Navigation – Plan du site
Publications récentes

Bruno Dujardin, Politiques de santé et attentes des patients. Vers un nouveau dialogue

Bernard Hours
Référence(s) :

Bruno Dujardin, Politiques de santé et attentes des patients. Vers un nouveau dialogue, Karthala/Edition Charles Léopold Mayer, Paris 2003, 370 p.

Texte intégral

1Malgré l’idéalisme apparent de son sous-titre, cet ouvrage n’est pas une nième déclamation rhétorique sur la santé dans le tiers monde, la participation, les inégalités devant la santé. Au demeurant de tels travaux ne sont pas inutiles, mais plutôt impuissants pour faire des propositions concrètes, au-delà des bons sentiments.

2Bruno Dujardin, après 25 ans de pratique en santé publique, évite cet écueil parce qu’il connaît bien son sujet, ses acteurs et les institutions concernées. « Notre propre intérêt est de construire une réelle altérité entre Sud et Nord », écrit-il dès l’introduction (p. 18).

3Après quelques exemples des habituels gâchis stratégiques observés dans les hôpitaux, au Nord comme au Sud, l’auteur souligne que ces constats laissent entière l’absence d’analyse et d’explication des causes de ces malentendus mortifères entre institutions médicales et malades. Dans un excellent chapitre sur le paradigme pasteurien, Bruno Dujardin y trouve des éléments de cause des dérives observées. Les patients n’ont pas de place dans le paradigme pasteurien (p. 268). La recherche d’une solution miracle est pathogène (p.75). Les formations professionnelles héritées du paradigme pasteurien sont inaptes à s’ajuster aux conditions réelles, sociales et humaines. Ce sont ces formations qui creusent le fossé avec les malades.

  • 1 Sic (NDLR)

4Au-delà de l’héritage pasteurien qui à force d’éradiquer les germes éradique la vie, qui est altérité1, l’auteur désigne d’autres responsabilités : la gestion exclusive des ressources, l’activisme forcené et l’urgence permanente : l’excès d’informations qui stérilise les interventions, un mécanicisme rigide, une spécialisation excessive menant à l’impuissance décisionnelle.

5Bruno Dujardin, au terme de ce constat amer mais non accablé, nous dit, à juste titre, sa compréhension des révoltes désespérées, et de leurs dérives terroristes aujourd’hui au Sud. Nous avons, dit-il, notre part de responsabilité. Fort de cette critique des logiques institutionnelles aveugles, l’auteur s’interroge sur que faire ? Il évoque un combat idéologique fondé sur une appropriation par les acteurs, l’ajustement aux contextes, la participation de plusieurs types d’acteurs. Cela suppose des formations professionnelles différentes, basées non sur l’évidence de quelques faits sélectionnés, mais sur le contexte global et toutes ses composantes.

6Pédagogue et moraliste, comme Ivan Illich, Bruno Dujardin prône une plus grande autonomie et « une meilleure auto-estime des individus et des communautés » (p. 277). Il n’est pas le premier, mais il met toutes ses convictions de médecin de santé publique, choqué par l’énorme gaspillage de ressources et de capacités dans la santé, au service d’un humanisme, non pas académique, mais militant. C’est une attitude respectable et passablement courageuse, exprimée dans un ouvrage rendu attachant par la force de ses convictions. Il plaira à tous ceux qui ne se satisfont pas du statut quo disciplinaire, qu’il soit médical ou anthropologique et qui considèrent que la dignité vaut plus que la santé. « Morale à l’usage des médecins … mourir fièrement, quand il n’est plus possible de vivre avec fierté » (Nietzche, p. 10).

7L’ouvrage se termine par un poème de Ben Okri dont voici le dernier vers : « Nous sommes plus grands que notre désespoir ». Un bel ouvrage de guérillero de la santé publique, qui vaut bien plus que son titre.

8Pour rester dans la problématique, je suggèrerais que derrière les problèmes de communication évoqués apparaissent des questions de pouvoir et de prise de pouvoir, puisqu’il faut bien arracher le pouvoir à certains pour que d’autres (les Autres) le prennent. C’est bien pourquoi je partage avec Bruno Dujardin et ceux qui l’ont formé la conviction que la santé publique est un champ politique et qu’il faut s’avancer au-delà des bonnes intentions pour le modifier. Les intentions ne suffisent pas et trente ans de santé publique en apportent la preuve.

Haut de page

Notes

1 Sic (NDLR)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Bernard Hours, « Bruno Dujardin, Politiques de santé et attentes des patients. Vers un nouveau dialogue », Bulletin Amades [En ligne], 57 | 2004, mis en ligne le 06 février 2009, consulté le 14 novembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/amades/615

Haut de page

Auteur

Bernard Hours

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals