Navigation – Plan du site

AccueilNuméros22Opinion/VariaAutour de: Alan Dershowitz, Cance...

Opinion/Varia

Autour de: Alan Dershowitz, Cancel Culture: The Latest Attack on Free Speech and Due Process, New York, Hot Books et Skyhorse Publishing, 2020, 155 p.

Yves Laberge

Texte intégral

1Les termes sont nombreux pour désigner et traduire dans notre langue un phénomène préoccupant et encore mal connu : la culture de l'effacement, que l’on connaît en anglais sous l’appellation « Cancel culture », et aussi selon d’autres expressions équivalentes comme « culture de l'annulation » ou encore « culture de la dénonciation »; toutes ces formulations plus ou moins synonymes ont été utilisées pour décrire cette tendance de la dénonciation massive et indignée qui semble assez répandue dans certains milieux aux États-Unis, mais qui guette également d’autres démocraties. Relativement peu de livres ont été consacrés à cette idéologie émergente de la culture de l'annulation et il faudrait en réalité tout un article rien que pour bien circonscrire ce concept évanescent.

2L’universitaire américain Alan Dershowitz, lui-même avocat et par ailleurs victime et pourfendeur de la culture de l'annulation, a consacré tout un essai à ce problème épineux. Bien que ce sujet soit important et grave, il faut bien admettre que ce livre est difficilement trouvable dans les librairies hors des États-Unis. Il ne s’agit donc pas d’une étude historique sur ce phénomène aux multiples facettes mais plutôt d’un plaidoyer contre la culture de l'annulation, qui en dénonce les excès et les conséquences imprévues tout en mettant en évidence ses origines, ses prédécesseurs et son mode de fonctionnement.

3Au préalable, pour en fournir une définition provisoire, la culture de l'annulation serait comprise comme une tentative de délégitimer ou de disqualifier des personnes, des discours ou écoles de pensée qui contredisent ou remettent en question un point de vue divergeant, en procédant par des missives massives, par des messages d’indignation lancés à grande échelle, notamment par le truchement des réseaux sociaux. Les cibles des tenants de cette culture de la dénonciation seront le plus souvent des personnalités publiques — vivantes ou décédées — accusées par un groupe de pression ou par une partie de l’opinion publique de racisme, de discrimination, de harcèlement sexuel ou d’inconduites de toutes sortes. Les faits reprochés sont avérés ou non, et pas toujours reconnus par des tribunaux officiels. On remarque souvent une volonté de déstabiliser ou de détruire la réputation, la légitimité ou la notoriété de la personne visée ou des héros de naguère : anciens dirigeants politiques, explorateurs et colonisateurs d’un autre temps sont souvent ciblés. Cette définition provisoire, qui semblera sans doute imprécise et incomplète, nous servira uniquement de base pour suivre l’argumentation de ce Cancel Culture: The Latest Attack on Free Speech and Due Process. Selon Alan Dershowitz, la culture de l'annulation émane des États-Unis et serait à relier à l’étiquette « Woke » — un mouvement populaire et radical de protestation se positionnant contre les injustices sociales — et en serait le produit; son esprit excessif serait en quelque sorte dans la continuité intransigeante du stalinisme et du maccarthysme au 20e siècle (p. 4). Pour Alan Dershowitz, la culture de l'annulation se distingue toutefois du stalinisme et du maccarthysme sur au moins un point, dans la mesure où ces deux prédécesseurs dépendaient d’un état établi et agissaient au nom d’un gouvernement, sur lesquels d’autres pays pouvaient exercer une certaine influence, tandis que la « Cancel culture » est insondable, dépersonnalisée, et le plus souvent anonyme : « elle emploie le pouvoir de l’opinion publique, des médias sociaux, des menaces de boycott, et d’autres formes d’actions privées protégées par les Constitutions » (p. 4). Cependant, la culture de l'annulation prétend agir au nom du bien, et beaucoup de ses partisans se perçoivent comme étant des « progressistes », selon l’analyse d’Alan Dershowitz : « People who consider themselves ‘woke’, ‘do-gooders’ and ‘progressive’ » (p. 11). Pour l’auteur, si cette tendance devenait une nouvelle réalité généralisée ou une nouvelle norme, ce serait « la mort de la liberté d’expression » (p. 11).

4Ce qui fait l’intérêt de ce livre concis en douze chapitres est la capacité d’Alan Dershowitz de fournir plusieurs exemples de la culture de l'annulation, citant certains cas où il était directement impliqué en tant qu’avocat (p. 17). Il montre comment certains médias américains, dont la mission première est de présenter objectivement les faits, agissent souvent comme des catalyseurs, des relayeurs ou des agitateurs dans beaucoup de causes ou de scandales, ce qui outrepasse leur devoir de réserve dans la présentation équilibrée et non-partisane des débats publics et des controverses. Tout au long de son livre, Alan Dershowitz déconstruit habilement certains des rouages de la culture de l'annulation en montrant comment ses représentants s’expriment abusivement au nom de la justice et des opprimés (p. 39).

5L’autre thématique du livre, déjà contenue dans le titre de l’ouvrage, touche ce que les Américains nomment le « due process », expression assez incernable dont la traduction française pourrait être une procédure équitable, une approche transparente, une garantie d’impartialité dans le traitement d’une affaire, d’un sujet ou d’un dossier. En d’autres mots et pour traduire littéralement, il importe pour chacun « d’agir comme il se doit »; mais cette résolution risque d’être comprise de manières très opposées, selon les contextes et les points de vue. Tout le deuxième chapitre est basé sur cette idée que la culture de l'annulation s’attaque directement et impétueusement aux fondements de la règle de droit et au principe fondamental de la présomption d’innocence (p. 41). L’argumentation est solidement étayée, sans toutefois être parfaite. Voici un exemple d’un point faible de l’ouvrage qui pêche quelquefois par la tentation de l’ethnocentrisme. D’une manière assez peu convaincante, Alan Dershowitz critique le mode de nomination des juges en visant spécifiquement des pays comme le Canada, le Japon, Israël et l’Europe en général où les juges sont non-élus, contrairement aux États-Unis (p. 41). Mais cette objection de l’auteur pourrait en soi faire l’objet d’un autre long débat, car on constate par ailleurs que les juges élus des États-Unis doivent souvent « performer » dans l’espace public et jouer au justicier d’une manière spectaculaire, sinon jouer le jeu du système de vedettariat pour soigner leur image publique, étaler leurs « bons coups » à la Cour, bonifier leur réputation, et ainsi avoir plus de chances d’être réélus. Il y a eu des cas tristement célèbres aux États-Unis où des juges outrepassaient leur devoir et s’acharnaient sur une seule cause ou un seul politicien, ce qui a donné entre autres le maccarthysme et par la suite bien d’autres procès retentissants. C’est également oublier qu’il existe au Canada, et dans d’autres pays où les juges font également l’objet d’une nomination, des mécanismes de défense des justiciables et un système de régulation (ou d’auto-régulation) de l’ensemble des juges comme un Conseil de la magistrature. Mais refermons cette parenthèse et retournons à la culture de l'annulation.

6Au septième chapitre, Alan Dershowitz distingue habilement les causes nobles, d’une part, et d’autre part des organisations imparfaites qui abusent parfois de leur statut ou de leur influence pour déformer les faits ou condamner exagérément des personnes dont la culpabilité n’aurait pas été démontrée autrement que par des affirmations (p. 86). On cite alors des organisations antiracistes qui useraient à leur tour de slogans racistes ou antisémites envers certains de leurs opposants (p. 86). Toute la dernière partie porte sur les controverses autour des vaccins et de la vaccination en période de Covid-19 (chapitre 9). La conclusion est judicieusement composée et semblera un brin patriotique : « il faut éliminer la culture de l'annulation avant que celle-ci ne devienne la culture américaine » (p. 124).

7Cette lecture est stimulante et vivante, nuancée et riche en questionnements; son point fort est d’apporter beaucoup d’exemples pour illustrer les dérives et les méfaits de la culture de l'annulation. Alan Dershowitz en appelle à la nuance, au discernement dans sa critique de la rectitude politique (p. 65). On pourrait parfois reprocher à l’auteur de ne pas toujours indiquer une source exacte de certaines citations, comme cette réflexion de Winston Churchill qui aurait affirmé que « le mensonge a le temps de faire le tour du monde pendant que la vérité enfile ses chaussures », affirmation qui n’est pas appuyée par une note en bas de page (p. 4). Un reproche similaire pourrait être formulé pour une longue citation — au demeurant très pertinente et bien choisie — tirée du roman 1984 de George Orwell à propos du déboulonnage des statues des grands héros de la nation, dont le passé n’était pas toujours reluisant ou exemplaire (p. 64). Même remarque pour des propos cités entre guillemets de tel juge de la Cour suprême ou de Thomas Jefferson, mentionnés sans mention de la source (p. 106). On ferait un reproche identique si un étudiant commettait une pareille négligence. Mais d’autres citations sont adéquatement accompagnées de références bibliographiques en bonne et due forme (voir pp. 68 et 69). Par ailleurs, les trois annexes sont particulièrement appréciables et on y trouve entre autres une longue liste de 150 victimes de la culture de l'annulation, ce qui inclut même deux anciens présidents américains placés au ban de la société; cette « liste noire » des infréquentables précise les motifs invoqués pour éliminer les personnes qui sont pointées du doigt par une partie de la vindicte populaire (pp. 125-146). C’est un autre des points forts de ce livre engagé et vibrant, avec lequel on ne se sera pas toujours d’accord. Sur le plan éditorial, on déplorera l’absence d’un index et d’une bibliographie. On comprend bien que ce livre d’actualité a été produit dans l’urgence, mais non dans la précipitation. Les ouvrages à venir sur la culture de l'annulation ne pourront pas manquer de se référer à l’essai — somme toute très réussi — d’Alan Dershowitz.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yves Laberge, « Autour de: Alan Dershowitz, Cancel Culture: The Latest Attack on Free Speech and Due Process, New York, Hot Books et Skyhorse Publishing, 2020, 155 p.  »Amerika [En ligne], 22 | 2021, mis en ligne le 13 juillet 2021, consulté le 26 janvier 2022. URL : http://journals.openedition.org/amerika/13563 ; DOI : https://doi.org/10.4000/amerika.13563

Haut de page

Auteur

Yves Laberge

Université d’Ottawa/Centre de recherche en éducation et formation relatives à l'environnement et à l'écocitoyenneté/ylaberge@uottawa.ca

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page
  • Logo CELLAM - Centre d’études des langues et littératures anciennes et modernes
  • Latindex - Sistema Regional de Información en Línea para Revistas Científicas de América Latina, el Caribe, España y Portugal
  • OpenEdition Journals
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search