Navigation – Plan du site
2019

Compte-rendu de lecture de Jean-Marie Bolay, 2018, György Kepes. Du langage visuel à l’art environnemental. Genève : MetisPress.

Patricia Limido

Texte intégral

1Jean-Marie Bolay, historien d’art diplômé de Genève, offre ici la monographie inédite en français d’un artiste et théoricien américain d’origine hongroise, György Kepes (1906-2002). Moins connu que son compatriote László Moholy-Nagy qui fut son mentor et son associé, Kepes suit ce dernier à Berlin dès 1930, puis à Londres et à Chicago où il enseigne au New Bauhaus avant de se fixer à Cambridge, au MIT en 1945, où il fonde le Center for Advanced Visual Studies.

2Kepes est un artiste aux multiples dimensions. Tôt convaincu des thèses du Bauhaus, il gardera continûment la conviction que les arts appliqués et les beaux-arts doivent marcher de concert avec les sciences et les techniques afin de répondre aux problèmes politiques et sociaux de la vie contemporaine qu’il voit comme chaotique et incohérente. Le principe du New Bauhaus de Chicago, auquel il est associé en 1937, revendique explicitement la formation d’un nouveau type de designer sachant concilier sciences et technologies avec les besoins d’harmonie fondamentale de l’homme. Il pratiquera en ce sens la peinture, le design, la photographie et l’art publicitaire, le vitrail, la décoration urbaine aussi bien que l’art du camouflage des formes après un stage de formation militaire en Virginie où il expérimente la perception qu’un avion bombardier a du sol, de jour comme de nuit. L’axe commun de toutes ces pratiques, c’est la maîtrise du langage visuel, des images et des formes visuelles, des figures ou structures (Gestalten) environnementales et architecturales. La perception visuelle et la structuration de son champ lui servent très tôt de modèle pour l’appréhension du monde, et il progresse ainsi de l’image graphique jusqu’à l’art monumental et environnemental, ce qui en fait aussi à certains égards, dès les années 1970, un précurseur en matière d’écologie. Très curieux de toutes les sciences de son temps, Kepes cherche inlassablement à les faire servir à la défense d’un art nouveau, à une renaissance culturelle et à une harmonisation de l’environnement urbain et architectural. Il accompagne sa pratique artistique d’une activité constante d’enseignement et de réflexion théorique. Il a su également articuler les talents et les compétences de ses amis et collègues en organisant expositions et ouvrages collectifs. C’est donc une pensée multiple dont la complexité s’accroît encore par sa volonté de dialogue avec de nombreux courants théoriques (scientifiques, philosophiques et linguistiques) que Jean-Marie Bolay présente ici dans un livre également touffu, très riche en informations, et alimenté par un colossal travail d’exploitation des archives de Kepes à la Smithsonian Institution et à la bibliothèque de Stanford. Ce volume déjà très dense est complété par une version numérique qui fournit au lecteur un accès à des fiches descriptives des œuvres de Kepes, ainsi qu’à de nombreux documents inédits.

3L’ouvrage se compose de quatre parties. La première partie reprend le parcours intellectuel et biographique de Kepes depuis ses premières rencontres avec les avant-gardes, le constructivisme, le Bauhaus, la psychologie de la forme, le positivisme logique, puis outre-Atlantique avec le pragmatisme, les sciences de l’information, la cybernétique, l’urbanisme et l’architecture. Cela permet également de situer et de présenter chronologiquement les différents ouvrages de Kepes.

4En 1944, il publie Language of vision, consacré à la publicité comme art, où il propose une théorie formelle de l’art publicitaire et termine avec une nouvelle iconographie de l’affiche publicitaire en hommage à Moholy-Nagy. Préfacé par Siegfried Giedion, dédié à Köhler et Kofka, c’était « un manuel destiné à donner à ses lecteurs les outils pour développer un nouveau langage graphique en harmonie avec l’environnement moderne » (p. 51).

5Une exposition de 1951 – The new Landscape – contribue à la réalisation d’un ouvrage collectif publié en 1956, The new Landscape in Art and Science, qui associe dix-huit contributeurs (dont Gropius). La place donnée aux sciences physiques s’y accentue en tant qu’elles dévoilent des structures ou des formes régulières dans le monde naturel, inanimé ou organique, mais aussi en tant qu’elles participent de la production d’images nouvelles. L’ouvrage, fait avant tout pour être vu, propose des illustrations des conquêtes de la photographie et reproduit des images de chronophotographie, de rayons X, d’oscilloscopes rendant visibles des phénomènes non visuels (p. 67). Ainsi Kepes vise-t-il dès lors et jusqu’à la fin de sa carrière à construire une esthétique qui articule les mondes artistiques et scientifiques. Entre 1954 et 1959, il travaille avec Kevin Lynch sur la perception de la ville, ce qui fournira la matière du célèbre texte de Lynch, The Image of the City.

6La troisième partie explore l’intérêt grandissant de Kepes pour l’art et l’aménagement environnemental qui le conduit à fonder le Center for advanced visual studies en 1967 sur le campus du MIT. Il espérait appliquer ses recherches sur la lumière et la perception pour développer une nouvelle discipline : façonner le paysage complexe de la ville par la lumière et ses volumes virtuels, lui redonner harmonie et ordre afin de « susciter une pensée cohérente tout en facilitant l’orientation dans la ville par un design intelligent » (p. 172). Ainsi des projets tels que réaménager Time Square, redessiner une autoroute, réviser l’éclairage nocturne (p. 189) participent de cette volonté de résorber le chaos urbain pour produire de « bonnes Gestalten » et faire de l’environnement un écosystème cohérent. En 1972, un dernier ouvrage collectif, Arts of environment, fait état de ces recherches et aborde les questions naissantes de la conscience écologique allant du souci de l’aménagement de la ville à l’environnement à l’échelle de la terre, en passant par les dangers des catastrophes naturelles comme ceux des destructions nucléaires.

7Il ressort sans ambiguïté que le monde souhaité par Kepes est un monde d’articulations claires et ordonnées, un paysage aux processus structurés, rythmés par des formes et des lignes régulières, coordonnées, déclinant symétrie, proportions, modules, s’affirmant comme des « structures ornementées ou des ornementations structuralisées » (p. 225), que ce soit par la lumière ou l’architecture. C’est en ce sens que l’auteur soutient, dans la quatrième partie, la thèse originale et très intéressante d’une pensée de l’ornement chez Kepes. Ce dernier moment met en évidence la force et la constance de la pensée de l’ordre chez Kepes. Ordre, cosmos, organicisme sont autant d’aspects de l’ornemental, qui peut tout aussi bien s’envisager comme une déclinaison esthétique des thèses de la Gestaltheorie, à savoir l’harmonisation du fond et de la forme, des parties et du tout, la prégnance de grandes structures cohérentes qui organisent spontanément le champ visuel. L’auteur évoque très rapidement cette convergence (p. 241) et on peut regretter que l’analyse n’en soit pas plus suivie. Toutefois, l’ouvrage est déjà tellement foisonnant qu’il est difficile de vouloir lui ajouter d’autres développements. La volonté de rendre compte de toutes les sources et des influences multiples que Kepes déploie dans ces travaux rend la lecture assez laborieuse et malaisée du fait de nombreux détours, rappels ou retours sur des thèses antérieures ou extérieures. Cela conduit inévitablement à des redites ou à des lourdeurs. À cet égard, la deuxième partie pose un certain problème dans la continuité de l’ouvrage, car elle rompt la continuité chronologique et de ce fait reprend et reconduit sur des aspects plus ou moins déjà entrevus.

8La deuxième partie s’efforce en effet d’explorer les livres et les expositions de Kepes dans leur présentation formelle : la mise en page et la mise en scène, l’usage décontextualisé des images. Cette approche, très intéressante dans son intention, donne lieu cependant à des séries de remarques ou de précisions qu’il est difficile de suivre sans voir véritablement les images et le format des livres. Le malaise s’amplifie lorsqu’il est question du livre comme « table de montage » impliquant la participation du spectateur et visant à induire une expérience émotionnelle et poétique (p. 127). On peine également à comprendre la nature exacte des images et des propos suivis dans les différents ouvrages, d’autant qu’ils sont souvent de plusieurs mains, associent différents contributeurs et différents types de sujets.

9En dépit de la densité et du caractère très touffu de l’ouvrage, le lecteur est tout de même séduit par cette rencontre avec une théorie et une pratique exigeantes, continûment orientées sur la possibilité d’une réconciliation de l’homme avec son monde grâce à une collaboration intelligente des arts et des sciences. Il est tout aussi fascinant d’assister à la rencontre de l’ancien et du nouveau monde, de voir se confronter les exigences politiques et les doctrines philosophiques de la vieille Europe — le Bauhaus, la Gestalt, le positivisme logique de Carnap — avec le pragmatisme de Dewey et le capitalisme américain, les exigences de l’industrie et de la publicité vouée à la consommation des masses. Jean-Marie Bolay nous ouvre les fenêtres d’une période riche et foisonnante qui n’est pas très connue de l’histoire de la réception des doctrines philosophiques. Il est ici passionnant de voir se côtoyer des scientifiques et des artistes que l’on n’imaginait pas discuter ensemble, d’apercevoir les contours d’un monde en effervescence et en construction de ce qui est devenu l’évidence de notre présent. Cela donne résolument envie d’aller découvrir de plus près les textes de Kepes.

10C’est un ouvrage qui s’annonce comme une référence importante, par la mine de renseignements et d’informations qu’il contient et dont on peut pronostiquer qu’il va susciter de multiples travaux complémentaires pour explorer les nombreuses perspectives évoquées, que ce soit du côté de la photographie, du design, mais peut-être aussi davantage du côté des études d’aménagements paysagers et de l’urbanisme. Il semble évident que les écoles d’architecture pourront y trouver de nouvelles références et autant d’invitations à renouveler leur regard sur la ville, la route, la nuit, la banlieue, par exemple. Car, ce nouvel éclairage porté aux théories de la forme paraît résolument utile et prometteur non seulement pour ranimer un intérêt vis-à-vis d’une doctrine riche et complexe en elle-même, mais encore pour les faire servir au renouvellement d’une pensée du paysage et de l’environnement, alliant cohérence perceptive, expérience phénoménologique et participation du spectateur ou de l’habitant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Patricia Limido, « Compte-rendu de lecture de Jean-Marie Bolay, 2018, György Kepes. Du langage visuel à l’art environnemental. Genève : MetisPress. », Ambiances [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le , consulté le 15 août 2020. URL : http://journals.openedition.org/ambiances/2389

Haut de page

Auteur

Patricia Limido

Patricia Limido est agrégée de philosophie et HDR au département d’histoire de l’art de l’Université Rennes 2.

Haut de page
  • Logo ambiances.net
  • Logo DOAJ
  • Logo CNRS InSHS
  • OpenEdition Journals