Navigation – Plan du site
Compte-rendus

Laurent Turcot, Montréal 360. L'histoire vue du ciel - History from above

Yves Laberge
Référence(s) :

Laurent Turcot, Montréal 360. L'histoire vue du ciel - History from above, Montréal, Éditions Cardinal et Archives Montréal, 2019, 187 p.

Texte intégral

1Historien, le professeur Laurent Turcot (de l’Université du Québec à Trois-Rivières — UQTR) a voulu présenter la ville de Montréal selon ses quartiers et ses lieux de mémoire en misant sur les espaces et l’altitude, avec une prédilection pour les gratte-ciels emblématiques comme la Place Ville-Marie (pp. 10, 97, 160-161) et d’autres beaucoup moins connus, comme la Tour McGill (p. 32). Ouvrage illustré et bilingue, Montréal 360. L'histoire vue du ciel - History from above montre principalement l’histoire de Montréal et de ses environs : le Mont-Royal — considéré comme le véritable centre géographique de toute la ville —, mais aussi des secteurs ou d’anciennes municipalités comme Verdun (p. 148), Outremont, le « Mille carré doré » (p. 166), le Quartier chinois (pp. 150-153) ou encore la Voie maritime du Saint-Laurent lors de son inauguration, en 1959 (p. 123). Il ne s’agit pas d’un guide touristique — les adresses ou les noms de rue des endroits décrits ne sont même pas indiqués — ni d’un livre d’histoire proprement dit, mais plutôt d’un survol, d’un aperçu historique de l’ancienne métropole du Canada, qui fut progressivement détrônée par Toronto durant les années 1960. La plupart des lieux décrits dans ces pages sont visibles du ciel, ou du haut du Mont-Royal.

2Le lecteur européen sera sans doute intéressé par certaines des particularités de cette métropole que l’auteur met diversement en évidence : sa ville souterraine, évidemment, mais aussi son multiculturalisme (pp. 102, 126, 168), ses traditions alimentaires comme la cuisine de rue (avec ces casse-croûte ambulants autrefois appelés « food trucks », p. 108) et ses terrasses d’été, devenues populaires durant l’année de l’Exposition universelle de 1967 (p. 110). Plusieurs pages évoquent cet événement international qui a fait connaître le Canada au monde et qui a accueilli des millions de visiteurs à l’occasion du centenaire de la Confédération canadienne (pp. 88-93). Ce site de l’Exposition Terre des Hommes a connu différents aménagements en l’espace de seulement quelques décennies, comme on peut le voir dans le présent ouvrage (pp. 88-93; 138-139).

3Visuellement, l’ouvrage du professeur Laurent Turcot contient beaucoup de photographies anciennes judicieusement choisies — quelquefois des photographies aériennes — datant de la fin du 19e siècle jusqu’à tout récemment. Certaines de ces images rares font revivre des lieux disparus ou métamorphosés, comme cet ancien aménagement naturel de l’Île Sainte-Hélène en 1962, bien avant son agrandissement en vue de l’Expo 67, qui l’a depuis reliée à l’Île ronde, devenue La Ronde, juste en-dessous du Pont Jacques-Cartier (p. 88). Une autre photographie (trop petite) date de l’inondation de 1886 et montre la rue Saint-Antoine inondée et des passants en embarcations (p. 125). Ce sont des moments significatifs et relativement peu documentés de l’histoire montréalaise.

4En somme, Montréal 360 : L'histoire vue du ciel - History from above n’épuise pas son sujet, si vaste et si riche, mais il demeure un document valable qui exploite une partie mal connue des trésors des Archives municipales de Montréal. Étonnamment, l’auteur réussit à accorder autant d’importance à la communauté anglophone qu’à la population francophone, pourtant majoritaire. Les commentaires concis du professeur Turcot apportent des éléments pertinents; mais on lui reprocherait le manque de sources ou de références bibliographiques précises pour les affirmations avancées tout au long du livre, qui ne contient d’ailleurs pas de liste des ouvrages consultés. Compte tenu de l’abondance de traits à présenter, les productions culturelles du Montréal francophone sont à peine évoquées, et on ne présente ni la littérature ni la musique du Québec, pourtant si emblématiques — sauf pour rendre hommage au grand écrivain-chanteur Léonard Cohen (1934-2016), natif du quartier Westmount (pp. 60-61). D’ailleurs, le paragraphe choisi en guise de présentation, tiré du roman Les Perdants magnifiques de Léonard Cohen, est — peut-être malgré lui — assez symptomatique des repères culturels des Canadiens de langue anglaise, même de ceux originaires de la région montréalaise: il contient quatre références à la culture des États-Unis en seulement dix lignes (p. 60). Pour conclure, Montréal 360 : L'histoire vue du ciel - History from above intéressera l’étudiant en Études canadiennes comme l’amateur de photographies anciennes; mais l’historien féru risque pour sa part de rester sur sa faim. En revanche, l’édition est soignée, voire luxueuse : illustrations abondantes, papier de qualité, couverture rigide.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Laurent Turcot, Montréal 360. L'histoire vue du ciel - History from above »Amerika [En ligne], 19 | 2019, mis en ligne le 18 février 2020, consulté le 10 juillet 2020. URL : http://journals.openedition.org/amerika/11262

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • OpenEdition Journals