Navigation – Plan du site

AccueilNuméros29I. DossierLe Marx de Michel Henry : une phé...

I. Dossier

Le Marx de Michel Henry : une phénoménologie critique de la valeur ?

Mathias Gibert
p. 137-153

Texte intégral

  • 1 M. Henry, Du communisme au capitalisme. Théorie d’une catastrophe, chap. III, « Le marxisme comme t (...)
  • 2 Ibid., chap. VII, « L’empire de la mort : l’univers techno-économique », p. 151 et suiv.
  • 3 M. Henry, La Barbarie, Paris, PUF, 2eéd. 2002.
  • 4 R. Barbaras, Introduction à une phénoménologie de la vie, Paris, Vrin, 2009, p. 38.
  • 5 É. Martin, « Michel Henry » dans C. Biagini, D. Murray, P. Thiesset (coord.), Aux origines de la(...)

1En 1990, lors de l’effondrement de l’URSS, Henry publie Du communisme au capitalisme, dans lequel, loin des célébrations de la « fin de l’histoire » ou du « triomphe de la liberté » et sans complaisance pour le marxisme1, il dénonce une victoire de « l’empire de la mort »2, c’est-à-dire de l’univers « techno-économique » sur le monde de la vie, reprenant sa critique de l’idéologie techno-scientifique, élaborée quelques années auparavant dans La barbarie3. Or, si la philosophie de Henry est souvent associée au « tournant théologique de la phénoménologie », c’est-à-dire à une pensée qui aurait perdu le « rapport à l’extériorité »4, cette lecture interne de la phénoménologie matérielle masque un écho que rencontre sa philosophie dans la critique contemporaine où elle figure aux côtés d’auteurs connus pour leur dénonciation du « système technicien »5et, en apparence, étrangers à sa phénoménologie.

  • 6 R. Kurz, L’effondrement de la modernisation, Crise & Critique, à paraître en avril 2021.
  • 7 Nous nous limiterons ici à la pensée de Robert Kurz et d’Anselm Jappe.
  • 8 G. Briche, « La question du fétichisme et la pensée de Michel Henry », Les Cahiers philosophiques d (...)
  • 9 G. Jean, « Vie et plus-value : Michel Henry et les fondements métaphysiques de l’économie », Les Ca (...)
  • 10 G. Jean, Force et temps. Essai sur le « vitalisme phénoménologique » de Michel Henry, Paris, Herman (...)
  • 11 J. Benoist, Bruno Karsenti (Dir.), Phénoménologie et sociologie, Paris, PUF, 2001, p. 23.
  • 12 M. Henry, Marx. Une Philosophie de la réalité. Une Philosophie de l’économie, Paris, Gallimard, 200 (...)

2Or, en 1991, paraissait quasi simultanément L’effondrement de la modernisation6, un essai de R. Kurz proposant une lecture de l’événement proche de celle de Henry. En effet dans cet article, nous souhaiterions tenter d’esquisser, non une comparaison directe des positions de Henry avec la « critique de la valeur »7(Wertkritik), comme cela a déjà été fait8, mais d’entrevoir de quelle façon sa conception d’un « fondement métaphysique de l’économie »9peut être relue à la lumière de ses théoriciens et gagner en puissance critique. Nous essaierons donc moins de fonder une lecture « internaliste » du Marx de Henry et de son « vitalisme phénoménologique »10que de voir ce que le « scandale objectif »11supposé de son interprétation donne à penser, une fois relu depuis la perspective « externe » de la Wertkritik. Nous étudierons donc dans un premier temps les principes qui fondent sa « répétitio »12de la pensée marxienne. Puis nous étudierons sa critique de l’aliénation économique et enfin celle du machinisme et de l’idéologie. Enfin, nous indiquerons brièvement en conclusion de quelle façon cette critique de l’économie politique « en tant que telle » pose le problème de la définition du socialisme et de l’action politique.

3Ainsi, sans faire de Henry un « précurseur » de l’Encyclopédie des nuisances, nous aimerions montrer dans quelle mesure sa critique du mode de production capitaliste et du marxisme, que l’on réduit trop souvent à un apolitisme conservateur, pourrait être relue comme une « phénoménologie critique de la valeur », c’est-à-dire comme une lecture anti-industrielle et anti-politique de Marx, dont l’actualité est bien vivace aujourd’hui.

Vie & praxis : Marx par-delà le marxisme

  • 13 M. Henry, Entretiens, Arles, Sulliver, 2007, p. 18.
  • 14 M. Henry, Marx, op. cit., p. 7.
  • 15 Ibid., p. 10.
  • 16 Ibid., p. 333.
  • 17 Ibid., p. 26.
  • 18 Idem.
  • 19 Ibid., p. 25.
  • 20 Ibid., p. 31.

4Il est connu que Henry a rencontré la pensée de Marx à l’occasion de la préparation d’un cours sur L’idéologie allemande13. Il en tirera la conviction que « le marxisme est l’ensemble des contresens faits sur Marx »14. En effet pour Henry le problème central de l’interprétation de Marx est de déterminer en quoi, si « de Hegel au marxisme, la filiation […] est aveuglante »15, Marx se différencie-t-il de Hegel ? Une anecdote illustre ce questionnement : « Je demandais une fois, écrit Michel Henry, à Jean Hyppolite :‘‘Quelle différence y a-t-il entre Hegel, Marx et le marxisme ?’’ Et il me répondit : ‘‘Eh bien il n’y en a pas !’’ Mais alors notre question se lève de nouveau devant nous, pourquoi donc Marx s’est-il opposé à Hegel16?» C’est pour répondre à ce problème que Henry élabore une « histoire transcendantale des concepts »17, dont le but est de reconstruire leur « genèse transcendantal »18, c’est-à-dire l’ordre de « [leur] fondation, de leur surgissement, de leur élaboration, de leur rectification, de leur remplacement enfin par des concepts adéquats »19. Le sens de cette genèse est « d’accéder à la pensée à partir d’elle-même, de ses intuitions et de ses évidences propres »20. Mais cette genèse est au fond une généalogie puisqu’elle a pour finalité de produire un jugement de valeur, de poser la question du droit, de la légitimité d’un héritage. Or, quels sont les droits du marxisme politique?

  • 21 Idem.
  • 22 Ibid., p. 280.
  • 23 Ibid., p. 12.
  • 24 Ibid., p. 6.
  • 25 Ibid., p. 27.
  • 26 Ibid., p. 324-325.
  • 27 M. Henry, « Préalables philosophiques à une lecture de Marx » dans Phénoménologie de la vie, t. III (...)
  • 28 Sur la lecture biranienne de Marx, ibid., p. 342, note 1.

5Selon Henry, « l’épochè du marxisme » comme « condition négative de toute lecture de Marx »21se justifie en raison d’une « obsession » qui définit la pensée de Marx : la recherche d’une « philosophie de la réalité »22dont le fondement est praxis, philosophie qui s’affranchit à la fois de l’idéalisme hégélien et du matérialisme feuerbachien en les faisant jouer en quelque sorte l’un contre l’autre23. Dès lors, le centre de la pensée de Marx se situe dans une « marche vers la réalité »24, une « interprétation de l’être comme production et comme praxis [déterminant] en dernier ressort l’ordre de fondation des concepts comme celui de leurs fonctions respectives dans le corps de la problématique »25. La philosophie de la praxis ne doit plus rien à « l’activisme » de l’idéalisme abstrait, ni au « sensualisme » du matérialisme vulgaire, comme le dévoile « le sens absolument nouveau du concept de subjectivité » que Henry lit dans l’« activité humaine sensible » (menschliche sinnliche Thätigkeit) de la Première thèse sur Feuerbach26 et qui correspondrait à ce que sa phénoménologie décrit comme une « auto-affection pure », une affection transcendantale de soi par soi qu’il définit comme Vie et qui se situe au-delà du partage empirique entre activité et passivité, car « la vie est essentiellement activité – même si cette activité est marquée du sceau d’une passivité insurmontable »27. L’identification de la réalité comme praxis nous engage donc, non dans une description des modes d’agir de l’individu empirique et social, mais dans la révélation immanente d’un pâtir pur situé l’intériorité du sujet agissant, que Henry définit depuis ses travaux sur Maine de Biran comme « effort »28. En effet, cette passivité est conçue comme une donation de soi à soi-même, déterminant l’atome de réalité dans « l’effort » d’une vie affective sur laquelle l’activité économique se fonderait et sans laquelle elle s’effondrerait. Ainsi, dans l’« activité humaine sensible » de Marx, Henry retrouve

  • 29 Maine de Biran cité par M. Henry, Philosophie et phénoménologie du corps. Essai sur l’ontologie bir (...)
  • 30 M. Henry, Marx, op. cit., p. 8.
  • 31 Ibid., p. 30.

6« son » Maine de Biran, à savoir, une conception phénoménologique de l’essence affective de la donation de l’être. Dès lors, la praxis devient une « expérience interne transcendantale »29l’autorisant à séparer ce qui appartiendrait à la nécessité de la philosophie marxienne et ce qui ne relèverait que de sa conjoncture historico-politique30, étrangère en droit à la « vision » que nous permettrait de reconstruire sa généalogie des textes et qu’il résume ainsi : « La pensée chez Marx est la vision de l’être dont la structure interne est irréductible à celle de cette vision, est irréductible à la théorie, est praxis »31.

  • 32 Sur l’histoire de la « critique de la valeur » voir A. Jappe, Les aventures de la marchandise. Pour(...)
  • 33 A. Jappe, « Préface » in R. Kurz, La substance du capital, trad. par S. Besson, Paris, L’échappée, (...)
  • 34 Idem.
  • 35 K. Marx, Le Capital, Livre I, première section, chapitre premier, IV, Paris, Garnier- Flammarion, 1 (...)
  • 36 A. Jappe, « Préface » in R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 10.
  • 37 Idem.
  • 38 Idem.
  • 39 Idem.
  • 40 M. Henry, Marx, op. cit., p. 899.

7Or, en dépit d’un point de départ différent32, nous retrouvons une distinction semblable dans la critique de la valeur. En effet, bien que celle-ci ne prétende pas retrouver le « vrai Marx », elle fait la distinction entre un Marx exotérique et un Marx ésotérique.33Le Marx exotérique est « un ‘‘dissident du libéralisme’’ […] influencé par l’économie politique anglaise, la pensée des Lumières et la science de son temps »34. En un mot, c’est celui que « tout le monde connaît. » Le Marx ésotérique est quant à lui bien plus difficile : on le trouve dans le chapitre premier du Capital, et particulièrement dans le texte consacré au « caractère fétiche de la marchandise et son secret »35, qui irait au-delà de la simple dénonciation d’une « mystification » des rapports de production qu’on a voulu y voir, et représenterait la description de « la véritable structure de la société de la marchandise »36. Ainsi, chez Henry autant que pour la « critique de la valeur », Marx ne peut être bien lu depuis les présupposés du marxisme traditionnel, car ceux-ci obéissent à une histoire empirique indépendante en droit de la généalogie des concepts : néanmoins, si cette bipartition henrienne entre textes philosophiques et historico-politiques entraîne une disqualification absolue du marxisme dans sa prétention à hériter de Marx, pour la « critique de la valeur », la distinction entre exotérique et ésotérique n’entraîne de son côté qu’une disqualification relative de celui-ci dans la mesure où « s’il n’était pas complètement dans l’erreur en se revendiquant de Marx »37, la lecture historico-politique qu’il en donnait ne concernait que la présence de formes « pré-capitalistes »38de la société industrielle qui sont aujourd'hui dépassées, sans que pour autant la logique de la valeur, « vide de sens, destructrice et auto-destructrice »39, ait disparu. Or, en quel sens cette affirmation d’une actualité « post-marxiste » des catégories de Marx pourrait-elle aussi concerner la lecture henrienne? On constate un rejet commun du postulat selon lequel la compréhension de Marx est inséparable en droit d’impératifs politiques marxistes : mieux, on affirme que ces prescriptions historico-politiques voilent « ce que pensent les textes »40écrits par lui.

8Mais, peut-on aller plus loin et établir un rapport entre le dévoilement de cette logique de la valeur et la conception henrienne de la réalité comme praxis ?

Vie & aliénation : la critique de l’économie politique « en tant que telle »

  • 41 Ibid., p. 608.

9Pour Henry, Le Capital, comme l’indique le sous-titre, est une « critique de l’économie politique » qui passe par « l’élucidation de l’aliénation réelle, comme aliénation du travail », ce qui représente son « thème central »41. Or, on a souvent considéré que Marx se contentait de dénoncer une idéologie qui masquait l’origine sociale de la production de la survaleur, estimant qu’il n’aurait rien apporté à ce que l’économie bourgeoise avait dit, corrigeant simplement ses analyses par le dévoilement du « laboratoire secret de la production », dont il dénoncerait le vol ou l’injuste répartition. Or, Henry, et après lui la Wertkritik, estime que cette conception est un contresens. Car Le Capital n’est pas seulement une critique « exotérique » de l’économie politique ou de la justification du « vol » de la valeur par la bourgeoisie, mais avant tout une critique de l’économie politique en tant que telle. Qu’est-ce que cela signifie ?

  • 42 M. Henry, « La rationalité selon Marx » dans Phénoménologie de la vie, t. III, op. cit., p. 96.
  • 43 M. Henry, Marx, op. cit., p. 649.
  • 44 « Valeur » en général désigne ici ce que représente le travail abstrait sous la forme de l’argent, (...)

10Cela veut dire que Le Capital est non seulement la critique d’une science possible des conditions objectives de travail mais aussi de la réalité de ces conditions, une critique de la réalité prétendue des abstractions produites par toute forme d’économie politique : « Pour Marx, il n’y a pas de lois économiques, pas de phénomènes économiques spécifiques, pas de science autonome de l’économie. La critique de Marx est radicale parce qu’elle n’est pas d’abord une critique de l’économie politique, mais une critique de la réalité économique elle-même »42. Si c’est « le travail abstrait qui crée la valeur d’échange »43, il est vain de chercher à mieux répartir ou autogérer cette « valeur »44car ce n’est pas l’injustice de sa circulation qui doit être abolie, mais la logique même de sa production, en tant qu’elle représente un « caractère général et social du travail »,

  • 45 M. Henry, Marx, op. cit., p. 650.
  • 46 Idem.
  • 47 A. Jappe, Crédit à mort, Paris, Lignes, 2011, p. 142.
  • 48 Ibid., p. 16.
  • 49 M. Henry, Marx, op. cit., p. 655.
  • 50 R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 38.

11c’est-à-dire, la « représentation d’une représentation »45, « représentation abstraite du travail »46qui devient « une forme sociale totale »47. Sans nier les différences entre ces deux interprétations, on peut dire que la reprise du Capital implique chez Henry une « rupture catégorielle »48avec les formes de base du capitalisme (travail abstrait, marchandise, valeur, argent) puisque « le travail économique et la valeur se situent sur un même plan d’existence, celui de l’abstraction précisément, de l’irréalité et de l’idéalité »49. Dès lors, il apparaît que la critique de l’économie politique est d’abord la critique de ce mode d’être paradoxal des formes fétiches de la valeur possédant une prétention à l’autonomie et que Kurz définit comme des abstractions réelles, c’est-à-dire « une création de l’esprit socialement objectivée de par sa nature de projection fétichiste, [qui] apparaît néanmoins comme relation interpersonnelle réelle et comme chosalité physique réelle »50.

  • 51 K. Marx, Le Capital, Livre I, Ière section, chap. Ier, II, op. cit., p. 45 et suiv.
  • 52 R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 33 et suiv.
  • 53 Ibid., p. 97 et suiv.
  • 54 K. Marx, Manuscrits de 44, cité dans M. Henry, Marx, op. cit., p. 652.
  • 55 Ibid., p. 654-655.
  • 56 R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 101 et suiv.
  • 57 M. Henry, « Préalables philosophiques à une lecture de Marx », dans Phénoménologie de la vie, t. II (...)
  • 58 M. Henry, Le socialisme selon Marx, Arles, Sulliver, 2008, p. 33.

12Voilà ce que le Marx « ésotérique » analyserait dans le « double caractère du travail présenté par la marchandise »51, où l’on s’est souvent contenté de ne voir qu’une dénonciation un peu aride, alors qu’il s’agissait de décrire « la métaphysique réelle du capital »52, « le travail abstrait et la valeur comme a priori social »53, c’est-à-dire de critiquer la « valorisation du monde des choses » dans la mesure où elle s’accompagne d’une « dévalorisation du monde des hommes »54. Mais Henry va-t-il aussi loin lorsqu’il affirme qu’« en déterminant le travail et la valeur comme des abstractions, la genèse transcendantale de l’économie définit de façon rigoureuse le statut de ‘‘l’économique’’ pur comme tel », puisque « c’est le statut du travail abstrait qui détermine celui de la valeur »55? Retenons que sa critique de l’économie politique semble cohérente avec la critique d’un « circulationnisme »56qui n’attaquerait pas la substance négative du capitalisme : « La critique de l’économie politique chez Marx est radicale, ce n’est pas seulement une mise en question de certaines propositions de Smith ou Ricardo, d’une certaine économie politique, mais de toute économie politique en général, quelle qu’elle soit »57. C’est pour cela qu’aux yeux de Henry « l’économique n’est pas le lieu de la réalité, mais plutôt celui où elle s’est perdue, le lieu de son aliénation. Pour Marx, l’économique, c’est d’abord le Mal »58.

  • 59 M. Henry, Marx, op. cit., p. 544-611.
  • 60 Ibid., p. 612-681.
  • 61 Ibid, p. 599.
  • 62 Ibid., p. 744 et suiv.
  • 63 Ibid, p. 681. Voir Marx, Grundrisse, cité dans ibid., p. 679.
  • 64 M. Henry, Du communisme au capitalisme, op. cit., p. 122.

13Dès lors, Henry considère que « l’économie est une aliénation de la vie »59car celle-ci n’a pas de réalité autonome et repose au contraire sur cette praxis à partir de laquelle une « genèse transcendantale »60de ses formes est possible : « Le Capital redit l’obsession de Marx devant cette aliénation complète de la vie et de toutes ses propriétés dans l’économie où, quittant le lieu naturel, échappant au cercle de leurs possibilités, elles perdent aussi toute mesure »61. Or, l’aliénation de la vie dans l’économie ne se limite pas à un phénomène empirique, elle concerne l’être même de la subjectivité, en raison de « l’inversion de la téléologie vitale »62, échangeant l’effort sensible et qualitatif de cette vie, pour des abstractions socialisées et indifférentes à leur « contenu », circulant sous la forme objectivée de la « marchandise », du « travail » ou de cette common whore of mankind, la forme-argent, dont parlait « le romantisme shakespearien », qui apparaît ici comme, « la vérité transcendantale de l’économie marchande »63. L’aliénation dans et par le travail se fonde chez Henry sur cette différence ontologique entre l’immanence subjective de la praxis et la forme objectivée de la valeur, qui nous fait comprendre l’origine de la production de la survaleur étant donné que le capitalisme vit de l’extraction de cette « propriété absolue de la vie, sa capacité́ d’apporter plus qu’on ne lui a donné́, de produire plus qu’elle ne consomme, [propriété sur quoi repose] toute société, tout développement humain, tout système économique possible – le système capitaliste aussi bien que le système socialiste »64.

  • 65 M. Henry, Marx, op. cit., p. 606.
  • 66 Ibid., p. 604.
  • 67 Ibid., p. 617. Nous soulignons.
  • 68 Ibid, p. 623.
  • 69 Ibid., p. 619.
  • 70 K. Marx, cité dans ibid., p. 641.
  • 71 Idem.
  • 72 Ibid., p. 605.
  • 73 Marx, cité et souligné par M. Henry dans ibid., p. 604.

14Par conséquent, les catégories économiques en tant que telles sont l’expression de cette « aliénation réelle »65de la vie. Et puisqu’en son essence « le travail est subjectif »66, alors il faut dire que « pour Marx ‘‘le’’ travail n’existe pas »67: il renvoie à « une réalité subjective monadique »68, « irreprésentable et inqualifiable »69, immédiatement éprouvée dans l’auto-affection comme « dépense productive du cerveau, des muscles, des nerfs, de la main »70, bien que Henry dénonce chez Marx ce « vocabulaire imagé et erratique »71du matérialisme vulgaire auquel cependant le dépassement de Feuerbach nous a appris qu’il ne fallait pas s’arrêter : en effet, dans l’aliénation réelle, dans l’échange de sa force de travail, « c’est lui-même que l’individu propose, lorsqu’il propose sa force, son habileté »72, c’est sa vie même qu’il « aliène comme moyen de sa propre vie »73, c’est son être subjectif en tant que vie, échangeant sa menschliche sinnliche Thätigkeit, contre les fétiches abstraits-réels du capitalisme.

15Mais peut-on sortir de cette aliénation des puissances productives de la subjectivité ?

Vie & idéologie : Sujet automate & fétichisme de la lutte des classes

  • 74 Ibid., p. 682-754.
  • 75 Sur l’esclavage chez Marx, ibid., p. 603-611.
  • 76 Ibid., p. 609.

16L’apparition du « machinisme » donne le départ au procès industriel de la valorisation de la valeur et représente ainsi d’un point de vue phénoménologique, l’aliénation de cette « réalité de la réalité de l’économie »74, une réalité subjective et qualitative réduite à une valeur objective et quantitative, dont le sens phénoménologique se dévoile comme esclavage75, ce dernier étant pour Henry le « fondement même »76de la société capitaliste. On retrouvera ainsi, dans la critique du machinisme la dénonciation de cette « paraphrase fantastique et démentielle de l’activité des hommes » que représente le simulacre d’une vie détournée de son origine sensible :

  • 77 Ibid., p. 599.

L’organisme gigantesque aux ramifications et aux fonctions multiples qui se met en marche, semble se mouvoir de lui-même, et savoir ce qu’il fait, et qui s’emporte au rythme frénétique de son propre mouvement, cette paraphrase fantastique et démentielle de l’activité des hommes, c’est le monstre77.

  • 78 F. Jarrige, Technocritiques, Paris, La découverte, 2016, p. 100.
  • 79 K. Marx, Le Capital, cité dans M. Henry, Marx, op. cit., p. 599.
  • 80 Ibid., p. 598.
  • 81 K. Marx, Grundrisse cité dans ibid., p. 598.

17Or, cet « insatiable Moloch »78est « le monstre animé qui matérialise la pensée scientifique »79. Face à ce dispositif techno-industriel, les puissances de la subjectivité « lui sont arrachées et trouvent leur exposition objective dans le Capital »80. Le savoir subjectif est asservi à la production et « toutes les puissances sociales de la production du capital sont des forces productives du capital et lui-même apparaît comme le sujet de celle-ci »81. En effet, la praxis comme « savoir intérieur de la vie » s’abolit dans l’objectivation qui l’intègre à l’industrie et assujettit ses forces à ce grand « Sujet » abstrait-réel du Capital : la valeur.

  • 82 K. Marx, Le Capital, Paris, PUF, 1993, p. 173, cité dans A. Jappe, Les aventures de la marchandise,(...)
  • 83 K. Marx, Grundrisse, I, cité dans idem.
  • 84 Idem.
  • 85 K. Marx, Le Capital, op. cit., 1993, p. 85, cité dans idem.
  • 86 A. Jappe, La société autophage, 2. Narcissisme & capitalisme, Paris, La découverte, 2017, p. 65- 13 (...)
  • 87 M. Henry, La barbarie, op. cit., p. 98.

18La vie créatrice devient alors une vie esclave de ce « sujet automate »82, en tant que la valeur « se présente comme sujet »83, c’est-à-dire non pas comme une forme consciente mais comme des « relations objectivées »84par cette forme-Sujet de la valorisation qui détermine les rapports sociaux (« ils ne savent pas, mais ils font »85), subjectivité de la société fétichiste qui vit d’une vie renversée et dont le progrès technologique apparaît comme l’extension illimitée, narcissique et écologiquement « autophage »86. Dès lors, ce n’est pas en raison d’une « phobie », comme l’opinion a coutume de le croire, mais d’une critique rationnelle de cette logique de la valorisation que le progrès technique, qui se donne comme ce « Sujet » barbare et indifférent à l’activité réelle des hommes, ne saurait être vu autrement que comme une maladie de la vie, à l’image d’« un cancer, s’auto-produisant et s’auto-normant lui-même en l’absence de toute norme, dans sa parfaite indifférence à tout ce qui n’est pas lui - à la vie »87.

  • 88 M. Henry, Marx, op. cit., p. 600.
  • 89 F. Jarrige, Technocritiques, chap. 4. « Le socialisme ou le progrès par les machines », op. cit., p (...)
  • 90 Ibid., « Civiliser les machines », p. 115-120.
  • 91 Ibid., chap. 2 : Protestations populaires à l’ère des révolutions, p. 48 et suiv.
  • 92 A. Jappe, Guy Debord, « 1. Le concept de spectacle », Paris, La découverte, 2020, p. 11 et suiv.
  • 93 G. Debord, La société du Spectacle, I, 9, Paris, Gallimard, 1992, p. 19.

19En ce sens, l’intérêt du vitalisme henrien est de proposer une réflexion sur le statut collectif de la praxis. En effet, l’aliénation réelle prend la forme d’une violence réifiante qui s’effectue par « le transfert dans l’objectivité de la relation intersubjective »88 où la praxis, « arraisonnée » par la techno-industrie, est associée de force dans le travail. De ce fait, reprenant l’histoire des mouvements sociaux, on voit que l’organisation et l’émancipation de la « classe » ouvrière comme sujet révolutionnaire par le socialisme89 s’est réalisée au nom de catégories fétiches, - le « progrès », le « travail » - , exprimant une certaine fascination pour les puissances de l’industrie, et ce y compris chez Marx, bien que de façon ambiguë90. Or, en réalité, loin de s’être opposé à la substance négative du Capital et de son fétichisme, le mouvement ouvrier a participé à l’intégration de ses membres dans la société marchande, collaborant à la destruction des résistances de « ceux qui ne voulaient pas être ouvriers »91, au nom d’une idéologie solidaire du Monstre et qui apparaît comme une de ses manifestations les plus « spectaculaires »92. Aussi, pour reprendre, un mot célèbre de Debord, on pourrait dire que le « vrai » du marxisme révolutionnaire apparaît comme « un moment du faux »93, celui de l’abstraction réelle de la valeur marchande :

  • 94 A. Jappe, Les aventures de la marchandise, op. cit., p. 112-113.

Le mouvement ouvrier n’a pas fait faillite, au contraire, il a bien accompli sa tâche véritable : celle d’assurer l’intégration des ouvriers à la société bourgeoise […]. La lutte des classes a la forme de mouvement immanente au capitalisme, la forme dans laquelle s’est développée sa base acceptée par tout le monde : la valeur94.

  • 95 M. Henry, Marx, II, 3, op. cit., p. 120-161.
  • 96 Sur la Kénose, ibid., p. 143-144.
  • 97 Ibid., p. 143.
  • 98 Idem.
  • 99 Ibid., p. 153.
  • 100 Ibid., p. 160.
  • 101 Ibid., p. 799.
  • 102 Sur le « structuralisme » (Althusser, Foucault) comme idéologie du capitalisme, ibid. p. 379 ; 422, (...)
  • 103 Sur les deux sens l’idéologie, ibid, chap. V, p. 368 et suiv.

20À partir de cette analyse, on peut relire la « destruction » henrienne du Grand Récit révolutionnaire du Prolétariat comme catégorie « exotérique. » Le mouvement dialectique du Prolétariat dans l’histoire serait l’« héritier de la métaphysique allemande »95, lui-même déterminé par un récit théologique de la « Kénose »96(« on l’a dit à juste titre, le Prolétariat, c’est le Christ »97), où, pour accomplir le Salut de l’Humanité, celui-ci « doit aller jusqu’au fond de la souffrance et du mal, jusqu’au sacrifice de son être, donner sa sueur et son sang […] pour parvenir […] à la vie véritable, qui est une vie totale et le salut lui-même »98. Dès lors, le marxisme, déterminé par ce récit théologique de la Révolution, - ce « phantasme de la vie »99-, apparaît « non seulement comme une idéologie mais encore comme la plus extravagante mythologie que l’esprit ait jamais produite »100. De même les doctrines économiques marxistes sont une « forme d’idéologie bourgeoise », dans la mesure où elles « professent une [définition générale de la réalité comme réalité économique] » selon une « tentative systématique de conférer à chaque modalité de l’existence un équivalent ou un substitut d’ordre économique »101, tentative que l’on retrouve explicitement dans « l’anthropologie économique » de Bourdieu. Par conséquent, si « l’activisme » marxiste est l’expression d’un idéalisme, sa conception du travail est une émanation de l’idéologie bourgeoise, en tant que précisément, il partage avec elle l’abstraction réelle de la puissance de la subjectivité dans le fétichisme. En ce sens, enfermés dans une compréhension idéaliste et bourgeoise de la valeur, en ne reconnaissant pas la puissance créatrice de la subjectivité, le marxisme et ses épigones (matérialisme, économicisme, structuralisme102) représentent une idéologisation de l’idéologie103, puisqu’ils se rendent complices de la réification de la praxis dans le travail abstrait :

  • 104 Ibid., p. 601.

21La réification de la relation pratique expose dans l’objectivité non seulement les déterminations individuelles de la praxis, habileté, savoir etc. mais encore « l’association », et celle-ci, comme les premières propriétés du monstre. Car le dispositif instrumental objectif ne se contente pas d’accaparer les propriétés de la subjectivité, il s’est coupé d’elle et, loin de prolonger son action, il la détermine et lui impose les conditions de son exercice104.

  • 105 Sur les deux sens du concept de classe, ibid., p. 235-239.
  • 106 Ibid., p. 162 et suiv.
  • 107 Ibid., p. 9.
  • 108 Ibid., p. 201.

22C’est pour cette raison que Henry reléguera le concept de « classe »105et le thème de la « lutte des classes » dans les notions « exotériques », quand la « critique de la valeur », de son côté, considérera que celles-ci demeurent dépendantes d’un stade historique dépassé de la forme-valeur et ne sont donc pas aptes à décrire universellement la logique réelle du capitalisme. Partant, quand, au nom de la « réduction des totalités »106, Henry affirme que « le concept de classe est étranger à Marx »107ou que « la théorie de lutte des classes est étrangère au ‘‘matérialisme historique’’ »108, il ne dira pas autre chose :

  • 109 Ibid., p. 200.

Des conditions plus générales, et qui, bien plus, semblent échapper à l’histoire, en tant qu’elles se prêtent à la loi fondamentale de la réitération qui définit l’apriorité, ne sont encore, en réalité, que des conditions historiques. Telle est par exemple, la condition pensée sous le titre de la « lutte des classes ». « L’histoire de toute société jusqu’à nos jours, dit le Manifeste communiste, c’est l’histoire de la lutte des classes. […] À cette histoire factice la lutte des classes appartient comme un caractère lui- même factice. « Jusqu’à nos jours » il en a été ainsi. Rien ne prouve qu’il doive en être ainsi. Marx entend justement montrer que l’histoire factice s’engage sur une autre voie109.

  • 110 R. Kurz, E. Lohoff, Le Fétiche de la lutte des classes. Thèses pour une démythologisation du marxis (...)
  • 111 R. Kurz, Geschichte als Aporie (L’histoire comme aporie), cité par G. Briche dans « La question du (...)

23Or, c’est sans doute ce geste qui est le plus important, rendant le Marx de Henry très proche de celui de la Wertkritik, dans la mesure où « le fétiche de la lutte des classes »110y perd son caractère central, puisqu’il s’agit d’un concept, - mieux, d’un « mythe » - qui ne rend plus compte de la logique abstraite-réelle de la société fétichiste, voire qui s’explique par elle. En effet, chez Kurz l’histoire n’est plus « l’histoire de la lutte des classes », mais « l’histoire des formes de fétichisme »111au sens où ce n’est pas le fétichisme qui s’explique comme une « mystification des rapports sociaux » due à l’hégémonie de la bourgeoisie mais, au contraire, c’est l’hégémonie politique d’une classe qui s’explique par la forme que prend à un moment donné de l’histoire, le fétichisme de la marchandise et son « idéologie » de la valeur.

  • 112 A. Jappe, « À propos de trois essais de Robert Kurz », http://www.palim-psao.fr/article- a-propos-d (...)
  • 113 Idem.
  • 114 Idem. Nous soulignons.
  • 115 S. Haber, « Michel Henry et l’humanisme marxien. Le test de l’interprétation de l’anthropologie nég (...)
  • 116 Ibid, p. 48.
  • 117 J. Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993, p.177-180, note.
  • 118 Idem.
  • 119 F. Fischbach, L’être et l’acte, Paris, Vrin, 2003, p. 132, note 1.

24On peut dès lors mieux comprendre la proximité des analyses de Kurz et de Henry au sujet de « l’effondrement de la modernisation » lors de la chute de l’Union soviétique dont nous avons parlé en introduction. En effet, Kurz défendait dans son livre, comme le rapporte Jappe, que« l’effondrement des pays de l’Est, loin de représenter le triomphe durable de l’Occident capitaliste, n’était qu’une étape dans le collapsus graduel de l’économie mondiale basée sur la marchandise, la valeur, le travail abstrait et l’argent »112, en d’autres termes que « le mode de production capitaliste aurait atteint, après deux siècles, ses limites historiques » étant donné que « la rationalisation de la production, qui comporte le remplacement de la force de travail humaine par des technologies, mine à la base la production de valeur, et donc de survaleur »113. Or, comme l’écrit Jappe, en des termes qui semblent faire écho au Marx de Henry : « il n’y a que le travail vivant – le travail dans l’acte de son exécution – qui crée la valeur et la survaleur. L’URSS n’aurait été qu’une variante de la société mondiale de la marchandise : il s’agissait d’une ‘‘modernisation de rattrapage’’, c’est-à-dire l’introduction violente des mécanismes de base de la production de valeur dans un pays arriéré qui autrement n’aurait jamais pu devenir une partie autonome du marché mondial »114. Mais si le sens que Henry accorde à la praxis, en l’opposant aux idéologies de son époque et en l’associant à une vie immanente à la subjectivité, semble fournir un fondement onto-phénoménologique radical aux analyses de la Wertkritik, sa détermination de la praxis à partir d’une philosophie de la passivité a rencontré une opposition quasi unanime dans le marxisme contemporain. Pour S. Haber115, cette lecture phénoménologique et biranienne de Marx se réduit à un « vitalisme spiritualiste » qui échoue sur « l’immanence radicale d’une subjectivité pré-mondaine, en d’autres termes l’esprit ou l’âme »116, incapable de fonder une dénonciation « politique » pertinente de l’exploitation. Mais ce sont moins les prémisses phénoménologiques qui sont attaquées en tant que telles, que leurs conséquences politiques inacceptables du point de vue du marxisme « exotérique. » En effet, il semble que cette « référence univoque au vivant »117relativise l’importance de l’action politique, renvoyée dans la sphère des représentations et des idéologies, hors de la « réalité » pathétique de la praxis, que dans « cette grande violence », comme l’écrit Derrida, Henry « s’obstine à appeler la vie »118. De même, c’est parce que F. Fischbach souhaite demeurer dans le cadre activiste du marxisme « exotérique » - et donc fétichiste selon la Wertkritik -, qu’il considère que c’est « une interprétation dans les termes d’une ontologie de l’agir ou de l’activité » qu’il oppose à la passivité henrienne, qui seule peut « préserver et rendre raison de cette dimension irréductible de la pensée de Marx [l’action politique], sans laquelle Marx n’est plus Marx »119. N’est-ce pas en effet cela même que l’on ressent comme le paradoxe le plus objectivement « scandaleux » de la lecture de Henry : comment Marx pourrait-il être apolitique ?

Conclusion : une spiritualité anti-politique ?

  • 120 M. Henry, Marx, op.cit., p. 35 et suiv.
  • 121 Ibid., p. 923-960.

25La « réduction des totalités » et la critique de « l’essence du politique »120implique cependant que le sens henrien du socialisme, seulement esquissé dans la conclusion du Marx121, soit à redéfinir à partir d’une communauté dans laquelle la valeur des échanges serait reconnue comme telle, hors de sa médiation par le fétichisme :

  • 122 Ibid., p. 953.

Ce qui s’échange dans le socialisme ce sont d’emblée les activités individuelles des travailleurs, et cela dans l’acte même par lequel elles sont posées comme constitutives d’une seule et même production sociale dont les diverses branches, et les multiples travaux sont complémentaires et destinés à former une richesse globale adéquate à l’ensemble des besoins humains122.

26Le socialisme henrien reposerait ainsi sur la possibilité d’une société de la transparence, émancipée de l’économie et de la valeur, un monde composé de communautés d’individus échangeant hors de tout rapport marchand : sans doute, cet idéal de la transparence paraît bien « inactuel », face au « réalisme » des économistes contemporains, marxistes ou non. Mais comme le disait Kurz avec humour, « Marx serait étonné de voir qu’il y a des économistes marxistes », car si la radicalité de cette critique de l’économie politique nie la possibilité de concevoir une « production non capitaliste de la valeur » (Friot), celle-ci a du moins le mérite de dénaturaliser jusqu’au bout la société de la marchandise et ses catégories (travail, argent etc.) en rappelant leur abstraction et leur irréalité : aussi, cette société de la valeur n’a pas toujours existé, mieux, peut-être pouvons-nous œuvrer à son abolition ici et maintenant.

27Ainsi, le socialisme henrien s’exprime par la recherche d’une inter- subjectivité limitée à « quelques-uns » où la Vie pourrait « entendre sa propre parole » :

  • 123 M. Henry, Entretiens, op. cit., p. 136.

L’économie n’existe pas depuis toujours dans les sociétés. Certes, l’idéal serait une société sans économie comme dans la famille. Le travail vrai relève du don, comme lorsque deux poètes se lisent l’un l’autre leurs poèmes. En eux, c’est la vie qui parle et qui essaie d’entendre sa propre parole123.

  • 124 Ibid., p. 14.

28Si ces déclarations ne constituent certes pas un programme politique, elles renvoient à l’image de la communauté du christianisme primitif, ou bien aux groupes de Résistants durant l’Occupation, dans lesquels le jeune Henry fit l’expérience fondamentale de l’essence clandestine de la vie, qui détermina la direction de sa pensée : « Le Salut se tenait justement dans le secret d’une communauté réduite au couple, à la famille, au mieux à un service clandestin toujours trop nombreux d’ailleurs, puisque constamment menacé par l’infiltration et la trahison »124.

  • 125 G. Bernanos, La France contre les Robots (1947), cité dans C. Biagini, D. Murray, P. Thiesset (coor (...)
  • 126 A. Jappe, « Politique sans politique » dans Crédit à mort, op. cit., p. 53-68.

29Ainsi, les fondements du « vitalisme phénoménologique » de Henry sont à rechercher dans cette expérience clandestine qui a animé sa critique de l’économie et du politique, dont il s’agirait de développer ensuite les enjeux dans son opposition aux fétiches « totalitaires » de la modernité (Histoire, État, Parti etc.). Jusqu’où la pensée de Henry pourrait-elle souscrire à cette phrase de Bernanos : « on ne comprend rien à la civilisation moderne, si l’on admet pas tout d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure125?». Aussi, loin d’être un excursus érudit en terres marxistes, le Marx de Henry confère une charge critique à la phénoménologie matérielle. Son souci pour la vie intérieure de la subjectivité contre les abstractions capitalistes, induit une « politique sans politique »126ainsi justifiée dans sa conceptualité propre et son inspiration spirituelle chrétienne.

30Mais alors que la Wertkritik demeure dans le cadre d’un marxisme matérialiste dont on pourrait soupçonner la connivence catégorielle avec la valeur capitaliste, la phénoménologie matérielle de Henry – toute sa phénoménologie – nous paraît représenter l’alternative d’une spiritualité anti-politique qui, par sa revalorisation radicale du concept de « vie intérieure », permettrait à la « critique de la valeur » de trouver de nouveaux éléments philosophiques pour alimenter sa lecture « hérétique » de l’auteur du Capital.

Haut de page

Notes

1 M. Henry, Du communisme au capitalisme. Théorie d’une catastrophe, chap. III, « Le marxisme comme théorie fasciste», Paris, Odile Jacob, 1990, p. 56 et suiv.

2 Ibid., chap. VII, « L’empire de la mort : l’univers techno-économique », p. 151 et suiv.

3 M. Henry, La Barbarie, Paris, PUF, 2e éd. 2002.

4 R. Barbaras, Introduction à une phénoménologie de la vie, Paris, Vrin, 2009, p. 38.

5 É. Martin, « Michel Henry » dans C. Biagini, D. Murray, P. Thiesset (coord.), Aux origines de la décroissance, Paris, L’échappée, 2020, p. 158 et suiv.

6 R. Kurz, L’effondrement de la modernisation, Crise & Critique, à paraître en avril 2021.

7 Nous nous limiterons ici à la pensée de Robert Kurz et d’Anselm Jappe.

8 G. Briche, « La question du fétichisme et la pensée de Michel Henry », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg (en ligne), 30, 2011, (URL : http:// journals.openedition.org/cps/2481 ; DOI : 10.4000/ cps.2481).

9 G. Jean, « Vie et plus-value : Michel Henry et les fondements métaphysiques de l’économie », Les Cahiers philosophiques de Strasbourg, 30, 201, URL : http://journals.openedition.org/cps/2492 ; DOI : 10.4000/cps.249.

10 G. Jean, Force et temps. Essai sur le « vitalisme phénoménologique » de Michel Henry, Paris, Hermann, Philosophies, 2015.

11 J. Benoist, Bruno Karsenti (Dir.), Phénoménologie et sociologie, Paris, PUF, 2001, p. 23.

12 M. Henry, Marx. Une Philosophie de la réalité. Une Philosophie de l’économie, Paris, Gallimard, 2009, 2e éd., p. 29.

13 M. Henry, Entretiens, Arles, Sulliver, 2007, p. 18.

14 M. Henry, Marx, op. cit., p. 7.

15 Ibid., p. 10.

16 Ibid., p. 333.

17 Ibid., p. 26.

18 Idem.

19 Ibid., p. 25.

20 Ibid., p. 31.

21 Idem.

22 Ibid., p. 280.

23 Ibid., p. 12.

24 Ibid., p. 6.

25 Ibid., p. 27.

26 Ibid., p. 324-325.

27 M. Henry, « Préalables philosophiques à une lecture de Marx » dans Phénoménologie de la vie, t. III. De l’art et du politique, Paris, PUF, 2004, p. 73.

28 Sur la lecture biranienne de Marx, ibid., p. 342, note 1.

29 Maine de Biran cité par M. Henry, Philosophie et phénoménologie du corps. Essai sur l’ontologie biranienne, [1965], Paris, PUF, 2006, p. 21, citation (4) et note (3).

30 M. Henry, Marx, op. cit., p. 8.

31 Ibid., p. 30.

32 Sur l’histoire de la « critique de la valeur » voir A. Jappe, Les aventures de la marchandise. Pour une nouvelle critique de la valeur, Paris, La découverte, 2017, p. 11-29.

33 A. Jappe, « Préface » in R. Kurz, La substance du capital, trad. par S. Besson, Paris, L’échappée, 2012, p. 8.

34 Idem.

35 K. Marx, Le Capital, Livre I, première section, chapitre premier, IV, Paris, Garnier- Flammarion, 1969, p. 68 et suiv. Voir A. Jappe, Les aventures de la marchandise, « 1. La marchandise cette inconnue », op. cit., p. 31-89.

36 A. Jappe, « Préface » in R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 10.

37 Idem.

38 Idem.

39 Idem.

40 M. Henry, Marx, op. cit., p. 899.

41 Ibid., p. 608.

42 M. Henry, « La rationalité selon Marx » dans Phénoménologie de la vie, t. III, op. cit., p. 96.

43 M. Henry, Marx, op. cit., p. 649.

44 « Valeur » en général désigne ici ce que représente le travail abstrait sous la forme de l’argent, voir A. Jappe « Préface » in R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 10.

45 M. Henry, Marx, op. cit., p. 650.

46 Idem.

47 A. Jappe, Crédit à mort, Paris, Lignes, 2011, p. 142.

48 Ibid., p. 16.

49 M. Henry, Marx, op. cit., p. 655.

50 R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 38.

51 K. Marx, Le Capital, Livre I, Ière section, chap. Ier, II, op. cit., p. 45 et suiv.

52 R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 33 et suiv.

53 Ibid., p. 97 et suiv.

54 K. Marx, Manuscrits de 44, cité dans M. Henry, Marx, op. cit., p. 652.

55 Ibid., p. 654-655.

56 R. Kurz, La substance du capital, op. cit., p. 101 et suiv.

57 M. Henry, « Préalables philosophiques à une lecture de Marx », dans Phénoménologie de la vie, t. III, op. cit., p. 42.

58 M. Henry, Le socialisme selon Marx, Arles, Sulliver, 2008, p. 33.

59 M. Henry, Marx, op. cit., p. 544-611.

60 Ibid., p. 612-681.

61 Ibid, p. 599.

62 Ibid., p. 744 et suiv.

63 Ibid, p. 681. Voir Marx, Grundrisse, cité dans ibid., p. 679.

64 M. Henry, Du communisme au capitalisme, op. cit., p. 122.

65 M. Henry, Marx, op. cit., p. 606.

66 Ibid., p. 604.

67 Ibid., p. 617. Nous soulignons.

68 Ibid, p. 623.

69 Ibid., p. 619.

70 K. Marx, cité dans ibid., p. 641.

71 Idem.

72 Ibid., p. 605.

73 Marx, cité et souligné par M. Henry dans ibid., p. 604.

74 Ibid., p. 682-754.

75 Sur l’esclavage chez Marx, ibid., p. 603-611.

76 Ibid., p. 609.

77 Ibid., p. 599.

78 F. Jarrige, Technocritiques, Paris, La découverte, 2016, p. 100.

79 K. Marx, Le Capital, cité dans M. Henry, Marx, op. cit., p. 599.

80 Ibid., p. 598.

81 K. Marx, Grundrisse cité dans ibid., p. 598.

82 K. Marx, Le Capital, Paris, PUF, 1993, p. 173, cité dans A. Jappe, Les aventures de la marchandise, op. cit., p. 101.

83 K. Marx, Grundrisse, I, cité dans idem.

84 Idem.

85 K. Marx, Le Capital, op. cit., 1993, p. 85, cité dans idem.

86 A. Jappe, La société autophage, 2. Narcissisme & capitalisme, Paris, La découverte, 2017, p. 65- 138.

87 M. Henry, La barbarie, op. cit., p. 98.

88 M. Henry, Marx, op. cit., p. 600.

89 F. Jarrige, Technocritiques, chap. 4. « Le socialisme ou le progrès par les machines », op. cit., p. 110-115.

90 Ibid., « Civiliser les machines », p. 115-120.

91 Ibid., chap. 2 : Protestations populaires à l’ère des révolutions, p. 48 et suiv.

92 A. Jappe, Guy Debord, « 1. Le concept de spectacle », Paris, La découverte, 2020, p. 11 et suiv.

93 G. Debord, La société du Spectacle, I, 9, Paris, Gallimard, 1992, p. 19.

94 A. Jappe, Les aventures de la marchandise, op. cit., p. 112-113.

95 M. Henry, Marx, II, 3, op. cit., p. 120-161.

96 Sur la Kénose, ibid., p. 143-144.

97 Ibid., p. 143.

98 Idem.

99 Ibid., p. 153.

100 Ibid., p. 160.

101 Ibid., p. 799.

102 Sur le « structuralisme » (Althusser, Foucault) comme idéologie du capitalisme, ibid. p. 379 ; 422, note.

103 Sur les deux sens l’idéologie, ibid, chap. V, p. 368 et suiv.

104 Ibid., p. 601.

105 Sur les deux sens du concept de classe, ibid., p. 235-239.

106 Ibid., p. 162 et suiv.

107 Ibid., p. 9.

108 Ibid., p. 201.

109 Ibid., p. 200.

110 R. Kurz, E. Lohoff, Le Fétiche de la lutte des classes. Thèses pour une démythologisation du marxisme, éd. Crise et critique, 2021.

111 R. Kurz, Geschichte als Aporie (L’histoire comme aporie), cité par G. Briche dans « La question du fétichisme et la pensée de Michel Henry », art. cit., p. 163.

112 A. Jappe, « À propos de trois essais de Robert Kurz », http://www.palim-psao.fr/article- a-propos-de-robert-kurz-l-effondrement-de-la-modernite-de-l-ecroulement-du-socialisme-de- caserne-124277399.html.

113 Idem.

114 Idem. Nous soulignons.

115 S. Haber, « Michel Henry et l’humanisme marxien. Le test de l’interprétation de l’anthropologie négative dans le Livre I du Capital » dans Revue internationale Michel Henry, n°1, 2010, Presses Universitaires de Louvain, p. 49.

116 Ibid, p. 48.

117 J. Derrida, Spectres de Marx, Paris, Galilée, 1993, p.177-180, note.

118 Idem.

119 F. Fischbach, L’être et l’acte, Paris, Vrin, 2003, p. 132, note 1.

120 M. Henry, Marx, op.cit., p. 35 et suiv.

121 Ibid., p. 923-960.

122 Ibid., p. 953.

123 M. Henry, Entretiens, op. cit., p. 136.

124 Ibid., p. 14.

125 G. Bernanos, La France contre les Robots (1947), cité dans C. Biagini, D. Murray, P. Thiesset (coord.), Aux origines de la décroissance, op.cit, p. 33.

126 A. Jappe, « Politique sans politique » dans Crédit à mort, op. cit., p. 53-68.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathias Gibert, « Le Marx de Michel Henry : une phénoménologie critique de la valeur ? »Alter, 29 | 2021, 137-153.

Référence électronique

Mathias Gibert, « Le Marx de Michel Henry : une phénoménologie critique de la valeur ? »Alter [En ligne], 29 | 2021, mis en ligne le 01 février 2023, consulté le 08 février 2023. URL : http://journals.openedition.org/alter/2334 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alter.2334

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search