Navigation – Plan du site

Éditorial

Thierry Chanier, Françoise Demaizière et Muriel Grosbois

Entrées d'index

Rubriques :

Éditorial
Haut de page

Texte intégral

11998-2018 notre revue fête ses 20 ans avec ce volume 2018 !

2Les rédacteurs en chef successifs, Thierry Chanier, Françoise Demaizière et Muriel Grosbois, sont heureux de vous présenter ce volume anniversaire. Le trio fondateur de la revue était conduit par Thierry Chanier, alors professeur à l'université de Franche Comté, il était secondé par Maguy Pothier de l'université Blaise Pascal à Clermont Ferrand, qui nous a malheureusement quittés (voir le volume 19 de la revue), et Françoise Demaizière, de Paris 7, qui a pris la suite de Thierry Chanier comme rédactrice en chef. C'est aujourd'hui Muriel Grosbois qui assume ce rôle, assistée de Elke Nissen et Christian Ollivier rédacteurs en chef adjoints. Il n'était pas aisé, en 1998, de créer une revue en ligne pérenne. Les facilités offertes aujourd'hui par un organisme comme OpenEdition, qui nous héberge sur son portail de revues en sciences humaines et sociales depuis plus de dix ans, n'existaient pas et seules les compétences en édition numérique de Thierry ont permis à la revue de démarrer. D'autres revues similaires, comme Marges linguistiques, par exemple, n'ont pu survivre à leur créateur quand il aurait fallu évoluer vers d'autres supports de diffusion.

3La revue Alsic a toujours fonctionné en suivant les règles des publications scientifiques pour les rubriques permettant aux auteurs de se réclamer d'une publication avec expertise par les pairs. Nous sommes répertoriés, par exemple, dans l'index de référence européen ERIH car nous répondons aux critères exigés. Si nous sommes stricts sur les articles publiés avec un statut de recherche nous sommes également ravis de nous ouvrir à d'autres types de textes, dans nos rubriques d'analyses d'ouvrages, de sites ou logiciels ou dans la rubrique Points vue, échanges. Nous publions des articles en français mais également dans d'autres langues, anglais et espagnol à ce jour.

4Nous publions un ou plusieurs numéros par an et avons adopté un principe de publication "au fil de l'eau" afin de profiter de la souplesse du support en ligne. Il n'y a aucune raison de faire une parution en bloc comme avec un support papier. Cette rigidité n'a plus lieu d'être. De manière similaire, nous avons supprimé une présentation avec numérotation de pages. Dans le monde de l'édition, le type de numérotation d'un texte a toujours correspondu à la fois au type de support de sa lecture et à l'organisation de son contenu afin de permettre de localiser l'entité textuelle que l'on voudrait citer. Par exemple, le numéro de page était peu ou pas utilisé dans les poésies, le théâtre ou les livres anciens où l'on préférait se référer au vers, à un ensemble de vers ou au verset. Aujourd'hui, afin de s'adapter à la lecture sur les différents types d'écrans et à leur mise en page flexible, on préférera la numérotation en paragraphes, qui a, d'ailleurs, un rapport direct avec l'organisation textuelle, au contraire de la page. Pensera-t-on encore longtemps en termes de volumes annuels ? À suivre !

5Un autre axe majeur de notre politique est la défense de l'accès ouvert, le libre accès pour tous aux publications scientifiques. Il n'y a pas besoin de s'abonner et de payer pour lire nos articles. On parle beaucoup de ces nouveaux modes de publication et de lecture depuis quelque temps, y compris dans la grande presse. Il y a des directives européennes en ce sens depuis plusieurs années et l'effort s'intensifie. Le Plan national pour la science ouverte, annoncé le 4 juillet 2018, rend obligatoire l’accès ouvert pour les publications et pour les données issues de recherches financées sur projets. L’ANR fait partie, avec 11 autres organismes européens de la coalition S, qui vise à fournir un accès libre à tous les écrits scientifiques.

6Nous souhaitons insister sur le fait qu'il existe plusieurs modèles de l'accès dit "ouvert/libre" : publication en accès gratuit après un délai, une "barrière" de plusieurs mois, la revue papier restant payante, et très chère en général ; publication en accès libre pour les lecteurs, mais avec nécessité pour les auteurs (leur laboratoire dans l'esprit de cette politique) de payer pour être publiés. Nous défendons un accès libre sans paiement pour les auteurs ni les lecteurs. Notre seul "revenu" vient d'une offre dite "freemium" qui permet à des bibliothèques ou divers organismes d'offrir à leurs lecteurs un accès direct aux contenus, sous format pdf, lorsque ces organismes ont souscrit à un abonnement à un bouquet de revues proposé par OpenEdition. La bataille fait rage avec de grands éditeurs comme Elsevier ou Springer dont les profits sont énormes, supérieurs en termes de rentabilité à ceux des compagnies pétrolières, alors que tout le travail de production et de mise au point éditoriale est fait par des chercheurs payés sur argent public ou bénévoles. Un certain nombre d'organismes ou d'universités ont d'ailleurs dénoncé dernièrement les accords qu'ils avaient passés avec des éditeurs ou n'ont pas renouvelé des abonnements aux coûts devenus prohibitifs, tel le consortium français Couperin en avril 2018 avec l'éditeur commercial Springer.

7Le volume 21 de notre revue est très international. Il commence par la rubrique Recherche, qui vous conduira du Québec à la Norvège. Adel Jebali, de l'université Concordia à Montréal, s'intéresse à l'usage des clitiques dans "Anxiété langagière, communication médiée par les technologies et élicitation des clitiques objets du français L2". Il a mené une expérience auprès d'un groupe d'apprenants du français langue seconde de niveau intermédiaire-avancé et mesuré la performance linguistique de ces apprenants pendant la réalisation de deux types de tâches langagières : une face à face et l'autre médiée par Skype. Les résultats montrent que les apprenants sont plus performants dans un contexte de communication à distance et produisent plus de clitiques, mais que cela ne se produit que lorsque l'élicitation de ces unités est de nature actionnelle.

8Le second texte, de Caroline Cruaud, "Learner Autonomy and Playful Learning: Students' Experience of a Gamified Application for French as a Foreign Language", examine l'émergence de l'autonomie en relation avec l'utilisation d'une application numérique ludique à l'université d'Oslo. L'application est une plateforme où les apprenants accèdent à des tâches, communiquent avec le reste de la classe et suivent leur progression dans les différentes activités. Elle a été utilisée pendant une année scolaire entière dans une classe de première d'un lycée norvégien. La structure de l'application ludique a fourni un cadre dans lequel les étudiants ont pu développer leur autonomie et participer à la dimension collective de l'apprentissage.

9La rubrique Pratique et recherche, retrouve le Québec puis se déplace vers l'Algérie, les États-Unis et la Bulgarie. Dans "Clavardage pédagogique : performances en écriture et interactions entre pairs chez des élèves du secondaire en difficulté d'apprentissage", Marie-Ève Gonthier, Chantal Ouellet et Natalie Lavoie traitent d'une recherche qualitative centrée sur l'utilisation du clavardage pédagogique en contexte d'écriture. Les participants sont des élèves en difficulté de première et de deuxième secondaire (12-14 ans). Grâce au clavardage, les jeunes ont mieux réussi à certains critères d'évaluation (orthographe grammaticale, respect des consignes et construction des phrases). Les interactions cognitives centrées sur la tâche dominent dans leurs discussions, ils ont pris en compte plus de la moitié des propositions discutées.

10Abdelmalek Talbi et Denis Legros s'intéressent, eux, à "L'effet de la correction assistée par ordinateur (CAO) sur la construction des compétences orthographiques des apprenants de FLE en Algérie". La recherche analyse les effets d'un correcticiel de nouvelle génération, le Robert correcteur, sur le développement des compétences orthographiques des apprenants en matière d'erreurs de phonogramme. Les résultats montrent que l'utilisation guidée et orientée du correcticiel favorise la correction des erreurs de phonogramme et qu'elle améliore le transfert des compétences orthographiques.

11Kristen Michelson et Beatrice Dupuy présentent, dans "Teacher learning under co-construction: Affordances of digital social annotated reading", les résultats d'une activité pédagogique proposée à des enseignants stagiaires inscrits dans une université du Sud-Ouest américain où ils enseignaient le français pour la première fois. Les participants devaient lire et discuter des articles scientifiques sur une plateforme numérique permettant la lecture en communauté, les annotations, et les discussions synchrones ou asynchrones. L'analyse du contenu des conversations entre participants a insisté sur les présences enseignantes, cognitives et sociales. Les résultats révèlent un niveau élevé de présence cognitive par rapport aux présences enseignantes et sociales, surtout en comparaison avec d'autres études qui ont examiné la présence cognitive sur des plateformes.

12La rubrique se termine par le texte de Krastanka Bozhinova "Intégration de corpus de petite taille et d'outils multilingues dans un dispositif de formation hybride centré sur les tâches". L'étude présente les résultats d'une recherche-action menée en contexte universitaire bulgare auprès d'un public d'apprenants internationaux de français L3 maîtrisant l'anglais L2 au niveau avancé et utilisant cette dernière comme médium dans leur cursus. Les exemples de tâches sociales et d'entraînement intègrent l'exploitation de ressources numériques dans un dispositif hybride visant à améliorer la capacité des participants à produire du discours conforme aux normes discursivo-pragmatiques à l'écrit. L'analyse est centrée sur l'effet de l'accompagnement, du traitement raisonné de corpus de petite taille et du travail avec des outils numériques multilingues dans une visée autonomisante.

13La rubrique Analyse de livres comporte dix textes. Françoise Demaizière fait une "Analyse de L'apprentissage des langues – Mythes et réalités de Stéphanie Roussel et Daniel Gaonac'h" dont elle apprécie la pertinence. Pour elle, l'ouvrage réussit, dans un format et une langue accessibles, à pointer des mythes pernicieusement répandus comme des évidences incontestables.

14Alessandra Rollo dans son "Analyse de Enseignement/apprentissage des langues et pratiques numériques émergentes", ouvrage coordonné par Anthippi Potolia et Diana Jamborova Lemay considère que les articles des divers auteurs proposent, chacun sous un angle d'approche différent, une contribution tournée vers l'apport des pratiques numériques en tant qu'outil pour stimuler et renforcer l'apprentissage des langues, pour offrir de nouvelles perspectives et, en même temps, pour aider les différents acteurs (enseignants et étudiants) à repérer les difficultés et à les surmonter par la proposition de méthodes adéquates.

15Malgorzata Kurek se plonge, quant à elle, dans une "Review of The Routledge Handbook of Language Learning and Technology", un des volumes de la série bien connue "Routledge Handbook in Applied Linguistics". Elle apprécie que cet ouvrage très riche et bien au fait des derniers développements du domaine soit pertinent tant pour les novices que pour les personnes plus expérimentées.

16Dans "Analyse de Enseigner l'oral en ligne", livre dirigé par Nicolas Guichon et Marion Tellier, Stéphanie Roussel souligne l'originalité d'un travail qui rassemble des auteurs aux compétences multiples autour d'un même corpus, pour faire varier les perspectives d'analyse autour d'un même objet. Elle considère que le travail scrupuleux, précis et rigoureux sur ce corpus est un modèle du genre. Elle signale, enfin, quelques regrets, à l'occasion d'une mise en perspective de la démarche qualitative de l'ouvrage par rapport aux méthodes quantitatives expérimentales auxquelles elle est habituée dans son propre travail.

17Elsa Chachkine, dans son "Analyse de Second-Language Discourse in the Digital World: Linguistic and social practices in and beyond the networked classroom" de Ilona Vandergriff, conclut que les chercheurs trouveront des synthèses utiles sur les pratiques numériques, sur l'analyse des discours médiés, sur les communautés en ligne, sur l'agentivité de l'apprenant en langue, les interactions multilingues. Les enseignants, les conseillers en langues des centres universitaires trouveront, quant à eux, des supports de réflexion pertinents. Elle indique néanmoins quelques "crispations" suscitées par sa lecture.

18Alessandra Rollo propose une seconde contribution, "Éduquer avec le numérique – Note de lecture", compte-rendu de sa lecture de l'ouvrage de Bruno Devauchelle, qui rassemble une partie des chroniques publiées en ligne par l'auteur. Elle apprécie que soient passés en revue les enjeux majeurs du numérique en éducation et que les problèmes ne soient pas éludés, l'attention étant focalisée parallèlement sur les implications techniques et pédagogiques.

19Shona Whyte analyse l'ouvrage dirigé par Robert O'Dowd et Tim Lewis, dans "Review of Online intercultural exchange: policy, pedagogy and practice". Elle apprécie le travail des deux responsables, personnalités expérimentées et reconnues dans le domaine des échanges interculturels en ligne, qui ont su réunir des contributions permettant au lecteur découvrant le champ de trouver de nombreux exemples de pratiques, à côté d'analyses plus généralisantes. Elle relève, par exemple, l'intérêt d'étudier les cas d'échecs communicatifs ouvrant vers des occasions d'apprentissage, ainsi que la question de la mobilité virtuelle ou physique ou les tensions entre liberté d'expérimenter et contraintes institutionnelles.

20Dans "Synthèse et discussion de Numérique et formation des enseignants de langue – Pistes et imaginaires", Marco Cappellini se penche sur l'ouvrage de Christian Ollivier et projet e-lang. Il constate un fil conducteur aux cinq contributions, qui fait l'originalité de l'ouvrage : le regard porté moins sur le numérique et/ou la formation des enseignants de langue que sur les imaginaires et les représentations sociales plus ou moins explicites autour de ces objets. Plusieurs thématiques récurrentes se dégagent, comme la nécessité de prendre position face à des postures d'injonction, la volonté de prendre en compte un cadre plus large que celui du niveau micro des interactions en ligne lors d'une formation particulière, la question des traces laissées sur Internet et de leur statut sur les plans éthique et moral ainsi qu'ontologique. L'analyse se clôt sur le rôle que doit avoir la réflexivité dans les pratiques de conception et d'enseignement avec le numérique.

21Jean-François Grassin s'intéresse à l'ouvrage dirigé par Catherine Caws et Marie-Josée Hamel avec "Analyse de Language-Learner Computer Interactions. Theory, methodology and CALL applications", un livre qui, pour lui, est une tentative pour construire une assise théorique et méthodologique renouvelée du domaine des LCI (learner-computer interactions) en s'adressant à un large public, chercheur(e)s des domaines de l'apprentissage médiatisé par les technologies, étudiant(e)s de master et de doctorat, mais aussi ingénieurs et scientifiques qui cherchent une vision transdisciplinaire de ce que peut être le domaine actuel de la recherche et du développement en CALL. Il considère que la qualité première de l'ouvrage est que chacun des auteurs respecte l'objectif que fixe le titre de l'ouvrage : s'appuyer sur des applications empiriques précises pour développer des perspectives théoriques et/ou des méthodologies de recherche dans le domaine des interactions Apprenant de langue-Ordinateur.

22La seconde contribution de Elsa Chachkine, "Analyse de Learner autonomy and Web 2.0" est consacrée à l'ouvrage dirigé par Marco Cappellini, Tim Lewis et Annick Rivens Monpean. E. Chachkine a été "charmée" par la discussion entre Thorne et Little au chapitre 2, qu'elle a trouvée élégamment guidée par Lewis et a trouvé l'ensemble de ce recueil de recherche passionnant. Pour elle, au-delà de la dimension sociale de l'autonomie, c'est la dimension sociale de l'apprentissage plus largement qui s'exprime dans l'ouvrage. Cela se traduit par des gestes altruistes, par la production d'un écrit qui sera visible par les autres étudiants, par la collaboration, l'entraide, la plaisanterie, le partage de ressources, le soutien psychologique ou encore par le fait de s'apprendre mutuellement une langue et de mutualiser des expériences d'apprentissage.

23Dans la rubrique Sélection de parutions, Marco Cappellini propose une sélection de parutions, en français et en anglais pour 2017 et une autre pour l'année 2018.

24La rubrique Analyse de sites et logiciels, qui suit, contient deux textes. Tout d'abord "Certif'Langues : un outil efficace de familiarisation à la certification Cles ?" de Hélène Bellecave, qui analyse la partie "anglais" de ce site qui propose des ressources de niveaux B1 et B2 en allemand, anglais, espagnol et français langue étrangère, destinées à la préparation de certifications. Elle met en valeur la pertinence et l'adaptabilité des dossiers à diverses situations ou publics au-delà même du Cles. Ensuite "Analyse d'Edmodo : un site de réseautage éducatif" de Carmenne Kalyaniwala étudie ce site qui relève de la collaboration sociale entre l'enseignant et l'apprenant. Elle conclut positivement qu'il s'agit d'un espace en ligne sécurisé pour les apprenants, qui permet à l'enseignant de rester aux commandes de ses cours en ligne, aussi bien sur le plan de la collaboration et de l'échange entre apprenants, parents, et enseignant, que par rapport à la microévaluation qui est rendue possible de maintes façons.

25La rubrique Journée d'étude webinaire "Environnements numériques pour l’enseignement-apprentissage des langues" revient sur le webinaire organisé en 2017 dans le cadre d'une collaboration entre le CLA, le laboratoire Elliadd de l'université de Franche-Comté et notre revue. Sophie Othman propose un texte introductif : "Journée d'étude webinaire 'Environnements numériques pour l'enseignement-apprentissage des langues' – Une rencontre scientifique innovante". Elle inclut des témoignages de participants ainsi que quelques photos de l'évènement. Viennent ensuite les vidéos des neuf conférences invitées.

26Nous vous souhaitons une bonne lecture et de bons visionnements !

27Les personnes suivantes ont participé ces derniers mois à l'expertise et à la relecture des articles ou résumés qui nous ont été proposés. Nous les remercions chaleureusement de leur aide.

  • Guy Achard-Bayle, université de Lorraine, FR

  • Franck Amadieu, université Toulouse Jean Jaurès, FR

  • Emmanuelle Annoot, université de Rouen, FR

  • Denis Bédard, université de Sherbrooke, CA

  • Françoise Blin, Dublin City University, IE

  • Alex Boulton, université de Lorraine, FR

  • Jean-François Bourdet, université du Maine, FR

  • Cédric Brudermann, Sorbonne Université, FR

  • Marco Cappelini, Aix Marseille Université, FR

  • Alain Cazade, université Paris Dauphine, FR

  • Elsa Chachkine, Conservatoire national des arts et métiers, FR

  • Chantal Charnet, université Paul-Valéry Montpellier, FR

  • Anne Chateau, université de Lorraine, FR

  • Christian Degache, université Grenoble Alpes, FR

  • Françoise Demaizière, université Paris Diderot, FR

  • Christine Develotte, ENS Lyon, IFÉ, FR

  • Martine Eisenbeis, université de Lille, FR

  • Anne-Laure Foucher, université Clermont Auvergne, FR

  • Daniel Gaonac'h, université de Poitiers, FR

  • Muriel Grosbois, Conservatoire national des arts et métiers, FR

  • Francis Grossmann, université Grenoble Alpes, FR

  • Nicolas Guichon, université Lumière Lyon 2, FR

  • Jean-Marc Lavaur, université Paul Valéry Montpellier 3, FR

  • Tim Lewis, Open University, GB

  • Stéphanie Mailles-Viard Metz, université Paul Valéry Montpellier 3, FR

  • François Mangenot, université Grenoble Alpes, FR

  • Pascal Marquet, université de Strasbourg, FR

  • Pascal G. Michelucci., université de Toronto à Mississauga, CA

  • Catherine Muller, université Grenoble Alpes, FR

  • Andreas Müller-Hartmann, Pädagogische Hochschule, Heidelberg, DE

  • Jean-Paul Narcy-Combes, université Paris 3, FR

  • Marie-Françoise Narcy-Combes, université de Nantes, FR

  • Elke Nissen, université Grenoble Alpes, FR

  • Christian Ollivier, université de la Réunion, FR

  • Henri Portine, université Bordeaux 3, FR

  • Anthippi Potolia, université Paris 8 Vincennes-Saint-Denis, FR

  • Cécile Poussard, université Paul-Valéry Montpellier 3, FR

  • Christophe Reffay, université de Franche-Comté, FR

  • Yvon Rolland, université de La Réunion, FR

  • Annick Rivens Mompean, université de Lille, FR

  • Stéphanie Roussel, université de Bordeaux, FR

  • Isabelle Salengros-Iguenane, École nationale des Ponts et chaussées, FR

  • Eva Schaeffer-Lacroix, Sorbonne Université, Espé, FR

  • Cédric Sarré, Sorbonne Université, FR

  • Geoffrey Sockett, université Paris Descartes, FR

  • Thierry Soubrié, université Grenoble Alpes, FR

  • Haydée Silva, université nationale autonome du Mexique, MX

  • Agnès Tutin, université Grenoble Alpes, FR

  • Denyze Toffoli, unversité de Strasbourg, FR

  • Daniel Véronique, université de Provence, FR ; université Paris 3, FR

  • Anna Vetter, CIEP, FR

  • Laurence Vincent-Durroux, université Grenoble Alpes, FR

  • Shona Whyte, Université Nice Sophia Antipolis, FR

  • Ciara Wigham, université Clermont Auvergne, FR

  • Hyeon Yun, université de Daejeon, KR

  • Hélène Zumbihl, université de Lorraine, FR

Haut de page

Pour citer cet article

Référence

Thierry Chanier, Françoise Demaizière et Muriel Grosbois, « Éditorial », Alsic [En ligne], Volume 21 | 2018, mis en ligne le 06 décembre 2018, Consulté le 24 octobre 2019. URL : http://journals.openedition.org/alsic/3494

Haut de page

Auteurs

Thierry Chanier

Articles du même auteur

Françoise Demaizière

Articles du même auteur

Muriel Grosbois

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

CC-by-nc-nd

Haut de page