Navigation – Plan du site
2016

Les villes visibles

À propos de : Nicolas Tixier (dir.). Traversées urbaines. Villes et films en regard
Olivier Gaudin
Référence(s) :

Tixier, Nicolas (dir.). 2015. Traversées urbaines. Villes et films en regard. Genève : MétisPresses, coll. « vuesDensembleEssais ». 216 pages.

Texte intégral

1Des villes, des films. De Cités-cinés (Grenier, 1987) à Regards sur la ville (Althabe, Comolli, Colleyn, 1994) et à La ville au cinéma (Paquot, Jousse, 2005), mais aussi en langue anglaise (Shiel, Fitzmaurice, 2001 ; Mennel, 2008 ; Koeck, Roberts, 2010 ; Koeck, 2012), le sujet a donné lieu à d’importantes publications depuis une vingtaine d’années. Toutes ont mis « en regard » des œuvres spécifiques, fictions ou documentaires, avec des situations urbaines aux coordonnées géographiques et aux données historiques précises.

2Traversées urbaines, Villes et films en regard appartient à cette famille de livres, mais innove par plusieurs aspects que cette note de lecture entend détailler. Sans ambition encyclopédique, l’ouvrage coédité par la Cinémathèque et l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble rassemble dix-neuf contributions d’une grande diversité. Tout comme l’histoire de l’art, la critique cinématographique y est très minoritaire, sans en être absente. Dans ce livre, des comptes rendus et des photos de tournage côtoient les propos d’architectes, de chercheurs confirmés et de professeurs d’Université ; les analyses de films rejoignent les réflexions d’historiens tandis que des réalisateurs témoignent de leurs parcours dans des entretiens. Composer une unité à partir d’une telle hétérogénéité n’est pas le moindre des défis que relève cette publication. En effet, Traversées n’est pas à l’origine un projet de livre, mais un « cycle-séminaire » étendu sur plusieurs saisons ; 2015-2016 est la sixième année de la série, toujours en cours. Le programme a lieu pour l’essentiel à la Cinémathèque de Grenoble et inclut quelques soirées « hors les murs » à Chambéry, Valence, Privas et Paris. Après cinq années complètes, il comptait une cinquantaine de présentations. Au fil des séances, des intervenants de différentes disciplines (professionnels du cinéma, universitaires en sciences humaines et sociales ainsi qu’en études cinématographiques, et architectes) s’adressent au public en marge de projections de films de toutes époques et de notoriété très variable. Les œuvres proposées sont aussi bien des documentaires que des fictions : il est clair que les organisateurs du cycle invitent les spectateurs, et les lecteurs, à ne pas s’arrêter à cette distinction.

3L’ouvrage est composé de six parties, regroupant chacune deux ou trois contributions. Cet ensemble est encadré par trois textes – une préface suivie d’une introduction et une postface – qui contribuent à la forte cohérence thématique du livre. La préface des coordonnateurs du volume expose de manière convaincante les principaux enjeux de la réflexion sur la représentation et la mise en récit des villes par le cinéma. L’introduction de l’historienne du cinéma Béatrice de Pastre décrit le projet de constituer un service d’archives cinématographiques à Paris : d’abord émise par des intellectuels, l’idée sera à l’origine de la création de la Cinémathèque de la Ville de Paris en 1925. Le texte apporte un éclairage précis sur les enjeux de documentation, d’archivage et de conservation des films qui enregistrent un état donné, une coupe dans l’histoire longue des villes. Enfin, la postface de l’architecte Jennifer Buyck présente un aperçu synthétique du problème de la représentation de nos espaces habités contemporains, qui paraissent suspendus entre le constat de l’« urbain généralisé » et « une nécessaire reconnaissance paysagère ».

« Couper par le milieu »

4Chacune des contributions présente un film dont le trait distinctif est de faire rencontrer au spectateur une ou plusieurs villes, dont Alger, Berlin, Beyrouth, Grenoble, Lisbonne, Los Angeles, New York, Paris, Pékin, Sao Paulo, Tokyo, et quelques autres de taille et de statut très différents. Plutôt que des « portraits de ville », tous les films mettent en scène des « traversées » d’espaces urbains : parcours, itinéraires, errances, dérives ou simples visites sont l’occasion de mettre en œuvre un regard singulier, voire de proposer une réflexion sur la perception et la représentation des milieux urbains. « La traversée coupe par le milieu […]. Traverser, c’est aller voir », affirment les directeurs de la publication en ouverture du volume (Tixier, Angiboust, 2015, p. 9). Les villes et les milieux urbains sont là, visibles et à voir. Mais le voile de l’habitude nous les rend transparents. « Aller voir », donc, fût-ce ici même : le titre s’entend comme une référence directe au mouvement de l’exploration et au terme même d’expérience, dont la signification précise est l’acquisition de connaissances par une confrontation durable avec le monde (par opposition à sa possession innée ou a priori). Filmer l’expérience d’une ville est une démarche intentionnelle spécifique que les choix d’écriture et de réalisation sont susceptibles de faire varier à l’infini. Avec la multiplication des parcours, des perspectives et des trajets, les films nous font fréquenter des villes au point que des lieux inconnus, voire imaginaires, peuvent devenir étrangement familiers – et des paysages bien connus, recevoir le signe d’une étrangeté nouvelle, tels la Toscane ou le Capitole romain sous le regard de Tarkovski. Une fois l’époque du tournage révolue, la permanence des images souligne aussi bien le caractère inachevé et partial de tout archivage, de tout enregistrement des expériences urbaines. Tentatives par avance épuisées. Nous, spectateurs, activons la mémoire de lieux disparus où nous ne serons souvent jamais allés : ce n’est pas le moins étonnant de nos voyages dans le temps !

5L’ensemble des contributions témoigne avant tout de l’immense variété de ces expériences, en écho à la diversité des intentions et des parcours des réalisateurs eux-mêmes. L’un des mérites de l’ouvrage est de ne reconduire aucune vision hiérarchique de l’histoire ou de l’actualité du cinéma. Quoi de commun entre Les guerriers de la nuit (Walter Hill, The Warriors, 1979), une fiction déjantée qui met en scène les affrontements nocturnes de gangs dans les espaces publics dévastés de Brooklyn et de Manhattan, et un documentaire sur le territoire et les paysages français prenant pour fil directeur les bassins versants (Dominique Marchais, La ligne de partage des eaux, 2013) ? Ou encore, entre l’appréciation esthétique des « effets sonores » de Lisbonne Story (Wim Wenders, Lisbon Story, 1994) et les réflexions d’un anthropologue sur l’art du montage chez Jia Zhangke (Useless, 2007) ? Presque rien, à première vue. L’intérêt de la publication, à la différence de la succession des projections et rencontres au fil des années, est de rassembler une ample dispersion de points de vue et de lignes de fuite, d’époques et de lieux, de préférences et de démarches, sans préjuger de leur unité. La dispersion l’emporte sur la série ; le goût de l’exploration sur l’esprit de système. Le regard singulier de chaque cinéaste démultiplie l’inépuisable diversité des espaces urbains (ou en voie d’urbanisation). La lecture fait pourtant apparaître une logique latente, un itinéraire imaginaire cohérent. Mettons en lumière le contenu de cette logique.

« Les villes ne sont jamais génériques » : enjeux de représentation

  • 1 « À peine une fiction. Entretien avec Pierre-Damien Huygue », p. 30.

6Villes et films « en regard » et au pluriel, donc, plutôt que « la ville au cinéma ». La diversité des situations urbaines évoquées est à la fois géographique, historique et culturelle ; elle atteint ici un rare degré de visibilité. Or, le point de vue des réalisateurs invités ne se distingue pas en priorité par un regard d’artiste au sens du « cinéma d’auteur » – la Nouvelle Vague française ou le néoréalisme italien sont symptomatiquement absents du recueil alors même que les villes y sont surreprésentées. En ce sens, la sélection des Traversées urbaines fonctionne au rebours d’une synthèse, d’une fresque ou d’une mise au point sur le sujet. Elle relève plutôt de l’exploration et de la découverte de nouveaux objets. Un assemblage éclectique mais ordonné suggère qu’une certaine recherche d’équilibre est à l’œuvre dans certains films. Au cinéma comme en littérature, il arrive que la description concrète des lieux et des expériences importe autant, voire davantage, que les partis pris narratifs. C’est sous cet angle descriptif que les films sont abordés dans l’ouvrage : dans les œuvres de fiction comme dans les documentaires retenus, le fil directeur implicite de la sélection semble fourni par l’échelle du regard, c’est-à-dire de la perception humaine. Les différents intervenants insistent tous sur l’expérience sensible de l’environnement urbain que le cinéma enregistre et transmet au spectateur. Quel que soit son propos ou son récit, un film constitue en premier lieu un montage de sensations, puisqu’il « fabrique une spatio-temporalité spécifique, celle du cinéma, apte à recueillir ce qui autrement se disperserait et serait insigne, à savoir l’urbanité d’une ville qui, de ce fait, n’est pas datée »1.

  • 2 Selon le mot du cinéaste Tariq Teguia, cité dans le texte de Robert Bonamy, p. 65-72.
  • 3 Texte de Jean-Paul Thibaud, p. 73-80.

7C’est pourquoi, alors que la prise en main du livre pourrait donner l’impression d’une juxtaposition sans ordre, sa lecture en fait apparaître la cohérence de fond. À l’écart de la célébration affective des prestiges du cinéma comme de l’exercice d’admiration envers les auteurs, les commentaires témoignent d’une attention méthodique aux régimes sensibles sous lesquels les villes apparaissent à l’écran. Les films sont vus au fil directeur du corps, pour l’expérience sensorielle des espaces urbains qu’ils procurent. À ce titre, les action movies de l’industrie culturelle américaine ont presque autant d’intérêt que les documentaires subtils et les mises en scène contemplatives, dès lors qu’ils sont tournés en décors naturels. On trouvera une riche analyse des enjeux de représentation de Los Angeles dans l’adaptation de Drive, un roman noir de James Sallis (Nicolas Winding Refn, Drive, 2011), à quelques pages de remarques plus poétiques sur « filmer une ville de dos »2, et d’un commentaire précis de « l’initiation climatique » et de la « syntonisation urbaine » à l’œuvre dans Lost in translation (Sofia Coppola, 2003)3.

8Loin de constituer un obstacle, la grande diversité des pays, des époques et des démarches retenus par cette sélection est donc une ressource pour observer à partir de l’échelle perceptive que « les villes ne sont jamais génériques » (Tixier, Angiboust, 2015, p. 11). Cette remarque dépasse le débat sur l’uniformisation mondiale des formes architecturales, auquel l’allusion reste indirecte. Il s’agit surtout de réfléchir à la variété esthétique des types de représentation des villes et des espaces urbains. L’élargissement considérable des moyens de production, de diffusion et de circulation des images animées grâce aux outils numériques modifie les enjeux de la discussion, alors même que les conditions de représentation des « villes » sont en question depuis plusieurs décennies. La multiplication et la dispersion des images ne sont pas seulement l’analogue ou le reflet de l’extension en apparence illimitée des formes urbaines ; elles y participent de façon active.

Cohérence et composition de l’ouvrage

9Dans ces Traversées urbaines, il est donc question de « cinéma cartographique » et de visites au musée, d’ethnographie et de botanique, d’effets sonores et de phantom rides, de paysages et d’architecture, d’images d’archives et de sentiment élégiaque, de sociologie et d’art conceptuel. Les lecteurs y verront un cinéaste en quête de récits faisant commenter des images de tests psychologiques par les passagers d’un taxi dans les rues de Sao Paulo (Michel Favre, L’image à paroles, 2006) ; un autre réalisateur témoigner d’une expérience de tournage de court-métrage dans le quartier de la Villeneuve à Grenoble (Denis Herengem, Guy Moquet, 2013) ; un ethnologue du monde rural revenir, caméra en main, sur les lieux cévenols d’un documentaire des années 1960 (Mario Ruspoli, Petite ville. Marvejols en Lozère, 1962). On découvrira aussi le voyage d’un cinéaste russe majeur à travers l’Europe du Nord (Alexandre Sokourov, Élégie de la traversée, 2001), et même une transposition burlesque et parodique des codes du western au service de la critique politique de l’urbanisme (Marco Ferreri, Touche pas à la femme blanche !, 1974). Le livre n’en possède pas moins sa cohérence par le maintien du leitmotiv de la transcription cinématographique, c’est-à-dire visuelle et sonore, de l’expérience sensible des espaces urbains ; et parce qu’il reste, d’un bout à l’autre, au plus près des films eux-mêmes – plutôt que de commenter les intentions de leurs auteurs, de narrer les anecdotes de leurs tournages ou d’entretenir une fascination pour leurs interprètes.

10Son unité demeure toutefois problématique à certains égards, comme semble en témoigner le choix curieux des sous-titres de chacune des six sections : « marcher les villes, respirer les villes, capter les villes, tracer les villes, habiter les villes, infiltrer les villes ». Ces formes verbales à l’infinitif associent toutes l’action et la perception, comme dans l’expérience sensible ordinaire : nouvel élément de confirmation du fil directeur implicite de l’ouvrage. Mais l’ajout systématique du complément d’objet « les villes » convient assez mal à ce choix justifié ; outre que tous ces verbes ne sont pas transitifs, le fait de ramener les milieux urbains au statut d’objet contredit au fond le contenu de l’ouvrage. On préfèrera donc retenir les sous-titres présentant brièvement chacune des contributions, placées au bas de la page-titre de chaque section : ce sont à nouveau des verbes, mais le plus souvent sans objet – beaucoup sont intransitifs ou pronominaux. Le sous-titre de la deuxième section, « respirer les villes », est le triptyque suivant : « s’imprégner de ce qui est là / se déplacer / se laisser entraîner ». En l’occurrence, l’infinitif, sans sujet apparent, se passe parfaitement d’objet identifié… Quitte à maintenir le choix de telles formes verbales, celles des sous-titres de section sont donc plus éclairantes que leurs titres, puisque l’on sait déjà par l’intitulé de l’ouvrage et les titres de chaque contribution qu’il s’agit de questions urbaines.

11Pour en finir avec les réserves, notons que le travail d’édition, exemplaire du point de vue des choix techniques de fabrication (maquette, mise en page, papier, couverture à rabats), n’a pas permis d’éviter quelques lacunes difficiles à comprendre. L’absence de bibliographie et surtout de filmographie, tant générale que par article, est regrettable. Bien que les « fiches techniques des films » soient accessibles en ligne sur le site dédié au cycle, selon une note de la préface, il serait préférable de disposer d’une liste complète des œuvres citées dans l’ouvrage. Certaines références citées dans le corps du texte ne figurent ni dans les notes, ni en fin d’article, ni en fin de volume. Enfin, l’absence de légendes pour certaines images est surprenante.

12Traversées urbaines intéressera en priorité un public d’amateurs, de spectateurs et d’étudiants de cinéma, mais aussi d’étudiants et de chercheurs en sciences sociales ou en architecture. La relative modestie de ses ambitions, le souci de conserver la plus grande proximité avec les œuvres évoquées, la multiplicité des situations urbaines locales décrites avec une heureuse précision, fondent sa pertinence et sa qualité. Sans prétendre renouveler en profondeur la connaissance du vaste sujet des relations entre ville et cinéma, le livre apporte une contribution notable à l’étude de la représentation filmique des expériences urbaines.

Haut de page

Bibliographie

Althabe, Gérard, Comolli, Jean-Louis & Colleyn, Jean-Paul. 1994. Regards sur la ville. Paris : Centre Pompidou.

Grenier, Lise (dir.). 1987. Cités-cinés [Exposition. Paris. La Grande Halle/La Villette. 1987]. Paris : Ramsay et la Grande Halle/La Villette.

Koeck, Richard & Roberts, Les (eds.). 2010. The City and the Moving Image. Urban Projections. Londres : Palgrave MacMillan.

Koeck, Richard (ed.). 2012. Cine-scapes : Cinematic Spaces in Architecture and Cities. Londres :

Mennel, Barbara. 2008. Cities and Cinema. Londres : Routledge.

Paquot, Thierry & Jousse, Thierry (dir.). 2005. La ville au cinéma. Paris : Cahiers du cinéma.

Shiel, Mark & Fitzmaurice, Tony (eds). 2001. Cinema and the City : Film and Urban Societies in a Global Context. Oxford : Blackwell.

Tixier, Nicolas & Angiboust, Sylvain. 2015. « Préface ». In : Tixier, Nicolas (dir.). Traversées urbaines. Villes et films en regard. Genève : MétisPresses.

Haut de page

Notes

1 « À peine une fiction. Entretien avec Pierre-Damien Huygue », p. 30.

2 Selon le mot du cinéaste Tariq Teguia, cité dans le texte de Robert Bonamy, p. 65-72.

3 Texte de Jean-Paul Thibaud, p. 73-80.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Gaudin, « Les villes visibles », Ambiances [En ligne], Comptes-rendus, mis en ligne le 14 avril 2016, consulté le 26 septembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/ambiances/692

Haut de page

Auteur

Olivier Gaudin

Olivier Gaudin est doctorant en philosophie des sciences sociales à l’École des hautes études en sciences sociales de Paris, et professeur de philosophie au lycée. Depuis 2015, il est enseignant vacataire à l’École de la nature et du paysage de Blois. Sa recherche porte sur les usages du concept de perception spatiale par les disciplines des études urbaines (sociologie, géographie, ethnographie, théorie de l’architecture et de l’urbanisme). Il a publié sur ces questions plusieurs textes dans des ouvrages collectifs. Dernier article paru : « Un autre sens de l’esthétique urbaine. L’élaboration artistique de la perception des espaces urbains », in E. F. Orihuela et G. Vilnet (dir.), Cultures et urbanités, (L’Harmattan, 2015).

Haut de page
  • Logo ambiances.net
  • Logo DOAJ
  • Logo CNRS InSHS
  • OpenEdition Journals