Navegación – Mapa del sitio

InicioNúmeros53Conditions frontalières et résili...Enquêter sur la frontière mexico-...

Conditions frontalières et résiliences

Enquêter sur la frontière mexico-américaine. Ambivalence d’un objet, stratégies de terrain

Investigar sobre la frontera entre México y Estados-Unidos. Ambivalencia de un objeto de estudio, estrategias del trabajo de campo
Marko Tocilovac
p. 97-104

Resúmenes

Este artículo describe las principales etapas del trabajo de campo y del análisis antropológico realizado en la frontera entre México y Estados-Unidos. Frente a la inmediata impresión de ambivalencia de la frontera, a la vez visible y oculta, el estudio etnográfico me permitió replantear mi objeto, identificar sus dinámicas propias, identificar a sus actores para finalmente hacer tres cambios de perspectiva y, por lo tanto, comprender mejor cómo la frontera produce imágenes mentales opuestas e incluso contradictorias.

Inicio de página

Entradas del índice

Inicio de página

Texto completo

1À San Diego, la frontière n’existe pas. Ou tout du moins pas à première vue, pas pour le visiteur occasionnel, comme la ville en connaît beaucoup, ni pour l’anthropologue qui vient y chercher l’archétype urbain de la frontière mexico-américaine. Dans cette agglomération de près de trois millions d’habitants – huitième ville des États-Unis par sa population – et située à l’extrême sud-ouest du territoire national, la frontière se veut discrète. Le surnom officiel de la ville de San Diego, America’s Finest City, que l’on retrouve sur les voitures de police et les façades des bâtiments officiels, résume assez bien l’image que la municipalité projette dans l’espace public : celle d’une ville au climat idyllique, économiquement dynamique et destination de rêve pour les touristes nationaux et internationaux. La forte présence d’une industrie de la défense – chantiers navals, grandes bases de l’armée de l’air et de l’armée de terre –, l’essor d’une économie basée sur les nouvelles technologies de l’information, et une attractivité touristique qui mise sur ses plages, ses parcs à thème et son centre-ville soigneusement aménagé placent San Diego à l’opposé des représentations que véhicule la frontière mexico-américaine.

2Comme peu de frontières au monde, la ligne qui sépare les États-Unis du Mexique exhibe des contrastes inouïs de pouvoir, de niveaux de vie et de conditions économiques. Au cœur de l’attention médiatique depuis le début des années 1990, cette ligne « plus qu’imaginaire » (Le Texier, 2011) a vu se multiplier les projets d’aménagement de son infrastructure matérielle, les déploiements de milliers d’agents en charge du contrôle des flux entrant sur le territoire, et un usage inédit de hautes technologies de surveillance. Cette surenchère de politiques est présentée comme une réponse à l’image d’une frontière poreuse qui, sur les près de 2 000 miles séparant la côte Pacifique du golfe du Mexique, laisserait transiter illégalement drogues, armes, migrants, et terroristes dans des proportions aussi considérables qu’impossibles à quantifier (Andreas, 2000). Comme en témoignent les derniers prototypes de barrières frontalières exposés à San Diego à l’automne 2017, cette « hyper-frontière » (Romero, 2008) a produit des images d’une très forte puissance symbolique sur les vingt dernières années, représentant un espace « hors de contrôle » incapable de juguler ces nombreuses menaces pour la sécurité intérieure mais constituant, dans le même temps, la clé de l’intégrité de la communauté nationale, protégée par une frontière maîtrisée (Andreas, 2000).

3Pourtant, San Diego n’est pas une ville quelconque du borderlands mexico-américain. Le port d’entrée de San Ysidro, qui connecte le sud de la ville avec Tijuana (Basse-Californie, Mexique), voit chaque jour 25 000 piétons et 50 000 véhicules circuler entre les États-Unis et le Mexique (Lestage, 2015). Il représente ainsi l’aspect visible d’un dynamisme économique transfrontalier sans précédent entre les deux pays. Il témoigne de pratiques quotidiennes de la frontière pour des milliers d’individus, qui vivent dans une agglomération et travaillent dans l’autre, et pour qui la frontière est avant tout un lieu de circulation, de passages et d’interactions (Odgers, 2007). Autour de San Ysidro, et tout au long des quatorze miles de limites communes avec Tijuana, une double barrière – deux barrières séparées d’une dizaine de mètres – et de nombreux agents fédéraux patrouillant la frontière rendent compte d’un dispositif étatique particulièrement élaboré. Mais ces aspects immédiatement visibles que l’on peut associer aux caractéristiques propres à une ville frontalière ne semblaient pas constituer, lors de mon arrivée sur le terrain, des enjeux politiques particuliers ni susciter à première vue de fortes tensions. De plus, avec à peine 30 % de sa population qui serait mexicaine ou d’origine mexicaine, San Diego est très différente des villes frontalières du Sud-Ouest américain, dont la grande majorité des habitants – parfois au-dessus de 80 % – s’auto-identifient comme latinos (Heyman, 2009). Ainsi, que ce soit dans les médias locaux, dans les conversations quotidiennes, dans l’aménagement urbain de la ville, bref dans l’espace public, la frontière occupait une place relativement marginale.

4Ce sont justement ces traits ambivalents, cette première contradiction apparente – celle d’une frontière omniprésente et invisible – qui m’ont amené à interroger la nature de cette entité. Qu’est-ce que cette frontière qui se dérobe au regard, aux premières analyses ? Où se trouve-t-elle ? Comment la saisir ? Ces questions, quelque peu triviales, ont constitué le point de départ d’un travail de recherche en anthropologie politique débuté au printemps 2010 dans le cadre d’une thèse de doctorat (Tocilovac, 2015).

Appréhender la frontière

5C’est par la presse, et la parution d’un article sur un parc transfrontalier, le Friendship Park, dans un des journaux de San Diego publié en langue espagnole, que s’est réalisé mon premier véritable contact avec le terrain. Qualifié de cœur de la frontière par deux activistes interviewés dans l’article, le parc de l’amitié est un parc binational, situé à l’extrême ouest de la frontière mexico-étasunienne. Sa position géographique exceptionnelle – face à l’océan Pacifique – et les multiples usages qui en sont faits font de ce parc une des localités les plus emblématiques de l’espace frontalier. Inauguré il y a près de quarante ans, ce parc circulaire, divisé en deux par la ligne frontalière, avait été pensé comme symbole d’amitié entre les peuples mexicains et nord-américains. Mais en réaction aux flux migratoires illégaux qui traversaient cette zone, notamment à la fin des années quatre-vingt, un premier grillage fut posé en son milieu par les autorités américaines, puis un second en 2008. Alors qu’il était utilisé durant de nombreuses années par des familles mexicaines résidentes à Tijuana et à San Diego pour se retrouver, l’érection de la double barrière a de facto rendu obsolètes les usages qui en sont faits. En quelques années, cet espace ouvert et peu surveillé est devenu l’endroit le plus contrôlé de la frontière entre Tijuana et San Diego et l’un des symboles de la « militarisation de la frontière ». Menacé de fermeture, le Friendship Park a bénéficié pendant les premières semaines de terrain d’une couverture médiatique accentuée, où différents activistes locaux expliquaient les enjeux de sa sauvegarde et leur besoin de soutien de la part de la communauté mexicaine de San Diego. C’est en me rendant à Friendship Park afin d’assister à une « communion binationale » donnée par un pasteur que j’ai pu assister à une mobilisation de grande ampleur organisée par la coalition. Au-delà de la richesse ethnographique de cet événement et de son importance fondamentale dans la lutte pour la sauvegarde de Friendship Park, cette journée fut particulièrement révélatrice du potentiel de mon terrain. En effet, une multitude d’acteurs, autour d’enjeux bien définis, donnaient, par leurs pratiques et leurs interactions avec l’État, une première profondeur à cette frontière. Cette contestation locale de l’infrastructure frontalière cristallisait ainsi une tension relative à son aménagement, à la manière dont elle était pensée et construite par l’État. Cette matérialisation des enjeux, des conflits et des imaginaires que génère la frontière m’a alors permis de considérer une ethnographie de la frontière, non seulement dans son usage quotidien, mais également dans sa dimension exceptionnelle. De plus, elle a également mis en avant des acteurs se situant à l’interface entre l’État et les communautés mexicaines de San Diego. La prise en compte, dans mon enquête, du rôle des acteurs non étatiques s’est, de plus, accompagnée d’une réorientation nécessaire de mon approche du terrain.

6En effet, l’objectif initial de mon travail ethnographique était de rendre compte du dispositif de gestion et de contrôle des flux illégaux à la frontière par une étude des pratiques et des représentations de ses agents. Analyser la manière dont les agents de différents échelons hiérarchiques concevaient la frontière et leur travail, mais aussi les formes de conflits internes ou les éventuelles injonctions contradictoires auxquelles aurait été soumis le personnel de la patrouille des frontières aurait pu constituer un matériel ethnographique de choix. Or, tout au long des trois années de ce travail de terrain, j’ai été confronté à chaque fois à des refus de la part de différents agents ainsi qu’à des manifestations de méfiance et d’incompréhension. Les demandes d’entretiens formels ou informels n’ont débouché que sur des pistes peu exploitables. Bien que ces démarches aient pu apporter quelques éléments intéressants pour comprendre comment l’État gère son rapport à la frontière, elles ont été inévitablement suivies d’un changement dans ma stratégie d’appréhension de la frontière. En suivant les pistes des acteurs non étatiques, j’ai donc orienté mon enquête en cherchant à repérer les points de tension entre les acteurs de l’espace frontalier de San Diego. Pour reprendre la méthodologie développée par George Marcus (1995), j’ai cherché à « suivre la frontière », scrutant les lieux et les moments où elle se donnait à voir. Par conséquent, j’ai « suivi les conflits », c’est-à-dire les expressions de tension entre acteurs étatiques et non étatiques. Enfin, j’ai « suivi les activistes », dont les modalités de mise en avant des tensions, notamment via l’organisation d’événements publics, étaient facilement identifiables.

7Au sein de la coalition Friends of Friendship Park, l’organisation non gouvernementale (ONG) American Friends Service Committee (AFSC), a joué un rôle central dans mon travail de terrain. Le bureau local de cette ONG mène un programme d’appui logistique et économique aux organisations qui luttent pour la défense des droits des immigrés. Dans le cadre de ce programme, AFSC participe à la formation d’un réseau de « comités des droits de l’homme » basés dans les quartiers mexicains de San Diego, intégrés en grande majorité par des Mexicains, indépendamment de leur statut migratoire. AFSC est également très présent dans les médias locaux et engagé dans la dénonciation des différents abus par les agents fédéraux du comté de San Diego. Il forme avec d’autres organisations un réseau chargé de ce qu’il appelle la « documentation d’abus » (documentación de abusos), et qui les amène à filmer et photographier les opérations des agences fédérales dans les communautés latinos. Plus généralement, ils militent contre toutes les formes de discrimination envers les Latinos et sont activement engagés dans le débat pour une réforme migratoire annoncée par l’administration Obama au début de son premier mandat.

  • 1 Customs and Border Protection est une agence fédérale notamment en charge de la surveillance des (...)

8Ma rencontre avec le directeur du bureau local d’AFSC, a contribué à modifier ma perspective sur mon terrain, ainsi que ma conception de la frontière. Selon lui, se mobiliser contre la construction du mur et contre la brutalité des actions des agents fédéraux dans les communautés mexicaines participe d’un seul et même mouvement. Qualifiant l’aire urbaine de San Diego d’espace expérimental où l’État testerait des politiques ayant vocation à exister dans l’ensemble du territoire national, il a souligné, lors de notre premier entretien, la dimension exceptionnelle de l’espace frontalier. AFSC, comme plusieurs autres groupes d’acteurs non étatiques, ne concentrent pas leurs luttes sur le mur, mais sur un ensemble de politiques, émanant d’une même agence fédérale : Customs and Border Protection1 (CBP). Alors que le champ de recherche de mon travail de thèse s’était élargi aux organisations non gouvernementales, j’ai dû opérer également un élargissement de l’espace sur lequel je comptais travailler. Il ne s’agissait plus de la ligne frontalière, mais bien d’un espace frontalier. Ces extensions successives du périmètre de ma recherche seraient finalement, et après quatre séjours sur le terrain, amenées à constituer le cœur de mon travail de recherche.

9Mon travail de terrain auprès des acteurs non étatiques impliqués dans l’espace politique frontalier fut basé, au-delà des séquences d’observation et d’entretien, sur une participation appuyée aux activités de ces derniers. C’est cette participation régulière qui m’a permis d’acquérir une forme de légitimité auprès d’eux, puis qui, de fil en aiguille, m’a ouvert de nouvelles portes d’accès au terrain. L’acquisition de cette légitimité à enquêter s’est faite principalement sur la base de mon engagement dont a découlé une forme de reconnaissance de et par les acteurs enquêtés. Cette « implication directe, à la première personne, de l’enquêteur » (Cefaï, 2010 : 7) est bien sûr inhérente au travail de l’anthropologue. Par l’intermédiaire d’AFSC, j’ai fait la connaissance d’Ángeles del Desierto, une association dédiée principalement au sauvetage des migrants perdus dans le désert de Sonora. À l’est des quatorze miles de double barrière qui séparent les villes de San Diego et de Tijuana, commence une zone désertique utilisée par une grande majorité de migrants et de trafiquants de drogue tentant d’entrer illégalement en Californie. Cette route migratoire, qui implique de marcher jusqu’à cinq jours consécutifs dans des conditions climatiques extrêmes, recèle par ailleurs d’autres dangers. En effet, il n’est pas rare que des groupes entiers de migrants soient abandonnés par leur passeur, ou attaqués par des bandes organisées, souvent mexicaines. Ángeles del Desierto, basée à San Diego, part tous les week-ends dans le désert à la recherche des migrants perdus ou déjà décédés. J’ai très vite été accepté comme volontaire de l’association, et ai participé à ce titre à de nombreuses missions dans le désert. Physiquement éprouvantes et non dénuées de dangers, les recherches étaient menées dans le désert pendant plusieurs jours d’affilée. Ainsi, au-delà de la complicité qu’apportent ces moments passés ensemble, ce sont ces expériences partagées, et notamment les plus éprouvantes d’entre elles, qui m’ont permis de créer un lien fort avec les autres volontaires.

Changements de perspective

10Le travail ethnographique mené à bien à San Diego m’a permis de considérer différemment mon objet de recherche. J’ai ainsi opéré trois principaux changements de perspectives sur la frontière mexico-américaine. D’abord, le morcellement de mon enquête de terrain m’a amené à aborder la frontière en tant qu’entité multidimensionnelle et multifonctionnelle. En effet, si la frontière mexico-américaine m’avait paru initialement linéaire et sans relief, l’enquête ethnographique, et notamment le travail auprès de l’ONG AFSC, a révélé une épaisseur spatiale et temporelle insoupçonnée à cette entité. En tant que construit de l’État, elle est composée d’un ensemble de traits – aménagements, infrastructures, discours, agents, pratiques, politiques –, sert des objectifs stratégiques spécifiques et s’inscrit dans un processus sociohistorique de surenchère politique (Andreas, 2000). La frontière, par son pouvoir symbolique, par sa capacité à créer des catégories d’exclusion mais aussi à exercer un pouvoir sur les corps des individus qui la traversent et qui la vivent au quotidien, produit un contrôle pluriel sur l’illégal. Par la diversité des formes qui la caractérisent – la barrière matérielle, le déploiement d’agents de la patrouille des frontières, les procédures de contrôle fixes et mobiles à l’intérieur de l’espace frontalier –, par sa discontinuité dans l’espace et par sa multilocalisation, la frontière revêt un caractère mobile, réticulaire et omniprésent (Amilhat Szary et Giraut, 2015).

11De plus, mes choix d’enquête, orientés vers les organisations non gouvernementales, m’ont amené à considérer la frontière comme un agencement d’acteurs. Dans le cas du Friendship Park, des ateliers des droits de l’homme ou des sauvetages dans le désert de Sonora, les acteurs non étatiques participent à la construction de la frontière à deux niveaux. D’une part, ils tentent de modifier le dispositif et, d’autre part, ils le complètent. À ce titre, ils participent doublement – indirectement et directement – à l’expérience frontalière. La coalition Friends of Friendship Park tente de créer de nouveaux imaginaires de la frontière par les événements qu’elle organise au parc. Elle dépeint la frontière comme un espace de dialogue et d’interconnaissance, comme un lieu de réunion transnational. Mais la coalition dénonce également par ce biais cet aménagement étatique particulier et souhaite y apporter des modifications. Les nombreuses interactions entre ses membres et les représentants de l’État fédéral, les stratégies déployées, les négociations entreprises vont dans ce sens. AFSC, dans ces ateliers des droits de l’homme, participe également du même mouvement. Ils y apportent des outils en vue de contrebalancer des effets du dispositif, dont le contrôle de certaines catégories de population ou encore la distinction de groupes d’indésirables. Ces pratiques d’empowerment, qui s’inscrivent dans une tradition d’organisation communautaire spécifique, sont complétées par de nombreuses réunions entre les membres de l’ONG et les autorités locales et fédérales au cours desquelles sont discutés des cas particuliers ou au contraire des politiques plus générales. Enfin, Ángeles del Desierto tente de contrebalancer les pouvoirs du dispositif frontalier sur les corps des migrants qui tentent de se rendre aux États-Unis au risque de leur vie. Bien que leur participation à la modification des politiques frontalières soit marginale, ils interviennent directement sur l’expérience migratoire, en sauvant des individus en détresse, ou en retrouvant leurs cadavres. Ángeles del Desierto complète alors ce dispositif étatique à ses marges, produisant un nouvel équilibre entre des acteurs qui cogèrent de fait les conséquences des dangers de la traversée illégale de la frontière. Mes représentations initiales, celles d’une frontière comme construit exclusif de l’État fédéral, s’en sont retrouvées transformées, et m’ont amené à la considérer comme une entité en cogestion entre acteurs étatiques et non étatiques.

12Enfin, l’orientation de mon travail de terrain vers les organisations non étatiques m’a amené dans un premier temps à donner peut-être trop d’importance aux discours qu’ils produisaient sur les actions. C’est-à-dire que je n’ai pas réalisé une mise à distance nécessaire entre ce qu’ils faisaient, et ce qu’ils disaient faire. Qu’il s’agisse de la coalition Friends of Friendship Park, de l’ONG American Friends Service Committee, ou de l’organisation Ángeles del Desierto, les acteurs non étatiques mettent en avant systématiquement leurs actions en vue de changer des aspects concrets de la frontière mexico-américaine. Mais le Friendship Park, malgré de longues négociations impliquant une myriade d’acteurs, dont des hauts responsables de Customs and Border Protection, n’a pas vu sa structure changer en profondeur. Sa transformation principale – du simple grillage à la double barrière – n’a jamais été véritablement menacée et seules quelques modifications à la marge ont été obtenues après les nombreuses interventions de la coalition. La stratégie d’AFSC dans les communautés latinos de San Diego ne semble pas non plus avoir drastiquement modifié les pratiques des autorités fédérales. Bien que ses agents soient peut-être plus précautionneux lorsqu’ils se savent filmés ou observés par des individus revendiquant leur statut d’« observateur des droits de l’homme », les rafles et checkpoints opérés par la patrouille des frontières persistent, et les pratiques des agents fédéraux – ainsi que les abus dénoncés par les activistes – se répètent. Enfin, malgré les différentes stratégies employées par Rafael Hernández, la gestion par l’État de la mort des migrants dans les zones montagneuses et désertiques de Californie et d’Arizona est restée, par rapport aux autres missions de l’agence, à la fois peu prioritaire et moins organisée.

13L’analyse de mon corpus et la prise de recul sur mon terrain m’ont permis d’opérer un changement de regard sur les activistes. Plus que sur leurs actions concrètes à la frontière, leur poids politique repose sur les liens qu’ils entretiennent avec un certain public, qu’il s’agisse d’une audience assez large et hétérogène ou d’ensembles plus spécifiques d’individus, comme les communautés latinos de San Diego. Pour la coalition Friends of Friendship Park, Ángeles del Desierto ou AFSC, les médias sont utilisés comme des moyens de pression politique en vue d’exercer un rapport de force avec les autorités fédérales. Pour les premiers, c’est à travers l’organisation d’événements rapportés par les médias et qui mettent en scène la barrière frontalière et le parc binational qu’ils exposent publiquement la construction symbolique d’une frontière alternative, qu’ils peuvent amener un public plus important à s’intéresser voire à fréquenter cet espace, et qu’ils permettent également à leur cause d’occuper le terrain médiatique en vue d’accumuler un capital politique. Dans le cas de Ángeles del Desierto, les médias sont plutôt utilisés comme des moyens de défense contre de potentiels conflits avec la patrouille des frontières. Lorsque des corps d’individus sont retrouvés, le coût politique pour l’organisation de sauvetage peut être contrebalancé par leur exposition médiatique : présentés comme des « héros » dans les articles de presse et les journaux télévisés, il est difficile pour l’agence fédérale – prise en défaut – de prendre des mesures contre Ángeles del Desierto. Les médias sont également utilisés par l’organisation comme des moyens d’attirer de nouveaux volontaires, de recevoir plus de financements ainsi que de faire connaître leurs services pour que davantage de familles mexicaines dont les proches seraient portés disparus fassent appel à eux. Pour Friends of Friendship Park comme pour Ángeles del Desierto, occuper l’espace médiatique s’inscrit dans une stratégie générale de captation de ressources – financières, politiques, humaines – à même d’être utilisées pour faire avancer leurs actions et leurs revendications. Ainsi, et c’est l’un des résultats principaux de ce travail de recherche, les organisations non étatiques, en investissant l’espace médiatique, participent à la fabrication d’images mentales de la frontière contre-hégémoniques. Qu’ils le fassent de manière directe ou indirecte, les activistes rendent visibles certains aspects de la frontière, en cachent d’autres, et concurrencent ainsi l’État non pas dans la gestion de la frontière, mais plutôt dans la production d’images de la frontière.

Conclusion

14La frontière mexico-américaine dégage une impression de puissance et de clarté. Ses aménagements la rendent visuellement impressionnante, les narratives qu’elle produit renvoient à sa force et à son immuabilité. Elle génère également une image de rigidité et de fixité, d’immobilité et de linéarité. C’est en partant de ces attributs, imaginaires et imaginés, que j’ai entrepris ce travail de recherche. Je me suis proposé à l’origine d’essayer de comprendre les dynamiques politiques que produisait la frontière, c’est-à-dire de travailler sur l’impact qu’une telle entité pouvait avoir sur un espace politique donné. L’enquête de terrain, l’analyse de mon corpus et les réflexions anthropologiques menées dans le cadre de cette recherche m’ont amené à reconsidérer mon objet d’étude. Ce n’est plus tant la frontière dans ses effets que j’ai appréhendée, mais la manière dont elle était fabriquée. Au fil de cette recherche, la frontière m’est apparue en effet plus complexe, diffuse, mobile, dynamique, changeante, et plurielle. La prise en compte d’une multiplicité d’acteurs qui construisent la frontière m’a ainsi amené à interroger la façon dont des acteurs non étatiques participaient à cette fabrique politique de la frontière, à travers leurs actions, leurs interactions avec des représentants de l’État fédéral et avec celles et ceux qui vivent cette frontière au quotidien. Autrement dit, j’ai tenté de comprendre la frontière en faisant une cartographie des enjeux, des acteurs, des images et des espaces frontaliers, tout en travaillant sur les pratiques, les politiques et les interactions qui la modèlent.

15C’est finalement dans cette ambivalence perçue initialement que se trouve peut-être l’un des nœuds de cette enquête ethnographique. L’impression d’une frontière à la fois présente et absente, rendue à la fois très visible et invisible, peut s’expliquer par la coexistence d’images contradictoires, hégémoniques et contre-hégémoniques, produite par une multitude d’acteurs sociaux, dont l’étude exhaustive aurait largement dépassé le cadre de cette recherche. Parce que la production et la gestion de l’image sont au centre de l’action des membres d’ONG, mais aussi des agents de l’État, la frontière semble être construite avant tout comme un espace spectaculaire, ou s’affrontent différentes conceptions des politiques frontalières. Autrement dit, la logique spectaculaire structure, détermine, modèle la fabrique politique de la frontière pour celles et ceux qui la font ou qui la contestent, dans ses modalités visibles et invisibles.

Inicio de página

Bibliografía

Amilhat Szary, Anne Laure, et Giraut, Frédéric (dir.), 2015, Borderities and the Politics of Contemporary Mobile Borders. Londres / New York, Palgrave Macmillan.

Andreas, Peter, 2000, Border Games: Policing the US-Mexico Divide, Ithaca / Londres, Cornell University Press.

Cefaï, Daniel (dir.), 2010. L’Engagement ethnographique, Paris, Éd. de l’EHESS.

Heyman, Josiah McConnell, 2009, « Risque et confiance dans le contrôle des frontières américaines », Politix, (3), p. 21-46.

Le Texier, Emmanuelle, 2011, « Mexique/États-Unis : de la frontière intelligente au mur intérieur », Politique étrangère (4), p. 757-766.

Lestage, Françoise, 2015, « Des frontières démultipliées ou consolidées ? Transferts des migrants défunts et réappropriations post-mortem au Mexique », in Chavarochette, Carine, Demanget, Magali et Givre, Olivier (dir.), Faire frontière(s). Raisons politiques et usages symboliques, Paris, Karthala.

Marcus, George E., 1995, « Ethnography in/of the World System: The Emergence of Multi-sited Ethnography », Annual Review of Anthropology, 24, p. 95-117.

Odgers, Olga, 2007, « Dix années à franchir les frontières. La région Tijuana-San Diego vue en perspective », Hommes et migrations, 1270, p. 114-122.

Romero, Fernando, 2008, Hyperborder: the Contemporary US-Mexico Border and it’s Future. New York, Princeton Architectural Press.

Tocilovac, Marko, 2015, La Fabrique politique de la frontière mexico-américaine : État, ONG et expériences frontalières à San Diego (Californie, États-Unis), Thèse de doctorat, sous la direction de Giorgio Blundo, Paris, École des Hautes Etudes en Sciences Sociales.

Inicio de página

Notas

1 Customs and Border Protection est une agence fédérale notamment en charge de la surveillance des frontières. Elle fait partie du Department of Homeland Security (département de la sécurité intérieure, DHS) et intègre la patrouille des frontières.

Inicio de página

Para citar este artículo

Referencia en papel

Marko Tocilovac, « Enquêter sur la frontière mexico-américaine. Ambivalence d’un objet, stratégies de terrain »América, 53 | -1, 97-104.

Referencia electrónica

Marko Tocilovac, « Enquêter sur la frontière mexico-américaine. Ambivalence d’un objet, stratégies de terrain »América [En línea], 53 | 2019, Publicado el 30 octubre 2019, consultado el 21 septiembre 2020. URL: http://journals.openedition.org/america/3102 ; DOI : https://doi.org/10.4000/america.3102

Inicio de página

Autor

Marko Tocilovac

Université Sorbonne Nouvelle, Paris 3

Inicio de página

Derechos de autor

Tous droits réservés

Inicio de página
  • Logo Presse Sorbonne Nouvelle
  • OpenEdition Journals
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search