Skip to navigation – Site map

HomeIssuesNúmero especial | IIPassages obscènes

Passages obscènes

Walter Benjamin et la pornographie
Obszöne Passagen. Walter Benjamin und Pornografie
Obscene Passages. Walter Benjamin and Pornography
Pasajes obscenos. Walter Benjamin y la pornografía
Sylvia Kratochvil

Abstracts

Several writings of W. Benjamin in the 1920s deal with the transformation of sexuality in the European interwar period. The article “A State Monopoly on Pornography” [1927] is one of them. Locating a creative potential in citizen’s pornographic perversion, Benjamin follows a train of thought which overthrows aesthetic categories. Proclaimed at a time when certain erotic art forms were subject to censorship in the Republic of Weimar and elsewhere in Europe, the proposal of a State monopoly on pornography articulates the question of the relationship between political sovereignty and anarchic eros. According to Benjamin, obscenity results from the conservation of magic-auratic elements in profane language. Benjamin’s concept of a migration of magical Eros into the sexual domain foreshadows later statements on the decline of the aura, especially in “The work of art in the age of the mechanical reproduction”.

Top of page

Full text

La tyrannie sociale, souvent écrasante et funeste, ne présente pas ce caractère de violence impérative, de despotisme légalisé et formel qui distingue l’autorité de l’État. […] pour se révolter contre cette influence que la société exerce naturellement sur lui, l’homme doit au moins en partie se révolter contre lui-même, car avec toutes ses tendances et aspirations matérielles, intellectuelles et morales, il n’est lui-même rien que le produit de la société. (Bakounine 1965, 40)

C’est une belle chose, la destruction des mots. Naturellement, c’est dans les verbes et les adjectifs qu’il y a le plus de déchets, mais il y a des centaines de noms dont on peut aussi se débarrasser. […] A la fin, nous rendrons littéralement impossible le crime par la pensée car il n’y aura plus de mots pour l’exprimer. (Orwell 1950, 78-9)

Introduction

  • 1 Dans le présent numéro spécial de la revue Anthropology & Materialism, nous publions notre traducti (...)
  • 2 Pour faciliter la localisation des citations de Benjamin dans cet article, nous renvoyons à l'éditi (...)

1A la fin de l’année 1927, Walter Benjamin publia un article intitulé « Monopole d’État pour la pornographie »1 [Staatsmonopol für Pornographie] dans la Literarische Welt (GS IV.1, 456-8)2. Ce texte inédit en français appartient aux écrits de Benjamin qui explorent le thème d’un éros mécanisé qui naît de l’union entre une « pauvre » expérience du choc et l’expédient politique d’une innervation du corps collectif. Ce thème est structurellement lié à son contraire, l’éros du lointain ou l’amour platonique fondé sur l’aura du nom de la bien-aimée. L’article sur la pornographie est en ce sens une contribution importante à la théorie matérialiste de l’amour qui se dessine dans les textes de la deuxième moitié des années vingt pour culminer dans « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique ». Ainsi classé, il s’agira d’élargir l’horizon du texte, de dégager, comme dans une image de devinette, des voies cachées qui mènent de la philosophie du langage constituant le premier plan à une pensée anthropologique et politique. Dans ce but, il est indispensable d’évoquer le moment critique de sa rédaction.

  • 3 Dans « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », Benjamin maintient jusqu’à la d (...)
  • 4 Sur la logique matricielle de l’illumination profane, voir Wohlfarth (2013, 355).
  • 5 Terme employé par Benjamin dans le résumé français de son article sur le collectionneur d’art éroti (...)

2L’article part d’un fait politique qui remonte probablement à l’année de la mise en place d’un directoire civil en Espagne, deux années après le coup d’État de Primo de Rivera en 1923. Lors d’un voyage à Naples qui fait passer Benjamin par Barcelone –« ville portière sauvage » écrit-il dans une lettre à Gershom Scholem en septembre 1925–, il aurait pu faire, lors de ses flâneries bibliophiles, l’expérience de la censure espagnole qui avait fait retirer des kiosques à journaux plusieurs collections de livres érotiques, parmi lesquelles le texte Senos (Seins) de Gómez de la Serna, publié à Madrid en 1917. Deux années plus tard, alors que le régime dictatorial est toujours en place, Benjamin, au lieu d’en faire la matière d’un commentaire politique, décide d’utiliser ce fait divers pour philosopher sur le régime de la pornographie. Son approche « désintéressée » des techniques artistiques à caractère pornographique s’associe à une double ironie : Benjamin finit par faire l’éloge de la pornographie en réclamant sur elle un monopole étatique. La liasse Y du travail sur les passages, liasse qui rassemble du matériel sur la photographie, contient une folle proposition de Balzac : « En tant que président de la Société des gens de lettres, [il] proposa que la production des douze plus grands auteurs français vivants fût achetée d’office (cf. Daguerre) » (Benjamin 1993, 692 [Y 4 a, 7]). Nationalisation, étatisation ? Pas tout à fait : le côté « absurde » des grandes découvertes techniques – dans ce cas la daguerréotypie – est évoqué par Balzac dans Les scènes de la vie parisienne : « Si quelqu’un » – un dieu Theuth du XIXe siècle – « fût venu dire à Napoléon qu’un édifice et qu’un homme sont incessamment et à toute heure représentés par une image dans l’atmosphère, que tous les objets existants y ont un spectre saisissable, perceptible, il aurait logé cet homme à Charenton » (Balzac, cit. Benjamin 1993, 699 [Y 8 a, 7]).3 De même, la censure qui frappe des livres ou des images à caractère obscène enferme dans une camisole de force un pouvoir mimétique qui recycle d’anciennes forces occultes. Le texte de Benjamin, qui est une apologie folle, carnavalesque et fouriériste de la pornographie, porte le bonnet bariolé de l’illumination profane.4 C’est un manifeste contre la répression de l’obscène et un certain « jacobinisme moraliste ».5

La pornographie sur le seuil du XXe siècle

  • 6 Dans son étude terminologique de l’obscénité au XIXe siècle, Vaillant distingue un « double pôle li (...)
  • 7 « En vérité, il s’agit beaucoup moins de transformer l’artiste d’origine bourgeoise en maître de l’ (...)

3Au cours de la deuxième moitié du XIXe siècle, avec le développement des techniques de reproduction, la pornographie se répand en France et en Allemagne. Paris devient le haut-lieu d’une industrie clandestine de l’obscénité (cf. Rodemacq 2015). L’essor de la pornographie est moins visible que l’expansion croissante de la prostitution qui, bien que surveillée, est tolérée. La répression policière renforce le caractère militant des représentations obscènes qui contestent la morale sexuelle de la bourgeoisie. Est défini comme obscène ce qui « blesse ouvertement la pudeur » (Littré 1972). L’analyse freudienne de la blague obscène (obszöner Witz) se réfère encore largement à cette culture satirique du XIXe siècle. L’obscène est classé dans la rubrique des mots d’esprits tendancieux, à côté de l’hostile et du blasphématoire. Il s’agit d’images secondaires qui n’ont pas leur fin en soi puisqu’elles visent la profanation d’un certain type d’images dominantes, dans ce cas, celles qui relèvent de la société victorienne. Le titre de l’article de Benjamin « Monopole d’État pour la pornographie » présente une image renversée de la réalité du Second Empire où l’État et les représentants de l’Église luttent contre l’obscénité, alors qu’un monopole sur la pornographie comme exploitation commerciale des représentations de la sexualité est en train de se former. Benjamin n’est pas intéressé à maintenir la différence entre l’obscène, connoté politiquement, et la pornographie comme marchandisation.6 Sa stratégie consiste à mettre l’artiste élitiste au service d’un espace d’images aux mains d’une « masse critique », stratégie que l’essai sur « Le surréalisme » [1929] et l’exposé « L’auteur comme producteur » [1934] rendront explicite.7

  • 8 L’érotisme, comme représentation licite de la sexualité, est un phénomène du XXe siècle. Voir Vaill (...)

4Au début du XXe siècle, les autorités renforcent la répression de la pornographie. Notamment les tentatives de diffusion sont poursuivies, l’âge des consommateurs n’entre pas encore en cause (cf. Rodemacq 2015, 15). Le § 184 du code pénal allemand (Strafgesetzbuch adopté en 1871) qui règle la diffusion de matériel pornographique fut modifié en 1900, s’appliquant désormais non seulement aux distributeurs, mais également aux auteurs et aux producteurs de contenus obscènes. En 1902 fut introduite la notion d’obscène « implicite » permettant d’interdire des films à caractère érotique. Dans l’Entre-deux-Guerres, la répression de la pornographie et de l’obscénité fut plus marquée en Allemagne qu’en France. L’affirmation du sens subversif de la pornographie était fréquente parmi les artistes d’avant-garde proche de la gauche du début du XXe siècle, bien que l’avis des surréalistes sur la prostitution et la pornographie fût partagé. L’érotisme comme obscénité à visage découvert, déplacée vers le terrain même des pratiques sexuelles, devient l’expression principale du combat artistique pour la libération de la sexualité.8 Gómez de la Serna, un auteur anarchiste espagnol, croit découvrir dans la mise en lumière de la sensualité « quelque principe plus révolutionnaire que tous ceux que l’on propage dans les milieux politiques » (Gómez de la Serna 1986, 21). Mais le clivage entre pornographie de masse et érotisme d’avant-garde, renforcée par une répression accrue de cette première, empêche que l’étincelle révolutionnaire puisse jaillir. S’y ajoute un manque de soutien du côté des femmes. Gómez de la Serna avoue le différend en mettant en annexe à son livre une lettre de Nathalie Clifford Barney, féministe et lesbienne américaine qui tenait un salon réputé à Paris. Selon Barney, seul le matriarcat constitue une vision utopique valable, alors que « vos audaces d’explorateur ne sont, peut-être, qu’autant de tentatives désespérées pour réintégrer ces paradis d’où la naissance vous a expulsé » (ibid., 79). Au paradis, il n’y a pas de place pour les fantasmes d’écoliers.

  • 9 Il s’agit du fragment « Sur l’amour et ce qui s’y rattache (un problème européen) » (Benjamin 2001, (...)
  • 10 Le premier manifeste date de 1924.

5L’article de Benjamin atteste qu’il n’est pas resté indifférent devant les implications politiques, sociétales et esthétiques de la pornographie. Critique ou lecteur d’auteurs qui ont frôlés la censure – Oskar Panizza et son Concile d’amour [1895] en Allemagne, Baudelaire en France, Gómez de la Serna en Espagne – il ne pouvait pas faire abstraction de telles questions. La génération de Benjamin était en effet profondément marquée par la conscience d’une révolution des rapports entre les sexes et par l’espoir qu’une telle révolution soit liée à une transformation du champ politique. Un article de 1920 témoigne de l’intérêt que Benjamin prenait à ces problèmes.9 Selon lui, traiter à l’heure actuelle de l’érotisme et de la sexualité, signifiait être conscient du moment révolutionnaire. Au centre de la réflexion de Benjamin se trouve la question du rapport entre la vie sexuelle et l’éros. L’homme actuel serait aveugle vis-à-vis de la signification supranaturelle de l’érotisme de la femme. Benjamin critique également la tendance de ses contemporains à voir la femme à travers une superposition d’images antinomiques : la mère et la putain. Et il termine en exigeant une métamorphose radicale de la sexualité au moyen d’une association forte entre l’esprit et l’imagination. Cette exigence débouche sur une ambivalence : l’érotisme surnaturel, perce-t-il à jour dans un corps exilé dans le monde technique ? La nouvelle nature, finit-elle par un rêve ou un cauchemar ou, comme le dit André Breton dans son premier Manifeste, « par une belle réclame pour l’enfer ou pour le ciel » (2018, 30) ?10

  • 11 « Cette technique constitue un système qui exige que les forces sociales élémentaires soient subjug (...)
  • 12 Sur cette « double volonté utopique », cf. Wohlfarth (2014, 11).
  • 13 C’est Klossowski, le premier traducteur de « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité techni (...)

6L’utopie qui, dans l’article sur la pornographie, se présente comme un paradis hédoniste, une nouvelle Babel confortable, n’est certainement pas exempte d’ambiguïté. L’idée d’un monopole d’État pour la pornographie s’inscrit dans deux logiques. La première, fouriériste, soutient que le crime et la perversion sont des produits idéologiques qui n’existent qu’en civilisation comme ordre qui fait dévier la marche de la passion vers le pathologique. En devenant le premier distributeur de contenus pornographiques et érotiques, l’État abandonnerait la pratique bourgeoise de la mise à distance de l’objet de consommation par une institution de contrôle. Il s’agit en fin de compte d’une subversion de l’amour patriarcal, monopolisant quant à lui les valeurs abstraites du bien et du licite. La deuxième logique suit celle d’une seconde technique, terme positif qui signifie l’expérimentation scientifique et artistique en vue de la création d’un « espace de jeu » (Spielraum) où les extrêmes – l’homme naturel et ses machines – se croisent harmonieusement (zusammenspielen).11 Dans ce contexte, la reproduction technique joue un rôle primordial, puisqu’elle est susceptible de libérer les forces vitales de l’homme de l’emprise magique des arts premiers fondés sur le rituel, le sacrifice et le culte de la beauté. Il en résulte que l’utopie sociotechnique doit précéder l’utopie corporelle et libidinale, et la révolution sociale celle de la nature humaine : « Les problèmes sociaux et techniques de la deuxième nature doivent être très proches de leur résolution avant que ceux de la première – l’amour et la mort – ne laissent pressentir leurs contours » (GS VII.2, 665)12. Cette pensée elliptique de la seconde technique marque l’écart entre l’utopie benjaminienne et « l’utopie du mal »13de Sade qui appose sur la solidarité révolutionnaire la marque de Caïn. L’arrangement de Benjamin, pourrait-on dire, se situe au-delà (si ce n’est en dessous, dans une pudeur innommable) du bien et du mal. Le point de départ de la révolution n’est pas le désir privé de l’individu, ni l’addition de tels désirs, mais un collectif initié au jeu par des techniques de reproduction qui se sont émancipées des lois naturelles pour y retourner dans un deuxième temps.

  • 14 Dans une lettre du 9 décembre 1930 Benjamin renvoie dos à dos sa philosophie de l’art et la philoso (...)
  • 15 La citation, qui se réfère à un discours de Schmitt de 1929 (« Über das Zeitalter der Neutralisieru (...)
  • 16 Benjamin cite Schmitt plus haut (ibid., 245-6).
  • 17 Hervé Aubron propose une distinction conceptuelle entre le porno – « fabrique d’asservissement et d (...)

7Si l’on peut aisément identifier la pornographie à un art basé sur la seconde technique en ce qu’il mobilisera le film, la photographie et, aujourd’hui, le numérique, l’exigence d’un monopole d’État pour ce domaine semble associer l’utopie sociotechnique à une politisation d’en haut et donc en fin de compte à un monopole de la décision (Entscheidungsmonopol). L’article de Benjamin s’inscrit ainsi dans la controverse née autour de la question juridique d’un état d’exception (Ausnahmezustand), une question que Carl Schmitt, dans sa Théologie politique [1922], avait tranché en faveur d’une autorité vitale (Schmitt 2015, 19 et 21)14. Dans ses notes tardives sur « L’Œuvre d’art... », Benjamin retient une citation de Karl Löwith : « Ainsi, la question de Schmitt est la suivante : Quelle politique est suffisamment forte pour se servir de la technique en tant que moyen et de lui donner un sens ultime (endgültigen Sinn) ? Voici sa réponse : Uniquement une politique qui politise toutes les sphères de la vie dans la même proportion qu’elles ont été neutralisées par l’économie et la technique » (GS VII.2, 673)15. Agamben, dans Homo Sacer, prend le contrepied d’un tel « bio-pouvoir » : « Un jour, l’humanité jouera avec le droit comme les enfants jouent avec des objets hors d’usage, non pour les rendre à leur usage canonique, mais pour les en libérer définitivement » (2003, 109). Si la seconde technique favorise le jeu, la décision souveraine appartient à un autre jeu, le Trauerspiel, comme Benjamin le montre dans son livre L’Origine du drame baroque allemand [1928]. Le souverain, un esprit naturel qui représente l’histoire naturelle, y joue le rôle principal ; or, la décision se répartit sur trois figures prises ensemble dans l’impasse de la souveraineté : le tyran, le martyre et le courtisan. Le propre d’une « utopie » de la dictature serait d’opposer à l’instabilité des événements historiques la loi d’airain de la nature, une « technique stoïque pour l’état d’exception de l’âme » (stoische Technik für einen Ausnahmezustand der Seele) et donc une technique despotique (GS I.1, 253)16. La chasteté féminine et le martyre s’imposent, dit Benjamin, avec le dictat d’un esprit naturel qui crée la dévotion et l’ascèse corporelle. Uniquement en dehors d’un tel état d’exception, lorsque jouer signifie ne plus se souvenir de l’influence naturelle (despotique) des affects, une véritable seconde technique, l’utopie sociotechnique aurait sa place. Benjamin s’oppose à la décision vitale au nom d’une neutralité utopique des productions de l’esprit que sont l’art et la technique. La proposition d’un monopole d’État pour la pornographie est une bouffonnerie dont uniquement un courtisan en tant qu’avocat de la nature muette ait pu être l’instigateur. Ainsi, Benjamin déconstruit le pathos « décisionniste » de Schmitt et libère « la jeune déesse de l’information qui exécute sa danse du ventre provocante » des chaînes de la propagande totalitaire et du despotisme.17

8Dans ce qui suit, nous allons commenter les points qui, dans l’article de 1927, touchent aux questions et aux problèmes mentionnés ci-dessus. D’abord, le caractère magique de la pornographie avec la notion de chute qui constitue le lien entre l’idée métaphysique de la déchéance et sa transformation matérialiste en centrale hydraulique. Ensuite, nous nous interrogeons sur les stratégies apologétiques de la pornographie en confrontant, sous forme de digression, la pensée de Benjamin à l’argumentation de Judith Butler dans Le pouvoir des mots (2004; titre original: Excitable Speech). En dernier lieu il s’agira de faire apparaître, sous la surface satirique du texte, le potentiel subversif de la pornographie.

La magie passe dans le sexe

9Dans la section du Livre des Passages qui porte sur l'intérieur et la trace, sous le titre « sortilège des seuils » (Schwellenzauber), on peut trouver une liste de pénates modernes : machines à sous, pèse-personnes, des automates qui impriment nos noms. La liste se termine avec l’évocation de Portes et fenêtres, une série de lithographies érotiques à système. Le caractère pornographique de ces images représente selon Benjamin l’ultime descente d’une substance magique originaire dans l’espace du colportage :

  • 18 Jean Lacoste traduit le mot allemand « herabsinken » par « sombrer », ce qui apporte une connotatio (...)

Comme toute substance magique, celle-là aussi est descendue de nouveau dans le sexe, en tant que pornographie. Vers 1830, Paris s'amusait de lithos grivoises avec des portes et des fenêtres coulissantes. C'étaient des « images dites à portes et à fenêtres » de Numa Bassajet (Benjamin 1993, 232; cf. GS V, 1, 232 [I 1 a, 4]).18

  • 19 La prostituée est la gardienne du seuil entre le passé et le présent. Pour une analyse de cette fig (...)

10Il se peut que Benjamin eût pris connaissance de cette série à travers le collectionneur d'art érotique Eduard Fuchs. Dans les années trente, l'Institut für Sozialforschung lui demande de rédiger un article sur cet éditeur de sensibilité matérialiste. Alors que Fuchs, en vieux collectionneur bourgeois, déplore la massification de l'art érotique sous forme de lithographies et de photographies, Benjamin se prononce favorablement sur les techniques de reproduction puisqu’elles contribuent à détruire les substituts d’aura auxquels la bourgeoisie continue à vouer un culte réactionnaire. La lithographie à système s’avère être un gardien de seuil particulier en faisant entrer le regard de la foule dans l’intérieur bourgeois. Cette fonction, elle la partage avec le flâneur, gardien du seuil qui sépare l’être privé de la foule, et la prostituée (cf. GS I.2, 569 et GS II.1, 93).19

  • 20 C'est le flâneur notoire Franz Hessel, ami berlinois de Benjamin, qui l'avait initié à la science d (...)
  • 21 Dans son écrit ultérieur sur la faculté mimétique (« Über das mimetische Vermögen »), Benjamin décr (...)

11Le passage qui les réunit tous les deux, hybride de rue et d'intérieur, constitue ainsi le haut lieu de la science des seuils.20 Celle-ci renvoie au contexte du mysticisme juif, étudié par l’ami de Benjamin, Gershom Scholem. Dans ses écrits sur la kabbale, Scholem décrit la magie comme une science qui s’est révélée dans la chute du premier Adam afin de cacher la nudité de l’homme désormais privé du vêtement de la grâce (1966, 193). Il s’agit d’extraire de la matière des correspondances écrites pour les exploiter dans un processus mimétique. Or, la force créatrice propre aux correspondances peut s’émanciper de la faculté mimétique. Dans cette perspective, l'avènement du monde moderne serait marqué par le passage d'une culture du déchiffrement des analogies cosmiques, associées au lointain, l’aura du nom et l’expression (Ausdruck), à une civilisation de l’écriture qui met l’accent sur la trace, la transmission (Mitteilung) et l’intention (Mosès 1983, 821). La pornographie dont le mot signifie « peinture » ou « écriture » de ce qui a trait à la prostitution se mue en un régime sémiotique privilégié de la modernité. La descente de la magie dans un support qui induit son élimination crée l’obscène en tant que refuge de l’éros surnaturel.21

  • 22 « La trace est l'apparition d'une proximité, quelque lointain que puisse être ce qui l'a laissée. L (...)
  • 23 Journal parisien du 21 janvier 1930.

12Nous rappelons que la notion de trace, chez Benjamin, demeure sous l’influence de l’aura du lointain.22 Le moment auratique de la trace est l'absence de ce qui a laissé la trace, mais cette absence est annulée dans une relation d'extrême proximité à la chose, proximité qui intervient surtout lors de la recherche de traces. A la différence de l'élément auratique (la femme), on peut s'approcher infiniment de la trace (l'écriture de la femme). Dans ses notes sur Proust, Benjamin décrit cette obsession mimétique sous le nom de la « curiosité sadique » : « aucune trouvaille n’apporte quelque tranquillité, en chaque secret est emboîté un plus petit, en celui-ci un plus minuscule encore, il faut flairer ainsi jusqu’à l’infini, l’importance de la trace étant inversement proportionnelle à sa taille » (Benjamin 2015b, 111).23 En s'appuyant sur la notion de trace, la magie qui s'enfouit dans le sexe ne fait donc pas partie des fausses restaurations d'aura que Benjamin dénonce dans certaines formations culturelles. Il s'agit plutôt d’un satanisme volontaire qui, ayant franchi le seuil de l’image, vit de la force du signe, de la trace dont il fait l’expérience. La déchéance de la magie, son devenir trace, se confond intimement avec la déchéance de l'aura, le devenir écriture des analogies cosmiques.

13Benjamin précise que la substance magique descend dans le sexe en tant que pornographie. La connotation sexuelle de la chute ne peut être plus évidente : la magie passe dans le sexe, et elle ne fait plus qu’un avec la pornographie. Ce qui retient l’attention, c’est la connotation positive de la chute qui n’est pas sans rappeler l’analyse freudienne du mot d’esprit : « Nous dirions que le rire se déclenche dans le cas où une somme d'énergie psychique, primitivement employée à l'investissement de certaines voies psychiques, a perdu toute utilisation, de telle sorte qu'elle peut se décharger librement. » (Freud 2009, 160). Dans le cas du langage pornographique, c’est le côté magico-mimétique de la représentation qui s’est étiolé. Le revers de la chute pornographique est l’impuissance que Benjamin évoque dans une note sur Baudelaire :

Le déclin de l'aura et l'étiolement – en raison de la position défensive dans la lutte des classes – de la représentation rêvée d'une nature meilleure sont une seule et même chose. Aussi le déclin de l'aura et le déclin de la puissance sexuelle sont-ils finalement une seule et même chose. (Benjamin 1993, 378 [J 76, 1])

14L'impuissance, occasionnée par un épuisement des espoirs révolutionnaires de 1848, constitue une cause politique potentielle de l’expansion de l’obscénité. L’énergie libérée des représentations magiques et l’énergie révolutionnaire laissée en suspens se déchargent dans la représentation pornographique, refuge d’un éros en quête d’un nouvel objet de désir.

  • 24 La métaphore énergétique apparaît également dans une citation de Paul Valéry insérée dans le travai (...)
  • 25 Au XIXe siècle, le motif obscène intervient souvent dans un contexte comique ou satirique : « le ri (...)

15La traduction de l’article de Walter Benjamin, « Monopole d’État pour la Pornographie » [1927], m'a amenée à rassembler les éléments épars qui forment dans leur ensemble un complexe que je souhaite appeler la dimension sexuelle du passage. Au phénomène réel de la prostitution qu’abritent certains passages parisiens – le Passage de l’Opéra chez Louis Aragon, Le Paysan de Paris – s'ajoute l'idée d'un passage métaphysique de l'image magique à l'écriture pornographique. Le sexe s’y manifeste comme substitut sécularisé purement matériel de la magie mystique. La civilisation rationnelle ne peut se passer de la sexualité. « Tous, misogynes ou féministes, nous n’avons pas encore trouvé, pour nous réjouir et nous continuer, un plus parfait instrument de plaisir et un autre moyen de reproduction que la femme », écrit Octave Mirabeau dans Le Jardin des supplices [1899]. Alors que Benjamin, dans ses premiers écrits, semble plutôt condamner la « chute » de l’esprit dans le règne de la productivité, de la volupté et de l’intentionnalité arbitraire, l’article sur la pornographie la transmue en un principe productif : « Tout comme le Niagara alimente des centrales électriques, [la société] doit utiliser la chute et le dénivellement du langage dans la blague et dans la vulgarité comme puissante source d'énergie pour faire tourner la dynamo de l'acte créatif. » (GS IV.1, 458)24 Le modèle de la chute que Benjamin utilise pour expliquer l’avènement du langage pornographique communique avec la théorie du rire de Baudelaire, phénomène « intimement lié à l’accident d’une chute ancienne, d’une dégradation physique et morale » (Baudelaire 1966, 537). On y trouve par ailleurs la même volonté d’interprétation dialectique : « car les phénomènes engendrés par la chute deviendront les moyens du rachat » (ibid.).25

  • 26 Dans son article sur la pornographie, Benjamin remarque qu’« il serait du premier intérêt d'entamer (...)

16La pornographie pourrait en effet être une sœur non seulement de la blague, mais également de l'allégorie.26 Avec cette dernière, elle partage l’esprit arbitraire et une tendance dévalorisante. La jouissance d’une blague, d’une allégorie poétique ou d’une représentation obscène présuppose un certain détachement sentimental face à la chose – ou à la personne – signifiante. Alors que l'allégorie exprime la toute-puissance de l'esprit séparé de la nature qui devient pour lui simple matière à signification, la pornographie use de représentations sexuelles qui habitent les mots et les choses de façon parasitaire, afin de créer l’excitation. On sait que, dans son livre sur le Baroque, Benjamin s'exprime en faveur de l'allégorie, forme esthétique méprisée depuis le siècle des Lumières. Souhaitait-il également sauver la pornographie ?

17En ce qui concerne l'article sur la pornographie, on peut constater que ce texte satirique portant sur un sujet aussi controversé que la pornographie annonce une préoccupation qui deviendra majeure dans l’essai sur le satiriste Karl Kraus présenté comme héritier du dandysme baudelairien. Il s’agit de l’ambivalence de l'obscénité et de la blague, telle qu'elle naît d'une conjonction de l'esprit pur avec le sexe pur. Cette ambivalence marque également la nature démonique du langage juridique qui repose sur une magie extérieure, différente de la magie de la nomination (cf. GS II.1, 153). L’intention de connaître et de définir le bien et le mal est « de mauvais augure », donc obscène au sens propre. Kraus est présenté comme l’accusateur d’une ambivalence systématique du droit, celle de la complicité de l’esprit universel avec le sexe telle qu’elle se présente dans le procès d’attentat aux bonnes mœurs : « Un procès d’attentat aux mœurs est la transformation délibérée de l’immoralité individuelle en immoralité générale, fond sombre sur lequel la faute avérée de l’accusé se détache avec éclat » (Benjamin 2000, II, 249). Il en résulte que les détracteurs de la pornographie et les producteurs de représentations obscènes parlent le même langage, alors que leurs intentions divergent.

Contre une condamnation de la pornographie. Benjamin et Judith Butler

18Dans son livre Le pouvoir des mots, Judith Butler montre les risques sociaux d'une condamnation juridique de la pornographie. Butler soutient que la pornographie, en révélant les limites du langage habituel, est porteuse d'un potentiel libérateur qui peut aussi se retourner contre ses propres effets indésirables. C'est avant tout cette approche positive de la pornographie qui érige un pont entre Butler et Benjamin, même si les présupposés théoriques diffèrent considérablement. Un autre pont peut être établi à partir de la question de la violence du langage et de la justice. Dans son analyse du performatif politique, Butler étudie le geste de la menace, figure à laquelle Benjamin identifie la violence magique du droit. La question de la condamnation de la pornographie peut ainsi être débattue sur les bases d'une « Critique de la violence », titre d'un article publié par Benjamin en 1921. Si l'on admet que la parole pornographique constitue une violation qui peut aller d’une simple contestation des règles esthétiques et morales – dans le cas de l’obscène – à l’atteinte aux droits de l’homme – dans le cas de la pornographie – il faudra s'interroger sur le rapport d’une telle force langagière à la violence législative.

19Dans le texte « Sur le langage en général et le langage de l’homme » [1916], Benjamin fait le récit de la chute métaphysique du langage et de la nature humaine en s’appuyant sur le troisième chapitre de la Genèse. Alors que la pureté du nom se situait au-delà de la morale, la volonté de connaître le bien et le mal aurait fait pour la première fois du nom un instrument de la connaissance et de la justice. De ce fait, la chute inaugure le règne de la bourgeoisie en tant que règne de l'intention et de la fonctionnalité. La théorie du langage qui correspond à cet état de choses fait du nom un signe, un instrument arbitraire de communication et de connaissance. Mais le langage abstrait devient également l’expression mythique de la magie du jugement qui se substitue à la pureté concrète du nom. La suscitation de l’idée du bien et du mal aurait en effet « ex-citée » la justice divine latente qui devait punir l’acte de sa propre citation.

20Judith Butler, dans Le pouvoir des mots, commente sur plusieurs pages la généalogie nietzschéenne du sujet. Le sujet se constitue dans un processus de responsabilisation et d’accusation juridique menée par une institution pénale qui fait appel au sujet comme cause d'un acte répréhensible. Butler propose de pousser l’analyse plus loin et s’interroge sur un jugement formateur comme condition de l’accusation : « une figure de la loi qui fait advenir le sujet par une condamnation performative » (Butler 2004, 85). Soucieuse de passer du fantasme de la souveraineté à une théorie de l’ « agency », terme que Charlotte Nordmann traduit par « puissance d’agir », Butler a choisi de nommer cette condition formatrice « citationalité » ou « métalepse par laquelle le sujet qui ‘cite’ le performatif est temporairement produit comme l’origine tardive et fictive du performatif lui-même » (ibid., 90). Cette substitution ressemble au procédé de l'excitation que Benjamin commente dans « Sur le langage en général... », dans la mesure où le cité prend la place de ce qui attendait la citation et parodie par son caractère performatif la silence de la loi divine. L'ambiguïté de la violence performative est notamment présente dans la figure elliptique de la menace que Butler interprète comme un acte du corps qui établit par son geste les contours de l'acte à venir (cf. ibid., 35). Lorsque, de son côté, Benjamin rapproche l'ordre du droit de la menace, il s'agit pour lui en dernier lieu d'identifier la violence du droit à la violence mythique et destinale, tout en faisant abstraction des possibilités de son interruption. Le mot qui chasse les hommes du paradis, si l’on suit de près la formulation de l’article de 1916, porte en lui les traits menaçants du destin comme origine mythique du droit : « eux-mêmes l’ont provoqué, en vertu d’une loi éternelle selon laquelle ce mot qui juge punit – et attend – sa propre provocation comme l’unique, la plus profonde faute » (Benjamin 2000, I, 142-65).

  • 27 C’est Hamacher qui emploie ce terme dans une interprétation de la « Critique de la violence » (Hama (...)

21Il s’avère que, malgré les parallèles évoquées, l’interprétation de la menace marque une divergence entre Butler et Benjamin. Selon Benjamin, la violence destinale sacrifie l’individu au nom d’une communauté fusionnelle, indistincte et anhistorique. Pour Butler, en revanche, les interpellations injurieuses forment une chaîne historique que la citation transforme en une communauté « magique » à laquelle le sujet s’associe sans s’y perdre (cf. Butler 2004, 49). Le sujet existe pour dissimuler la responsabilité de l’histoire ou de la violence virtuelle qui habite le langage. C’est à cet endroit que la définition butlerienne devient problématique, puisque le « performatif » désigne deux côtés du langage que l'analyse de l'acte de la citation doit garder séparés. Chez Benjamin, la séparation reste intacte puisqu'il distingue la violence divine, silencieuse et concrète, d'une violence intentionnelle qui demande un acte et un sujet. La violence pure en revanche n’est pas performative, mais l’antithèse, « afformative », c’est-à-dire condition impartiale et irreprésentable du performatif.27 La longue chaîne d’interpellations injurieuses, histoire condensée ou excessive, qui, selon Butler, précède le sujet, ne se transforme en communauté « magique » et, certes, sexiste que lorsqu’un sujet prend la parole et s’approprie ce pouvoir jusque-là inopérant. Chez Benjamin, le sujet naît avec la violence mythique que l'acte d'excitation suscite, et contre la violence performative dont le droit détient le monopole afin de préserver l’ordre donné. Ainsi la figure de la menace est vraie et fausse : vraie en tant que mythe, niée en tant que jugement.

La force subversive de la pornographie

22Dans cette dernière partie il s'agit de soulever une contradiction majeure qui s'exprime dans l'article sur la pornographie et qui appelle à être expliquée. L'article est divisé en deux parties qu’il est difficile d’articuler logiquement, malgré la rhétorique que Benjamin mobilise dans ce but : la première partie contient des remarques sur la genèse et les caractéristiques des éléments obscènes de la langue et de leur énergie transmissive ; la deuxième partie, en revanche, en plaidant pour une institutionnalisation étatique de la pornographie, s’apparente à un manifeste politique. Or une monopolisation de l’énergie obscène risquerait de la mettre une fois pour toutes au service de la violence sexuelle. La terminologie de Benjamin ne laisse aucun doute sur ce point : exploitation, marchandisation, insertion dans la logique de l'offre et de la demande sont autant de piliers d'une politique d'intérêt au sein de laquelle le langage se transforme en instrument et en pouvoir performatif. Il semble que la contradiction ne peut se résoudre qu'en dégageant le caractère subversif du programme esthétique que Benjamin formule. L’article sur la pornographie est un exemple de l’écriture militante que Benjamin évoque dans le premier texte de Rue de sens unique, intitulé « Poste d’essence ». Il s’agit d’un type d’activité critique et littéraire qui repose sur un échange rigoureux entre l’action et l’écriture. Elle naît en tant que réponse à l’évolution du principe politique qui fait interagir de plus en plus rapidement l’esprit et la matière. L’opinion s’y présente comme l’huile qui lubrifie, appliquée à des charnières bien connues, la machine de la vie publique (Benjamin 2015a, 109). L’image de la critique littéraire comme travail de maintenance est reprise à la fin de l’article sur la pornographie. Le poète pornographe sera « poseur de canalisations dans une nouvelle Babel confortable » (GS IV.1, 458). Si sciemment exécuté, le travail critique et littéraire arrivera à détourner la finalité capitaliste de la machine de l’opinion publique. En plaidant pour un monde de la volupté, un monde rythmé par les chocs d’une jouissance mécanisée, l’écrivain succombe à la fascination que l’obscénité exerce du dehors sur celui pris par le goût de perdre pied (cf. Bataille 2011, 182 et 251). Selon toute apparence, Benjamin s’est trompé dans son pronostic d’une transformation du choc en réveil illuminatif. Toutefois, il vaut la peine de reconstruire le potentiel d’une occasion manquée. Le poète pornographe lubrifie notamment trois joints subversifs du langage.

23Le premier joint concerne la rupture avec le contexte communicatif dans lequel le langage est placé. La parole pornographique dans laquelle s’exprime d’une façon suggestive (mit befreiendem, suggestiven Ausdruck) « l’unité d’une transmission rapide et sans ambiguïté » (die Einheit der schnellen, unzweideutigen Mitteilung) affiche de ce fait l’impossible évacuation de l’auto-expressivité mimétique du langage. On retrouve en elle les caractères essentiels qui, selon Derrida, font partie d’un nouveau concept d’écriture, ou plutôt d’une écriture qui aurait toujours constitué un « reste » : 1) l'absence du destinataire, puisqu’elle circule sans consentement ; 2) l'itérabilité ainsi que la disruption de l’autorité du code qui se réduit, lui aussi, à une répétition ; 3) la citationnalité comme condition du non-sérieux ou de la déformation du langage ordinaire (cf. Derrida 1971). La parole pornographique suit une logique de la destitution, destitution du sujet, de la loi et du sens.

  • 28 Voir les lettres du 29 décembre 1920 et du 19 février 1925 à Scholem (Benjamin 1978, 248 sq. et 371 (...)

24Le deuxième joint réside dans les excès du langage, lorsque sa force expressive dépasse le cadre communicationnel. Benjamin cite notamment deux exemples de langage à caractère extrême : le langage profané, obscène et le langage sacré. Il faut se rappeler que le langage sacré par excellence, pour Benjamin, est l’hébreu. L’hébreu, qu’il s’est efforcé en vain d’apprendre, est la figure de l’inachevable du langage dont l’expressivité se situe dans un au-delà inaccessible : « Entrer dans l’hébreu a une portée incalculable », écrit Benjamin à Scholem en 1920 ; cinq ans plus tard il avoue avoir du mal à prendre au sérieux l’hébreu.28 Le côtoiement du langage obscène et du langage sacré, dans la série d’exemples d’extrêmes que Benjamin fournit, rappelle la notion de seuil ou de passage qui marque le glissement du langage magique dans le domaine du sexe. Entrer dans l’hébreu, poser son regard sur un livre ou une image pornographique, constitue une expérience de seuil (Schwellenerfahrung) qui peut être porteuse d’une fonction initiatique. Rappelons que les juges, dans le Procès de Kafka, consultent non des codes juridiques mais des ouvrages pornographiques. Parmi les écrits benjaminiens qui contiennent un grand nombre de seuils érotico-magiques comptent, à part le travail sur les passages, L’Enfance et la Chronique berlinoise, véritables formules d’une « science des seuils » (Menninghaus 1986).

25Le seuil psychogénétique qui sépare l’éros de l’enfant et l’érotisme de l’adulte est le lieu privilégié de la poésie des surréalistes. Ce constat nous amène à la troisième charnière du langage qui constitue un thésaurus de fantaisies poétiques, déplacées dans le langage habituel. Benjamin mentionne dans ce contexte les raisons sociales (Firmennamen), groupe de mots privilégié par les surréalistes. Dans le Livre des Passages il constate que la poésie des surréalistes traite les mots comme des noms de marques et que leurs textes constituent au fond des prospectus d’entreprises à établir. Les mots d’entreprise servent de refuge aux fantaisies qui habitaient jadis le vocabulaire poétique (cf. GS V.1, 235 [G 1 a, 2]). Tout comme le registre pornographique absorbe la magie, le langage technique devient l’entrepôt profane de la poésie déchue.

26L’enfant, le surréaliste et le collectionneur se rencontrent dans une passion iconoclaste et anarchique qui débouche sur une activité de recyclage : recyclage des déchets de construction, des objets démodés, des procédés profanes du langage. Le seuil qui sépare le monde de l’enfant de l’univers de l’adulte et qui marque, par définition, une déchirure irréversible, est pourtant franchi par un éros unique :

L'Éros qui, écorché là, fait à nouveau retour dans la poupée en voletant n'est-il pas le même qui jadis se détacha d'elle dans les chaudes mains d'enfant (...) Car l'enfant et le collectionneur, voire l'enfant et le fétichiste, foulent le même sol, sur des côtés, certes différents, de l'abrupt massif déchiré de l'expérience sexuelle. (Benjamin 2011, 149-50)

  • 29 Sur le lien théorique entre dépersonnalisation et émancipation productive chez Benjamin, notamment (...)

27Dans une dialectique de l’aliénation et de l’excentricité, le corps de la poupée devient le support pornographique où s’inscrit « l’image aimée harcelée à mort » (ibid., 149).29 C’est cette inscription, cette traduction du désir du collectionneur dans le langage du corps, que le pornographe maîtrise. Les poupées désarticulées de Hans Bellmer qui joignit en 1935 le mouvement surréaliste sont les victimes d’un éros à la recherche de la puissance érotique du corps. Ce qui est en jeu, c’est la retrouvaille du côté magico-érotique enfoui dans le monde quotidien. Le langage, comme l’expérience sexuelle, constitue un massif dont les côtés –le magique et le profane– sont séparés par une crête presque infranchissable. C’est l’idée de cette crête que Benjamin souhaite sauver lorsqu’il s’exprime en faveur de la pornographie. Car l’abolition de la crête, du seuil, par l’excès d’un des deux côtés, signifierait la perte des abîmes du sens qui déchirent l’éros originaire.

Top of page

Bibliography

Agamben, Giorgio. 2003. État d’exception. Homo sacer, II. Trad. Joël Gayraud. Paris : Seuil.

Aubron, Hervé. 2013. « L’œuvre d’art à l’ère de sa pornographie ». Collège international de Philosophie 79 : 14-123

Bakounine, Mikhaïl. 1965. La liberté. Choix de textes. Présentations et notes de François Munoz. Paris : Jean-Jacques Pauvert, coll. « Libertés nouvelles » 20.

Barbisan, Léa. 2017. « Eccentric Bodies. From Phenomenology to Marxism: Walter Benjamin’s Reflections on Embodiment ». Anthropology & Materialism. A Journal of Social Research, Special Issue I. http://am.revues.org/803; DOI: 10.4000/am.803

Bataille, Georges. 2011. L’Érotisme. Paris : Éditions de Minuit.

Baudelaire, Charles. 1966. « L’essence du rire ». En Œuvres I, dir. Yves Florenne, 534-52. Paris : Club français du livre.

Benjamin, Walter. 1978. Briefe, tome I, dir. Gershom Scholem et Theodor W. Adorno. Frankfurt : Suhrkamp.

Benjamin Walter. 1972-1991. Gesammelte Schriften, dir. Rolf Tiedemann et Hermann Schweppenhäuser. Frankfurt : Suhrkamp.

Benjamin Walter. 1991. Écrits français. Paris : Gallimard.

Benjamin, Walter. 1993. Paris. Capitale du XIXe siècle, trad. Jean Lacoste. Paris : Cerf.

Benjamin, Walter. 1998. Images de pensée. Trad. Jean-François Poirier et Jean Lacoste. Paris : C. Bourgois.

Benjamin, Walter. 2000. Œuvres, vol. I-III. Trad. Rainer Rochlitz et al. Paris : Gallimard.

Benjamin, Walter. 2001. Fragments. Trad. Charlotte Jouanlanne et Jean-François Poirier. Paris : PUF.

Benjamin, Walter. 2011. Enfance. Éloge de la poupée et autres essais. Trad. Philippe Ivernel. Paris : Rivages.

Benjamin, Walter. 2015a. Rue à sens unique. Trad. Anne Longuet Marx. Paris : Allia.

Benjamin, Walter. 2015b. Sur Proust. Trad. Robert Kahn. Paris : Nous.

Breton, André. 2018. Manifestes du surréalisme. Paris : Gallimard.

Butler, Judith. 2004. Le pouvoir des mots. Politique du performatif. Trad. Charlotte Nordmann. Paris : Éditions Amsterdam.

Derrida, Jacques. 1971. « Signature, événement, contexte », Communication au Congrès international des Sociétés de philosophie de langue française, http://laboratoirefig.fr/wp-content/uploads/2016/04/SIGNATURE.pdf, février 2018.

Freud, Sigmund. 2009. Der Witz und seine Beziehung zum Unbewussten. Der Humor. Frankfurt : Fischer.

Gómez de la Serna, Ramón. 1986. Seins. Trad. Jean Cassou et al. Paris : Ryôan-ji.

Hamacher, Werner. 1994. « Afformative, Strike : Benjamin’s “Critique of Violence” ». Dans Walter Benjamin’s Philosophy : Destruction and Experience, Andrew Benjamin et Peter Osborne (dir.), 110-38. London/New York : Routledge.

Littré, Émile. 1972. Dictionnaire de la langue française. Paris : Éditions de l’érable.

Lyon-Caen, Judith, et Vaillant, Alain. 2015. « La face obscène du romantisme ». Romantisme 167 (1) : 41-59

Menninghaus, Winfried. 1986. Schwellenkunde. Walter Benjamins Passage des Mythos. Francfort: Suhrkamp.

Menninghaus, Winfried. 1980. Walter Benjamins Theorie der Sprachmagie. Francfort: Suhrkamp.

Mosès, Stéphane. 1983. « L'idée d'origine chez Walter Benjamin ». Dans Walter Benjamin et Paris. Colloque international 27-29 juin 1983, Heinz Wismann (dir.), 809-26. Paris : Cerf.

Orwell, George. 1950. 1984. Trad. Amélie Audiberti. Paris : Gallimard.

Rodemacq, Maxence. 2015. « L’industrie de l’obscénité à Paris (1855-1930) ». Romantisme 167 (1) : 13-20

Schmitt, Carl. 2015. Politische Theologie. Vier Kapitel zur Lehre von der Souveränität. Berlin : Dunker & Humblot.

Scholem, Gershom. 1966. La Kabbale et sa symbolique. Trad. Jean Boesse. Paris : Payot.

Stögner, Karin. 2014. « Geist und Sexus. Benjamins Sprachphilosophie als Jenseits des Geschlechterprinzips ». Rivista Italiana di Filosofia del Linguaggo 8 (2) : 292-303

Vaillant, Alain. 2015. « Pornographie ou obscénité ? ». Romantisme 167 (1) : 8-12

Wohlfarth, Irving. 2013. « L’attendant, le venant, le pensant, l’écrivant, le lisant, le voyant, le noyant, le sauvant, le maintenant… Sur quelques types d’illumination profane chez Walter Benjamin ». Revue de Métaphysique et de Morale 3 (juillet-septembre) : 343-62

Wohlfarth, Irving. 2014. « Spielraum. Jeu et enjeu de la “seconde technique” chez Walter Benjamin ». Dans Anthropologischer Materialismus und Materialismus der Begegnung. Vermessung der Gegenwart im Ausgang von Walter Benjamin und Louis Althusser, Marc Berdet et Thomas Ebke (dir.), 75-143. Berlin : Xenomoi.

Top of page

Notes

1 Dans le présent numéro spécial de la revue Anthropology & Materialism, nous publions notre traduction de cet écrit de Walter Benjamin à la suite de notre article.

2 Pour faciliter la localisation des citations de Benjamin dans cet article, nous renvoyons à l'édition originale de ses écrits complets, Gesammelte Schriften (voir référence complète dans notre bibliographie) avec l'abréviation GS. Les chiffres romains et arabes renvoient respectivement au livre et au volume de l’édition. Sauf indication contraire, la traduction de citations des GS est à nous.

3 Dans « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », Benjamin maintient jusqu’à la dernière version – contre l’attitude sceptique de l’Institut de Recherche Sociale – que la photographie, « premier mode de reproduction vraiment révolutionnaire », arrive « simultanément avec la montée du socialisme » (Benjamin 1991, 184; cf. GS I.2, 481). Sur la querelle concernant cette phrase, voir GS I.3, 991 sq.

4 Sur la logique matricielle de l’illumination profane, voir Wohlfarth (2013, 355).

5 Terme employé par Benjamin dans le résumé français de son article sur le collectionneur d’art érotique Fuchs (GS II.3, 1362).

6 Dans son étude terminologique de l’obscénité au XIXe siècle, Vaillant distingue un « double pôle libertin » composé de l’obscène comme « représentation ouvertement provocatrice, à des fins artistiques, agressives ou contestataires, de la sexualité » et du pornographique comme « exploitation commerciale de la sexualité, sous d’autres formes que la prostitution elle-même ». Vaillant admet néanmoins que l’imbrication est fréquente entre les deux phénomènes (2015, 11).

7 « En vérité, il s’agit beaucoup moins de transformer l’artiste d’origine bourgeoise en maître de l’“art prolétarien” que de le faire fonctionner, fût-ce aux dépens de son efficacité artistique, en des endroits importants de cet espace d’images » (Benjamin 2000, II, 133). Pour le terme d’une « masse critique » et l’interprétation de l’espace d’images, cf. Wohlfarth (2014, 5 sq.).

8 L’érotisme, comme représentation licite de la sexualité, est un phénomène du XXe siècle. Voir Vaillant (2015, 10).

9 Il s’agit du fragment « Sur l’amour et ce qui s’y rattache (un problème européen) » (Benjamin 2001, 77-9).

10 Le premier manifeste date de 1924.

11 « Cette technique constitue un système qui exige que les forces sociales élémentaires soient subjuguées pour que puisse s’établir un jeu harmonien entre les forces naturelles et l’homme » (Benjamin 1991, 189). La version allemande retrouvée après 1974 emploie le terme Zusammenspiel (GS VII.1, 359).

12 Sur cette « double volonté utopique », cf. Wohlfarth (2014, 11).

13 C’est Klossowski, le premier traducteur de « L’Œuvre d’art à l’époque de sa reproductibilité technique », qui emploie ce terme dans son ouvrage Sade, mon prochain publié en 1947.

14 Dans une lettre du 9 décembre 1930 Benjamin renvoie dos à dos sa philosophie de l’art et la philosophie de l’État de Carl Schmitt. La lettre, d’abord écartée par Adorno et Scholem, fut finalement publiée dans les œuvres complètes (GS I.3, 887).  

15 La citation, qui se réfère à un discours de Schmitt de 1929 (« Über das Zeitalter der Neutralisierungen und Entpolitisierungen »), est tirée de Karl Löwith, Max Weber und seine Nachfolger [1939/40]. La note date de 1940.

16 Benjamin cite Schmitt plus haut (ibid., 245-6).

17 Hervé Aubron propose une distinction conceptuelle entre le porno – « fabrique d’asservissement et d’affranchissement, d’abattage et de jeu, de brutalité et de désir » – et la pornographie – « une ligne qui se déplace en permanence », (2013, 114). À mes yeux, la rivalité entre les « anges » et les « démons » à propos du sort de l’âme articule bien un « état d’exception » que la « pornographie » – qui fait l’objet d’une jurisprudence – supprime. La liberté d’expression contient la liberté du vouloir, au départ une figure théologique.

18 Jean Lacoste traduit le mot allemand « herabsinken » par « sombrer », ce qui apporte une connotation péjorative qui n'est pas aussi nette en allemand. Dans la version originale, la magie descend « en tant que pornographie » (« als pornographie ») et non avec la pornographie, comme le propose Jean Lacoste, dans le sexe. – L’espace de colportage est mentionné dans un autre fragment qui a pour thème la chute de la théologie (Benjamin 1993, 562 [S 1 a 5]).

19 La prostituée est la gardienne du seuil entre le passé et le présent. Pour une analyse de cette figure, voir Stögner (2014).

20 C'est le flâneur notoire Franz Hessel, ami berlinois de Benjamin, qui l'avait initié à la science des seuils (Schwellenkunde) et ses pénates, les prostituées, statuettes maquillées bordant l'entrée de passages glauques.

21 Dans son écrit ultérieur sur la faculté mimétique (« Über das mimetische Vermögen »), Benjamin décrit ce passage en termes de « migration » des anciennes forces mimétiques dans le médium fonctionnel du langage, « au point de liquider les pouvoirs de la magie ». Sur l’idée d’une « liquidation de la magie » comme conservation modificatrice, cf. Menninghaus (1980, 75-7).

22 « La trace est l'apparition d'une proximité, quelque lointain que puisse être ce qui l'a laissée. L'aura est l'apparition d'un lointain, quelque proche que puisse être ce qui l'évoque. Avec la trace, nous nous emparons de la chose ; avec l'aura, c'est elle qui se rend maîtresse de nous. » (Benjamin 1993, 464 [M 16a, 4]). Voir également la lettre à T. W. Adorno du 9 décembre 1938.

23 Journal parisien du 21 janvier 1930.

24 La métaphore énergétique apparaît également dans une citation de Paul Valéry insérée dans le travail sur « L’Œuvre d’art … » : « Comme l’eau, comme le gaz, comme le courant électrique viennent de loin dans nos demeures répondre à nos besoins moyennant un effort quasi nul, ainsi serons-nous alimentés d’images visuelles ou auditives, naissant et s’évanouissant au moindre geste, presque à un signe. » (GS I.3, 1062). Aubron écrit : « le porno […] en permanence dans les murs et dans les airs – une source d’énergie (c’est-à-dire aussi de dépense) comme l’électricité ou l’eau courante » et nous renvoie à la phrase d’Annie Sprinkle, une ancienne actrice porno : « Le porno consomme trop d’énergie » (2013, 114 et 122).

25 Au XIXe siècle, le motif obscène intervient souvent dans un contexte comique ou satirique : « le rire participe de la même entreprise littéraire que l’image sexuelle » (Lyon-Caen et Vaillant 2015, 45).

26 Dans son article sur la pornographie, Benjamin remarque qu’« il serait du premier intérêt d'entamer une étude de la blague eschatologique dans le langage des moines du Moyen Âge » (GS IV.1, 457-8).

27 C’est Hamacher qui emploie ce terme dans une interprétation de la « Critique de la violence » (Hamacher 1994, 115).

28 Voir les lettres du 29 décembre 1920 et du 19 février 1925 à Scholem (Benjamin 1978, 248 sq. et 371 sq.).

29 Sur le lien théorique entre dépersonnalisation et émancipation productive chez Benjamin, notamment dans le contexte de « L’Œuvre d’art … », cf. Barbisan (2017).

Top of page

References

Electronic reference

Sylvia Kratochvil, “Passages obscènes”Anthropology & Materialism [Online], Número especial | II | 2022, Online since 14 April 2022, connection on 04 July 2022. URL: http://journals.openedition.org/am/1802; DOI: https://doi.org/10.4000/am.1802

Top of page

About the author

Sylvia Kratochvil

Université Bordeaux Montaigne

Top of page

Copyright

Tous droits réservés

Top of page
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search