Navigation – Plan du site
Compte-rendus

María Julia Rossi y Lucía Campanella (eds.) : Los de abajo. Tres siglos de sirvientes en el arte y la literatura en América Latina

Joël Delhom
Référence(s) :

María Julia Rossi, Lucía Campanella (eds.) : Los de abajo. Tres siglos de sirvientes en el arte y la literatura en América Latina. Rosario : Editorial de la Universidad de Rosario, 2018, 245 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif réunit dix études, trois sur le XIXe s., trois autres sur le XXe et quatre sur le XXIe s., ainsi que deux contributions placées dans un épilogue. Les deux coordinatrices ont en commun d’avoir soutenu récemment une thèse de doctorat sur les représentations des domestiques dans la littérature. Le thème n’est pas nouveau mais reste d’autant plus intéressant que nos économies se terciarisent et mettent de plus en plus l’accent sur le care, le soin et le service à la personne. Comme le montre Geneviève Fraisse à la fin du livre, les questionnements classiques doivent être revus et complexifiés dans un nouveau contexte. Nombre de pays riches ont une population vieillissante et font appel à de la main d’œuvre féminine peu qualifiée et sous-payée, souvent d’origine étrangère. Il y a donc toujours des enjeux en termes d’inégalités économiques et de dominations symboliques, mais aussi d’intimité et de distance imposées. Des cas extrêmes d’esclavage domestique ont d’ailleurs été signalés en France ces dernières années. Dans l’aire latino-américaine, s’ajoute aux traditions historiques partagées avec l’Europe un passé colonial esclavagiste. C’est surtout aux violences symboliques (de genre, de classe, de race) subies par les servantes, aux questions d’altérité et d’identité que s’intéresse ce livre. C’est aussi à une situation paradoxale : si on part du principe qu’un bon domestique est une personne invisible, imperceptible, ses représentations artistiques ne sont-elles pas transgressives ? Quelle est leur signification esthétique et politique ?

2Dans cet ouvrage, Betina González s’intéresse aux Causeries del jueves de Lucio V. Mansilla ; Laura Malosetti analyse la portée du tableau Le Lever de la bonne d’Eduardo Sívori ; et Sônia Roncador aborde l’œuvre du Brésilien João do Rio (Paulo Barreto). Pour le XXe s., Karina Vázquez étudie le cinéma de Manuel Romero sous l’angle du vêtement et des corps au travail ; Adriana Mancini réfléchit sur les relations entre Silvina et Victoria Ocampo médiatisées par leur servante Estefanía et fait le lien avec la traduction argentine des Bonnes de J. Genet ; enfin, María Julia Rossi compare les personnages de domestiques imaginés par Tania Kaufmann et Clarice Lispector. La dernière partie réunit les contributions de Martín Kohan sur le roman Rabia de Sergio Bizzio ; de Victoria Sacco et Verónica Panella sur l’œuvre photographique 97 empleadas domésticas de Daniela Ortíz ; de Julia Kratje sur le film Réimon de Rodrigo Moreno ; et de Lucía Campanella, qui met en lumière les liens entre artistes et servantes dans une série de représentations littéraires, picturales et dans des performances récentes.

3Les deux textes de l’épilogue ont une portée plus générale dans une perspective juridico-politique et philosophique. Romina Lerussi décortique les textes de la législation argentine encadrant le travail domestique. Une traduction du prologue écrit en 2009 par Geneviève Fraisse à l’occasion de la réédition de son livre Femmes toutes mains referme ce très bel ouvrage collectif, riche en suggestions critiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Joël Delhom, « María Julia Rossi y Lucía Campanella (eds.) : Los de abajo. Tres siglos de sirvientes en el arte y la literatura en América Latina »Amerika [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 18 février 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/amerika/11042

Haut de page

Auteur

Joël Delhom

Université de Bretagne Sud

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • OpenEdition Journals