Navigation – Plan du site

AccueilNuméros24Introduction

Introduction

Natalie Depraz
p. 7-10

Texte intégral

1La surprise est une question qui n’a semble-t-il guère sollicité l’attention des philosophes. Trop ordinaire, trop anecdotique : minimale. À y regarder de plus près, on découvre qu’une foule d’auteurs issus de traditions philosophiques différentes voire opposées s’y sont intéressés, qu’il s’agisse d’Aristote, de Descartes, de Smith, de Peirce, Dewey, Heidegger, Ricœur ou Maldiney, sans compter certaines formules saisissantes des cognitivistes comme Davidson ou Dennett. Bref, il y a un problème de la surprise à construire, bien davantage que simplement un donné à constater ou une expérience à faire. Car il n’est rien moins qu’évident que la surprise soit un donné, ou une expérience…

1. La surprise et la philosophie : questions de méthode

2Une des questions auxquelles ce volume offre des pistes de réponse est donc de savoir ce que la surprise fait à la philosophie. Modification ? Mise à l’épreuve ? Descente de son piédestal ? C’est ce que manifestent certaines des contributions, qui, pour construire la question de la surprise, séjournent d’abord longuement dans le cadrage conceptuel et thématique qui ouvre sa possibilité : la perception, l’attention, l’émotion, le sentiment. Chacun à leur manière, Julien Farges, Philippe Cabestan et Natalie Depraz s’engagent dans une exploration inédite de la surprise sur le fond du régime expérientiel qui s’offrent ici à eux comme central. Ce n’est donc qu’après avoir reconstitué la théorie de ces activités du sujet que la surprise enfin peut émerger et agir d’ailleurs en retour sur la compréhension de celles-ci.

2. Des noms philosophiques pour la surprise ?

3Mais la surprise ne se donne-t-elle que de façon latérale ou indirecte ? N’est-elle pas pleinement en jeu à travers les concepts centraux de l’événement, de l’étonnement, de l’admiration que la philosophie nous a légués à travers les pensées de Heidegger, de Platon, d’Aristote ou de Descartes ? Accède-t-elle donc par eux seulement à la dignité d’un topos philosophique, restituable génériquement comme une ouverture contrariant ou annulant sa structure d’attente, aussi indéterminée cette attente soit-elle ? Ou bien doit-on en penser le différentiel propre, tout contre l’événement, l’étonnement, l’admiration et l’altérité, mais selon une logique d’autonomisation ? C’est une telle tension problématique que relèvent notamment les contributions de Jean-Luc Marion, de Françoise Dastur, de Claude Romano et de Claudia Serban.

3. Surprise et apparaître

4Résultat de la confrontation de la surprise avec la philosophie et, plus avant, avec la phénoménologie : sa disparition sous des concepts « lourds », ou son exhaussement dans l’au-delà in-anticipable des structures d’expérience qui la révèlent ? À moins que la surprise ne se cristallise au fond dans le mouvement même de l’apparaître, indépendamment des contenus expérientiels ou conceptuels qui lui auront donné naissance ? C’est cette intuition que cherchent au fond à vérifier aussi Claudia Serban, Arnaud Bouaniche, Philippe Cabestan qu’Emmanuel de Saint Aubert, au fil conducteur d’une enquête prenant son départ, respectivement, dans la pensée de Jean-Luc Marion, de Henri Bergson, de Jean-Paul Sartre et de Maurice Merleau-Ponty.

4. La dynamique de la surprise

5On sera cependant en droit de se demander si, à opérer une telle cristallisation de la surprise dans l’apparaître, on ne prend pas le risque de la réduire à un instantané fugace et provisoire de notre vie subjective ou, toutes choses égales d’ailleurs, à un choc qui équivaut dans l’esprit à un blanc d’antenne, et dans le corps à un sursaut. Aussi micro-expérientielle soit-elle, la surprise, si elle prend le sujet par derrière ou par-dessus, exerçant une emprise qui est un subir, n’émerge que sur le fond de sa structure d’attente ouverte et engage une résultante qui est sa traîne résonante en forme de déprise. Tout cela pour dire que, comme nous y invitent de façon majeure les contributions de N. Depraz et de Julien Farges, on ne saurait penser la surprise sans penser ses structures d’advenue, essentiellement attentionnelle (attente) et émotionnelle (résonance). Il y va avec la surprise d’une dynamique qui engage au fond un corps-à-corps différentiel avec l’intentionnalité elle-même.

6Les contributions de ce volume sont issues en grande partie d’un Séminaire qui s’est tenu à l’École Normale Supérieure rue d’Ulm entre 2012 et 2015, intitulé « Emotions et Volitions : la surprise », ainsi que d’une Journée d’études au même endroit et dans le même cadre en juin 2013. Quelques autres contributions ont été sollicitées par après, en sorte de construire un volume de référence sur la surprise dans le contexte de la phénoménologie. Que l’Agence Nationale de la Recherche, qui a subventionné le projet Emphiline : « La surprise au cœur de la spontanéité des émotions : un vecteur de cognition élargie » (Archives-Husserl, ENS/CNRS) (piloté par N. Depraz) dans le cadre de l’appel à projet EMCO et le Laboratoire de recherche Archives-Husserl (UMR 8547) (http://www.umr8547.ens.fr/​spip.php?rubrique8) trouvent ici l’expression de nos remerciements, pour avoir rendu non seulement possible mais effective et féconde cette recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Natalie Depraz, « Introduction »Alter, 24 | 2016, 7-10.

Référence électronique

Natalie Depraz, « Introduction »Alter [En ligne], 24 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2017, consulté le 19 octobre 2021. URL : http://journals.openedition.org/alter/409 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alter.409

Haut de page

Auteur

Natalie Depraz

Professeure à l’Université de Rouen-Normandie, Membre Universitaire des Archives-Husserl (ENS-CNRS)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Revue Alter

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search