Navigation – Plan du site
Réparations
Témoignage, quête de vérité et de justice

En mémoire d’un fils, et de tous les autres. : Javier Sicilia, de la poésie à la quête de vérité

En memoria de un hijo, y de todos los demás. : Javier Sicilia, de la poesía a la búsqueda de la verdad
Lise Demeyer
p. 113-120

Résumés

En avril 2011, la marche du poète Javier Sicilia, à la suite de l’assassinat de son fils, est devenue l’emblème international de la résistance populaire au crime organisé au Mexique. Ce padre coraje prend la tête du « Movimimento por la Paz con Justicia y Dignidad » (MPJD) et met un point final à son œuvre artistique avec un poème qu’il dédie à son fils et qu’il publie dans l’anthologie Vestigios (2013). Il décide de s’engager entièrement dans ce combat civique, au côté des familles des victimes. Pour lui, conserver la mémoire de dizaines de milliers de morts et de disparus au Mexique est un premier pas vers la justice. Nous nous proposons d’analyser les actions du MPJD, et en particulier le processus artistico-politique de son leader, comme alternative populaire aux limites des institutions.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Juan Francisco Sicilia (24 ans), Jaime Gabriel Alejo Cadena (25 ans), Jesús Chávez Vázquez (24 ans) (...)
  • 2 Le 04/12/2006, dans un discours au Foro de Inversiones y Cooperación Hispano-Mexicano, Felipe Calde (...)

1Dans la nuit du 28 mars 2011, sept personnes1 sont retrouvées mortes assassinées dans une camionnette dans les environs de Cuernavaca (Morelos). Ce crime n’aurait pu qu’alourdir encore le terrible bilan humain de la « guerre contre les cartels2 » déclarée par Felipe Calderón en 2006 et aurait pu s’ajouter à la longue liste des faits divers mentionnés par les journaux mexicains. Mais l’identité d’une des victimes, Juan Francisco Sicilia, fils du poète Javier Sicilia, a permis de sortir ces victimes de l’anonymat de l’information de masse.

  • 3 L’ouvrage Estamos hasta la madre (2011) compile par exemple de nombreux articles de J. Sicilia paru (...)
  • 4 L’Arche est une expérience communautaire, inspirée par Gandhi dont la résistance à l’oppression par (...)

2Jusqu’à cette date tragique, J. Sicilia était un poète mystique, lauréat de plusieurs prix littéraires, et s’apprêtait à publier le recueil de poèmes Los restos (qui sera finalement édité sous le titre Vestigios en 2013 et dans lequel est inclus son dernier poème, dédié à son fils). Journaliste, il avait écrit auparavant des articles critiques contre le gouvernement et le crime organisé3. Anticapitaliste et militant de gauche, il se disait proche des néo-zapatistes tout en adhérant à un catholicisme engagé autour de l’Arche de Lanza del Vasto4.

3Dans son autobiographie El deshabitado (2016), J. Sicilia raconte que c’est dans l’avion qui le ramenait des Philippines au Mexique pour y veiller le corps de son fils qu’il rédigea son dernier poème et qu’il prit conscience que sa mission (artistique, intellectuelle, morale, etc.) allait changer. Dès son retour, il écrit immédiatement une « Carta abierta a políticos y criminales » (3 avril 2011), prépare plusieurs discours et fonde le Movimiento por la Paz con Justicia y Dignidad (MPJD) afin de réunir les différentes associations de défense des victimes. Il parcourt ensuite le pays, réclame la vérité pour tous ainsi que la fin de l’impunité et exige que les crimes commis soient rendus publics puis jugés.

4La relation de J. Sicilia à la mémoire venait ainsi d’être bouleversée par le drame qui frappait soudainement sa famille. C’est ce changement qui nous intéresse ici, ce basculement qui mène l’artiste de la poésie à l’activisme politique. Quel est le lien entre l’art et la douleur intime ? Comment l’engagement civique peut-il se substituer à l’expression lyrique ? Quel est le processus mémoriel en marche au Mexique et incarné symboliquement par notre poète ?

5Nous commencerons notre communication par le renoncement à l’art, ou comment un drame personnel met un point final à une œuvre artistique. Nous poursuivrons en étudiant les concomitances entre la création artistique et la lutte citoyenne. Enfin, nous étudierons le processus mémoriel incarné par J. Sicilia.

Quand la voix poétique vacille

  • 5 Ce poème clôt le volume de poésie Vestigios (2013), qu’il avait terminé avant son drame familial, g (...)

Ya no hay más que decir
el mundo ya no es digno de la Palabra
nos la ahogaron adentro
como te asfixiaron
como te desgarraron a ti los pulmones
y el dolor no se me aparta
sólo pervive el mundo por un puñado de justos
por tu silencio y el mío
Juanelo
5.

6Dans le poème qu’il considère comme le dernier de son œuvre poétique, J. Sicilia annonce qu’il met un terme à sa production lyrique et réfléchit même philosophiquement au rôle de l’art et à la nature de l’inspiration en affirmant « el mundo ya no es digno de la Palabra ». Il fait alors référence à Paul Celan, René Char, Primo Levi ou Jorge Semprun, interrogeant sa capacité à continuer à écrire après la tragédie. Il va même plus loin dans sa réflexion en comparant explicitement le Mexique actuel aux camps de concentration nazis :

Cuando matan a mi hijo, entendí qué es Auschwitz. No es un asunto de números, es de intensidad. Y México es Auschwitz: 60 mil muertos, las decapitaciones, el lenguaje de los políticos, la degradación de la lengua… no me alcanza la lengua para poder seguir escribiendo poemas, que son para mí la forma más sagrada. No tengo la altura de Celan; no tengo su talento y sí tengo una lengua envilecida con la que no me da para lo que tendría que escribir. Pero puedo expresarlo en otro tipo de registro, como la novela o un ensayo… que no tienen la sacralidad de la poesía, pero es para lo que me alcanza (cit. in De Santos, 2012).

7À la différence des illustres survivants de la répression nazie que nous venons de mentionner, J. Sicilia n’entrevoit pas en l’écriture un moyen de s’associer au devoir de mémoire, ni un processus intime de survie, et rejoint plutôt les conclusions de Theodor Adorno sur l’incapacité de créer après la tragédie. Plus précisément, il marque ici une intéressante différence entre le lyrisme et les autres formes d’expression littéraire. C’est bien la voix poétique qu’il a perdue en même temps que disparaissait son fils, car la douleur est telle qu’elle nie l’expression des sentiments les plus intimes. Sa posture profondément mystique explique également son incapacité à vouer sa vie au lyrisme pour la dimension précisément sacrée qu’il lui attribue. La douleur semble dorénavant le seul sentiment intérieur qui l’habite, celui qui a su vaincre tous les autres, et cette douleur est telle qu’elle place le poète face à l’indicible, l’inénarrable, l’absence de mots qui permettraient de la traduire. Il parle ainsi d’une dégradation de la langue provoquée par la violence extrême à laquelle il est confronté. Le silence devient alors son langage, sa création poétique, et en cohérence avec sa foi catholique, l’expression la plus fidèle de ses sentiments. Si l’art, et qui plus est la poésie, peuvent se comparer à une alternative à l’intellect et à un accès privilégié à l’affect, le renoncement à l’expression poétique semble ici un retour au monde de la raison et à la vie politique, dans son sens premier (relatif au citoyen et aux affaires d’État).

8Dans le discours qu’il prononce lors de l’hommage funèbre à son fils, adressé au peuple rassemblé sur le Zócalo de Cuernavaca, il justifie ainsi son choix vital d’arrêter d’écrire de la poésie. Décider et annoncer la fin de son œuvre est également, bien entendu, un geste politique. J. Sicilia marque les consciences en s’imposant une grève personnelle, presque intime. Le silence s’érige alors en arme, en outil de résistance à la violence de son pays puisqu’il est marqué dans le temps et est revendicatif :

[…] leí en esta misma plaza el último poema que escribiré (dedicado a mi Juanelo) hasta que el cuerpo de este México desgarrado en sus inocentes resucite. Este silencio poético no es, como muchos lo han interpretado, una claudicación, sino un grito. Hay silencios más profundos y significativos que la palabra que viene de él y en él se recoge (2011).

  • 6 En 2012, il avait publié son roman El fondo de la noche, achevé cependant avant l’assassinat de son (...)
  • 7 Lors de la publication de El deshabitado (2016), il déclare, en effet, songer à rédiger ses mémoire (...)

9Son incapacité à écrire de la poésie et cependant sa réaffirmation dans son rôle de poète incitent à une réflexion sur les frontières des genres littéraires. C’est le rôle même de la littérature et de l’artiste confronté à la violence exponentielle et quotidienne qui est questionné ici. En 2016, il poursuit le même processus en mettant un point final à son œuvre romanesque6. En publiant El deshabitado (2016), une autobiographie écrite à la 3e personne du singulier, qu’il considère comme son dernier roman, il convie la mémoire en proposant un témoignage de l’époque violente dans laquelle est plongé le Mexique et recherche un ultime remède à sa peine. J. Sicilia n’abandonne pas l’écriture pour autant mais le lyrisme et la fiction cèdent le pas à l’analyse, à la réflexion et à la prise de position7. Les discours et les articles journalistiques publiés essentiellement dans la revue politique Proceso deviennent son nouvel espace d’expression.

De la voix poétique à la voie citoyenne

  • 8 Par exemple, il reprend l’expression malencontreuse de Felipe Calderón à propos des victimes, ces « (...)

10En homme croyant et engagé, il considère qu’il a été investi d’une nouvelle mission : créer un contre-pouvoir face aux politiques et au crime organisé qui commandent le Mexique afin de rétablir la paix, la dignité et la justice dans son pays. Il estime de ce fait qu’il doit se faire entendre de ses adversaires et donc se mettre à leur niveau d’entendement et de sensibilité : « Para ese dolor no hay palabras –sólo la poesía puede acercarse un poco a él, y ustedes no saben de poesía » (Sicilia, 2011a). Il va donc adapter son discours à ses nouveaux interlocuteurs. Si nous étudions ses interventions publiques depuis cinq ans, nous pouvons observer une réutilisation constante du langage biblique où les notions de bien et de mal, d’honneur, d’Enfer et d’amour du prochain deviennent des éléments pour s’adresser aux bourreaux du Mexique, souvent également catholiques pratiquants. De plus, il dénonce les coupables sans censure, reflétant la barbarie de leurs actes grâce aux mots utilisés et à la déshumanisation soulignée : « Estamos hasta la madre porque su violencia se ha vuelto infrahumana, no animal –los animales no hacen lo que ustedes hacen–, sino subhumana, demoniaca, imbécil » (ibid.). La parole sublimée par le lyrisme n’est plus, selon un vers de son dernier poème, mais la langue, même dégradée, est encore au centre du nouveau projet de J. Sicilia. Par ailleurs, il étudie le langage dégradé des autres, en particulier des politiques, qui stigmatise, omet, trompe la population8.

  • 9 Ces mêmes causes sociales sont mentionnées par de nombreux écrivains mexicains. Reportez-vous par e (...)

11Concernant le sens de son existence, il considère que le décès de son fils a provoqué instinctivement un changement radical de ses paramètres personnels qui l’a obligé à se réinventer. Dès son retour au Mexique, les trois discours qu’il élabore, adressés respectivement aux Forces armées du Mexique, à la Justice et au peuple rassemblé sur le Zócalo de Cuernavaca, soulignent l’instinctive gestation intellectuelle de J. Sicilia vers un activisme politique. On y trouve, en effet, de façon embryonnaire les différents éléments qui vont structurer la pensée développée par le poète par la suite. Il dévoile ainsi que la douleur est son moteur et explicite ce qui sera les piliers de la future marche citoyenne : « el amor, la paz y la justicia » (Sicilia, 2011b). Il cherche aussi, dès le départ, à expliquer les causes les plus profondes de la propagation de la violence dans la société pour pouvoir en chercher les remèdes, en évitant la solution armée choisie par le président Calderón, puis perpétuée par son successeur, E. Peña Nieto. D’une part, il propose une lecture sociologique du conflit, en définissant trois raisons liées entre elles et également mentionnées par d’autres observateurs au Mexique9 : une jeunesse désemparée, incarnée par la génération « ni-ni », la dégradation du tissu social et le capitalisme. D’autre part, il développe une analyse plus ontologique et en lien direct avec sa foi catholique. La violence, pour lui, est « un problema humano: el mal » (ibid.).

12En s’adressant à ses différents interlocuteurs, il prône donc une moralisation de la société tout en cherchant une réaction citoyenne d’envergure. Il y a là un transfert clair de forces entre l’activité personnelle (et même de l’intime) autour de la création poétique et l’action collective développée par son activisme politique.

Desde ese silencio poético donde la palabra aguarda hacemos un llamado a las autoridades del país, al Presidente de la República, al Congreso de la Unión, al poder judicial, […] a los capos y a las mafias de toda laya para que escuchen. Este silencio doloroso y terrible está gritando cuatro hermosas y profundas palabras: dignidad, paz, justicia y concordia (ibid.).

13Le cri, qui ne serait pas sans rappeler un autre élan populaire au Mexique, est l’ultime expression de la mise en silence de la parole sacrée. J. Sicilia devient alors la « figure morale » de son mouvement non seulement par sa notoriété antérieure au drame mais pour sa capacité à trouver les mots, à créer un discours, à exprimer les sentiments intimes des familles des victimes et à donner voix aux sans-voix (pourtant, très certainement grâce à sa notoriété, l’enquête sur le meurtre de son fils et de ses camarades a rapidement abouti). En effet, si la poésie était l’expression du sacré, sa démarche citoyenne, en se basant sur l’empathie envers l’ensemble des proches des victimes, semble se substituer au lyrisme grâce à un nouveau dialogue qui se nourrit de la compassion chrétienne et le ramène à sa foi.

Les voix/voies de la mémoire

  • 10 Le Pacte national expose six exigences : « 1. Esclarecer asesinatos y desapariciones y nombrar a la (...)

14L’engagement civique de J. Sicilia prend forme autour d’une marche pour la paix, d’une caravane del Consuelo, d’un Pacte national10, d’un Dialogue national pour la Paix qui ira à la rencontre du gouvernement et exigera une Loi Générale pour les victimes, d’une série de rassemblements devant les bâtiments officiels, de la création de centres de documentation des disparus et de divers actes symboliques en l’honneur des victimes, comme l’installation de plaques avec le nom des morts de chaque ville. Le but est d’occuper l’espace public et de modifier, parmi la population civile, la vision du conflit propagée par la couverture des grands médias nationaux aux mains du pouvoir. En organisant les différentes marches et caravanes, J. Sicilia veut observer, écouter, comprendre, aller à la rencontre des autres pour ensuite témoigner, transmettre la mémoire de ceux qu’il a rencontrés sur toutes les routes du pays. Avec l’université de Morelos, il travaille également à la défense des droits de l’Homme en faisant ouvrir les fosses communes et en cherchant à identifier les corps comme autre voie pour raviver le processus de la mémoire dans l’ensemble de la société.

15La réponse à la politique sécuritaire (et par conséquent, violente) de F. Calderón aura donc mis près de cinq ans (fin 2006 - printemps 2011) à s’organiser et à s’unir en un même cri qui donnera au mouvement citoyen une visibilité nationale et internationale : « ¡Estamos hasta la madre! ». Les proches de J. Sicilia d’abord, puis les autres associations de victimes qui existaient déjà au Mexique se sont ainsi rassemblés dès le début du mois d’avril 2011 pour donner une visibilité aux milliers d’assassinats et aux disparitions forcées, perpétrés tant par le crime organisé que par les différents représentants de la sécurité publique. Le but des activistes est de rencontrer la population directement dans la rue et sur les places des villes mexicaines afin de contrer la désinformation, le silence, ou la manipulation des chiffres (des statistiques qui déshumanisent froidement les victimes). Cette visibilité sert à nommer les crimes pour souligner leur nature illégale, rappeler les noms des victimes pour leur donner un visage et lutter contre la léthargie d’une société, habituée désormais à la violence quotidienne, et comme anesthésiée face à la mort des autres.

  • 11 J. Sicilia parle à cet effet de « desmemoria de los gobernantes ». Selon la Commission nationale de (...)

16La volonté de récupérer et de documenter la mémoire a donc également un enjeu didactique, celui de rappeler aux Mexicains que les morts et disparus ne sont ni des « daños colaterales » ni tous des « delincuentes » liés de près au trafic de drogue (deux appellations malencontreuses employées par F. Calderón pour qualifier les victimes). En effet, cet amalgame, voulu par le gouvernement, autorise une justice expéditive ou justifie l’absence d’enquête. Il ne faut donc pas seulement demander justice mais également rendre leur dignité aux morts pour la plupart innocents, ou victimes de l’éclatement du tissu social. Concernant cette double peine subie par les victimes, J. Sicilia parle de « revictimización » des morts et des disparus, considérés automatiquement par la version officielle et par l’imaginaire commun comme parties intégrantes du crime organisé, et donc coupables. De plus, le processus officiel qui tente de faire tomber les morts et disparus dans l’oubli est favorisé par l’impunité presque totale qui protège les meurtriers (ou les commanditaires) grâce à un système corrompu où les politiques et les narcos se défendent mutuellement11.

17Dans le processus mémoriel proposé par le MPJD et animé par J. Sicilia, il y a donc un effort conjoint : celui de restaurer la mémoire des victimes en leur rendant leur dignité et en les sortant de l’anonymat, et celui de raviver la mémoire des vivants en redonnant une dimension humaine (et donc proche de chacun) à la tragédie.

  • 12 Jusqu’en décembre 2015, les chiffres officiels comptaient 26 898 disparus selon le Registro Naciona (...)

18Face à un état défaillant, J. Sicilia réfléchit à une nouvelle forme de démocratie, et entrevoit la solution dans l’effort de la société civile de se souvenir, d’initier un devoir de mémoire pour modifier l’histoire et faire cesser la criminalisation de la nation. Cette récupération de la mémoire passe par une recherche de la vérité, processus d’autant plus nécessaire que le conflit se caractérise par des dizaines de milliers de disparitions forcées12 (ajoutées à plus d’une centaine de milliers de morts depuis 2007) plongeant les familles encore plus dans l’incertitude.

  • 13 Même s’il devient le visage emblématique d’un mouvement collectif dans les régions du Mexique les p (...)

19Hasard tragique du calendrier, le fils du poète est assassiné au printemps 2011. Rapidement, la presse internationale compare le mouvement du poète13 aux Indignés espagnols et aux Printemps arabes. Mais l’élan civique ne va pas connaître la réaction populaire escomptée. D’ailleurs, plus encore que les événements mondiaux de 2011, l’engagement de J. Sicilia serait plutôt à mettre en relation avec d’autres mouvements citoyens en Amérique latine : les Grands-Mères de la Plaza de Mayo en Argentine, les femmes du désert d’Atacama au Chili, Pedro Restrepo en Équateur, les 875 mères des disparus en Colombie, etc. Dans chacun de ces pays, la mobilisation citoyenne et familiale (puisque ce sont essentiellement les familles des victimes qui se mobilisent, plus que la société tout entière) fait face aux mensonges d’État et à la corruption des forces de sécurité et de l’organe judiciaire qui installe un système d’impunité, lui-même générateur de violence.

Conclusion

  • 14 Enrique Serna énumère ainsi, par exemple, les éléments qui l’ont conduit à la rédaction de son roma (...)
  • 15 Soulignant ce paradoxe, Juan Gelmán et José Emilio Pacheco (pour ne citer qu’eux) ont publié l’anth (...)

20Le processus artistico-politique de J. Sicilia semble symptomatique d’une société malade. Son besoin de s’ancrer dans le réel (par son activisme politique et par son travail journalistique) le rapproche ainsi de l’idée reçue qu’au Mexique « la réalité a dépassé la fiction ». Pourtant, notons que les multiples actions citoyennes, dont le poète est devenu l’incarnation nationale et internationale, sont la source d’inspiration pour les écrivains contemporains qui placent leur fiction dans la réalité. Ainsi, Rosa Beltrán, Enrique Serna14 et d’autres font référence dans leurs romans au MPJD et réutilisent, au sein du récit, les idées principales développées dans les discours de J. Sicilia. Le processus mémoriel reprend donc toute sa place dans l’art, qui devient un vecteur de diffusion de ce mouvement civique actuel grâce à la mise en fiction de l’actualité. D’ailleurs, l’activiste souligne le paradoxe qui l’anime, il abandonne la poésie sans jamais cesser d’être un poète15. Il n’arrive plus à prier (comme il l’avoue dans son autobiographie) mais reste animé par une foi spirituelle et structurelle. Il ne veut plus écrire, mais écrit encore et toujours, en trouvant de nouvelles formes d’expression.

21Deuxièmement, nombre de commentateurs ou d’écrivains ont parlé de réveil civique suite aux activités du MPJD et aux réactions suscitées par le drame d’Ayotzinapa (l’assassinat de 43 étudiants) en 2014. Pourtant, comme le souligne aujourd’hui notre poète, l’élan collectif semble s’être essoufflé. J. Sicilia, pour sa part, continue inlassablement de dénoncer, d’agir, de travailler pour l’ouverture des fosses communes et pour l’identification des victimes. Le don de sa personne au service de la mémoire nationale est donc sa propre pierre du Sisyphe décrit par A. Camus, artiste dont il admire la conception collective de l’art et la définition de l’écrivain qui se met « au service de ceux qui subissent l’histoire » et qui doit répondre « à l’exigence de la vérité » (Camus, 1958 : 14). C’est pourquoi il se considère à présent comme un poète en action, et même, dirions-nous, il est devenu un poète de l’action.

Haut de page

Bibliographie

Beltrán, Rosa, 2011, Efectos secundarios, México, Mondadori.

Camus, Albert, 1958, Discours de Suède, Paris, Gallimard [Discours de réception du prix Nobel de littérature, prononcé à Oslo, le 10 décembre 1957].

De Santos, Verónica, 13/05/2012, « Auschwitz es México: Sicilia en Léala », Léala, La Red Universitaria de Jalisco, Universidad de Guadalajara, http://www.udg.mx/es/noticia/auschwitz-es-mexico-sicilia-en-leala (tous les liens ont été vérifiés le 15 février 2018).

Morelos Cruz, Rubicela, 03/04/2011, « La poesía ya no existe en mí », La Jornada, http://www.jornada.unam.mx/2011/04/03/politica/002n2pol.

Paranagua, Paulo, A., 04/05/2012, « Les démons du Mexique », Le Monde, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/05/04/les-demons-du-mexique_1695312_3222.html.

Romero, Carolina, 18/10/2016, « El verdadero México está cimentado sobre seres aterrados, atormentados y bajo ellos, una fosa común », Revolución tres punto cero, http://revoluciontrespuntocero.mx/el-verdadero-mexico-esta-cimentado-sobre-seres-aterrados-atormentados-y-bajo-ellos-una-fosa-comun-sicilia/.

Ruvalcaba, Eusebio, 2011, Poemas para un poeta que dejó la poesía, México, Ediciones EF.

Saliba, Frédéric, 25/06/2011, « Les indignés du Mexique », Le Monde Magazine, Paris, p. 26-31.

—, 24/08/2012, « Le Mexique submergé par une vague de violence », Le Monde, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/08/23/le-mexique-submerge-par-une-vague-de-violence_1749022_3222.html.

Serna, Enrique, 2012, La doble vida de Jesús, México, Alfaguara.

Sicilia, Javier, 2011a, 03/04/2011, « Carta abierta a políticos y criminales », Proceso, http://www.proceso.com.mx/266990/javier-sicilia-carta-abierta-a-politicos-y-criminales.

, 2011b, 06/04/2011, « Las víctimas contra el narco no son daños colaterales », Proceso, http://www.proceso.com.mx/267515/las-victimas-de-la-guerra-contra-el-narco-no-son-danos-colaterales-sicilia.

—, 2011c, 21/05/2011, « Le Mexique s’enterre dans les fosses communes », traduit par Carmen Miranda, Libération, Paris, http://www.liberation.fr/planete/2011/05/21/le-mexique-s-enterre-dans-les-fosses-communes_737228.

—, 2011d, Estamos hasta la madre, México, Planeta, coll. Temas de hoy.

—, 2012, El fondo de la noche, México, Mondadori.

—, 2013, Vestigios, México, Era.

—, 2013b, 12/06/2013, « Cuando se degrada la lengua, ya no se puede usar », Clarín, http://www.clarin.com/poesia/javier-sicilia-decir-digno-palabra_0_H1aVGHDjvmx.html.

—, 2016, El deshabitado, México, Grijalbo.

Talavera, Juan Carlos, 19/11/2014, « Se vive una especie de despertar cívico: Enrique Serna », Excelsior, http://www.excelsior.com.mx/expresiones/2014/11/19/993187.

Haut de page

Notes

1 Juan Francisco Sicilia (24 ans), Jaime Gabriel Alejo Cadena (25 ans), Jesús Chávez Vázquez (24 ans), Julio César Romero Jaimes (20 ans), Luis Antonio Romero Jaimes (24 ans), Álvaro Jaimes Avelar (44 ans) et María del Socorro Estrada Hernández (44 ans).

2 Le 04/12/2006, dans un discours au Foro de Inversiones y Cooperación Hispano-Mexicano, Felipe Calderón, récemment élu, prononce pour la première fois le mot « guerre » et décide d’envoyer les militaires dans les rues pour lutter contre les cartels.

3 L’ouvrage Estamos hasta la madre (2011) compile par exemple de nombreux articles de J. Sicilia parus entre 1997 et 2011 dans la revue politique mexicaine Proceso. On peut y retrouver les mêmes préoccupations sociales qui animent le poète aujourd’hui : la démocratie, la corruption d’État, la marginalisation des minorités, la justice et l’honneur.

4 L’Arche est une expérience communautaire, inspirée par Gandhi dont la résistance à l’oppression par la désobéissance civile sera d’ailleurs un modèle pour le mouvement citoyen de J. Sicilia.

5 Ce poème clôt le volume de poésie Vestigios (2013), qu’il avait terminé avant son drame familial, grâce au soutien du Fondo Nacional para la Cultura y las Artes et qu’il pensait appeler Los restos.

6 En 2012, il avait publié son roman El fondo de la noche, achevé cependant avant l’assassinat de son fils.

7 Lors de la publication de El deshabitado (2016), il déclare, en effet, songer à rédiger ses mémoires de façon narrativisée car il exprime un besoin de se confier et la nécessité de s’épancher sans toucher à la parole sacrée du lyrisme.

8 Par exemple, il reprend l’expression malencontreuse de Felipe Calderón à propos des victimes, ces « bajas colaterales », pour souligner que le choix des mots joue un rôle direct dans l’éclatement du tissu social. De la même façon, le mot « guerre » employé puis omis par le gouvernement du PAN est interrogé. Nommer le conflit devient une manière de lui donner du sens.

9 Ces mêmes causes sociales sont mentionnées par de nombreux écrivains mexicains. Reportez-vous par exemple aux différentes opinions présentées dans l’article de Paulo A. Paranagua, « Les démons du Mexique », Le Monde, 04/05/2012. http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/05/04/les-demons-du-mexique_1695312_3222.html (tous les liens ont été vérifiés le 15 février 2018).

10 Le Pacte national expose six exigences : « 1. Esclarecer asesinatos y desapariciones y nombrar a las víctimas. 2. Poner fin a la estrategia de guerra y asumir un enfoque de seguridad ciudadana. 3. Combatir la corrupción y la impunidad. 4. Combatir la raíz económica y las ganancias del crimen. 5. La atención de emergencia a la juventud y acciones efectivas de recuperación del tejido social. 6. Democracia participativa. »

11 J. Sicilia parle à cet effet de « desmemoria de los gobernantes ». Selon la Commission nationale des droits de l’Homme, au Mexique, « seuls 1 % des 12 millions de délits commis chaque année sont jugés ». Frédéric Saliba, 24/08/2012, « Le Mexique submergé par une vague de violence », Le Monde, http://www.lemonde.fr/ameriques/article/2012/08/23/le-mexique-submerge-par-une-vague-de-violence_1749022_3222.html.

12 Jusqu’en décembre 2015, les chiffres officiels comptaient 26 898 disparus selon le Registro Nacional de Datos de Personas Extraviadas o Desaparecidas, alors qu’avant 2007, selon le Secretariado Ejecutivo de Seguridad Pública, on en comptait 222. Par ailleurs, selon l’Institut de Statistique mexicain, 164 000 civils ont été tués entre 2007 et 2014 au Mexique, c’est-à-dire depuis l’offensive militaire lancée par Felipe Calderón en décembre 2006.

13 Même s’il devient le visage emblématique d’un mouvement collectif dans les régions du Mexique les plus touchées par la violence, J. Sicilia insiste sur l’horizontalité de son mouvement : sa notoriété, selon lui, n’étant mise qu’au service de la visibilité de la lutte de tous.

14 Enrique Serna énumère ainsi, par exemple, les éléments qui l’ont conduit à la rédaction de son roman La doble vida de Jesús (2012) : « Vivir los últimos diez años en Cuernavaca, haber visto el proceso de descomposición (social), la sicosis de inseguridad, el miedo con que vivimos y el asesinato del hijo de Javier Sicilia que me afectó profundamente ». Juan Carlos Talavera, 19/11/2014, « Se vive una especie de despertar cívico: Enrique Serna » [Entrevista a Enrique Senra], Excelsior, http://www.excelsior.com.mx/expresiones/2014/11/19/993187.

15 Soulignant ce paradoxe, Juan Gelmán et José Emilio Pacheco (pour ne citer qu’eux) ont publié l’anthologie Poemas para un poeta que dejó la poesía (2011) pour montrer leur soutien aux actions de J. Sicilia.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lise Demeyer, « En mémoire d’un fils, et de tous les autres. : Javier Sicilia, de la poésie à la quête de vérité », América, 51 | -1, 113-120.

Référence électronique

Lise Demeyer, « En mémoire d’un fils, et de tous les autres. : Javier Sicilia, de la poésie à la quête de vérité », América [En ligne], 51 | 2018, mis en ligne le 04 avril 2018, consulté le 28 mai 2018. URL : http://journals.openedition.org/america/1997 ; DOI : 10.4000/america.1997

Haut de page

Auteur

Lise Demeyer

H.L.L.I. / Université du Littoral Côte d’Opale

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals