Navigation – Plan du site

AccueilNuméros52Introduction

Texte intégral

1Le Colloque « Poétiques et politiques de la mémoire », organisé par le Criccal en 2016, est né du constat qu’à la fin des années 1980 ou au début des années 1990 s’est produit un changement de paradigme dans les rapports qu’entretient l’Amérique latine avec les événements qui en ont, de façon souvent tragique, marqué l’histoire récente. Ces rapports avec l’histoire ont donné et donnent lieu à des récits qui témoignent de l’intérêt mémoriel que manifestent tant les institutions que les individus ou les communautés. Les exposés et les débats menés durant ce colloque ont fait ressortir l’imbrication de la mémoire collective et de stratégies de groupe visant à affirmer une vision des événements marquants, particulièrement dramatiques, de la violence sociale et politique. Ces faits du passé, affrontements d’intérêts et prise du contrôle des institutions politiques par des groupes opposés, retentissent encore sur le présent dans nombre de pays. En effet, les sociétés contemporaines y portent la trace persistante de ces conflits, ne serait-ce qu’à travers la manifestation actuelle de leur souvenir. L’élaboration de cette mémoire cherche en outre à contribuer à la marche de ces sociétés vers la réalisation d’espoirs ou d’attentes qui se constituent en visées idéologiques.

2Le numéro précédent d’América a ainsi éclairé les enjeux contemporains de la mémoire des violences politiques, celles de la dictature en Argentine mais aussi celle de la revendication ou de la déconstruction mémorielles de régimes révolutionnaires, au Venezuela, à Cuba, au Mexique. Il a permis de comparer, sous la notion de réparation, l’histoire de ces violences avec d’ultérieures étapes d’apaisement ou de conciliation entre intérêts contraires tout autant qu’entre mémoire collective et mémoire individuelle. Il émane encore, en effet, de différentes strates ou groupes sociaux, durement frappés par les événements, une très forte demande de justice, celle-ci étant ressentie comme une condition indispensable au travail de deuil. Si les médias jouent un rôle très actif dans ce travail de mémoire, ne laissent pas d’y contribuer diverses formes d’expression littéraire, du roman à la poésie, propres à manifester la souffrance collective aussi bien que l’interrogation sur le destin individuel et la place de chacun dans l’histoire de la société à laquelle il se sent appartenir ou dont il a la douleur de se sentir exclu.

3Dans ce numéro 52, seconde livraison d’América sur les « Poétiques et politiques de la mémoire », les différentes contributions poursuivent le travail d’analyse entrepris dans le numéro précédent tout en mettant davantage l’accent sur les poétiques de la mémoire et sur les gestes artistiques qui répliquent aux traumatismes de l’histoire récente des pays latino-américains. Ainsi, tandis que les interventions artistiques se font manifestations citoyennes, la quête de formes romanesques et testimoniales prétend exprimer au plus juste les expériences collectives ou individuelles vécues lors des dictatures militaires, des conflits armés internes ou causées par la violence sociale liée au crime organisé dans un contexte où l’État se montre impuissant voire consentant.

4Les études de la première partie, intitulée « L’art comme action mémorielle : mémoire officielle et résistance », analysent comment la création artistique peut aller à l’encontre de la mémoire officielle à travers différentes pratiques – photographie, théâtre et bande dessinée – ou accompagner les récentes politiques publiques de la mémoire dont témoigne, entre autres, la création de musées dans la plupart des pays d’Amérique latine. En ce sens, on constate que le sous-continent fait montre de cette sensibilité toute contemporaine qui érige la mémoire en un impératif éthique et politique.

5Ainsi l’article d’Hervé Le Corre montre comment le travail du photographe argentin Marcelo Brodsky (1954) consiste à défétichiser la photo pour en faire un vecteur de transmission de la mémoire des crimes commis sous la dictature militaire. L’image photographique et son double effet esthétique et émotionnel se trouve également au cœur de la réflexion de Dominique Casimiro, qui étudie comment le Chilien Alfredo Jaar utilise l’illusion optique, soit la persistance rétinienne, pour créer l’effet d‘une « lourde déposition du temps ». Geometría de la conciencia, sa vaste fresque en noir et blanc constituée de visages de disparus, a ainsi été exécutée pour le Museo de la memoria y los derechos humanos de Santiago du Chili. Joana Sánchez et Juanita Cifuentes s’intéressent, pour leur part, à la valeur du théâtre comme forme d’action politique et mémorielle. La première rend compte de ce « théâtre d’action » né en 2000 en Argentine sous l’égide des Abuelas de la Plaza de Mayo, lesquelles y voyaient l’instrument le plus susceptible de toucher directement le public sur la question des filiations brutalement rompues par la dictature militaire. Antígonas. Tribunal de mujeres, pièce du Colombien Carlos Satizábal qu’analyse Juanita Cifuentes, opte pour une écriture qui mise sur une polyphonie de voix féminines. Le théâtre se fait de la sorte le nécessaire rituel d’une thérapie, en actualisant la douleur des femmes victimes de la violence politique déclenchée par l’un des plus longs conflits armés du continent et en exaltant la désobéissance de ces mères endeuillées du collectif « Madres de Soacha ». C’est encore une guerre interne, celle du Pérou (1980-1992), qui motive le choix très contemporain de la littérature graphique pour s’inscrire dans les stratégies de réparation mises en place par la Comisión de la Verdad y Reconciliación. L’analyse de Mylène Herry souligne combien les deux bandes dessinées Rupay et Barbarie, chroniques des massacres dont furent victimes les paysans andins, détournent efficacement des formes de journalisme populaire en associant graphisme et photo.

6Le second ensemble de contributions de ce numéro, « La mémoire en quête de poétique », questionne le pouvoir de différentes formes d’écriture et de différents genres littéraires, comme autant de répliques aux complaisances de l’oubli et à l’impunité des terroristes d’État. Ainsi Viviane Mahieux analyse le travail d’Héctor de Mauléon qui, recourant à des archives de presse, écrit des chroniques historiques sur le Mexico de la fin du xixe et de la première moitié du xxsiècle. Cette archéologie de la violence urbaine se proposerait d’inciter ses lecteurs à exercer leur acuité critique à l’égard de l’actuelle représentation médiatique de la violence contemporaine au Mexique. Le poète chilien Raúl Zurita, dont l’œuvre entière est marquée par le coup d’État du 11 septembre 1973, déploie dans son monumental Zurita (2011) une profusion de stratégies d’énonciation et une syntaxe disloquée, qui relève l’impossible défi de restituer une parole aux disparus de la dictature. L’analyse de Mariana Di Cio montre comment ce grand « poème-ossuaire » réactualise magistralement cette mémoire des voix. Florence Olivier lit les romans Amuleto (1999) de Roberto Bolaño et Insensatez (2004) d’Horacio Castellanos Moya. Elle souligne que la fragilité du témoignage trouve sa force paradoxale dans un dire poétique mis en perspective ou pratiqué dans l’une et l’autre œuvre, lesquelles s’interrogent par là même sur les possibilités et les impasses d’une littérature de la mémoire des crimes d’État. Ces gestes littéraires s’inscrivent dans le long débat inauguré par Adorno sur l’absolue vanité du dire poétique après la barbarie nazie et poursuivi par les réflexions d’Agamben sur l’impossible témoignage après Auschwitz. S’appuyant, pour sa part, sur les réflexions des rescapés des camps de la Seconde Guerre mondiale, Rose Corral analyse les effets mémoriels que convoque Dagas, Cuadernos de la cárcel (2013) d’Alicia Kozameh. Cette écriture de l’expérience carcérale sous la dictature, qui oscille entre objectivité et émotion, est éprouvée comme une vitale nécessité par l’écrivaine argentine dans un contexte qu’elle définit comme une guerre des mémoires. La contribution de Gianna Schmitter porte sur la réécriture multimédia de la très célèbre enquête-chronique Operación masacre de Rodolfo Walsh (1957), qui inaugure le genre du « roman de non-fiction » avant même la parution du De sang froid de Truman Capote. Sont interrogés les moyens qu’offrent les outils numériques – Twitter, Facebook, blogs – pour faire d’une page web un lieu de mémoire à plusieurs strates, lesquelles prolongent et actualisent l’extraordinaire travail de Walsh sur un épisode caractéristique du terrorisme d’État en Argentine.

7Ce numéro se conclut sur une dernière partie divisée en deux volets qui cherchent à discerner des pratiques visant l’expression de pans occultés de la mémoire collective. Le premier, « Corps et transgression », trouve sa cohérence dans l’analyse d’approches mémorielles qui instituent le corps comme lieu de mémoire, qu’il soit objet d’art, acteur de la transgression ou encore victime d’une violence de genre. Le second, « Mémoire mexicaine de l’histoire immédiate », envisage la survivance marginale de souvenirs liés à la violence politique récente ou la construction d’une mémoire qui suit de peu l’événement traumatique – exécutions et tortures comme méthodes de terreur durant la « guerre contre le narcotrafic » livrée par le gouvernement du président Felipe Calderón (2006-2012).

8La contribution de Marina Suárez étudie les trajectoires des deux artistes argentins Liliana Maresca et Batato Barea, qui s’inscrivent dans les premiers temps du retour à la démocratie. Leurs performances et installations font du corps un dispositif artistique et politique propre à l’affirmation d’une liberté qui fait fi de la censure morale tout autant que de la répression politique. Comme le met en relief Silvia Hueso Fibla, le roman du Chilien Pedro Lemebel, Tengo miedo torero (2001), recourt à l’esthétique du corps transgenre ainsi qu’aux stratégies de la parodie, du kitsch et du grotesque pour imposer une autre mémoire de la dictature. Françoise Aubès, pour sa part, interroge les spécificités d’une violence de genre perpétrée à l’encontre des femmes durant la guerre interne au Pérou (1980-1992) et mise en fiction par des écrivaines péruviennes dans le roman La sangre de la aurora (Claudia Salazar, 2013) et l’anthologie de nouvelles Al fin de la batalla (2015). L’article de Samya Dahech examine comment la fiction romanesque – Carne de perra (2009) de Fátima Sime et La vida doble (2010) d’Arturo Fontaine – s’approprie les témoignages de militantes de gauche devenues collaborationnistes sous la dictature de Pinochet, proposant ainsi une nouvelle lecture de ces écrits problématiques et leur ménageant une place jusqu’alors inenvisageable dans la mémoire nationale.

9La mémoire de l’histoire immédiate au Mexique se déploie dans l’art pictural, la chronique de presse et la fiction, comme l’illustrent les trois dernières contributions de ce numéro. Un tableau de l’artiste mexicain Gustavo Monroy transpose le motif religieux de la Cène en une s-cène profane où les douze apôtres et le Christ cèdent la place à autant de décapités. Cathy Fourez souligne, dans l’analyse qu’elle consacre à cette œuvre, que le peintre restitue par là l’ordre de la loi symbolique, constamment bafouée par les pratiques de terreur qui caractérisent l’actuel narcosystème. Julio Zárate analyse pour sa part le double recours à la chronique et à la fiction que retient l’écrivain Alejandro Paéz Varela pour dénoncer l’escalade de la violence liée au narcotrafic que connaît la ville de Ciudad Juárez depuis les années quatre-vingt-dix. Ainsi affirme-t-il la nécessité d’en construire dès à présent l’indispensable mémoire. La contribution d’Anaïs Fabriol s’interroge sur la manière dont trois nouvellistes du nord-ouest du Mexique placent symptômatiquement à l’arrière-plan de leurs récits la mémoire d’événements traumatiques de l’histoire nationale dans ces mêmes années quatre-vingt-dix, suggérant ainsi l’efficacité de la désinformation, voire des mensonges d’État.

10Il ressort de ce numéro le constat qu’en Amérique latine la créativité artistique et littéraire a su, durant les deux dernières décennies, multiplier les expressions et les médias susceptibles de rendre justice à une mémoire toujours fragile car menacée d’une défaillance qu’aucune politique publique ne saurait conjurer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francoise Aubès et Florence Olivier, « Introduction »América, 52 | -1, 6-9.

Référence électronique

Francoise Aubès et Florence Olivier, « Introduction »América [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 18 mai 2021. URL : http://journals.openedition.org/america/2094 ; DOI : https://doi.org/10.4000/america.2094

Haut de page

Auteurs

Francoise Aubès

Université Paris Ouest – La Défense,

Articles du même auteur

Florence Olivier

Université de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search