Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Dossier thématique: Ecritures scé...De la scène théâtrale à la scène ...Prédire la révolte chilienne : Le...

Dossier thématique: Ecritures scéniques et dramatiques d’Amérique latine : quelles émancipations ?
De la scène théâtrale à la scène politique

Prédire la révolte chilienne : Le théâtre comme espace d’anticipation des émancipations ?

Célia Jésupret

Résumés

Au milieu de la révolte sociale qu’a connu le Chili au printemps austral 2019, les théâtres et les artistes – les uns par leur programmation, les autres par le biais des réseaux sociaux – ont mis en avant des créations récentes qui, selon eux ont, « anticipé » la crise sociale, ou qui tout du moins s’inscrivaient parfaitement dans la contingence du moment. Entre stratégie de communication pour attirer du public et création romantique d’une image d’artistes prophètes, ce discours témoigne surtout de l’observation d’un théâtre qui a cristallisé les mécontentements et questionnements sociopolitiques exprimées par la société chilienne depuis une quinzaine d’année. Il s’agit ici de voir dans quelle mesure ce caractère prédictif ou anticipateur prêté à certains spectacles esquisse une dramaturgie de l’émancipation permettant d’imaginer, à partir de la scène, un nouveau système socio-politique.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Sebastián Piñera, le 8/10/2019 dans la matinale Mucho Gusto du média Meganoticias.
  • 2 Clemente Pérez, le 16/10/2019 sur la chaîne d’informations 24 Horas.

1Le printemps austral 2019 et l’année 2020 ont constitué une période particulièrement historique pour le Chili. Le 18 octobre 2019, après une semaine de mobilisations lycéennes opposées à la hausse du prix du ticket de métro à Santiago, un mouvement de révolte a surgi, lors duquel les Chiliennes et Chiliens ont pris la rue semaine après semaine pendant près de quatre mois, décriant un système démocratique par trop néolibéral, qui nourrit de trop fortes inégalités et une précarité insoutenable pour une trop grande partie de la population. Cette mobilisation leur a permis d’obtenir un référendum statuant sur la nécessité ou non de créer une nouvelle Constitution pour le pays, et c’est ainsi que le 25 octobre dernier, 78% des votants ont rejeté l’actuelle Constitution, créée en 1980 en pleine dictature par le Général Pinochet et sa junte militaire, et 79% ont approuvé la création d’une Assemblée Constituante qui sera chargée d’en rédiger une nouvelle. Fin 2019, lorsque cet estallido social – littéralement, explosion sociale – a surgi, un discours commun, relayé par beaucoup de manifestants et repris par les médias, disait que personne n’avait vu venir cette crise. Deux vidéos, extraites de programmes de télévision et devenues virales sur les réseaux sociaux ont notamment contribué à illustrer et soutenir ce discours : la première, datant du 8 octobre 2019, soit dix jours avant les événements, est une interview du président Sebastian Piñera, dans laquelle ce dernier, se référant à la crise politique que l’Equateur était en train de vivre explique : « En medio de esta América Latina convulsionada veamos a Chile, nuestro país, es un verdadero oasis, con una democracia estable »1. Dans la deuxième, datant du 16 octobre 2019, l’avocat Clemente Pérez, ex-président du Métro de Santiago, analysant la mobilisation lycéenne contre la hausse du prix du ticket de métro fait mine de s’adresser aux lycéens mobilisés et leur dit : « Cabros, esto no prendió. No se han ganado el apoyo de la población. (…) La gente está en otra, el chileno es bastante más civilizado. Lo único que he visto es un gran rechazo a este tipo de actitudes »2. Deux jours après, la révolte éclatait, impulsée précisément par les actions lycéennes. Le manque de clairvoyance sur la situation politique et le climat social du pays dont témoignent ces deux prises de parole a été très largement moquée, notamment sur internet, mais ces vidéos ont contribué à forger l’idée que l’estallido social d’octobre avait surpris tout le monde, que même s’il était compréhensible, voire légitime, ou même nécessaire, personne ne l’avait vu venir.

2S’il est important de signaler l’existence de cette impression de surprise et d’inattendu, c’est parce qu’on en trouve une traduction, ou tout le moins un écho, du côté du champ théâtral. En effet, à partir de l’idée que personne n’avait pressenti qu’une révolte arrivait, certains acteurs du champ – artistes, diffuseurs, critiques, voire spectateurs – ont affirmé que certains spectacles ont su, eux, anticiper la révolte sociale. Fin octobre, l’Etat d’urgence avait été déclaré, les militaires occupaient les rues, les grandes villes étaient soumises à un couvre-feu, et les transports en commun de Santiago étaient à l’arrêt. Et surtout, le centre-ville de la capitale où se trouvent la plupart des théâtres se transformait tous les jours en théâtre de manifestations et en champ de bataille. C’est ainsi que les salles de spectacle sont restées fermées. Mais à partir de la mi-novembre, et en s’adaptant au rythme des manifestations, les théâtres ont recommencé à programmer quelques pièces. Et soudain, il a été dit de la plupart de ces pièces qu’elles s’inscrivaient parfaitement dans la contingence actuelle, que leur sujet était plus brûlant que jamais, qu’elles avaient anticipé les événements d’octobre. C’est ainsi, par exemple, que la pièce La Apariencia de la Burguesía de Luis Barrales, mise en scène par Aliocha de la Sotta, est présentée en novembre 2019 par le Teatro Finis Terrae qui la programme, comme la « obra que se anticipó a la crisis social »3. Alfredo Castro, important metteur en scène de la transition démocratique, met alors en scène au Teatro UC la pièce Mano de obra, adaptée d’un roman de Diamela Eltit. Le journal El Desconcierto écrit le 22 octobre que « la obra parece haber presagiado el estallido social » (El Desconcierto, 22/10/2019), quand Castro lui-même, le 25 octobre, dans un entretien avec le journal La Tercera affirme : « Cuando decidí montar Mano de obra, no tenía ese carácter premonitorio, pero hoy le doy vueltas a esto y pienso que la Diamela fue una iluminada » (La Tercera, 25/10/2019). Dans ces citations, les notions d’anticipation, de présage, de prémonition et d’illumination viennent construire l’image d’un théâtre prophétique, plus à même de parler politique que le président Piñera et ses remarques aveugles. A l’instar de ces commentaires faits sur une partie des spectacles de la programmation des mois de novembre et décembre, de nombreux artistes, sur leurs réseaux sociaux, se sont mis à citer certaines de leurs pièces ou des pièces créées par leurs collègues, dans le but de mettre en avant leur correspondance parfaite avec l’actualité.

3Deux dynamiques ou plutôt deux types de discours co-existent dans ce rapprochement fait entre certains spectacles et l’actualité. D’une part, on retrouve une stratégie de communication et de diffusion plus ou moins consciente et assumée, mise en place par les théâtres et les artistes. L’idée est bien évidemment d’attirer du public, et quoi de plus sensationnel et accrocheur, pour ne pas dire aguicheur, qu’un spectacle visionnaire qui avait prédit la révolution ? Le principe est simple : le public, vit un moment historique très fort, et on lui affirme que le théâtre est là pour lui parler de son actualité. D’autre part, et presque à l’opposé de cette dynamique stratégique de faire-valoir, ce discours sur un théâtre qui serait prémonitoire construit une image très romantique des artistes qui seraient comme le poète voyant de Rimbaud qui « arrive à l’inconnu, et quand, affolé, il finirait par perdre l’intelligence de ses visions, il les a vues ! » (Rimbaud, 1871). C’est en suivant cet imaginaire qu’Alfredo Castro qualifie Diamela Eltit d’« illuminée » et sa pièce de « prémonitoire » dans son interview avec La Tercera. La dramaturge apparaît alors comme une sorte de prophétesse, dont la vision artistique a su percevoir ce que le commun des mortels n’a pu voir venir. Par ailleurs, cette image d’artistes visionnaires, peut-être pas voyants mais clairvoyants est plutôt gratifiante et nourrit tout un régime de justification du champ théâtral qui veut se penser comme nécessaire, politique et extrêmement actuel. Or, ce label « pièce-qui-a-anticipé-l’estallido » a pu surprendre parfois. Pour reprendre l’exemple du spectacle Mano de obra, la pièce situe son action dans une sorte de société dystopique du capitalisme tardif, tombée dans une décadence terrible, où un groupe de personnages qui travaillent dans un supermarché vivent tous dans le même squat. Leurs conditions de travail sont épouvantables et, ayant abandonné toute idéologie politique, ils sont incapables de s’organiser pour changer les choses. On a là, bien évidemment, une pièce qui traite de thématiques sociales et politiques manifestes ; des rapprochements avec le néolibéralisme brutal qui caractérise le Chili peuvent bien entendu être faits, mais très concrètement, il ne s’agit pas d’un spectacle qui prévoit une profonde révolution…

  • 4 Guillermo Calderón, Table Ronde « Latinoamérica Hoy », Platea 20, Centre culturel GAM, le 22/01/ (...)

4A partir de ce constat d’un usage sans doute abusif de l’idée d’anticipation et de prophétisme, revenons sur l’idée d’une crise qui est arrivée sans crier gare : peut-être que personne n’aurait pu prévoir que le 18 octobre 2019 les premières barricades allaient commencer à fumer dans les rues de Santiago du Chili, mais est-ce que tout n’était pas déjà là, depuis des années ? La précarité, la colère, la remise en question du système, l’organisation collective, la réappropriation de l’espace public… Depuis le début des années 2000 jusqu’à l’année 2019 on a vu décoller d’importants mouvements sociaux : les groupes de proches de détenus et disparus de la dictature qui réclament la fin des lois d’impunité, les mobilisations lycéennes et étudiantes depuis 2006 qui ont particulièrement agité le pays en 2011, les grandes manifestations de 2016 contre les AFP, fonds de pension privés maîtres de la gestion du système des retraites, les conflits autour de la répression des communautés indigènes et notamment mapuche dans le sud du pays, et la récente et très puissante vague de féminisme qui depuis 2018 réclame activement – entre autres – une extension de la loi pour la légalisation de l’avortement. En 2011, déjà, Gabriel Salázar, l’un des historiens les plus reconnus du pays, publiait un livre intitulé En El Nombre del poder popular constituyente, dans lequel il évoque la nécessité de création d’une nouvelle Constitution, et dès les premières pages il écrit : « Tal como ha informado el Programa de Naciones Unidas para el Desarrollo (PNUD) desde 1998: “los chilenos viven un profundo malestar interior”… ¿No será el tiempo de la rabia? » (Salázar, 2011 : 9). La colère a mis des années à monter, donc, et force est de croire que le théâtre n’y est pas resté indifférent. Les pièces de Guillermo Calderón qui traitent de la mémoire collective en sont témoins. Tout comme les spectacles de la compagnie KIMVN Teatro de la metteuse en scène mapuche Paola González qui révèlent les oppressions spécifiques dont est victime sa communauté. De nombreuses autres compagnies comme le Teatro La María, La Re-sentida, le Colectivo Zoológico, La Niña horrible, La Patogallina, le teatro Niño Proletario, le Teatro la Peste, le Teatro Perro Muerto et bien plus ont pris pour leurs pièces des thématiques politiques et sociales liées aux grandes préoccupations de la société, et toujours affiliées à une pensée de gauche anticapitaliste. Cet engagement du théâtre envers ces thématiques a été si fort que face au fameux discours affirmant que l’estallido avait été une surprise pour tout le monde, le dramaturge et metteur en scène Guillermo Calderón a rétorqué dans un entretien en janvier 2020 : « El teatro fracasó seguramente. Lo que estamos conversando ahora lo estuvimos diciendo en el teatro desde hace quince años. Y nadie nos escuchó »4 (Calderón, 2020).

5Cette affirmation de Calderón, plutôt que de présenter les artistes comme des visionnaires ou des illuminés semble dire plus simplement que le théâtre, depuis les années 2000, a su cristalliser le mal-être intérieur et collectif de la société chilienne et a voulu servir d’avertisseur. Ainsi, on pourrait effectivement dire que certaines pièces ont anticipé les événements du printemps 2019, mais dans la mesure où elles révèlent les représentations collectives de la société sur la manière dont une crise politique pourrait se manifester, sur les faiblesses du système démocratique chilien et la façon dont il pourrait évoluer. Dans sa conférence « Esthétique et politique de l’anticipation au théâtre » (Plana, 2019), Muriel Plana définit l’anticipation comme une « manière d’appréhender la temporalité qui consiste à envisager prioritairement des événements à venir en cherchant à les définir et à les contrôler à partir d’une certaine connaissance du passé et du présent dont ils seraient la suite déductible, donc une suite possible, probable, ou fatale »5. L’idée de connaissance du passé et du présent qu’introduit cette définition permet de comprendre comment les spectacles chiliens qui ont été désignés comme des spectacles prémonitoires sont en réalité le résultat d’une construction, d’une réflexion qui part d’une certaine connaissance de la réalité sociopolitique du pays. Muriel Plana distingue deux « tendances esthético-politiques » dans les théâtres liés à l’anticipation : d’une part, ce qu’elle appelle le « prophétisme tragique », où une voix prophétique énonce un futur déjà défini, inéluctable et catastrophique, et d’autre part la « voyance épique », où des visions multiples, floues, dessinent plusieurs horizons possibles, que les personnages et par extension les spectateurs peuvent voire doivent interpréter. Dans cette distinction, explique Muriel Plana, se joue la tension entre l’expression d’un avenir déjà écrit, subit, tragique, et l’expression de la liberté humaine. Nous serions alors forcés de croire qu’il ne peut y avoir de dramaturgies de l’émancipation que dans des pièces relevant de la « voyance épique ». En effet, comme le dictionnaire des Trésors de la Langue Française le rappelle, par extension de sa définition juridique, l’émancipation définit « l’action de se libérer, de s’affranchir d’un état de dépendance », d’une autorité en outre. Et alors que le « prophétisme tragique » vient imposer un avenir indiscutable, qui ne laisse pas de marge de manœuvre aux personnages, la « voyance épique » invite à une liberté d’interprétation, elle énonce un « possible suspendu » qui est une base censée menée à la sagesse et à l’action.

6Dans cette tension entre les deux tendances dégagées par Muriel Plana, où se situent les spectacles chiliens de la fin de l’année 2019 ? Pour réfléchir à cette question et mettre en perspective la question de l’anticipation et celle de l’émancipation, nous pouvons prendre l’exemple de trois pièces. Rappelons que nous ne nous situons pas à proprement parler dans le genre de l’anticipation, mais que le caractère prémonitoire attribué aux pièces dont nous parlons est issu d’un métadiscours sur les spectacles qui ont été vus à l’aune de l’actualité du printemps 2019. Les trois pièces suivantes ont cela de commun qu’elles ont été créées avant octobre 2019 ; toutes trois ont un ancrage thématique politique, elles ont été représentées en novembre ou décembre 2019 et on a dit d’elles – du côté de la programmation, et/ou du côté de la réception – qu’elles avaient anticipé l’estallido. Il s’agit d’abord de La Apariencia de la Burguesía, déjà mentionnée, adaptée par Luis Barrales des Petits Bourgeois de Gorki, et mise en scène par Aliocha de la Sotta. Sa première a été jouée au Teatro Finis Terrae à Santiago la veille de l’estallido, les représentations ont ensuite été interrompues et ont repris à la mi-novembre. La deuxième est 2118 Tragedia Futurista de la compagnie La Patogallina, spectacle créé en avril 2019 et qui a été programmé mi-novembre à Concepción au Festival de Teatro del Bío Bío, à la dernière minute, après qu’une autre compagnie a renoncé au festival en raison du contexte politique. Enfin, Pinochet la obra censurada en dictadura de la compagnie Teatro Perro Muerto, a été créée en 2015. La pièce a beaucoup tourné et a été reprogrammée quelques jours à Matucana 100 à Santiago début décembre, parce que son sujet renvoyait à l’actualité.

  • 6 Luis Barrales, La Apariencia de la burguesía, texte non publié.

7Un premier point commun qu’ont ces trois pièces, et qui a sans doute nourri la comparaison entre leur sujet et l’actualité fin 2019, est qu’elles mettent en scène un moment de crise politique, la naissance d’un chaos voué à ébranler un système. Dans La Apariencia de la Burguesía, les personnages – la propriétaire d’une pension de famille, ses grands enfants et ses pensionnaires – font face à la montée d’une vague d’attentats dans la ville de Santiago : une série d’explosions de bombes artisanales posées par un groupe qui se fait appeler los Ecologistas tendiendo a lo salvaje. Cette anecdote est inspirée des actions d’un réel groupe armé, actif dans plusieurs pays d’Amérique latine et autodéfini comme « écoextrémiste », qui se fait appeler Individualistas tendiendo a lo salvaje et qui a revendiqué plusieurs actions au Chili ces dernières années, notamment d’avoir brûlé plusieurs bus de Santiago et fait exploser une bombe artisanale à un arrêt de bus. 2118 Tragedia Futurista, emmène le public dans un futur de science-fiction où une présidente anarco-féministe, élue démocratiquement, se fait renverser par un violent coup d’Etat qui pousse les derniers membres de son parti, dont la protagoniste, à entrer en résistance clandestine. Enfin, Pinochet la obra censurada en dictadura opère un retour en arrière et met en scène un attentat contre le général Pinochet, perpétré par ses proches, bien décidés à pacter le retour à la démocratie pour s’y assurer une place de choix. On observe que dans ces trois spectacles, l’ébranlement du système a un goût de chaos, de bombes artisanales et de répression, donnant naissance à des situations et des images qui ont bien évidemment beaucoup frappé les spectateurs de l’estallido. Dans La Apariencia de la Burguesía, le public peut entendre des sons d’explosions, venant du hors-scène, et voir des personnages rentrer chez eux paniqués comme Nelson, l’un des pensionnaires, qui raconte : « Las calles están llenas de fogatas y barricadas. Es un caos »6. 2118 Tragedia Futurista, avec son esthétique comics non réaliste, qui mêle comédiens et marionnettes, présente une scène de coup d’Etat qui cherche à stimuler voire agresser les sens des spectateurs, par des jeux de lumières, qui clignotent et changent de couleurs, de la musique électronique assourdissante jouée sur le plateau, et des scènes simultanées. A cela s’ajoute le fait que l’usage des marionnettes, qui sont attrapées et frappées par les forces de l’ordre, permet la représentation d’une violence répressive inouïe. De fait, on remarque alors que la violence, la répression, les barricades, le chaos – qui se sont effectivement retrouvés dans les rues à partir d’octobre – faisaient déjà partie d’un imaginaire commun de la révolte, que ces pièces ont représenté.

  • 7 Idem.
  • 8 Idem.

8Un autre point fondamental, traité par ces trois pièces, est la question de la démocratie chilienne, de ses origines et de sa légitimité. Les personnages en parlent dès le début de La Apariencia de la burguesía en se demandant : « ¿Una democracia no debe defender todas las ideas que se expresen? »7. D’ailleurs une partie d’entre eux est définie par son lien avec la démocratie chilienne : selon la mère, Pedro, son fils, s’y connait en démocratie parce qu’il est né en 1993, après la dictature. Tatiana, sa fille, est née en 1986, « pero se adaptó rápido »8 explique-t-elle. Quant à elle, elle a voté Non au référendum de 1988 et était en faveur de la Concertation, mais toutes deux, la protagoniste et la Concertation, se sont embourgeoisées et sont aujourd’hui opposées à tout changement. Pinochet la obra censurada en dictadura et 2118 Tragedia futurista jouent toutes les deux sur un retour en arrière, qui leur permet de remettre en question les fondements du système chilien. Dans la première, Jaime Guzman, Raul Hasbun, Manuel Contreras et Lucia Hiriart, quatre grandes personnalités de la dictature, proches du général Pinochet, se retrouvent autour d’une table pour parler de la fin de la dictature. La pièce met en avant l’idée, aujourd’hui très relayée dans la gauche chilienne, qu’avec le référendum de 1988, la dictature a su pacter son départ, garantissant dans le même temps son immunité et sa continuité, grâce à la Constitution écrite en 1980 par Pinochet et inchangée pendant plus de quarante ans. Le retour en arrière, donc, permet d’affirmer l’illégitimité du système actuel. Dans la pièce de La Patogallina, la protagoniste, une résistante qui veut renverser ce pouvoir fasciste dictatorial, trouve une machine à voyager dans le temps qui lui permet d’aller éliminer neuf personnages historiques qui ont marqué l’histoire coloniale, réactionnaire et dictatoriale du pays depuis le XVIe siècle. Elle saute donc d’époque en époque et assassine ces points noirs du passé, censés être à l’origine des maux politiques de son époque à elle, tout comme les manifestants de l’estallido, ont déboulonné les statues de dizaines de figures coloniales à travers tout le pays.

  • 9 Sebastian Squella, Pinochet : la obra censurada en dictadura, texte non publié.
  • 10 Luis Barrales, op. cit.

9Seulement, la protagoniste de 2118 se rend compte à la fin de sa mission que l’enfant qu’elle protégeait et qui devait être l’avenir de son parti anarco-féministe a elle aussi été contaminée par le fascisme, et que ses voyages dans le passé n’ont servi à rien. La petite la tue, et une voix off explique que le virus du fascisme est inhérent à l’être humain et ne pourra jamais être déboulonné. Cette fin extrêmement pessimiste, voire cynique, est une caractéristique qui se retrouve dans les deux autres pièces. A la fin de Pinochet, l’un des comédiens s’avance et explique que cet attentat contre Pinochet n’a jamais eu lieu, et que seulement dans ses rêves les plus fous les quatre personnages de la pièce sont jugés, en même temps que les présidents de la Concertation et les complices des lois d’impunités. La pièce se termine d’ailleurs sur une fausse prédiction d’une ironie cinglante : « Cuando se apaguen las luces se desatará la revuelta social, porque esto es teatro político »9. L’air de dire que la justice politique est une utopie et que le théâtre n’y changera rien. Enfin, à la fin de La Apariencia de la Burguesía, Pedro, le fils, qui faisait partie des jeunes poseurs de bombes se fait prendre par la police. On apprend qu’il passe quelques années en prison, et l’un des pensionnaire prédit : « Pedro saldrá de la cárcel conociendo la naturaleza humana y jamás volverá a intentar torcerla. […] Será un perfecto burgués satisfecho de sí mismo por haber hecho todo lo posible por no serlo »10. Encore une fois, la lutte n’aboutit à rien, tout rentre dans l’ordre, et l’individualisme et les idées réactionnaires sont considérées comme faisant partie de la nature humaine. Un phénomène étonnant apparaît alors ici : l’image d’un chaos indéterminé mais bien décidé à renverser le pouvoir en place, et la possibilité ouverte par ces pièces d’examiner le passé pour changer le futur plaçaient plutôt ces trois spectacles du côté de la « voyance épique », mais les prédictions qui les terminent toutes les trois semblent dessiner un futur sombre et inéluctable, comme le fait le « prophétisme tragique ». Avec le pessimisme qui apparaît fortement dans ces pièces, et dans d’autres, on voit s’exprimer un clair désenchantement de la société chilienne, et peut-être une limite dans la façon dont les Chiliens ont pu penser leur capacité à changer le cours de l’Histoire. Car, dans les faits, cette année ne s’est pas soldée par un retour à l’ordre mais par un vote en faveur d’une nouvelle Constitution. Si l’émancipation est donnée à penser par ces dramaturgies, si leur construction ouvre un « possible suspendu » comme le dit Muriel Plana des pièces de la tendance de la « voyance épique », il semblerait que les dramaturges n’aient pas osé la croire possible.

10Finalement, ces exemples et cette réflexion nous montrent que les artistes n’ont sans doute pas prophétisé la révolte tels des prédicateurs qui auraient entendu sonner avant les autres l’heure de la Révolution, mais que le théâtre a su cristalliser et donner des images et des histoires aux dynamiques d’émancipations qui ont traversé le pays depuis 2006. Dans cette mesure, leurs pièces n’entrent pas dans le genre de l’anticipation à proprement parler, mais leur théâtre s’est fait espace d’anticipation de la révolte dans la mesure où les artistes ont pu, avant l’heure, la rêver, l’imaginer, la problématiser et l’attendre. Enfin, la réalité a su dépasser la fiction, car si les pièces ont pu rêver le chaos, le voyage dans le temps, la destruction du passé, elles n’ont pas osé ou pas voulu se représenter l’après, le changement, la solution, finalement. En revanche, il est important de dire que ces représentations de la fin d’année 2019 ont été presque systématiquement accompagnées d’ateliers, de bords de plateau, de discussions, qui ne portaient presque jamais sur les processus de création, sur des questions artistiques ou esthétiques, et parfois même pas sur les spectacles eux-mêmes, mais sur l’actualité des manifestations. A une époque, justement, où se sont multipliées les assemblées de quartiers, de corps professionnels ou d’universités destinés à imaginer la suite du mouvement ou les points que devraient comporter une nouvelle constitution, ces représentations théâtrales sont devenues des espaces cathartiques d’une part, et des espaces de dialogue politique extrêmement riches, d’autre part.

Haut de page

Bibliographie

Bahamondes, Pedro, « Alfredo Castro : “Incluso el teatro que se tiene que hacer en Chile de ahora en adelante tendrá que replantearse” », La Tercera, 25/10/2019

Miranda, Rodrigo, «  Mano de obra, de Diamela Eltit: el origen de la rabia social contra los supermercados », El Desconcierto, 22/10/2019

Plana, Muriel, « Esthétique et politique de l’anticipation au théâtre », Abbaye Des Prémontrés - Pont-à-Mousson, 25e Mousson d’été, août 2019

Rimbaud, Arthur, « Lettre du voyant » à Paul Demeny, 15 mai 1871, Œuvres Complètes, Paris, Gallimard, La Pléiade, 1972

Salázar, Gabriel, En El Nombre del poder popular constituyente, Santiago, LOM Ediciones, 2011

« Emancipation », Trésor de la Langue Française informatisé, ATLIF - CNRS et Université de Lorraine, 1994.

Haut de page

Notes

1 Sebastián Piñera, le 8/10/2019 dans la matinale Mucho Gusto du média Meganoticias.

2 Clemente Pérez, le 16/10/2019 sur la chaîne d’informations 24 Horas.

3 Présentation du spectacle sur le site internet du spectacle. Disponible sur : http://teatrofinisterrae.cl/cartelera-historica/2017/item/la-apariencia-de-la-burguesia, dernière consultation le 07/02/2021

4 Guillermo Calderón, Table Ronde « Latinoamérica Hoy », Platea 20, Centre culturel GAM, le 22/01/2020.

5 Vidéo de la conférence disponible sur : https://www.theatre-contemporain.net/video/Esthetique-et-politique-de-l-anticipation-au-the-a-tre-conference-de-Muriel-Plana-25e-Mousson-d-ete, dernière consultation le 5/02/2021.

6 Luis Barrales, La Apariencia de la burguesía, texte non publié.

7 Idem.

8 Idem.

9 Sebastian Squella, Pinochet : la obra censurada en dictadura, texte non publié.

10 Luis Barrales, op. cit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Célia Jésupret, « Prédire la révolte chilienne : Le théâtre comme espace d’anticipation des émancipations ? »Amerika [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 03 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/amerika/13066 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.13066

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search