Navigation – Plan du site

AccueilVolumesVol. 26, n° 3Analyse d'outils et ressources nu...Apprentissage d'unités lexicales ...

Analyse d'outils et ressources numériques

Apprentissage d'unités lexicales à l'aide de deux applications mobiles : analyse comparative d'Ewa et Anglaise

Diana Oliveira Santos
Référence(s) :

EWA
Conçue et développée par : Lithium Lab Pte Ltd.
Date de création : 2018
Adresse : One George Street Level #10-01, Singapour 049145.
Adresse Internet : https://appewa.com/
Système d'exploitation : web, IOS et Android.
Langues disponibles : (40) allemand, anglais, arabe, arménien, azéri, bulgare, coréen, danois, espagnol, estonien, finnois, français, géorgien, grec, hébreu, hindi, hongrois, indonésien, italien, japonais, kazakh, letton, lituanien, mandarin simplifié, néerlandais, norvégien, norvégien nynorsk, persan, polonais, portugais, roumain, russe, serbe, slovaque, suédois, tchèque, thaï, turc, ukrainien et vietnamien.
Configuration logicielle et matérielle : accessible depuis tous les navigateurs Internet récents.
Configuration requise : IOS 14.0 ou (version) ultérieure ; Android 8.0 ou (version) ultérieure.
Langues et culture : application pour l'apprentissage du français, de l'anglais et de l'espagnol.
Public cible : apprenants de la langue anglaise, française et espagnole.
Niveau d'habileté langagière cible de l'apprenant : débutant, intermédiaire et avancé.
Dernière mise à jour : version 6.7.8 IOS mai 2022 ; 7.4.5 Android mai 2022.
Prix : gratuit – inclut des achats intégrés.

ANGLAISE : APPRENEZ ET JOUEZ
Concepteurs et développeurs :
Smertrios Limited.
Adresse : 63 Ifigeneias & 12 Agias Sofias, Office 101, 2003 Strovolos, Nicosie, Chypre.
Support : IOS
Configuration requise : nécessite IOS 12.0 ou une version ultérieure.
Langues disponibles : (10) allemand, anglais, arabe, chinois simplifié, espagnol, français, portugais, thaï, turc, vietnamien.
Configuration logicielle et matérielle : accessible sur iPhone, iPad et iPod touch.
Langues et culture : application pour l'apprentissage d'expressions idiomatiques en anglais.
Public cible : apprenants de la langue anglaise.
Dernière mise à jour : version 2.5.10 mai 2022.
Prix : gratuit – inclut des achats intégrés.

Entrées d’index

Mots-clés :

analyse

Keywords:

review
Haut de page

Texte intégral

1. Introduction

1Les applications mobiles, désormais omniprésentes dans la vie quotidienne des apprenants, sont considérées comme des outils favorisant l'apprentissage des langues étrangères (Kacetl & Klimova, 2019). En ce qui concerne l'objet de notre contribution, Ewa et Anglaise ont en commun l'utilisation d'unités lexicales (UL) en anglais pour l'apprentissage de la langue par le biais de jeux, ainsi que des vidéos pour la première et des images pour la seconde.

2Ewa et Anglaise sont des outils didactiques, conçus dans un but pédagogique (Richards & Schmidt, 2010), ayant un contenu et des objectifs organisés par les développeurs afin que les utilisateurs puissent apprendre une langue étrangère. Ils sont néanmoins utilisés en dehors des établissements d'enseignement et ainsi, s'insèrent dans un contexte non formel d'apprentissage des langues (Mangenot, 2011). À ce titre, ces applications entrent dans la catégorie des apprentissages intentionnels, dans lesquels l'apprenant a un plan délibéré impliquant des stratégies d'apprentissage (Schmidt, 1990).

3Nous trouvons, dans ces applications, des unités lexicales (UL), expressions qui représentent entre un tiers et la moitié du vocabulaire d'une langue (Jackendoff, 1997). Elles sont aussi appelées "unités phraséologiques" (González Rey, 2018) ; elles peuvent être figées ou modifiables, telles que, respectivement, "ça a fait long feu" et "faire un discours" (González Rey, 2006), et être catégorisées par leur nature imagée ou concrète, telles que "croquer le marmot" et "rendre visite" (González Rey & López Díaz, 2005 ; Hernández, 2010). Leur haute fréquence mène à penser qu'elles prennent une place centrale dans l'apprentissage pour les utilisateurs souhaitant atteindre un niveau avancé de maîtrise d'une langue (Erman & Warren, 2000 ; Foster, 2001 ; González Rey & López Díaz, 2005). Classées en différentes catégories, ces UL peuvent varier selon leur difficulté et ainsi, être plus ou moins adaptées aux différents publics.

4Après avoir présenté les caractéristiques principales des applications Ewa et Anglaise, nous analysons le contenu et les types d'UL enseignées, avant de nous pencher sur leurs limites. Nous concluons par une analyse de la méthode d'apprentissage utilisée, en lien avec le Cadre Européen Commun de Référence pour les Langues (CECRL) (Conseil de l'Europe, 2001), et des pistes d'exploitation pédagogique.

2. Ewa

5Ewa est une application disponible sur les plateformes Apple Store et Google Play, dans la rubrique Éducation. Elle est disponible en 40 langues différentes, pour l'apprentissage du français, de l'anglais et de l'espagnol, et accessible aux utilisateurs de niveau élémentaire à expérimenté selon le CECRL (Conseil de l'Europe, 2001). L'application dispose d'une excellente réputation parmi ses utilisateurs, lesquels lui ont attribué une note de 4,7/5 et 4,6/5 respectivement sur Apple Store et Google Play.

2.1. Ergonomie

6Afin d'utiliser l'application, après avoir créé son compte, l'utilisateur remplit un formulaire indiquant ses âge, niveau et axe de progression. Une fois le formulaire d'inscription rempli, la totalité des outils pédagogiques devient accessible. Cette autoévaluation initiale ne semble donc pas avoir d'impact sur le contenu qui est ensuite proposé à l'utilisateur. L'utilisation de la version gratuite de l'application est possible si l'on ferme les pages de paiement à deux reprises. La charte graphique est agréable, composée de différentes couleurs, onglets et graphismes. La prise en main est facile et instinctive et le design est attractif.

2.2. Organisation des activités

7À l'exception de deux modules spécifiques appelés "Grammaire +", Ewa met principalement l'accent sur l'enrichissement du vocabulaire, au travers de courtes sessions n'excédant pas cinq minutes. Les mots et unités lexicales varient en difficulté et sont présentés au niveau de leur forme, usage et prononciation, et sont suivis d'activités de compréhension écrite et orale.

8L'application est divisée en quatre catégories, une bibliothèque, des jeux, une messagerie instantanée automatisée et des cours de plusieurs niveaux, qui offrent un contenu vaste et varié : des centaines de livres, 14 modules, plus de 300 cours, des centaines d'unités lexicales, trois jeux et un système de points. Afin de garantir un suivi graduel de leur progression et leur offrir une dimension interactive de leur apprentissage, l'application stimule ses utilisateurs par un système compétitif, dans lequel ceux-ci accumulent des points à chaque fois qu'ils lisent des livres de la bibliothèque et gagnent des jeux (cf. Figure 1). De plus, plusieurs notifications leur sont envoyées afin de les inciter à maintenir un rythme d'apprentissage soutenu (une leçon par jour a minima). Cette potentielle régularité est matérialisée par un classement des utilisateurs de l'application dans cinq "ligues" différentes (cf. Figure 1), fournissant un outil de motivation supplémentaire.

Figure 1 – Système de classement dans Ewa.

Figure 1 – Système de classement dans Ewa.

9Depuis l'onglet "Bibliothèque", les utilisateurs ont accès à une large variété de livres et articles, dont la durée peut varier, pour chaque média, de 2 à 149 minutes. L'utilisateur dispose également d'une indication précisant si l'ouvrage est en version originale ou en version simplifiée, ainsi que le niveau de difficulté supposé de compréhension : élevé, moyen ou facile. L'utilisateur a la possibilité de traduire des mots isolés ou le paragraphe entier. Il est également possible d'avoir accès à une version audio des documents, de même que de créer une liste personnalisée de vocabulaire avec les mots du texte (cf. Figure 2).

Figure 2 – Bibliothèque dans Ewa.

Figure 2 – Bibliothèque dans Ewa.

10L'onglet "Jeu" propose trois modes de jeux : "Memento", "Duelling" et "WordCraft". Avec "Memento", les utilisateurs sont invités à choisir leur niveau de langue et une thématique pour un jeu de mémorisation d'images et de mots (cf. Figure 3).

Figure 3 – Jeu "Memento".

Figure 3 – Jeu "Memento".

11"Duelling" permet aux utilisateurs d'affronter un adversaire en temps réel. Pour cette épreuve, les joueurs ont 30 secondes pour essayer de traduire autant de mots que possible. Celui qui a le plus de réponses correctes gagne la partie (cf. Figure 4).

Figure 4 – Jeu "Duelling".

Figure 4 – Jeu "Duelling".

12Avec "WordCraft", les utilisateurs doivent trouver les mots cachés parmi les lettres affichées (cf. Figure 5).

Figure 5 – Jeu "WordCraft".

Figure 5 – Jeu "WordCraft".

13En plus des lectures et jeux, l'utilisateur a également la possibilité de simuler des conversations avec des personnages de films. Dans la messagerie (cf. Figure 6), l'utilisateur est invité à dialoguer avec les personnages en choisissant les réponses grammaticalement correctes parmi plusieurs propositions.

Figure 6 – Messagerie dans Ewa.

Figure 6 – Messagerie dans Ewa.

14Dans la dernière rubrique, l'utilisateur est libre de choisir parmi 13 catégories de leçons (cf. Figure 7) dont la difficulté est progressive et qui proposent une liste de six phrases qu'il doit mémoriser, à l'aide des traductions fournies par l'application. Ces phrases sont illustrées par de courtes scènes de deux secondes tirées de séries ou de films. Notons néanmoins que l'ordre dans lequel les leçons sont abordées reste à la discrétion de l'utilisateur. Il a, par conséquent, la possibilité de s'attarder sur les leçons qu'il juge plus difficiles ou de revenir sur une leçon déjà terminée.

Figure 7 – Cours dans Ewa.

Figure 7 – Cours dans Ewa.

15Afin de favoriser l'assimilation des phrases cibles, Ewa propose diverses activités telles que des traductions, ainsi que des exercices de prononciation et de réemploi de chaque UL (cf. Figures 8 et 9).

Figure 8 – Activités du module 1 dans Ewa.

Figure 8 – Activités du module 1 dans Ewa.

Figure 9 – Activités du module 2 dans Ewa.

Figure 9 – Activités du module 2 dans Ewa.

3. Anglaise

16Bien notée sur Apple Store avec un score de 4,6/5, Anglaise est une application uniquement accessible sur IOS, développée par une jeune entreprise domiciliée à Chypre. Elle est exclusivement dédiée à l'apprentissage des expressions idiomatiques en langue anglaise. En dépit de sa gratuité, Anglaise inclut des achats intégrés. Son interface est disponible en dix langues. Sur les plateformes de téléchargement, nous la retrouvons sous la dénomination Anglaise : apprenez et jouez. Une fois l'application téléchargée, le titre Anglaise disparaît étonnamment, donnant place au nom English Language et à une image affichant le terme "Idioms" (cf. Figure 10).

Figure 10 – Nom et image de l'application Anglaise une fois téléchargée.

Figure 10 – Nom et image de l'application Anglaise une fois téléchargée.

3.1. Ergonomie

17L'écran-titre de l'application est visuellement attractif, les graphismes proposés sont colorés et chaque image correspond à une leçon. Un cercle bordant chacun de ces éléments indique la progression de l'utilisateur et, de fait, les activités qu'il a terminées ainsi que le score obtenu (cf. Figure 11). L'application est facile d'utilisation : il suffit de cliquer sur la bonne réponse. Une fois les exercices terminés, l'utilisateur est invité à visionner un message publicitaire d'une durée de 30 secondes afin de débloquer les exercices suivants (pour la version gratuite).

Figure 11 – Page d'accueil d'Anglaise.

Figure 11 – Page d'accueil d'Anglaise.

3.2. Organisation des activités

18L'application propose une section d'entraînement, des jeux, un glossaire, ainsi qu'une section "Cours", qui est décomposée en thématiques. Il faut noter qu'elle n'est accessible qu'aux abonnés payants, à l'exception du premier module qui fait office de produit d'appel.

19La section d'entraînement comprend 53 modules contenant trois UL chacun. Chaque UL est accompagnée de sa représentation imagée, de sa forme écrite et de sa forme phonétique, à l'aide d'un fichier audio, d'une glose et d'un exemple d'utilisation. Ces UL servent de support aux activités qui en découlent, portant sur leur signification. Les consignes sont intégralement dans la langue d'interface, contrairement aux exemples, qui, eux, sont donnés en anglais, sans leur traduction. Deux des exercices proposés (cf. Figure 12) invitent l'utilisateur à se concentrer sur la forme écrite des UL. Ce dernier doit s'exercer à les mémoriser en tentant de deviner leur signification et en reconstituant la bonne syntaxe de la phrase à partir de mots ou collocations fournis par l'application. Par ailleurs, chaque module propose de revoir neuf UL préalablement étudiées par l'utilisateur. Leur correction est automatisée : le pourcentage de réussite, appelé "Niveau de connaissance", s'affiche une fois le module achevé et peut être amélioré avec la répétition des exercices.

Figure 12 – Exercices dans Anglaise.

Figure 12 – Exercices dans Anglaise.

20Quatre autres jeux viennent s'ajouter aux exercices précédemment mentionnés. La figure 13 en est une illustration.

Figure 13 – Jeux dans Anglaise.

Figure 13 – Jeux dans Anglaise.

21Ces jeux permettent à l'utilisateur de revoir la signification, l'usage en contexte et la forme des expressions idiomatiques abordées préalablement. "It's a match" est un jeu dans lequel l'utilisateur doit cliquer sur deux items pour compléter une expression dont la description est affichée pour faciliter le processus de mémorisation (cf. Figure 14).

Figure 14 – Interface dans Anglaise – Jeu "It's a match".

Figure 14 – Interface dans Anglaise – Jeu "It's a match".

22"Hidden Gem" présente une description, une expression idiomatique incomplète et la première lettre du mot manquant. L'utilisateur doit trouver le mot en glissant le doigt sur les lettres pour former le mot (cf. Figure 15).

Figure 15 – Jeu "Hidden Gem".

Figure 15 – Jeu "Hidden Gem".

23Le jeu "Idioms Millionaire" consiste à trouver la bonne expression pour la description (cf. Figure 16).

Figure 16 – Jeu "Idioms Millionaire".

Figure 16 – Jeu "Idioms Millionaire".

24Enfin, "Idioms Puzzle" demande à l'utilisateur de lire une description et de mettre les mots de l'expression correspondante en ordre (cf. Figure 17).

Figure 17 – Jeu "Idioms Puzzle".

Figure 17 – Jeu "Idioms Puzzle".

4. Les unités lexicales dans les applications

25Ewa et Anglaise sont des applications pour l'apprentissage d'unités lexicales (UL). Celles-ci, très fréquemment usitées par les locuteurs natifs, sont reprises plusieurs fois dans différents modules par le biais d'exercices ou de jeux. En revanche, leur contenu lexical et les types d'activités ne sont pas identiques : Ewa se base davantage sur l'apprentissage de phrases courtes et très fréquentes dans la langue cible, qui sont principalement destinées aux utilisateurs de niveau débutant et intermédiaire, alors qu'Anglaise se focalise sur une centaine d'expressions moins fréquentes, davantage destinées à des utilisateurs de niveau intermédiaire ou avancé.

26Pour les applications dont il est question ici, les UL rencontrées varient par leur figement structurel, à savoir la possibilité de combiner ces mots entre eux (Jespersen, 1924, p. 18-24). Dans les paragraphes qui suivent, nous analysons leur figement sémantique, syntaxique et lexical (Gross, 1996, p. 9-19).

4.1. Figement sémantique

27Dans plusieurs UL de ces deux applications, le sens compositionnel des mots ne permet pas de comprendre leur signification, ce que Gross (1996, p. 10-11) appelle des expressions de sens opaque, contrairement aux expressions de sens transparent. Prenons l'exemple suivant issu de l'application Ewa : you guys are sick. Le sens littéral de cette expression, et plus particulièrement l'adjectif sick, porte sur l'état de santé du sujet de la phrase. Cependant, elle a un sens plus opaque, signifiant que les interlocuteurs sont "cool" ou "excellents" (The Free Dictionary by Farlex, n.d.). Il y a, pourtant, très peu de phrases opaques comme celle-ci dans Ewa (cf. Tableau 1). Contrairement à son homologue, Anglaise se concentre davantage sur l'apprentissage de collocations avec un sens opaque plus marqué, comme, par exemple, to lay an egg, dont la signification littérale est "pondre un œuf" et le sens opaque est "ne pas réussir". Un autre exemple est la séquence duck soup, qui peut signifier "une soupe de canard" ou, plus idiomatiquement, "très facile".

4.2. Figement syntaxique

28La plupart des UL sur Ewa sont des constructions libres et leur organisation interne peut changer. Prenons la collocation I run a profitable company comme exemple. Plusieurs tests linguistiques peuvent être appliqués afin d'en distinguer les différents constituants tels que :

  • la passivation : a profitable company is run by me ;

  • la pronominalisation : I run it ;

  • la relativisation : a profitable company that I run.

29Anglaise, quant à elle, présente des expressions sans propriétés de recomposition dont la structure ne peut faire l'objet de telles modifications, notamment the real McCoy (Le meilleur exemple de quelque chose) ou before you can say Jack Robinson (utilisé pour dire que quelque chose arrive très vite). Ces phrases sont syntaxiquement figées (cf. Tableau 1).

Tableau 1 – Des expressions dans Ewa et Anglaise.

Application

Expression

Sémantiquement opaque

Syntaxiquement figée

Ewa

I run a profitable company

You wanna grab something to eat?

on Sunday

passport control

I do (karate/yoga)

thank you

You guys are sick

✓ 

✓ 

Time heals all things

Anglaise

to lay an egg

(it is) duck soup

 

the real McCoy

before you can say Jack Robinson

He is a carrot top

4.3. Figement lexical

30Dans la plupart des exemples tirés d'Ewa et Anglaise, seule une partie des mots est irremplaçable. À titre d'illustration, nous avons, par exemple, la phrase time heals all things (le temps guérit tout), dont la fin peut être modifiée, comme par exemple time heals all wounds. De même, le pronom dans la séquence he is a carrot top (une personne aux cheveux roux ou orange), peut être remplacé par le féminin.

4.4. La nature des expressions

31Les expressions utilisées dans ces applications varient aussi par leur nature, imagée ou concrète (Gonzàlez Rey, 2015, p. 17). Le tableau 2 en est une illustration et présente des exemples qui mettent en lumière leur caractère imagé. Il convient tout de même de préciser qu'Ewa propose plus fréquemment des collocations, ces phrases étant, dans la plupart des cas, de nature concrète : "des associations habituelles d'un mot à un autre au sein de l'énoncé" (Larousse, n.d.). À titre d'illustration, prenons la collocation to run a profitable company. Le nom company, le verbe run et l'adjectif profitable y sont associés. Ici, le degré de compositionnalité de cette collocation est élevé. Elle revêt donc une certaine transparence sur le plan sémantique. Cependant, les utilisateurs francophones gagnent à l'étudier étant donné la traduction française "diriger une entreprise". Direct a company n'est pas une collocation acceptable en anglais, en dépit de l'existence du verbe direct. D'autres exemples appuient notre propos tels que :

  • long time no see (ça faisait longtemps que l'on ne s'était pas vus) ;

  • thank you very much (merci beaucoup) ;

  • you wanna grab/get something to eat? (veux-tu prendre quelque chose à manger ?) ;

  • have a good one (passe une bonne journée).

32Penchons-nous maintenant sur deux autres exemples fournis par l'application Ewa :

  • I didn't catch your name

  • She's a snake in the grass

33La première expression citée signifie "je n'ai pas compris ton prénom". Néanmoins, elle contient le verbe catch, lequel est plus communément utilisé en anglais pour signifier "saisir quelque chose qui se déplace dans les airs" (Cambridge Dictionary, n.d.). La deuxième expression possède une dimension métaphorique pour présenter quelqu'un qui feint une amitié avec l'intention de tromper. Le serpent, qui, dans l'imaginaire collectif, est symbole de fourberie, est reporté sur la personne à qui le locuteur fait référence.

Tableau 2 – Exemples d'expressions imagées dans les applications Ewa et Anglaise.

Application

Expressions imagées

Ewa

I didn't catch your name

She's a snake in the grass

You had the guts to speak out

Time heals all things

You guys are sick!

Anglaise

duck soup

the real McCoy

before you can say Jack Robinson

not for all the tea in China

to be a carrot top

to be vertically challenged

to be a social butterfly

to be a rotten apple

to carry the can

to lay an egg

to have the Midas touch

to sit on a gold mine

34Globalement, Ewa et Anglaise apportent aux utilisateurs une large gamme d'unités lexicales utiles à la communication et à la maîtrise de la langue anglaise. La variété des unités lexicales se manifeste dans la longueur des expressions, dans le degré de difficulté en relation avec la fréquence dans la langue, dans les types de figement : sémantique, syntaxique et lexical, ainsi que dans la nature imagée ou concrète des expressions proposées. Les deux applications facilitent ainsi l'apprentissage et la révision d'un vocabulaire utile à plusieurs niveaux de maîtrise.

5. Le CECRL et les applications

35L'importance des unités lexicales est reconnue dans le domaine de la didactique des langues. De la compréhension et de la maîtrise de ces séquences découlent une rapidité et une efficacité accrues du maniement de la langue par l'apprenant (Conklin & Schmitt, 2008 ; Conseil de l'Europe, 2001, p. 34 ; Hillert & Swinney, 1999, p. 1 ; Milton, 2013), favorisant ainsi la compréhension (Kremmel et al., 2017), la fluidité de la communication (Schmitt et al., 2011) et de meilleures performances aux tests de compétence (Koosha & Jafarpour, 2006). Le CECRL, (Conseil de l'Europe, 2001, p. 34), insiste sur le besoin de la conscience des niveaux connotatifs de sens d'expressions idiomatiques et d'expressions familières pour atteindre un niveau de compétence avancé dans une langue.

36Outre la maîtrise des UL, le CECRL préconise également l'apprentissage dans une perspective actionnelle. Celle-ci voit l'apprenant comme un acteur social qui tend à accomplir des tâches dans des situations données reposant sur des compétences linguistiques, sociolinguistiques et pragmatiques, ainsi que sur des activités langagières de réception, production, interaction et médiation. Les paragraphes suivants visent à analyser les applications Ewa et Anglaise en lien avec ces directives fixées par le cadre.

37La première compétence est linguistique. Elle comprend les savoirs et savoir-faire relatifs au lexique, à la phonétique et à la syntaxe. C'est la seule compétence que les utilisateurs peuvent travailler sur Ewa et Anglaise. Ces applications font appel au lexique, à l'orthographe, à la phonétique et, implicitement, à la syntaxe, et mettent en place des supports pédagogiques et des exercices afin de favoriser leur mémorisation et leur acquisition. A contrario, les compétences sociolinguistiques et pragmatiques ne sont pas mobilisées par l'apprenant lorsqu'il s'exerce avec ces applications. L'utilisation de la langue dans des contextes culturels particuliers, ses normes sociales et le registre à utiliser en fonction des situations ne sont pas des notions sur lesquelles il peut progresser en utilisant ces applications. Il en est de même pour la maîtrise du discours, la cohésion, la cohérence et les différents genres textuels dans lesquels il s'insère, qui relèvent des compétences pragmatiques. Ni Ewa ni Anglaise ne prennent en compte ces aspects de la langue.

38En effet, les normes qui régissent la langue, l'utilisation des différents registres, l'ironie, les implicatures ne sont pas des notions que les deux applications choisissent d'approfondir. Par ailleurs, les genres textuels proposés dans les applications restent limités et l'apprenant n'a pas la possibilité d'interagir avec d'autres locuteurs. Plusieurs pistes d'amélioration seront proposées ci-après. En termes d'activités langagières, Ewa et Anglaise se concentrent principalement sur la réception. Même si les versions écrites et orales des UL sont accessibles via l'application, une exposition limitée à la langue cible (les consignes sont fournies en langue d'interface) associée à une faible variété de ressources connexes freine la progression de l'apprenant. De plus, les activités axées sur la compréhension semblent perfectibles. Les mots-cibles sont certes fournis avec une définition, illustrée tantôt par une vidéo (Ewa), tantôt par une image (Anglaise). Cependant, le contexte ne l'est pas : l'apprenant ne dispose donc pas de tous les éléments dialogiques ou non verbaux afin de saisir le sens des expressions.

39Les activités de production font également défaut : elles mobilisent superficiellement les compétences de l'apprenant. Il doit uniquement cliquer sur la bonne réponse pour traduire, définir ou contextualiser. Le manque d'interaction avec les membres de la communauté linguistique de la langue en question empêche l'utilisateur de développer ses capacités de médiateur dans les différentes situations conversationnelles : il ne produit, ni ne traduit, ni ne reformule, ni ne synthétise.

40En conclusion, Ewa et Anglaise font office de premier tremplin pour l'apprentissage d'UL. Néanmoins, la faible variété d'activités, le manque de contexte et d'exposition à la langue cible sont autant de réserves qui questionnent la réalisation des exigences du CECRL, notamment pour les niveaux avancés (B2 et supérieurs). Les sections suivantes tenteront de pointer les limites de ces applications et d'offrir des pistes d'amélioration sur le plan pédagogique.

6. Des limites et des pistes d'exploitation pédagogique

41Les limites d'Ewa et Anglaise portent sur les compétences travaillées, comme nous venons de le voir, et sur le plan méthodologique. Les deux applications analysées ici empruntent des techniques de deux approches du vingtième siècle : l'approche audio-orale et l'approche lexicale. Développée dans les années 1940-1970, l'approche audio-orale se base sur l'imitation de locuteurs natifs dont la répétition, la pratique contrôlée et la mémorisation "par cœur" constituent la clé de voûte. L'approche lexicale, dont les premiers travaux ont émergé dans les années 1990, est une approche qui fonde ses principes sur l'acquisition d'UL et les structures grammaticales sont alors reléguées au second plan. Dans ces deux approches, la grammaire ne constitue pas un objet d'étude à proprement parler. En effet, elle est acquise par incidence, quand un individu a pour intention d'appréhender la langue sous un autre aspect (Richards & Schmidt, 2010). Utiliser seulement ces deux approches limite l'apprentissage car ces deux approches ne prennent pas en compte les dimensions socio-culturelles, interculturelles, pragmatiques, sociolinguistiques et de médiation de la langue, mises en avant par le CECRL.

42S'agissant d'Ewa, le lexique utilisé dans les rubriques "Jeux" n'a pas de rapport direct avec le lexique utilisé dans les rubriques "Cours". Dans ces rubriques, l'apprenant est confronté à des mots nouveaux, décontextualisés, qu'il n'a pas eu l'occasion d'apprendre ni de revoir, au préalable, dans la rubrique "Cours". Anglaise, quant à elle, dans sa description sur Apple Store, souligne l'importance des expressions dans la communication informelle et s'engage à aider les utilisateurs à "parler et penser comme des locuteurs natifs, à regarder des séries, à lire de livres en anglais, à s'exprimer avec désinvolture et à défendre leurs points de manière plus vivante dans des discours d'affaires". Ces objectifs sont cependant contrariés par un manque de documents authentiques, de dialogues contextualisés et d'activités de compréhension orale. En outre, le nombre réduit de types d'activité rend les exercices très répétitifs, les expressions ne sont pas séparées par niveau de difficulté et leur registre n'est pas indiqué, ce qui peut amener les utilisateurs à les utiliser à mauvais escient.

43Somme toute, les applications ne travaillent pas la plupart des compétences présentées par le CECRL. Ces limites posent question pour l'apprentissage de l'anglais car les utilisateurs ne sont pas amenés à interagir dans la langue cible, ce qui peut engendrer l'incapacité à utiliser ces phrases dans la vie réelle, ainsi que des erreurs de choix de contextes appropriés pour l'utilisation de ce vocabulaire.

44Malgré les limites que présentent Ewa et Anglaise, ces applications peuvent tout de même constituer des outils favorisant la motivation et l'exposition à la langue et, ainsi, accompagner un apprentissage auto-dirigé et/ou en salle de cours. Faire l'inventaire des éléments manquants dans ces applications conduit à une réflexion sur le plan pédagogique et les moyens d'enrichir les méthodes d'apprentissage. L'une des pistes serait l'élaboration d'un projet d'apprentissage par un tuteur, un enseignant, ou par l'apprenant lui-même, dans lequel l'application servirait de "socle" pédagogique et à partir duquel l'enseignant peut venir en soutien avant, pendant ou après l'utilisation des applications.

45Avant l'utilisation, le tuteur/enseignant peut :

  • mener les apprenants à analyser les UL ;

  • leur apprendre où chercher des ressources complémentaires portant sur les UL ;

  • leur donner des conseils pour qu'ils gardent une trace de leur apprentissage tel un portfolio.

46Pendant l'utilisation, le tuteur/enseignant peut :

  • être à disposition pour éclaircir les doutes qui pourraient apparaitre ;

  • discuter des contextes culturels et des normes sociales des UL, ainsi que de la manière dont elles peuvent être perçues par un natif et dans quelles situations il est possible et approprié de les utiliser ;

  • faire des analyses pragmatiques portant sur la maîtrise du discours, sa cohésion, sa cohérence, et les messages implicites que véhiculent ces UL, ainsi que leur utilisation dans différents genres textuels.

47Après l'utilisation, le tuteur/enseignant peut :

  • offrir des occasions pour que les apprenants utilisent les UL dans la vie réelle, tel que des ateliers de conversation, de présentation et de médiation, de tels ateliers prenant en compte des activités langagières par le biais d'un contact avec des natifs et d'autres apprenants, dans des échanges adaptés à leurs objectifs et des tâches établies par les apprenants préalablement ;

  • mettre en place des séances d'étude pour développer d'autres compétences en lien avec les UL, tels que des présentations et des exposés oraux, des évaluations sur leurs compétences et performances, et un travail sur des éléments non verbaux.

48Ces pratiques, en plus de consignes et de réflexions dans la langue cible, permettent une communication qui a du sens et des objectifs de communication réels.

7. Conclusion

49En conclusion, Ewa et Anglaise, créées pour l'apprentissage de l'anglais et portant sur des unités lexicales (UL), sont des applications utiles pour la maîtrise de la langue de par leur apport au lexique des apprenants. Il faut cependant tenir compte du fait que ces applications sont limitées dans les compétences apprises.

50Ewa, application qui présente des unités lexicales simples, courtes et fréquentes dans la langue, utilise des scènes de deux secondes tirées de séries ou de films pour illustrer la prononciation du vocabulaire cible. Elle possède un éventail de livres, jeux et activités pour travailler la forme, l'usage, la prononciation et la compréhension écrite et orale de phrases courantes de la langue. Ewa est fidèle à sa description, en ce sens qu'elle s'appuie sur l'enrichissement lexical et le développement des compétences en compréhension par le biais d'écoute de transcriptions ou de vidéos grâce auxquelles l'apprenant peut pratiquer sa prononciation, réaliser des activités de traduction et réutiliser les phrases. Des personnages de films peuvent aider les apprenants à comprendre quand, comment et ce qu'il faut dire dans certaines situations, et l'application peut contribuer à susciter le plaisir de lire ou d'écouter des scènes de façon simple et agréable. Cependant, Ewa promet aussi des cours d'expression orale et un apprentissage qui repose sur la conversation à travers une méthodologie "unique". En réalité, toutes les activités proposées sont des activités écrites contrôlées, qui ne demandent pas de production écrite ou orale, et encore moins d'interaction. De plus, la méthodologie d'enseignement, amplement basée sur les approches audio-orale et lexicale, n'est pas une nouveauté : une grande majorité d'applications et de sites l'utilisent pour l'apprentissage de langues.

51Anglaise, elle, s'appuie surtout sur l'apprentissage d'UL très imagées, sémantiquement opaques et syntaxiquement figées – contenu essentiel pour parvenir à un niveau avancé en anglais. Cependant, son contenu est assez informel, inapproprié dans plusieurs contextes, ce qui va à l'encontre de ses engagements.

52Ewa et Anglaise sont donc des outils utiles mais limités, qui gagneraient à s'inscrire dans un projet d'apprentissage, prenant en compte les compétences sociolinguistiques et culturelles, et permettant aux apprenants de produire et interagir de façon appropriée dans la langue cible.

Haut de page

Bibliographie

Cambridge Dictionary. (n.d.). Catch. In English Dictionary. https://dictionary.cambridge.org/dictionary/english/catch

Conklin, K., & Schmitt, N. (2008). Formulaic Sequences : Are They Processed More Quickly than Nonformulaic Language by Native and Nonnative Speakers? Applied Linguistics, 29, 72‑89. https://www.researchgate.net/publication/236875351_Formulaic_Sequences_Are_They_Processed_More_Quickly_than_Nonformulaic_Language_by_Native_and_Nonnative_Speakers

Conseil de l'Europe (2001). Cadre européen commun de référence pour les langues – Apprendre, enseigner, évaluer. Didier.

Erman, B., & Warren, B. (2000). The idiom principle and the open choice principle. Text & Talk, 20(1), 29-62. https://lextutor.ca/multiwords/n_gram/erman_warren_2000.pdf

Foster, P. (2001). Rules and Routines: A Consideration of Their Role in the Task-Based Language Production of Native and Non-Native Speakers. In M. Bygate, P. Skehan, & M. Swain (Éds.), Researching Pedagogic Tasks Second Language Learning, Teaching and Testing (p. 75-93). Pearson Education. https://www.scinapse.io/papers/2890052022

González Rey, M. I. (2006). A fraseodidáctica e o Marco europeo común de referencia paras as linguas. Cadernos de Fraseoloxía Galega, 8, 123‑145. https://www.academia.edu/5573106/A_fraseodid%C3%A1ctica_e_o_Marco_europeo_com%C3%BAn_de_referencia_para_as_linguas

González Rey, M. I. (2015). La phraséologie du français (2ème éd. revue et corrigée). Presses universitaires du Midi. https://www.academia.edu/5601024/La_phras%C3%A9ologie_du_fran%C3%A7ais

González Rey, M. I. (28 juin 2018). Comment acquérir un savoir grammatical en FLE par le biais de la phraséologie. [Conférence]. Le même, le semblable et le différent au sein de la langue, de la littérature et de la culture dans les pays francophones, Skopje, Macédoine du Nord, 42–63. https://www.researchgate.net/publication/326327915_Comment_acquerir_un_savoir_gramatical_en_FLE_par_le_biais_de_la_phraseologie

González Rey, M. I., & López Díaz, M. (2005). De l'opacité des séquences figées comme exception sémantique. Faits de langues, 25, 239-244. https://www.researchgate.net/publication/270885134_De_l%27opacite_des_sequences_figees_comme_exception_semantique

Gross, G. (1996). Les expressions figées en français – Noms composés et autres locutions. Ophrys. https://www.ophrys.fr/produit/les-expressions-figees-en-francais/

Hernández, A. T. G. (2010). Lexicologie contrastive : Les collocations en français et leur traduction en espagnol. Synergies Espagne, 3, 69‑81. https://gerflint.fr/Base/Espagne3/ana.pdf

Hillert, D., & Swinney, D. (1999). The processing of fixed expressions during sentence comprehension. Conceptual Structure, Discourse, and Language, 4. SLI Press. https://www.researchgate.net/profile/Dieter-Hillert/publication/228696307_The_processing_of_fixed_expressions_during_sentence_comprehension/links/09e41511dbde3bc080000000/The-processing-of-fixed-expressions-during-sentence-comprehension.pdf

Jackendoff, R. (1997). Idioms and Other Fixed Expressions. In R. Jackendoff, The Architecture of the Language Faculty (p. 153‑178). Cambridge (Ma) MIT Press.

Jespersen, O. (1924). The philosophy of grammar. Allen & Unwin edition. https://archive.org/details/in.ernet.dli.2015.282299/page/n9/mode/2up

Kacetl, J., & Klimova, B. F. (2019). Use of Smartphone Applications in English Language Learning–A Challenge for Foreign Language Education. Education Sciences, 9(3), 179.

Koosha, M., & Jafarpour, A. A. (2006). Data-driven Learning and Teaching Collocation of Prepositions : The Case of Iranian EFL Adult Learners. Asian EFL Journal, 8(4), 192‑209. https://www.asian-efl-journal.com/main-editions-new/data-driven-learning-and-teaching-collocation-of-prepositions-the-case-of-iranian-efl-adult-learners/index.htm

Kremmel, B., Brunfaut, T., & Alderson, J. C. (2017). Exploring the Role of Phraseological Knowledge in Foreign Language Reading. Applied Linguistics, 38(6), 848–870. https://academic.oup.com/applij/article/38/6/848/2952213

Larousse (n.d.). Collocation. In Dictionnaire de français. https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/collocation/17226

Mangenot, F. (2011). Apprentissages formels et informels, autonomie et guidage. [Conférence]. Épal – Échanger Pour Apprendre en Ligne, Grenoble, France. https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-02010467

Milton, J. (2013). Measuring the contribution of vocabulary knowledge to proficiency in the four skills. In C. Bardel, C. Lindqvist, & B, Laufer (Éds.), L2 Vocabulary acquisition, knowledge and use : New perspectives on assessment and corpus analysis (p. 57-78). European Second Language Association. https://www.diva-portal.org/smash/get/diva2:682927/FULLTEXT01.pdf#page=57

Richards, J. C., & Schmidt, R. W. (2010). Longman dictionary of language teaching and applied linguistics (4th edition). Longman. http://www.saint-david.net/uploads/1/0/4/3/10434103/linguistic_term_dictionary.pdf

Schmidt, R. W. (1990). The Role of Consciousness in Second Language Learning. Applied Linguistics, 11(2), 129-158. https://nflrc.hawaii.edu/PDFs/SCHMIDT%20The%20role%20of%20consciousness%20in%20second%20language%20learning.pdf

Schmitt, N., Jiang, X., & Grabe, W. (2011). The Percentage of Words Known in a Text and Reading Comprehension. The Modern Language Journal, 95(1), 26‑43. https://www.lextutor.ca/cover/papers/schmitt_etal_2011.pdf

The Free Dictionary by Farlex (s.d.). Sick. In Farlex Dictionary of Idioms. https://idioms.thefreedictionary.com/sick

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1 – Système de classement dans Ewa.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-1.png
Fichier image/png, 225k
Titre Figure 2 – Bibliothèque dans Ewa.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-2.png
Fichier image/png, 401k
Titre Figure 3 – Jeu "Memento".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-3.png
Fichier image/png, 300k
Titre Figure 4 – Jeu "Duelling".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-4.png
Fichier image/png, 181k
Titre Figure 5 – Jeu "WordCraft".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-5.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Figure 6 – Messagerie dans Ewa.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-6.png
Fichier image/png, 361k
Titre Figure 7 – Cours dans Ewa.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-7.png
Fichier image/png, 324k
Titre Figure 8 – Activités du module 1 dans Ewa.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-8.png
Fichier image/png, 523k
Titre Figure 9 – Activités du module 2 dans Ewa.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-9.png
Fichier image/png, 213k
Titre Figure 10 – Nom et image de l'application Anglaise une fois téléchargée.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-10.png
Fichier image/png, 110k
Titre Figure 11 – Page d'accueil d'Anglaise.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-11.png
Fichier image/png, 544k
Titre Figure 12 – Exercices dans Anglaise.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-12.png
Fichier image/png, 381k
Titre Figure 13 – Jeux dans Anglaise.
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-13.png
Fichier image/png, 259k
Titre Figure 14 – Interface dans Anglaise – Jeu "It's a match".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-14.png
Fichier image/png, 223k
Titre Figure 15 – Jeu "Hidden Gem".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-15.png
Fichier image/png, 274k
Titre Figure 16 – Jeu "Idioms Millionaire".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-16.png
Fichier image/png, 338k
Titre Figure 17 – Jeu "Idioms Puzzle".
URL http://journals.openedition.org/alsic/docannexe/image/6486/img-17.png
Fichier image/png, 196k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diana Oliveira Santos, « Apprentissage d'unités lexicales à l'aide de deux applications mobiles : analyse comparative d'Ewa et Anglaise »Alsic [En ligne], Vol. 26, n° 3 | 2023, mis en ligne le 25 mars 2023, consulté le 20 avril 2024. URL : http://journals.openedition.org/alsic/6486 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alsic.6486

Haut de page

Auteur

Diana Oliveira Santos

Diana Oliveira Santos est doctorante à l'université de Lille, au sein du laboratoire Savoirs, textes et langage. Ses domaines de recherche portent sur le rôle de l'intentionnalité à travers le visionnage des séries télévisées et sur l'apprentissage d'expressions idiomatiques. Titulaire d'un master en didactique de langue, elle est enseignante d'anglais depuis 2011 et est aujourd'hui ATER à l'université de Lille.
Affiliation : université de Lille, France.
Courriel : diana.santos@univ-lille.fr
Toile : https://pro.univ-lille.fr/diana-santos
Adresse : Domaine universitaire du Pont de Bois, 3 rue du Barreau, 59650 Villeneuve-d'Ascq, France.

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search