Navigation – Plan du site

AccueilAppels à contributionAppels en coursEnseignement et apprentissage des...

Enseignement et apprentissage des langues et éducation à la citoyenneté numérique

Sous la direction de
Marco Cappellini, Aix-Marseille Université et Laboratoire parole et langage
Marta Giralt, University of Limerick
Christian Ollivier, université de La Réunion, laboratoire Icare

Présentation

Depuis le milieu des années 2010, on observe un intérêt croissant pour la notion de citoyenneté numérique, qui fait suite à l'introduction des technologies numériques dans toutes les sphères de la société. La notion de citoyenneté numérique a été façonnée par divers organismes internationaux, notamment l'Unesco (2015) et plus récemment le Conseil de l'Europe, qui la définit comme suit :

La citoyenneté numérique se réfère à la capacité de s'engager positivement, de manière critique et compétente dans l'environnement numérique, en s'appuyant sur les compétences d'une communication et d'une création efficaces, pour pratiquer des formes de participation sociale respectueuses des droits de l'homme et de la dignité grâce à l'utilisation responsable de la technologie1.

Au-delà de cette définition émanant d'un organisme institutionnel, qui met en avant des valeurs spécifiques, d'autres définitions de la notion de citoyenneté numérique ont été publiées, certaines promouvant une approche critique des valeurs.

La pratique de la citoyenneté est par nature discursive puisqu'elle implique des opérations discursives telles que le débat et la délibération, comme en témoigne, par exemple, la notion de sphère publique de Habermas (1989/1962). Il est donc important de se demander comment l'apprentissage des langues peut être lié au développement de la citoyenneté.

Dans le contexte de la citoyenneté numérique, il est également nécessaire de comprendre le rôle des technologies numériques, leurs perceptions et leurs usages dans la formation, y compris dans une perspective critique (Cappellini et al., 2022 ; Murray et al., 2020 ; Schneider & Grassin, 2022).

L'émergence de la notion de citoyenneté numérique s'est accompagnée d'interrogations sur les formes d'éducation la ciblant. Le thème de l'éducation à la citoyenneté numérique a généré un champ de recherche prolifique en sciences de l'éducation, comme en témoigne notamment le récent numéro d'Éducation et francophonie (Pellerin et al., 2021). Dans le domaine de l'éducation aux langues, des publications ont commencé à se tourner vers ce sujet, notamment Ollivier et al. (2021). Il apparait que l'éducation aux langues et l'éducation à la citoyenneté numérique (ECN) peuvent facilement converger en termes d'"objectifs" et d'approche pédagogique. On peut ainsi établir un lien fort entre la construction de la citoyenneté numérique et le développement des compétences langagières afin d’aider la personne à acquérir les moyens nécessaires pour participer pleinement au monde (numérique) multilingue. Dans le même temps, l'ECN dans l'enseignement des langues peut être considérée comme une opportunité de se tourner vers une didactique des langues plus participative en accord avec les principes de la citoyenneté numérique – par exemple par la mise en œuvre d'une version forte de l'enseignement des langues basé sur les tâches (Task-Based Language Teaching), qui promeut l'apprentissage par la pratique, l'émancipation des apprenants, la démocratie participative et les relations égalitaires entre enseignants et apprenants (Long, 2015, p. 63-82).

Un autre corpus de travaux pertinents pour la citoyenneté numérique est celui des littératies numériques. Historiquement, on peut voir comment le concept et les pratiques de littératies numériques ont évolué et ont été déclinés et étendus. Récemment, la capacité d'évaluer et de critiquer les pratiques, les artefacts et les fonctions du numérique dans un monde numérique a été intégrée dans le concept de littératies numériques critiques (Bawden, 2008 ; Littlejohn et al. 2012 ; Sheppard, 2014). Ce processus s'est poursuivi menant à l’inclusion de la littératie numérique critique dans la transformation et les pratiques de la citoyenneté numérique (Pangrazio & Sefton-Green, 2021).

Compte tenu du grand nombre d'initiatives pédagogiques en cours et de l'effervescence de la production scientifique actuelle, ce numéro spécial d'Alsic vise à faire le point sur cette thématique dans le domaine spécifique de l'éducation aux langues. Les propositions d’articles peuvent prendre la forme d'états de l'art et de modélisations, d'études empiriques ou de comptes rendus d'expériences montrant comment des points de vue particuliers sur l'enseignement de la CN sont mis en œuvre pédagogiquement. Les propositions de contributions peuvent être incluses dans les axes suivants, ou dans d'autres liés au thème :

  • Approches, mises en œuvre (tâches) et citoyenneté. Quelles approches, scénarios et tâches d'apprentissage peuvent être utilisés pour aider les apprenants et/ou les futurs enseignants à développer leurs littératies numériques (critiques) et leur citoyenneté numérique ? Quelles sont les finalités de ces approches ? Quelles sont les techniques pédagogiques et les outils et ressources numériques qu'elles utilisent ? Quelles sont les implications épistémologiques et éthiques de ces approches ? Comment l'enseignement des langues peut-il développer et mettre en œuvre des approches pédagogiques spécifiques qui s'inscrivent dans les principes de la citoyenneté numérique et favorisent la pratique de la DC dans le contexte éducatif ?

  • Lien entre littératie numérique critique/citoyenneté numérique et éducation aux langues. Comment l'éducation aux langues peut-elle servir de tremplin pour développer les littératies critiques et la citoyenneté numérique ? Quelles approches dans l'éducation aux langues peuvent être développées pour promouvoir l'éducation à la citoyenneté numérique ? Quels sont les objets linguistiques et discursifs en jeu (vocabulaire, genre, positionnement interactionnel, etc.) et comment la dimension numérique les remodèle-t-elle (cf. techno-genre, Paveau, 2017) ? Comment les apprenants peuvent-ils développer des compétences pour les reconnaître et les utiliser de manière critique dans leurs activités en ligne ?

  • Autonomie et citoyenneté. Quels sont les liens entre l'autonomie langagière, l'autonomie de l'apprenant, l'autonomie générale (Germain & Netten, 2004) et la citoyenneté numérique (Cappellini, 2021) ? Comment la métacognition peut-elle jouer un rôle dans le développement des littératies numériques critiques et de la citoyenneté numérique ? Comment le paradigme de l'autonomie de l'apprenant peut-il être lié au développement de citoyens autonomes ? Quelles activités pédagogiques peuvent être développées dans ce sens ?

  • Citoyenneté numérique et communication inter- voire transculturelle. Quels sont les aspects convergents de l'éducation inter/transculturelle et de la citoyenneté numérique ? Quelles synergies peuvent être identifiées et développées entre l'éducation inter/transculturelle et la DCE ? Comment l'ECN peut-elle favoriser la compréhension critique des différences et similitudes (inter)culturelles et rendre le citoyen numérique plus engagé et impliqué dans les questions sociales mondiales et locales ?

  • Citoyenneté numérique et médiation. Si la citoyenneté (numérique) est comprise comme la capacité d'interagir avec des personnes ayant parfois des valeurs différentes, alors quels processus de médiation sont visés par l’ECN ? Comment les compétences communicatives sont-elles liées à ces formes de médiation ? Quelles compétences sont communes au citoyen numérique et au médiateur interculturel ?

  • Citoyenneté numérique, éducation aux langues et engagement. Comment l'éducation aux langues peut-elle préparer les étudiants à l'engagement social ? Quelles opportunités l'éducation aux langues peut-elle offrir pour l'activisme social et numérique ? Comment les technologies numériques peuvent-elles être utilisées à cette fin ? Quelles formes d'action sociale émergent grâce aux technologies numériques et comment l'éducation aux langues peut-elle préparer les apprenants à participer à ces formes d'action sociale ?

Consignes aux auteurs

Les articles peuvent être soumis en allemand, anglais, espagnol, français et italien. Les soumissions doivent suivre les consignes aux auteurs d'Alsic https://journals.openedition.org/alsic/959.

Calendrier

1er décembre 2022 : soumission des résumés (500 mots + 5 références)

Fin janvier 2023 : réponses aux auteurs

Fin mars 2023 : soumission des articles

15 mai 2023 : réponses aux auteurs

15 juillet 2023 : soumission des articles révisés

Publication fin 2023

Contacts

Pour toute question, veuillez contacter marco.cappellini@univ-amu.fr marta.giralt@ul.ie et christian.ollivier@univ-reunion.fr

  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search