Navigation – Plan du site

AccueilNuméros3Introduction. Prévalence, mécanis...

Introduction. Prévalence, mécanismes et conséquences des discriminations en raison de l’origine : un état des lieux des travaux en économie, en psychologie et en sociologie

Martin Aranguren

Texte intégral

Je remercie Daniel Sabbagh, Mirna Safi, Jocelyne Streiff-Fénart et Dominique Vidal pour leurs commentaires aux versions précédentes de cette note introductive.

1Ce numéro de la revue Appartenances & Altérités aborde les questions de la prévalence, des mécanismes et des conséquences cumulatives des discriminations en restreignant la focale empirique aux discriminations en raison de l’origine et en portant une attention particulière, bien que non exclusive, aux travaux réalisés sur ce sujet en France.

2La force et l’originalité de ce dossier réside dans le fait qu’il est né d’un véritable dialogue interdisciplinaire entre psychologie sociale (représenté par Serge Guimond), science économique (Yannick L’Horty et Pascale Petit) et ces deux styles de recherche en sociologie que l’on associe au « qualitatif » (Guillaume Roux, Anaïk Purenne et Julien Talpin) et au « quantitatif » (Martin Aranguren). Le ou les auteurs de chaque contribution ont relu et commenté en détail les contributions des autres. Le produit final est un ensemble d’articles représentant diverses traditions de recherche où le jargon a été minimisé, un bon nombre de sous-entendus explicités et certaines évidences problématisées.

3Ainsi, le dossier intéressera le spécialiste confirmé des discriminations tout autant que le néophyte cherchant à avoir une vue panoramique des travaux de recherche contemporains sur les discriminations en raison de l’origine dans différents domaines, notamment le marché de travail, les interactions avec la police et les échanges entre passants dans les espaces publics.

4Comme les emplois plus ou moins polémiques, plus ou moins analytiques, du mot « discrimination » procèdent souvent sans définition préalable, un bref détour par la signification précise du terme s’impose avant d’introduire les contributions à ce dossier. Pour un aperçu des différentes méthodes de mesure des discriminations, le lecteur intéressé peut se référer à Safi et Simon (2013).

Le concept de discrimination

5Les discriminations prennent parfois la forme d’un mauvais traitement, d’une brutalité ou d’une violence, mais elles ne sont pas simplement des mauvais traitements, des brutalités ou des violences. Les discriminations se présentent souvent sous l’apparence d’un déni d’accès à une ressource comme l’emploi, le logement ou le crédit, mais le dommage que causent les discriminations, tout en les incluant, ne se limite pas à ces dénis d’accès. Il nous faut un concept de discrimination qui puisse intégrer dans le même cadre des formes précises de mauvais traitement et de déni d’accès à des ressources, mais qui en même temps ne soit pas le simple synonyme de ces deux dernières expressions.

6Le concept souhaité peut être esquissé en analysant la discrimination comme un processus causal, c’est-à-dire comme le lien entre une cause et un effet spécifiques (pour une analyse similaire, cf. Lippert-Rasmussen 2006, Bessone et Sabbagh 2015). La cause spécifique, c’est le groupe d’appartenance réel ou supposé d’une personne donnée ; l’effet spécifique, une différence de traitement à son endroit qui entraîne un désavantage, une pénalité, une perte ou un moindre gain. Il apparaît de cette première analyse que le concept de discrimination repose sur une comparaison. Je discrimine Rachid si 1) je traite Rachid différemment de François, 2) la différence de traitement entraîne un résultat qui est moins bénéfique (ou plus dommageable) pour Rachid que pour François, et 3) la différence de traitement défavorable à Rachid est imputable au fait que Rachid et François sont assignables à des groupes sociaux différents – par exemple, en raison des origines supposées de l’un et de l’autre. La discrimination à l’endroit de Rachid est en ce sens une différence de traitement (comportement à l’adresse de Rachid ≠ comportement à l’adresse de François) ayant pour conséquence un désavantage pour la cible (résultat pour Rachid < résultat pour François) et qui s’explique seulement par une différence d’appartenance ou d’assignation (groupe de Rachid ≠ groupe de François).

7Si Rachid et François candidatent au même emploi, et si Rachid est réellement moins qualifié que François, on ne dira pas que Rachid a été discriminé si le choix de l’employeur se tourne vers François, même si le résultat n’est certainement pas celui que Rachid espérait. Pour qu’il y ait discrimination en raison de l’origine dans cet exemple, il faut que les deux candidats soient égaux en tous points de vue pertinents, notamment sur le plan des qualifications, et que la seule caractéristique qui les distingue soit le groupe d’origine supposée. C’est la logique sous-tendue par le vaste corpus de testings sur la discrimination à l’embauche, où des CVs équivalents se distinguant seulement par le trait d’intérêt (par exemple, une indication de l’origine des candidats) sont envoyés à des employeurs qui décident sur cette base de convoquer ou non le candidat à un entretien d’embauche (voir les contributions de Yannick L’Horty et Pascale Petit à ce numéro).

8La même logique s’applique à n’importe quelle autre sphère de la vie sociale, par exemple aux interactions avec la police (voir les contributions de Serge Guimond et de Guillaume Roux, Anaïk Purenne et Julien Talpin). Les officiers discriminent Rachid lorsqu’ils lui imposent un contrôle d’identité ou un traitement brutal qu’ils ne feraient pas subir à François. Les interactions de la vie quotidienne offrent encore des exemples (voir la contribution de Martin Aranguren). Je discrimine Rachid lorsque je modifie mon comportement par rapport à ce que je fais avec François, et que ces modulations de ma conduite imposent à Rachid un stress ou une émotion négative que le traitement que j’adresse à François n’a pas pour conséquence. Dans ces deux cas, comme dans celui de la recherche d’emploi, le concept de discrimination exige que Rachid et François ne diffèrent en rien de pertinent pour la situation sauf l’origine supposée (ou un autre critère de discrimination tel que l’orientation sexuelle, le handicap, la situation de famille, le lieu de résidence, etc.).

9Le reste de cette note introductive résume la manière dont les différentes contributions au numéro se sont attaquées aux questions de la prévalence, des mécanismes explicatifs et des conséquences des discriminations en raison de l’origine, en portant une attention particulière au cas de la France.

La prévalence des discriminations en raison de l’origine

10La contribution de L’Horty et Petit passe en revue l’ensemble des travaux menés en France avec la méthode du testing sur la discrimination à l’embauche des candidats d’origine maghrébine, mettant en évidence la persistance dans le temps d’un écart défavorable aux candidats de cette origine dans le taux de convocation à un entretien. La contribution de Roux, Purenne et Talpin documente à partir d’un corpus d’entretiens semi-structurés le sentiment de discrimination que les habitants racialisés de quartiers populaires de France, mais aussi d’autres pays, éprouvent au contact avec la police. Parce qu’elles surviennent dans le cadre d’interactions avec des agents des institutions étatiques, les auteurs qualifient ces discriminations d’institutionnelles, un concept que la contribution de Guimond cherche également à élaborer à partir de travaux récents en psychologie sociale.

Le mécanisme explicatif des discriminations

11En science économique, comme le rappellent Petit et L’Horty dans ce numéro, il est d’usage de distinguer deux mécanismes alternatifs pour rendre compte de la discrimination à l’embauche. Dans le modèle de la discrimination « statistique », faute d’informations plus précises les employeurs infèrent à partir de caractéristiques non productives des candidats (par exemple, leur origine) de l’information sur des caractéristiques peu observables ou inobservables pertinentes pour la sélection (par exemple, leur productivité) ; par exemple, un employeur prédit la productivité d’un candidat de tel groupe d’origine à partir de ce qu’il estime être la moyenne de productivité de ce groupe. Dans le modèle concurrent fondé sur les préférences, en revanche, les employeurs cherchent activement à éviter de se mêler avec le groupe auquel appartient le candidat discriminé. La psychologie sociale des relations intergroupes, comme le propose Guimond dans sa contribution, permet de dégager un autre mécanisme pour rendre compte des discriminations dans le cadre des interactions sociales. Les participants à une situation d’interaction peuvent se catégoriser les uns les autres dans un continuum allant du pôle interpersonnel, où les autres apparaissent comme des personnes singulières, au pôle intergroupe, où les partenaires d’interaction se donnent à voir entièrement comme les membres d’un groupe, d’un collectif. D’autre part, il est postulé que les êtres que nous sommes tendons à favoriser le groupe auquel nous croyons appartenir. Il s’ensuit que dans des situations vécues principalement comme un échange entre des collectifs (vs. une interaction entre des personnes singulières), nous aurons tendance à mieux traiter les membres de notre groupe que ceux des autres. On pourrait nommer cette explication le modèle de la discrimination intergroupes.

Les conséquences cumulatives des discriminations en raison de l’origine

12La définition même de discrimination comporte la référence à une conséquence préjudiciable. La discrimination à l’embauche implique pour le candidat « marqué » d’être privé d’un entretien de travail. Le « contrôle au faciès » implique pour ceux qui appartiennent aux minorités visibles d’être sur-contrôlés par la police. La discrimination par des modulations plus ou moins subtiles du comportement verbal ou non-verbal implique un surplus de stress pour la cible de ces différences de traitement.

13Mais au-delà de cette conséquence préjudiciable immédiate, nécessaire au concept même de discrimination, certaines discriminations épisodiques s’inscrivent dans une série d’autres épisodes similaires, ce qui confère au dommage des discriminations un caractère cumulatif. Ce pourrait être le cas des « contrôles au faciès » ou des diverses formes de discrimination quotidienne rencontrées dans la rue, les transports, ou des espaces semi-publics comme les magasins ou les restaurants.

14Le préjudice causé par ces épisodes de discrimination pris isolément pourrait être négligeable. Mais s’ils se répètent en nombre suffisant pendant un laps de temps donné, l’impact cumulatif sur la cible peut être dévastateur.

15Les recherches classiques sur les conséquences des événements de vie (par exemple, le décès d’un proche) et des difficultés chroniques (par exemple, la pauvreté ou le conflit conjugal) sur la santé mentale mettent à disposition un modèle bien défini pour penser cet effet cumulatif. Dans ce modèle dit du « stress » (passé en revue dans la contribution d’Aranguren), chaque épisode éprouvant ponctuel, sur fond de conditions adverses plus ou moins durables, comporte une exigence de réajustement de la personne à l’environnement extérieur. Lorsque la capacité de réajustement, renouvelable mais à tout moment limitée, est dépassée par des épreuves trop fréquentes ou trop brutales, la personne cède et son fonctionnement psychologique est compromis, ce qui peut se manifester extérieurement par des symptômes de maladie mentale.

16S’appuyant sur ce modèle, l’article d’Aranguren explicite un programme de recherche pour étudier ce processus micro-social que sont les discriminations dans la vie quotidienne comme l’un des mécanismes responsables des inégalités macro-sociales de santé mentale. De manière analogue, la contribution de Roux, Purenne et Talpin soutient que le sentiment d’être discriminé par des représentants des institutions étatiques (policiers, enseignants, guichetiers) contribue chez les membres des groupes d’origine minoritaires, sur la durée, à dégrader leur sens de la citoyenneté et leur rapport à ces institutions.

Haut de page

Bibliographie

Bessone, Magali et Daniel Sabbagh. 2015. « Les discriminations “raciales” : un objet philosophique. » in Bessone M. et Sabbagh D., Race, racisme, discriminations. Anthologie de textes fondamentaux. Paris : Hermann.

Lippert-Rasmussen, Kasper. 2006. « The badness of discrimination. » Ethical Theory and Moral Practice 9(2) : 167-185.

Safi, Mirna et Patrick Simon. 2013. « Les discriminations ethniques et raciales dans l’enquête Trajectoires et Origines : représentations, expériences subjectives et situations vécues. » Économie et statistique 464(1) : 245-275.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Martin Aranguren, « Introduction. Prévalence, mécanismes et conséquences des discriminations en raison de l’origine : un état des lieux des travaux en économie, en psychologie et en sociologie »Appartenances & Altérités [En ligne], 3 | 2023, mis en ligne le 01 mars 2023, consulté le 20 juin 2024. URL : http://journals.openedition.org/alterites/464 ; DOI : https://doi.org/10.4000/alterites.464

Haut de page

Auteur

Martin Aranguren

Chargé de recherche au CNRS
Centre de Recherche sur les Inégalités Sociales, Sciences Po

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search