Navigation – Plan du site

AccueilNuméros523. Autres mémoiresI. Corps et transgressionMémoire fictionnelle des femmes c...

3. Autres mémoires
I. Corps et transgression

Mémoire fictionnelle des femmes collaborationnistes Vers une réhabilitation ?

Memoria ficcional de mujeres colaboracionistas ¿Hacia una rehabilitación?
Samya Dahech
p. 128-133

Résumés

Durant la dictature de Pinochet, Luz Arce et Marcia Alejandra Merino, parmi d’autres militantes de gauche, ont collaboré, sous la torture infligée par les agents de la Direction nationale du Renseignement (DINA), avant d’en devenir des agents à part entière. Suite à la cessation du pouvoir de Pinochet et après leurs premières révélations devant les tribunaux de la Commission nationale Vérité et Réconciliation, elles sont contraintes à l’exil, qui aboutit pour chacune à la rédaction d’un récit de témoignage, dans l’optique d’être réhabilitées par la société chilienne qui les rejette. Depuis le début des années 2000, de nombreuses pratiques artistiques prennent forme autour de cet épisode, liées à la résurgence du passé dictatorial. Les romans Carne de perra (2009) de Fátima Sime et La vida doble (2010) d’Arturo Fontaine sont deux appropriations romanesques de ces témoignages. Le retour littéraire sur les faits passés peut-il mettre fin à la marginalisation de ces écrits problématiques du fait de la position victime-agent de leur auteure ?

Haut de page

Texte intégral

1Durant la dictature de Pinochet, un certain nombre de proches du régime socialiste d’Allende ont été conduits à collaborer, suite à la torture infligée par les agents de la police secrète d’État, la Direction nationale du Renseignement (DINA), avant d’en devenir des agents à part entière. Parmi eux, plusieurs femmes, dont deux ont été érigées en symbole de la collaboration et se sont exilées à la fin de la dictature, en conséquence de leurs premières dépositions devant les tribunaux, notamment dans le cadre de la Commission nationale Vérité et Réconciliation au début des années 1990. Elles ont donné voix à leur expérience traumatique en publiant chacune un témoignage : il s’agit de Luz Arce Sandoval et Marcia Alejandra Merino (plus connue sous son nom politique « la Flaca Alejandra »), qui, en 1993, publient respectivement El Infierno et Mi verdad: más allá del horror, yo acuso.

2La rédaction des récits testimoniaux a pour ressort principal le besoin de donner leur vérité sur les faits dont elles sont accusées, en vue d’être réhabilitées par la société chilienne de la Transition qui les rejette en raison de leur participation à l’appareil répressif d’État. Cette société, au sein du processus de travail de mémoire collective, refuse malgré tout de les reconnaître comme victimes de la dictature – et les textes des témoignages, jamais réimprimés au Chili, y sont depuis longtemps introuvables. Aujourd’hui encore, Arce et Merino sont exclues et vouées à l’exil ou à la clandestinité.

3Paradoxalement, depuis le début des années 2000, un certain nombre de pratiques artistiques ont pris forme au Chili autour de la question de la collaboration féminine, dans un contexte socio-politique plus global de mise en lumière du passé dictatorial. Les romans Carne de perra (2009) de Fátima Sime et La vida doble (2010) d’Arturo Fontaine sont deux appropriations romanesques de ces témoignages sur lesquelles sera centrée cette communication. Le retour littéraire sur les faits passés peut-il mettre fin à la marginalisation de ces écrits rendus problématiques du fait de la position victime-bourreau de leur auteure ? La fiction parvient-elle à atteindre une visée mémorielle et dans quelle mesure est-il alors envisageable de parler de patrimonialisation de l’objet littéraire ? C’est à ces questions que je vais tenter de répondre.

Collaboration et témoignages

4Les parcours de Luz Arce et de Marcia Alejandra Merino sont similaires à de nombreux égards. Elles ont toutes deux occupé des postes clés au sein de leur parti respectif : Arce a été membre de la garde rapprochée de Salvador Allende du fait de sa position au Parti socialiste ; Merino a été l’une des dirigeants du Mouvement de la Gauche Révolutionnaire (MIR). Arrêtées toutes les deux en 1974, elles sont passées successivement par la plupart des centres de torture aux mains de la DINA, étape déterminante débouchant sur leur collaboration active. Sous la violence des sévices corporels et pressions psychologiques subis durant leur détention, elles ont en effet livré peu à peu leurs camarades de rang avant d’être intégrées par revirement total comme agent de la DINA. Menacées de mort dès 1975 par leur ancien parti, elles sont contraintes de se cacher même après la cessation de leur activité au sein de la DINA, puis, après la destitution de Pinochet, à l’exil – dès janvier 1991 pour Arce, tandis que Merino continue à vivre clandestinement sur le sol chilien, jusqu’en 1993, année où elle finit également par s’exiler, sur l’Île de Pâques. Malgré leurs apports précieux durant la Commission nationale Vérité et Réconciliation concernant la structure de la DINA ainsi que les cas de plusieurs détenus-disparus, le statut de victime leur est refusé par la société civile qui se fait écho de « ceux qui n’ont pas trahi ». L’écriture du témoignage fait office de nécessaire reconstruction identitaire, prenant la forme d’un acte de rédemption, renforcé dans le cas de Luz Arce par le recours à la religion catholique qui lui permet de se construire un ethos de pénitente, donnant un sens religieux aux notions de vérité et de réconciliation prônées par le président Patricio Aylwin Azócar lors de la Transition démocratique.

Littérature mémorielle et patrimonialisation

5Le cas particulier de Luz Arce et Marcia Alejandra Merino illustre le rapport conflictuel et paradoxal du Chili à son passé. Au début des années 2000, un important travail de retour sur la mémoire de la dictature a été amorcé par le pouvoir politique en place. Ainsi, en 2004, une commission est mandatée par le président Ricardo Lagos pour mettre au jour les cas des détenus-disparus ainsi que les victimes des prisons politiques et de la torture. Cette commission, intitulée Valech du nom de l’évêque chargé de la présider, a contribué à replacer au centre des débats les violations des droits de l’homme commises durant la dictature et le rôle de l’État vis-à-vis de ces événements passés. La littérature s’est assez largement faite l’écho de ces problématiques – la torture, l’espace carcéral et l’exil comptant parmi les thématiques les plus récurrentes de la fiction dans les années 2000. Ces thématiques sont toutes présentes dans le cas particulier de la collaboration, qui ouvre également la perspective sur le présent et, plus largement, la question éthique du rapport de l’individu à sa collectivité. Comme l’explique Catalina Olea Rosenbluth :

El tópico de la colaboración o de la traición apunta directamente a problemas medulares de la postdictadura chilena, a saber: el esclarecimiento de las responsabilidades individuales y colectivas frente al horror, la adicción al legado autoritario o el travestismo de la transición. (Olea Rosenbluth, 2014 : 6)

6D’un point de vue culturel, la valeur des textes de témoignages d’Arce et de Merino dans le processus mémoriel des années 2000 est donc conséquente, tout comme la tension narrative susceptible d’en résulter. Ces récits deviennent une matrice privilégiée dans la littérature chilienne contemporaine ; les romans Carne de perra et La vida doble, mais également les pièces de théâtre Medusa (2010) de Ximena Carrera et Mina antipersonal (2013) de Claudia Di Girolamo sont fondés sur les témoignages d’Arce et de Merino. En mettant en scène un épisode représentatif des enjeux politiques qui lui sont contemporains, cette littérature concourt à la fois à fictionnaliser et à médiatiser des témoignages préexistants, en devenant un espace de sensibilisation et obtenant un succès que les textes sources ne pouvaient atteindre en 1993. La Vida doble, publié à Barcelone par la maison d’édition Tusquets, a été acclamé à sa publication en 2010, a bénéficié d’une importante couverture médiatique au Chili et été récompensé par deux prix littéraires ; Carne de perra bénéficie pour sa part d’une reconnaissance universitaire, ayant déjà fait l’objet de plusieurs articles en Amérique latine. Il est intéressant de constater que ces textes fictionnels sont publiés autour du moment de la réouverture de la commission Valech pour étudier l’intégration de nouveaux cas au sein de la liste des victimes de la dictature, y compris celle, problématique, de certains collaborateurs dont Luz Arce et Marcia Merino. Il est à ce titre nécessaire de faire porter l’analyse à la fois sur le rapport de ces textes à leurs sources ainsi qu’à leur participation à un ensemble de discours polarisant la sphère publique autour de la conduite à tenir pour gérer les différentes mémoires de la dictature.

7En ce sens la notion de patrimonialisation mérite d’être interrogée en regard de ces romans. En effet, la patrimonialisation « cherche souvent à justifier une cause, à rappeler une mémoire, à valoriser une séquence (temps révolu) passée de la vie sociale dans un but d’édification » (Di Méo). Au sein des pratiques mémorielles contemporaines, l’inauguration en 2010 du Museo de la Memoria y de los Derechos Humanos, à Santiago, marque cette volonté de lutter contre l’oubli. Sur le site internet du musée, nous pouvons ainsi lire :

es un espacio destinado a dar visibilidad a las violaciones a los derechos humanos cometidas por el Estado de Chile entre 1973 y 1990; a dignificar a las víctimas y a sus familias; y a estimular la reflexión y el debate sobre la importancia del respeto y la tolerancia, para que estos hechos nunca más se repitan. […] A través de objetos, documentos y archivos en diferentes soportes y formatos, y una innovadora propuesta visual y sonora, es posible conocer parte de esta historia: el golpe de Estado, la represión de los años posteriores, la resistencia, el exilio, la solidaridad internacional y la defensa de los derechos humanos. […] El patrimonio de sus archivos contempla testimonios orales y escritos, documentos jurídicos, cartas, relatos, producción literaria, material de prensa escrita, audiovisual y radial, largometrajes, material histórico, fotografías, documentales. (Museo de la Memoria y de los Derechos humanos)

8La production littéraire fait donc partie des ressources patrimoniales du musée en tant qu’archive et est ici citée au même plan que les documents juridiques, les sources historiques de l’époque ou encore les récits de témoignage. La fidélité des romans de Fátima Sime et Arturo Fontaine aux témoignages ne peut manquer d’être étudiée en regard de cette notion et de la tension qu’elle instaure dans nos modes de lecture.

Témoignage et fiction

9La reprise de la trajectoire de Luz Arce et Marcia Merino pour en faire des personnages romanesques quinze ans après la publication de leurs témoignages passe par un ensemble de médiations et de relectures qui prennent sens dans ce contexte particulier au Chili. Les similitudes avec les témoignages sont nombreuses et significatives dans les deux romans, concernant les détails liés à des événements précis, à l’horreur dans les centres de tortures, la perte générale d’identité et jusqu’à certaines tournures de phrases dans La Vida doble. Il s’agit, dans les deux cas, d’une écriture depuis la voix dominée, énoncée à la première personne du singulier par le personnage principal, mais l’image qui en est donnée diffère de celles que l’on retrouvait dans les témoignages. Le besoin d’autojustification et l’idéal chrétien de rédemption sont absents, au profit de dispositifs narratifs jouant sur les ressorts du suspense et aboutissant à la mise en place de la vengeance de la collaboratrice à l’encontre de son ancien bourreau dans Carne de perra, et à une remise en cause de la possibilité d’atteindre un fond de vérité communicable dans La Vida doble.

10Carne de perra se présente comme le retour en terre natale de la narratrice, nommée María Rosa Santiago López, après plusieurs années d’exil. Le texte alterne des chapitres de flux de conscience au présent et des chapitres de narration rétrospective à la première personne ainsi qu’à la troisième personne afin de mettre à distance les moments les plus intenses de torture. Le moment de la situation d’énonciation n’est jamais clairement identifié dans la chronologie de l’histoire du Chili, mais la distance temporelle qui le sépare des événements vécus sous la dictature est conséquente puisqu’il coïncide avec les retrouvailles à l’hôpital de Santiago, où elle travaille désormais, de la narratrice avec son ancien bourreau, hospitalisé en raison de son âge avancé, et qu’elle va s’ingénier à torturer à son tour avec les moyens médicaux à sa disposition, avant de le faire mourir par injection à la toute fin du roman afin de satisfaire sa vengeance.

11Plus complexe dans La Vida doble, le récit est énoncé depuis l’exil en Suède, et prend la forme d’un entretien entre la narratrice, en phase terminale de cancer, et un journaliste-écrivain à qui elle a monnayé son témoignage afin d’obtenir une somme suffisante à laisser en héritage à sa fille. Si, là encore, la situation d’énonciation n’est pas précisée dans le temps, une référence à l’actualité évoquant la guerre en Irak et les sévices commis dans les prisons d’Abou Ghraib et de Guantanamo permet de la situer dans la première décennie des années 2000, plus ou moins contemporaine donc de la publication du roman. Le fonctionnement est celui d’une narration à la première personne avec dialogues et prise de distance rétrospective, mais le roman est émaillé de réflexions au présent au cours desquelles la narratrice, dont on ne saura jamais le nom véritable, s’adresse directement à l’écrivain venu recueillir ses mots, en insistant sur la nécessité pour celui-ci de retravailler son témoignage et le présenter comme une fiction lorsqu’il se décidera à le publier. Ainsi, la possibilité de trouver une vérité derrière les raisons qui poussent à agir est clairement mise en doute, et le rôle même de l’écrivain à ce titre est mis en parallèle du sien en tant que collaboratrice :

Mira, ya nadie comulga con ruedas de carreta. Tú debes decirle a tu lector: usted está leyendo una novela, esto es mentira pura. […] Y sigues contando a partir de ahí y lo haces de tal manera, con tanta magia, que él se te entrega y colabora. Y entonces tú, de nuevo, haces trizas su inocencia. La textura cede, se rompe como un saco roto, lo has traicionado. Era sólo otra ingeniosa mentira montada sobre la anterior, le dices. Y el lector se marea y nada le parece ni real ni irreal y queda apresado en tus abismos e invenciones, no tiene escapatoria, sólo puede seguir colaborando dócilmente en la otra, la nueva textura, la del nuevo saco, el nuevo manto que enmascara al combatiente… Esto eres si es que eres escritor: un engañador que desengaña para engañar una vez más. (Fontaine, 2010 : 129)

12L’allocutaire anonyme est uniquement présent dans les mots que lui adresse la narratrice, et ne peut manquer d’évoquer l’auteur réel qui signe le livre et se serait contenté d’enregistrer et retranscrire l‘entretien, forme de métalepse qui vise surtout à mettre en abyme la notion de représentation, puisqu’en intégrant un interlocuteur la narratrice se met explicitement en scène, et qu’en interpellant l’auteur elle s’adresse directement au lecteur dans le champ culturel chilien contemporain. Le roman se conclut d’ailleurs sur ces mots, à rebours de la quête de rédemption, mais également de toute tentative de faire un retour satisfaisant sur le passé : « Ya lo sabes: la verdad es imposible, la verdad se inventó para no decirse » (ibid. : 300).

13Ces distorsions opérées vis-à-vis du discours testimonial ont pour corollaire une relecture de la dictature sur le mode de la violence de genre, les deux romans se rejoignant dans la mise en scène de l’extrême violence en se focalisant sur la thématique de la répression sexuelle. La domination masculine, psychologique et physique, évoquée à travers la torture, le viol et la soumission, sont des éléments que l’on retrouvait déjà dans les témoignages, mais qui apparaissent ici amplifiés. La question de la sexualité notamment est particulièrement développée, donnant lieu à une profusion de détails évidemment absente des textes originaux, et mise au service d’une exploration de la psyché d’un personnage placé dans une situation-limite. Un élément clé des deux romans, absent des témoignages de 1993, concerne ainsi le syndrome de Stockholm, l’accent étant porté sur la relation amoureuse et sexuelle entre la victime et son bourreau pour expliquer la collaboration, alors que ni Arce ni Merino n’accordaient de place à la question de la relation amoureuse. Il s’agit bien d’une relecture des récits de témoignage plus propice à faire naître l’empathie et la compréhension chez le lecteur que l’attrait pour le pouvoir tel qu’interprété, par exemple, par l’écrivaine Diamela Eltit à la lecture des témoignages d’Arce et Merino. Ce qui a pour effet, comme l’analyse très justement Jaume Peris Blanes à propos du roman d’Arturo Fontaine, de dépolitiser le conflit au cœur du problème de la collaboration et de le placer sur un terrain psychique et non plus historique. Arturo Fontaine lui-même ne s’y est pas trompé, plaçant les mots suivants dans la bouche de sa narratrice : « Tú quieres que te hable de huellas dactilares, llaves ganzúas, seguimientos, autos-bomba, persecuciones, tiroteos y torturas. Pero al final buscas una aventura moral. Es lo que te conseguirá una casa editorial. La gente ama la historia que confirma el prejuicio » (ibid. : 39). C’est cette peinture psychologique et sa capacité à transcender son contexte d’origine qui a été louée par les critiques au moment de la publication du roman d’Arturo Fontaine, ce qui, comme l’explique Jaume Peris Blanes :

puede entenderse como un síntoma del malestar cultural que todavía hoy sigue causando la presencia traumática de la violencia militar y de la revolución capitalista en la que se encuadró. Un síntoma de la impotencia cultural para abordar la violencia en su dolorosa complejidad política y de la necesidad de generar imágenes, relatos y figuras que, a pesar de su simplicidad, permitan taponar una angustia social todavía presente. (Peris Blanes, 2013 : 62)

14Les propos de Peris Blanes peuvent être nuancés, en ce que la littérature mémorielle explore des pans de l’histoire mis sous silence jusqu’à très récemment encore. Les études autour de la violence de genre n’ont ainsi jamais vraiment été isolées dans l’ensemble des études sur la violence, malgré les spécificités qui leur sont propres. Même si la visée de ces romans semble être davantage l’efficacité narrative que la déconstruction de l’histoire officielle, ils mettent en lumière pour un lectorat plus vaste un épisode particulièrement représentatif des enjeux d’une politique de la mémoire, en donnant un espace de résonance aux voix tues par la violence d’État. Le roman peut ainsi être vu comme un espace mémoriel où l’écrivain se fonde sur des témoignages préexistants pour leur donner une légitimité nouvelle, bien que problématique. Au vu des éléments étudiés précédemment, il n’est pas exagéré de parler de réhabilitation fictionnelle des femmes collaborationnistes puisque la littérature met fin au silence sur la répression à leur encontre, en offrant la possibilité de rouvrir le débat sur leur statut et la façon de porter le regard sur elles. Quel que soit le bien-fondé de la démarche, on est en devoir d’interroger les justifications qui y sont apportées et l’impact réel sur la société de ces relectures déplaçant les problématiques politiques dans un espace psychologique paradoxalement anhistorique, posant de façon aiguë la question de la patrimonialisation de la violence de genre au sein des mémoires de la dictature.

Haut de page

Bibliographie

Arce, Luz, 1993, El infierno, Santiago, Planeta.

Di Méo, Guy, 2007, « Processus de patrimonialisation et construction des territoires », Colloque Poitiers septembre 2007 https://halshs.archives-ouvertes.fr/halshs-00281934.

—, 2008, Patrimoine et industrie en Poitou-Charentes : connaître pour valoriser, Poitiers-Châtellerault, Geste éditions, p. 87-109.

Eltit, Diamela, 2000, Emergencias, escritos sobre literatura y arte, Santiago, Planeta.

Fontaine, Arturo, 2010, La vida doble, Barcelona, Tusquets Editores.

Lazzara, Michael J., 2008, Luz Arce, después del Infierno, Santiago, Editorial Cuarto Propio.

Merino, Marcia Alejandra, 1993, Mi verdad: más allá del horror, yo acuso, Santiago, ATG.

Museo de la Memoria, https://ww3.museodelamemoria.cl/sobre-el-museo/.

Olea Rosenbluth, Catalina, 2014, Mujeres y colaboración en tres novelas de la dictadura chilena, tesis para optar al grado de magíster en literatura, Universidad de Santiago de Chile.

Peris Blanes, Jaume, 2013, « Contradicciones de la memoria. Ficcionalización del testimonio y figuración de la traición en La vida doble (Arturo Fontaine, 2010) », Paris, Sorbonne, CRIMIC, Les Ateliers du SAL, n° 3, p. 49-63.

Sime, Fátima, 2009, Carne de perra, Santiago, LOM Ediciones.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Samya Dahech, « Mémoire fictionnelle des femmes collaborationnistes Vers une réhabilitation ? »América, 52 | -1, 128-133.

Référence électronique

Samya Dahech, « Mémoire fictionnelle des femmes collaborationnistes Vers une réhabilitation ? »América [En ligne], 52 | 2018, mis en ligne le 19 novembre 2018, consulté le 23 juillet 2024. URL : http://journals.openedition.org/america/2558 ; DOI : https://doi.org/10.4000/america.2558

Haut de page

Auteur

Samya Dahech

Université François-Rabelais, Tours, Laboratoire ICD

Haut de page

Droits d’auteur

CC-BY-NC-ND-4.0

Le texte seul est utilisable sous licence CC BY-NC-ND 4.0. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.

Haut de page
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search