Navigation – Plan du site

AccueilNuméros78Amades autour du mondeCompte rendu de la première sessi...

Amades autour du monde

Compte rendu de la première session du Forum SHS de Bobo-Dioulaso : « Méthode des sciences sociales : défis et enjeux actuels »

Paul Vincent Sanon, Cendrine Palyayi Badolo et Maurice Yaogo

Image1

Après quatre ans d’activités dans des contextes divers (initialement au Centre Muraz de Bobo-Dioulasso et ultérieurement dans plusieurs institutions et cadres de rencontres), le Forum SHS a obtenu le principe d’introduire ses séances d’échanges sur des questions d’intérêt commun en sciences humaines et sociales à l’Université Catholique de l’Afrique de l’Ouest (spécifiquement la filière sociologie de l’Ecole Supérieures de Sciences Humaines Appliquées au Développement de l’Unité Universitaire de Bobo-Dioulasso). L’intérêt de cette démarche est d’introduire des présentations thématiques ou des exposés d’étudiants en sociologie pour renforcer leurs connaissances et leur formation.

Dans cette perspective, a eu lieu le jeudi 2 avril 2009 à 18h30, la première session du forum dans ce cadre universitaire sur le thème : « Méthode des sciences sociales : défis et enjeux actuels ». En présence d’une vingtaine d’étudiants et de quatre participants extérieurs évoluant déjà dans le milieu professionnel, Maurice Yaogo a fait une communication powerpoint sur le thème proposé.

Image2

Maurice Yaogo

Tout d’abord, une genèse de la « pré-histoire » des SHS depuis la philosophie universaliste de Kant au XVIe siècle jusqu’aux approches fondamentales et applications pluridisciplinaires actuelles a été présentée. Il a été question aussi, dans cette analyse rétrospective, de la naissance de la sociologie au XIXe siècle avec Comte et Durkheim en France et Weber en Allemagne, conjointement à l’école anglo-saxone axée sur l’anthropologie sociale et culturelle.

La situation actuelle au Burkina a été décrite en faisant le point des opportunités existantes en matière de formation, de recherche et d’approches appliquées en réponse aux besoins d’interventions des institutions travaillant sur les questions de développement. Ce bilan rapide, qui a fait l’économie des significations anthropologiques du développement, et des besoins exprimés dans différents domaines faisant appel aux compétences disponibles, a abouti au constat d’une insuffisance de la valorisation des compétences et de la capitalisation des expériences interdisciplinaires, en plus du faible partenariat interne en SHS.

En partant du constat que la question de l’application s’est posée différemment dans l’espace francophone comparativement à l’espace anglophone, plusieurs défis ont été soulignés concernant notamment : la spécificité des objets et des techniques méthodologiques utilisés en SHS, la question de la subjectivité, des biais et de la rigueur méthodologique pour y faire face, la nécessaire prise en compte des valeurs sociales et culturelles et les aptitudes diverses à cultiver pour faire face à un contexte de mondialisation qui s’exprime à plusieurs niveaux de l’existence humaine dont la formation, la recherche et les expériences pluridisciplinaires appliquées. Concernant les enjeux, l’idée d’une étape dans le cheminement épistémologique des SHS a été exprimée en faisant valoir la nécessité de combiner une approche fondamentale et appliquée pour préserver la légitimité scientifique et la valeur heuristique des travaux réalisés. En mettant en garde contre les illusions sur les missions des SHS, les considérations éthiques ont été évoquées, la situation actuelle étant de se limiter à l’essentiel, sans excès.

Image3

Vue des participants

À la suite de la présentation du conférencier, les participants ont exprimé leur point de vue sur l’importance des contributions des SHS et l’influence de la mondialisation sur les orientations de la recherche dans les sciences humaines et sociales. Les interventions ont porté essentiellement sur l’interdisciplinarité (risque d’incompréhension, nécessité de s’assumer en tant que compétence disciplinaire) et les enjeux de la mondialisation en termes de compatibilité avec les spécificités culturelles locales (séquelles des expériences coloniales passées, peurs et résistances face au phénomène actuel). Il a été abordé également ce qui relève de la difficile acceptation de la vision critique des SHS qui est un trait spécifique fondateur puisque ces disciplines sont apparues et ont évolué dans des contextes de crises pour lesquelles leur contribution a été de mettre à nu entre autres les incohérences et les conséquences néfastes des phénomènes macro-sociologiques observés.

  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search