Navigation – Plan du site

AccueilNuméros20Dossier Thématique Amérique CentraleTerritoires et déplacements : La ...Les figures du migrant centraméri...

Dossier Thématique Amérique Centrale
Territoires et déplacements : La migration centraméricaine

Les figures du migrant centraméricain irrégulier en transit au Mexique

Claudia Robles Moreno

Résumés

Cet article prend appui sur des récits des migrants centraméricains en transit au Mexique. Alors que leur traversée porte les marques d’une forte autonomie et d’agentivité, leur place dans la société mexicaine témoigne de l’articulation de rapports multiples de domination. Partant de cette constatation, l’analyse souligne les tensions entre interprétations sociologiques du migrant -tantôt agent, tantôt acteur- et soutien que cette polarisation n’est pas appropriée pour comprendre la migration de transit au Mexique. L’article discute ensuite la possibilité de concilier ces deux visions ou figures sociologiques du migrant. Pour cela, il s’appuie sur des données qualitatives qui montrent la mobilisation de la religion, la famille et le travail. Ces trois ancrages axiologiques permettent de mieux comprendre les trajectoires du migrant-acteur (effort personnel, relations interpersonnelles, résistance physique et mentale) et les vulnérabilités du migrant-victime (discrimination, irrégularité, violence, domination).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Introduction

  • 1 Des conflits armés internes entre les gouvernements et groups de guérilla qui ont fini en 1992, (...)

1Au Mexique, il existe divers courants migratoires en lien avec les États-Unis : l’émigration, l’immigration et la migration de retour (Durand, 2012). Dans cet article, nous nous concentrons sur le corridor migratoire formé avec l’Amérique centrale. Avec cette région, le Mexique joue le rôle de pays de transit, une porte poreuse par laquelle des migrants irréguliers du monde entier se dirigent vers les États- Unis (Feldmann & Durand, 2008 ; Simon, 2008). Trois pays reçoivent environ 90% de toutes les expulsions réalisées depuis le Mexique : le Guatemala, le Salvador et le Honduras (UPM, 2019). Les guerres civiles guatémaltèque et salvadorienne1 se situent comme les premiers événements motivant l’émigration massive vers le Mexique et les États Unis. Ce groupe d’origine sociale populaire établit les premiers réseaux pour la migration entre l’Amérique centrale et les États-Unis (Andrade Eekhoff & Silva Avalos, 2003 ; Simon, 2015). À la fin des guerres en 1990 et avec la mise en place des politiques de restructuration économique néolibérale, le chômage, la gestion des catastrophes naturelles, la violence et l’insécurité sociale deviennent d’autres problèmes qui justifient l’émigration (Aragón, 2014 ; Brigden, 2016 ; López Recinos, 2013 ; Rodríguez, et al., 2014).

  • 2 Dont 750 000 Salvadoriens, 440 000 Honduriens et 620 000 Guatémaltèques (U.S. DHS, 2018).

2En 2015, il y avait 11 960 000 immigrants irréguliers aux États-Unis dont 1 810 000 centraméricains2. La plupart d’entre eux utilise le territoire mexicain pour arriver aux États-Unis, leur nombre est difficile à connaitre à cause de la clandestinité, mais il est estimé que la moyenne annuelle du flux est de 230 000 migrants centraméricains depuis les années 1990. Trois pics sont recensés en 1999, 2005 et 2014. Le maximum est atteint en 2005 avec 418 000 migrants et le minimum en 2011, avec 126 000 . En 2018, selon REDODEM, au Mexique, sur 100 migrants accueillis dans les centres d’hébergement, 24 sont des femmes. Le flux migratoire centraméricain est à prédominance masculine dans environ 76 ,2%, dans notre enquête cette prédominance se maintient en 69%.

3Un des enjeux de la migration en transit pour les sciences sociales et la sociologie des migrations en particulier, consiste dans la possibilité de dépasser la polarisation interprétative de la figure sociologique du migrant. Celle-ci se compose, d’une part, par l’« héroïsation » du migrant, mettant en avant son agentivité et sa capacité stratégique pour réussir le passage vers les États-Unis (Brigden & Vogt, 2015) ; elle se compose, d’autre part, par la « victimisation » du migrant irrégulier en transit  et sa vulnérabilité face aux rapports de domination pendant la traversée du Mexique (Izcara Palacios, 2016; CNDH, 2011; REDODEM, 2016). Dans l’effort de rendre compte des trajectoires migratoires, la littérature spécialisée semble partagée entre différentes manières de saisir le migrant que l’on peut associer aux figures sociologiques de l’agent et de l’acteur. La figure du migrant-agent en transit renvoie à la caractérisation du migrant passif, vu comme un être vulnérable dont l’existence est niée car « irrégulière » et de passage ; cela le situe dans la marginalité sociale et une situation de domination qui revêt les formes de la discrimination, l’exploitation et/ou la violence. La figure du migrant-acteur souligne, au contraire, sa capacité stratégique qui s’exprime dans les relations interpersonnelles (action collective et des solidarités de la route), d’effort personnel (compétences et un haut niveau de résistance corporelle et mentale) mis en œuvre pour réussir la route vers le rêve américain.

4Ce double schéma interprétatif témoigne d’une tension profonde à laquelle les migrants en transit sont confrontés. Nous sommes convaincus que les voir exclusivement à travers un prisme ou l’autre c’est n’apercevoir qu’une partie de ce phénomène complexe. Le migrant-agent nous conduit vers une interprétation selon laquelle le comportement du migrant est conditionné par les déterminismes basés sur sa condition d’étranger irrégulier, voire illégal, criminel, ou victime, dans un système caractérisé par la domination qui suppose la production et la reproduction d’inégalités. Le migrant en transit est censé subir sa position et il ne peut rien pour l’éviter. À travers ce prisme, l’analyse porte sur la façon dont le collectif s’inscrit dans l’individu, dans ses façons de faire et de penser (Bourdieu, Chamboredon, et Passeron, 1968 ; Dubar, 2007 ; Mesure, 2010).

5Mais cette interprétation nous limite dans l’observation de l’autonomie du migrant, autonomie constatée et souvent valorisée dans les stratégies des migrants qui réussissent un passage « sans souffrances ». C’est le cas de Gustavo, hondurien de 33 ans, qui nous explique en ces termes son passage au Mexique : « C’est mensonger te dire que ça se passe mal, par exemple je suis arrivé ici et avec mes qualités je ne peux pas te dire que je vais mal, non. Je veux dire, ce n’est pas comme chez moi, je voudrais être avec ma famille, mais je n’ai pas souffert ici comme les autres ».

6Le migrant-acteur nous conduit vers une interprétation de celui-ci comme sujet créatif et acteur de sa propre vie qui, à travers son action et connaissances, peut maximiser ses intérêts individuels et exercer un contrôle sur son destin (Burawoy, 2013 ; Bucci, 2017 ; Izcara Palacios, 2016). La construction de cette figure se fait toutefois d’avantage au niveau microsociologique. Elle souligne la liberté de l’acteur face au système et tient moins compte des contraintes extrêmes et exclusions qui existent au Mexique pour les migrants irréguliers en transit. Ces contraintes s’observent dans les limites de l’action et du choix des migrants qui ne connaissent ni ne contrôlent les dangers de la route auxquels ils sont exposés par leur condition d’irrégularité administrative, leur condition d’étranger et leur condition de « passage ». Ces limites affectent leur capacité à contrôler le voyage, mais aussi à rester en vie, comme le démontrent les chiffres des disparus : 228 entre 2014 et 2017, dont 60% (72) de Guatémaltèques, 42 Honduriens et 24 Salvadoriens (Villa y Caña, 2018), 834 migrants morts et 19 migrants disparus entre 2014 et 2019, selon ceux du programme Missing Migrants (OIM, 2019). Si les travaux antérieurs nous sont apparus polarisés entre ces deux conceptions extrêmes de la migration, dans notre recherche nous proposons, au contraire, de tenter de concilier ces deux faces, à savoir le migrant temporaire comme exposé aux dangers de la route et des rapports de violence et de domination, et le migrant comme sujet, voire entrepreneur stratégique de lui-même et de sa migration.

  • 3 Processus de fabrication de l’individu .

7Prenant acte de ces deux visages de la migration, Sylvie Mazzella (2016) invite à trouver une articulation qui permet de comprendre ce phénomène de façon intégrale ; en soulignant à la fois la façon dont les déterminismes sociaux s’inscrivent dans les existences individuelles et ce que ces dernières ont pour y faire face. Dans ce sens, cet article cherche à comprendre comment le migrant articule et actualise ces deux figures de la migration en tension. La proposition de Mazzella nous oriente vers une sociologie de l’individu. L’individu par excellence est celui qui est appelé à être libre et indépendant, responsable de ses actes et maître de ses choix. En occident, l’individualisme est soutenu par des interventions d’État qui se font dans le cadre d’une modernité appelée tardive (Castel, 2011). Dans les pays où cette garantie institutionnelle n’existe pas, cependant, comme c’est le cas des pays de l’Amérique latine, ce prisme permet d’explorer d’autres chemins de l’individuation3. En ce sens, l’étude réalisée au Chili par Katya Araujo et Danilo Martuccelli (2013) révèle les manières dont les processus d’individualisation s’y déroulent en l’absence de supports institutionnels. Un exemple de l’application de cette approche dans l’étude de la migration de transit est le travail d’Alioua Mehdi (2011). En se concentrant sur l’action collective des migrants subsahariens, Mehdi montre son rôle pour réussir des projets individuels à l’heure de la migration.

8Sur la base de ces prémisses, nous proposons d’identifier en particulier les moments où les expériences migratoires sont affectées par les conditions d’irrégularité et d’étrangéité qui sont les grands déterminants du « passage », ainsi que les ressources mobilisées pour y faire face. À partir d’une quarantaine d’entretiens sociologiques réalisés avec des migrants centraméricains irréguliers en transit au Mexique dans le cadre d’un volontariat à la ville de Monterrey, nous nous pencherons sur les éléments qui permettent au migrant de se construire en tant que sujet face à l’expérience migratoire.

9Dans une première partie, nous allons montrer les contraintes auxquels les migrants font face tout au long de la route et la manière dont celles-ci portent atteinte à leur vie dans un contexte d’incertitude violente. Dans un deuxième moment, nous soulignons trois éléments d’ancrage qui permettent aux migrants d’y faire face. La religion, la famille et le travail, en particulier, fonctionnent comme des amortisseurs : aides ou supports que les individus mobilisent face aux épreuves et qui singularisent les effets des structures sociales sur leurs actions .

Migration de transit au Mexique : domination et liberté des migrants centraméricains

10Il y a quelques années, au feu rouge d’une ville de Mexico, en regardant un migrant qui mendiait pour manger avec un billet de lempiras pour prouver sa nationalité, j’ai entendu quelqu’un dire : « pourquoi ils viennent souffrir ici ? Ils sont mieux chez eux, au moins un plat de haricots rouges ne leur manquerait pas ». Cette personne d’origine salvadorienne établie au Mexique exprime dans son questionnement un fait connu par tous au Mexique et en Amérique centrale : les migrants centraméricains irréguliers « viennent pour souffrir » au Mexique. Une littérature institutionnelle et en sciences sociales, particulièrement mexicaine, se dédie à décrire toutes les souffrances sociales et physiques que les migrants y subissent : les coyotes qui profitent des migrants (Izcara Palacios, 2017), la dangerosité naturelle des espaces destinés à la migration clandestine , le kidnapping des migrants , le crime organisé qui bénéficie économiquement des migrants , les disparitions et morts de migrants , les souffrances des personnes de la communauté LGBT et des femmes pendant la migration , parmi d’autres problèmes dérivés de l’irrégularité et de la condition d’étranger de ce groupe.

11Cette information, socialisée académiquement et vulgarisée par les journalistes , permet de développer des stratégies nationales de solidarité envers ces migrants, dont plus de 80 centres d’hébergement chrétiens , des outils pour détecter la vulnérabilité des migrants , des groupes Beta de secours au migrants (INM, 2017; Valenzuela, 1998). Cette information est aussi connue par les candidats au départ en Amérique centrale- la plupart des interviewés (84%) déclarent en effet connaitre au moins un des dangers de la route à partir de l’information diffusée par les médias et/ou leurs proches.

12Pour ces migrants, l’irrégularité administrative qui caractérise la relation migrant-État détermine les conditions du voyage et limite le choix pendant la migration. Les pays centraméricains bénéficient du CA-4, un accord libre transit entre le Honduras, le Nicaragua, le Salvador et le Guatemala depuis 2006 (SICA, 2006). Les ressortissants de ces pays donc connaissent l’irrégularité migratoire à partir du moment où ils ne remplissent pas les exigences pour avoir un visa américain ou mexicain dont les exigences ont augmenté depuis les évènements terroristes de 2001. À partir de la frontière entre le Guatemala et le Mexique, les Centraméricains doivent présenter un visa et pour y prétendre doivent faire preuve de solvabilité économique et/ou de liens forts avec le pays (SRE, 2019). Avec des ressources limitées, les migrants centraméricains préfèrent donc emprunter la route de l’irrégularité qui offre plus de probabilité de réussite que les moyens légaux (Aragón, 2014). Cette route fait 2 000 km aux bas mots entre la frontière Guatemala-Mexique et la frontière Mexique-États-Unis par voie terrestre (Menjívar, 2014 ; Tandonnet, 2007). Au Mexique, l’irrégularité souvent envoie les migrants vers des espaces où règnent des acteurs aux marges de la loi. Leur interaction provoque des changements au niveau local comme c’est le cas de Matamoros, Tamaulipas, l’une des premières villes à être touchée par la migration. Matamoros est passée d’être une ville « proche » pour traverser la frontière en payant des passeurs, à être une des villes mexicaines les plus redoutées par les migrants . D’autres localités suivent cet exemple, les migrants interviewés mentionnent les états de Chiapas, Tabasco, San Luis Potosi, Oaxaca, Veracruz et Tamaulipas comme des espaces marqués par la domination d’acteurs profitant de l’obligation de passage des migrants par ces lieux.

13Comment dès lors serait-il possible d’envisager une liberté dans un système caractérisé par la domination et l’exploitation, souvent violente, des étrangers irréguliers de passage ? Une autre littérature, en effet, souligne la marge de manœuvre, certes limitée, dont disposent ces migrants au Mexique. En se centrant sur les stratégies individuelles pour contourner les dangers de la route, cette littérature attribue une autonomie et une capacité d’action au migrant, fondées sur sa capacité d’avoir un objectif et d’augmenter les probabilités de réussite grâce à l’utilisation d’un réseau social pour l’embauche d’un passeur ; l’obtention d’informations sur la route , la maitrise de la route et de ses dangers , la solidarité entre migrants et avec les locaux et, enfin, la résistance des corps et des esprits à la souffrance. Dans ces travaux, la souffrance reste constante et la liberté limitée par un pays marqué d’une incertitude violente et l’augmentation du contrôle migratoire . Cette incertitude violente est la difficulté que rencontre le migrant pour prévoir les dangers de la route, difficulté due aux changements des dynamiques des acteurs de la migration : autorités, délinquants, crime organisé, contrôles migratoires, etc. Ces dynamiques changeantes et le manque d’information sur les espaces et les acteurs de la migration ne permettent pas au migrant de contrôler les situations violentes et limitent ses tactiques. L’incertitude freine l’avancement parce que les migrants peuvent être expulsés vers leurs pays d’origine à n’importe quelle étape du voyage.

14Dans cette approche, la capacité d’agir et l’autonomie du migrant ne sont pas un contrepoids au système contraint, même si quelques auteurs « héroïsent » la capacité d’agir du migrant . Celui-ci reste plutôt une façon d’agir hasardeux qui dépend des circonstances et qui vise à la survie et à ne pas se laisser mourir. Pour cette raison quelques auteurs évoquent la migration au Mexique comme une sélection naturelle, où le plus fort prévaut. Cependant, dans ce contexte d’incertitude, ni la force physique, la force mentale ou celle des ressources (capital social, culturel et économique) ne garantissent rien . Nous le constatons dans les mots de Mario, qui parle de ses projets pour aller aux États-Unis :

J’avais l’illusion d’aller aux États-Unis, j’ai trois enfants au Honduras, deux garçons et une fille. Ce que je pensais était d’arriver aux États Unis, si Dieu le permettait, puis les faire venir et mettre l’argent de côté, mais je vois que la chose n’est pas comme je le planifie, parce qu’à la frontière tu arrives et, sans argent, tu ne fais rien et même si tu as de l’argent, l’argent n’est pas tout (Mario 28 ans, Hondurien).

15Malgré ce constat, des chercheurs arguent que les migrants sont au Mexique car la souffrance y est moins importante qu’en Amérique centrale, région caractérisée par la violence, la pauvreté, la corruption et le chômage . Nous avons rencontré des migrants qui soutiennent ce point de vue dans leurs récits. Alberto nous raconte ainsi pourquoi il a quitté le Salvador :

À cause de l’économie, nous, dans nos pays, n’avons pas moyen de nous en sortir avec le petit peu d’argent que nous apercevons là-bas. Donc, nous, avec famille et tout ça, on se trouve dans une situation très difficile. Et toujours il y a des gens qui te dissent ‘pourquoi tu ne fais pas l’effort ?’ et c’était comme ça que j’ai commencé à prendre la décision de venir. Grace à Dieu, avec souffrance, mais nous sommes ici, toujours dans la bataille pour nos enfants (Alberto, 43 ans, Salvadorien).

  • 4 Selon les migrants interviewés, les maisons des coyotes sont des logements utilisés pour héberge (...)

16Mais d’autres migrants affirment le contraire, comme Mariana qui raconte sa réaction lors de son arrivée dans une « maison de coyotes » (Casa de seguridad de coyotes o bodega) 4:

C’est triste, j’ai fondu en larmes quand j’ai vu toutes les personnes, j’avais vu ça dans les journaux et quand je suis arrivée à cet endroit, je le vivais dans ma propre chair. J’avais tellement de tristesse, je ne comprenais pas pourquoi j’étais dans cette situation, je sentais que je n’avais pas le besoin mais j’y étais. C’est triste, les gens à l’intérieur sont inquiets, quelques-uns n’ont pas d’argent pour manger. Quelques autres qui venaient avec d’autres passeurs, étaient sans manger, sans quelqu’un qui voit pour eux (Mariana, 28 ans, Salvadorienne).

17Dans le même sens, nous avons trouvé des migrants qui déclarent ne pas avoir souffert pendant la route. Comment expliquer ces réalités différentes ? D’abord, il est nécessaire de préciser que si la souffrance est une possibilité, elle n’est pas obligatoire et que si les migrants viennent c’est parce qu’ils estiment qu’ils peuvent assumer les risques. Ce destin n’est pas déterminé et ils considèrent que leurs compétences et habilités peuvent leur éviter ou réduire les risques. Face à cette situation, quels sont les ancrages qui leur permettent d’affronter ces prises de risque et absence de contrôle ?

Faire face à la migration à travers les valeurs de la religion, de la famille et du travail

18Pour l’ensemble des migrants interviewés, toutes nationalités et âges confondus, la religion est omniprésente dans les discours, lorsqu’il s’agit par exemple de s’en remettre à Dieu pour un échec ou une réussite. La manière la plus répandue de faire face à l’incertitude se trouve dans l’idée d’un pouvoir supérieur qui règle le destin. Le migrant sait qu’il a la responsabilité du voyage et qu’il prend les mesures à la hauteur de ses ressources. La croyance en une puissance suprême lui permet de gérer l’incertitude du passage, ainsi que de donner un sens plus profond et spirituel au voyage. « Dieu sait ce qu’il fait » ; « Grâce à Dieu, rien ne nous est arrivé » ; « J’ai demandé à Dieu de m’accompagner avec sa bénédiction », ces phrases sont récurrentes chez les migrants centraméricains. D’autres recherches soulignent la foi chrétienne comme un support mobilisé dans les moments les plus difficiles du voyage .

19En Amérique centrale, la religion catholique fut imposée lors de la colonisation espagnole et fut consolidée à travers les siècles. Cette religion a eu un impact pendant les guerres civiles. Un cas emblématique est celui du Salvador. En pleine guerre, l’église catholique joue un rôle dans la protection des Salvadoriens à travers le courant de la Théologie de la Libération. Proche du peuple, ce courant a une figure martyr celle de Monseigneur Arnulfo Romero, assassiné par le gouvernement pendant l’homélie. Son dernier discours est chargé de critiques contre le pouvoir et sa politique meurtrière, exhortant les soldats à ne pas suivre des ordres humains qui vont contre « la loi de dieu » (Romero, 1980).

20Cette idée de la supériorité de la loi divine sur les ordres humains perdure fortement dans le discours migrant à l’heure d’affronter l’incertitude du voyage vers le nord. Les migrants recherchent dans la religion à la fois valeur et soutien. En répondant à une question sur le moment de départ, Mario explique sa préparation avant partir : « J’ai juste pris mon sac à dos et je l’ai mis sur mon épaule, comme on dit, juste en laissant tout à Dieu, car face aux difficultés, Dieu ouvre les portes partout où l’on va » (Mario, 28 ans, Hondurien).

21Cette spiritualité pratique du voyage est aussi réaffirmée par les solidarités de la route. La plupart des centres d’hébergement sont d’obédience chrétienne et les migrants ont confiance en ces institutions, tels des oasis sur la route :

Je peux me sentir protégé, peut-être par une église, je peux me sentir protégé par un centre d’hébergement, ici où nous sommes, mais pas par la loi, non […] C’est ça le plus difficile pour moi, d’être obligé de contourner les lieux, se cacher de quelque chose et on n’a rien fait, à mon avis. Mais comme la loi est ainsi, il faut la respecter, je respect ça, je ne m’oppose pas, mais ‘me sentir en sécurité’, non. Je peux me sentir en sécurité ici où je suis avec vous, dans une église catholique, une église évangélique qui veulent soutenir, elles t’aident, ne te regardent pas avec indifférence. C’est comme ici, ils te donnent ta petite assiette d’aliment, ils te donnent un lunch, tu manges. Si tu veux te doucher, tu te douches, si tu veux des chaussures, ils te peuvent en offrir, s’il y en a, ils te donnent, mais de la part des lois, non (Michel, 35 ans, Hondurien).

D’autres valeurs chrétiennes sont mobilisées dans les centres d’hébergement, comme celui appelé Lamentos Escuchados à Monterrey. La famille, en particulier, est une valeur traditionnelle d’emprise religieuse qui permet aux bénévoles de se rapprocher des migrantes. Dans ce centre réservé aux femmes, il règne une ambiance de confiance et de fraternité afin que les migrantes et leurs enfants se sentent à l’aise. Plusieurs activités sont proposées pour tisser des liens : cuisiner, manger ensemble, aider aux activités de l’association, faire la prière ou juste une conversation banale.

Chez les migrants, la question de la famille joue un rôle ambivalent. En général, tous les migrants préféreraient rester avec leurs familles, les personnes chéries, plutôt que de prendre la route. Si c’était à choisir, ils préféreraient de ne pas faire le voyage qui génère une rupture émotionnelle et physique. Cependant, la famille est également un facteur déclencheur de la migration, soit comme motivation de départ (« aider la famille »), soit comme source d’aide économique et d’information pour le voyage, ce qui signifie un renforcement du lien émotionnel. Le récit de Gustavo sur son choix de partir explique ce double processus :

Mon père est mort il n’y a pas longtemps, je me sentais abattu, tellement triste. Que je ne voulais pas être là-bas, à cause de plusieurs choses. Ma mère s’inquiète pour moi, ma famille ne voulait pas que je bouge, mais ce n’est pas leur choix, c’est mon choix. Car tu vois tous les besoins qui existent. Et à quoi ça sert d’être dans un endroit si, avec de l’amour, tu ne vas résoudre aucun problème. Dans cette vie tout se résout avec l’argent, si tu as l’argent tu résous n’importe quel problème, si tu n’en as pas, tu ne résous rien. Rends-toi compte, si un membre de ma famille tombe malade, comment je vais l’amener à l’hôpital ? Je vais dire au monsieur : pour amour ! C’était pour ça que mon père est mort, à cause du manque d’argent. Les choses sont telles, que tu te dis : ‘mec, je dois prendre des mesures’ (Gustavo, 33 ans, Hondurien).

22L’idée de l’unité familiale est une idée presqu’aussi que celle de Dieu qui permet en l’occurrence d’affronter les risques et les incertitudes. Toutefois, à différence de la religion, la famille peut devenir aussi un support matériel. Une migrante nous raconte comment elle s’est préparée pour le voyage avec l’aide de sa nièce habitant aux États-Unis :

J’ai appelé ma nièce, un membre de ma famille, je lui ai dit si elle pouvait m’aider. Alors, elle me disait ‘non’. Je lui ai dit que je n’allais pas seule, qu’une voisine y allait aussi. Comme la voisine y allait aussi, ils m’ont dit d’essayer si j’avais le courage. À ce moment-là, ma famille a commencé à m’envoyer l’argent, ils m’en ont envoyé pour acheter des habits, chaussures et, je me suis enthousiasmé pour partir. Ensuite, ils m’ont envoyé 400 dollars pour le chemin, pour acheter des choses. Alors, on a commencé, j’étais sur le chemin vers les États-Unis (Bertha, 48 ans, Salvadorienne).

23Dans le cas de Bertha, la famille joue un rôle déterminant dans la possibilité de partir. Sans le soutien économique de sa famille, elle n’aurait pas osé aller vers le Nord. Les migrants qui décident de migrer sans posséder ce support familial, mobilisent le travail comme une valeur essentielle et un facteur de soutien économique, susceptible d’améliorer la route. Le travail procure l’argent nécessaire pour subsister et il conforte aussi l’idée que « à la force de ses bras », il est possible d’influencer le déroulement du voyage vers le Nord.

24La place centrale du travail chez les migrants pourrait être une conséquence de la mise en place des « leyes de vagancia » (Lois contre le vagabondage). Promulguées en 1825 au Salvador (PNUD, 2013), en 1876 au Guatemala (Sanchez Lovell, 2016). Ces lois ont été renouvelées plusieurs fois par la suite. Criminalisant les chômeurs, elles les obligent d’accomplir des activités dans les services de l’État ou entreprises privées, sous peine de prison. Dans le contexte de l’époque, caractérisé par le dépouillement des terres des paysans et l’obligation de vendre leur main d’œuvre aux grandes compagnies agroindustrielles, une stigmatisation particulière est apparue pour les chômeurs considérés comme incivilisés, retardés, criminels, ignorants et fainéantes (Sanchez Lovell, 2016).

25Récemment, un sentiment du « devoir travailler » gagner une estime sociale s’est aussi appuyé sur la généralisation des politiques néolibérales qui exaltent la réussite personnelle comme une contrepartie de la justice sociale. Les récompenses individuelles sont considérées comme le produit de l’effort personnel et, alors que le travail comme la manière la plus appropriée pour s’auto-responsabiliser et prendre en main son projet de vie et destin individuel (Araujo & Martuccelli, 2013).

26Cependant, les républiques centraméricaines concernées dans cette recherche présentent des taux de chômage entre 2,5% et 5,6% pour l’année 2018, atteignant le double pour les jeunes de la force de travail entre 5 et 10,7%. En plus, la main d’œuvre de ces pays n’est pas qualifiée, limitant l’accès au marché de travail. La scolarité se situe entre 6,5 et 6,9 années . Vouloir travailler et ne pas pouvoir le faire est une contradiction à laquelle les Centraméricains font face sans système de protection et avec un fort degré de stigmatisation. Un migrant nous en parle ainsi :

Le travail vaut pareil partout dans le monde, ce que fait un Mexicain, un Salvadorien le fait, un Hondurien ou un Guatémaltèque aussi. Et je pense qu’au travail, nous qui venons ici, on met plus d’amour pour satisfaire les gens et que les gens ne disent pas : celui-ci est fainéant ou voleur ou bête. On essaie d’avoir le meilleur comportement […] Tout d’abord, je veux travailler, et je sais qu’en travaillant je peux aider ma famille, l’espoir est que la situation s’améliore. J’ai cherché ça dans mon pays mais, il n’y a pas d’opportunité. Ici, j’ai vu, justement hier quand nous passions, j’ai vu que presque tous les commerces ont besoin de gens et j’ai dit : si ces opportunités existaient dans mon pays, je ne serais pas ici. Et comme ça, facilement, si là-bas l’opportunité de travailler existait, comme elle existe au Mexique et aux États Unis, je ne serais pas ici. [Le travail signifie] dignité et il me donne de la valeur, parce que si je ne travaille pas, je sens que je ne fais rien, je suis comme ancré. Du moins, en ce moment nous sommes en train de chercher, peut-être nous trouverons un travail mais, en ce moment il n’y en a pas. Un monsieur est venu et les autres nous ont dit de ne pas y aller parce qu’il ne paye pas, quelques-uns qui y sont allés ont dit : non, nous y sommes déjà allés. Ici, ils t’offrent 300 et quand ils vont te payer, ils te donnent 100 pesos (Daniel, 39 ans, Salvadorien).

27Pendant le passage, les migrants peuvent s’éloigner du travail comme dans le cas de Daniel face à une possible fraude, ou l’utiliser comme une stratégie pour obtenir une paie et subvenir à leurs besoins. La route avec ces espaces et acteurs est en mesure de renforcer la valeur-travail. Le travail constitue ainsi une manière de se responsabiliser face aux épreuves de la route. Il permet d’établir une distinction entre « le bon » et « le mauvais migrant ». Créant un sentiment d’auto-responsabilité, il permet en partie de s’approprier son destin (Araujo & Martuccelli, 2013).

28Nous avons toujours trouvé de bonnes personnes, que nous avons aidé en travaillant pendant le trajet. Pour avancer, nous avons travaillé, alors, Dieu nous a protégé et il a pris soin de nous. Alors, nous sommes arrivés jusqu’ici et je pense que nous n’avons pas souffert comme il le faut, comme beaucoup ont souffert. Mais ici, les gens disent qu’il y a des gangs, mais si on ne les embête pas, si on se consacre au travail, à travailler honnêtement, ils ne t’embêteront pas […] Si quelqu’un vient par ici, dans ce pays, il doit venir avec un bon objectif, pas avec un mauvais objectif, qu’il vienne avec l’envie de travailler, de faire quelque chose de bien, pas méchant, parce que les gens c’est ça qu’ils veulent, que l’on soit bon, que l’on ne soit pas méchant (Wilson, 25 ans, Salvadorien).

Conclusion

29Bien que le statu quo révèle que le migrant « souffre » au Mexique, ce n’est pas cette vision qui est intériorisée par lui. Certes, il ne contrôle pas la route, mais dispose tout de même d’une capacité d’agir, à défaut d’une liberté. Dans l’épreuve de la route, il se constitue comme sujet « pratique » mais aussi émotionnel et éthique, par le biais de différents mécanismes et stratégies de subjectivation lui permettant de recouvrer une notion de dignité, d’autonomie et de responsabilité de soi. À travers les trois ancrages éthiques, mais aussi collectifs, que nous avons soulignés dans ses rapports à la foi, à la famille et au travail, le migrant parvient à singulariser son voyage et les effets que ce dernier a sur lui.

30Dans leur désir d’un récit d’avenir malgré des contraintes et limitations extrêmes, les Centraméricains se forgent en tant qu’« individus » (dans le sens de Martuccelli (2006)) et sujets par et pour le transit au Mexique, avant même d’éventuellement parvenir à atteindre les États-Unis. La migration de transit devient alors comme une quête d’émancipation personnelle et d’affirmation de soi en tant qu’individu-sujet en devenir. Ce qui retient notre attention, c’est la capacité d’une action/production de soi par les migrants en milieu contraint ; cette capacité d’action se constitue sous l’emprise même de la domination dans un contexte d’incertitude sociale et de violence extrêmes. Cet article invite ainsi à ouvrir des portes pour des recherches fondées sur la perspective d’un individu-migrant permettant d’éclairer la pluralité de la migration en transit. Finalement, il faut souligner aussi que cet individualisme « forgé dans le risque » est fondé par trois ancrages éthiques d’origine coloniale, ce qui nous invite à faire une réflexion dans le cadre de la « colonialité du pouvoir » (Quijano, 2005).

Haut de page

Bibliographie

ACNUR, Herramienta para identificar la vulnerabilidad, Génève : Alto Comisionado de las Naciones Unidas para los Refugiados, 2016.

Acuña González, Guillermo, Estructura y agencia en la migración infantil centroamericana, México : Cuadernos Intercambio sobre Centroamérica y el Caribe, 2016.

Alioua, Mehdi, L'étape marocaine des transmigrants subsahariens en route vers l’Europe : l'épreuve de la construction des réseaux et de leurs territoires, Toulouse : Université Toulouse le Mirail, 2011.

Andrade Eekhoff, Katharine, & Silva Avalos, Claudia, Globalización de la periferia: los desafíos de la migración transnacional para el desarrollo local en América central. San Salvador : FLACSO, 2003.

Aragón, Argan, Migrations clandestines d'Amérique Centrale vers les États-Unis. Paris : Presses Sorbonne Nouvelle, 2014.

Araujo, Katya, & Martuccelli, Danilo, Individu et néolibéralisme : Réflexions à partir de l'expérience chilienne, Problèmes d'Amérique latine, 2013.

Asakura, Hiroko, & Torres Falcón, Marta. Migración femenina centroamericana y violencia de género: pesadilla sin límites, Mexico : Zona Franca, 2013.

Bourdieu, Pierre, Chamboredon, Jean-Claude, & Passeron, Jean-Claude, Le métier de sociologue, Paris : École des Hautes Études en Sciences Sociales-Mouton Éditeur, 1968.

Brigden, Noelle, Improvised Transnationalism: Clandestine Migration at the border of anthropology and International Relations, International Studies Quarterly, 2016.

Brigden, Noelle, Transnational journeys and the limits of hometown resources: Salvadoran migration in uncertain times, Migration Studies, 2015

Brigden, Noelle & Vogt, Wendy, Homeland Heroes: Migrants and Soldiers in the Neoliberal Era, États-Unis: Antipode, 2015

Bucci, Piero, Migración y violencia. El viaje en tren por México hacia Estados Unidos, Mexico: Cuadernos del Instituto Nacional de Antropología y Pensamiento Latinoamericano, 2017

Burawoy, Michael, Fonctions et reproduction de la main-d’œuvre migrante : une comparaison entre l'Afrique australe et les États-Unis, en V. Piché, Les théories de la migration, Paris : INED, 2013

Castel, Robert, Les ambigüités de la promotion de l'individu, dans P. Rosanvallon, Refaire société, Paris : Éditions du Seuil, 2011.

Centro Nacional de Prevención de Desastres, Infografía, México : Secretaría de Gobernación, 2017.

CNDH, Informe especial sobre secuestro de migrantes en México, México: Comisión Nacional de los Derechos Humanos, 2011.

Dubar, Claude, Les sociologues face au langage et à l'individu, France : Langage et société, 2007.

Durand, Jorge, La dynamique migratoire au Mexique, Paris : Hommes et migrations, 2012.

Feldmann, Andreas & Durand, Jorge, Mortandad en la frontera, México: Migración y desarrollo, 2018

Hierro, Lola, El viacrucis migrante llama a las puertas de Estados Unidos, Madrid: El País, 2018.

INM, Grupos Beta de protección al migrante, Mexico: Instituto Nacional de Migracion, 2017.

Izcara Palacios, Simón, Los polleros que engañan a los migrantes norma o excepción, México: Convergencia, 2017.

Izcara Palacios, Simón, Violencia postestructural: migrantes centroamericanos y cárteles de la droga en México, México : Revista de Estudios Sociales, 2016.

Le Bot, Yvon, La guerra en tierras Mayas. Comunidad, violencia y modernidad en Guatemala (1970-1992), Paris: Éditions Karthala, 1992.

López Recinos, Vladimir, Desarrollo, migración y seguridad: el caso de la migración hondureña hacia Estados Unidos, Zacatecas: Migración y Desarrollo, 2013.

Lungo, Mario, Eekhoff, Kay, & Baires, Sonia, Migración internacional y desarrollo local en El Salvador, en A. Lattes, J. Santibáñez, & M. Á. Castillo, Migración y fronteras, México: Colegio de México, 1998.

Martuccelli, Danilo, Forgé par l'épreuve: l'individu dans la France contemporaine, Paris: Armand Collin, 2006.

Mazzella, Sylvie, Sociologie des migrations, Paris : PUF, 2016.

Mesure, Sylvie, Detérminisme, en S. Paugam, Les 100 mots de la Sociologie, Paris : Presses Universitaires de France, 2010.

Movimiento Migrante Mesoamericano, Caravana de Madres de Migrantes Desaparecidos (consulté dans: https://movimientomigrantemesoamericano.org/acerca-de/, 2019.

Nieves Medina, Alfredo, ¿Hacia dónde vamos? El camino de la migración centroamericana. Mexico: Mirada Ferroviaria, 2017.

OIM, Directorio de casas y albergues para personas migrantes en México. Mexico : Organización Internacional para las migraciones, 2017.

OIM, Missing Migrants program. Récupéré sur https://missingmigrants.iom.int/region/americas, 2019

PNUD, Informe sobre Desarrollo Humano El Salvador 2013. San Salvador: Programa de las Naciones Unidas para el Desarrollo, 2013.

Quijano, Aníbal, Colonialidad del poder, eurocentrismo y América Latina, en E. LANDER (éd.), La colonialidad del saber: eurocentrismo y ciencias sociales. Perspectivas latinoamericanas, Buenos Aires: CLACSO, 2005.

REDODEM, Migración en tránsito por México: rostro de una crisis humanitaria internacional. Mexico: Red de Documentación de las Organizaciones Defensoras de Migrantes, 2016.

Rodríguez, Ernesto, Barrón, Yulma, Fernández de Castro, Rafael, Rivera, Leandro, Brown, Allert, & López, María, Migración centroamericana en tránsito por México hacia Estados Unidos, México: ITAM, 2014.

Rojas Wiesner, Martha, Precariedades y vulnerabilidades en la migración. Notas para el análisis de la situación de mujeres centroamericanas en México. México: Astrolabio, 2017.

Romero, Oscar, Última homilía en la catedral de monseñor Oscar Romero, San Salvador, 1980.

Rouquié, Alain, Guerres et paix en Amérique centrale, Paris : Éditions du Seuil, 1992.

Sanchez Lovell, Adriana, El problema de la vagancia: una propuesta de enfoque teórico desde la historia del trabajo, a partir del caso de Costa Rica en el siglo XIX, San José: Diálogos, 2016.

Sánchez Munguía, Vicente, Matamoros-sur de Texas: el tránsito de los migrantes de América Central por la frontera México-Estados Unidos, México : Estudios Sociológicos, 1993.

SRE, Embajada de México en El Salvador, México: Secretaria de Relaciones Exteriores, 2019.

SICA, Acta de acuerdos. Reunión de directores generales de migracion y extranjeria de los paises miembros de CA-4. San Salvador: Sistema de la Integración Centroamericana, 2006.

Simon, Gildas, La planète migratoire dans la mondialisation, Paris : Armand Colin, 2008.

Simon, Gildas, Dictionnaire des migrations Internationales, Paris : Armand Collin, 2015.

U.S. DHS, Population Estimates. Illegal alien population residing in the United States: January 2015, États-Unis: U.S. Department of Homeland Security, 2018.

UPM, Boletín estadístico, México: Secretaría de Gobernación, Unidad de Política Migratoria, 2019.

Uribe Cortez, Jaime, Breve crónica sobre la migración de centroamericanos hacia Estados Unidos, México: Movimientos, 2019.

Valenzuela, Javier, EL PROGRAMA “BETA”. La protección de los derechos humanos de los migrantes indocumentados desde una perspectiva policiaca no convencional, en A. Lattes, J. Santibáñez, & M. Á. Castillo, Migración y fronteras, México : Colegio de México, 1998.

Varela Huerta, Amarela, Las masacres de migrantes en San Fernando y Cadereyta: dos ejemplos de gubernamentalidad necropolítica, México: Íconos, 2017.

Villa y Caña, Pedro, Migrantes Desaparecidos, México : El Universal, 2018.

Winton, Alisa, Cuerpos disidentes en movimiento: miradas sobre movilidad transgénero desde la frontera sur de México, México: El Cotidiano, 2017.

World Bank Group, The World Bank Data (consulté dans: http://data.worldbank.org/, 2019).

Haut de page

Notes

1 Des conflits armés internes entre les gouvernements et groups de guérilla qui ont fini en 1992, pour le Salvador et en 1996 pour le Guatemala. Ces périodes sont caractérisés par une forte répression gouvernementale .

2 Dont 750 000 Salvadoriens, 440 000 Honduriens et 620 000 Guatémaltèques (U.S. DHS, 2018).

3 Processus de fabrication de l’individu .

4 Selon les migrants interviewés, les maisons des coyotes sont des logements utilisés pour héberger les migrants pendant une attente qui peut durer quelques heures ou plusieurs semaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claudia Robles Moreno, « Les figures du migrant centraméricain irrégulier en transit au Mexique »Amerika [En ligne], 20 | 2020, mis en ligne le 21 juillet 2020, consulté le 24 septembre 2020. URL : http://journals.openedition.org/amerika/11378 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.11378

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search