Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 25, n° 2Analyse de livresAnalyse et discussion de Fabrique...

Analyse de livres

Analyse et discussion de Fabrique de l’interaction parmi les écrans – Formes de présences en recherche et en formation

Marco Cappellini
Référence(s) :

Christine develotte, Amélie bouquain, Tatiana codreanu, Christelle combe, Morgane domanchin, Mabrouka el hachani, Dorothée furnon, Jean-François grassin, Samira ibnelkaïd, Justine lascar, Joséphine rémon, Caroline vincent, Fabrique de l'interaction parmi les écrans – Formes et présences en recherche et en formation. L'approche cognitive en didactique des langues, Ateliers [sens public], 2021, 163 pages, ISBN (web) : 978-2-924925-13-3, ISBN (PDF) : 978-2-924925-11-9, ISBN (EPUB) : 978-2-924925-12-6, ISBN (POD) : 978-2-924925-10-2. Creative Commons Attribution-ShareAlike 4.0 International (CC BY-SA 4.0). Accès libre et impression à la demande.

Résumés

analyse

Haut de page

Entrées d’index

Rubriques :

Analyse de livres
Haut de page

Notes de la rédaction

Cet ouvrage est disponible en libre accès : https://ateliers.sens-public.org/fabrique-de-l-interaction-parmi-les-ecrans/index.html

Texte intégral

1. Introduction

1Fabrique de l'interaction parmi les écrans présente des analyses d'interactions d'un séminaire doctoral réalisé en co-modalité avec des outils de visioconférence et des robots de téléprésence. La nature collective du travail présenté est évidente dès le début de la lecture par la liste d'auteurs, mais elle se retrouve ensuite aussi dans l'écriture à quatre ou six mains de presque tous les chapitres. La collaboration au sein du groupe, les dimensions socio-affectives et la bienveillance permettant des prises de risque font d'ailleurs l'objet de plusieurs passages au fil des chapitres. L'ouvrage présente plusieurs aspects originaux, non seulement sur le plan des contenus, avec des propositions conceptuelles qui permettent d'éclairer ce type de situation d'interaction, mais aussi sur le plan de la construction et de la forme de l’ouvrage même, ainsi que dans la mobilisation d'une logique de science ouverte.

2Dans cette recension, après cette introduction, je présente d'abord la forme de l'ouvrage et mets en avant des questions qui en résultent du point de vue du lecteur. J'aborde ensuite la structure et le contenu des chapitres en focalisant, sans prétention d'exhaustivité, sur certains concepts proposés par les auteurs. Je termine par une discussion, d'abord centrée sur le livre et ensuite le replaçant dans l'actualité scientifique.

3Les objectifs affichés par les auteurs sont de deux ordres. D'un côté, il s'agit de rendre compte des dynamiques d'interaction pendant un séminaire doctoral qui est défini comme polyartefacté, autrement dit impliquant plusieurs artefacts pour permettre la participation au séminaire à des personnes géographiquement distantes. Dans les mots des auteurs, il s'agit de "proposer des avancées conceptuelles fondées sur des analyses pluridisciplinaires des données recueillies". Ce premier objectif est donc poursuivi dans une perspective appelée tantôt pluridisciplinaire, tantôt interdisciplinaire et plus rarement transdisciplinaire (je reviendrai sur cet aspect dans la discussion). Le métissage disciplinaire permet non seulement d'appliquer des concepts établis aux données recueillies (c'est le cas de plusieurs concepts venant de la phénoménologie, par exemple), mais aussi de proposer un ensemble important de nouveaux concepts visant à saisir les spécificités de cette situation d'interaction, spécificités qu'un regard monodisciplinaire ne pourrait pas mettre en lumière. De plus, cette perspective combinant plusieurs disciplines se fait, d'après les auteurs, sans définir une orientation théorique préalable, laissant choisir leurs orientations aux groupes d'auteurs rassemblés autour de chaque chapitre. Il me semble qu'il faut prendre cette revendication en termes relatifs, puisqu'une orientation théorique et méthodologique générale est bien présente. Elle est certes ouverte, mais l'"éthologie réflexive visuelle" implique un positionnement épistémologique qui impacte les études présentées dans l'ouvrage.

4Le second objectif, affiché dès l'introduction, est de positionner le travail dans le cadre de la science ouverte. Cela se traduit à toutes les étapes du processus de recherche : de la documentation rigoureuse de la méthodologie de recueil de données et leur traitement pour en faire un corpus, au dépôt dudit corpus (Develotte & Lascar, 2021) sur une plateforme, Ortolang, qui permet le partage au sein de l'équipe et plus largement de la communauté scientifique ; de l'écriture de l'ouvrage avec un logiciel open source, Stylo, à la publication en libre accès permettant non seulement la lecture mais aussi le partage d'annotations. En sortant des éléments balisés par les approches existantes en science ouverte, il me semble qu'une dernière ouverture se trouve dans le fait que les données, l'objet des études, viennent d'un séminaire doctoral dont les participants sont les auteurs mêmes. Le lecteur est donc pour ainsi dire invité dans ce séminaire doctoral à observer comment la formation de jeunes chercheurs peut se réaliser. Par ailleurs, cela ne va pas sans poser des questions éthiques, épistémologiques et méthodologiques importantes.

5Avant d'entrer dans le vif de cette recension, je tiens à expliciter mon positionnement par rapport au groupe Impec, qui a eu la trajectoire d'une convergence. J'ai pu participer aux activités du groupe comme communiquant au colloque de 2014 et comme invité à une séance de séminaire en 2016. J'ai pu discuter régulièrement avec des auteures de la conception et du développement de cet ouvrage, qui a été présenté dans mon laboratoire à plusieurs reprises pendant l'écriture et l'édition. En 2021, j'ai rejoint le comité d'organisation et scientifique du colloque Impec 2022, et en octobre 2022 j'ai intégré le groupe Impec. Dans les lignes qui suivent je fais abstraction autant que faire se peut de ce positionnement, mais les discussions et la connaissance que j'ai de l'histoire de l'ouvrage influencent sans doute l'analyse proposée.

2. Un livre qui interroge la lecture

6Il est rare qu'un ouvrage demande de réfléchir à la manière de le lire au-delà des options classiques de lecture linéaire, diagonale ou de consultation. Même s'il est quelque peu artificiel de distinguer la mise en forme éditoriale (traitée dans cette section) des contenus (traités dans la prochaine), il me semble important de consacrer une section à la forme de l'ouvrage.

7L'ouvrage se présente en plusieurs versions possibles, qui, à mon sens, sont plutôt des ouvrages différents. Le lecteur pourra trouver en ligne une édition dite augmentée, une édition epub pour lecture sur liseuse, et une édition pdf qui est aussi la base de la version imprimée.

8L'édition augmentée se présente sous la forme de chapitres affichés dans différentes pages web, à leur tour divisés en sections accessibles par lien hypertextuel, avec un format familier au lectorat d'Alsic. Un glossaire et de nombreux renvois entre chapitres viennent également accompagner, et parfois peut-être compliquer, la lecture. En plus de cela, la version augmentée propose une série d'encadrés développant des concepts ou avec des représentations visuelles (schémas, figures, etc.). Le lecteur devient également spectateur par la présence de capsules vidéo qui contiennent les extraits analysés dans les chapitres. Enfin, le site de la maison d'édition utilisant le logiciel Stylo, il est possible pour les lecteurs d'annoter l'ouvrage avec des annotations soit privées, soit accessibles aux autres lecteurs.

9Dans les autres éditions, les encadrés et les capsules sont absents, ainsi que les annotations partagées. Les extraits vidéo ne sont pas transcrits, choix revendiqué par les auteurs, pour qui les capsules ne sont pas une simple représentation possible d'un phénomène, mais une partie importante du guidage du lecteur. Le choix est de "plutôt conserver le matériau audiovisuel primaire et de guider le ou la lecteur.rice-observateur.rice par un enrichissement sémiotique et narratif réalisé en postproduction". En passant, on saluera par ailleurs la prouesse de combiner jusqu’à six ou huit prises de vue de la même interaction et de trouver une manière de les analyser et guider le regard du lecteur.

10Pour ma propre lecture, j'ai tâtonné entre plusieurs options. N'aimant pas la lecture sur écran d'ordinateur, j'ai d'abord commencé le livre sur liseuse pour la lecture et la prise de notes, avec un ordinateur près de moi pour visionner les capsules vidéo quand cela était nécessaire. Néanmoins, n'ayant pas compris au début qu' étaient absents de la version pour liseuse non seulement les capsules, mais aussi une partie importante du texte, il m'a fallu revoir ma stratégie et distribuer la lecture entre liseuse et écran d'ordinateur ou tablette connectée. En lisant de cette manière, on pourrait se demander si plutôt que de désigner la version sur le site de l'éditeur comme version "augmentée", il ne serait pas plus approprié de parler, pour les autres, d'éditions "diminuées" ou "résumées", tant parfois les coupes d'encadrés et de capsules vidéo font perdre des éléments essentiels, comme dans les exemples du dernier encadré du chapitre sur les affordances attentionnelles ou pour l'encadré sur la "percepaction" dans le chapitre sur l'intercorporéité.

11Au-delà de l'aspect anecdotique, ces lignes veulent montrer comment l'ouvrage demande au lecteur de réfléchir à ses pratiques de lecture et à opérer des choix. Pour jouer avec le titre de l'ouvrage, la lecture aussi s'est faite parmi les écrans.

3. Structure et contenus

12L'ouvrage est composé d'une introduction, de sept chapitres, d'une conclusion et d'annexes. Les sept chapitres sont regroupés en trois ensembles. Le premier chapitre pose le cadrage épistémologique et théorique de l'ouvrage. Suivent trois chapitres portant sur des phénomènes jugés saillants par les auteurs et les ayant interpellés : attention, corporéité, politesse. Les trois derniers chapitres se veulent plus transversaux.

13L'introduction contextualise l'ouvrage à trois niveaux. D'abord, en termes (pluri)disciplinaires, comme noté ci-dessus. Ensuite, l'ouvrage est inséré dans une filiation d'autres écrits ayant ouvert des champs d'investigation, notamment The Natural History of an Interview (McQuown, 1971), l'un des ouvrages fondateurs des études interactionnistes, dont le lecteur francophone trouvera une analyse intéressante dans Winkin (1982). Enfin l'introduction donne des indications sur le cadre des interactions étudiées, celui d'un séminaire doctoral, indications qui permettent une meilleure compréhension des enjeux communicatifs et des cadres participatifs qui se retrouvent ensuite dans les exemples analysés dans les chapitres.

14Le chapitre de cadrage positionne l'ouvrage dans l'éthologie compréhensive et plus particulièrement dans l'éthologie réflexive visuelle, caractérisée comme transdisciplinaire. Cette inscription dans l'éthologie ne peut que rappeler l'œuvre de Jacques Cosnier (2013), une des figures tutélaires du séminaire Impec. Le chapitre documente rigoureusement la démarche méthodologique, surtout pour le recueil de données, ce qui permet éventuellement de répliquer, d'une part, et qui, d'autre part, combiné avec la description détaillée du contexte du séminaire étudié, donne autant que faire se peut les clés au lecteur pour comprendre les interprétations et en apprécier les limites et les apports. La démarche méthodologique d'analyse des données n'est caractérisée qu'en termes de réflexivité, laissant le soin à chacun des chapitres de détailler les spécificités de chaque étude.

15Les chapitres qui suivent sont particulièrement denses, d'une part par la pluridisciplinarité et la variété de concepts mobilisés, d'autre part par la proposition de nouveaux concepts à partir de l'analyse d'exemples tirés du corpus. Pour donner une idée de la richesse des chapitres, je m'engage dans une discussion approfondie du premier, "Affordances attentionnelles dans un séminaire instrumenté". Les autres seront abordés de manière plus superficielle.

  • 1 Par conséquent, nous ne souhaitons pas caractériser des phénomènes comme le "e-learning" comme si o (...)

16Le chapitre s'intéresse à la manière dont les interlocuteurs co-construisent l'attention dans l'interaction, y compris par la reconnaissance des phénomènes attentionnels. Ces phénomènes attentionnels ne sont pas jugés comme ontologiquement nouveaux, mais comme présentant néanmoins des caractéristiques propres liées à la multiplicité des supports de présence (visioconférence, robots de téléprésence). Cet élément (unité ontologique des phénomènes attentionnels), présenté dans le chapitre presque en passant, me semble soulever une question essentielle pour notre communauté de l'ALMT (apprentissage des langues médié par les technologies ; sigle beaucoup plus pertinent désormais qu'Alao, apprentissage des langues assisté par ordinateur). Avec l'apparition de nouveaux outils de communication médiatisée par les technologies, on semble parfois assister à la découverte de nouveaux phénomènes cognitifs, éventuellement prônés par des discours liés à des entreprises mercantiles. C'est le cas, par exemple, du pseudo-concept de multi-tâches, qui a été démonté par des études en sciences cognitives (Desmurget, 2019). D'autres conceptions sont possibles, comme celle de Bezemer et du regretté Kress, "We do not, therefore, wish to recognize phenomena such as 'e-learning', as though a new species has just been discovered1" (Bezemer & Kress, 2016, p. 8). Au premier abord, il apparaît donc sain de rappeler l'unité ontologique des phénomènes cognitifs, ici l'attention, et leur stabilité à travers les situations de communication. Néanmoins, la question devient plus compliquée si on adopte une perspective comme celle largement admise du cadre vygotskien, où l'introduction d'instruments psychologiques vient altérer – voire, comme dans le cas du langage, révolutionner – la cognition. Il semble donc essentiel de se demander si l'introduction d'artefacts d'interaction nouveaux a des impacts sur la cognition et si oui lesquels. En termes de formation, on pourrait même se demander comment accompagner les usagers (ici les interlocuteurs) pour qu'ils deviennent conscients et capables de reconnaître et utiliser l'ensemble des signes présents, en faisant émerger des affordances pour leurs fins.

17Le chapitre porte principalement sur l'attention conjointe, ou co-attentionalité, dont on décline trois formes : attention intersubjective, intersubjectivité attentionnelle et interattention. Une fois l'appareillage théorique posé, les auteurs notent qu'il existe une multiplicité de foyers d'attention, ce qui non seulement complexifie le cadre participatif, mais aussi conduit à un "déficit de perceptibilité" qui rend difficile aux interlocuteurs de se projeter pour comprendre la perspective des autres. En d'autres termes, dans cette situation "l'intersubjectivité attentionnelle, est la caractéristique de l'attention conjointe la plus remise en question par le dispositif polyartefactuel". Aux auteurs d'abandonner ainsi momentanément la posture descriptive pour adopter une posture normative, particulièrement utile pour celles et ceux intéressés à concevoir des situations d'interaction co-modale : "L'attention doit être portée aux conditions de possibilité de l'interaction". Sur le plan conceptuel, les auteurs proposent la notion très intéressante d'affordance attentionnelle, autrement dit des affordances qui permettent aux interlocuteurs de juger de l'efficacité de l'attention conjointe, de détecter d'éventuelles failles dans cette attention (notamment imputables à la complexité du cadre participatif) et de mettre en place des stratégies de reconstitution de cette attention conjointe. De la notion d'affordance attentionnelle découlent d'autres affordances, visant à rendre compte des observations empiriques. Ainsi, les auteurs proposent les fausses affordances, la cécité affordancielle (à mon sens un oxymore, si on adopte la définition d'affordance de Gibson, 1979, ou de Blin, 2016) et les marqueurs attentionnels. Par exemple, une fausse affordance se rencontre quand l'image d'un locuteur à distance est projetée sur un mur de la salle et qu'une personne dans la salle se tourne vers cette image pour s'adresser à la personne à distance, alors que pour donner à la personne à distance l'impression de s'adresser à elle il faudrait se tourner non vers son image, mais vers la caméra qui donne à la personne à distance une vue de la salle. Il me semble intéressant de prolonger ces observations dans les deux sens de l'analyse sémiotique et de la conception spatiale. En termes sémiotiques, l'exemple abordé montre une confusion entre référent et signe (dans ce cas une icône), qui conduit à penser que la personne à distance voit à travers les yeux de son image projetée sur le mur. On retrouve ainsi un nouveau champ d'application par les nouvelles technologies de l'aphorisme d'Eco, d'après qui le mot chien n'aboie pas. Dans le sens du design spatial (d'ailleurs développé dans le chapitre sur l'autonomie et la présence artefactuelle), les observations des auteurs invitent à réfléchir au positionnement des artefacts de captation dans la salle pour la retransmission en ligne et de projection des personnes à distance dans l'espace de la salle, idéalement pour les faire coïncider autant que possible pour rendre l'orientation des participants plus ergonomique. Les auteurs, eux, concluent plutôt dans le sens d'une nécessaire création d'un collectif dans ces situations d'interaction, afin d'arriver à faire face à la complexification de la réciprocité interactionnelle et aux éventuels ratés ou négligences attentionnelles induits par le dispositif.

18Comme le chapitre sur les affordances attentionnelles, les autres chapitres sont riches en propositions conceptuelles et en pistes de réflexion. Le chapitre 4 porte sur la corporéité dans cette situation de communication, et met en lumière un double mouvement, d'une part de réification des interlocuteurs à distance, d'autre part de personnification des artefacts. L'un des aspects les plus intéressants pointés dans ce chapitre est probablement le positionnement des corps et des artefacts dans l'espace. Le chapitre 5 s'intéresse à la politesse et à l'impolitesse, et à la manière dont elles se réalisent dans le cadre interactionnel en question. À nouveau, le chapitre montre l'importance du design techno-spatial de l'interaction. Il aboutit aussi à la formulation de maximes pour le fonctionnement de l'interaction. Même si les auteurs affirment vouloir reprendre les maximes de Grice (1975), il faut noter que ces dernières avaient une visée heuristique, alors que celles proposées dans le chapitre ont une valeur davantage normative dans la mesure où elles formulent des indications à suivre pour mettre en place l'interaction. Certaines pourraient être discutées, telle la maxime de plateforme.

19Le chapitre 6 ouvre le groupe de trois chapitres plus transversaux et porte sur l'autonomie et la présence artefactuelle. Les auteurs étudient comment les interlocuteurs se rendent présents et mettent en place une approche fondée sur l'interaction et non sur la localisation géographique. Ils distinguent entre présence artefactuelle et interactionnelle : "nous définissons la présence artefactuelle comme la présence de l'objet avec une possibilité réduite d'interaction, par opposition à la présence interactionnelle qui permet de prendre sa place dans l'interaction". Ils étudient ensuite les mouvements rendus possibles pour les participants à distance interagissant par le biais de robots de téléprésence et notent une différence entre le mouvement en production et en réception. Le chapitre 7 étudie les bugs et ratés interactionnels. Il met en lumière la gestion par le groupe des moments de panne technique, dans le sens de la construction d'une intelligence collective, qui serait peut-être plus profitablement appréhendée en termes d'une idioculture (Fine, 1987). Le chapitre développe une approche "diachronique" que j'appellerais plus volontiers "longitudinale", qui permet d'identifier la définition de rôles dans le groupe et l'élaboration et adoption d'ethnométhodes technolangagières.

20Le chapitre 8 me semble se différencier des autres dans la mesure où il ne porte pas sur la caractérisation de l'interaction par la théorisation, mais sur les effets de la participation aux interactions dans le développement de compétences professionnelles académiques chez les doctorants ayant participé au séminaire. Dans la conclusion, on retrouve une voix singulière de Christine Develotte (qui ne figure pas parmi les auteurs des chapitres), pour revenir sur la volonté de partage des données et les risques pour la face qui en découlent pour les chercheurs qui se montrent en train de tâtonner pendant leurs recherches. Enfin l'ouvrage est réinséré dans la trajectoire de publications de l'auteure et plus largement dans la filiation des fondateurs du Gric (groupe de recherche sur les interactions conversationnelles) puis du laboratoire Icar (interactions, corpus, apprentissages, représentations).

21Les annexes, et surtout l'annexe 1 me semblent nécessiter l'inclusion dans cette revue des contenus du livre. Elle est co-signée par Justine Lascar, qui figure à juste titre parmi les auteurs de l'ouvrage même si elle ne co-signe que cette annexe. À mon sens, cette annexe aurait pu avoir toute sa place parmi les chapitres, éventuellement suite à celui de cadrage, tant les réflexions présentées ne se restreignent pas à l'ordre du technique mais ont une grande valeur pour la démarche de science ouverte et de travail scientifique sur la multimodalité. Cette annexe détaille le processus de recueil de données et de confection du corpus. Elle présente également une réflexion originale sur la visualisation des données pour la publication en libre accès, et sur le travail nécessairement collaboratif entre auteures et ingénieures pour le montage des capsules. La réflexion est extrêmement novatrice sur la manière de focaliser l'attention des lecteurs (si on peut encore les appeler ainsi) par des moyens cinématographiques comme les zooms et les jonglages sur les pistes audio (entre autres), et prolonge, en même temps, un parcours de réflexion sur les capsules vidéo qu'un certain lectorat d'Alsic aura pu trouver dans d'autres recherches menées à Icar, tel le projet Ismael (Guichon & Tellier, 2017).

4. Discussion

22Du point de vue de l'accompagnement des lecteurs, l'ouvrage propose plusieurs éléments qui permettent de guider la lecture et de se repérer dans la densité des concepts, ce qui peut parfois prendre l'allure d'un florilège charmant mais difficile à démêler. Les définitions des concepts clés et le glossaire sont, en ce sens, d'une grande aide, ainsi que les synthèses systématiquement proposées en conclusion des chapitres et parfois des paragraphes. Il n'en demeure pas moins des passages qui pourraient dérouter plus d'un lecteur, comme par exemple :

Ces actes émanent d'instances "procuratrices", "témoins", "sentinelles" qu'incarnent les participant.e.s selon un mécanisme de chaîne d'agentivité groupale induisant des phénomènes de réification de l'animé et de personnification de l'artefact jusqu'à l'émergence d'une intercorporéité.

23Le lecteur devra ainsi parfois prendre une pause pour arriver à rattacher les descriptions conceptualisantes aux exemples concrets, et comprendre le déroulement des arguments.

24Du point de vue épistémologique, il s'agit d'un ouvrage idiographique issu d'une démarche strictement qualitative. En partant d'épisodes d'interaction, les auteurs proposent des concepts pour mieux appréhender certaines spécificités du cadre participatif à un moment donné, ou, rarement, de son évolution à travers les séances du séminaire. En ce sens, l'ouvrage est très réussi, car il met effectivement en lumière, en les nommant, des aspects centraux de ces interactions, comme les affordances attentionnelles et l'intercorporéité. On pourrait néanmoins souhaiter, en plus de ces apports importants, un aperçu global du corpus, par exemple en s'appuyant sur une annotation systématique et une analyse quantitative, qui auraient pu permettre d'obtenir un regard global ainsi qu'une idée de la rareté ou de la récurrence des phénomènes identifiés. Cette démarche n'est pas envisagée par les auteurs, mais elle pourra faire l'objet d'études à venir, y compris sur le même corpus, grâce à la démarche de science ouverte dont on a souligné l'étendue et la pertinence.

25L'ouvrage fait sans doute appel à plusieurs disciplines. Reste à savoir s'il s'agit d'une démarche pluri- inter- ou trans-disciplinaire. Les auteurs eux-mêmes semblent être incertains sur ce point, comme en témoigne la fluctuation de la terminologie au fil des chapitres, et notamment en introduction et en conclusion. Si l'on regarde la "provenance" disciplinaire des auteurs, force est de constater que les sciences du langage sont largement majoritaires, même si les sciences de l'information et de la communication (elles-mêmes une inter-discipline) sont aussi représentées. Cette provenance disciplinaire n'empêche pas les auteurs d'aller puiser dans d'autres disciplines des sciences humaines, comme la psychologie ou la philosophie. Il s'agit là d'un premier élément de caractérisation du métissage disciplinaire à l'œuvre : des auteurs institutionnellement rattachés à un champ disciplinaire puisent dans d'autres disciplines afin d'étudier leur objet d'étude. Cette option se distingue d'autres démarches où le métissage disciplinaire se ferait par, d'une part, un ancrage disciplinaire fort dans une discipline de la part de chacun des chercheurs, et, d'autre part, par une collaboration interpersonnelle où chaque chercheur, ou groupe de chercheurs, serait "représentant" de sa discipline. On peut avancer davantage dans la caractérisation de ce métissage en reprenant les définitions de Nicolescu (1996). En ce sens, l'ouvrage ne semble pas interdisciplinaire car il ne combine pas plusieurs disciplines afin de donner naissance à une nouvelle discipline. Il ne serait pas non plus transdisciplinaire, car les concepts des différentes disciplines ne me semblent pas être combinés dans les analyses au sein des chapitres, ou, en tout cas, pas systématiquement. Il s'agirait donc d'un ouvrage principalement (mais pas exclusivement) pluridisciplinaire, caractérisé par la juxtaposition de regards disciplinaires différents, actualisés dans les différents chapitres, sur le même objet d'étude. Le résultat est donc une fresque pluridisciplinaire qui permet d'appréhender, avec des regards disciplinaires différents, différentes caractéristiques de la situation d’interaction co-modale polyartefactée, avec l'originalité de ne pas se contenter d'"appliquer" des concepts existants, mais d'aller en créer de nouveaux rendant spécifiquement compte de cette situation. Ces derniers ont d'ailleurs parfois une tendance interdisciplinaire dans la mesure où ils combinent deux disciplines, comme la philosophie et les sciences du langage dans le chapitre sur l'intercorporéité.

26Si l'on devait formuler des critiques à l'ouvrage, j'en formulerais deux. La première, mineure, est que, dans certains passages ou certains chapitres, il semblerait y avoir une centration du regard, voire des analyses, sur l'espace physique de la salle du séminaire à Lyon. Par analogie, on pourrait dire que la salle est conçue comme une planète, et les participants à distance comme autant de satellites gravitant autour de cette salle grâce à des artefacts variés. Cela se retrouve, par exemple, dans ces citations : "notre analyse se concentre sur les FNA utilisés par les participant.e.s en présentiel pour désigner les participant.e.s à distance" ; "nous observons une scission entre présentiel et distanciel". Même si je partage intuitivement cette vision des choses, je me demande si une centration sur d'autres facteurs que le déroulé en présentiel physique ne pourrait pas permettre un point de vue plus pertinent. Peut-être que, par ailleurs, cela est lié au fait que la plupart des auteurs ont fait l'expérience des interactions en présentiel physique uniquement, et pas à distance. Une telle entreprise conceptuelle reste à mener.

27La seconde critique qui peut émerger à la lecture de l'ouvrage concerne la notion d'écran, qui, à mon sens, n'est pas suffisamment développée, et parfois en concurrence avec d'autres : le séminaire est défini comme étant pluriartefacté, non comme étant pluri-écranique. Un écran me semble pouvoir être défini comme un support d'une représentation visuelle et éventuellement auditive. "Écran" a également le mérite de se prêter à une signification non pas d'interface, mais d'opacité, comme dans l'expression "faire écran", ce qui est bien en ligne avec les fonctionnements et dysfonctionnements des technologies numériques et de l'infrastructure d'Internet. Néanmoins la notion d'écran me semble réduire un fonctionnement technologique complexe à un support de représentation, avec, par ailleurs, la tendance à penser aux écrans comme aux écrans dans la salle du séminaire à Lyon, et moins aux écrans des personnes participant à distance. Une discussion du choix de cette notion et de sa pertinence, y compris par rapport à d'autres notions, aurait probablement rendu plus clair le choix de ce terme et sa centralité dans le titre.

28Pour la communauté de la didactique des langues et de l'ALMT, l'ouvrage est une mine d'éléments pouvant servir à la conception et à l'étude de situations de formation co-modales, pour comprendre les enjeux et les contraintes de ces situations de formation concernant l'attention, la corporéité, la politesse et la présence, entre autres. Certes, tout ingénieur pédagogique ou enseignant n'aura pas à disposition l'éventail de technologies abordé dans l'ouvrage (notamment les robots de téléprésence), mais même avec des moyens se limitant à deux captations visuelles et un microphone, avec un design techno-spatial s'appuyant sur les résultats de cet ouvrage il est possible de concevoir des dispositifs "low-tech" mais performants (Appel et al., 2022). C'est donc à la communauté ALMT de se saisir de la richesse des concepts présentés pour l'ingénierie pédagogique et la recherche, d'en tester la pertinence et éventuellement les adapter aux situations de formation en langues. En ce sens, il me semble que des possibilités s'ouvrent pour de nouveaux moyens d'internationalisation des formations.

29Pour terminer, cet ouvrage peut être mis en tension avec le paysage scientifique institutionnel actuel. D'abord, il est tellement original que l'on pourrait se demander quelle est, s'il y en a, la reconnaissance institutionnelle de l'ampleur du travail proposé. Comment valoriser et faire reconnaître, par exemple, le travail de réflexion sémiotique pour la prise en compte de la multimodalité dans la diffusion de la recherche ? Espérons en ce sens que l'ouvrage soit précurseur et que de nouvelles catégories soit conçues pour l'évaluation de la recherche sur les interactions multimodales, par exemple dans des instances d'évaluation comme l'HCERES (haut conseil de l’évaluation de la recherche et de l’enseignement supérieur). Ensuite, il est heureux de voir qu'un tel travail est possible en dehors des circuits classiques de financement de projets de recherche (ANR, agence nationale de la recherche ; Horizon Europe…). En ce sens, on peut saluer la capacité d'un groupe de se fédérer et de mener un travail collectif de grande haleine sur un arc de plusieurs années, ce qui montre que la force du collectif et son organisation permettent des résultats remarquables. Le caractère collectif du travail est également à souligner dans le paysage institutionnel de la recherche, qui a tendance à privilégier une centration sur les individus, voire ouvertement la compétition. On peut espérer que, comme pour les prises de risque scientifiques, la démarche de science ouverte, cet ouvrage devienne source d'émulation pour d'autres recherches collectives.

Haut de page

Bibliographie

Appel, C., Cappellini, M., Combe, C., & Vincent, C. (2022). Hyflex learning and teaching – Space and technological configurations for pedagogical activities and perceived presence. Colloque Impec 2022. Université Lyon 2 et ENS Lyon, 6-8 juillet 2022.

Blin, F. (2016). The theory of affordances. In C. Caws & M.-J. Hamel (Éds.), Language-learner computer interactions: theory, methodology and CALL applications (p. 41-64). John Benjamins. https://benjamins.com/catalog/lsse.2.03bli

Cosnier, J. (2013). Cinquante ans d'interactionnisme. Introduction pour une Éthologie compréhensiveÉcrits colligés (1963-2013). http://www.icar.cnrs.fr/pageperso/jcosnier/articles/Ecrits_collige_50ans_interactionnisme.pdf

Desmurget, M. (2019). La fabrique du crétin digital. Les dangers des écrans pour nos enfants. Seuil. https://www.seuil.com/ouvrage/la-fabrique-du-cretin-digital-michel-desmurget/9782021423310

Develotte, C. & Lascar, J. (2021). Présences numériques [Corpus]. Ortolang. v2, https://hdl.handle.net/11403/impec/v2

Fine, G. A. (1987). With the boys: Little league baseball and preadolescent culture. University of Chicago Press. https://psycnet.apa.org/record/1987-97532-000

Gibson, J. J. (1979). The Ecological Approach to Visual Perception. Lawrence Erlbaum Associates. https://yzhu.io/courses/core/reading/02.gibson.pdf

Grice, H. P. (1975). Logic and conversation. In P. Cole & J. Morgan (Éds.), Syntax and semantics 3. Speech acts (p. 41-58). New York Academic Press. https://www.ucl.ac.uk/ls/studypacks/Grice-Logic.pdf

Guichon, N., & Tellier, M. (2017) (Éds.). Enseigner l'oral en ligne. Didier.

Impec (n.d.). [Groupe menant des recherches sur les interactions par écrans]. https://impec.sciencesconf.org/resource/page/id/23

McQuown, N. A. (Éd.) (1971). The Natural History of an Interview. https://www.lib.uchicago.edu/mca/mca-15-098.pdf

Nicolescu, B. (1996). La transdisciplinarité – Manifeste. Éditions du Rocher. http://www.basarab-nicolescu.ciret-transdisciplinarity.org/BOOKS/TDRocher.pdf

Ortolang (2022). (Open Resources and TOols for LANGuage) [Plate-forme d'outils et de ressources linguistiques pour un traitement optimisé de la langue française]. https://www.ortolang.fr/fr/accueil/

Stylo (n.d.). [Éditeur de texte sémantique]. https://stylo.huma-num.fr/

Winkin, Y. (1981). La nouvelle communication. Seuil. https://1910.comstudi.es/lectures/WINKIN_1981_La_nouvelle_communication-clean.pdf

Haut de page

Notes

1 Par conséquent, nous ne souhaitons pas caractériser des phénomènes comme le "e-learning" comme si on venait de découvrir une nouvelle espèce.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marco Cappellini, « Analyse et discussion de Fabrique de l’interaction parmi les écrans – Formes de présences en recherche et en formation »Alsic [En ligne], Vol. 25, n° 2 | 2022, mis en ligne le 28 décembre 2022, consulté le 28 janvier 2023. URL : http://journals.openedition.org/alsic/6381 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.6381

Haut de page

Auteur

Marco Cappellini

Marco Cappellini est maître de conférences habilité à diriger des recherches en didactique des langues et cultures à l'université Aix-Marseille et membre du laboratoire Parole et langage (UMR 7309). Ses champs de recherche principaux sont la télécollaboration, la communication exolingue, l'apprentissage des langues en tandem, l'autonomie de l'apprenant.
Affiliation : Aix Marseille Université et laboratoire Parole et langage (UMR 7309 CNRS)
Courriel : marco.cappellini@univ-amu.fr
Adresse : Laboratoire parole et langage, 5 avenue Pasteur, 13100 Aix en Provence, France.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Creative Commons - Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International - CC BY-NC-ND 4.0

https://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/4.0/

Haut de page
  • DOAJ - Directory of Open Access Journals
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search