Skip to navigation – Site map

Appel à contribution : Utopie

Appel à contribution pour le troisième numéro

Anthropology + Materialism. A Journal of Social Research, revue internationale et interdisciplinaire dédiée aux pensées critiques, lance un appel à publication pour son troisième numéro sur l’utopie, à paraître en 2015.

L’utopie est éminemment polymorphe. À l’origine genre littéraire créé par Thomas More, elle est aussi une tradition de pensée politique, une notion philosophique, ou encore une manière de caractériser des visions technoscientifiques (cyberutopies, human enhancement, transhumanisme, etc.) et des expérimentations sociales (communautés des années 1960, cité radieuse de Le Corbusier, etc.). Mondes isolés, paradis perdus, sociétés à venir et univers souterrains dessinent son extension imaginaire et questionnent son rapport à l’histoire : nostalgie d’un âge d’or, visée de l’eunomie ou description d’un ailleurs fictionnel.

L’utopie laisse par ailleurs rarement indifférent. Elle suscite condamnations et anathèmes, mais aussi espoirs et défenses enflammées. Sur la scène philosophique elle a été stigmatisée tant pour son irréalisme consubstantiel que pour ses tendances totalitaires (Jonas). Elle a à l’inverse été défendue come moyen d’explorer des possibles sinon inaperçus (Jameson, Ricœur) et a constitué un outil conceptuel important pour régénérer un marxisme sclérosé (Bloch, Benjamin, Abensour). Les controverses politiques ne sont jamais très loin des débats philosophiques. Rejetée aussi bien par les marxistes prétendument « scientifiques » que par les conservateurs, l’utopie a eu ses zélateurs tant chez les socialistes libertaires (Fourier, Leroux, Cabet, Landauer) que chez certains penseurs libertariens (Nozick).

Conformément au caractère interdisciplinaire de la revue, l’ambition de ce numéro est de proposer des approches originales concernant les enjeux théoriques afférents à la notion d’utopie, mais aussi des recherches sociologiques, anthropologiques, politiques ou esthétiques sur certaines utopies particulières. Les questions suivantes pourront ainsi être abordées : Quels sont les rapports de l’utopie avec des notions voisines : mythe, idéologie ou fantasmagorie ? Peut-on parler de l’utopie sans prendre position, voire sans devenir soi-même quelque peu utopiste ? Le rapport de l’utopie à la dystopie ou à la contre-utopie prend-il uniquement la forme d’une opposition? Quelles sont les usages politiques de l’utopie : rompre avec la doxa et l’idéologie dominante, mobiliser les désirs des masses, élaborer des projets de société alternatifs, etc. ? En quel sens peut-on parler d’utopies littéraires, artistiques ou architecturales aujourd’hui ? Quelles expérimentations sociales actuelles, des plus locales aux plus globales, peuvent être qualifiées d’utopiques ? Comment aborder des utopies technologiques ou scientifiques qui semblent - paradoxalement - mettre en cause la capacité des sociétés à maîtriser leur devenir ?

Prière de faire parvenir un résumé de 3000 signes (ou 500 mots) à anthropologicalmaterialism@gmail.com avant le 31/01/2015. Les articles devront être remis avant le 31/05/2015 pour être ensuite évalués par des experts anonymes.

  • OpenEdition Journals