrite) et la réponse de l'élève. L'apprenant a la possibilité de faire apparaître le script de la réponse s'il le souhaite mais seulement au bout de la première écoute (c'est une option réglable par l'enseignant). Dans le script de la réponse, certains mots ou expressions sont soulignés ; les uns en rouge activent un lien hypertexte où l'explication est oralisée avec la possibilité de voir le texte, il s'agit souvent de références civilisationnelles ; les autres en bleu où l'on renvoie l'apprenant à un glossaire unilingue interne au cédérom.

Figure 3 - Exemple d'interview.

Figure 3 - Exemple d'interview.

17L'objectif de cette activité est de développer la compétence de compréhension de l'oral de l'apprenant, en l'exposant à un énoncé relativement court. Comment amène-t-on l'apprenant à développer cette compétence ? On le soumet à une première phase d'écoute, tout en supposant qu'il a compris la question puisqu' aucun travail de compréhension n'est proposé. L'énoncé est court et répond directement à une question précise. L'apprenant ne se perd donc pas. À l'issue de cette première écoute, l'apprenant a accès au script ainsi qu'aux mots et expressions soulignés, permettant ainsi d'éviter les obstacles lexicaux potentiels.

18On peut regretter que le didacticiel ne comprenne aucune phase d'anticipation qui permettrait de mobiliser les acquis, d'émettre un certain nombre d'hypothèses quant au sujet abordé, au lexique utilisé, etc. ([Bailly98a]  : 33). Le recours au glossaire a posteriori risque plutôt de l'encourager à chercher tous les mots qu'il ne comprend pas, alors qu'un des principes de la compréhension, qu'elle soit orale ou écrite, est de sensibiliser l'apprenant au fait qu'il n'a pas besoin de comprendre chaque mot du document pour en comprendre le sens ([Narcy90]  : 52).

19Selon le mode de navigation choisi, l'apprenant n'est pas confronté à la même grille de compréhension.

Navigation par thème

20À chaque rubrique, on propose une grille de compréhension "Task" à l'apprenant qui consiste en un exercice lacunaire, reprenant certains énoncés du thème abordé. Il s'agit pour l'apprenant de retrouver les mots manquants - par dictée - dans des phrases isolées issues des diverses parties d'interviews. L'exercice en devient décousu et on peut regretter que les concepteurs n'aient pas profité de l'occasion pour établir des liens et des comparaisons entre les différents élèves et les différents points de vue. Cette grille ne constitue pas une aide à la compréhension ; étape qui semble être exclusivement remplie grâce au glossaire unilingue.

Figure 4 - Grille de compréhension de la navigation par thème.

Figure 4 - Grille de compréhension de la navigation par thème.

21Il s'agit en fait d'un exercice de dictée et de discrimination auditive. Chaque point d'interrogation peut éventuellement remplacer plusieurs mots et c'est à l'apprenant d'exercer son oreille et sa capacité de concentration. Il doit être capable de "découper le continuum phonique en unités significatives" ([Narcy90] : 33). En cas de difficulté, le didacticiel ne lui donne pas la réponse mais lui facilite la tâche avec la fonction "Spell". Ce travail permet de sensibiliser l'apprenant à la relation grapho-phonématique de l'anglais.

22Quelle est la fonction de cet exercice lacunaire ? D'une part, il ne semble pas remplir le rôle d'aide à la compréhension auquel on pourrait s'attendre compte tenu de la place qu'il occupe. D'autre part, cet exercice aurait au moins pu servir d'exercice de synthèse en reconstituant un résumé des interviews sur lesquelles l'apprenant vient de travailler, tout en le sensibilisant à la structure d'un tel texte. On aurait ainsi sollicité son esprit de synthèse et de logique. Or ce n'est pas le cas.

Navigation par élève

23Dans le cas de la navigation par personnage, la grille de compréhension "Task" consiste cette fois en un exercice à choix fourni de type vrai / faux. Pour chaque personnage, on propose une série de cinq ou six affirmations à l'apprenant pour lesquelles il doit dire si elles sont vraies ou fausses. Si cet exercice prend plus la forme d'une grille d'écoute que l'exercice lacunaire de la navigation par thème, il ne participe que d'une vérification de la compréhension, n'apportant aucune aide réelle à l'apprenant en difficulté. En cas d'erreur, on ne renvoie même pas l'apprenant au segment concerné. L'interview et sa grille d'écoute n'ont pas été conçues en parallèle mais comme activités successives, ce qui nuit, selon nous, au bon développement de la compréhension de l'oral. On peut également regretter que la compréhension ne se fasse pas du global au détail, ce qui aurait permis de fournir à l'apprenant des stratégies d'écoute transférables.

Figure 5 - Grille de compréhension de la navigation par élève.

Figure 5 - Grille de compréhension de la navigation par élève.

24D'autre part, les questions de cet exercice à choix fourni de type vrai / faux ne portent que sur des points de détails sans grand intérêt. En effet, on peut se demander ce que l'apprenant va retirer du fait qu'Amanda prenne deux leçons de danse par semaine. Il semble dommage que l'apprenant ne soit pas plutôt sollicité sur des éléments de civilisation canadienne dans une perspective d'apprentissage à plus long terme.

25Soulignons que Teentalk ne propose pas plus de phase d'approfondissement qu'il ne propose de phase d'anticipation. Pourtant cette phase d'approfondissement permet à l'apprenant de "s'approprier plus durablement la substance utile" de la séquence ([Bailly98a] : 35). On aurait pu imaginer par exemple que le didacticiel exploite son potentiel civilisationnel et qu'il invite l'apprenant à engager une réflexion sur la comparaison de deux systèmes éducatifs. Il semble également dommage de ne pas tirer profit de la confrontation de différents points de vue d'adolescents du même âge.

4.2. La rubrique "Exercises"

26En parallèle du travail de compréhension orale effectué à partir de ces interviews,Teentalk propose six types d'exercices complémentaires : "How did they say it ?", "Match questions and answers", "Solve jigsaw puzzle", "Build your questions", "Match the words" et "Check your grammar". Une des caractéristiques de ces exercices concerne le type de questionnement qu'ils proposent. On remarque en effet qu'à part pour "Check your grammar" qui est essentiellement écrit, les autres sont tous à l'oral ; à tel point que l'on peut s'interroger sur leur faisabilité pour des apprenants de niveau collège. Ces exercices ne semblent pas tenir compte des différents profils d'apprenants. Certains ont besoin d'une sollicitation visuelle alors que d'autres réagiront mieux à une amorce orale. Il semble dommage que ces exercices ne diversifient pas les modes de sollicitation, d'abord pour entraîner chaque apprenant à plusieurs types de sollicitations et ensuite pour ne pas conforter les "auditifs" - par opposition aux "visuels" - dans un seul type de fonctionnement.

Figure 6 - La rubrique "Exercises".

Figure 6 - La rubrique "Exercises".

27Quels types d'exercices sont proposés ? On n'observe aucun QCM dans cette rubrique, ni classique, ni de type vrai / faux, mais plutôt d'autres types d'exercices à choix fourni : des exercices lacunaires d'abord dans "Check your grammar" et "Solve jigsaw puzzle", des exercices de remise en ordre d'éléments brouillés ensuite dans "How did they say it ?", "Build your questions" et "Solve jigsaw puzzle", et enfin ce que Lakehal a appelé des "QCM à croisements" dans "Match questions and answers" et "Check your grammar". Ces exercices consistent à "ordonner une série d'éléments à une autre série d'éléments (...) ou (...) à établir le lien logique ou causal entre deux séries d'éléments" ([Lakehal99]  : 33).

28On perçoit donc dans ce didacticiel une amorce de démarche de contextualisation / décontextualisation / recontextualisation que les concepteurs n'ont pas développé autant que l'on aurait pu le souhaiter. Comme le souligne Bailly ([Bailly98b]  : 55), c'est en étudiant la langue en contexte, en pleine "vie communicationnelle", que l'apprenant se l'approprie. Cependant, cet auteur explique également qu'il faut veiller à ce que la langue soit ensuite décontextualisée et recontextualisée pour ne pas l'"emprisonner dans une acception rigide et étroite de son usage". En effet, on peut craindre que les nouvelles structures ou le nouveau lexique introduit dans les interviews ne fassent pas prendre conscience à l'apprenant de la "vie multiple de la langue dans le discours".

5. Évaluation

29L'évaluation n'occupe pas une place primordiale dans Teentalk. Il n'y a aucun quizz, ni aucun test, même si un score est tout de même attribué à chaque exercice de la rubrique "Exercises". L'apprenant bénéficie d'un suivi personnalisé auquel l'enseignant a accès à partir de la rubrique "Teachers' room". "Your report" répertorie les activités réalisées par l'apprenant et le score éventuel qu'il a reçu aux différents exercices.

30Même si l'évaluation n'est pas omniprésente, Teentalk a un côté très scolaire qui reproduit la présence de l'enseignant comme autorité experte et qui peut s'avérer être décourageante pour les apprenants qui s'inscrivent dans une perspective d'autonomisation de leur apprentissage. L'organisation du didacticiel peut en effet donner l'impression, surtout s'il est utilisé en classe, que l'enseignant a accès à chaque fait et geste de chaque apprenant.

6. Nature et rôle des aides, des commentaires et des outils

31Teentalk propose un certain nombre d'outils tels que le glossaire dont nous avons déjà parlé et un bloc-notes "Memo" dont on peut regretter que l'apprenant ne soit pas invité à l'utiliser plus explicitement.

32Soulignons la possibilité de tout imprimer, d'où la possibilité pour l'apprenant de garder une trace des activités qu'il a faites et la possibilité pour l'enseignant d'utiliser le didacticiel malgré les contraintes techniques auxquelles il pourrait avoir à faire face.

33En ce qui concerne l'aide apportée aux apprenants en difficulté, elle aurait pu faire l'objet d'une réflexion plus poussée. Pour seule correction aux grilles de compréhension, l'apprenant reçoit un message du type "That's not the complete answer. Try again", "That's right, but as you didn't succeed the first time, you don't get any points" ou encore "No, try again". En cas de mauvaise réponse, l'apprenant ne reçoit aucune indication, il n'est pas renvoyé vers le segment sur lequel porte son erreur. Il en est de même pour la rubrique "Exercises".

34Teentalk semble en fait ne pas avoir inclus le traitement de l'erreur dans sa conception, c'est dommage !

7. Ergonomie

35La navigation dans Teentalk est simple, claire et rapide. L'apprenant revient toujours à l'écran de départ, avec le bouton "Return" constamment disponible. On pourrait qualifier la navigation de navigation en étoile. On revient à l'écran de départ pour changer d'activité, de thème ou d'élève.

36La navigation par thème est directement accessible à partir de l'écran de départ (voir figure 1). La navigation par élève demande une étape supplémentaire (voir figure 2). Cet écran de départ donne également accès à des exercices, au bilan personnalisé de l'apprenant et à la rubrique réservée aux enseignants. Cet écran de départ est clair, attrayant et coloré. La simplicité de l'interface permet de prendre le didacticiel en main rapidement et d'acquérir des automatismes de manipulation nécessaires pour que l'apprenant ne se laisse pas déconcentrer.

37On peut tout de même regretter la mise en page des grilles de compréhension de chaque vidéo et de la rubrique "Your report" qui détonnent par rapport au reste du didacticiel. Ces éléments, sortis d'un simple traitement de texte, semblent peu attrayants et un peu décevants par rapport au reste qui est très coloré et plutôt travaillé en matière de mise en page.

8. Conditions d'intégration de ce didacticiel

38Comme nous l'avons vu, Teentalk a été conçu en vue d'une utilisation en classe. La rubrique "Teachers' room" montre l'intérêt des concepteurs pour un didacticiel proposant de nombreuses pistes d'exploitation par l'enseignant. Cependant cet atout semble avoir un effet inverse en rendant Teentalk extrêmement scolaire et en en faisant un produit auquel les apprenants s'inscrivant dans une perspective d'autonomisation de leur apprentissage risquent de ne pas s'identifier.

39Même si les pistes d'exploitation du didacticiel fournies aux enseignants sont tout à fait remarquables, on peut regretter qu'elles ne soient données que comme pistes et qu'elles n'aient pas été exploitées dans le didacticiel lui-même. En fait, Teentalk perd tout son potentiel dans une optique d'utilisation en autonomie complète chez soi ; ce qui peut paraître un peu contradictoire pour un didacticiel de langues.

9. Conclusion

40Teentalk est un didacticiel intéressant qui participe d'une démarche originale en s'appuyant sur une série d'interviews d'adolescents à propos de leur vie quotidienne dans leur école. Cependant, un de ses écueils, selon nous, est de ne pas se suffire à lui-même. Le fait d'avoir été conçu pour les enseignants et de n'intégrer aucune phase d'anticipation ni d'approfondissement fait de Teentalk un didacticiel trop scolaire qui risque d'en décourager plus d'un.

Haut de page

Bibliographie

[Bailly98a]
Bailly, D. (1998a). Didactique de l'anglais (2), la mise en œuvre pédagogique. Paris : Nathan Pédagogie.

[Bailly98b]
Bailly, D. (1998b). Les mots de la didactique des langues, le cas de l'anglais. Gap : Ophrys.

[KerbratOrecchioni90]
Kerbrat-Orecchioni, C. (1990). Les interactions verbales, Tome 1. Paris : Armand Colin.

[Lakehal99]
Lakehal, M. (1999). Guide de la pratique du QCM, examens et concours. Paris : Vuibert.

[Narcy90]
Narcy, J.-P. (1990). Apprendre une langue étrangère. Didactique des langues : le cas de l'anglais. Paris : Les Éditions d'Organisation.

Sites Internet
Lingonet Oy (1998) Teaming Up With Teachers. Consulté en octobre 2003 : http://www.linetti.com.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 - La navigation par thème dans Teentalk.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2256/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Titre Figure 2 - La navigation par élève dans Teentalk.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2256/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Figure 3 - Exemple d'interview.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2256/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 137k
Titre Figure 4 - Grille de compréhension de la navigation par thème.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2256/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 53k
Titre Figure 5 - Grille de compréhension de la navigation par élève.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2256/img-5.png
Fichier image/png, 16k
Titre Figure 6 - La rubrique "Exercises".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/2256/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Duchiron, « Analyse de Teentalk Canada »Alsic, Vol. 6, n°2 | -1, 157-168.

Référence électronique

Emmanuelle Duchiron, « Analyse de Teentalk Canada »Alsic [En ligne], Vol. 6, n°2 | 2003, mis en ligne le 15 décembre 2003, consulté le 06 décembre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alsic/2256 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.2256

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Duchiron

Lycée Paul Langevin, Suresnes, France
Emmanuelle DUCHIRON est professeur certifiée d'anglais au Lycée Paul Langevin de Suresnes (92). Son domaine de recherche est la didactique des langues et elle s'intéresse plus particulièrement à l'utilisation des TIC en classe de langue. Le DEA qu'elle vient de soutenir sous la direction de Françoise Demaizière à l'Université de Paris III porte sur l'analyse d'une sélection de didacticiels de langue qui a permis de mettre en relief les atouts, les limites et les utilisations potentielles du choix fourni.

Articles du même auteur

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search