Skip to navigation – Site map

HomeVolumesVol. 23, n° 2RechercheContacts de langue dans les espac...

Recherche

Contacts de langue dans les espaces discursifs numériques des chroniques : la diversité linguistique en partage

Languages in contact in the digital discursive space of "chronicles": linguistic diversity as a shared wealth
Violaine Bigot, Nadja Maillard-De La Corte Gomez and Camille Noûs

Abstracts

Chronicles are a type of narrative fiction published as serial stories on the internet (Facebook, Wattpad, etc.). Written by young people of various origins, most often from post-colonial migrations, they describe the daily life in the plurilingual and pluricultural universe of the outskirts of cities. The discourse of linguistic heterogeneity is studied in the discursive spaces (ie the multimodal narrative fiction itself and the exchanges with the readers that surround it) of 16 chronicles. The naming of languages and other forms used to refer to otherness in discourse (translation, metalinguistic comments, typographical games, etc.) are analyzed. The effects sought by these games of linguistic heterogeneity shown in discourse are then studied. Beyond the "effect of reality" linked to the staging of the multilingual urban environment, they allow the construction of an ethos (said and shown) of a multilingual speaker/writer, the narration of interactions with friends and family where languages play a central role in the construction of relationships and identities and finally the development of complex identity games, within digital interactions with readers. The heterogeneity of the repertoires appears to be strongly thematized in these discursive spaces where it is considered as a shared wealth.

Top of page

Full text

1. Introduction

1Cette recherche s'inscrit dans un projet consacré à l'étude d'un genre de littérature populaire publié sur différents réseaux sociaux et plateformes d'écriture : les chroniques.

2Le plus souvent, les chroniques sont écrites et lues par des adolescentes, formant sur les réseaux sociaux (Skyblog, Facebook, Instagram) et plateformes d'écriture (Wattpad) des communautés très étendues, réunies autour de l'une de ces pratiques amateur dont le numérique, pour reprendre les termes de Flichy (2010), a permis le "sacre".

3Les chroniques, entre autres caractéristiques, se présentent comme des récits en épisodes écrits par/mettant en scène des jeunes aux origines diverses, le plus souvent issus de migrations postcoloniales, évoluant dans l'univers plurilingue et pluriculturel des quartiers périphériques des grandes villes.

4Nous avons identifié dans de précédents travaux (Bigot, Maillard-De La Corte Gomez & Lambert, 2016, Bigot & Maillard-De La Corte Gomez, 2017a, 2017b) différentes stratégies d'écriture contribuant à construire, dans les chroniques, une image des jeunes de la cité comme un groupe se démarquant d'autres groupes socioéconomiques ou générationnels mais caractérisé néanmoins par une hétérogénéité culturelle et linguistique forte. Des procédés énonciatifs, des jeux de catégorisation ou de stylisation, l'emploi récurrent d'ethnonymes, etc. permettent aux chroniqueuses de mettre en discours la diversité culturelle des groupes de pairs qu'elles forment avec leurs amis.

5Dans le présent article, nous nous focalisons sur un aspect de cette construction discursive de la mosaïque identitaire des cités dans les chroniques. Nous étudions la manière dont, dans le texte des chroniques elles-mêmes, tout comme dans les échanges qui les accompagnent (notamment dans les espaces dédiés aux commentaires des différents réseaux sociaux sur lesquels elles sont publiées) se mêlent des langues et variétés de langues multiples. En effet, la production, tout comme la réception de ces récits se situent "à la croisée des langues" (Gauvin, 1997) et en ce sens, elles s'inscrivent dans le développement de nouvelles pratiques de littératies complexes, caractérisées notamment par leur plurilinguisme, et dont les enjeux sur le plan éducatif, ont été pensés par les chercheurs du New London Group (1996 et Cope & Kalantzis, 2009).

6Notre proposition s'ancre ainsi dans l'axe 1 de l'appel à contributions de la revue, qui invite à mieux connaître "les pratiques plurilingues et pluriculturelles en ligne (...) dans ce que certains nomment les 'digital wilds' (Sauro & Zourou, 2019)". Les chroniques présentent, en effet, l'intérêt de mettre en lumière des pratiques plurilingues en ligne peu documentées jusqu'alors – en regard, par exemple, des travaux menés sur les pratiques numériques des communautés réunies, entre autres, autour des jeux vidéo en ligne, des fanfictions, des pratiques de traduction amateur de mangas, de séries, etc., qui mobilisent d'autres formes de diversité linguistique (Thorne, 2010 ; Sauro, 2017).

7Notre travail portera sur un corpus (présenté en annexe) constitué des six premiers et trois derniers épisodes de seize chroniques publiées sur Facebook et Wattpad. Pour deux de ces seize chroniques, nous avons inclus dans le corpus l'intégralité des récits et des échanges avec les lectrices.

  • 1 Chaque chronique construit un "espace discursif" qui lui est propre, constitué des pages où se dépl (...)

8Nous montrerons la diversité des langues qui peuvent se côtoyer dans l'espace discursif1 des chroniques du corpus, image fictionnelle de celui des "cités" où se déroulent les récits, et nous verrons que le translanguaging constitue à la fois une caractéristique stylistique et un thème typique du genre chronique.

9Dans un premier temps, nous nous intéressons à la manière dont les chroniqueuses travaillent à différencier les langues dans et par leur discours. Celles-ci se trouvent mises en scène comme "plus ou moins étrangère[s] le long d'un continuum d'altérité" (Suchet, 2014, p. 19). Il s'agira ainsi d'examiner différents types de "dispositifs textuels d'étrangement des langues" (Suchet, 2014, p. 19). Nous nous appuierons, entre autres, sur les outils d'analyse proposés par Authier-Revuz pour étudier ce qu'elle a appelé l'hétérogénéité montrée (Authier-Revuz, 1982) : la manière dont les langues en présence dans le récit s'y trouvent catégorisées, les jeux de traduction qui constituent une forme particulièrement saillante d'hétérogénéité montrée, et enfin quelques usages des marques graphiques qui contribuent à différencier les langues.

10Nous étudierons ensuite quelques-uns des effets visés par cette écriture plurilingue qui peut être considérée comme un des ressorts de l'écriture de la chronique. Cette écriture plurilingue est mise au service, d'une part, de la construction des récits (effet d'œuvre, effet personnage, effet comique) et, d'autre part, de la construction d'images de soi, l'éthos plurilingue apparaissant comme le corolaire de l'éthos, culturellement hybride, qui constitue une des caractéristiques identitaires des jeunes de cités.

2. Présentation et délimitation du corpus

11Le "monde des chroniques", que nous explorons depuis 2014, ne cesse de se dérober sous nos claviers et nos écrans. Dans leurs formes et leurs contenus, les récits se sont révélés, au-delà des caractéristiques stables du genre (étudiées dans Bigot, Maillard-De La Corte Gomez & Lambert, 2016), d'une très grande richesse et diversité. Par ailleurs, rien ne semble pour le moment arrêter l'expansion du genre sur la toile : migration vers de nouveaux réseaux comme Instagram, déclinaison en nouveaux sous-genres, hybridation avec d'autres genres de littérature populaire. Par exemple, si les chroniques ont toujours "un pied dans la cité", on voit beaucoup de récits catégorisés par leurs autrices et les lectrices comme chroniques se dérouler majoritairement dans d'autres univers (maison à la campagne où habiterait un gang, pays exotique où la narratrice a été kidnappée ou mariée de force, etc.) et quitter les codes d'un récit réaliste de la vie à la cité. Par ailleurs, le nombre de pages de "fans de chroniques" et la taille des communautés de lectrices ne cesse de croître et donc, potentiellement, de se diversifier.

12La question de la construction et de la délimitation du corpus est donc centrale pour interroger les limites de la portée de nos analyses. Le risque que rencontre une étude comme la nôtre est celui que Trimaille pointait dans la présentation qu'il faisait en 2004 de son enquête sur les pratiques langagières d'un groupe de jeunes adolescents issus de la migration maghrébine : celui de dresser un portrait valant "pour tout le monde et pour personne" (Trimaille, 2004b, p. 66). En effet, selon quels critères définir "a priori" le groupe dont on veut étudier les pratiques ? Comment en circonscrire un échantillon "représentatif" ? Comment construire un corpus qui permette de dresser un portrait pertinent, suffisamment riche des pratiques langagières des personnes étudiées (et au-delà, du groupe qu'elles "représenteraient") ?

13Sans esquiver ces questions, nous assumons avec prudence le caractère circonscrit de l'enquête : les analyses des données construites renseignent sur les pratiques des locuteurs observés, dans les contextes spécifiques où le corpus a été "recueilli". Leur intérêt pour comprendre soit les pratiques langagières de ces mêmes locuteurs dans d'autres contextes soit les pratiques langagières d'autres locuteurs présentant des caractéristiques communes avec les locuteurs du corpus ne peut-être que le fruit d'extrapolations. Ainsi, l'étude du corpus sur lequel est centrée cette recherche ne prétend pas explorer les pratiques langagières plurilingues des jeunes de cités, ni même plus modestement des chroniqueuses et de leurs lectrices. Il offre un aperçu des pratiques langagières plurilingues de quelques chroniqueuses et des membres de leur communauté de lectrices avec lesquelles elles échangent sur les plateformes d'écriture (ici Facebook et Wattpad), et propose d'en dégager quelques caractéristiques récurrentes.

14Dans le cadre de cette recherche, nous avons choisi de nous focaliser sur un corpus de chroniques qui se présentent comme des récits autobiographiques ou des récits fictifs écrits à la première personne. Dans la quasi-totalité des dizaines de chroniques relevant du récit de soi que nous avons explorées depuis 2015, on retrouve un double ancrage territorial synchronique (la cité où résident les chroniqueuses) et diachronique (le ou les pays d'origine des parents) qui se manifeste à travers le nom de la chroniqueuse, le titre de la chronique, les informations biographiques données dans l'incipit de la chronique et/ou, sur Wattpad, dans les mots clefs. Compte tenu des questions traitées dans cet article, nous avons pris soin de ne sélectionner, pour cet article, que des chroniques présentant ce double ancrage.

  • 2 Les chiffres pour chaque chronique sont indiqués dans l'annexe finale. Il faut noter que le nombre (...)

15Par ailleurs, nous avons retenu des chroniques bénéficiant d'une certaine popularité, visible à travers leur parcours de republication par des fans, et par le nombre de "j'aime" (sur Facebook), ou de vues et de votes sur Wattpad2. Le corpus ainsi constitué comporte au total 16 chroniques. Deux ont été étudiées dans leur intégralité (Z&H notre mariage arrangé et Chronique d'une renoie zairoise love d'un rebeu). Pour les 14 autres, nous avons choisi de nous focaliser sur les six premiers et les trois derniers épisodes. Ce sont, en effet, le début et la fin de la chronique qui suscitent généralement le plus grand nombre de commentaires. En outre, dans l'incipit, où se noue le pacte de lecture, la présentation rituelle de la narratrice, de son entourage à la fois familial et amical est susceptible de thématiser la question des langues parlées par les personnages, et de mobiliser des pratiques plurilingues d'écriture. Il est aussi intéressant d'examiner, en regard, l'excipit du texte pour voir si une même diversité linguistique s'y retrouve, et si les éventuelles pratiques de médiation y sont là aussi mobilisées.

3. Étudier les pratiques plurilingues d'écriture en ligne de jeunes affichant des identités pluriculturelles : quel cadre théorique ?

16La sociolinguistique francophone a exploré depuis plus de trente ans les représentations et pratiques langagières des jeunes issus de la migration. Ces recherches ont permis de montrer que les langues héritées dans le contexte familial ont une fonction symbolique forte. Elles sont considérées comme des "symboles d'appartenance" et peuvent avoir une fonction identitaire, quel que soit le niveau de compétence développé dans le cadre de la socialisation langagière familiale (Billiez, 1985).

17Les mouvements migratoires s'effectuant, depuis des décennies, essentiellement vers les centres urbains, l'étude des pratiques langagières des jeunes issus de l'immigration s'est inscrite de facto dans le courant naissant de la sociolinguistique urbaine, qui plaçait au cœur de ses préoccupations, les contacts de langue (Calvet & Moussira-Mouyama, 2000) et le rôle des pratiques langagières (et des discours sur ces pratiques) dans la construction symbolique des frontières voire de la ségrégation socio-spatiale (Trimaille, 2006, par exemple). Les pratiques langagières des jeunes descendants de migrants se sont ainsi retrouvées au cœur de questionnements plus larges sur les modes de socialisation langagière de jeunes en contexte urbain pluriethnique. Dans le groupe de jeunes garçons dont il a observé les pratiques, Trimaille a ainsi, entre autres, relevé, "l'usage d'emprunts à d'autres langues présentes sur le territoire français, stabilisés dans les pratiques vernaculaires. C'est particulièrement le cas de mots arabes et de mots tsiganes" (Trimaille, 2004b, p. 68), mais aussi, nous dit Trimaille, de langues comme l'italien ou bien sûr de l'anglais, qui rappelle ainsi son statut de langue hypercentrale.

  • 3 On définira le translanguaging à la suite de Otheguy, Garcia et Reid (2015, p. 281) comme : "the de (...)

18L'étude présentée dans cet article s'inscrit ainsi dans cette histoire déjà longue de recherches sur les pratiques langagières de jeunes urbains, recherches qui ont essayé de "déterminer comment les langues familiales minorisées, dont la pression à l'assimilation ne favorisait pas le maintien, [sont] en quelque sorte réinvesties dans les interactions entre pairs, qu'ils appartiennent à la même communauté d'origine ou non" (Trimaille 2004a, p. 127). Dans ces recherches sont mobilisées, entre autres, les nombreux travaux qui ont exploré, depuis le dernier quart du vingtième siècle, la cohabitation, dans un même énoncé, de formes langagières catégorisées par les locuteurs eux-mêmes ou par les observateurs (notamment linguistes) comme appartenant à différentes variétés de langue. Les pratiques plurilingues (que l'on qualifie aussi dans cet article de "translanguaging3") des jeunes urbains présentent des caractéristiques du point de vue de leur forme mais aussi de leurs fonctions, notamment identitaires qui ont été étudiées (Rampton & Charamboulous, 2012 par exemple).

19Néanmoins, ces pratiques langagières plurilingues des jeunes urbains sont très souvent investiguées dans leur dimension orale, et leur dimension écrite se trouve mise au second plan. Dans un article écrit en 2012, Mori compare même les pratiques d'écriture des jeunes urbains à un "archipel invisible", largement minoré, voire ignoré. Elle constate, en effet, que les études qui leur sont consacrées les envisagent "sous l'angle d'une non écriture ou d'une sous écriture", notamment en rapport avec les attentes scolaires. Cette "oralité triomphante" des cultures urbaines est synonyme de "spontanéité, de vivacité, et parfois même de brutalité" et corrobore implicitement une "certaine image d'impétuosité et de réactivité, mais aussi, le plus souvent de turbulence, de violence et d'agressivité" (Mori, 2012, p. 72). Pour autant, les pratiques d'écriture extra scolaires de ces jeunes existent bien, et sous des formes multiples. À côté des tags ou des grafs (que Billiez a envisagés comme une "littérature de murailles urbaines", 1998), Mori évoque aussi la dimension écrite, souvent négligée, de pratiques artistiques comme celles du rap ou du slam ; elle mentionne aussi le rôle des ateliers d'écriture (parfois en lien avec des programmes de résidences d'écrivains). Sans conteste, les chroniques sont aussi, désormais, à mettre au nombre de ces pratiques créatives d'écriture. Leur étude donne la possibilité d'enrichir le regard sur les modes de socialisation langagière entre pairs en prenant en compte leur versant écrit.

20En fait, ce sont les questions d'hétérogénéité langagière dans leur ensemble qui sont traditionnellement étudiées par la sociolinguistique dans leur versant oral. Lilis et McKinney (2014) ont bien montré que les logiques binaires dans lesquelles s'est développée une partie de la sociolinguistique conduisent à placer systématiquement l'écrit du côté du standard et du mononormatif, et, lorsqu'il s'écarte trop de la représentation partagée, à le catégoriser comme relevant d'une forme d'oralité. L'intérêt de la sociolinguistique pour des corpus écrits dans lesquels plusieurs langues sont coprésentes est récent. Le plus souvent, comme le note Van Den Avenne (2013, p. 246), les analyses qui en sont menées, "hérite[nt] des approches de ce phénomène à l'oral", alors même que les ressources propres à l'écrit gagneraient à y être étudiées plus avant : la manière dont les langues sont réparties dans les espaces textuels, les choix graphiques, orthographiques ou typographiques permettant de mettre "en scène graphiquement" la différence des langues. Notre recherche s'inscrit dans ce mouvement de la sociolinguistique qui aborde les questions de variation dans les pratiques langagières écrites en prenant "à bras le corps" la spécificité de l'écrit, un écrit qui, dans le cas des chroniques, présente la spécificité d'être numérique, multimodal et en interaction.

21L'intérêt pour les contacts de langues dans les discours écrits a surtout porté sur "des corpus littéraires ou paralittéraires, en tout cas des corpus imprimés" (Van Den Avenne, 2013, p. 246). Dès les années 1970, des ouvrages comme ceux de Forster (The poet's Tongue, Multilingualism in Literature, 1970) ou Giordan et Ricard (Diglossie et littérature, 1976) se sont intéressés aux écritures littéraires bi/plurilingues. Par la suite, de nombreux chercheurs, souvent au carrefour des études littéraires et de la sociolinguistique, se sont interrogés sur les enjeux de ces écritures que Grutman a qualifiées d'hétérolingues, et définies en ces termes :

par hétérolinguisme (…) j'entendrai la présence dans un texte d'idiomes étrangers, sous quelque forme que ce soit, aussi bien que de variétés (sociales, régionales ou chronologiques) de la langue principale (Grutman, 1997, p.  37).

22Les chroniques peuvent ainsi être lues au prisme de ces travaux qui s'interrogent sur "la complexité des cas de figures que peut prendre l'utilisation de plusieurs langues, ou des variations d'une langue, dans l'espace romanesque" (Gauvin, 1999, p. 13), et dans une perspective bakhtinienne, qui s'intéressent à la diversité des langues, des voix, des styles qui s'y donnent à lire.

23Ils réfléchissent, en effet, à la manière dont est mise en texte la pluralité des langues, dont l'altérité langagière se trouve construite dans et par l'écriture et dont la norme monolingue se trouve, de la sorte, mise en question. Ainsi, Suchet, s'appuyant, entre autres, sur les travaux de Zabus (2004), propose d'examiner "les opérations de mise en scène qui, dans chaque texte, produisent telle ou telle langue comme plus ou moins étrangère" (Suchet, 2014, p. 29), et s'intéresse aux multiples "dispositifs textuels d'étrangement des langues" (p. 73). Même si les chroniques ne relèvent pas d'une sphère littéraire légitimée (la publication dans des maisons d'édition traditionnelles ou l'autopublication restent extrêmement marginale), elles s'inscrivent dans une forme de continuum avec ces écritures hétérolingues, notamment par leurs liens communs avec les contextes postcoloniaux dans lesquels elles s'inscrivent.

24Enfin, l'étude des contacts de langues au sein des chroniques se rattache aux recherches, en nombre croissant, qui s'intéressent "aux pratiques émergentes d'écriture via la communication électronique, en contextes multilingues et diglossiques" (Van Den Avenne, 2013, p. 246). Comme en témoigne la recension effectuée par Androutsopoulos (2013), peuvent être investiguées dans cette perspective, et dans des contextes sociolinguistiques variés, de multiples formes d'activités en ligne (dont certaines, comme la participation à des communautés de fanfiction, comportent, à l'instar des chroniques, une dimension créative indiscutable). Ici encore, les travaux soulignent la nécessité de prendre en compte les potentialités propres à l'écrit mises en œuvre par ce type de communication médiée, qui ouvre de "nouvelles formes de sociabilité translocales" (Morel, 2018) et, partant, de "nouveaux espaces d'écriture plurilingue". La diversité linguistique peut y être envisagée comme une ressource sémiotique que Leppänen et al., dans une étude consacrée aux pratiques en ligne d'adolescents finnois, évoquent en ces termes.

In new media activities [language choice and linguistic and stylistic heteroglossia] are often the only semiotic resources available for selfexpression, communication, meaning making, and identification through which the local and translocal can be negotiated (Leppänen et al., 2009, p. 1082).

4. "La construction discursive de l'altérité linguistique" dans les chroniques4

4.1. Documenter les dimensions plurilingues des pratiques d'écriture des chroniques : perspective étique, perspective émique

25Dans un corpus de huit chroniques, nous avions étudié, en 2016, les rituels de salutations plurilingues par lesquels s'ouvraient de nombreux récits (Bigot, Maillard-De La Corte Gomez & Lambert, 2016). Ces jeux plurilingues que nous avions relevés se retrouvent, dans des proportions variables, dans toutes les chroniques et se poursuivent tout au long des récits.

26À titre d'exemple, nous proposons de regarder, ci-après, le début de la partie 1 de la Chronique d'une Renoie Zairoise love d'un Rebeu. Dans sa partie "présentation", qui obéit aux codes du genre, la narratrice a donné quelques informations sur son âge (18 ans), ses origines (elle se catégorise comme "Zaïroise"), son lieu d'habitation (Belgique), sa famille et ses proches amis. Audrey entame ensuite son récit de la manière suivante :

  • 5 Pour tous les extraits, nous respectons la graphie originale.

27Extrait 1 Chronique d'une Renoie Zairoise love d'un Rebeu, incipit de la partie 15.

C'est la fin de l'année à la school ! Dernier jour en 5e Secondaire (Première pour les Français) ! J'suis posée à 11h30 dans la cours avec Mélodie ! On attend les résultats pour voir si on passe à Midi. Ya tout l'monde en stress de ouf ! En plus à ce lycée ya v'la d'étranger ! On s'imagine déjà en train de se s'faire tabasser par les Darons, haha Miskine !

28Quelques lignes plus tard, Audrey et son amie Mélodie sont abordées par Yasmina, une fille qu'elles ne connaissent que de vue et qu'elles ne comptent pas dans leur cercle d'amies.

Melodie : Euh, ouais ! On va d'abord attendre les résultats haha, et après on t'dit quoi alz ?
Yasmina : no problem , ca m'va ! Allez on va inviter d'autre ! Salam !

Elles partent...

Moi : euh il vient de sepaser quoi la ? Pourquoi cette pute nous capte comma ca ? wesh O lingi nini même ? (Elle veut quoi ? !).

29Si l'on veut y trouver des traces de pratique plurilingue, on pourrait identifier "school" et "no problem" comme étant empruntés à l'anglais, "Salam", "Miskine" et "wesh", à l'arabe, "O lingi nini" au lingala. De nombreux autres éléments ne seraient probablement pas catégorisés comme relevant du "français standard" si l'extrait était soumis à un panel de locuteurs francophones. On peut faire a minima l'hypothèse que "daron" (emprunté à l'argot "classique"), "ouf" (verlan de fou) et "alz" (à l'aise, hérité du langage sms), mais peut-être aussi les trois mots catégorisés comme "arabes" ci-dessus seraient majoritairement considérés comme caractéristiques de la "langue des jeunes" ou "langue des cités". "Tabasser" serait peut-être qualifié d'argotique, sans forcément être associé au langage des cités.

30Pourtant, dans ce dialogue entre jeunes lycéennes de "cité", raconté par une des protagonistes, à l'intention de jeunes filles francophones qui se catégorisent, elles aussi, comme des jeunes filles de cité, généralement issues des migrations postcoloniales, les segments que nous avons relevés comme des pratiques plurilingues sont, en fait, intégrés au fil du discours. Ils semblent donc appartenir de plein droit à la variété de langue dominante dans le récit et dans les dialogues. On ne relève que deux éléments construits discursivement comme hétérogènes : "O lingi nini" et "5ème secondaire". Leur caractère hétérogène est ici construit par le jeu de la traduction entre parenthèses qui les suit.

31Pour documenter les dimensions plurilingues des pratiques d'écriture des chroniqueuses et de leurs lectrices, le chercheur peut s'appuyer sur ses propres connaissances linguistiques pour repérer des emprunts à d'autres langues et sur sa représentation du standard pour identifier d'autres éléments (ou les mêmes) comme caractéristiques de la langue des jeunes ou de la langue des cités. Dans la suite des analyses, nous n'adopterons pas ce point de vue étique, extérieur au discours lui-même, qui nous a conduit, ci-dessus, à catégoriser comme non-standard ou comme "emprunt" certains segments du récit. Nous opterons, au contraire, pour un point de vue interne, émique, en explorant les pratiques qui sont données à voir comme plurilingues par les chroniqueuses elles-mêmes et leurs lectrices. Comment, et à quelles fins l'hétérogénéité linguistique est-elle exhibée dans les espaces discursifs des chroniques ?

4.2. Les langues nommées

32Adopter une perspective émique passe, entre autres, nous dit Canut, par le fait d'"écouter les locuteurs", pour étudier leur manière de dénommer les langues. Dans un article consacré à cette question (Canut, 2001), elle souligne, en effet, que la dénomination obéit à des logiques de domination, de démarcation, d'essentialisation. Elle rappelle les difficultés et débats jamais tranchés qu'ont connus sur ce point la linguistique historique et les travaux visant à établir des typologies des langues. Elle en conclut que la délimitation "scientifique" des frontières entre (variétés de) langues, est hautement problématique parce que "rien dans le réel ne peut constituer les limites d'une langue" (Canut, 2001, p. 455). Il s'agit alors d'éviter "de poser des catégories ad hoc dont la visée n'est autre que la recherche d'une clôture" (Canut, 2001, p. 458) et de "suivre" les frontières, les nominations des locuteurs eux-mêmes. Ainsi, dans le cas des chroniques, on se demandera quelles langues sont nommées, et à quelles occasions : ce recensement des langues nommées dans le corpus construit pour cet article, nous permet de donner un premier aperçu du paysage plurilingue construit dans les chroniques.

  • 6 Cet énoncé est présenté dans son co-texte immédiat dans l'extrait 16 qui en éclaire le sens.

33Dans le corpus des 16 débuts et fins de chroniques que nous avons constitué, on relève ainsi huit dénominations de langues différentes. Les chroniqueuses dénomment les langues pour qualifier les ressources du répertoire langagier d'un protagoniste comme dans Chronique d'un amour indécis où la narratrice, après que son amie a utilisé quelques mots de lingala, s'exclame : "Lol Sonia elle c'est dire des mots en lingala genre". Les langues sont aussi nommées pour catégoriser des pratiques discursives, ("C'est pas vous qui vous plaigniez que je parle trop en bambara ?", Chronique de Kadidia6) ou pour catégoriser un signe dans un emploi autonyme ("djej en arabe ça veut dire poulet" Chronique de Sara).

34Sont ainsi nommés l'arabe (Chronique de Sara, Chronique de Sahra, Chronique de Yacout et Chronique d'une renoie zairoise love d'un rebeu) ; le "rebeu" (Chronique d'une renoie zairoise love d'un rebeu) ; le lingala (Chronique d'un amour indécis) ; le Hindi (Chronique d'un amour indécis) ; le français (Chronique de Nadine, Chronique de Sahra, Chronique de Yacout et Chronique De Kadidia) ; l'espagnol (Chronique de Yacout) ; le bambara (Chronique De Kadidia ) et l'anglais (Chronique de Yacout).

35La dénomination des langues peut être l'objet de négociations dans le texte des chroniques elles-mêmes : c'est ce qui se passe dans Chronique d'une Renoie Zairoise love d'un Rebeu (partie 89), lorsqu'un personnage, Sélim, en sortie avec sa petite amie zaïroise lui demande de traduire ce qu'elle vient de dire "en congolais" à sa petite sœur. Il se fait alors "tshiper" par son amoureuse, qui rejette cette dénomination et lui enjoint (en majuscules) de ne plus jamais dire "En CONGOLAIS". Le passage attire de nombreux commentaires de la part de lectrices hilares ou théâtralement fâchées, et ce aussi bien lors de la première publication de la chronique sur Facebook que lors de sa republication sur Wattpad.

  • 7 Dans les republications de chroniques, certaines lectrices n'ont pas conscience que la chronique es (...)
  • 8 223 est l'indicatif téléphonique du Mali. Le recours aux indicatifs téléphoniques des pays pour aff (...)

36Les langues sont, en effet, aussi nommées dans les commentaires des lectrices qui adressent remarques, compliments et questions à la chroniqueuse7, aux autres lectrices et parfois directement aux personnages du récit. Dans ces espaces de dialogue, les choix de langue ou de variété de langue sont, en effet, très souvent et largement commentés ce qui contribue à cette construction discursive de l'altérité linguistique. Nous en donnerons ici un très bref aperçu à travers les échanges suscités par un dialogue entre Kadidia (qui s'est présentée dans le prologue comme "malienne (…) team 2238") et sa mère.

37Extrait 2, Chronique De Kadidia : Mariée de force à mon pire ennemi, partie 1 :

Elle : batradein I choubaka gnai bona (imbécile arrête de me regarder avec tes yeux de sorcière).

Moi : wahhh j'ai rien fait !

Elle : i djou la wili ka ta i da (lèves ton cul et va dormir).

38Ici, aucune langue n'est explicitement dénommée dans le texte de la chronique ; ce sont, en revanche, les lectrices qui dans les échanges suscités par le dialogue, s'interrogent sur la dénomination de la langue. Certaines identifient, d'emblée, le bambara ("c'est du bambara" "≠Bambara", "Bambara top !", "Choubaka chez le ms bambara sa veut dire Sorciere", "C'est ma mère ça qund ele m'insulte en bambara", "Jsuis soninke jcomprends ps trop le bambara", "Tchey musso la traduction de ton bambara il est pas clair", etc.) aussi dénommé "bamanakan" ("Enfin du bamanakan") ou "Langue Nationale du Mali". D'autres s'interrogent sur l'identité de la langue parlée par la mère – notamment parce que dans le prologue, Kadidia avait aussi précisé qu'elle était "d'ethnie peulh" : "C pas du peulh sa deh", "Ms elle avt dit qu elle était peulh". Et la dénomination de la langue se fait aussi par le biais d'interventions de la chroniqueuse elle-même dans les commentaires, en réponse aux questions de ses lectrices.

39Extrait 3, Chronique De Kadidia : Mariée de force à mon pire ennemi, échange avec les lectrices, partie 1.

"Ca ç peulh ?"

"non bamabara"

"Ta pas dit t peul"

"oui mais on mep parle en bambara va savoir pourquoi mdr"

4.3. Le couplage des "manières de dire" : entre mise en scène et mise en coulisse de l'altérité

40Sans forcément nommer les langues, les jeux de traduction constituent une manière, très fréquemment utilisée dans les chroniques, de construire l'altérité linguistique d'un élément du discours. Ils constituent bien un procédé d'altérisation linguistique typique des chroniques puisqu'on les rencontre dans 13 des 16 chroniques dont nous avons étudié les épisodes initiaux et finaux.

41Extrait 4 : Code de la rue : Survivre à la Cité, partie 4

Elle en me souriant : Salam khty (ma sœur) j'ai vu que t'étais seule et je me suis permise de venir m'assoeir à côté de toi.

42Ces jeux de traduction relèvent de ce que Authier-Revuz (1987, p. 71) qualifie de "couplage méta-énonciatif" ou couplage entre "des manières différentes de dire un même référent" : un élément X (ici "khty") est repris par un élément Y ("ma sœur"), posé à la fois comme équivalent (X et Y ont le même référent) et, pour éviter la tautologie, comme différent (une autre manière de dire). Parmi les ressources permettant d'établir ces "couplages méta-énonciatif" (apposition, coordination avec "ou", marqueur de reformulation comme "c'est-à-dire", etc.), les chroniqueuses de notre corpus, lorsque le couplage consiste en une traduction, ont quasiment exclusivement recours à la parenthèse, "ponctuation double forte 'détachante'" (Authier-Revuz, 1987, p. 92).

43Extrait 5, Chronique de Sara, un cœur sous ses airs de Thug, partie 4

Moi :

Omar, stp Omar Lui : y a pas de "stp Omar" ! T'as cru t'étais qui pour frapper quelqu'un ? ? ?

Moi : Omar, haichik ("stp" en arabe)…

Je pleurais de plus en plus, Wallah que j'ai trop peur de mes frères.

44Outre la catégorisation de la langue "autre" (extrait 5 ci-dessus : "en arabe"), les traductions s'accompagnent parfois de commentaires qui renforcent l'altérisation et situent (au sens propre du terme) l'altérité, en catégorisant par un ethnonyme les locuteurs auxquels le fragment de discours est associé, (extrait 6 ci-après : "les Français") ou en territorialisant le discours emprunté (extrait 7 ci-après : "au Sénégal").

45Extrait 6 : Chronique d'une Renoie Zairoise love d'un Rebeu, partie 1

C'est la fin de l'année à la school ! Dernier jour en 5e Secondaire (Première pour les Français) ! J'suis posée à 11h30 dans la cours avec Mélodie ! On attend les résultats pour voir si on passe à Midi. Ya tout l'monde en stress de ouf ! En plus à ce lycée ya v'la d'étranger ! On s'imagine déjà en train de se s'faire tabasser par les Darons, haha Miskine !

46Extrait 7 : Z&H notre mariage arrangé, partie 1

  • 9 Bg "beau gosse" ou "beau garçon".

Je prends quelques snaps de Hassan et de moi parce qu'on était bg9, au Sénégal on dit bg yombul (être bg c'est pas facile) j'approuve.

47Ces formes d'étrangement de la langue utilisée rappellent le caractère non transparent et adressé des discours. On lit dans ces couplages méta-énonciatifs et dans les commentaires qui les accompagnent la prise en compte explicite, par les chroniqueuses, des écarts entre leur répertoire langagier et celui d'une partie du lectorat.

48La localisation du parler "autre" introduit dans le récit peut se faire de manière plus indirecte que dans les extraits ci-dessus, comme dans l'extrait 8 ci-après où à travers la caractérisation du plat, ce sont aussi, par contamination, le rituel d'accueil (apporter un plat à ses nouveaux voisins) et le mot "Terenga" qui sont altérisés.

49Extrait 8 : Chronique de Yacout : welcome Paname, partie 2

Hossine et sa femme Tata Khadijata étaient venus nous voir avec leur plat sénégalais pour la Terenga (Bienvenue)

  • 10 Si certains "emprunts" ne sont jamais traduits (comme Salam ou Wallah), pour beaucoup de termes on (...)

50Ces traductions entre parenthèses relèvent donc de ce que Authier-Revuz qualifie d'hétérogénéité montrée (1982). Elles contribuent à construire l'élément traduit comme relevant de discours autres (en l'occurrence d'autres langues ou variétés de langues) et, ce faisant, elles intègrent, en creux, les segments non traduits, à la langue ou variété de langue dominante du récit. En effet, pour Authier-Revuz ces formes d'hétérogénéité montrée construisent "par différence, pour le reste de la chaîne, l'homogénéité ou l'unicité de la langue, du discours, du sens, etc." (1982, p. 105). Ainsi, dans l'extrait 1 ci-dessus, c'est parce que "Khty" est traduit que "Salam", qui, lui, n'est pas traduit, se retrouve "incorporé" au reste du discours, comme un élément à part entière de la variété de langue qui permet à la chroniqueuse d'être comprise de ses destinataires10. On peut faire la même remarque pour "Wallah" dans l'extrait 5 ci-dessous ou de "school" dans l'extrait 6.

  • 11 Il se peut aussi que cet usage de "miskin" relève d'une forme de pratique de crossing masqué telle (...)

51L'assimilation à la langue partagée avec les lectrices de certains termes (souvent d'origine arabe), que l'on pourrait considérer, d'un point de vue extérieur, comme exogènes, est encore plus forte lorsque ces mots sont utilisés pour traduire des mots de langues tierces11. Ainsi, lorsque sa rivale passe devant elle avec son ex-amoureux, Merveille l'entend dire "ha la jalousie mawa trop" et elle fait suivre l'exclamation de l'explication suivante pour les lectrices non-locutrices de lingala "(genre miskin , pauvre d'elle )". Le recours à "miskin" comme terme explicatif de "mawa" en fait, plus encore que son usage fréquent sans traduction dans le cours du récit, un mot appartenant pleinement à la variété de langue qui sert à l'intercompréhension dans la chronique.

4.4. Mise en valeur graphique de l'altérité et autres formes discursives d'étrangement des langues

52Outre les traductions analysées ci-dessus, on retrouve parfois dans les parenthèses des formes de ce que Zabus (2004), citée par Suchet (2014, p. 86) nomme le rembourrage (ou "cushionning"). On trouve alors dans les parenthèses une "explication", qui permet de "rendre le terme étranger intelligible sans recourir à la traduction". Le couplage des manières de dire est alors implicitement présenté comme impossible ou peu souhaitable pour préserver l'altérité du signifiant, mais aussi du signifié. Dans la Chronique De Kadidia (partie 3, voir extrait 16 ci-dessous), l'exclamation "Kabako" est accompagnée de l'explication suivante : "ça exprime l'état de choc". L'exclamation, reproduite dans sa forme originale, garde ainsi toute sa spontanéité et sa force comme si une traduction, en l'assimilant au reste du texte, risquait d'en affaiblir la portée.

53On trouve parfois, beaucoup plus rarement, des gloses qui exploitent des procédés typographiques de "balisage" (Poplack, citée par Suchet, 2014, p. 90). Ainsi, lorsqu'elle utilise "Ourou Ayni" dans un dialogue amoureux (Z &H notre mariage arrangé, partie 35), la chroniqueuse ne surcharge pas le récit mais joue avec la mise en page pour offrir, aux lecteurs qui pourraient en avoir besoin, une médiation sémantique. Seul terme écrit en gras dans toute cette partie, "Ouroul Ayni" est suivi d'un astérisque qui renvoie le lecteur à un commentaire placé en bas de la partie, également en gras, précédé de la mention PS et formulé de la manière suivante : "PS Ouroul Ayni ce sont les femmes du paradis, elles sont extrêmement extrêmement belles. Elles sont parfaites".

54Enfin, certains des procédés de glose contribuent à la mise en altérité d'éléments linguistiques par des commentaires portant sur la prononciation. Yacout, dont le père est marocain et la mère "palestinienne d'origine", a quitté son quartier résidentiel de Montpellier après la mort de son père pour aller s'installer avec sa famille dans une cité de la région parisienne. Elle met en valeur, dans la description de son nouveau cadre de vie, les contacts de langue et de culture qui le caractérisent ainsi que certaines formes de misère sociale auxquelles elle n'était manifestement pas habituée. Dans la partie 3, elle met en scène Kaiss, "ce genre de mec que vous avez tous dans vos quartiers", un "looser qui n'a pas de dents, qui traine toujours avec une bouteille vodka à la main". Lorsqu'il l'aborde avec des paroles de "loveur", son frère, Jibril intervient fermement. Kaiss s'adresse alors directement au frère : "Wallah Khouya Djibril ("J'ai jamais compris ça mais chez les algériens J =Dj) j'ai rien fait. J'suis pas un vieux mec moi ! Avec Yacout j'veux faire mon hellal".

55Ce qui est en jeu ici, c'est la prononciation du nom, mise en valeur par le changement orthographique (elle écrit d'habitude le prénom de son frère sans D) et le commentaire métalinguistique. Si nous avons ici un commentaire métalinguistique précis concernant la manière de prononcer un phonème particulier, d'autres commentaires sont plus généraux, notamment ceux qui mobilisent la catégorie bien établie de "l'accent blédard". Nous avions déjà analysé dans d'autres chroniques les jeux de stylisation parodique de cet accent (Bigot & Maillard-De La Corte Gomez, 2017a, p. 123) pour camper des personnages, nous en relevons d'autres ici dans notre corpus. Dans l'extrait 9, la stylisation de l'accent blédard par le frère de la narratrice pour complimenter ses sœurs sur leur tenue est rendue à la fois par la transcription orthographique qui révèle les transformations de phonème ("jééés" pour "jeu") et les allongements vocaliques ("graaand", "jééé") et par un commentaire explicite ("accent blédard") qui remplit deux fonctions contradictoires : souligner le jeu de stylisation du frère mais également guider le lecteur pour "corriger" ce qu'il lit et donner du sens en retrouvant, derrière la forme sonore transcrite, l'énoncé en français qui s'y cache.

56Extrait 9 : Chronique d'une Renoie Zairoise love d'un Rebeu, partie 2

Junior : eeeeh ben , on a sorti les graand jééés quoi (accent bledard)

57Enfin, on observe aussi des stratégies variées pour transcrire, dans les mots arabes, des phonèmes absents du système phonologique du français et qui ne trouvent pas de transcription simple dans l'alphabet latin. Les choix opérés par les chroniqueuses rendent plus ou moins visible la spécificité de la prononciation. Le recours aux chiffres, qui peut être, pour de nombreuses lectrices peu familières du système, à la limite du "seuil de lisibilité" (Suchet, 2014, p. 24) appartient aux procédés qui renforcent l'altérité des mots empruntés. Héritée de l'écriture romanisée de l'arabe dans les contextes numériques (chat, sms…), où les locuteurs arabophones préfèrent souvent les chiffres à des graphèmes complexes ou difficiles d'accès sur les claviers, elle est aussi utilisée, dans les chroniques (et dans de nombreux autres contextes de communication numérique) par des jeunes, souvent issus de la migration maghrébine, mais peu ou pas alphabétisés en arabe. Dans les chroniques, elle est utilisée de manière non systématique, et apparaît comme une variante graphique libre, utilisée alternativement avec d'autres graphies. Ainsi, dans la Chronique de Yacout : welcome Paname, on trouve dans la partie 1 : "Jibril il faisait l'adulte ze3ma" (non traduit) puis dans la partie 2 et dans la partie 3, c'est la graphie "Zehma" qui est utilisée. Dans la chronique de Sana, on trouve "ta7an" (traduit par "pd" par la chroniqueuse), ce qui ne simplifie pas la graphie romanisée classique ("tahan") et contribue à l'exotisation graphique du mot, sans que l'on puisse bien sûr affirmer qu'il s'agit là d'un choix stratégique de mise en scène graphique de l'altérité.

58La construction discursive de l'altérité des pratiques langagières, qu'elle s'appuie sur les jeux de dénomination des langues, sur des pratiques de translanguaging par couplage autonymique ou sur des procédés graphiques peut être aussi étudiée d'un point de vue fonctionnel. Dans la partie 5, nous faisons le point sur quelques-uns des effets visés par cette écriture plurilingue, qui apparaît comme l'un des ressorts du genre des chroniques.

5. "L'altérité linguistique" dans les chroniques : entre effet de réel et effet d'œuvre

59Dans son analyse des "effets hétérolingues" dans le roman québécois, Grutman note que, le plus souvent, les textes hétérolingues sont lus à l'aune de l'"effet de réel" produit par la mise en contact de plusieurs langues et sont envisagés dans leur dimension mimétique, référentielle.

60Cependant, Grutman rappelle, tout d'abord, que ces effets d'ancrage dans la réalité restent une construction – et relèvent d'une forme d'"'illusion référentielle' propre au contrat de lecture 'réaliste' mais dont on connaît les limites : la réalité est construite au moins autant qu'elle est montrée ou reproduite dans les œuvres" (Grutman, 2019, p. 293). Il importe aussi d'étudier "les manières dont les langues (…) résonnent" (Grutman, 2019, p. 293) à l'intérieur d'un texte sans réduire celui-ci à la réalité extratextuelle, de ne pas "se limiter à la vision mimétique de la littérature" (Grutman, 2019, p. 67). En effet, "la langue des textes" ne se contente pas d'enregistrer ou de reproduire une réalité plurilingue et il est primordial de se focaliser sur ce qu'il nomme les "effets d'œuvre" (Grutman, 2019, p. 71), qui confèrent au choix de telle ou telle variété de langue des fonctions variées, et renvoient à des projets esthétiques et/ou idéologiques plus singuliers.

  • 12 Pas seulement, néanmoins : au gré des déplacements géographiques de certaines chroniques, le paysag (...)

61L'écriture des chroniques peut être analysée à l'aune de ces réflexions : la diversité des langues y produit un "effet de réel" indéniable (a fortiori dans le cas des chroniques qui se catégorisent comme réelles et affichent de manière plus affirmée encore leur souci d'authenticité). Les jeux hétérolingues qui s'y donnent à lire ont trait à la représentation de l'univers urbain populaire des "cités" : la diversité des origines et des cultures en est l'un des traits saillants, comme nous l'avions précédemment noté (Bigot, Maillard-De La Corte Gomez & Lambert, 2016) et la diversité des langues et des variétés de langues en est le corolaire. Les chroniqueuses puisent dans ce matériau langagier pour inscrire leur récit dans les espaces périphériques des villes, marqués par une pluralité culturelle et linguistique qui est en lien notamment avec les migrations postcoloniales12.

62La tentation peut être grande, si on mène une lecture documentaire, de n'y voir que le reflet de la réalité plurilingue des "cités". Néanmoins, la mise en scène/en texte de la diversité des langues relève aussi du contrat générique des chroniques : et en ce sens, elle doit être envisagée comme un des attendus propres au genre, dont il est pertinent d'explorer les "effets d'œuvre" spécifiques, entre respect des conventions stéréotypées, et recherche d'une possible forme d'écriture plus personnelle.

5.1. La chroniqueuse : performer un ethos discursif plurilingue (et pluriculturel)

63L'hétérogénéité, qui marque tout autant la langue de l'instance narratrice que les paroles rapportées des personnages, permet aux chroniqueuses de construire un ethos discursif (Maingueneau, 2015, p. 2) plurilingue et pluriculturel, consubstantiel au genre.

  • 13 La narratrice précise – pour expliquer ce métissage considéré comme peu crédible par certaines lect (...)

64Cette identité plurielle des chroniqueuses se donne à lire via l'ethos dit ("ce que le locuteur dit sur lui-même", Mainguenau, 2015, p. 2) – qui met notamment l'accent sur les origines migratoires des chroniqueuses, souvent multiples. Ainsi, dans Z&H notre mariage arrangé, la narratrice, Zahra, se présente comme "d'origine Sénégalaise, Algérienne, Congolaise et enfin Marocaine13".

65Mais cette identité se construit aussi via l'ethos montré ("ce que montre sa manière d'énoncer", Mainguenau, 2015, p. 2), qui les conduit à mobiliser, de manière plus ou moins marquée, les différentes langues et variétés de langues inscrites à leur répertoire, qui découle pour partie des origines familiales annoncées, et pour partie des caractéristiques du "parler véhiculaire interethnique de groupes d'adolescents en milieu urbain" (Billiez, 1992). Ainsi, dans les six premières parties de cette même chronique, les processus d'altérisation concernent des termes comme "shabs (amis)", "hbiba (cherie)", "sah (serieux)", "fais belek (attention)", "zehma (genre)", "zemel (pd)", qui sont reformulés en français, sans être explicitement identifiés comme des emprunts à l'arabe dialectal. D'autres alternances, qui renvoient plus explicitement aux origines maternelles, concernent le wolof : "au Senegal on dit 'bg yomboul' (être bg c'est pas facile)" - "*c'est en wolof langue parlé au Sénégal mais je traduis*", "yow (toi en wolof)". Mais on voit tout autant glosés des termes qui relèvent de l'argot/du langage jeune, comme "bizz (il vend de la drogue)", "vla (beaucoup)", "tarpin (plein)". Les processus d'altérisation concernent aussi l'anglais, comme dans la devise personnelle qu'elle formule dans la partie 1 : "Always slaying,trample on them haterzzz (trample on = Piétiner)", ou bien la manière dont elle caractérise l'une de ses proches : "elle habite dans l'immeuble seule 'Independant women'".

66L'écriture hétérolingue caractéristique des chroniques se construit ainsi performativement tout au long des récits, et ce dès les salutations plurilingues qui les ouvrent ("salut, salam, shalom, namasté etc etc" dans Petite Cendrillon amoureuse du Prince du ghetto, par exemple), dont nous avons montré le caractère rituel (Bigot, Maillard-De La Corte Gomez & Lambert, 2016). Cette écriture contribue ainsi à construire l'image attendue de la chroniqueuse, jeune femme dans la cité et la mixité.

5.2. Les personnages : faire exister, caractériser, différencier...

67Un autre des effets notables des pratiques de translanguaging concerne la construction des personnages. Comme nous l'avons précédemment évoqué (Bigot & Maillard-De La Corte Gomez, 2016), les dialogues – notamment les dialogues oraux synchrones – occupent une part importante des chroniques et sont un des lieux où se joue "l'authenticité" du récit offert aux lectrices. Ils relèvent aussi de "l'effet personne" tel que le définit Jouve (1992). En effet, l'écriture des chroniques est particulièrement attentive à la manière dont s'expriment les personnages, aux langues et variétés de langues qu'ils utilisent. Faire entendre, dans les dialogues, la diversité des répertoires verbaux en présence est une manière de "donner voix" aux personnages et de les faire exister. C'est aussi l'un des éléments clés de leur caractérisation, qui vient signifier tout à la fois les origines du personnage, son appartenance au cercle amical ou familial, et la génération (celle des pairs, celle des parents, celle des petits frères et sœurs) dans laquelle il s'inscrit.

68Ainsi, dans le corpus réuni pour le présent article, les dialogues avec les parents (ou les beaux-parents) mobilisent régulièrement la ou les langues d'origine de la famille – quasi systématiquement dans les salutations et les appellatifs, et très régulièrement dans le cours des échanges. Dans Z&H notre mariage arrangé, par exemple, lorsque la mère de Zahra s'exprime, on relève dans le discours de nombreuses alternances avec le wolof, dont la signification est traduite entre parenthèses : "c'est ma faute, li yeup mania (Tout ça c'est moi) On aurait jamais dû te marier à quelqu'un que tu n'aimes pas, woy ma fille Balma balma akk (Pardonne moi, Pardonne moi)".

69Ou bien Zahra précise que, pour plus de fluidité dans la lecture, elle retranscrit en français ce qui a initialement été formulé en wolof (cf. supra : "*c'est en wolof langue parlé au Sénégal mais je traduis*"). En revanche, lorsque la chroniqueuse adopte le point de vue de Hakim, ce sont des termes arabes qui marquent, dans les dialogues entre Hakim et sa mère, les origines, marocaines, de la famille.

70Extrait 10, Z&H notre mariage arrangé, partie 11

Elle (NB : la mère d'Hakim) : SoubbhanAlla'h mon fils est fou (...) Arrête de dire Ouais hmar '(idiot)

Moi : Smeh (Pardon) je voulais diremerci (...)

Elle : Ok à tout de suite In Shaa alla'h

71Cette caractérisation des personnages reste généralement assez stéréotypée – par exemple dans le cas du type du "blédard", déjà évoqué, qu'illustre l'extrait ci-après. Zahra y échange avec son oncle Karim.

72Extrait 11, Z&H notre mariage arrangé, partie 14

Lui : C ki lpetit hmar ki arrite pas di appeler sur lé téliphone ?

Gt ko il parle pas bien français ça me tu

Moi : Mddrrr Allo c'est Zahra.

Lui : Mais Zahra ti diconne (déconne) quoi.

On commence à parler arabe. Puis il me passe ma mère ensuite mon père (...)

73Néanmoins, les langues mobilisées, la manière dont elles le sont, permettent, d'une chronique à l'autre, de dessiner plus précisément la personnalité des figures parentales, de les individualiser. On voit ainsi, par exemple, dans les deux chroniques suivantes (dont les deux héroïnes se présentent l'une et l'autre comme "algérienne[s]"), se dessiner deux figures paternelles différentes (et partant, deux rapports père/fille singuliers) un "baba" respecté, traditionnaliste et religieux, qui veut que sa fille soit exemplaire dans Chronique d'Aliya, Aimerais-je un jour mon mari et un "poto" complice dans Code de la Rue : survivre à la cité.

74Extrait 12, Chronique d'Aliya : Aimerais-je un jour mon mari, partie 2

La voix au téléphone était grave et je la reconnu aussitôt :

...: Allô, as selem wa ayleykoum

...: Wa ayleykoum selem baba, comment vas-tu? (...)

Mon père : Je vais très bien al hamdoullilah, je voulais juste passer quelques minutes si ça te dérange pas.

Moi : Mais non au contraire marahba bik (...)

Mon père : Très bien j'arrive alors. (...) il s'installa et regarder notre déco.
Mon père : Ah mliha décoration te3kom quand même ( Ah elle est belle votre déco quand même )
(...) Mlih mela dok njibouha pour la grotte li 3endna fi dar ( C'est bien, alors on va la prendre pour la grotte qu'on a à la maison )

75Extrait 13, Code de la rue : survivre à la cité, leçon n° 1

Ohh Memed fallait pas, tu sais très bien que j'mange pas beaucoup le matin – ouai je l'appelle ni baba ni papa ni autre chose parce que mon père c'est l'amour de ma vie et pour moi c'est mon pote -

Mon père : Vas-y vieille folle mange et ferme ta gueule – j'vous avait dit que c'est mon poto (...) Alors Mi, t'es pressée où c'est comment là ?

Moi : pressée de quoi ?

Mon père : Beh la rentrée hmra

5.3. Dynamiques narratives et translanguaging : les langues au cœur des relations amicales et familiales

76Comme le montrent les exemples précédents, le jeu des langues ne sert pas seulement la catégorisation des personnages. Les langues que l'on connaît (ou pas), que l'on parle (ou pas), que l'on partage (ou pas) avec d'autres contribuent à la construction des relations entre les personnages, participant ainsi à la dynamique narrative.

77L'exclusion/inclusion des participants à l'échange en raison du choix de la langue de communication constitue un ressort narratif classique pour reconfigurer les cadres participatifs dans les dialogues des chroniques. Les obstacles culturels que rencontrent dans leur histoire d'amour, Audrey, jeune d'origine zaïroise et Walid, jeune d'origine maghrébine sont au cœur du récit de leur relation. Le non-partage des langues héritées familialement fait bien entendu écho à ces difficultés, et peut même à l'occasion les renforcer, en alimentant les angoisses face à des échanges incompris, comme dans cet extrait où Audrey entend une conversation en arabe entre son amoureux et une autre femme.

78Extrait 14, Chronique d'une Renoie Zairoise love d'un Rebeu, partie 15

Quand je me réveille je suis toujours au salon contre Walid ! Il est réveillé car je l'entend au téléphone.

Walid : Waaaaaaah tu casse la tête meuffe. J'ai dit je passerai ! tu comprend pas quoi ?

….. : En arabe

Walid : en arabe

Bon bref, c'était une rebeuse. Je sais pas de quoi il parlait… j'essayait de faire des hypothèse ! Mais Laisse tombé pas moyen… mdr L'arabe c'est hardcore !

79À l'inverse, dans les deux chroniques racontant un amour entre une Zaïroise et un Maghrébin, les personnages maghrébins se retrouvent exclus de conversations en lingala, de manière parfois tout à fait intentionnelle comme dans l'échange de la partie 13 de la chronique de Merveille où Farid, demandant à ses deux amies zaïroises de revenir au français parce qu'il se sent concerné par le récit en train de se faire, s'entend dire "lol nan t'es pas dans la converse". Les lectrices non-locutrices de lingala, sont, elles, informées de ce qui se dit grâce à la traduction.

80Dans les dialogues qui se déroulent au sein de la famille, la mobilisation des langues familiales est souvent une manière pour les chroniqueuses d'exprimer, et/ou d'interroger le lien avec les parents et au-delà avec les origines, comme l'illustrent les deux extraits ci-après.

81Extrait 15, Z&H notre mariage arrangé, partie 20

Mes parents m'ont beaucoup questionné à propos de ce que je fais la au lieu de comme ma mère le dit en wolof "séy séybi" c'est a dire m'occuper de mon ménage"

82Extrait 16, Chronique De Kadidia : Mariée de force à mon pire ennemi, partie 3

Moi : ça va ?

Elle : oui

Moi : genre tu me demande pas si ça va ? Kabako (ça exprime l'état de choc)

Elle : Pourquoi tu forces à parler bambara

MDR depuis talleur je forçais à parler en bambara alors qu'elle parlait en FR

Moi : *rire bah je veux pas oublier vu que madame Clémentine nous parle de moins en moins en bambara

Elle : batradein (enfant batard sisi ça s'insulte en nous insultant mdr) donc moi je m'appelle Clémentine ? C'est pas vous qui vous plaigniez que je parle trop en bambara ?

83Dans l'extrait 15, Zahra, en conflit avec le mari qui lui a été imposé, revient momentanément vivre chez ses parents, qui s'interrogent sur cette décision. Ici, l'expression en wolof est, à la fois, une marque d'affiliation à la mère ("comme ma mère le dit en wolof") et une mise à distance de comportements (s'occuper de son ménage) qu'elle refuse d'adopter. Dans l'extrait suivant, l'utilisation du bambara par Kadidia, alors que sa mère emploie le français est considérée par les deux protagonistes comme une forme "d'imposition" de la langue ("tu forces à parler bambara", "je forçais à parler en bambara"). Au-delà de ce jeu de menace de face ou de prise de pouvoir linguistique dans le hic et nunc de l'échange, c'est la question plus générale de l'usage du bambara comme langue d'échange dans la famille qui se trouve discutée. La fille explicite sa peur de la perte de la langue d'héritage ("je veux pas oublier vu que madame Clémentine nous parle de moins en moins en bambara"), ce à quoi sa mère répond en rappelant des commentaires antérieurs de ses enfants manifestant le rejet de cette langue héritée/imposée ("c'est pas vous qui vous plaigniez que je parle trop en bambara ?").

5.4. La relation avec les lectrices : rassembler, médier

84Mais la mobilisation de différentes langues dans l'écriture des chroniques est aussi au service de la construction et de la négociation de la relation entre la chroniqueuse et ses lectrices, entre recherche de connivence, pratiques de médiation, et éventuelle affirmation d'un "style" propre.

85Le recours à des langues de la migration constitue, avant tout, un moyen, pour la chroniqueuse, de cibler un public potentiel. Les commentaires des lectrices montrent que celles-ci apprécient de trouver des textes "miroirs", où elles partagent les origines des personnages (notamment de l'héroïne principale). Les mots clés qui catégorisent la chronique sur les réseaux sociaux, son titre, la présentation initiale de l'héroïne sont des moyens de savoir, d'emblée, si elle est susceptible de répondre à leur attente. Mais la présence, dans le cours du texte, de la ou des langues familiales participe, elle aussi, de ces retrouvailles avec soi-même qu'apprécient les lectrices. Dans une étude sur la mise en discours de la différence et la construction de la connivence dans les chroniques (Bigot & Maillard-De La Corte Gomez, 2017a), nous avions déjà relevé des jeux d'auto-catégorisation des lectrices, en écho avec ceux de la chroniqueuse.

86On retrouve ce phénomène dans la Chronique De Kadidia : Mariée de force à mon pire ennemi, non plus, cette fois, autour d'appartenances ethniques ou nationales communes mais autour des langues. Nous avons analysé supra la manière dont, dans la première partie, la dénomination du bambara se faisait non pas dans le texte de la chroniqueuse, mais dans les commentaires des lectrices. Plus de 190 messages de lectrices commentent la première prise de parole de la mère en bambara, dans la partie 1. Ces derniers expriment pour la plupart, le plaisir qu'elles ont à retrouver la ou les langues familiales, et célèbrent l'emploi du bambara. Si plusieurs le font sans nommer explicitement la langue, 25 d'entre eux nomment la langue en l'accompagnant d'un mot ou d'un émoticône ("bambara top" ou "Bambara ML" ou encore "😂😂😂😂c'est du bambara") révélant un plaisir quasiment jubilatoire à simplement mentionner le nom de la langue, en écho à son usage. On peut d'ailleurs noter aussi que trois lectrices nomment la langue en reprenant le nom que lui donnent ses locuteurs (par exemple "Enfin du bamanakan 🙏🏾😭"). Utiliser le bambara ne suffit pas dans ce jeu de revendications identitaires, il faut aussi le nommer, car comme l'écrit Sériot dans un article sur les enjeux identitaires et politique de la dénomination du macédonien : "nommer c'est classer, classer c'est distinguer, distinguer c'est faire être" (Sériot, 2019, p. 264). L'utilisation du bambara participe de cet effet miroir recherché par les lectrices : une dizaine d'entre elles soulignent d'ailleurs la ressemblance entre leur propre mère et celle de Kadidia ("Ptn on dirait ma mère" ou "C'est ma mère 😭😭😭", "Maman sors de ce corps 😂😂", "Ah c'est ma mère ça quand elle m'insulte en bambara ptn", etc.). Ce plaisir de retrouver "sa" langue est d'autant plus fort que celle-ci est, visiblement, rarement mobilisée dans les lectures des commentatrices : "Ennfiiin j'en avais marre de lire que des chronique ou les darones parlent arabes 😂un peu africain ❤😭" et quelques commentaires plus loin "Putaainnnn 😂😂 enfinnn j'vois ma langue dans une chro😩".

87Cependant, les chroniques ne sont pas uniquement une célébration de l'entre soi. L'un des enjeux des chroniqueuses est de pouvoir être potentiellement lues par des lectrices dont le répertoire linguistique ne coïncide pas forcément tout à fait avec le leur.

88Comme le note Suchet (2019, p. 67) : "ce qu'on gagne en authenticité à reproduire avec précision dans l'univers signifiant les actes de langage hétérolingues de l'univers signifié, on risque de le perdre en lecteurs". Les chroniqueuses se trouvent ainsi confrontées au dilemme identifié par Suchet entre "lisibilité" et "visibilité" de la différence que rencontre toute écriture à la croisée des langues, et qu'exprime très nettement cette remarque faite par l'autrice de Z&H notre mariage arrangé, au sujet de l'écriture de sa seconde chronique La Séduisante - Nafissatou : "et je suis vraiment désolée pour celles qui se plaignent du wolof, c'est mon style d'écriture à présent, je suis désolée, je mets la traduction autant que je peux".

89Le plus souvent les chroniqueuses mettent, en effet, en place des stratégies de médiations variées. Celles-ci peuvent ne pas atteindre leur but, comme lorsqu'une lectrice, à la suite de l'épisode 2 de Chronique d'une renoie zairoise love d'un rebeu, émet la réserve suivante : "Dommage y'a plusieurs langue sa soûl de lire la traduction sinon elle commence bien". Mais ces commentaires plus critiques restent minoritaires, et c'est, semble-t-il, le plaisir de la découverte de l'altérité, du jeu avec les langues, de la célébration de la diversité linguistique qui priment. Ainsi, dans Z&H notre mariage arrangé, l'intervention d'une lectrice, qui ne comprend pas le wolof mobilisé dans le texte de la chronique et les commentaires, témoigne de cette envie d'aller au-delà de l'opacité du texte hétérolingue : "J'comprends kedal mdrrrr déjà ça me concerne pas mais j'ai envie de savoir ce que vous dites mdrr".

6. Conclusion

90L'hétérogénéité montrée des discours constitue une des caractéristiques stylistiques de l'espace discursif des chroniques. Dans les récits eux-mêmes (dialogues en famille, entre pairs, description et récit), comme dans les échanges entre chroniqueuses et lectrices qui se développent autour des récits, la mise en discours de l'hétérogénéité des répertoires s'appuie sur des ressources langagières variées et est mise au service de dynamiques narratives et identitaires complexes. Comme l'a montré Authier-Revuz, l'altérisation de certains segments du discours (hétérogénéité montrée) construit, en creux, l'unicité des discours où l'hétérogénéité constitutive n'est pas montrée. Ainsi, des formes caractéristiques du langage des cités et héritées, dans les extraits étudiés, de l'argot traditionnel, de l'anglais, des langues de la migration (surtout, mais pas uniquement, l'arabe) se retrouvent ainsi intégrées, de manière non négociée, au français véhiculaire de ces espaces discursifs.

91Qu'elles soient mises au service de l'altérisation des discours (dénomination des langues, mise en valeur graphique de l'altérité, commentaires sur les accents, etc.) et/ou au service de la médiation pour se faire comprendre (jeux de traduction, commentaires explicatifs), les pratiques d'écriture plurilingue qui se déploient révèlent une grande attention des chroniqueuses et des lectrices à la diversité langagière. Cette diversité langagière est montrée dans les récits pour construire, non seulement, un effet de réel (le parler plurilingue des cités où cohabitent les langues héritées des parcours migratoires de ses habitants), mais aussi pour camper des figures, qui se caractérisent par leur parler et pour rendre compte des relations entre personnages à travers les négociations autour des langues et variétés de langues. Elle participe aussi d'un effet d'œuvre (le genre chronique se caractérise, entre autres, par la diversité des langues qui s'y déploient). Si l'écriture plurilingue, et certaines de ses formes comme le couplage autonymique par traduction entre parenthèses du segment hétérogène, constituent une caractéristique du genre, se jouent aussi dans le choix des langues nommées et montrées ou masquées, dans le recours plus ou moins systématique à la traduction, des choix que certaines chroniqueuses explicitent comme des choix personnels d'écriture.

92C'est enfin un éthos dit (je déclare les langues de mon répertoire langagier) et un éthos montré (je mobilise et je souligne discursivement l'hétérogénéité de mon répertoire langagier) que construisent, dans les pratiques de littératie plurilingue, les chroniqueuses et leurs lectrices. Dans les jeux de construction identitaire que révèlent ces négociations autour des langues, le fait de parler la même langue peut parfois construire des mouvements de convergence ou de connivence qui excluent momentanément les locuteurs d'autres langues. Mais dans les chroniques étudiées dans le corpus, c'est moins le fait de parler telle ou telle langue qui rend légitime la participation aux communautés que fédèrent les chroniques que le fait de parler plusieurs langues, d'en faire une ressource de communication inclusive grâce à des médiations efficaces et de manifester une ouverture et une disposition à enrichir son répertoire.

Top of page

Bibliography

Androutsopoulos, J. (2013). Code-switching in computer-mediated communication. In S. Herring, D. Stein, & T. Virtanen (Éds.), Pragmatics of Computer-Mediated Communication (p. 667–694). De Gruyter Mouton. https://www.degruyter.com/view/title/34103

Authier-Revuz, J. (1982). Hétérogénéité montrée et hétérogénéité constitutive : éléments pour une approche de l'autre dans le discours. DRLAV. Documentation et Recherche en Linguistique Allemande Vincennes, 26(1), 91–151.

Authier-Revuz, J. (1987). L'auto-représentation opacifiante du dire dans certaines formes de "couplage". DRLAV. Documentation et Recherche en Linguistique Allemande Vincennes, 36(1), 55–103.

Bigot, V., Maillard-De La Corte Gomez, N., & Lambert, P. (2016). Les chroniques : étude exploratoire d'un genre d'écriture (très) populaire sur le net. SHS Web of Conferences, 27.

Bigot, V., & Maillard-De La Corte Gomez, N. (2017a). Processus de différenciation des pratiques langagières des jeunes et des adultes dans les chroniques facebook. Bulletin Suisse de Linguistique Appliquée, numéro spécial, 117–128.

Bigot, V, & Maillard-De La Corte Gomez, N. (2017b). "Jkiff  ! ! en plus moi osi chuis une Z  !" Construction de la connivence et reconnaissance de la différence dans le dialogue entre les chroniqueuses et leurs lectrices. Glottopol, (29), 111–135.

Billiez, J. (1985). La langue comme marqueur d'identité. Revue Européenne des Migrations Internationales, 1(2), 95–105.

Billiez, J. (1992). Le parler véhiculaire interethnique de groupes d'adolescents en milieu urbain. Actes du Colloque international "Des langues et des villes" (p. 117–126). Didier érudition.

Billiez, J. (1998). Littérature de murailles urbaines : signes interdits vus du tram. In A. Millet, J. Billiez, J.-P. Sautot, N. Tixier, & V. Lucci, Des écrits dans la ville, sociolinguistique d'écrits urbains : l'exemple de Grenoble (p. 99–164). L'Harmattan.

Calvet, L.-J., & Moussirou Mouyama, A. (2000). Le plurilinguisme urbain. Didier érudition.

Canut, C. (2001). À la frontière des langues. Figures de la démarcation. Cahiers d'études africaines, 41(163–164), 443–464.

Cope, B., & Kalantzis, M. (2009). "Multiliteracies": New Literacies, New Learning. Pedagogies : An International Journal, 4(3), 164–195.

Flichy, P. (2010). Le sacre de l'amateur : sociologie des passions ordinaires à l'ère numérique. Seuil.

Forster, L. (1970). The poet's tongues: multilingualism in literature. The de Carle Lectures at the University of Otago. Cambridge University Press.

Gauvin, L. (1997). L'écrivain francophone à la croisée des langues : entretiens. Éditions Karthala.

Gauvin, L. (1999). Introduction. Les langues du roman : du plurilinguisme comme stratégie textuelle. In L. Gauvin (Éd.), Les langues du roman (p. 7–14). Presses de l'Université de Montréal.

Giordan, H., & Ricard, A. (Éds.). (1976). Diglossie et littérature : recueil de travaux. Maison des sciences de l'homme d'Aquitaine.

Grutman, R. (1997). Des langues qui résonnent. L'hétérolinguisme au XIXème siècle québécois. Éditions Fides-CETUQ.

Grutman, R. (2019). Des langues qui résonnent. Hétérolinguisme et lettres québécoises. Classiques Garnier.

Hewitt, R. (1986). White Talk Black Talk. Cambridge University Press.

Jouve, V. (1992). L'effet-personnage dans le roman. Presses universitaires de France.

Leppänen, S., Pitkänen-Huhta, A., Piirainen-Marsh, A., Nikula, T., & Peuronen, S. (2009). Young people's translocal new media uses: A multiperspective analysis of language choice and heteroglossia. Journal of Computer-Mediated Communication, 14(4), 1080–1107.

Lillis, T., & McKinney, C. (2013). The sociolinguistics of writing in a global context: Objects, lenses, consequences. Journal of Sociolinguistics, 17(4), 415–439.

Maingueneau, D. (2015). L'ethos discursif et le défi du Web. Itinéraires, 2015(3).

Mondada, L. (1996). La construction discursive de l'altérité : effets linguistiques. Traverse, 1, 51–62.

Morel, É. (2018). Textos : assemblages hétérosémiotiques : approche plurielle des pratiques plurilingues dans la communication par SMS et WhatsApp. De Boeck Supérieur.

Mori, C. (2012). L'archipel invisible. L'écriture dans les "cultures de banlieue". Hommes & migrations. Revue française de référence sur les dynamiques migratoires, 1297, 68–76.

Otheguy, R., Garcia, O., & Reid, W. (2015). Clarifying translanguaging and deconstructing named languages: A perspective from linguistics. Applied Linguistics Review, 6(3), 281–307. https://www.degruyter.com/view/journals/alr/6/3/alr.6.issue-3.xml

Poplack, S. (1988). Conséquences linguistiques du contact de langues : un modèle d'analyse variationniste. Langage et société, 43, 23-48.

Rampton, B., & Charalambous, C. (2012). Crossing. In M. Martin-Jones, A. Blackledge, & A. Creese (Éds.), The Routledge handbook of multilingualism (p. 482–498). Routledge.

Sauro, S. (2017). Online Fan Practices and CALL. CALICO Journal, 34(2), 131–146.

Sauro, S., & Zourou, K. (2019). What are the digital wilds? Language Learning & Technology, 23(1), 1–7. http://scholarspace.manoa.hawaii.edu/handle/10125/44666

Sériot, P. (Éd.). (2019). Le nom des langues en Europe centrale, orientale et balkanique. Lambert-Lucas.

Suchet, M. (2014). L'imaginaire hétérolingue : ce que nous apprennent les textes à la croisée des langues. Classiques Garnier.

The New London Group. (1996). A Pedagogy of Multiliteracies: Designing Social Futures. Harvard Educational Review, 66(1), 60–93.

Thorne, S. L. (2010). The "intercultural turn" and language learning in the crucible of new media. In F. Helm & S. Guth (Éds.), Telecollaboration 2.0 for language and intercultural learning (p. 139–164). Peter Lang.

Trimaille, C. (2004a). Études de parlers de jeunes urbains en France. Éléments pour un état des lieux. Cahiers de sociolinguistique, 9(1), 99.

Trimaille, C. (2004b). Pratiques langagières chez des adolescents d'origine maghrébine. Hommes & Migrations, 1252(1), 66–73.

Trimaille, C. (2006). Spatialité vécue, dite et (inter)agie par des adolescents dans un quartier péricentral en mutation. Revue de l'Université de Moncton, 36(1), 61–96.

Van den Avenne, C. (2013). Écrits plurilingues. In J. Simonin & S. Wharton (Éds.), Sociolinguistique du contact. Dictionnaire des termes et des concepts (p. 245–261). ENS éditions.

Zabus, C. (2004). The African Palimpsest. Indigenization of Language in the West African Europhone Novel. Rodopi.

Top of page

Appendix

Présentation du corpus

Toutes les chroniques étudiées ont été publiées entre 2011 et 2019. Un lien est donné vers la version la plus ancienne encore disponible sur les réseaux (publication originale, ou, en cas de disparition de celle-ci, republication la plus ancienne).

14 chroniques dont les six premiers et trois derniers épisodes ont été étudiés.

Nom de la chronique

Nom de la narratrice

Lien vers la publication la plus ancienne encore disponible + republications

Nombre de j'aime sur Facebook (FB)

Nombre de vues et de votes sur Wattpad

Chronique de Sara - un cœur sous ses airs de Thug

Sara

Wattpad

https://www.wattpad.com/​story/​54509711-chronique-de-sara-un-c %C5 %93ur-sous-ses-airs-de-thug

12,7 M lectures

770 000 votes

Chronique de Kadidia : Mariée de force à mon pire ennemi

Kadidia

Wattpad

https://www.wattpad.com/​story/​65937351-chronique-de-kadidia-mari %C3 %A9e-de-force- %C3 %A0-mon-pire

Republication partielle sur Facebook

17,3 M lectures

1,1 M votes

Pour Aider Mon Père Je Me Suis Marié À Un Mafieu

Hizya

Wattpad

https://www.wattpad.com/​story/​55851926-pour-aider-mon-p %C3 %A8re-je-me-suis-mari %C3 %A9- %C3 %A0-un-mafieu

24,4 M lectures

1,6 M votes

Code de la rue : Survivre à la Cité

Sana

Wattpad

https://www.wattpad.com/​story/​52750727-code-de-la-rue-survivre- %C3 %A0-la-cit %C3 %A9

3,1 M lectures

234 K votes

Chronique d'Aby – Serais-je enfin épargnée par la vie

Aby

Wattpad

https://www.wattpad.com/​search/​Chronique%20d'Aby%20%E2%80%93%20Serais-je%20enfin%20%C3%A9pargn%C3%A9e%20par%20la%20vie

2,2 M lectures

173 000 votes

Chronique de Sahra ma vie a basculer

Sahra

Wattpad

https://www.wattpad.com/​story/​133234983-chronique-de-sahra-ma-vie- %C3 %A0-basculer-au-c %C5 %93ur-d %27une

2,1 M de lectures

122 000 votes

Petite Cendrillon amoureuse du Prince du ghetto

Souad

FB

https://www.facebook.com/​Petite-Cendrillon-amoureuse-du-Prince-du-Ghetto-Chronique-229579453766691

3 republications sur Wattpad

33 700 j'aime

Chronique d'Aliya : Aimerais-je un jour mon mari

Aliya

FB

https://www.facebook.com/​ChroniqueDAliyaAimeraisJeUnJourMonMari

1 republication sur Wattpad

6 300 j'aime

Chronique d'une fille tombé love d'un mec de cité (Shana)

Shana

FB

https://www.facebook.com/​Chronique-dune-fille-tomb %C3 %A9-love-dun-mec-de-cit %C3 %A9-153209771415750

3 republi sur wattpad

27 000 j'aime

Chronique d'un amour indécis

Tanya

Page supprimée sur FB.

> 5 000 lectrices (relevé 2016)

Zaïroise love d'un rebeu

Merveille

FB

https://www.facebook.com/​Chronique-dune-Zairoise-love-dun-rebeu-195102890539639

2 republications sur wattpad

17 000 j'aime

La vida à la cité

Camelia

Publication originale supprimée en 2012

une republication FB

https://www.facebook.com/​LaVidaALaCite

Pas de republication sur wattpad

Chronique de Nadine abandonnée par un blédard aimée par un Thug

Nadine

FB

https://www.facebook.com/​Chronique-de-Nadine-Abandonn %C3 %A9e-Par-Un-Bledard-Aim %C3 %A9e-Par-Un-Thug-383603098342739

1 republi wattpad

7 225 j'aime

Chronique de Yacout : welcome Paname

 Yacout

Supprimée de FB

 Republiée sur wattpad

https://www.wattpad.com/​story/​21259776-chronique-de-yacout-welcome-paname

3 M de vues

131 000 votes

Deux chroniques étudiées intégralement

Z&H notre mariage arrangé

Zahra

Wattpad

https://www.wattpad.com/​story/​77940438-z-h-notre-mariage-arrang %C3 %A9

1,6 M de lectures

119 000 votes

Chronique d'une renoie zairoise love d'un rebeu

Audrey

FB

https://www.facebook.com/​Chronique-dune-Renoie-Zairoise-love-dun-Rebeu-115680461883605

1 republi sur Wattpad

5 299 j'aime

Top of page

Notes

1 Chaque chronique construit un "espace discursif" qui lui est propre, constitué des pages où se déploient le récit plurisémiotique et l'ensemble des commentaires produits par les lectrices autour du récit. L'ensemble de ces espaces discursifs liés à une chronique particulière, auquel s'ajoutent des pages consacrées aux chroniques, constituent ce que l'on peut appeler l'espace discursif réticulaire des chroniques, espace ouvert (il peut y avoir des échanges sur les chroniques dans un forum consacré a priori à un autre sujet) et impossible à délimiter.

2 Les chiffres pour chaque chronique sont indiqués dans l'annexe finale. Il faut noter que le nombre de vues et de votes est très amplifié lorsque les chroniques sont publiées sur Wattpad. Très rares sont les chroniques qui dépassent les 30 000 j'aime sur Facebook et dépasser les 1000 j'aime constitue déjà la marque d'un réel succès. Sur Wattpad, si la plupart des chroniques ne dépassent pas la centaine de lecteurs, celles qui font l'objet de plusieurs dizaines de milliers de votes et de millions de vues sont très nombreuses.

3 On définira le translanguaging à la suite de Otheguy, Garcia et Reid (2015, p. 281) comme : "the deployment of a speaker's full linguistic repertoire without regard for watchful adherence to the socially and politically defined boundaries of named (and usually national and state) languages".

4 Nous empruntons cette formule au titre de l'article de Mondada (1996) : "La construction discursive de l'altérité : effets linguistiques".

5 Pour tous les extraits, nous respectons la graphie originale.

6 Cet énoncé est présenté dans son co-texte immédiat dans l'extrait 16 qui en éclaire le sens.

7 Dans les republications de chroniques, certaines lectrices n'ont pas conscience que la chronique est republiée par une fan et s'adressent, en vain, directement à la chroniqueuse. Les échanges ne peuvent pourtant, dans ce cas, avoir lieu qu'entre lectrices ou très éventuellement avec la lectrice qui a pris en charge la republication.

8 223 est l'indicatif téléphonique du Mali. Le recours aux indicatifs téléphoniques des pays pour afficher une identité nationale est très fréquent dans les chroniques.

9 Bg "beau gosse" ou "beau garçon".

10 Si certains "emprunts" ne sont jamais traduits (comme Salam ou Wallah), pour beaucoup de termes on n'observe pas de pratique systématique. Une chroniqueuse peut traduire ce qu'une autre chroniqueuse ne traduit pas, et parfois, dans une même chronique, un même terme peut être utilisé alternativement avec et sans traduction.

11 Il se peut aussi que cet usage de "miskin" relève d'une forme de pratique de crossing masqué telle que Rampton et Charalambous (2012, p. 485) la décrivent dans leur synthèse sur cette pratique: "Hewitt found, for example, that if 'a white youngster wishes to use a certain [Creole] word…., he or she may have to make it appear 'natural' to their speech if they are to avoid the possibility of being challenged' (1986, p. 151). This can be done (…) by delivering the word in such a way that it seems like a routine element in the multi-ethnic vernacular".

12 Pas seulement, néanmoins : au gré des déplacements géographiques de certaines chroniques, le paysage linguistique peut s'enrichir d'autres langues, comme dans cet extrait de Z&H où elle passe quelques jours en Espagne :

"ensuite, je vois une boutique de lingerie et je me dis pourquoi pas. Je rentre et je commence à choisir des trucs et y'à une go qui vient et me dit un truc en espagnol.

Moi : Je parle pas espagnol frère, en faisant des gestes. /.../

Elle : Une française ? Enfin.

Apparemment elle parle très bien en francais et d'ici elle devient ma pote et m'accompagne dans tous mes achats" (Z&H notre mariage arrangé, partie 13).

13 La narratrice précise – pour expliquer ce métissage considéré comme peu crédible par certaines lectrices : "Et non je ne suis pas née dans une partouze comme ils aiment dire /.../ /.../ Mon père il est Maroco-Algérien et ma mère Sénégalo-Congolaise /.../ ma grand-mère était Peulh".

Top of page

References

Electronic reference

Violaine Bigot, Nadja Maillard-De La Corte Gomez and Camille Noûs, “Contacts de langue dans les espaces discursifs numériques des chroniques : la diversité linguistique en partage”Alsic [Online], Vol. 23, n° 2 | 2020, Online since 27 January 2021, connection on 17 April 2021. URL: http://journals.openedition.org/alsic/4772; DOI: https://doi.org/10.4000/alsic.4772

Top of page

About the authors

Violaine Bigot

Violaine Bigot est maîtresse de conférences à l'université Sorbonne-Nouvelle. Recherches sur la construction de la relation interpersonnelle dans les interactions de classe, la socialisation langagière plurilingue en contexte scolaire et dans les réseaux d'écriture numérique.
Affiliation : laboratoire Diltec, EA2288 université Sorbonne-Nouvelle.
Courriel : Violaine.bigot@sorbonne-nouvelle.fr
Toile : http://www.univ-paris3.fr/bigot-violaine-29398.kjsp
Adresse : 46 Rue St Jacques, 75005 Paris, France.

Nadja Maillard-De La Corte Gomez

Nadja Maillard-De La Corte Gomez est maîtresse de conférences à l'université d'Angers. Recherches sur : approches plurielles des langues et des cultures, texte littéraire en classe de FLE/FLS, littératies plurilingues, littératies numériques.
Affiliation : laboratoire CIRPaLL, EA7457, université d'Angers.
Toile : https://www.univ-angers.fr/fr/acces-directs/annuaire-2/m/a/uduser-nadia-maillard-fr.html
Adresse : faculté des lettres, langues et sciences humaines, 11 boulevard Lavoisier, 49045 Angers Cedex 01, France.

Camille Noûs

Camille Noûs
Affiliation : laboratoire cogitamus
Courriel : camille.nous@cogitamus.fr
Toile : https://www.cogitamus.fr/

Top of page

Copyright

CC-by-nc-nd

Top of page
  • Logo DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search