Navigation – Plan du site
3. Autres mémoires
I. Corps et transgression

Violence de genre et travail de mémoire La guerre interne au Pérou dans les fictions d’écrivaines

La sangre de la aurora (2013) de Claudia Salazar Jiménez et l’anthologie de nouvelles Al fin de la batalla (2015)
Violencia de género y trabajo de memoria: la guerra interna peruana (1980-2000) en las ficciones de escritoras. La sangre de la aurora de Claudia Salazar Jiménez (2013) y la antología de cuentos Al fin de la batalla (2015)
Françoise Aubès
p. 121-127

Résumés

En 2003 au Pérou, la CVR (Comisión de la Verdad y Reconciliación) rend publics les travaux commencés deux ans plus tôt sur la période d’extrême violence que le pays connaît à partir du déclenchement en 1980 de la lutte armée par le groupe terroriste Sentier lumineux. À partir de 2003, commencera alors un travail de mémoire (associations, expositions de photos, construction de musées comme le LUM de Lima).
Mais parallèlement à la mémoire officielle institutionnalisée, la production culturelle, comme la littérature, participe aussi de l’effort mémoriel qui tente de comprendre comment le pays a basculé dans une telle violence.
En prenant comme sujet d’analyse La sangre de la aurora, court roman de Claudia Salazar Jiménez (2013), Prix Las Américas de narrativa latinoamericana (2014), et Al fin de la batalla (2015), anthologie de sept nouvelles d’écrivaines péruviennes, on s’interroge sur ce que les voix féminines ajoutent à l’élaboration de la mémoire du conflit armé.

Haut de page

Texte intégral

1Au Pérou aujourd’hui nombreux sont les essais, les films de fiction ou documentaires, qui interrogent la période appelée de la Década trágica, celle la guerre interne déclenchée en 1980 par le parti politique Sentier lumineux et officiellement terminée en 1992, avec l’arrestation d’Abimael Guzmán, le fondateur du mouvement. La publication de la version abrégée du rapport final de la CVR en 2004, Hatun Willakuy (Le Grand Récit), va donner lieu à un vaste travail de mémoire institutionnel visant justice et réconciliation.

En un país como el nuestro combatir el olvido es una forma poderosa de hacer justicia. Estamos convencidos de que el rescate de la verdad sobre el pasado – incluso una verdad tan dura, tan difícil de sobrellevar como la que nos fue encomendado buscar – es una forma de acercarnos más a ese ideal de democracia que los peruanos proclamamos con tanta vehemencia y prácticamente tanta inconstancia. (Hatun Willakuy, 2003 : 14)

2explique le président de la commission Salomón Lerner Febres dans la préface de la première édition. Selon les recommandations de cette même commission, de nombreuses manifestations sont programmées pour sensibiliser les Péruviens à cette période – conférences, groupes de recherche, expositions de photos comme Yuyanapak (Pour se souvenir), construction de lieux mémoriels, comme le très polémique musée de Lima LUM (Lugar de la Memoria, la Tolerancia y la Inclusión Social). Mais se souvenir d’une période où à la violence de Sentier lumineux pour imposer un État nouveau, les forces antisubversives représentant l’État péruvien ripostèrent par une répression tout aussi violente, se rendant responsables d’actes extrajudiciaires d’une grande cruauté sur des populations civiles, ne fait pas l’unanimité. L’idée d’un devoir de mémoire envers des victimes appartenant majoritairement aux populations indiennes est diversement acceptée, voire refusée par certains qui continuent d’estimer que ces choses passées ne les concernent plus, ou ne les ont jamais concernés, pratiquant négationnisme ou révisionnisme.

« Les Muses […] sont les filles de Mémoire1 »

  • 1 « Les Muses […] sont les filles de Mémoire » (Le Goff, 1988 : 157). Cette citation de Jacques Le Go (...)

3Heureusement il existe la littérature, et comme dit le personnage narrateur de Un lugar llamado Oreja de Perro, roman d’Iván Thays, « El antónimo ideal de la memoria debe ser la imaginación, fantasear, hacer ficción. No la amnesia » (Thays, 2008 : 178). En effet depuis la publication de la Comisión de la Verdad y Reconciliación, écrire des fictions sur ce sujet est devenu un passage obligé pour tout écrivain, même les plus rétifs à toute contextualisation comme le fut pendant longtemps Iván Thays ; or il n’a pas résisté aux chants des sirènes éditoriales en publiant en 2008 Un lugar llamado Oreja de Perro, au titre on ne peut plus référentiel, Oreja de Perro étant l’autre nom de Chungui, district du département d’Ayacucho, qui connut dans les années 1980 une situation d’extrême violence. On connaît les romans de Benavides, Cueto, Roncagliolo, Alarcón, etc., mais il ne faut pas oublier que dès la fin des années 80, des auteurs peu visibles (Dante Castro, Luis Nieto Degregori, Félix Huamán Cabrera, Oscar Colchado, etc.) n’appartenant pas à l’establishment cosmopolito-créole – à l’exception de Vargas Llosa et son polémique Lituma en los Andes (1993) ou encore de Julio Ortega avec le très étonnant Adiós, Ayacucho (1986) – écrivirent sur ce qui à l’époque était l’actualité sanglante du pays.

  • 2 Al fin de la batalla se compose des nouvelles suivantes : Jennifer Thorndike : « La muerte tenía nu (...)

4Dans ce vaste tissu de textes et de représentations diverses, j’isolerai deux livres afin de les interroger dans la perspective de la mémoire de genre : il s’agit de Al fin de la batalla sous-titré Después del conflicto, la violencia y el terror (2015)2, anthologie de sept nouvelles d’écrivaines, et de La Sangre de la aurora (2013), premier roman de Claudia Salazar Jiménez récompensé en 2014 par le Premio Las Américas de narrativa latinoamericana. Hormis Christiane Félip Vidal, plus âgée, ces auteures appartiennent à ce que l’on appelle aujourd’hui la « generación posconflicto » ou « posviolencia », ce que suggère le sous-titre. Comme l’explique l’une d’elles, Karina Pacheco, à l’occasion de la réédition de son roman La voluntad del molle :

Pertenezco a una generación que se vio atravesada y perturbada por una violencia que desbarató las ideas de seguridad, de futuro, de decencia política, así como de los propios prospectos de vida familiar y de país por levantar. (Pacheco, 2016 : 266-267)

5Nous nous demanderons si ces écrivaines opèrent une sélection particulière dans la réinvention du passé, élaborant ainsi une mémoire spécifique. Leur travail de fiction, travail de mémoire, est le fruit d’expériences personnelles directes, de souvenirs reconstitués, racontés, infléchis par leurs idées politiques ; mais cette mémoire individuelle et subjective est aussi nourrie de la mémoire officielle, entérinée par la CVR. Traiter un tel sujet demande de faire des va-et-vient entre texte et réalité extratextuelle et rappeler que, si les écrivaines, comme en miroir, portent une attention particulière aux destins féminins dans leurs fictions, c’est que les femmes occupèrent une place particulière et connurent un sort particulier pendant les années de la violence : survivantes des massacres, victimes d’abus sexuels, mais capables de s’organiser, de chercher inlassablement dans les charniers, les fosses communes au bord des ravins, les lambeaux de chair, des bout de tissus, des traces du corps de leurs enfants, de leur époux, de leurs parents. On reconnaît aujourd’hui cette mémoire spécifique, post-traumatique comme celle que transmettent les femmes donnant le sein rempli d’un lait empoisonné par la terreur qu’elles ont vécue, comme le montre le film sorti en 2009 Fausta (La teta asustada) de Claudia Llosa. Pour Elizabeth Jelin, sociologue argentine et auteure de Los trabajos de la memoria :

Las mujeres (madres, familiares, abuelas, viudas, etc.) han aparecido en la escena pública como portadoras de la memoria social de las violaciones de los derechos humanos. Su performatividad y su papel simbólico tienen también una carga ética significativa que empuja los límites de la negociación política pidiendo lo imposible. (Jelin, 2002 : 115)

  • 3 Elle est l’auteure entre autres essais de ¿Y después de la violencia qué queda? víctimas, ciudadano (...)
  • 4 Rocío Ferreira, « Las mujeres disparan: imágenes y poéticas de la violencia política en la novela p (...)

6Al fin de la batalla – le titre est tiré de la poésie « Masa » de César Vallejo (1937) – est une œuvre de commande, comme le précise dans le premier prologue « Pero el cadáver ¡Ay! siguió muriendo » Ana María Vidal Carrasco, la compilatrice. Avocate des droits de l’homme, forte de son expérience de la CVR et consciente de l’urgence à « contar nuestras historias », elle a eu l’idée de demander à sept auteurs « un cuento sobre el postconflicto » (Vidal Carrasco, 2015 : 10). Une deuxième préface est écrite par l’anthropologue péruvienne María Eugenia Ulfe, spécialiste des questions mémorielles3. Ces textes encadrés par un paratexte si implicite restent néanmoins des textes de fiction à réinsérer dans la production longtemps invisible, celle des écrivaines péruviennes, sujet bien travaillé maintenant par Rocío Ferreira4, par exemple.

7Une des caractéristiques de la représentation de la mémoire post-conflictuelle concerne avant tout la violence faite au corps, dans la continuité de récits pionniers dans la poétique de l’horreur, comme Candela quema Luceros (1989) de Félix Huamán Cabrera, Adiós, Ayacucho (1986) de Julio Ortega ou encore Rosa Cuchillo de Oscar Colchado (1997), mais c’est la violence faite au corps des femmes, lieu de mémoire, qui sera postulat de départ des œuvres en question.

8Ainsi la plupart des récits de Al fin de la batalla peuvent se lire comme une représentation synecdoctique du corps : les doigts qui tiennent scalpel et ciseaux pour stériliser d’autorité les paysannes de la sierra, dans la nouvelle de Jennifer Thorndike « La muerte tenía nuestros dedos » ; le ventre douloureux de la jeune Faustina violée et enceinte d’un militaire dans « Caminos » de Ysa Navarro. Le corps se souvient, il porte des cicatrices tant physiques que psychiques, il réactive les traumatismes. Dans « El grito » de Claudia Salazar Jiménez, c’est ce cri exutoire, incontrôlable, que pousse soudain dans une rue tranquille d’une ville étrangère, la jeune policière qui avait infiltré un détachement sentiériste, incapable d’oublier son baptême du feu, soit le jour où elle a tué un sergent ; « quiere vomitar los ojos del sargento y todos los otros ojos a través de ese grito » (« El grito » : 80). Défilent dans les nouvelles des fragments d’histoires vraies comme celles des tribus asháninkas, qui furent enrôlées, déplacées, massacrées. Dans « Cuando el río suena », Christiane Félip Vidal, s’appuyant sur des informations recueillies dans une ONG, met en scène Leonardo, jeune indien dont la tribu a été décimée ; marqué à l’oreille par Sentier lumineux, « lleva su marca no solo en la oreja cercenada sino mucho más hondo, en una memoria que no logra sofocar […] » (« Cuando el río suena » : 38). Le passé d’événements traumatisants resurgit sous la forme de phantasmes obsédants : la femme aux cheveux rouges, au foulard rouge qui hante encore, vingt ans après, l’héroïne de Julia Wong dans « Algunos infortunios de la mujer con el caballo rojo ». Parmi les écrivaines de cette anthologie, Karina Pacheco est celle chez qui les interrogations sur mémoire et violence politique traversent tous les romans et nouvelles, et ce avec une grande authenticité peut-être due au fait que cette anthropologue, voyageuse, cosmopolite, écrit non pas de « la ciudad letrada », Lima ou New York, mais d’un autre centre de gravité à nouveau irradiant : Cusco, sa ville. C’est ce que l’on ressent à la lecture de la nouvelle intitulée « Voy a cantarte » ; en épigraphe, le nom d’Edilberto Jiménez Quispe, auteur de nombreux retables, qui à la manière d’une « narrativa gráfica » contribue à perpétuer la mémoire populaire de la violence. Le personnage du récit, Arún, sorte de double de Jiménez Quispe – « teje historias de arcilla y yeso a toda hora » (« Voy a cantarte » : 66) – se réveille un matin, intrigué par son rêve : une chanson, un précipice. Arún a connu l’époque de la violence, a quitté son village en danger. Soudain il comprend le rêve : il se souvient du massacre de Chungui ; les familles poussées jusqu’à la fosse de Chuschihuaycco :

Al pie del hoyo, la madre rogó al verdugo que no los matara. Un balazo y cayó derribada. Su hijo de siete años ofreció entonces un tesoro. Se agarró al pantalón del verdugo y suplicó: «no me mates papito, voy a cantarte un cantito».. Bala. Abismo. El bebé sobrevivía, ileso. Empezó a gatear entre los cuerpos de su familia. Otra bala atravesó su cabeza. Tampoco los pájaros cantaron aquella noche (ibid. : 71).

9Histoire véridique recueillie par Edilberto Jiménez Quispe comme le précise en note l’auteur. « ¿Podré sanar yo tejiendo tu historia niño ? ¿podré sanar tejiendo tu bala, asesino∞? […] ¿Podré cambiar la historia ? » (ibid. : 70) se demande Arún qui pétrit la petite figurine d’un enfant, « una figurita de niño que canta colibríes. Un niño que sale del abismo. Anochece. Un nuevo retablo está listo. Canta tejiendo Arún. Iniy » (ibid. : 71).

10Le message est clair: il faut rassembler ces éclats de mémoire, la bonne et la mauvaise. Mais si le message passe, c’est grâce à l’impact des mots, plus forts que les images, grâce à une narration délibérément sobre, presque intimiste, qui conduit le lecteur de l’autre côté du dicible.

La represión tiene género. Todos los informes existentes sobre la tortura indican que el cuerpo femenino siempre fue un objeto especial para los torturadores. El tratamiento de las mujeres incluía siempre una alta dosis de violencia sexual. Los cuerpos de las mujeres –sus vaginas, sus úteros, sus senos– ligados a la identidad femenina, como objeto sexual, como esposas y como madres, eran claros objetos de tortura sexual. (Jelin, 2002 : 102-103)

11Le viol n’est pas un dommage collatéral mais une arme de guerre. C’est ce que montre aussi la fiction de Claudia Salazar Jiménez. La sangre de la aurora raconte en les croisant les trajectoires de trois femmes, Marcela devenue camarada Marta, la militante sentiériste incarcérée et qui une fois emprisonnée raconte sa guerre ; Modesta, jeune paysanne andine dont la vie sera bouleversée par l’arrivée de Sentier lumineux dans la région, et Mel, jeune femme liménienne, reporter photographe qui part à Ayacucho dans la gueule du loup. On remarque d’abord la « violence narrative » du récit fragmenté en séquences courtes, comme des flashs, avec des effets de typographie comme l’absence de ponctuation, l’utilisation d’onomatopées dans les scènes de massacre pour signifier le choc des coups, des lames, des os que se brisent quand on les écrase, comme le monologue intérieur de la dernière page, souvenir-témoignage insoutenable de Modesta. L’auteure confrontée au dilemme, écrire sur la violence et écrire la violence, essaie des procédés d’écriture capables de transmettre l’intransmissible. Le destin des trois femmes se rejoint lors du viol dont chacune d’elles est victime. La scène se répète trois fois ; chaque séquence commençant par la même phrase : « Era un bulto sobre el piso » (Salazar Jiménez, 2013 : 65, 68, 69). Seul diffère le nom de la destinataire des insultes proférées par les violeurs : « blanquita vendepatria, periodista anticommunista » (c’est la journaliste violée par les sentiéristes), « terruca hija de puta, subversiva de mierda », c’est Marcela, la Camarada número Tres violée par les militaires, « Serrana hija de puta, india piojosa », c’est Modesta, violée également par les soldats.

  • 5 Melissa Ghezzi, Claudia Salazar Jiménez, Voces para Lilith. Literatura contemporánea de temática lé (...)

12L’intention idéologique est manifeste; l’écrivaine, au-delà du contexte péruvien, raconte une histoire universelle de violence de genre, de féminicide. La sangre de la aurora vise une lecture féministe, dans un univers phalocentriste ; les personnages toutes tendances politiques confondues, toutes classes sociales confondues, Modesta l’épouse du rustre et violent Gaitán l’Indien comunero, Marcela, qui a fui une vie routinière avec mari et enfants pour devenir la Camarada Marta, ou Mel, la photographe homosexuelle, occupent la même position inégalitaire par rapport aux hommes. Ce petit roman réinvente une autre mémoire, depuis une perspective très féministe – « No saben que lo femenino es el origen de todo. Lo femenino es fermento, magma, depuración y creación. La aurora que se levantará cuando la revolución esté completa » (ibid. : 82) – non exempte de théorie queer. Claudia Salazar Jiménez est d’ailleurs coauteure d’une anthologie intitulée Voces para Lilith. Literatura contemporánea de temática lésbica en Sudamérica5. Le salut viendra de la solidarité féminine plus que de toute idéologie politique, pas même du marxisme-léninisme dans lequel croyait Marcela. Modesta, survit grâce à l’entraide dans une communauté de femmes où la parole se libère en travaillant « Los hilos se entrecruzan y el telar crece. Ellas diciendo cosas. Entre nosotras nomás, como todas somos mujeres, por eso nomás hablo. Otro hilo. Nuestras voces tejiendo » (ibid. : 87). On retrouve comme dans la nouvelle de Karina Pacheco le verbe « tejer » qui renvoie à l’entrelacement, l’entrecroisement, au réseau de voix, d’histoires comme les témoignages mis bout à bout.

Une mémoire différente ?

13Les romans qui paraissent après 2003 sont directement inspirés des témoignages que constitue le rapport de la CVR, se substituant au premier script, au patron de récit, que fut d’abord le rapport de la commission d’enquête présidée par Vargas Llosa à l’issue des événements d’Uchuraccay en 1983. Écrits depuis Lima, leurs scénarios sont de deux types : soit le personnage narrateur liménien de la bonne société se retrouve soudain impliqué dans le passé violent du pays, en proie à la culpabilité, au désir de réparation ; soit c’est le registre de la spectacularisation extrême de la violence du roman noir, du genre gore, du thriller trash, qui domine, comme si ces auteurs répondaient ainsi à une demande commerciale – étrangère – privilégiant scènes de viols, dynamitage de corps, tortures, charniers, exécutions sommaires, etc.

14Les écrivaines n’utilisent pas la violence avec le même dessein que leurs homologues masculins. Elles semblent vouloir réinventer une mémoire roborative qui veut en finir avec la victimisation. Al fin de la batalla tire son titre de « Masa » (España, aparta de mí este cáliz), poème de l’espoir en l’humanité, comme le symbole de l’aurore dans le titre du roman de Claudia Salazar Jiménez. Modesta retrouve le goût de vivre et accepte l’enfant du militaire qui l’a violée ; Arún retrouve la paix en faisant sortir de l’oubli le petit garçon de Chungui. Dans « La etapa del nido » l’héroïne est inquiète ; pour des questions de droits d’auteur, elle doit rencontrer l’épouse d’Arguedas, Sibila Arredondo, symbole d’un passé de haine et de fanatisme. Or la femme est accueillante. Et l’entretien se conclut par des paroles apaisantes et dont l’interprétation reste ouverte : « “Hay un proyecto en camino”, dijo, mirándome el vientre antes de despedirse » (« La etapa del nido » : 54).

  • 6 Cf. Les travaux d’Anouk Guiné sur la « contranarrativa », Colloque « Clase, Género y construcción d (...)
  • 7 Cf. Agüero dans Los rendidos. Sobre el don de perdonar, « Sentir curiosidad por el padecer de los q (...)

15Ces textes s’inscrivent donc dans une mémoire plurielle manifeste dans le livre de Victor de Vich, Poéticas del duelo. Ensayos sobre arte, memoria y violencia política en el Perú et celui de Francesca Denegri et Alexandra Hibbet, Dando cuenta. estudios sobre el testimonio de la violencia política en el Perú (1980-2000), et qui se diversifie comme le montrent aujourd’hui certains romans (El rincón de los muertos d’Alfredo Pita) ainsi que ces « memorias incómodas »6, « otras memorias » (Agüero, 2015 : 23), confessions (Gavilán Sánchez), mémoires de prisonniers, de repentis, reposant ainsi le problème des victimes7.

16« Hay que tenerle más fe a la literatura », dit le personnage de la nouvelle de Nataly Villena (« La etapa del nido » : 52). La fiction peut en effet aider à élaborer un imaginaire mémoriel varié et consensuel, c’est-à-dire à commémorer dans une société où, à la culture de la mémoire si présente en Occident, on préfère la politique du « Borrón y cuenta nueva », comme le rappelle Diego Trelles, auteur de Bioy.

Haut de page

Bibliographie

Agüero, José Carlos, 2015, Los Rendidos. Sobre el don de perdonar, Lima, IEP.

Cueto, Luis Fernando, 2012, Ese camino existe, Lima, PetroPerú.

Denegri, Francesca, y Hibbett, Alexandra (editoras), 2016, Dando cuenta. estudios sobre el testimonio de la violencia política en el Perú (1980-2000), Lima, Fondo Editorial PUCP.

Estrada, Oswaldo, 2015, Senderos de violencia. Latinoamérica y sus narrativas armadas, Valencia, Albatros ediciones.

Gavilán Sánchez, Lurgio, 2012, Memorias de un soldado desconocido. Autobiografia y antropología de la violencia, Lima, IEP.

Hatun Willakuy, [2004], 2008, Versión abreviada del informe final de la comisión de la verdad y reconciliación, Lima, Comisión de entrega de la comisión de la verdad, Hatun Willakuy.

Jelin, Elizabeth, 2002, Los trabajos de la memoria, Madrid, Siglo XXI.

Le Goff, Jacques [1986] 1988, Histoire et mémoire, Paris, Gallimard.

Pacheco Medrano, Karina, [2006] 2016, La voluntad del molle, Lima, FCE.

, 2010, Alma alga, Lima, Borrador Editores.

—, 2013, El bosque de tu nombre, Cusco, Ceques editores.

Pita, Alfredo, 2014, El rincón de los muertos, Lima, Textual Pueblo Mágico.

Salazar Jiménez, Claudia, 2013, La sangre de la aurora, Lima, Animal de Invierno.

Thays, Iván, 2008, Un lugar llamado Oreja de Perro, Barcelona, Anagrama.

Trelles, Diego, 2012, Bioy, Barcelona, ediciones Destino.

Ulfe, María Eugenia, 2013, ¿Y después de la violencia qué queda? Víctimas, ciudadanos y reparaciones en el contexto de la CVR, Ciudad Autónoma de Buenos Aires, CLACSO.

Vich, Víctor, 2015, Poéticas del duelo. Ensayos sobre arte, memoria y violencia política en el Perú, Lima, IEP.

Vidal Carrasco, Ana María (compiladora), 2015, Al fin de la batalla. Después del conflicto, la violencia y el terror, Lima, Cocodrilo ediciones.

Haut de page

Notes

1 « Les Muses […] sont les filles de Mémoire » (Le Goff, 1988 : 157). Cette citation de Jacques Le Goff sur l’étymologie du mot mémoire est empruntée à Vico, d’après le recueil composé par Edmond Michelet :

« Les Latins appellent la mémoire memoria lorsqu’elle garde les perceptions des sens, et reminiscentia, quand elle les rend. Mais ils désignaient de la même manière la faculté par laquelle nous formons des images, et qui s’appelle chez les Grecs phantasia et chez nous imaginativa ; car ce que nous disons vulgairement imaginer, les Latins le disaient memorare […] Aussi les Grecs disent-ils dans leur mythologie que les Muses, les vertus de l’imagination, sont les filles de Mémoire. » (Œuvres choisies de Vico, Paris, Librairie Hachette, 1835, « De l’Antique Sagessse de l’Italie retrouvée dans la Langue latine », Chapitre VII, De la Faculté, § II, Memoria et Phantasia, p. 283-284).

2 Al fin de la batalla se compose des nouvelles suivantes : Jennifer Thorndike : « La muerte tenía nuestros dedos » ; Christiane Félip Vidal : « Cuando el río suena » ; Nataly Villena : « La etapa del nido » ; Ysa Navarro : « Caminos » ; Karina Pacheco : « Voy a cantarte » ; Claudia Salazar Jiménez : « El grito » ; Julia Wong : « Algunos infortunios de la mujer con el cabello rojo ».

3 Elle est l’auteure entre autres essais de ¿Y después de la violencia qué queda? víctimas, ciudadanos y reparaciones en el contexto post-CVR en el Perú, 1a ed., Ciudad Autónoma de Buenos Aires : CLACSO, 2013.

4 Rocío Ferreira, « Las mujeres disparan: imágenes y poéticas de la violencia política en la novela peruana contemporánea », in Oswaldo Estrada (ed.), 2015, Senderos de violencia. Latinoamérica y sus narrativas armadas, Valencia, Albatros ediciones.

5 Melissa Ghezzi, Claudia Salazar Jiménez, Voces para Lilith. Literatura contemporánea de temática lésbica en Sudamérica, 2011, Lima, Estruendomundo.

6 Cf. Les travaux d’Anouk Guiné sur la « contranarrativa », Colloque « Clase, Género y construcción de la paz, 9-10 Julio de 2014 », Ayacucho.

7 Cf. Agüero dans Los rendidos. Sobre el don de perdonar, « Sentir curiosidad por el padecer de los que nos son ajenos e incluso odiados », p. 17.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Françoise Aubès, « Violence de genre et travail de mémoire La guerre interne au Pérou dans les fictions d’écrivaines », América, 52 | -1, 121-127.

Référence électronique

Françoise Aubès, « Violence de genre et travail de mémoire La guerre interne au Pérou dans les fictions d’écrivaines », América [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 11 décembre 2018. URL : http://journals.openedition.org/america/2534 ; DOI : 10.4000/america.2534

Haut de page

Auteur

Françoise Aubès

Université Paris Ouest Nanterre La Défense

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals