Skip to navigation – Site map

HomeNuméros20Dossier "Identités, Images, terri...L’image du palmier face aux chang...

Dossier "Identités, Images, territoires"

L’image du palmier face aux changements globaux. Une victime de la mondialisation

Alexandre Melay

Abstracts

With major environmental warnings, the urban space becomes the witness of “global changes”. Los Angeles palm trees are representatives of the “programmed obsolescence” of environments, near and far, geographical and temporal; palm trees participate to the uniformity and landscape formatting, and to the warmed climate of the planet. During longtime as floral symbol of a tropical paradise, the image of the palm tree on which projected utopian notions of a new world, since it has become a ruin of postmodern times. Figure of globalization, the palm tree is an innocent and agonistic victim of the contemporary world.

Top of page

Full text

Enchantement et désenchantement

  • 1

1À l’ère de l’Anthropocène, l’espace urbain est en proie à des bouleversements environnementaux majeurs qui ont des conséquences sur l’existence de nos sociétés. L’environnement est devenu l’enjeu primordial du monde présent, et les conséquences de la grande accélération de l’activité humaine sur l’équilibre écologique de la planète marqué par la pollution, l’épuisement des ressources naturelles et de la biodiversité deviennent un enjeu politique essentiel. L’urbanisation généralisée a accompagné et nourrit la globalisation économique ; et le fait majeur de ces dernières années, le plus déterminant pour notre avenir, reste la mise en péril de notre environnement. Aujourd’hui, l’espace urbain constitue un point d’entrée privilégié pour saisir les effets des changements globaux1 (Buttel, Hawkins et Power, 1990). Les villes sont à la fois les productrices et les produits de ce changement environnemental global, ce qui en fait des lieux où s’élaborent des stratégies et des réflexions autour des changements liés au réchauffement climatique, à l’extinction des espèces, à l’épuisement des sols ou à la raréfaction des ressources énergétiques.

2Parmi ces villes qui sont indissociables de phénomènes de mondialisation, Los Angeles, « capitale du futur », puissante mégalopole où se concentrent plusieurs millions d’habitants, centre du pouvoir politique, administratif, culturel et économique de la Californie en proie à des changements globaux importants fait aussi face à un changement de son paysage environnemental urbain (Davis, 2006 ; Bégout, 2019). Los Angeles voit accélérer les mutations de la vie végétale dans les environnements bâtis par l’homme, avec la disparition en masse de ses premiers palmiers, qui furent jadis le symbole et la renommée de la ville californienne. Pendant plus de deux mille ans, le palmier a été extrêmement populaire dans les cultures orientales et occidentales se référant à la Terre sainte et à l’Orient, mais c’est au cours du XIXème siècle, aux États-Unis et en Californie en particulier, que la figure du palmier est devenue le symbole d’une vie fantasmée et d’un nouveau paradis sur terre. Depuis, ce phénomène s’est encore accentué dans le monde actuel avec l’omniprésence de la figure du palmier renforçant son statut d’emblème ultime de la mondialisation. À travers les continents, le palmier évoque symboliquement une promesse de prospérité, d’évasion ou d’exotisme. Dotés d’une forme distinctive, une silhouette reconnaissable, avec de longs troncs surmontés de larges frondes imposantes, qui se balancent dans le vent, le palmier est un motif graphique, ce qui le rend lisible mondialement, et ce qui facilite sa diffusion à grande échelle : une popularité qui renvoie à tout un imaginaire produit à travers la culture populaire, l’art, la peinture ou le cinéma. Mais le palmier se heurte aujourd’hui à de nombreuses limites à la fois économiques, sociales et écologiques ; une icône depuis des décennies, mais pour combien de temps encore ?

De la greffe à Hollywood Palms

  • 2 Lorsque la ville de Los Angeles est devenue un lieu de plus en plus fréquenté, et que les visite (...)

3L’enchantement pour le tropical apparaît dans les années 1870 et 1880, lorsque les villes américaines du sud ont été saisies par une véritable obsession pour les palmiers. Se développant toujours mieux sous un beau soleil où l’été ne se termine jamais, la Californie et Los Angeles en particulier ont importé leurs palmiers du monde entier, puisqu’une seule espèce de palmier « Washingtonia filifera », le palmier éventail de Californie est originaire de cet État. Toutes les autres espèces, le palmier dattier exubérant aux plumes des îles Canaries ou le palmier éventail plus austère et svelte furent importés (Farmer, 2013). L’importation des palmiers a pris son essor au début du XXème siècle, où une frénésie de plantation ornementale introduisit plus de 25 000 arbres tropicaux non natifs importés dans le paysage de la Californie du sud. Les nouvelles villes de la Californie ont alimenté le potentiel fictif du palmier à travers l’aménagement urbain ; de nombreux types de palmiers ont été sélectionnés pour aligner les nouvelles rues urbaines et offrir une ombre esthétique grâce à la vision en masse produite. Au fil du temps, à Los Angeles, les palmiers sont devenus des « arbres municipaux », lorsque des villes entières, des boulevards, des parcs, des jardins ont adopté le palmier en masse. À l’image du mobilier urbain, les palmiers ont colonisé le paysage et Los Angeles est apparue comme une oasis de palmiers urbaine : depuis l’extérieur de l’aéroport, jusqu’aux dizaines de rues alignées sur le tracé rectiligne de ces « herbes géantes », formant des cordons triomphants sur Hollywood Boulevard ou Sunset Boulevard, ou montant la garde sur le Pacifique le long de Venice Beach ; omniprésents aussi dans les jardins privés et publics, dans les propriétés privées sur les collines hollywoodiennes, dans les cimetières, les palmiers sont plantés devant les musées, les studios de cinéma, les hôtels, les hôpitaux, les bâtiments municipaux, les appartements modestes ou les villas somptueuses dont ils entourent les piscines. Quartiers pauvres comme riches, ils dominent la ligne d’horizon, devenant emblématiques de la région en raison de leur hauteur et de leur caractère unique, le symbole immédiatement reconnaissable de la ville2. Les palmiers sont devenus des projections du récit changeant de Los Angeles et, tandis que d’autres arbres perdaient de leur vitalité et se démodaient, les palmiers eux restaient toujours les mêmes.

4Plus tard, Los Angeles s’est transformée en Hollywood, devenant alors le nouveau centre du divertissement mondial et de la culture populaire, avec ses fantasmes, imaginaires et autres effets visuels : « Les palmiers en sont venus à représenter la métropole moderne décentralisée et basée sur l’automobile » (Farmer, 2013). L’industrie d’Hollywood a transformé le palmier en un symbole internationalement reconnu de Los Angeles, car « Hollywood a su créer le lien entre palmiers, célébrités, glamour, sexe et richesses extravagantes » (Farmer, 2013). Débarrassés de son lien avec la religion ou avec les tropiques lointains, les palmiers sont devenus un symbole sexy et délabré d’une nouvelle culture de liberté, de plaisir et d’individualité. Los Angeles et le palmier sont devenus synonymes, représentant le show-business, et toute l’imagerie que l’on retrouve dans les rêves fabriqués par les studios de cinéma hollywoodiens. Aujourd’hui encore, les palmiers symbolisent la capitale mondiale du divertissement en constituant l’arrière-plan de nombreux films, affiches et vidéoclips musicaux. Ce symbole floral est devenu l’emblème d’un style de vie et toute une iconographie est depuis utilisée pour son attrait optique et son potentiel métaphorique. L’artiste américain Edward Ruscha est l’un des premiers artistes à avoir compilé une série de représentations du palmier dans le cadre de sa vie quotidienne à Los Angeles ; et a ainsi façonner les perceptions populaires d’Hollywood et de la ville qui l’entoure (Schwartz, 2010). Dans l’ouvrage photographique A few palm trees (1971) (figure 1), il examine les différentes variétés de palmiers qu’il découvre dans les rues de Los Angeles, en les photographiant au coucher du soleil ou sur Hollywood Boulevard dans un style neutre et quasi clinique. La série documentaire se concentre sur les qualités formelles de chaque espèce, leurs similitudes et leurs différences. L’artiste déracine de leur contexte les palmiers qui bordent d’innombrables rues de Los Angeles pour les isoler en tant que catégorie esthétique ou comme icône graphique.

Figure 1 : Edward Ruscha, A few palm trees, livre d’artiste, impression offset noir et blanc,

64p., 17.4 x 14 cm, 1971.

Désastre végétal et transformation visuelle

  • 3 Voir les portraits littéraires dépeints par Bret Easton Ellis, dans Moins que zéro, où de jeunes (...)

5Devenus un synonyme visuel de Los Angeles, les palmiers du désert ont grandi dans un faux paradis tropical, la ville n’étant pas une terre humide, et au fil du temps, la présence du palmier est devenue un mythe horticole aux conséquences négatives et imprévues : avec une incapacité à fournir de l’ombre, une dépendance excessive à l’eau et une incongruité environnementale, l’image d’une nature géante, conçue et montrée comme une marchandise, a rendu la figure du palmier vulnérable jusqu’à sa propre perte ; liant ainsi le palmier à la société capitaliste en voie de superficialité. Et contrairement aux artistes qui le représentaient comme un enchantement, d’autres aujourd’hui le dramatisent comme symbole cauchemardesque de ce désenchantement, son côté obscur, un « Dark Side », en référence à cette face sombre de la psyché de la société américaine que l’écrivain américain Bret Easton Ellis associe au palmier ; une vision négative, plus critique face au symbolisme, méfiante vis-à-vis de l’hédonisme et de la vie de loisir, présentant le déclin psychologique et moral d’une société en pleine dérive vers la superficialité et la consommation d’un capitaliste sans scrupule. Ellis écrit que les vampires résident dans les palmiers de Los Angeles ; des palmiers qui en se balançant violemment, se penchent et finissent par se briser sous les vents torrides de l’été californien3. Dans les paysages réalisés par l’artiste californien Glen Rubsamen, les palmiers deviennent des objets aplatis se confondant avec les panneaux publicitaires et les lignes électriques (figure 2). Comme le décrit le récit terrifiant et pathétique du palmier, qui est le cœur de ce que Richard Barbrook et Andy Cameron appellent dans The Californian Ideology (1995), le « culte extropien de la côte ouest ». Ce désir inflexible d’améliorer la vie humaine avec la technologie que l’on découvre aussi dans les images de Glen Rubsamen, où le paysage est façonné par la main de l’homme et transformé par la civilisation capitaliste où la nature semble agressée faisant penser aux conséquences dévastatrices d’une catastrophe météorologique ou technologique. L’objectif des photographies de Rubsamen n’est plus seulement de codifier tous les acteurs du nouveau paysage contemporain, mais bien de comprendre le changement qui a vaincu la relation humaine physique avec la technologie et la

6nature. Dans les images de l’artiste, représentées généralement au crépuscule ou à l’aube, les panneaux d’affichage numériques défunts, fermés suite à la loi sur la pollution lumineuse, les tours de télécommunications et les palmiers malades se confondent pour former un hybride de formes abstraites, technologiques et organiques : une construction esthétique, un ensemble accidentel où le paysage se transforme en une synthèse vivante d’éléments d’une post-nature inquiétante.

Figure 2 : Glen Rubsamen, Pioneer Species, 2016.

7Plantés à Los Angeles dans les années 1930, en plein boom d’Hollywood, les premiers palmiers apparaissent aujourd’hui amaigris. Bien loin de l’image que Ruscha avait photographiée en 1971 le long du Sunset Strip, l’artiste français Adrien Missika, en référence directe à l’artiste américain, a revisité et rephotographié les palmiers de Los Angeles capturés par Ruscha quarante ans plus tôt (figure 3). Dans A Dying Generation (2011), les palmiers sont devenus très hauts, asséchés par le soleil brûlant de la Californie ; âgés entre quarante et cent ans, ils font figure de rares êtres vivants tridimensionnels dans l’urbanité de Los Angeles. Les photographies noir et blanc montrent les palmiers au XXIème siècle invitant à une réflexion sur les changements environnementaux et la fragilité de la nature à l’ère de l’Anthropocène. À travers eux, Missika présente une typologie de la biosphère urbaine, aussi fragile que temporaire, car le palmier symbolise la ruine contemporaine, puisqu’ils se font les témoins de l’obsolescence programmée de nos environnements, proches et lointains, géographiques et temporels. Ce même constat est dépeint par l’écrivaine américaine Joan Didion (2009) qui donne une image peu de glamour des palmiers de la ville californienne, qui représente pour l’auteur, des spécimens poussiéreux se détachant de la torride fumée de Los Angeles ; des arbres qui n’ont rien de mystérieux, mais qui ressemblent davantage à des chandelles usées qui luttent pour retrouver leur splendeur d’antan au milieu de la suie et de l’épuisement.

Figure 3 : Adrien Missika, A Dying Generation, impression laser noir et blanc,

49 x 39 x 3 cm, 2011.

Tragédie botanique

8La forme de croissance inhabituelle de ces arbres, dont le tronc ressemble à un cylindre allongé, avec un diamètre ne changeant pas de haut en bas, s’explique par une particularité botanique. Car malgré les idées reçues, les palmiers ont constamment besoin d’eau ; quand ils se trouvent dans leur habitat désertique naturel, ils grandissent toujours dans des oasis, alimentés par une source, un ruisseau ou le long de lignes de faille où l’eau remonte à la surface. Déjà sur des photographies datant du XIXème siècle, on représentait un puits à proximité des palmiers, comme pour indiquer que ces « herbes géantes » poussaient près d’une nécessité, celle d’une source apportant une quantité d’eau abondante. L’intérieur d’un palmier avec son système de conduites d’eau spongieuses est différent de celui des autres arbres. Le palmier ressemblant davantage à une herbe qu’à un arbre, ce qui fait qu’un palmier mature peut peser jusqu’à trois tonnes et qu’un sol constamment humide est nécessaire pour qu’il se développe. Contrairement aux autres « arbres immigrés », les palmiers importés qui ont évolué dans des climats tempérés, ne supportent pas la transplantation, le stress de la sécheresse, les restrictions d’eau, la salinité plus élevée de l’eau recyclée, le vent et les nouveaux nuisibles qui arrivent presque quotidiennement en Californie par le biais du commerce mondial et du tourisme, des systèmes de transport locaux ou des pépinières.

  • 4 Au fil des légendes urbaines, Los Angeles héberge de nombreux signifiants codés changeants : les (...)

9Dans un contexte où l’eau devenant rare et cher et face à un environnement devenu de plus en plus aride, les palmiers ont beaucoup plus de mal à se développer et à prospérer dans les villes américaines californiennes d’aujourd’hui. Et l’on ne compte plus le nombre de frondes de palmier desséchées jonchant le sol dans les quartiers les plus pauvres de la mégalopole. Les palmiers deviennent les témoins des inégalités de revenus et du fossé social qui sépare les riches des pauvres, puisqu’un lien existe entre la richesse et le palmier : les arbres ne poussant que sur l’argent. Un palmier planté dans les quartiers pauvres de South Central n’aura pas la même espérance de vie que celui planté dans les villes luxuriantes de Pasadena ou Alhambra. Ainsi, sous les palmiers, la misère peut aussi exister, et le palmier devient le symbole du fossé américain entre les différentes classes sociales4. Si bien que la signification du palmier est différente pour quelqu’un qui aurait grandi avec, que pour celui dont l’image d’une plage de palmiers suggère exotisme et prospérité sur le sable. C’est ce que montre l’artiste Willem De Rooij en ramassant les feuilles de palmier de diverses espèces dans les rues de Los Angeles (figure 4). Des frondes brunies par la sécheresse qu’il assemble et qui lient dans de grands bouquets à l’aspect funéraire. La perte des palmiers est particulièrement visible en raison de leur importance dans le paysage de rue. Longtemps, élément paysager de la ville, un bilan urbain en 1990 estimait à 75 000 le nombre de palmiers dans les rues de Los Angeles. Ces palmiers légendaires sont en train de mourir et la plupart ne seront pas remplacés, changeant l’esthétique générale et l’apparence de la mégalopole en provoquant ainsi une transformation à la fois définitive et radicale du paysage urbain et environnemental.

Figure 4 : Willem de Rooij, Bouquet XVI, frondes et inflorescences de palmiers à dattes des îles Canaries, frondes et inflorescences du palmier de Californie, cosses et inflorescences de palmier cocotier plumeux assemblées localement à Los Angeles en 2015, 389.9 x 402.6 x 315 cm.

Dérive écologique et sociale

10Au-delà de leur aspect visuel, les palmiers rappellent le phénomène de déplacement et la brutalité de l’homme face à la nature : un braconnage écologique. Car les palmiers deviennent les victimes d’une transplantation excessive, ce que montre l’artiste Cyprien Gaillard dans sa vidéo Plants won’t grow here and other myths (2011) dont le titre indique que les palmiers ne pourront pas grandir dans certains environnements (figure 5). L’artiste documente le trajet d’un palmier déplanté et replanté violemment dans un contenant trop petit, conditionné pour sa commercialisation. La vidéo se termine sur un plan fixe montrant le palmier debout sur le toit d’un bâtiment, telle une sculpture posée sur son socle : une archéologie visuelle de la dégradation environnementale.

Figure 5 : Cyprien Gaillard, Plants won’t grow here and other myths, 2011.
  • 5 Los Angeles, la ville aux autoroutes tentaculaires, pense que son avenir dépend des arbres. Le m (...)

11La relation esthétique des palmiers semble dépassée, puisque la ville doit faire face à la chaleur urbaine avec de plus en plus de vagues de températures excessives, à la pollution, à l’utilisation de l’eau et à l’ombre (Davis, 1998). Contrairement à la plupart des arbres, les palmiers n’atténuent pas ces problèmes environnementaux, et offrent peu de protection à la ville de Los Angeles contre la chaleur, la sécheresse ou les inondations. Ayant plus de points communs avec l’herbe qu’avec les arbres, ils ne combattent donc pas la pollution et n’offrent pas d’ombre significative dans la chaleur caniculaire de l’été. Face à cela, les autorités envisagent de planter d’autres espèces d’arbres plus résistants à la sécheresse, plus ombrageux pour protéger la population et ainsi rafraîchir la ville, tout en étant moins consommateurs d’eau ; des facteurs devenus importants dans une ville en surchauffe, car d’ici le milieu du siècle, Los Angeles devrait se réchauffer de trois à cinq degrés avec trois fois plus de jours de chaleur extrême, intensifiant les craintes que certaines zones soient devenues trop dangereuses pour y habiter5.

  • 6 Le charançon des palmiers s’enfouit dans la base des feuilles et pond ses œufs. Une fois écloses (...)

12Victime des changements climatiques, la Californie est devenue plus chaude et plus sèche, elle est en transition vers un paysage post-oasis, une aubaine pour les insectes qui viennent détruire la végétation. Et l’on ne compte plus les palmiers à tête décapités pour éviter toute propagation, et qui se meurent dans la ville comme des ruines au milieu de l’urbanité. Ce que raconte Glen Rubsamen dans Rhynchophorus ferruginous (2013), une enquête photographique sur un parasite qui s’est rapidement déplacé au cours du siècle dernier, avec l’aide de la mondialisation, causant la mort de millions de palmiers principalement ornementaux. Un phénomène qui change la morphologie du paysage et sa signification à mesure que les palmiers sans têtes disparaissent : un événement esthétique soustractif, qui a un effet sur l’activité environnementale. Une menace que Rubsamen décrit comme une illustration de la mondialisation dévastatrice dont sont victimes de nombreux palmiers plantés au cours du siècle dernier pour des raisons touristiques et politiques. Et aucune menace n’a été aussi meurtrière pour les palmiers qui sont aujourd’hui partiellement dévorés ou détruits par ce coléoptère connu sous le nom de charançon du palmier sud-américain et par un champignon mortel appelé Fusarium d’Amérique du Sud6. Dans les années 1980, le champignon Fusarium a commencé à étouffer des centaines de palmiers dattiers des îles Canaries « Phœnix canariensis », l’espèce de palmier la plus chère et la plus désirable, symbole de statut et qui arbore de nombreuses avenues mythiques de la mégalopole, et qui serait ainsi sur le point de disparaître (Farmer, 2013). Si autant de palmiers mouraient, non seulement le coût de leur élimination et de leur remplacement serait exorbitant, mais créerait aussi une crise majeure avec des conséquences sur la santé et le bien-être de l’homme, la valeur des propriétés, les économies de climatisation, le stockage de carbone, l’élimination des polluants de l’air et l’habitat de la faune. Car l’obsolescence des milieux naturels, des écosystèmes, l’épuisement de la biodiversité à force d’être pollués entraîneront une obsolescence humaine ; l’humanité, une forme d’existence qui finira par être anéantie par d’importants risques sanitaires. La crise climatique est là et menace l’équilibre du monde ; comme les anomalies de température qui tue plus de personnes que les autres événements météorologiques réunis. Et l’humanité n’a jamais été confrontée à un problème aussi accablant que le changement climatique (McKibben, 1994). Plus l’environnement est en danger, plus les risques et violences augmentent, car à la crise environnementale s’ajoutera une crise sociale, puisque le dérèglement climatique et les inégalités sociales et raciales sont inextricablement liés (Mckibben, 2019). Afin d’éviter le risque d’une « barbarie climatique » avec la montée des nationalismes et du suprémacisme blanc qui se nourrit constamment des bouleversements écologiques comme un carburant du nationalisme (Klein, 2019).

Victime de la globalisation

13Aujourd’hui, le palmier est le symbole de la globalisation, l’emblème d’un espace-monde et d’un temps mondial, une nouvelle victime de la mondialisation. On voit ainsi apparaître un phénomène d’uniformisation croissante, un formatage des paysages urbains, et une accélération du climat réchauffé de la planète montrant l’absurdité produite par une société aliénante et aliénée. Au-delà du symbole de l’avarice capitaliste, qui répond finalement toujours à l’obsession de l’argent, l’iconographie du palmier est devenue un problème, dans un monde devenu de plus en plus complexe, remodelé à la vitesse vertigineuse de la mondialisation : symbole de l’impermanence de la propriété, du déclin social et de la brutalité du commerce globalisé, l’image du palmier se desséchant traduit la dévastation environnementale en cours. Le déclin des palmiers de Los Angeles fait partie d’une tendance plus large dans le paysage forestier de Californie. Au cours des cinq prochaines années, la ville perdra suffisamment d’arbres à cause des maladies et des ravageurs, même s’il y aura probablement des palmiers survivants à Los Angeles pendant encore des décennies, ou du moins jusqu’au siècle prochain ; les jardiniers et les propriétaires continueront probablement à planter des palmiers dans des propriétés privées malgré les menaces auxquelles ces « grandes herbes » sont confrontées. Et même si chaque palmier n’est pas remplacé, certains seront protégés dans les zones historiques et touristiques célèbres. Jadis, symbolisant le glamour de Los Angeles, le palmier pourrait finalement trouver un nouveau rôle dans un mauvais film hollywoodien. La grande mort des palmiers pourrait s’avérer utile à Hollywood, en montrant à quel point la ville est dystopique, et que cette malencontreuse expérimentation botanique a finalement mal évolué. Comme les monuments qui sont construits, puis qui tombent en ruine, les derniers palmiers de Los Angeles se balançant dans l’air tropical disparaîtront eux aussi du paysage de la ville, et le palmier ne restera que dans la mémoire, renforçant encore son image comme l’une des obsessions de la postmodernité. Ancien symbole du pouvoir impérialiste, le palmier se trouve aujourd’hui déplacé, transplanté en tous sens, et totalement dénaturé. Dans un temps passé, symbolisant le rêve d’évasion moderne, le palmier paraît aujourd’hui fatigué, épuisé, ou bien souvent, dans un état d’agonie, proche de la mort, devenant une victime anodine du monde contemporain globalisé.

Top of page

Bibliography

Barbrook, Richard, Cameron, Andy, The Californian Ideology, 1995.

Bégout, Marc, Los Angeles : capitale du XXe siècle, Paris : Inculte, 2019.

Buttel, Frederick H., Hawkins Ann P. et Power Alison G., « From limits to growth to global change. Constraints and contradictions in the evolution of environmental science and ideology », Global Environmental Change, 1:1, 1990, p. 57-66.

Davis, Mike, Ecology of fear : Los Angeles and the imagination of disaster, New York : Metropolitan Books, 1998.

Davis, Mike, City of Quartz : Los Angeles, capitale du futur, Paris : La Découverte [1997] 2006.

Didion, Joan, L’Amérique 1965-1990 – Chroniques, Paris : Grasset, 2009.

Ellis, Bret Easton, Moins que zéro, Paris : 10-18, 2012.

Farmer, Jared, Trees in Paradise : A California History, New York : W.W. Norton & Company, 2013.

Farmer, Jared, Trees in Paradise : The Botanical Conquest of California, Berkeley : Heyday, 2017.

Klein, Naomi, Plan B pour la planète : le new deal vert, Arles : Actes Sud, 2019.

McKibben, Bill, La Nature assassinée [« The End of Nature »], Paris : Fixot, 1994.

McKibben, Bill, Falter : Has the Human Game Begun to Play Itself Out ?, New York : Henry Holt and Company, 2019.

Rubsamen, Glen, Rhynchophorus Ferrugineus, New York : Osmos Books, 2013.

Ruscha, Edward, A few palm trees, Hollywood : Heavy Industry Publications, 1971.

Schwartz, Alexandra, Ed Ruscha’s Los Angeles, Cambridge, Mass : The MIT Press, 2010.

Top of page

Notes

1

Le « changement global » est la traduction de l’anglais global change désignant le changement des conditions climatiques dans l’atmosphère terrestre liée aux activités humaines. L’expression apparaît en même temps que celle de « limite de la croissance » (in Buttel, Hawkins et Power, 1990). Dans un sens plus large, cela désigne tous les changements imprimés aux écosystèmes par l’anthropisation, dans le cadre plus général de l’avènement d’un Anthropocène, une ère géologique dans laquelle les sociétés humaines transforment de manière irréversible leur environnement. L’usage du pluriel est de plus en plus fréquent, changements globaux permet d’insister sur l’aspect multiforme de ses changements et de ne pas les réduire au seul changement climatique, et d’inviter ainsi à une approche systémique.

2 Lorsque la ville de Los Angeles est devenue un lieu de plus en plus fréquenté, et que les visiteurs arrivaient en grand nombre, la société Ward Brothers, basée dans l’Ohio, a produit tout un catalogue d’albums souvenirs typiques de la période sur Los Angeles. Son édition de 1886 mettait en vedette des palmiers dans divers contextes, juxtaposés aux missions où les plantes avaient été introduites à l’origine ou représentés sur les lieux où elles avaient été récemment transplantées. C’est ce que l’auteur Charles Nordhoff raconte dans son ouvrage California en 1872.

3 Voir les portraits littéraires dépeints par Bret Easton Ellis, dans Moins que zéro, où de jeunes adultes américains semblent s’être égarés face au sexe, à la drogue et au trop d’argent, en comparaison à la vision sombre du palmier.

4 Au fil des légendes urbaines, Los Angeles héberge de nombreux signifiants codés changeants : les chaussures de tennis accrochées à d’épaisses lignes électriques ou les étiquettes irrégulières peintes à la bombe au hasard qui découpent les quartiers en zones de guerre. Mais les palmiers malades à tête décapités sont un code de rue encore plus cryptique. Car au fil du temps, ces bâtons sans têtes qui se mêlent aux vivants disent quelque chose d’autre : ce sont des survivants, tout comme les vieux quartiers, et les hommes et femmes marqués qui ont survécu à la violence et aux mésaventures des rues. Les palmiers pourraient être remplacés, mais leurs racines sont encore profondément enfoncées, agissant comme des rappels, ils font partie des légendes urbaines de Los Angeles.

5 Los Angeles, la ville aux autoroutes tentaculaires, pense que son avenir dépend des arbres. Le maire Éric Garcetti voit les avantages d’investir dans la préservation et la promotion de l’environnement naturel de la ville. Dans le cadre du Green New Deal, inspiré par celui du président américain Franklin Delano Roosevelt dans les années 1930, prône un changement radical face à la crise climatique et sociale ; Los Angeles entend ainsi planter plus de 90 000 nouveaux arbres, dont certains reconstitueront la plus grande forêt urbaine du pays alors que d’autres seront plantés dans les quartiers défavorisés. Les nouveaux arbres nouvellement plantés fourniront de l’ombre, ralentiront les eaux de pluie afin de les absorber dans le sol, tout en unissant davantage les communautés.

6 Le charançon des palmiers s’enfouit dans la base des feuilles et pond ses œufs. Une fois écloses, les larves entrent dans le tronc, et commencent à manger le noyau du palmier, le faisant ainsi pourrir. Si le palmier n’est pas enlevé, il commencera à flétrir, ses feuilles jauniront, s’affaisseront, et sa cime finira par tomber. Alors que le champignon indigène Fusarium présent dans le sol californien attaque généralement les palmiers trop arrosés ou plantés dans un sol naturellement trop humide, en pénétrant par leurs racines, colonisant les vaisseaux utilisés par les palmiers pour transporter ses nutriments ; les feuilles inférieures meurent en premier, suivit des feuilles moyennes, puis enfin les plus récentes.

Top of page

References

Electronic reference

Alexandre Melay, « L’image du palmier face aux changements globaux. Une victime de la mondialisation »Amerika [Online], 20 | 2020, Online since 17 July 2020, connection on 22 October 2020. URL: http://journals.openedition.org/amerika/12098 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.12098

Top of page

About the author

Alexandre Melay

Université de Lyonmelayalexandre@gmail.com

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • OpenEdition Journals
Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search