Navigation – Plan du site

Accueil

Présentation

Depuis 1993, la revue de phénoménologie Alter rassemble chaque année de manière thématique différents travaux afin d’approfondir, développer et mettre en question la réflexion phénoménologique actuelle. Aussi, plutôt qu’un recueil d’études historiques qui s’évertueraient à préciser tel ou tel point, la revue entend mettre la fécondité de la phénoménologie à l’épreuve, et préfère les études exploratoires aux travaux conservatoires. Consciente que la phénoménologie est avant tout le titre d’un problème, Alter exclut toute orthodoxie et se propose d’accueillir les pratiques phénoménologiques dans leur diversité.

Dernier numéro en ligne
28 | 2020
La religion

Sous la direction de Philippe Cabestan

 On se contente bien souvent d’affirmer l’athéisme méthodologique de la phénoménologie en renvoyant, si besoin est, au paragraphe 58 des Idées directrices pour une phénoménologie pure et une philosophie phénoménologique, au cours duquel la transcendance de Dieu est mise hors circuit. Paul Ricœur, du reste, renouvelle explicitement ce geste en ouverture du premier tome de sa Philosophie de la volonté. Ainsi s’est installée la conviction que phénoménologie et religion font deux et qu’il est « hérétique » de vouloir mettre l’une au service de l’autre et réciproquement.  C’est toutefois oublier un peu vite non seulement que Husserl, d’origine juive, s’est converti au protestantisme luthérien (1886), mais aussi qu’il envisage lui-même la phénoménologie comme un chemin vers Dieu et, plus précisément, « un chemin athée vers Dieu (ein atheistischer Weg zu Gott) ». Cette dernière affirmation suffit, semble-t-il, à soulever un ensemble de questions relativement complexes quant au rapport de la phénoménologie et de la religion, dont la première pourrait être celle de savoir si une phénoménologie du divin est possible.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search