Navigation – Plan du site
La guerre des mémoires
Revendication ou déconstruction mémorielles de régimes révolutionnaires : Venezuela, Cuba, Mexique

Les mémoires disséminées de la transition démocratique au Mexique : usages politiques et sociaux de l’histoire des dissidences priistes des années 1950-1990

Las memorias diseminadas de la transición democrática en México : usos políticos y sociales de la historia de las disidencias priístas de los años 1950-1990
Raphaële Plu-Jenvrin
p. 89-97

Résumés

Cette recherche porte sur les mémoires de deux dissidences priistes conduites par deux personnalités politiques très différentes du Mexique des années 1950-1960 : celle dirigée par Salvador Nava Martínez dans l’État de San Luis Potosí entre 1958 et 1992 et celle menée depuis l’intérieur du Partido Revolucionario Institucional (PRI) à la fin des années 1960 par Carlos Madrazo Becerra qui, en 1964-1965, avait échoué – depuis la présidence du Comité exécutif national – à réformer les modalités de désignation de ses candidats aux élections locales et nationales. Nous nous interrogeons sur la façon dont les récits et les commémorations consacrés à ces dissidences au cours des années 1990-2000 se sont ajoutés aux multiples productions historiographiques – nationales et régionales – de la post-révolution et de l’opposition politique. Ces dernières n’ont en effet jamais cessé d’être au contact – c’est-à-dire au service – des usages politiques de l’histoire de la révolution, lesquels ont souvent transcendé les clivages partisans à mesure que les années de la « transition démocratique » contribuaient à une recomposition des alliances nationales et locales censées lutter contre l’héritage d’une hégémonie priiste en déclin. Que nous enseignent les traces laissées par ces dissidences priistes sur les différentes « histoires officielles » étudiées par l’historien Javier Garcíadiego dans un article intitulé « ¿Es posible –o deseable– una nueva historia oficial? », publié en 2005 ? Que nous apprennent-elles sur les changements survenus dans les usages politiques de ces « histoires officielles » dans le Mexique de la transition démocratique dont de nombreux historiens situent précisément les origines dans le Mexique de la fin des années 1960 ?

Haut de page

Texte intégral

  • 1 « La notion d’usages publics de l’histoire (ou du passé) à côté de celle d’usages politiques avec l (...)

1Avant d’évoquer la mémoire des dissidences priistes des années 1960-1990 et ses usages politiques et publics1 dans le Mexique des années 1990-2000, il faut rappeler avec Patrick Garcia que, lorsqu’il surgit, « l’essor de la notion d’usages publics de l’histoire […] est intimement lié à celui de la mémoire et à la façon dont se recomposent le rapport des sociétés contemporaines à leur passé et la perception collective de leur devenir. » (Garcia, 2010 : 913). Il convient aussi de distinguer – parce que la question invite à les interroger – la mémoire du centre, qui renvoie aux « politiques du passé conduites par les États », et la mémoire des périphéries, qui regroupe « l’ensemble des échelles non étatiques : régions, communes, groupes, associations, individus » (ibid. : 912-913).

  • 2 La première étape de la dissidence navista (1958-1962) se conclut par un solide projet de parti pol (...)

2On étudiera ici deux parcours dissidents très différents : celui dirigé par Salvador Nava Martínez dans l’État de San Luis Potosí entre 1958 et 1991 et celui mené depuis les marges du PRI entre 1966 et 1968 par Carlos Madrazo Becerra après avoir échoué en 1964-1965 – depuis la présidence du Comité exécutif national du Parti révolutionnaire institutionnel (PRI) – à réformer les modalités de désignation de ses candidats aux élections locales. Au-delà de leurs particularités et de leurs différences marquées2, les premières étapes de ces deux parcours s’insèrent dans des bornes chronologiques précises – 1958-1968 – qui renvoient aux années 1960 dans lesquelles certains situent le début des années de la « transition démocratique » dans l’une de ses principales acceptions : c’est-à-dire la reconnaissance progressive, et notamment à l’occasion d’élections locales, de certaines formes de participation politique de contestation récurrentes déterminées par la contestation de l’hégémonie priiste dans les institutions (Garciadiego, 2004 : 24).

3Un trait commun de ces deux dissidences réside dans la remise en cause des procédés internes de nomination des candidats aux élections locales en vigueur au début des années 1960. En mai 1958, à San Luis Potosí, et dans la perspective des élections municipales de décembre 1958, la Unión Cívica Potosína, à laquelle s’agrégèrent deux autres formations dissidentes du PRI apparues quelques mois plus tôt, entreprenait une guerre contre le caciquisme local incarné par Gonzalo N. Santos depuis 1943. Salvador Nava, qui dirigeait depuis juillet 1957 le Comité d’État des travailleurs intellectuels, remportait les élections municipales de décembre avec l’appui de la Confédération nationale des organisations populaires, la CNOP – puissante corporation populaire d’un PRI localement divisé –, et se présentait, deux ans plus tard – à la tête de la Alianza Cívica Potosína –, au poste de gouverneur de l’État contre Manuel López Dávila, désigné par le CEN du PRI et soutenu par le président Adolfo López Mateos, ce qui propulsait Salvador Nava dans un affrontement avec le gouvernement fédéral. En juillet 1961, la mise en cause par Salvador Nava des résultats – prévisibles – d’élections entachées de nombreuses irrégularités donnait lieu à la multiplication de comités navistas dans le centre de la capitale, San Luis Potosí. Dans la soirée du 15 septembre 1961, ces derniers furent expulsés au cours d’une opération de répression sans précédent à l’issue de laquelle on dénombra six morts et douze blessés graves. Les locaux du quotidien La Tribuna, soutien de Nava, furent détruits ; le candidat et ses collaborateurs les plus proches furent arrêtés et envoyés au camp militaire n° 1, puis à la prison de Lecumberri avant d’être relâchés un mois plus tard. Le Partido Demócrata Potosíno fut démantelé en mars 1962 et Salvador Nava quitta la vie politique locale jusqu’en 1983 (je reviendrai plus loin sur la suite de son parcours, qui se prolonge jusqu’à 1991).

  • 3 Carlos Madrazo s’affronta également à l’opposition du dirigeant du groupe priiste à la Chambre des (...)

4Quelques mois après cet épisode, la question des modalités internes de désignation des candidats du PRI aux élections locales se retrouva au coeur d’une réforme mise en oeuvre entre 1964 et 1965 depuis la présidence du Comité exécutif national du PRI alors dirigé par Carlos Madrazo Becerra. Confronté à l’opposition de quelques gouverneurs, ce dernier fut contraint de démissionner de son poste en novembre 19653.

5Le volet le plus important de la réforme votée à l’unanimité de la IVe Assemblée nationale ordinaire, le 30 avril 1965, concerna le chapitre XVIII des statuts du parti – relatif aux élections internes – qui mettait en place le vote direct par les militants réunis en assemblées des comités municipaux chargés de désigner les candidats du PRI aux élections municipales (González Compeán, 2000 : 359). Cette étape était la première d’une démocratisation interne qui dépassait largement ces instances, puisque le renouvellement des comités municipaux annonçait celui des comités de section, structures de base du parti, qui à terme se chargeraient de l’élection directe des comités municipaux. Jusqu’alors, ces derniers étaient désignés par les comités d’États, traditionnellement placés sous le contrôle des gouverneurs. Entre avril et novembre 1965, Carlos Madrazo renouvela ces derniers et plaça à leur tête des alliés au sein du parti (ibid. : 352-353).

6Sa réforme, à laquelle s’associait l’éloge appuyé du municipio libre qu’il avait maintes fois formulé au cours de sa carrière (Plu-Jenvrin, 2013 : 176-187), laissait entrevoir le souci sincère de valoriser ce pouvoir idéologique urbain identifié à la région qui avait caractérisé la première étape de la dissidence navista dans l’État de San Luis Potosí, même si cette prise en compte, dans le cas de Madrazo, se mettait au service d’une dynamisation de l’affiliation priiiste. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’on retrouve dans la liste des membres du comité d’État du PRI nommés par Madrazo en avril 1965 Guillermo Fonseca Àlvarez, élu huit ans plus tard – en 1973 – gouverneur de l’État de San Luis Potosí, adepte du « gobernar para no simplemente mandar » (Márquez Jaramillo, 1987 : 136) et partisan de l’intégration institutionnelle de ceux qui, dans la capitale, s’identifiaient encore au navismo. Entre 1982 et 1985, la défense acharnée du municipio libre s’avérerait à son tour déterminante dans le resurgissement de ce mouvement, trois ans après l’investiture d’un nouveau gouverneur priiste, Carlos Jonguitud Barrios. En 1982, après avoir remporté à nouveau les élections municipales à la tête d’une large coalition dont la victoire s’expliquait non pas par les alliances partisanes, en l’occurrence perçues comme des obstacles, mais par une mobilisation urbaine spontanée et l’insoumission croissante d’un certain nombre de représentants syndicaux progressivement ralliés au navismo (Márquez Jaramillo, 1987 : 138), Salvador Nava affronta le blocus économique de l’administration municipale organisé par Carlos Jonguitud, suscitant l’intense mobilisation des comités navistas dans une forme de revendication du « municipio libre y soberano » (López León, 2008 : 196).

  • 4 « La movilización descansa en una base urbana y regional que reúne las clientelas tradicionalmente (...)
  • 5 De même, il s’est affaibli ou a disparu lorsqu’ont surgi les formes de « intermediación moderna, le (...)

7Enrique Márquez Jaramillo a identifié dans le navismo des années 1958-1985 « [una] experiencia de organización y movilización cívica, de representación política y gestión social, y de preservación […] de un poder ideológico urbano » lié à la « Potosínidad4 ». Anticipant les transformations issues des demandes croissantes et cycliques de participation politique provoquées par les lacunes de politiques partielles de substitution du caciquisme qui n’avaient jamais été assumées comme des projets politiques de long terme, le navismo s’était ainsi manifesté cycliquement pour démontrer la fragilité de l’action politique d’un gouvernement fédéral et de ses représentants, les gouverneurs, incapables d’écarter la « disfuncional metodología del cacique5 ». Ce constat, indissociable d’une demande croissante de participation politique renvoyant en premier lieu à la nécessité de promouvoir la démocratisation de la vie politique régionale et locale (ibid. : 144), dépassait et rendait caduques tout à la fois les tentatives d’expliquer le navismo par des contextes de réforme électorale qui, de leur côté, renvoyaient à la relation entre l’État et des partis politiques qui, il faut le rappeler, avaient peiné à exister en dehors du PRI dans l’État de San Puis Potosí avant les années 1990 (ibid. : 141-144).

8C’est cette relation entre l’État et le parti politique qu’il n’avait jamais quitté – le PRI – que Carlos Madrazo avait prétendu refonder peu après sa démission de la présidence du Comité exécutif national, en 1965, en critiquant âprement la politisation du gouvernement, c’est-à-dire la confusion constante des ambitions politiques des ministres avec leurs propres tâches et en prônant la création d’une administration publique scindée de partis politiques « refonctionnalisés » capables de faire émerger d’authentiques dirigeants sur la base d’un véritable militantisme. Cette proposition, qui fut l’une des premières à intégrer la liste de celles censées accompagner ce qu’il avait pensé comme un mouvement dissident interne au parti capable de le faire évoluer, restait indissociable de la défense du municipio libre dont la vitalité économique et politique ne saurait être garantie sans l’élection libre de ses représentants. Tel fut le contenu de la première missive que Madrazo envoya à environ 6 000 personnes de son entourage politique ; il l’accompagna de nombreuses conférences et rencontres dans les universités du pays afin d’évaluer l’écho de sa proposition. En juin 1966, ce mouvement déboucha sur une dissidence clairement envisagée à travers la formation du parti politique Nueva Patria, anticipé dans une seconde lettre envoyée en août 1968 dans laquelle Madrazo exposait plus clairement son idée de « Movimiento de liberación Nacional » (Hernández Rodríguez, 1997 : 194-196) susceptible de rassembler des individus de différentes origines politiques dans l’objectif de supplanter les organismes existants. Les travaux préparatoires du parti dissident Nueva Patria, qui avaient notablement avancé en août 1968 (ibid. : 196-197), furent interrompus par l’imminence de la répression de l’automne 1968. Sa première assemblée – prévue du 26 au 28 septembre – ne se tint jamais et après le 2 octobre, toutes les initiatives à venir furent suspendues. Quelques mois plus tard, Madrazo mourait dans un accident d’avion près de Monterrey.

  • 6 Sa durée, trop brève, n’a pas intégré non plus l’historiographie de l’opposition telle qu’elle s’es (...)
  • 7 Le discours prononcé par Humberto Moreira Valdés lors de son investiture à la présidence nationale (...)
  • 8 En 2002, Roberto Madrazo avait acquis la totalité des exemplaires de la seconde biographie de Carlo (...)
  • 9 Sur la polémique déclenchée par la participation de Federico Madrazo, président de la Fondation Car (...)

9Il est logique que l’histoire de cette dissidence ait été soigneusement tue dans les archives d’un parti6 qui, dès la fin des années 1970, a transformé la figure de Carlos Madrazo en une figure morale sans aucun rapport avec le contenu politique exact de sa proposition de 1964-1965, réalisant l’exploit de faire coïncider censure et « autocritique » en faisant de Madrazo le chantre de l’autocritique « nécessaire » tout en omettant soigneusement de mentionner les graves conflits déclenchés par sa réforme de 1964-1965 et, bien entendu, la dissidence amorcée au cours des derniers mois de sa vie (Ortega, 2015)7. C’est ce que montrent les rares publications officielles destinées à lui rendre hommage, comme celles parues en 1985 et 1986 (Partido Revolucionario Institucional, 1985, 1986). De même, les velléités réformistes et dissidentes de Carlos Madrazo ont été soigneusement omises des discours de ceux qui ont prétendu s’en réclamer, à l’instar de son propre fils, Roberto Madrazo Pintado, qui dirigea le PRI entre 2003 et 2006 et fut candidat du parti à l’élection présidentielle de 20068. Aujourd’hui, les hommages annuels rendus à Carlos Madrazo à Villahermosa, capitale de l’État de Tabasco dont il fut gouverneur entre 1958 et 1964, sont co-organisés par une Fundación Carlos Madrazo aux contours idéologiques peu définis et servent de prétextes à l’affichage d’appartenances politiques qui tendent à s’éloigner du cadre strict du PRI en raison de divisions politiques familiales ou locales, c’est-à-dire que ces hommages ont partiellement rompu avec l’histoire locale du parti9 (Chable Ruiz, 2014). Il faut joindre au constat de cette autocensure le fait que l’historiographie du PRI est, encore aujourd’hui, assez lacunaire, comme l’a déploré Àlvaro Matute qui, en 2001, regrettait que l’un des premiers ouvrages sérieux et documenté consacré à l’histoire du PRI – publié la même année – ait négligé la dimension idéologique de son discours, y voyant une véritable lacune historiographique d’autant plus regrettable dans le cas d’un parti constitué comme « Parti de la Révolution » dont l’histoire, surtout après 2000, ne pouvait plus se cantonner à celle de la relation entre le Parti et les gouvernements – ou à celle d’un Parti « instrument » des présidents successifs – aussi nécessaire et aboutie fût-elle (Matute, 2001 : 111).

  • 10 Aux côtés d’autres partis locaux et nationaux, le PAN a intégré la totalité des coalitions navistas(...)
  • 11 « Salvador Nava Martínez al Muro de Honor del Congreso junto con Antonio Rocha », Astrolabio. Diari (...)

10Dans le cas de la dissidence et du mouvement dirigé par Salvador Nava entre 1958 et 1991, les partis politiques n’ont exploité que faiblement la mémoire d’un mouvement construit à leurs marges et il n’en existe pas davantage de mémoire nationale, comme l’a démontré une enquête réalisée en 2014 (Olvera, Chaguaceda). La dimension locale constitutive des espaces de transitions démocratiques incarnés par ces dissidences n’a donc pas été mémorisée par les centres – étatiques, partisans – qui l’ont tue ou en ont réinvesti le sens pour le placer au service de la construction de leur propre mémoire. Ainsi, la mémoire priiste a très partiellement réinvesti la tension entre mémoire et reconstruction historique (Matute, 2001 : 109) en laissant soigneusement de côté ses propres sinuosités idéologiques et ses divisions, s’exposant progressivement à la profonde confusion idéologique provoquée par l’affaiblissement des constructions historiques hégémoniques dont il avait été l’unique relais durant des décennies (Lomelí Vanegas, 2009 : 322). La tension entre mémoire locale et reconstruction historique non réinvestie par les centres étatiques et partisans a transformé à son tour le navismo en anachronisme. Cette situation apparaît clairement dans les années 2000, comme le montrera l’attitude de certains secteurs du PAN, dont de nombreux militants ont rejoint le navismo depuis les années 60 dans l’État de San Luis Potosí10. Ainsi intervient, en 2016, l’initiative d’une députée locale du Partido Acción Nacional (PAN, conservateur) de faire inscrire en lettres d’or, côte à côte, les noms de Salvador Nava et du priiste Antonio Rocha dans l’enceinte du congrès local11. Antonio Rocha fut le prédécesseur de Guillermo Fonseca – mentionné plus haut – aux fonctions de gouverneur de l’État et développa des politiques de conciliation comparables (Márquez Jaramillo, 1987 : 136).

11Les écarts constatés entre les usages publics de l’histoire opérés à l’échelle locale et à l’échelle nationale nous rappellent cette « topographie incertaine » d’une « public history contemporaine […] [pour laquelle] le cadre national […] n’est plus qu’une échelle parmi d’autres » (Offenstadt, 2013 : 86). Leur étude déplace les deux acceptions d’une histoire entendue aussi bien comme « historiographie » – écriture, construction élaborée par les historiens – que comme passé – « ce qui a cessé d’exister » (Garcia, 2010 : 913) sur le terrain d’une histoire entendue comme construction discursive et idéologique élaborée par différentes corporations ou différents groupes – un gouvernement, une église, un parti politique, un mouvement social, etc. – moyennant la production de textes écrits (livres et brochures, romans, reportages journalistiques), graphiques (cinéma, télévision, peinture) et oraux (discours, musique), avec l’objectif de légitimer leur existence ou leur prééminence comme un phénomène naturel et juste, comme quelque chose d’« historique » (Garciadiego, 2004 : 26).

12Javier Garciadiego, qui récuse l’idée d’une histoire officielle « unique » et hégémonique au xxe siècle en rappelant à juste titre cette « historiographie alternative » incarnée depuis les années 1920 par Carlos Pereyra, José Vasconcelos, José Bravo Ugarte et d’autres, a montré comment le processus de ce qu’il appelle « la renovación historiográfica » – greffé, notamment, sur une production historiographique régionale propice à la multiplication d’histoires « más atomizadas que cohesionantes » – a réellement débuté au Mexique au cours des années 1980, au moment même où le PAN commençait à remporter de nombreuses élections locales : l’alternance de 2000 n’a fait qu’accentuer ce processus qui, du fait de la coexistence des trois partis politiques majeurs du pays aux plus hautes fonctions politiques ou administratives, ne pouvait être unilinéaire. Ce qui a incité les uns et les autres à construire et à maintenir des historiographies « politisées » donnant lieu à ce que l’on a appelé un « pleito por la historia » particulièrement virulent au cours des années 2000 (ibid. : 27-28 ; 31-34).

  • 12 Javier Garciadiego rappelle très justement que cette histoire est aussi celle écrite par un PRI s’é (...)

13C’est cette histoire12, désormais associée à la mémoire de la répression du 15 septembre 1961, qui accompagne le resurgissement du navismo en 1991, ainsi que la totalité des mobilisations survenues après les résultats contestés d’une élection qui avait confronté, pour la troisième fois, Salvador Nava à Fausto Zapata, un candidat du PRI désigné par le président de la république, Carlos Salinas de Gortari. Le processus électoral, entaché de multiples irrégularités, se conclut sur la victoire du candidat priiste, déclenchant une mobilisation comparable à celle de 1961 mais aussi très différente du fait de l’investissement du PAN et du PRD pour lesquels la mobilisation post-électorale constituait un écho puissant des élections contestées de 1988. Cette mobilisation se poursuivit avec la Marcha por la Dignidad entre San Luis Potosí et la ville de Mexico, en août 1991, peu avant la destitution de Fausto Zapata par Carlos Salinas de Gortari, qui, voyant que cette mobilisation dépassait ses propres calculs, nomma à sa place un gouverneur priiste par intérim, Gonzalo Martínez Corbalá. Salvador Nava mourut d’un cancer en mai 1992.

14Dans le cas de la mobilisation et de la campagne de 1991, « la multiplicité des références à l’histoire » du Navismo et les « fonctions » qui furent « assignées à son évocation » (Garcia, 2010 : 912) se sont accompagnées de l’essor de la presse indépendante. C’est elle, et ses journalistes, qui feront le récit de la dernière mobilisation navista de 1991 en faisant notamment de Salvador Nava le « héros » de la résistance aux manœuvres et aux simulations pratiquées par le gouvernement de Carlos Salinas de Gortari. Elles ont été précédées d’une chronique de la mobilisation de 1958-1961 rédigée par l’historien Tomás Calvillo Unna. Parue à compte d’auteur en 1986 après la publication d’un long article dans la revue alternative El Buscón, elle fait aujourd’hui autorité (Calvillo Unna, 1984, 1986).

15Cette production (Caballero, Granados Chapa) – aujourd’hui introuvable en librairie – intègre le vaste champ historiographique de l’opposition politique au XXe siècle (Servín, 2006 : 103) et illustre la diversification de la production historiographique retraçant les usages publics de l’histoire propres à la mobilisation citoyenne locale au moment même où, on l’a vu, est constaté l’affaiblissement progressif des constructions historiques hégémoniques, conséquence de la politisation qui a accompagné la « renovación historiográfica » engagée par des partis et des mouvements politiques soucieux d’asseoir leur ligne idéologique sur des lectures « politiques » de l’histoire, ce que n’avait jamais fait Salvador Nava.

  • 13 Cette commémoration eut lieu le 5 avril 2014 à l’Université autonome de San Luis Potosí. Y particip (...)
  • 14 L’image de Salvador Nava, entouré de Cuauhtémoc Cárdenas et de Diego Fernández de Cevallos, respect (...)

16En 2014, année de la commémoration de la naissance de Nava, c’est une délégation entière d’intellectuels et de journalistes renommés qui célébra les trois décennies de résistance qu’avait forgées le Navismo dans l’État de San Luis Potosí13, renforçant, si besoin en était, sa dimension anachronique. Certains l’ont souligné à juste titre (Rivero Mora, 2014), voyant dans ces célébrations cette histoire entendue dans sa première acception – ce passé qui a cessé d’exister – qui est aussi celle, on l’a vu, de la dissidence madraciste de 1967 qui n’alimente que ponctuellement et de façon très superficielle les discours contemporains sur la démocratisation : ainsi Andrés Manuel López Obrador a-t-il fait un bref éloge de cette dissidence inaboutie dans son ouvrage Entre la historia y la esperanza, paru en 1995. Quant à Cuauhtémoc Cárdenas, il met en doute la sincérité de Madrazo et le récit qu’il a fait de la participation du PRD – qu’il présidait – à la coalition navista de 1991 est très distancié14 (Cárdenas, 2010 : 73-76 ; 340-345).

17La place marginale et souvent inexistante de la mémoire de ces deux dissidences dans les processus d’appropriation et de réappropriation de certaines luttes politiques et sociales du passé propres aux années de la transition démocratique laisse place à des interrogations sur l’historicité des valeurs qu’elles portent dans le cadre très vaste d’une transition démocratique à la temporalité complexe (Vizcarra Ruiz, 2001) et « mémorisée » par les discours hégémoniques des représentants de partis politiques par ailleurs empêtrés dans des pratiques de négociation et de coalition traditionnellement forgées au cours de ces années – où l’essentiel consistait à prendre le pouvoir –, quitte à affaiblir la cohérence idéologique de leurs discours et de leurs propositions. Ce n’est pas exactement la trajectoire qu’a suivie le navismo dans la Huasteca Potosína au cours des années 2000. En premier lieu, parce qu’il s’est tenu à l’écart du « pleito por la historia » relayé par les partis politiques nationaux. En second lieu, parce qu’en dépit de son effritement et de ses divisions, les coalitions formées par les principaux partis politiques dans l’État de San Puis Potosí n’auraient pas existé sans ses réseaux, eux-mêmes redynamisés au contact du mouvement social (López León, 2008 : 198-288).

Haut de page

Bibliographie

Caballero, Alejandro, 1992, Salvador Nava. Las últimas batallas, México, La Jornada.

Calvillo Unna, Tomás, 1986, El navismo o los motivos de dignidad, México, Talleres Litográficos.

, 1989, « Manuscrito hallado en San Luis Potosí. El movimiento navista », México, El Buscón, n° 9.

Cárdenas, Cuauhtémoc, 2010, Sobre mis pasos, México, Aguilar.

Chable Ruiz, José, 2014, « Roba cámara la ‘candidata ciudadana’ en evento de Carlos Madrazo », El Independiente digital del Sureste, Jueves, 5 de junio de 2014, http://www.elindependiente.mx/noticias/?idNota=35940 (tous les liens ont été vérifiés le 15 février 2018).

Flores, Linaloé R., 2005, 30 de mayo, « A la sombra del padre », El Semanario, Año 1, n° 33, p. 11-13.

Garciadiego, Javier, 2004, « ¿Es posible –o deseable– una nueva historia oficial? », in Retos de la historia y cambios políticos, México, INEHRM, p. 23-42.

Garcia, Patrick, 2010, « Usages politiques de l’histoire », in Delacroix, Christian, Dosse, François, Garcia, Patrick, Offenstadt, Nicolas, Historiographies II. Concepts et débats Paris, Gallimard, Coll. Folio Histoire, p. 912-926.

Hernández Rodríguez, Rogelio, 1997 [1991], La formación del político mexicano. El caso de Carlos Madrazo, México, El Colegio de México.

González Compeán, Miguel, Lomelí, Leonardo (coord.), con la colaboración de Pedro Salmerón Sanginés, 2000, El Partido de la revolución. Institución y conflicto (1928-1999), México, Fondo de Cultura Económica.

Granados Chapa, Miguel Angel, 1992, ¡Nava sí, Zapata no! La hora de San Luis Potosí. Crónica de una lucha que triunfó, México, Grijalbo.

Lomelí Vanegas, Leonardo, 2009, « La revolución mexicana recordada, reinventada y recuperada: el revisionismo en la historiografía sobre la Revolución », in Ortiz Monasterio, José (coord.), Homenaje a Álvaro Matute Aguirre, México, UNAM, p. 307-326.

López León, María Artemisa, 2008, El Frente Ciudadano Doctor Salvador Nava Martínez. Democracia y cultura política en el sur de la Huasteca Potosína, San Luis Potosí, El Colegio de San Luis / Universidad Autónoma de San Luis Potosí.

Márquez Jaramillo, Enrique, 1987, « El movimiento navista y los procesos políticos de San Luis Potosí, 1958-1985 », in Loaeza, Soledad, Segovia, Rafael, La vida política mexicana en la crisis, México, El Colegio de México, p. 131-147.

Matute, Álvaro, 2001, « Miguel González Compeán y Leonardo Lomelí (coord.), El Partido de la revolución. Institución y conflicto (1928-1999), Con la colaboración de Pedro Salmerón Sanginés, México, Fondo de Cultura Económica, 2000 », Revista de Historia moderna y contemporánea de México, vol. 21, n° 21, México, UNAM, p. 109-112. Version en ligne : http://revistas.unam.mx/index.php/ehm/issue/view/250/showToc.

Offenstadt, Nicolas, 2013, « Histoires et historiens dans l’espace public », in Granger, Christophe, À quoi pensent les historiens ? Faire de l’histoire au XXIe siècle, Paris, Autrement, p. 80-98.

Plu-Jenvrin, Raphaële, 2013, « Carlos Madrazo Becerra: ¿Un disidente? Principios y realidades de una malograda reforma del Partido Revolucionario Institucional », in Villagómez, Berenice, Zamora, Alejandro, Raventós-Pons, Esther (coord.), México en sus revoluciones. Historia, crítica y poéticas de la emancipación y la resistencia en México, University of Toronto, Universidad de Morelos, p. 175-189.

Olvera, Alberto, Chaguaceda, Armando, 2014, « México : ¿una democracia sin demócratas? Evocación de Salvador Nava Martínez », Este País. http://archivo.estepais.com/site/2014/mexico-una-democracia-sin-democratas-evocacion-de-salvador-nava-martinez/

Ortega, Yvonne, 6 de julio de 2015, « Carlos Madrazo: un político de altura e ideólogo de México », Vertiente global, http://vertienteglobal.com/?p=40879.

Partido Revolucionario Institucional, 1986, « Carlos A. Madrazo », Serie Semblanzas y perfiles ideológicos de los hombres de la Revolución Mexicana. México, Comité Ejecutivo Nacional, Secretaría de Divulgación Ideológica.

Partido Revolucionario Institucional, 1985, Perfil ideológico del Licenciado Carlos A. Madrazo, México.

Reséndiz, Francisco, Morales, Alberto, 2011, 9 de enero, « El PRI jamás se pondrá de rodillas », El Universal, http://eluniversal.com.mx/nacion/182966.html.

Rivero Mora, Jorge Alberto, 10 de abril de 2014, « Volver a Nava o la permanente lucha contra el olvido », https://laeramainstream.com/2014/04/10/volver-nava-o-la-permanente-lucha-contra-el-olvido/.

Servín, Elisa, 2006, La oposición política. La otra cara del siglo XX mexicano, México, Fondo de Cultura Económica – CIDE.

Vizcarra Ruiz, María Alejandra, 2001, El proceso de democratización en México. 1812-2000, Ciudad Juárez, Universidad Autónoma de Ciudad Juárez.

Haut de page

Notes

1 « La notion d’usages publics de l’histoire (ou du passé) à côté de celle d’usages politiques avec laquelle elle se confond pour une large part est, depuis une dizaine d’années, de plus en plus employée par les historiens pour désigner les usages sociaux (c’est-à-dire non savants) de l’histoire. » Cette notion « non normative […] ne remet pas en cause a priori la légitimité de ces usages mais les analyses comme des faits sociaux » (Garcia, 2010 : 912-926 ; 912).

2 La première étape de la dissidence navista (1958-1962) se conclut par un solide projet de parti politique régional (Márquez Jaramillo, 1987 : 142). La prise en compte des institutions locales – et notamment du municipio libre – par la réforme engagée par Carlos Madrazo en 1964-1965 se mettait au service d’un renouvellement des cadres du PRI. Après l’échec de cette réforme, Carlos Madrazo s’éloigna considérablement du PRI, sans toutefois renoncer à une affiliation qui, en 1968, revêtit clairement les aspects d’une affiliation dissidente.

3 Carlos Madrazo s’affronta également à l’opposition du dirigeant du groupe priiste à la Chambre des députés, Alfonso Martínez Domínguez, fervent partisan de la réélection des députés, qui faisait alors l’objet de nombreux débats au sein de la Chambre et du parti. Voir González Compeán : 345-360.

4 « La movilización descansa en una base urbana y regional que reúne las clientelas tradicionalmente identificadas con la derecha y conserva el apoyo tradicional de sectores de izquierda. […] la ‘Potosínidad’ […] enfrentó a los rancheros de la huasteca y a los oligarcas del altiplano durante la revolución con el ascenso de las clases medias hacia el final de la década de los cincuenta [y] pasó a ser patrimonio de una pequeña burguesía que asimiló sus valores (la dignidad, el respeto) a ese sentido de pertenencia o identidad regional que, articulado políticamente al navismo, se configuró como un poder ideológico urbano […] basado en dos soportes políticos: la familia y el barrio. » (Márquez Jaramillo, 1987 : 142-143)

5 De même, il s’est affaibli ou a disparu lorsqu’ont surgi les formes de « intermediación moderna, legitimadora y funcional, generando nuevas formas de conciliación, gestión, cooptación y control políticos para el espectro social Potosíno. » (ibid. : 141-142).

6 Sa durée, trop brève, n’a pas intégré non plus l’historiographie de l’opposition telle qu’elle s’est constituée au cours du xxe siècle.

7 Le discours prononcé par Humberto Moreira Valdés lors de son investiture à la présidence nationale du PRI, le 9 janvier 2011, en offre un exemple intéressant. Voir Reséndiz, Morales.

8 En 2002, Roberto Madrazo avait acquis la totalité des exemplaires de la seconde biographie de Carlos Madrazo parus dans l’État de Tabasco avant de confier au biographe et ancien collaborateur de son père, Raúl Cruz Zapata : « Me van a comparar y seré juzgado. Así que compré todos tus libros. » (Flores, 2005 : 13)

9 Sur la polémique déclenchée par la participation de Federico Madrazo, président de la Fondation Carlos Madrazo et membre du Partido Verde Ecologista de México à la commémoration du 4 juin 2014, voir : « Polémico aniversario Carlos Madrazo », La palabra política, https://www.youtube.com/watch?v=cLm1wM5aPHE (tous les liens ont été vérifiés le 15 février 2018).

10 Aux côtés d’autres partis locaux et nationaux, le PAN a intégré la totalité des coalitions navistas depuis 1961.

11 « Salvador Nava Martínez al Muro de Honor del Congreso junto con Antonio Rocha », Astrolabio. Diario digital, 31 de mayo de 2016, http://astrolabio.com.mx/salvador-nava-martinez-al-muro-de-honor-del-congreso-junto-con-antonio-rocha/.

12 Javier Garciadiego rappelle très justement que cette histoire est aussi celle écrite par un PRI s’étant approprié la Révolution en la situant dans le prolongement direct de l’indépendance et de la Réforme libérale (Garciadiego, 2004 : 26-27).

13 Cette commémoration eut lieu le 5 avril 2014 à l’Université autonome de San Luis Potosí. Y participèrent des personnalités politiques (dont Andrés Manuel López Obrador et Cuauhtémoc Cárdenas) des historiens (Carlos Martínez Assad, Robert Bezdek), des intellectuels (Elena Poniatowska et Enrique Krauze) et des journalistes (Carmen Aristegui, Hermann Bellinghausen, Alejandro Caballero). L’intervention d’Enrique Krause est visible sur Youtube : https://www.youtube.com/watch?v=KM56Xi_MaBg.

14 L’image de Salvador Nava, entouré de Cuauhtémoc Cárdenas et de Diego Fernández de Cevallos, respectivement dirigeants du PRD et du PAN, lors de son investiture symbolique, en 1991, s’oppose largement à ce constat et confirme les conclusions formulées dans ces lignes. Voir Preston, Julia, Dillon, Samuel, « El show de Carlos Salinas », en El despertar de México, México, Océano, 2004, p. 109-138 ; p. 124-131.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raphaële Plu-Jenvrin, « Les mémoires disséminées de la transition démocratique au Mexique : usages politiques et sociaux de l’histoire des dissidences priistes des années 1950-1990 », América, 51 | -1, 89-97.

Référence électronique

Raphaële Plu-Jenvrin, « Les mémoires disséminées de la transition démocratique au Mexique : usages politiques et sociaux de l’histoire des dissidences priistes des années 1950-1990 », América [En ligne], 51 | 2018, mis en ligne le 04 avril 2018, consulté le 22 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/america/1967 ; DOI : 10.4000/america.1967

Haut de page

Auteur

Raphaële Plu-Jenvrin

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals