Navigation – Plan du site
Compte-rendus

(Collectif), Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet

Yves Laberge
Référence(s) :

(Collectif), Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet.

Paris, Réunion des musées nationaux, Grand Palais et Musée de l'Orangerie, 2018, 206 p.

ISBN 978-2-7118-7112-4

Texte intégral

  • 1 Aurisch, Helga Kessler, et Tanya Paul (dirs.), Monet and the Seine: Impressions of a River. Houston (...)
  • 2 Pensons au livre magnifique de Philippe de Montebello, Daniel Wildenstein, Charles S. Moffett et al (...)
  • 3 On se référera au magnifique collectif d’Alarcó, Paloma (et al.), Monet et l'abstraction. Monet and (...)

1Grand voyageur à travers l’Europe, Claude Monet (1840-1926) ne s’est jamais rendu sur le continent américain; néanmoins, plusieurs de ses plus belles toiles ont été acquises par des collectionneurs d’outre-Atlantique et se sont retrouvées dans des musées aux États-Unis1. Par ailleurs, plusieurs ouvrages lui étant consacrés ont été traduits en anglais et sont parus aux États-Unis (2)2. Mais ce que l’on sait moins, c’est l’influence directe que ses œuvres auraient eue sur de nombreux peintres américains du milieu du 20e siècle, bien que le terme d’«influence» devrait être nuancé et pourrait être reconsidéré, car bien des artistes américains proches de l’expressionnisme abstrait ne connaissaient pas les dernières œuvres de Monet, pourtant contemporaines des leurs. Rétrospectivement et de manière générale, Monet pourrait être considéré comme un précurseur du mouvement connu sous le nom d'abstraction américaine. Une exposition comparative entre les deux continents a réuni des œuvres du dernier Monet (c’est-à-dire de ses œuvres d’après 1900) et celles des peintres abstraits de la génération d’artistes américains ayant suivi le peintre des Nymphéas. Le présent catalogue, intitulé Nymphéas: l'abstraction américaine et le dernier Monet, accompagna l’exposition tenue du 13 avril au 20 août 2018 au Musée de l'Orangerie, à Paris. L’ouvrage comprend dix chapitres dont une précieuse chronologie («1862-1944 – Monet et les Nymphéas »), établie par Sylphide de Daranyi (pp. 42-54). La très utile chronologie reprend des éléments biographiques et des extraits de critiques de l’époque montrant l’accueil souvent mitigé de la production de celui qui fut à la fois le premier et le dernier des Impressionnistes; on peut également suivre les moments où le peintre s’est fait opérer les yeux pour sa cataracte, ce qui a affecté sa perception des couleurs, notamment du rouge, à la fin de sa vie (p. 50). Cet intérêt pour la part d'abstraction dans les toiles de Monet n’est pas nouveau; certaines expositions et quelques livres avaient particulièrement mis en évidence ces dimensions dans des œuvres considérées comme figuratives3.

2Le chapitre d’ouverture (intitulé « J’ai bien un rêve… » Les Nymphéas, paysages d’eau) de Cécile Debray cite le nombre considérable de tableaux pour lesquelles Monet a choisi comme modèle son jardin de Giverny entre 1900 et 1926: plus de « 300 toiles, soit les trois quarts de sa production » durant le premier quart du 20e siècle (p. 14). Cette prédilection explique le grand nombre d’œuvres intitulées simplement « Nymphéas » dans les catalogues consacrés au maître de l’Impressionnisme.

3Ce qui fait l’originalité de Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet, ce sont les textes qui rappellent ce que l’on pourrait appeler « la traversée du tunnel » durant les décennies suivant la disparition de Monet ou du moins, sa relégation comme un artiste du passé; peu de critiques avaient repéré la part de modernité et les zones d’abstraction se trouvant dans ses toiles du début du 20e siècle, notamment dans la séries des Nymphéas. En ce sens, le chapitre « Modernisme et nénuphars: remarques sur la réception critique américaine des Nymphéas de Monet » de Jean-Pierre Criqui contient les apports les plus utiles. Historiquement, les derniers chapitres de Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet permettent de comprendre à quel point Monet avait été incompris, négligé, voire oublié par quelques critiques et historiens de l’art dont certains célébraient simultanément « l’originalité » des artistes abstraits de la nouvelle scène newyorkaise durant les années 1950. Est-ce de l’ignorance ou du chauvinisme de la part de ces critiques américains, ou un mélange des deux? Cette citation révélatrice de Thomas B. Hess — faite en 1956 — montre éloquemment sinon l’ignorance, du moins la condescendance, l’attachement aux modes du moment et le peu de considération d’une certaine critique américaine envers un artiste que l’on jugeait alors démodé et rattaché au passé: « Il faut reconnaître à la peinture abstraite moderne d’avoir redécouvert ce vieux maître qui demeure résolument d’avant-garde » (p. 150). Cette citation ambiguë, judicieusement placée en 4e de couverture, était à la fois un hommage et un désaveu.

4Du point de vue visuel, ce Nymphéas: L'abstraction américaine et le dernier Monet est impeccable: grandes reproductions qui tirent profit du grand format du livre, légendes précises pour chaque reproduction, choix d’œuvres diversifié et complétant admirablement l’argumentation du texte. Environ la moitié des reproductions choisies présentent des tableaux méconnus de Monet, pour la plupart de la série des Nymphéas; l’autre moitié regroupe des œuvres abstraites d’artistes nord-américains comme Joan Mitchell, Sam Francis, les Canadiens Philip Guston et Jean-Paul Riopelle. Cependant, les illustrations ne sont pas placées arbitrairement; celles-ci contribuent intelligemment à compléter l’argumentation développée dans les différents textes.

5Sur le plan théorique, le livre Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet permet d’illustrer cette approche transdisciplinaire que l’on nomme dans les universités anglo-saxonnes « Études atlantiques » (« Atlantic Studies ») et qui veulent appréhender au-delà des cadres disciplinaires les réseaux d’influences et de transferts culturels entre des individus et des institutions des deux côtés de l’Atlantique. Mais au-delà des prolongements théoriques et de l’histoire de l’Art, ce livre étoffé et rigoureux sera aussi un véritable plaisir pour les yeux.

Haut de page

Notes

1 Aurisch, Helga Kessler, et Tanya Paul (dirs.), Monet and the Seine: Impressions of a River. Houston, Philbrook Museum of Art, Yale University Press et The Museum of Fine Arts of Houston, 2014.

2 Pensons au livre magnifique de Philippe de Montebello, Daniel Wildenstein, Charles S. Moffett et al., Monet's Years at Giverny: Beyond Impressionism (New York, Metropolitan Museum of Art, 2012 [1978], qui est la traduction anglaise d’un livre paru à Paris aux Éditons Herscher), ou encore au collectif réunissant Marina Ferretti Bocquillon, Françoise Heilbrun et Gabrielle van Zuylen, Monet's Garden in Giverny: Inventing the Landscape, Giverny et Milan, Musée des impressionnismes et Éditions 5 Continents, 2009.

3 On se référera au magnifique collectif d’Alarcó, Paloma (et al.), Monet et l'abstraction. Monet and Abstraction. Paris: Éditions Hazan et Musée Marmottan Monet, 2010. Voir aussi : (Collectif, incluant Ernst Beyeler, Markus Brüderlin, Philippe Büttner), Claude Monet… jusqu’à l’impressionnisme numérique (exposition, Riehen-Bâle, 28 mars-4 août 2002), Munich et Riehen-Bâle, Prestel et Fondation Beyeler, 2002.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « (Collectif), Nymphéas. L'abstraction américaine et le dernier Monet »Amerika [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 18 février 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/amerika/11096

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • OpenEdition Journals