Navigation – Plan du site

AccueilNuméros21Dossier thématique: Ecritures scé...Paroles d’artistesVers une dramaturgie émancipée et...

Dossier thématique: Ecritures scéniques et dramatiques d’Amérique latine : quelles émancipations ?
Paroles d’artistes

Vers une dramaturgie émancipée et compréhensive : le théâtre d’Amaranta Osorio

Arianna  Berenice De Sanctis, Amaranta Osorio, Antonia Amo, Alice Bonnefoi et Agnès Suberzy

Résumés

La chercheuse Arianna Berenice De Sanctis interroge l'autrice mexico-colombienne-espagnole, Amaranta Osorio, au sujet de son processus de création et analyse trois de ses œuvres à travers le prisme de l'émancipation féminine, en se concentrant sur trois axes : la résistance par l'art et la profession, la violence de genre dans la société et l’autocensure. Les traductrices françaises de ces pièces, Antonia Amo (Ma petite, ma petite chérie. 2016), Agnès Suberzy (Les filles, ça joue au foot. 2018) et Alice Bonnefoi (Ce que je n'ai pas dit. 2018) se plongent dans les œuvres et parlent du processus de traduction.

Haut de page

Texte intégral

1Arianna-

2Nous avons sélectionné, pour cette communication, trois œuvres d’Amaranta Osorio, autrice, comédienne et productrice mexico-colombienne-espagnole, écrites en castillan et traduites en français : Moje Holka, Moje Holka (Ma petite, ma petite chérie, 2016) ; Lo que no dije (Ce que je n’ai pas dit, 2018) ; Las niñas juegan al fútbol (Les filles, ça joue au foot, 2018). Dans ces pièces les protagonistes, qui sont pour la plupart des personnages féminins, agissent dans le monde contemporain en menant leurs combats politiques et culturels afin d’améliorer leur condition.

3Nous avons privilégié trois axes qui traversent les trois pièces afin d’aborder le thème de l’émancipation féminine. En premier lieu, nous traiterons de la résistance dont les femmes font preuve, notamment à travers l’exercice de leur art et de leur métier.

4En deuxième lieu, nous analyserons quelques formes de violences exercées par la société, et les réponses que les personnages féminins de ces trois pièces y apportent. En troisième lieu, nous ferons état du phénomène de l’autocensure qui empêche les femmes de s’exprimer comme elles le souhaiteraient.

5Ces trois axes rejoignent les réflexions de nombreuses féministes engagées dans le monde de l’art parmi lesquelles celles de la professeure Tracy C. Davis qui affirme :« La tâche des historien·ne·s féministes est de s’attaquer à l’impulsion de la censure, de valider l’expérience vécue, et de mettre en lien les femmes et le travail, et le travail avec le monde en général. » (Davis, 2017 : 175-201).

6Amaranta-

7Commençons par le début. Nous nous sommes connues, il y a une dizaine d’années, quand Eugenio Barba, directeur de l’Odin Teatret, nous a mises en contact.

8Arianna-

9C’était dans le cadre de ma thèse de doctorat dont les recherches portaient sur le réseau politique, esthétique et de compagnonnage tissé entre l’Odin Teatret et des compagnies latino-américaines, entre 1976 et 2010. Après, nous nous sommes à plusieurs reprises retrouvées lors d’événements liées à l’activité de l’Odin ou autour des actions animées par le réseau Magdalena Project.

10Amaranta-

  • 1 Pour plus d’informations sur le Projet Magdalena, nous renvoyons vers le site internet https://www. (...)

11Le Projet Magdalena1 est un réseau international de femmes du théâtre contemporain, fondé par Jill Greenhalgh en 1986. Il favorise la visibilité des créations faites par les femmes en encourageant la critique, le soutien et l'enseignement. Depuis sa naissance, le Projet Magdalena a organisé 109 réunions et de nombreux festivals dans 24 pays.

12Arianna-

13Il faut rappeler également que tu prépares ton mémoire de Master 2 sur le Projet Magdalena à l’Université Sorbonne Nouvelle sous la direction d’Alexandra Moreira da Silva.

14Amaranta-

15Je fais aussi partie du Projet Magdalena depuis 2011. J'ai participé à plusieurs festivals du réseau en tant qu'artiste invitée et j’en ai dirigé deux : le 7 caminos – Magdalena, au Mexique en 2011, et le Festival A Solas, en Espagne en 2013. J’ai été également chargée de la programmation du Festival Tantidhatri qui s’est tenu en Inde en 2019.

16Arianna-

17Tu es née au Mexique, au sein d'une famille issue du monde du théâtre. Ta mère est la peintre mexicaine Cristina Cepeda (ancienne actrice) et ton père le metteur en scène et producteur colombien Ramiro Osorio qui a également été le premier ministre de la Culture en Colombie. Tu as donc passé ton enfance entre les villes de Mexique et Bogotá, entourée d’artistes…

18Amaranta-

19J’ai grandi sur scène. Enfant, j’ai été actrice de plusieurs pièces. Mon père organisait des festivals, donc depuis que je suis petite, j'ai vu beaucoup de théâtre de différentes régions du monde et j’ai assisté à des cours avec de grands artistes.

20Arianna-

21Puis tu es partie en Europe, d’abord en Espagne, à Madrid et après en France, dans l’Oise. Tu as un diplôme en dramaturgie de la Real Escuela Superior de Arte dramático de Madrid (RESAD), une maîtrise en gestion culturelle de l’Universidad Complutense de Madrid et SGAE, et tu as suivi un cours de leadership à l'Université de Harvard. Actuellement, tu es en Master 2 à l’Université Sorbonne Nouvelle.

22Et, en tant que comédienne, quel a été ton parcours de formation ?

23Amaranta-

24Dans ma jeunesse, je me suis formée avec divers professeurs, tels que Theodoro Terzopolus, Tadashi Suzuki, Augusto Boal. J'ai étudié à La casa del teatro au Mexique, dirigée par Luis de Tavira. Plus tard, je me suis entraînée avec Mar Navarro, une élève espagnole de Jacques Lecoq, et j’ai suivi plusieurs séminaires avec les acteurs et les actrices de l'Odin Teatret.

25Arianna-

26Y-a-t-il quelqu’un, parmi ces nombreux artistes-pédagogues de renommée internationale que tu viens de mentionner, qui t’a particulièrement influencée ?

27Amaranta-

28En tant qu'actrice, tous les professeurs que j'ai mentionnés auparavant m'ont marquée mais c’est sans aucun doute l’Odin Teatret qui m'a le plus apporté, en particulier Julia Varley.

29Arianna-

30La trajectoire artistique de l’Odin Teatret s’étend bien au-delà de ses spectacles. Cet ensemble organise des rencontres au niveau international, et il accorde une importance particulière à la pédagogie et à la transmission du savoir, mais aussi à la réflexion théorique et aux échanges culturels entre différentes communautés. Quels sont les points de vue sur le métier et les valeurs que tu partages avec cet ensemble et en particulier avec l’actrice Julia Varley ?

31Amaranta-

32Le théâtre que je fais maintenant ne ressemble pas au sien, car il est basé sur le texte, mais nous partageons la manière de créer. J'ai appris de Julia Varley que peu importe ce que vous ressentez, que vous soyez inspiré ou non, vous pouvez toujours vous mettre au travail et que travailler est toujours payant. Grâce à elle, j'ai découvert à quel point le laboratoire est merveilleux, car c'est un espace où l'on peut expérimenter et dépasser ses propres limites. Je partage avec les membres de l’Odin l'éthique, le goût de la pédagogie, l’intérêt pour le travail avec la communauté, et aussi l’intérêt pour des formes anciennes de théâtre.

33Arianna-

34En ce qui concerne l’écriture et la dramaturgie, quel.le.s sont tes auteurs et autrices de référence ?

35Amaranta-

36Il y a beaucoup d'auteurs et autrices que j'ai lu.e.s et qui sont des référent.e.s : William Shakespeare, Lope de Vega, Molière, Federico García Lorca, Heiner Muller, Sarah Kane, et bien d'autres, mais parmi ceux qui ont été mes professeurs directs et m’ont influencée, je tiens à signaler Juan Mayorga, Itziar Pascual et José Sanchis Sinisterra.

37Arianna-

38Tu as expliqué que tu t’es formée dans un milieu multiculturel et pluridisciplinaire dès ton plus jeune âge, et aux côtés de personnalités issues du monde entier. Qu’est-ce que ce regard et cette pratique interculturels ont apporté à ton travail d’autrice?

39Amaranta-

40Je pense que le fait d’avoir grandi avec des gens de différents pays m'a fait apprendre que bien que nous ayons des couleurs et des cultures différentes, au fond, nous sommes tous des êtres humains. Nous avons tous été heureux et nous avons tous souffert. Je crois que mon théâtre est multiculturel et j'aspire à ce que mes œuvres n'aient pas de frontières et qu'elles abordent cette part d’humanité que nous partageons tous.

41Arianna-

42Tu as beaucoup travaillé en tant qu’actrice, aussi bien au théâtre, à la télévision et au cinéma. Est-ce que tu penses que ces expériences de jeu ont nourri ton travail de dramaturge ?

43Amaranta-

44Si je n'étais pas actrice, je n'écrirais pas comme j'écris. J'écris à partir de mon corps, de mes émotions et je teste mes écrits pour voir s'ils peuvent être prononcés facilement, si le rythme fonctionne. Et même quand parfois je fais de belles phrases, si elles ne me font pas bouger, je les élimine. Je crois que c’est pour ça que les comédiens qui travaillent sur mes textes les apprécient, ils me disent souvent qu’ils sont organiques et faciles à jouer.

45Arianna-

46Nous allons maintenant passer à la présentation de la première œuvre que nous interrogeons aujourd’hui à travers le prisme de l’émancipation féminine.

47La pièce Moje Holka, Moje Holka a été écrite en 2016 et traduite en français sous le titre de Ma petite, ma petite chérie. Dans ce texte, le thème de la résistance des femmes à travers l’expression de leur vocation et l’exercice de leur profession est central. Ce concept revient souvent dans les discours publiques d’Amaranta et elle l’applique aussi à son propre chemin d’écrivaine. Lors de sa conférence au Teatro Gayarre, par exemple, elle explique :

  • 2 «Que una mujer escriba y sobre todo que escriba teatro, es un acto de resistencia. Resistencia ant (...)

48Pour une femme, écrire, et surtout écrire du théâtre, c’est un acte de résistance. Résistance face aux obstacles de la vie quotidienne, aux traumatismes, au manque de références et aux histoires réduites au silence ; résistance au patriarcat qui depuis des siècles a privilégié et continue de privilégier les hommes (Osorio, 2020a)2.

49Amaranta, pourrais-tu nous raconter comment cette pièce a vu le jour ?

50Amaranta-

51Ma petite, ma petite chérie est une pièce que j'ai écrite avec Itziar Pascual, autrice espagnole de renom qui a remporté plusieurs prix parmi lesquels le Prix National de Théâtre pour jeune public en 2019. Elle est également dramaturge, enseignante-chercheuse, journaliste et titulaire d'un doctorat en sciences de l'information de l'UCM et d'un diplôme en dramaturgie de la RESAD, où elle enseigne depuis vingt ans.

52Arianna-

53Comment vous êtes-vous rencontrées?

54Amaranta-

55Elle était ma professeure quand j'ai étudié à la RESAD et ensuite nous sommes devenues amies. Nous avons écrit quatre pièces. Tout d'abord,  La trilogie des lucioles, trois pièces qui parlent de la force des femmes, de la lumière et de l’espoir, composée de : Ma petite, ma petite chérie,  Interdiction de donner à manger et Clic. Quand tout bascule.

56Arianna-

57La première pièce de la trilogie a reçu le Prix Jesús Domínguez et a été produite par le Teatro Español (Madrid) en 2019, la deuxième a remporté le Prix Calderón de Littérature Dramatique en Espagne, la troisième a été présentée au Teatro Calderón (Valladolid). Est-ce qu’il y en a une quatrième en préparation ?

58Amaranta-

59Nous venons de la terminer, elle s’appelle El grito (Le cri) et va être jouée en février 2021 au Fernán Gómez. Centro Cultural de la Villa, théâtre qui l’a également produite en collaboration avec Ysarca (Pilar Ysaguirre).

60Arianna-

61Ma petite, ma petite chérie a été publiée dans la revue Primer Acto en Espagne, et a été traduite en français, anglais, allemand et tchèque. Des lectures théâtralisées ont été réalisées en Espagne, Argentine et France où cette pièce a été remarquée par le bureau des lecteurs la Comédie Française en 2017-2018.

62Amaranta-

  • 3 Cf. La vidéo du spectacle Moje Holka, Moje Holka qui a été présenté au Teatro Español (Madrid, 201 (...)
  • 4 «Espectáculo hermoso, dulce y emocionante».
  • 5 «Éxito de crítica y de público…una pieza de gran altura, que dice cosas que se deben decir y las p (...)

63La mise en scène de Natalia Menéndez3, présentée au Teatro Español (Madrid) en 2019, a reçu de très bonnes critiques. Julio Bravo, critique du journal ABC d’Espagne, a qualifié le spectacle de : « magnifique, doux et passionnant »4 (Bravo, 2019). De son côté, Manuel Drezner, critique du journal El Espectador en Colombie l’a signalé comme : « un succès de la critique et du public... une pièce remarquable, qui dit des choses qu'il faut dire et les projette sur l'un des grands problèmes de notre siècle: les réfugiés »5 (Drezner, 2019).

64Arianna-

65Est-ce que tu pourrais revenir sur le processus de création de cette pièce ?

66Amaranta-

67Nous avons commencé à l’écrire à Avignon, ville dans laquelle nous avions été réunies par Antonia Amo. Et là, devant un chocolat chaud, on a lu un témoignage (envoyé par Laura Esteban) qui parlait de Nava Schaan, une comédienne de Prague qui a été déportée au camp de concentration de Terenzin où, pendant son séjour forcé, elle faisait du théâtre avec les enfants. Dans le témoignage, un survivant lui disait :

68Je vous dois mon enfance... Être ‘votre luciole’, et courir autour de la scène en chantant ‘le printemps arrivera’, est devenu mon meilleur souvenir d’enfance. Cela représentait pour moi plus que vous ne pouvez l’imaginer. Vous avez créé là-bas, dans des conditions difficiles, des moments formidables pour les enfants. (Schaan, 2010 : 34)

69Cette histoire nous a impressionnées et nous avons décidé de la raconter. Le livre La survivance des lucioles de Georges Didi-Huberman a été une autre source d'inspiration importante. Pour l'écrire, nous sommes passées par un processus de recherche très long et nous avons demandé à plusieurs amis juifs leur avis.

70Arianna-

71La pièce met en parallèle l’histoire de cette actrice juive dans le camp de concentration de Terezin (femme du passé) et celle d’une entomologiste (femme du présent) qui étudie les lucioles, et qui découvre tardivement qu’elle est une survivante de l’Holocauste.

72Amaranta-

73Le texte a été magistralement traduit en français par Antonia Amo Sánchez et Julie Perez, grâce à une aide de la Fundación Autor. Antonia Amo est maîtresse de conférences HDR à l’Université d’Avignon où elle co-dirige les Études Hispaniques. Elle a remporté, en 2019, le Prix international Artez Blai de Recherche sur les Arts de la Scène.

74Antonia, pourrais-tu nous parler brièvement de ton expérience de traduction de cette pièce  ?

75Antonia-

76D’abord, je voudrais partager avec vous un extrait :

MH- Je sens mon urine,

chaude,

presque bouillante,

glissant entre mes cuisses.

Elle mouille mes pieds.

Je n'ai même pas la place

d'entrouvrir les jambes.

Chaque fois ils sont plus nombreux.

Ils me poussent.

Je n'ai plus froid.

Les corps m'abritent.

Pourquoi n'ouvrent-ils pas les portes ?

Une femme de l'autre côté s'approche.

Elle porte une robe bleue

et a de magnifiques yeux verts.

Elle n'a pas l'étoile.

Serait-elle allemande ?

Elle cherche quelqu'un.

Elle s'approche de moi.

Nous connaissons-nous ?

Elle essaye de me donner un biscuit,

mais je ne peux pas bouger mes mains.

Je n'ai pas de place.

Elle passe sa main à travers le grillage.

Et porte un biscuit à ma bouche.

Pourquoi m'aide-t-elle alors qu'elle ne me connaît pas ?

C'est un biscuit très sucré.

La femme pleure.

Ses larmes me rappellent la cannelle.

Merci, lui dis-je.

Elle me caresse.

Elle m'embrasse.

Merci.

Elle met dans ma bouche

un carré de chocolat.

Les gens me poussent.

L'homme qui est à côté de moi

essaye de lui enlever le chocolat.

En bougeant il me fait perdre l'équilibre.

Elle lui donne aussi du chocolat.

Et à Vendula, qui n'est pas loin de moi.

J'essaye de ne pas l’avaler

pour le donner à Aviva,

mais le corps est plus fort que l'esprit.

77J’ai connu Amaranta en 2014, à l’occasion d’un colloque qu’on avait organisé à l’Université d’Avignon, Scènes Croisées, et à partir de là on ne s’est jamais quittées. Après elle m’a passé ses textes.

78Moje Holka est un texte qui m’a beaucoup touchée parce que j’étais en train d’étudier le théâtre concentrationnaire, la déportation, la résilience, la transmission, l’héritage du traumatisme historique ; je l’ai partagé avec Julie Perez, une étudiante du Master 2. On s’est lancées dans l’aventure de traduire le texte, motivées aussi par l’aide à la traduction que la Fundación SGAE nous a donnée.

79Ce n'était pas une traduction académique, c'était un travail de fond. Le travail de mise en bouche des comédiennes Elsa Stirnemann et Emmanuelle Brunschwig nous a beaucoup aidées. Ce fut un moment très fort car on a reçu aussi les dramaturges à cette occasion. C’est un souvenir assez émouvant dans ce parcours qui nous réunit depuis longtemps. Et c’est un parcours qui continue, car il y a d’autres étudiants de Master qui ont pris la traduction théâtrale comme chemin, je pense notamment à Alice Bonnefoi, qui est devenue la traductrice attitrée des pièces d’Amaranta en France.

80Je crois que Ma petite, ma petite chérie est un texte velours, avec un côté très doux qui passe par une syntaxe et une écriture très stylisées, qui fait presque marque de fabrique chez les deux dramaturges, mais le texte a aussi un côté rugueux, par le sujet, par la façon d’aborder les histoires de vie et de mort. Cela nous a amenées à nous poser la question de l’écriture de l’indicible et comment le traduire. On a dû trouver le bon ton et jouer avec les différents registres de l’humour, l’humour noir et l’humour plus naïf, toujours tendre.

81Arianna-

82Je voudrais m’arrêter un instant sur la deuxième protagoniste de la pièce qui est l’entomologiste Flore Pasteur (appelée dans le texte aussi « femme du présent »). Dans le passage qui suit, elle rentre chez elle, énervée et déçue et se confie à l’un de ses insectes, la luciole Lucy, lui racontant que sa professeure, Madame Latreille, n’a pas cité son nom ni mentionné sa contribution aux recherches qu’elles ont menées ensemble…

FP (Flora Pasteur, femme du présent)

Entre dans l'espace et jette son sac.

Elle enlève son manteau, ses chaussures, les clefs de la maison, et balance tout dans les airs.

FP.- Tu peux le croire Lucy ? Tu peux le croire ?

Ils ont demandé à Madame Latreille

De dire un mot sur ses étudiants, et moi

j'ai attendu,

j'ai attendu,

et j'ai attendu,

qu'elle dise quelque chose à propos de moi.

Je pensais qu'elle parlerait de ma contribution

à ses conférences, à ses publications,

ses projets...

Rien.

Pas un mot.

C'était une conférence sur notre travail et Madame Latreille n'a même pas cité

mon nom,

elle ne l'a même pas mentionné.

Rien.

J'ai commencé à sentir la colère monter en moi

jusqu'à brûler mes lèvres,

je voulais interrompre la conférence et lui dire,

« Qu'est-ce qu'il vous arrive ? Hein !

Et moi, vous m'avez oubliée ? ».

Et le pire Lucy,

le pire de tout,

c'est que je n'ai rien dit. Je ne lui ai rien dit.

Alors tu en penses quoi, Lucy ?

Deux ans à vivre hors du temps, sans prendre un week-end,

Deux ans à enchaîner les journées de quatorze, quinze heures...

Des journées entières avec seulement un sandwich et un café dans le ventre,

sans jamais s’arrêter de travailler...

Et maintenant tout ce travail,

tous mes efforts,

elle se les attribue.

Deux ans jetés à la poubelle

Deux ans ! Tu te rends compte ?

Et le pire, le pire de tout,

c'est que je me tais.

En rentrant à la maison

je me suis mise à pleurer,

dans le bus,

dans le métro,

dans le hall.

À quel moment de ma mémoire,

de mon passé,

de mon histoire

ai-je appris à me taire ?

Quand ai-je accepté que ma place était dans l'ombre ?

Quand ai-je accepté que nous pouvions être compétentes mais ne pas briller ?

Je n'ai pas confiance en moi, Lucy,

et j'aime tout ce qui est discret, mais...

J'ai besoin d'un peu de lumière...

83Le personnage de la femme historique, librement inspirée de Vava Schoenova, exerce sa résistance en continuant à faire du théâtre pendant sa détention dans le camp de concentration de Terezin, en montrant, d’une certaine manière, que « la joie est une technique de résistance » (Preciado, 2020). La femme du présent, Flore Pasteur, apprendra de son côté à résister en s’opposant à la violence des logiques imposées par les relations de pouvoir qui régissent son monde professionnel et en prenant conscience de l’importance de « briller » dans l’exercice de son métier.

84Il semblerait, comme l’affirmait Pierre Bourdieu dans La domination masculine, que :

85Les femmes elles-mêmes appliquent à toute réalité, et, en particulier, aux relations de pouvoir dans lesquelles elles sont prises, des schèmes de pensée qui sont le produit de l’incorporation de ces relations de pouvoir et qui s’expriment dans les oppositions fondatrices de l’ordre symbolique. Il s’ensuit que leurs actes de connaissance sont, par là même, des actes de reconnaissance pratique, l’adhésion doxique, croyance qui n’a pas à se penser et à s’affirmer en tant que telle, et qui ‘fait’ en quelque sorte la violence symbolique qu’elle subit. (Bourdieu, 1990 : 40)

86Dans la première partie de l’extrait cité, c’est le monde académique qui est mis en accusation : lors d’une conférence publique, une professeure fait référence à des recherches menées avec une jeune chercheuse sans nommer cette dernière. Elle occulte sa contribution et prive la jeune collègue de la reconnaissance publique ou institutionnelle qui devrait lui revenir pour ses efforts. La deuxième partie aborde le thème de l’auto-exploitation par les plus jeunes ou les plus précaires, lorsque ceux-ci se chargent d’un surplus de travail en quête d’une légitimation des aînés et dans l’espoir de parvenir à obtenir un poste dans le futur.

87À la fin du passage cité, la réflexion de Flore se centre sur son manque de confiance et sa difficulté à contrer un propos déplacé, à s’exprimer pour s’opposer à des situations d’injustice, à revendiquer ses droits, ou tout simplement à oser prendre la parole et avancer ses idées.

88Amaranta, tu as affirmé à plusieurs reprises que l’écriture t’a permis de briser le silence et qu’elle t’a donné le courage et la force pour exprimer tes points de vue. L’acte de révolte et de bravoure lié à l’écriture caractérise l’œuvre de nombreuses autrices, je pense notamment aux textes d’Assia Djebar sur la condition des femmes en Algérie. Anna Rocca affirme concernant cette écrivaine :

89Non seulement ces femmes écrivent sur des thèmes révélant les contraintes dont elles souffrent, mais l'activité d'écriture elle-même est présentée comme transgressive, car enfreignant deux interdits, religieux et patriarcaux, condamnant la prise de parole en tant qu'individu, et en tant que femme. (Rocca, 2004 : 53)

90Tu as animé plusieurs ateliers d’écriture tout au long de ta carrière, quels sont les objectifs pédagogiques que tu te proposes d’atteindre lors de ces formations ?

91Amaranta-

92Écrire pour moi a toujours été un refuge, une patrie, mais il m'a fallu beaucoup de temps pour partager mes écrits avec les autres. Dès mon plus jeune âge, j'ai appris qu'en tant que femme, il valait mieux que je me taise et que je reste dans l'ombre, et être écrivaine va à l'encontre de ce qu'une femme est censée être, parce que d'une manière ou d'une autre, cela la rend publique. Cette difficulté que j'ai trouvée en moi, je l'ai vue chez de nombreuses femmes et j’ai pris conscience que pendant des siècles, les femmes ont été réduites au silence et qu'elles n'ont pas de place dans l'histoire. Je pense qu'en ce moment dans le monde, il y a un mouvement de prise de parole des femmes, comme on peut le voir avec les mouvements « Me too » et « Ni una menos » entre autres.

93Actuellement j’anime l’atelier « Briser le Silence » qui cherche à promouvoir la parole des femmes. Je l'ai fait dans différents pays, le prochain que je ferai sera en avril à l'Université de Besançon (première fois en France grâce à l’invitation d’Erwan Burel). C'est un atelier qui se termine par une performance. Dans l'atelier, je donne des références et fais des exercices qui favorisent la création. J'essaye de leur faire comprendre que tout le monde a une histoire à raconter et que même si c’est risqué, ça en vaut la peine.

94Le pouvoir veut que nous restions dans l’ombre et c'est pourquoi nous devons briller.

95Arianna-

96Le thème du silence imposé ou subi par les femmes apparaît également dans la deuxième pièce que nous avons choisi pour cette communication. Elle s’intitule Lo que no dije et a été traduite en français sous le titre de Ce que je n’ai pas dit. En 2019, cette pièce a reçu la mention du jury du prix Dolores de Castro, prix qui s’est également occupé de sa publication. C’est une performance multidisciplinaire qui souligne les violences de genre que les femmes subissent dès leur naissance. Ce que je n’ai pas dit a été représentée au Chili, en Inde, en Espagne, au Danemark, en Équateur et en France au Festival Magdalena Montpellier dirigé par Marion Coutarel.

97Amaranta-

98Alice Bonnefoi a fait une très belle traduction de cette pièce. C’est une jeune traductrice qui a une licence et un master en Études hispaniques de l’Université d’Avignon et a traduit des pièces de Laila Ripoll, Mariano Llorente, Gracia Morales, Carles Batle, ainsi que plusieurs de mes pièces.

99Alice, peux-tu nous parler un peu de ta traduction ?

100Alice-

101J’ai connu Amaranta Osorio grâce à Antonia Amo Sanchez qui était la directrice de mon mémoire de traduction quand j’étais son étudiante à l’Université d’Avignon et je l’en remercie.

102J’ai commencé par la traduction de deux de ses pièces, écrites en collaboration avec Itziar Pascual et faisant partie de La Trilogie des lucioles (La Trilogía de las luciérnagas), il s’agit de CLIC, Quand tout bascule et de Interdiction de donner à manger.

103J’ai traduit Ce que je n’ai pas dit, cette pièce a obtenu une bourse d’aide à la traduction de la fondation SGAE en 2020. C’est un texte qui trouve son origine lors d’une conférence qu’Amaranta a donnée au conservatoire de Madrid où il lui a été demandé pourquoi elle était féministe.

104Ce texte dégage une force capable de toucher toutes les femmes, et même les hommes de toute génération, par ce qu’il raconte. C’est un texte auquel on peut facilement s’identifier car il raconte de multiples problèmes de genre auxquels les femmes sont confrontées depuis leur naissance : problèmes liés à leur corps, à leur éducation plus ou moins orientée, aux abus sexuels, à l’insécurité, et aux obligations dites sociales, telles que l’obligation d’être mignonne, belle, effacée, productive, mère, mariée, d’avoir des enfants… en somme l’obligation d’être parfaite et infaillible.

105Cette pièce laisse une grande place à l’interaction avec le public, il s’y retrouve inséré, malgré lui, par le biais de questionnements incessants au sujet des violences faites aux femmes. Il lui est demandé de réfléchir sur son propre vécu et son ressenti.

106J’ai eu la chance de voir une répétition de cette œuvre au Théâtre Artéphile à Avignon lorsque Amaranta y était en résidence avec Suzon Fuks et James Cunningham. Le fait de voir et d’entendre l’autrice elle-même jouer le rôle de l’unique personnage de la pièce m’a permis de retravailler ma traduction. C’est un souvenir fort pour moi et qui m’a beaucoup ému.

107Ce texte est à la fois poignant et dur par la façon d’aborder ces histoires personnelles injustement subies par les femmes : la domination, le sentiment d’infériorité, la culpabilité, la peur, le patriarcat, la haine, la pression sociale violente… mais ce texte est aussi plein d’espoir et de lumière car il nous montre que nous avons le choix de nous unir pour faire face à tous ces diktats car nous sommes toutes, à notre manière, des étoiles qui brillent, et nous sommes toutes capables de nous émanciper en choisissant qui nous voulons être et non pas celle que les autres veulent que nous soyons.

108Il a fallu trouver le bon ton et le bon registre pour aborder avec justesse et sans complaisance ces histoires personnelles sans trop les noircir ou trop les édulcorer tout en respectant le style et la syntaxe de la dramaturge.

109L’émancipation des femmes et leurs forces sont des thèmes qui reviennent comme un boomerang dans la dramaturgie d’Amaranta. Pour moi, son théâtre est en lui-même un espace d’émancipation féminine.

110Arianna-

111Amaranta, est-ce que, à ton tour, pourrais-tu nous expliquer quel a été le processus qui t’a conduite à l’écriture de cette pièce ?

112Amaranta-

113C'est une pièce qui est née grâce au fait qu'Alicia Blas et Ana Contreras m'ont invitée à la Rencontre du théâtre et des féminismes de la RESAD. Elles m’ont demandé de dire très simplement pourquoi j'étais devenue féministe. Alors, j'ai parlé de toutes les petites et grandes violences que j'ai subies en tant que femme, et toutes les femmes du public ont pleuré. Puis, sans les chercher, de très bons artistes se sont intéressés au projet et ont voulu le rejoindre. La vidéaste belge Suzon Fuks, la scénographe Alicia Blas, et le chorégraphe australien James Cunningham. Avec eux, nous avons fait une première résidence au Théâtre Artéphile à Avignon. Plus tard, grâce au soutien du Festival Mestiza et de ses directrices Veronica Moraga et Antonietta Muñoz, nous avons effectué une résidence d'un mois avec Suzon Fuks au Chili. Et c'est au Festival Mestiza que nous avons montré pour la première fois le travail en cours. Puis la metteuse en scène française Marion Coutarel a rejoint l'équipe en tant que regard extérieur. Nous avons également eu des collaborations musicales de Mohn et Helen Chadwick.

114Il est difficile d'expliquer comment cette pièce a été créée car, pour ma part, je n'avais aucune intention de faire un spectacle. Nous n'avions pas de financements non plus, mais quelque chose d’indescriptible s'est produit avec ces artistes très généreux. C'est ainsi que la conférence est devenue une pièce, même si je l'appelle toujours travail en cours, car je ne la considère pas comme terminée. Et nous avons toujours eu une réponse impressionnante du public.

115Arianna-

116J’ai choisi deux passages de cette pièce dans lesquels nous retrouvons le thème de la violence et celui de l’autocensure. Voici le premier :

FEMME- Quand elle était petite, ce qu’elle aimait le plus, c’était ce qu’il y avait dans le ciel.

Les oiseaux, les nuages, les avions, les vaisseaux spatiaux, les planètes.

Les étoiles, las estrellas.

Elle aimait surtout les étoiles.

Les astéroïdes, la voie lactée.

ELLE- À six ans, j’étais persuadée qu’un jour je deviendrais astronaute, mais quelqu’un m’a dit : « T’es bête ou quoi ? Ça n’existe pas les femmes astronautes ».

Je l’ai cru, et j’ai abandonné mon rêve, pour toujours.

FEMME.- Quelqu’un vous a déjà empêché de devenir ce que vous vouliez vraiment être ?

117Cet extrait s’ouvre avec un passage joyeux centré sur l’enfance, étape de la vie de la protagoniste caractérisée par une certaine confiance en soi et par la liberté de se projeter dans le futur. Toutefois, cette ouverture lumineuse et légère est contrastée, après quelques lignes, par une objection qui met en doute ce qui, aux yeux de la petite fille, était si naturel : le fait de devenir astronaute. Dans cet extrait, la violence est celle exercée par la société ou la famille, institutions qui indiquent aux enfants ce qui est le plus approprié pour eux, qui les orientent dans leurs choix. Et souvent, ces contraintes sociales et familiales vont plus loin, jusqu’à limiter les aspirations des plus jeunes, à redimensionner leur rayon d’action et à inhiber leur capacité de projection. Une violence qui est ici aggravée par le fait de s’adresser avec plus de véhémence aux femmes car, comme on l’explique à la petite fille, les astronautes femmes, ça n’existe pas.

118Comme vous avez pu l’entendre en conclusion de cet extrait, le public est invité à répondre à des questions que l’actrice pose à la fin de ses récits. Il s’agit ici, pour l’autrice, de relier sa propre autobiographie aux histoires des autres femmes et de conduire le public, par ses réflexions, ses souvenirs et son ironie, à une prise de conscience de sa condition.

119Dans le deuxième extrait que je vais analyser, ELLE raconte une anecdote qui dévoile les efforts qu’elle a accomplis, dès son plus jeune âge, afin de répondre aux critères de beauté fixés par la société qui l’entoure. Ces critères sont établis sur la base de rapports de domination engendrés par la colonisation et qui placent, dans l’échelle sociale, les indigènes en-dessous des Blancs. Il s’agit d’une violence qui agit sur plusieurs niveaux, car l’indigène s’estime parfois comme moins légitime, à cause de son statut social, économique, culturel, ou bien en raison de son genre ou de son phénotype. Une violence qui peut le contraindre à évoluer entre l’autocensure, la frustration et l’admiration du monde si blanc que les médias lui imposent. À ce propos, les réflexions de l’historien mexicain Federico Navarrete nous semble très pertinentes. Il explique les raisons qui l’ont poussé à rédiger son ouvrage Alfabeto del racismo mexicano :

Me mueve, asimismo, el más profundo rechazo a las formas de discriminación y exclusión que se han practicado por siglos a partir de las ficticias diferencias raciales y mi conocimiento personal y social de las dolorosas huellas que han dejado en nuestro país, evidente en la marginación de los pueblos indígenas, en el desprecio a los más ‘morenos’ o más ‘negros’, en la ciega adhesión al ideal de la ‘blancura’ como única encarnación de la cultura, la riqueza y la belleza, en la desigualdad y la violencia que hoy ensombrecen nuestra vida social (Navarrete, 2017 : 8).

120Je passe maintenant au deuxième extrait :

ELLE.- Quand j’étais petite, ma meilleure amie était la plus mignonne de la classe.

Elle était si différente de moi, elle ressemblait à une Barbie : blonde, les yeux bleus,

mince.

Et moi en revanche…

J’étais une fille à la peau mate, avec les dents tordues.

Style Pocahontas mais moche, et dans mon pays, les indigènes étaient considérés

comme laids.

J’ai essayé de faire tout ce que je pouvais pour être comme elle, pour être mignonne.

Je me suis mis de la crème solaire pour ne pas bronzer, on m’a mis un appareil pour me redresser les dents, j’ai arrêté de mettre mon habit fluorescent préféré…

Avec le temps, j’ai réussi à devenir la petite fille qu’on espérait que je sois : mignonne, très silencieuse, et souriante.

121Dans le passage que nous venons de lire, tu soulignes ta condition d’étrangère (en tant que petite fille mexicaine en Colombie) et le regard marginalisant porté sur une petite fille issue d’une famille bourgeoise à la peau mate, une « indigène » parmi « los güeros ». Est-ce que tu as retrouvé parfois ce type de regard et vécu ce sentiment d’exclusion en Europe ?

122Amaranta-

123Malheureusement oui, les gens ont tendance à me regarder et à me classer comme une personne du tiers-monde, comme si j’appartenais à une race inférieure. Ou, si j'ai de la chance, ils me regardent comme quelqu'un d'exotique. Ce qui est clair, c'est que je dois constamment prouver ma valeur, en tant que femme et aussi en tant que latino-américaine.

124Je vis en Europe depuis vingt ans et j'ai la nationalité espagnole. En Espagne, même si parfois je suis tombée sur des racistes, en général je me suis toujours sentie la bienvenue, mais en France, j’ai éprouvé plus de difficultés pour m’intégrer. Je n’ai pas encore réussi à travailler ici. Et croyez-moi, j'ai postulé à tous les postes que j'ai vus, certains bien en-dessous de mon expérience. Mais le bon côté, c'est que cela m'a poussée à me concentrer sur mon écriture et j'ai beaucoup créé. C’est vrai aussi qu’il y a très peu de Latino-américains sur la scène française, j’en ai vu seulement quelques-uns au Théâtre du Soleil. Et je n'ai assisté à aucune mise en scène d'un auteur latino (sauf les compagnies internationales en tournée), et je crois que c’est parce qu’ils ne sont pas connus ici. En ce sens, je crois que le travail du collectif Quetzal est indispensable.

125Arianna-

126On va passer maintenant à la troisième pièce, Las niñas juegan al fútbol (2018), traduite en français sous le titre Les filles, ça joue au foot. Le thème de la profession comme forme de résistance y apparaît également sous les traits d’une footballeuse professionnelle qui s’accroche à sa vocation pour ne pas trahir ses rêves et ses efforts, et découvre dans la ténacité et le respect de soi une force inébranlable.

127Est-ce que tu pourrais brièvement la présenter ?

128Amaranta-

129Les filles, ça joue au foot, est né grâce à Agnès Surbezy, car elle m’a raconté qu’elle préparait un livre sur le football et je lui ai demandé si je pouvais écrire quelque chose à ce sujet. Quand j'ai commencé à réfléchir sur ce que j’allais écrire, ma première décision a été de créer une protagoniste femme, comme je fais souvent. Quand j'ai commencé à lire des articles sur le football féminin, ce qui a le plus retenu mon attention était l'inégalité qui existait (moins d’opportunités, moins de visibilité et une énorme différence de salaire). Alors, j’ai choisi de parler de ça. C'est donc grâce à Agnès Surbezy, mais aussi au département d’espagnol de l'Université Jean Jaurès et aux Éditions Presses Universitaires que cette pièce existe, et c’est ma première publication en France.

130Agnès Surbezy est maîtresse de conférence du laboratoire LLA CREATIS, UT2J. Elle est traductrice et une grande chercheuse. Elle a fait une très belle traduction de cette pièce.

131Agnès, pourrais-tu nous raconter pourquoi tu as choisi de traduire de cette pièce ?

132Agnès-

133Ce fut un immense plaisir de faire la traduction de Les filles, ça joue au foot. C’est une pièce qui est née d’une belle rencontre avec Amaranta lorsque, en 2017, j’étais en quête de textes sur le football. Je coordonnais en effet un volume dans la nouvelle collection Linguae des Presses Universitaires du Midi. La collection a pour but de recueillir dans un même volume et avec une même thématique des textes courts de différents pays, rédigés dans différentes langues. Nous avons décidé d’associer le premier volume au foot en scène. C’est dans ce cadre que lors d’une conversation par mail avec Itziar Pascual, Amaranta et Antonia Amo autour de Moje Holka, Moje Holka, je les ai sollicitées pour savoir si elles connaissaient un texte sur ce thème. La première à réagir avec un enthousiasme qui m’a séduite a été Amaranta, qui m’a répondu qu’elle n’en connaissait pas, mais qu’elle était tout à fait disposée à se lancer dans l’écriture d’un texte sur le foot au théâtre.

134Je connais et apprécie énormément l’écriture d’Amaranta donc je me suis lancée dans l’aventure de ce projet, qui a été plus qu’enrichissant car c’est un projet mené ensemble de A à Z de l’écriture à la traduction puisqu’Amaranta lit le français, et la traduction a été commentée, revue. Cela nous a donné l’occasion de discuter sur certains points, notamment de retravailler ensemble le titre, qui au départ était Les filles ça joue au foot aussi. Il me semblait plus naturel de rajouter le « aussi » et, après nos échanges, je me suis rendue compte que l’enlever était plus percutant et c’est ainsi que le titre est devenu Les filles, ça joue au foot.

135La traduction a été un grand plaisir, car l’écriture d’Amaranta est fine et très rythmée, très agréable à traduire, et j’ai eu quelques petits défis. J’en citerai deux : le vocabulaire et la thématique du foot d’une part et, d’autre part, son rythme. La terminologie liée au sport, que je ne connaissais pas, était un point facile à résoudre car il y a des dictionnaires, des glossaires, qui peuvent éclairer le traducteur. Ce qui m’a posé le plus de problèmes c’était les échanges entre les personnages notamment lorsqu’ils regardent un match de foot et la manière dont les supporters réagissent devant un match de foot. Pour ça, je me suis appuyée sur des blogs, des vidéos, l’expérience des amateurs et des supporters et notamment l’expérience d’une amie qui a joué au foot et qui a fait une relecture avec moi du dialogue qui ouvre la pièce. Un dialogue dans lequel ELLE et LUI, les deux personnages, discutent devant la Champions League, et où s’intercalent la discussion quotidienne de fin de journée d’un couple, et les moments de visionnages du match de foot. C’était le premier défi et l’occasion aussi de travailler en équipe.

136Le second défi a été le rythme. Car, comme je l’ai dit, l’écriture d’Amaranta est très fine et ciselée, elle est rythmée par la ponctuation, et par la mise en page. La pièce est constituée de phrases très courtes et de retours à la ligne et la difficulté qui se posait ici était la différence de foisonnement entre nos deux langues, parce que le français a des phrases plus étoffées par rapport à l’espagnol, et il y avait des moments où en français je ne pouvais pas être aussi lapidaire. Cela m’a amenée à travailler sur la ponctuation, tout en essayant de toujours aller vers la vivacité, l’efficacité, et vers la brièveté des phrases. Ce fut un grand plaisir de mener ce jeu sur le rythme qui est en adéquation avec la thématique et la vivacité du dialogue, car c’est le rythme d’un match de foot. J’ai également eu recours à des relecteurs habitués à l’écriture théâtrale pour vérifier que cela fonctionnait.

137Ce que j’apprécie dans ce texte, c’est le rythme, la vivacité et aussi la finesse avec laquelle le dialogue est mené entre ces deux personnages. J’aime aussi le tissage qui se fait entre une problématique tout à fait concrète et réelle (les inégalités entre foot féminin et masculin) et, d’autre part, un traitement plus symbolique et qui ouvre sur les inégalités homme/femmes dans notre société. Cela permet une réflexion sur l’émancipation féminine et, à ce titre, la fin de la pièce m’a séduite et j’ai eu un plaisir particulier à la traduire. La voici :

ELLE- J’ai reçu le ballon.

Je n’ai pas eu le temps de sécher mes larmes. J’ai couru, j’ai dribblé une joueuse.

J’ai passé le ballon entre ses jambes. Je l’ai récupéré.

J’ai tiré en y mettant toutes mes forces.

Tout mon cœur brisé.

Tous mes rêves.

J’ai tiré comme une femme forte.

Comme si ma dernière heure était arrivée.

BUT !!!

Et oui, nous, les filles, nous jouons aussi au foot.

138Arianna-

139Tout au long de la pièce, nous assistons à un dialogue entre un couple de footballeurs professionnels qui n’arrive pas toujours à se comprendre. L’homme voudrait déménager en Allemagne pour intégrer l’équipe du Bayern de laquelle il vient de recevoir une proposition alléchante, la femme, elle, joue dans l’équipe du Real Madrid. Elle est satisfaite de cette place qu’elle a obtenue grâce à ses efforts et sa ténacité et elle tient à poursuivre son métier passionnant en Espagne. Pour la convaincre de déménager avec lui, l’homme lui promet de prendre soin d’elle et de s’en occuper financièrement, mais la femme refuse, en soulignant l’importance qu’a pour elle le fait d’être indépendante, de pouvoir exercer sa profession et d’être capable de pourvoir à ses besoins. L’homme lui rappelle que, malgré sa position enviable au sein d’une équipe considérée comme une des meilleures au monde, elle gagne un salaire minable. La femme est bien consciente de cette inégalité dont elle n’arrive pas à comprendre la logique et qui la révolte. Son compagnon met alors en cause la valeur et l’importance du football féminin, qui selon lui n’intéresse personne, et conclut sa réflexion par un commentaire machiste : « si encore elles étaient en bikini, peut-être que… »

140Le couple passera par bien d’autres étapes dans cette discussion, et d’autres sortes d’injustices et d’inégalités seront abordées au long de la pièce. Comme dernière tentative, l’homme tentera de convaincre la femme de le suivre en Allemagne en lui promettant un amour de prince charmant et des enfants. Malgré ces promesses d’une vie familiale joyeuse et accomplie, elle décidera finalement d’écouter le « cri du monstre » et restera jouer dans le Real Madrid. Le couple entame une relation à distance, jusqu’à ce que LUI demande le divorce. Confuse et troublée par cette annonce de séparation inattendue, ELLE se réfugiera dans sa vocation de footballeuse en y trouvant la force et les ressources pour avancer dans la vie.

141Est-ce que tu as eu des retours de la part de tes lecteurs ou des artistes qui ont joué et monté tes pièces qui t’ont particulièrement touchée ou inspirée ?

142Amaranta-

143J'ai eu de beaux commentaires et reçu des lettres de remerciements de femmes qui ont abandonné leurs maris qui les battaient, ou qui m'ont raconté comment voir certaines de mes œuvres les avait profondément transformées, ou qui me disaient « me too ». Il y a aussi eu des hommes : je me souviens que l'année dernière en Équateur (dans le festival de Susana Nicolalde), un homme, après avoir vu Ce que je n'ai pas dit, m’a confié que c'était la première fois qu'il réalisait tous les privilèges qu'il avait par sa condition d’homme.

144Pour moi, ces commentaires sont très inspirants, car ils me font sentir que je suis sur la bonne voie. Je crois que l'art peut changer le monde et si avec mon théâtre je peux amener une personne à s’identifier ou réaliser quelque chose, alors tout l’effort en vaut la peine.

145Arianna-

146Nous arrivons à la conclusion de cette rencontre, pourrais-tu nous raconter comment s’est déroulé pour toi cette dernière année, quelles ont été les contraintes professionnelles dans le contexte de la pandémie et quels sont tes projets futurs ?

147Amaranta-

148Cette année a été particulièrement difficile pour moi, comme pour tout le monde. Mais malgré les difficultés, ce fut une année très créative. Cette année, on a mis en scène quatre de mes pièces dans différents pays :

149- En mars, Clic, cuando todo cambia produite par le Teatro Calderón (Valladolid) et mise en scène par Alberto Velasco, en Espagne.

150- En juin, Mi niña, niña mía a eu sa première en République Tchèque. Elle a été traduite et mise en scène par Veronika Všianská.

151- En septembre, la pièce radiophonique La Jaula dirigée par Orlando Cajamarca a été diffusée par la radio Esquina Latina en Colombie.

152- En octobre, il y a eu la première de Rotunda, au Mexique. Produite par la Compañía Nacional de Teatro (Mexique), elle a été mise en scène par Cecilia Ramirez Romo.

153Les pièces Rotunda, Vietato dare da mangiare et Las niñas juegan al fútbol, ont été traduites en grec par Styl Rodarelis et seront publiées prochainement.

154C’est grâce à la bourse d’écriture que m’a donné le FONCA (Mexique), que j'ai pu survivre à cette crise. Et bien que j'aie eu mon fils à la maison (ceux qui ont vécu le confinement avec de jeunes enfants savent à quel point c'est difficile) c'est l'année de ma vie dans laquelle j'ai le plus écrit. J'ai terminé deux œuvres sur lesquelles j'avais travaillé en 2019 El grito et Unicornios qui seront présentées en janvier et février 2021 à Madrid. J’ai commencé à écrire deux pièces longues qui, je pense, sont les plus risquées que j'aie jamais écrites. La première a comme sujet les déplacements forcés, la deuxième c’est une comédie sur la violence de genre.

155Cette pandémie, si difficile au niveau financier et émotionnel, m'a donné beaucoup d'inspiration. L'adversité m'a fait comprendre que ma seule façon de résister était de créer. Je rêve qu'un jour mes œuvres seront publiées et mises en scène en France. Et aujourd'hui je sais que mon écriture est résistance et je veux que mon théâtre soit un nid d'espoir.

Haut de page

Bibliographie

Bourdieu, Pierre, La domination masculine, Actes de la recherche en sciences sociales, n84, septiembre 1990.

Bravo, Julio, Luciérnagas contra el horror, Journal ABC, Madrid, 5 mai 2019.

Davis, Tracy, « Questions pour une méthodologie féministe dans l’histoire du théâtre », Horizons/Théâtre, 10-11, 2017, pp. 175-201.

Drezner, Manuel, Teatro para recordar, Journal El Espectador, Colombie, 20 mai 2019.

Navarrete, Federico, Alfabeto del racismo mexicano, Mexique : Malpaso, 2017.

Osorio, Amaranta, Les filles, ça joue au foot. Traduit par Agnès Suberzy. Presses Universitaires du midi. 2019. France

Osorio, Amaranta, Cera en los ojos. Revista Acotaciones. Espagne.

Osorio, Amaranta, Bonita. Ed. Premio Colores de Castro 2018. Mexique.

Osorio, Amaranta, La Jaula. Revista Paso de Gato. 2019. Mexique.

Osorio, Amaranta, Luna. Ed. Espiral. 2005. Espagne.

Osorio, Amaranta, ¿Contestas?. Asociación de Autores de Teatro. 2003. Espagne.

Osorio, Amaranta, Tubos. Editorial Fundamentos. 2003. Espagne.

Articles

Osorio, Amaranta, Razones para ser feminista. Revista Acotaciones 41, Espagne, 2018.

Osorio, Amaranta, Intemperie. Revista Primer Acto, Espagne, 2018.

Osorio, Amaranta, Un recuerdo de mi infancia. Primer Acto, Espagne, 2019.

Osorio, Amaranta, Mi alegría. Revista Primer Acto, Espagne, 2019.

Cours magistraux et entretiens

Haut de page

Notes

1 Pour plus d’informations sur le Projet Magdalena, nous renvoyons vers le site internet https://www.themagdalenaproject.org/.

2 «Que una mujer escriba y sobre todo que escriba teatro, es un acto de resistencia. Resistencia ante los obstáculos de la vida cotidiana, ante los traumas, ante la falta de referentes y las historias silenciadas; resistencia al patriarcado que durante siglos ha privilegiado y sigue privilegiando a los hombres».

3 Cf. La vidéo du spectacle Moje Holka, Moje Holka qui a été présenté au Teatro Español (Madrid, 2019).

Disponible en ligne : https://www.youtube.com/watch?v=eO5Fzo2txo0&feature=youtu.be.

4 «Espectáculo hermoso, dulce y emocionante».

5 «Éxito de crítica y de público…una pieza de gran altura, que dice cosas que se deben decir y las proyecta a uno de los grandes problemas de nuestro siglo: los refugiados »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Arianna  Berenice De Sanctis, Amaranta Osorio, Antonia Amo, Alice Bonnefoi et Agnès Suberzy, « Vers une dramaturgie émancipée et compréhensive : le théâtre d’Amaranta Osorio »Amerika [En ligne], 21 | 2021, mis en ligne le 03 mars 2021, consulté le 13 avril 2021. URL : http://journals.openedition.org/amerika/13114 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.13114

Haut de page

Auteurs

Arianna  Berenice De Sanctis

Université Paul-Valéry Montpellier 3ab.desanctis@gmail.com

Amaranta Osorio

Écrivaine informacion@amarantaosorio.es

Antonia Amo

MCF HDR Université d’Avignon
traductrice
antonia.amo-sanchez@univ-avignon.fr

Alice Bonnefoi

Traductrice

alice0911@hotmail.fr

Agnès Suberzy

MCF
Laboratoire LLA CREATIS, DEHHA, Université Toulouse – Jean Jaurès 
agnes.surbezy@univ-tlse2.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search