Navigation – Plan du site

AccueilNuméros76Comptes-rendus de rencontresLes apéros Amades n’ont pas de fr...

Comptes-rendus de rencontres

Les apéros Amades n’ont pas de frontières…

À bon entendeur Amadésien…
Maurice Yaogo, Blahima Konate et Jocelyne Mantoro-Sanou

Notes de la rédaction

 (Merci à Maurice Yaogo de nous tenir informés des échanges qu’il coordonne à Bobo-Dioulasso.)

Texte intégral

1« L'initiative qui porte actuellement les échanges dits  "Forum-débat" est née depuis 2005 et la première présentation a été organisée le 15/12/05 au Centre MURAZ (Bobo-Dioulasso, Burkina Faso). Pour cette liaison avec AMADES que nous saluons à sa juste valeur, nous poursuivrons dans cette même lancée l’organisation de rencontres sous forme de "Forums débat" ou "Apéritifs débat" afin de promouvoir et de valoriser les échanges autour des questions liées à la santé et au developpement local. Les deux photographies concernent des rencontres ayant eu lieu dans la salle de réunion du Groupe SHADEI (Sciences humaines appliquées au développement et à l'évaluation des interventions), composante sciences humaines du Centre MURAZ de Bobo-Dioulasso. Ce centre de recherche biomédicale très ancienne a une riche histoire dans les interventions en santé au Burkina. Cependant, nous avons entrepris de diversifier les lieux de rencontre. C'est ainsi que nous avons prévu la prochaine session fin janvier dans un "maquis", c'est-à-dire un bar tranquille autour d'un petit pot. »

Session forum-débat

Session forum-débat

Compte-rendu de la session du 30 octobre 2008

2Après une  assez longue interruption, le Forum Sciences Humaines et Sociales (FSHS) a repris ses rencontres ordinaires le jeudi 30 Octobre 2008 dans la salle de  réunion du  Groupe de Recherche, d’Expertise et de Formation en Santé pour le Développement (GREFSaD).  Une dizaine de personnes étaient présentes, dont le directeur exécutif de GREFSaD, épidémiologiste de formation. Le thème de la rencontre qui a fait l’objet de la communication de Dr Maurice YAOGO était intitulé : "Sciences sociales en général, santé et développement en particulier : état de lieux et perspectives".  La modération était assurée par Somé Téléphore en remplacement de Bernadette TRAORE absente ce jour. Il s’agissait au cours de cette rencontre de présenter la contribution des sciences sociales dans les domaines de la santé et du déveleppement au Burkina Faso, en partant du constat qu’elles sont solllicitées pour diverses interventions.

3Le présentateur après avoir introduit le thème a décrit le contexte général, puis défini les sciences sociales et humaines, l’évolution des concepts dans l’espace francophone et anglophone. Outre cette évolution  plus ou moins différente selon ces deux espaces, il a également mis en exergue le caractère fondamental et appliqué des sciences sociales et les contextes différents de leur mise à contribution (tradition plus récente d’application dans la sphère francophone comparativement aux anglophones). En sus de ces différences, les acteurs et institutions en présence, à savoir l’Etat (Programme national de développement sanitaire du Ministère de la santé et Objectifs du millénaire pour le développement, autres programmes et projets verticaux multisectoriels), l’enseignement supérieur et la recherche scientifique (Universités publiques et privées, Centre national de la recherche scientifique et technologique et institutions privées de recherche), ainsi que la coopération au développement ont été présentés.

4Après avoir passé en revue les significations que recouvrent respectivement les termes de santé et de développement, un aperçu a été donné des thèmes majeurs explorés au Burkina à travers une revue synthétique de références de travaux réalisés. Ensuite, il été question des enjeux actuels et des perspectives de la recherche en sciences sociales dans un contexte marqué à la fois par des contraintes conjoncturelles (réduction des financements habituels disponibles et nécessité d’explorer d’autres sources) et des difficultés liées à l’étroitesse de la marge de manœuvre professionnelle. Ainsi, il a été souligné le caractère prédominant du financement extérieur (90%)  de la recherche en général au Burkina et la faible valorisation des  travaux produits notamment en sciences sociales.

5Concernant les perspectives, il a été suggéré la nécessité de maintenir un forum d’échanges à la fois intra et interdisciplinaire, de développer conjointement des initiatives de renforcement de capacités et de partenariat en exploitant des opportunités nouvelles (santé publique, nouvelles initiatives de formation locales, bourses étrangères, possibilités de réseautages), sans occulter les questions d’éthique professionnelle.

6A l’issue de cette présentation, la parole a été donnée aux participants pour la partie discussion. Celle-ci a tourné autour de l’éthique en sciences sociales et humaines (y a-t-il une éthique en sciences sociales et humaines comme dans les sciences médicales ?), de la prédominance du financement extérieur dans la recherche non seulement en sciences sociales mais aussi de la recherche en général.

7Rapporteur : Blahima Konate

Compte-Rendu de la session du 27 novembre 2008

8La salle de conférence du projet AUDOBEM (Centre MURAZ, Bobo-Dioulasso) a abrité le 27 novembre 2008 la deuxième rencontre nouvelle formule du Forum sciences humaines et sociales.  La présentation du jour a été assurée par Telesphore SOME qui a entretenu l’auditoire sur un thème portant sur la santé maternelle et dont le titre est : "Audit participatif pour l’amélioration du délai de la prise en charge des urgences obstétricales dans les hôpitaux de district du Burkina Faso". Ce thème a été développé au cours d’un stage à l’Université Libre de Bruxelles sur la recherche en systèmes de santé.

9Le forum a été honoré par la présence de deux invités, en occurrence Dr Claudia ROTH, ethnologue de l’Université de Lucerne/Suisse et Mag Elena JIROVSKY, doctorante de l’Université de Vienne/Autriche. La modération a été assurée par Blahima KONATE.

10Le protocole de recherche présenté s’inscrit dans le cadre de l’amélioration de la santé maternelle. Une description du contexte général a permis d’apprécier les réalités de la gestion des urgences obstétricales nécessitant une césarienne dans nos hôpitaux. Cette gestion se caractérise par un long délai entre la prise de décision de la césarienne et le premier coup de bistouri. Les conséquences connues concernent le taux élevé de décès maternel et/ou les graves séquelles maternelles en cas de survie. Le retard dans la prise en charge serait dû à des facteurs humains et institutionnels comme cela est décrit dans la littérature.

11Pour la réduction du délai, Télesphore SOME  propose de mener ce qu’il appelle un "audit participatif" pour améliorer le délai dans les hôpitaux. Cette recherche vise à impliquer les agents de santé dans le processus de prise en charge des urgences obstétricales. La méthodologie consistera à un audit basé sur les critères, une étude socio anthropologique pour comprendre les raisons du délai et proposer des recommandations pour l’amélioration du délai.

12La partie discussion a porté essentiellement sur la méthodologie qui apparaît assez large d’où des inquiétudes sur la faisabilité. Il a été aussi question de l’intérêt d’une étude prospective dont la raison donnée relève du fait qu’il s’agit d’une recherche action. Aussi, il est proposé une évaluation de critères et indicateurs préalablement définis par les acteurs, ainsi qu’une analyse systémique et négociée qui évaluera la ou les fonctions du système ou dispositif de soins. Il a été recommandé d’adapter la présentation du protocole en privilégiant une présentation standard pour une meilleure visibilité.

13C’est avec un grand intérêt que les invités ont suivi et participé activement aux échanges et l’une et l’autre se sont engagées  à présenter les thèmes de leurs activités de recherche en cours le 12 décembre 2008. La séance a pris fin sur ces notes prometteuses aux environs de 18H15mn

14Rapporteur : Jocelyne Mantoro-Sanou

Haut de page

Table des illustrations

Titre Session forum-débat
URL http://journals.openedition.org/amades/docannexe/image/682/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Yaogo, Blahima Konate et Jocelyne Mantoro-Sanou, « Les apéros Amades n’ont pas de frontières… »Bulletin Amades [En ligne], 76 | 2009, mis en ligne le 01 janvier 2010, consulté le 26 novembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/amades/682 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amades.682

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search